SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  37
Conférence en ligne DailyFX 25/03/2016
Décryptage de l’économie américaine et ses
opportunités d’investissements
Animée par Theodore T. Stanton
Manager
Responsable Asset Management
2
CONTEXTE
• Rebond des matières premières qui soutient les marchés, des capitalisations européennes aux
marchés émergents, en passant par le crédit.
• Les banques centrales ont fait leur show en Mars, nous dévoilant la trajectoire jusqu’en juin.
• Vague de chiffres économiques et publication des résultats des entreprises
• Mais l’incertitude demeure sur les Etats-Unis sans soutien de la Fed ….
La question pour de nombreuses personnes est donc : sommes nous à la fin d’un
cycle économique ? Sachant que l’actuel perdure depuis plus longtemps que les
précédents …
3
SOMMAIRE
L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon
Point de vue des ménages et consommation
L’emploi et la réalité du secteur tertiaire
Le FOMC et le budget fédéral
4
LES STOCKS : LE FREIN DE FIN 2015
Fin du tapering
Le constat est plus favorable dans le retail avec une valeur de 1.5, qui est inférieure à la moyenne 2003/2007
5
LA PRODUCTION INDUSTRIELLE
• Faire la distinction entre production manufacturière et l’énergie/minerais
-20.0
-15.0
-10.0
-5.0
0.0
5.0
10.0
15.0
20.0
2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016
Production Industrielle US : Croissance annuelle en %
Fin du tapering
6
LE SECTEUR MANUFACTURIER
• Un rebond court terme sur Mars qui semble effacer les mauvais chiffres précédents
7
L’INVESTISSEMENT
• L’investissement (FBCF) continue par contre d’être le grand absent notamment du fait des
structures, un relai du secteur public serait le bienvenu
8
LE FRET SIGNALE UN SCENARIO MOINS PESSIMISTE
• Les expéditions de biens manufacturés (durable et non durable) indique une paralysie moins forte
de l’économie, et de bons résultats aussi dans les ports et via le fret routier.
9
CONCLUSION PARTIE 1
• Un véritable trou d’air sur Janvier-Février, l’impact conséquent de la hausse de l’USD
• Avec une stabilisation sur Mars des enquêtes mais qui doit se matérialiser sur les
prochaines vagues de chiffres pour confirmation.
• Pas d’impact sur l’emploi via une baisse uniquement des heures travaillées.
• L’investissement accuse un net recul et va limiter la croissance sur 2016, il faut chercher le
moteur ailleurs.
• Pour autant, le vieillissement du parc productif reste un réservoir pour l’avenir
10
SOMMAIRE
L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon
Point de vue des ménages et consommation
L’emploi et la réalité du secteur tertiaire
Le FOMC et le budget fédéral
11
LES MÉNAGES ONT UNE CONFIANCE STABLE
12
POUR AUTANT, LE REVENU AU NIVEAU NATIONAL AUGMENTE
• Plus que la hausse des salaires, c’est la hausse de la masse salariale qui donne le revenu global
des ménages et qui compte pour la consommation des ménages au niveau national
13
QUID DE LEURS DETTES DANS TOUT CELA ?
• Une démarche prudente pour la plupart avec un recours à la dette qui augmente mais dans des
proportions gérables, participant notamment au succès des ventes de voitures.
0.0
1.5
3.0
4.5
6.0
7.5
9.0
10.5
12.0
13.5
15.0
NationalSavingRate
(%disposableincome)
Taux d'épargne des ménages américains
Source : Household Debt and Credit Quarterly Survey, Feb.
2016
14
LES VENTES DE VOITURES
• Face à l'âge grandissant du parc automobile, et à la baisse du pétrole, les ménages ont répondu
présents.
Source : Americans’ aging autos, BLS, May 2014
15
L’IMMOBILIER ET LA FORMATION DES MÉNAGES
• Un nombre de ménages en hausse : la génération Y quitte peu à peu le foyer familial
– Enjeu pour la construction, les loyers et la consommation.
Croissance de la population : 2.4m/an
16
FOCUS SUR LES VENTES AU DÉTAIL
• Un indicateur soumis à de nombreuses révisions : les « Advanced Retail Sales »
Caveat :
- Volume/Valeur
- Révisions
- Préférence de la
Fed
- Indices de prix
(YoY Core PCE :
1.7%)
Prochain PCE :
Le 28 Mars à
14h30
17
CONCLUSION PARTIE 2
• Un revenu des ménages qui continue de croitre
• Les ventes au détail sont très satisfaisantes en volume une fois corrigé l’impact
notamment du pétrole à la pompe, et attention aux révisions !
• La démographie est un facteur positif notamment sur la génération Y.
• La dette des ménages reste un sujet de peu d’inquiétude.
18
SOMMAIRE
L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon
Point de vue des ménages et consommation
L’emploi et la réalité du secteur tertiaire
Le FOMC et le budget fédéral
19
L’EMPLOI : UN INDICATEUR RETARDÉ DE L’ACTIVITÉ
• Plusieurs points expliquent ce fait :
– L’emploi est rarement une ressource
fongible
– Ajustement par les heures travaillées /
productivité.
– Augmentation des stocks dans un
premier temps / cout prohibitif de
mettre à l’arrêt des outils de
productions.
Etc.
Ainsi, on comprend mieux la
réaction du marché face aux
bonnes publications des créations
d’emploi en Janvier et en Février.
-1000
-800
-600
-400
-200
0
200
400
600
800
1000
2006 2008 2010 2012 2014 2016
Créations d'emploi mensuelles aux
Etats-Unis
20
LE PLEIN EMPLOI ET LES SALAIRES
• La question de l’inadéquation de
compétences :
– Compétences perdues
en raison du chômage
– Inadéquation des ressources
sur le plan géographique
– Ressources non formées
(études/expérience)
etc….
21
LES SALAIRES N’ACCÉLÈRENT PAS
• Le salaire n’augmente pas mais en comparaison le salaire réel oui !
22
DES PERSPECTIVES ENCORE POSITIVES
23
CONCLUSION PARTIE 3
• Les salaires progressent faiblement mais plus vite que l’inflation.
• Le trou d’air sur l’économie s’est surtout fait sentir sur les heures travaillées et la
productivité va en pâtir.
• On se rapproche rapidement du taux de chômage structurel
• Les perspectives semblent meilleures à fin mars
24
SOMMAIRE
L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon
Point de vue des ménages et consommation
L’emploi et la réalité du secteur tertiaire
Le FOMC et le budget fédéral
25
26
L’IMPACT NON NÉGLIGEABLE DE L’USD
27
LE MARCHE NE CROIT TOUJOURS PAS AU DOT POINTS
28
LA FED ET SES DOUTES
29
CONCLUSION PARTIE 4
• Un peu d’inflation.
• Mais l’USD est un vrai frein à l’expansion
• Contexte mondial difficile et le Fed ne doit
pas se faire « avoir » si on est dans un faux
rebond de l’économie
• Objectif Long terme et marges de
manœuvre de la Fed (Fed & NIRP)
-20.0
-15.0
-10.0
-5.0
0.0
5.0
10.0
15.0
20.0
1997
1999
2001
2003
2005
2007
2009
2011
2013
2015
Taux de croissance annuel des recettes fiscales
30
INVESTISSEMENTS
Quelles opportunités et quels risques dans
un tel environnement ?
31
3 SUJETS ACTUELS
Gestion de la liquidité
Gestion de
l’exposition O/N
Gestion des
corrélations
32
LE MARCHE US À 6 MOIS
• L’USD n’est pas forcément le meilleur
véhicule (risk/reward)
• Le marché actions demeure relativement
cher
• Les taux américains offrent une protection
nulle contre l’inflation et les anticipations
de croissance nominale.
Où aller alors? High Yield US ?
1.00
1.05
1.10
1.15
1.20
1.25
1.30
1.35
1.40
1.45
-250
-200
-150
-100
-50
0
50
100
2012 2013 2014 2015 2016
Thousands
Positionnement sur les futures CFTC vs
EUR USD Exchange Rate
CFTC Contrat EURUSD
U.S. Dollars to One Euro
33
LE MARCHE US À 6 MOIS
• Diversification : La stratégie de protection avec l’Or et une Fed « behind the curve » :
– Y préférer l’argent voire le spread Or/Argent pour un effet similaire
• Liquidité : La volatilité n’est pas chère sur le marché US actions (VIX), une bonne
protection sur le court terme. Le High Yield n’offre pas assez de liquidité
• Overnight : Pour jouer la stabilisation/amélioration de la conjoncture nord-américaine,
jouer les voisins et les émergents aux bases solides. Le S&P 500 en directionnel est peu
attractif, plutôt à voir à court terme / intraday
– Le CAD et le TSX peuvent être intéressants. Le Canada bénéficie déjà très nettement
des achats transfrontaliers des américains alors que la réciproque a disparu.
34
LES ÉMERGENTS DANS TOUT CELA :
• Privilégier des pays avec un modèle économique tiré par la consommation interne et
profitant d’une démographie favorable et peu de dettes .
– Pérou, Chili voire Mexique éventuellement
Attention au MXN qui sert de hedging approximatif.
Le Brésil, trop tôt pour dire que
le pire est derrière nous
• Amélioration de la
balance commerciale (+
BRL) mais via baisse
imports + exports…
• Economie qui peine à
redécoller à court terme
35
ET L’EMEA DANS TOUT CELA :
• Clairement à ne pas oublier avec de nombreux soutiens dans les pays du nord
– PMI Suède exceptionnel
• Et une amélioration des données économies périphériques
– Espagne, Italie
Et bien entendu, la BCE, dont on doit voir l’impact des dernières annonces !
36
QUESTIONS / RÉPONSES
Session
Questions / Réponses
A 11, rue Jean MERMOZ - 75008 Paris, France
E contact@haussmann-cg.com – W www.haussmann-cg.com
NOUS CONTACTER
Haussmann Consulting Group
@HaussmannCG
http://tinyurl/HCGroup
contact@haussmann-cg.com
Theodore Stanton
@TTStanton
http://tinyurl/tedstanton
theodore.stanton@haussmann-cg.com

Contenu connexe

Tendances

Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012
Martin Leduc
 
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 20101003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
Bordier & Cie
 
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AMPoint conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Marina Ubeda
 

Tendances (19)

Septembre 2010
Septembre 2010Septembre 2010
Septembre 2010
 
300300092
300300092300300092
300300092
 
Évolutions économiques récentes et perspectives à court terme, mars 2014
Évolutions économiques récentes et perspectives à court terme, mars 2014Évolutions économiques récentes et perspectives à court terme, mars 2014
Évolutions économiques récentes et perspectives à court terme, mars 2014
 
De quoi sera fait demain (Apm Rennes 2016 avril 2016)
De quoi sera fait demain (Apm Rennes 2016 avril 2016)De quoi sera fait demain (Apm Rennes 2016 avril 2016)
De quoi sera fait demain (Apm Rennes 2016 avril 2016)
 
Only God Knows
Only God KnowsOnly God Knows
Only God Knows
 
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
 
110103 mj penser_2011_lt
110103 mj penser_2011_lt110103 mj penser_2011_lt
110103 mj penser_2011_lt
 
Perspectives économiques et financières pour 2017
Perspectives économiques et financières pour 2017Perspectives économiques et financières pour 2017
Perspectives économiques et financières pour 2017
 
Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012
 
OESTV - Avril 2017 - diaporamas pdj conjoncture
OESTV - Avril 2017 - diaporamas pdj conjonctureOESTV - Avril 2017 - diaporamas pdj conjoncture
OESTV - Avril 2017 - diaporamas pdj conjoncture
 
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 20101003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
 
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
 
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AMPoint conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
 
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
 
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
 
Brésil, bilan économique succes et limites
Brésil, bilan économique succes et limitesBrésil, bilan économique succes et limites
Brésil, bilan économique succes et limites
 
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjonctureOESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
 
Les previsions choc_de_saxo_bank_pour_l_annee_2016
Les previsions choc_de_saxo_bank_pour_l_annee_2016Les previsions choc_de_saxo_bank_pour_l_annee_2016
Les previsions choc_de_saxo_bank_pour_l_annee_2016
 
Les indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économiqueLes indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économique
 

En vedette

Marketing Plan For Laptops R Us
Marketing Plan For Laptops R UsMarketing Plan For Laptops R Us
Marketing Plan For Laptops R Us
Robert Dunn
 

En vedette (13)

Tramitamos TU CONSTANCIA DE INEXISTENCIA DE MATRIMONIO del REGISTRO CIVIL de ...
Tramitamos TU CONSTANCIA DE INEXISTENCIA DE MATRIMONIO del REGISTRO CIVIL de ...Tramitamos TU CONSTANCIA DE INEXISTENCIA DE MATRIMONIO del REGISTRO CIVIL de ...
Tramitamos TU CONSTANCIA DE INEXISTENCIA DE MATRIMONIO del REGISTRO CIVIL de ...
 
AutoCAD sheets
AutoCAD sheetsAutoCAD sheets
AutoCAD sheets
 
Evidencias del cambio climatico en bogota
Evidencias del cambio climatico en bogotaEvidencias del cambio climatico en bogota
Evidencias del cambio climatico en bogota
 
Evaluation – question 7
Evaluation – question 7Evaluation – question 7
Evaluation – question 7
 
Field Tourist Visit
Field Tourist VisitField Tourist Visit
Field Tourist Visit
 
Поняття презентації та комп’ютерної презентації, їх призначення
Поняття презентації та комп’ютерної презентації, їх призначенняПоняття презентації та комп’ютерної презентації, їх призначення
Поняття презентації та комп’ютерної презентації, їх призначення
 
Philie Non Manuf PMI - Seasonality adjustements Feb 2016
Philie Non Manuf PMI - Seasonality adjustements Feb 2016Philie Non Manuf PMI - Seasonality adjustements Feb 2016
Philie Non Manuf PMI - Seasonality adjustements Feb 2016
 
Meta Classification Technique for Improving Credit Card Fraud Detection
Meta Classification Technique for Improving Credit Card Fraud Detection Meta Classification Technique for Improving Credit Card Fraud Detection
Meta Classification Technique for Improving Credit Card Fraud Detection
 
Decoys
DecoysDecoys
Decoys
 
Tfm slides
Tfm slidesTfm slides
Tfm slides
 
Why Attitude is Everything in a Family Law Proceeding
Why Attitude is Everything in a Family Law ProceedingWhy Attitude is Everything in a Family Law Proceeding
Why Attitude is Everything in a Family Law Proceeding
 
Marketing Plan For Laptops R Us
Marketing Plan For Laptops R UsMarketing Plan For Laptops R Us
Marketing Plan For Laptops R Us
 
Communication politique et réseaux sociaux en France et en Belgique
Communication politique et réseaux sociaux en France et en BelgiqueCommunication politique et réseaux sociaux en France et en Belgique
Communication politique et réseaux sociaux en France et en Belgique
 

Similaire à DailyFx - Couverture macroéconomique des US - 25/03/2016

Perspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frPerspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_fr
Cherradi -
 
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 20101003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
Bordier & Cie
 
Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010
Martin Leduc
 
Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010
Martin Leduc
 

Similaire à DailyFx - Couverture macroéconomique des US - 25/03/2016 (20)

Octobre 2010
Octobre 2010Octobre 2010
Octobre 2010
 
Perspectives économiques et financières pour 2017
Perspectives économiques et financières pour 2017Perspectives économiques et financières pour 2017
Perspectives économiques et financières pour 2017
 
rencontre autour de l'économie
rencontre autour de l'économie rencontre autour de l'économie
rencontre autour de l'économie
 
Perspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frPerspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_fr
 
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 20101003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
1003 b&f inflation ou deflation_mars_avril 2010
 
Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010
 
Réunion apm 18 octobre 2016 apm paris tour eiffel [mode de compatibilité]
Réunion apm 18 octobre 2016 apm paris tour eiffel [mode de compatibilité]Réunion apm 18 octobre 2016 apm paris tour eiffel [mode de compatibilité]
Réunion apm 18 octobre 2016 apm paris tour eiffel [mode de compatibilité]
 
crise 2008
crise 2008crise 2008
crise 2008
 
I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
 
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David MartinRétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année économique 2018 en dessins par David Martin
 
AoûT 2010
AoûT 2010AoûT 2010
AoûT 2010
 
10 ans après la crise, où en sommes-nous?
10 ans après la crise, où en sommes-nous?10 ans après la crise, où en sommes-nous?
10 ans après la crise, où en sommes-nous?
 
Juillet 2010
Juillet 2010Juillet 2010
Juillet 2010
 
Flash Allocation : liquidité positive vs fondamental anxiogène
Flash Allocation : liquidité positive vs fondamental anxiogèneFlash Allocation : liquidité positive vs fondamental anxiogène
Flash Allocation : liquidité positive vs fondamental anxiogène
 
Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010
 
De quoi sera fait demain ?
De quoi sera fait demain ?De quoi sera fait demain ?
De quoi sera fait demain ?
 
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
Conférence Saxo Banque 15/11- Normalisation de la politique monétaire, liquid...
 
Syz & co syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Syz & co   syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013Syz & co   syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
Syz & co syz asset management - 1 mois en 10 images février 2013
 
Etude eco
Etude ecoEtude eco
Etude eco
 
Trappe de liquidité
Trappe de liquiditéTrappe de liquidité
Trappe de liquidité
 

DailyFx - Couverture macroéconomique des US - 25/03/2016

  • 1. Conférence en ligne DailyFX 25/03/2016 Décryptage de l’économie américaine et ses opportunités d’investissements Animée par Theodore T. Stanton Manager Responsable Asset Management
  • 2. 2 CONTEXTE • Rebond des matières premières qui soutient les marchés, des capitalisations européennes aux marchés émergents, en passant par le crédit. • Les banques centrales ont fait leur show en Mars, nous dévoilant la trajectoire jusqu’en juin. • Vague de chiffres économiques et publication des résultats des entreprises • Mais l’incertitude demeure sur les Etats-Unis sans soutien de la Fed …. La question pour de nombreuses personnes est donc : sommes nous à la fin d’un cycle économique ? Sachant que l’actuel perdure depuis plus longtemps que les précédents …
  • 3. 3 SOMMAIRE L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon Point de vue des ménages et consommation L’emploi et la réalité du secteur tertiaire Le FOMC et le budget fédéral
  • 4. 4 LES STOCKS : LE FREIN DE FIN 2015 Fin du tapering Le constat est plus favorable dans le retail avec une valeur de 1.5, qui est inférieure à la moyenne 2003/2007
  • 5. 5 LA PRODUCTION INDUSTRIELLE • Faire la distinction entre production manufacturière et l’énergie/minerais -20.0 -15.0 -10.0 -5.0 0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 Production Industrielle US : Croissance annuelle en % Fin du tapering
  • 6. 6 LE SECTEUR MANUFACTURIER • Un rebond court terme sur Mars qui semble effacer les mauvais chiffres précédents
  • 7. 7 L’INVESTISSEMENT • L’investissement (FBCF) continue par contre d’être le grand absent notamment du fait des structures, un relai du secteur public serait le bienvenu
  • 8. 8 LE FRET SIGNALE UN SCENARIO MOINS PESSIMISTE • Les expéditions de biens manufacturés (durable et non durable) indique une paralysie moins forte de l’économie, et de bons résultats aussi dans les ports et via le fret routier.
  • 9. 9 CONCLUSION PARTIE 1 • Un véritable trou d’air sur Janvier-Février, l’impact conséquent de la hausse de l’USD • Avec une stabilisation sur Mars des enquêtes mais qui doit se matérialiser sur les prochaines vagues de chiffres pour confirmation. • Pas d’impact sur l’emploi via une baisse uniquement des heures travaillées. • L’investissement accuse un net recul et va limiter la croissance sur 2016, il faut chercher le moteur ailleurs. • Pour autant, le vieillissement du parc productif reste un réservoir pour l’avenir
  • 10. 10 SOMMAIRE L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon Point de vue des ménages et consommation L’emploi et la réalité du secteur tertiaire Le FOMC et le budget fédéral
  • 11. 11 LES MÉNAGES ONT UNE CONFIANCE STABLE
  • 12. 12 POUR AUTANT, LE REVENU AU NIVEAU NATIONAL AUGMENTE • Plus que la hausse des salaires, c’est la hausse de la masse salariale qui donne le revenu global des ménages et qui compte pour la consommation des ménages au niveau national
  • 13. 13 QUID DE LEURS DETTES DANS TOUT CELA ? • Une démarche prudente pour la plupart avec un recours à la dette qui augmente mais dans des proportions gérables, participant notamment au succès des ventes de voitures. 0.0 1.5 3.0 4.5 6.0 7.5 9.0 10.5 12.0 13.5 15.0 NationalSavingRate (%disposableincome) Taux d'épargne des ménages américains Source : Household Debt and Credit Quarterly Survey, Feb. 2016
  • 14. 14 LES VENTES DE VOITURES • Face à l'âge grandissant du parc automobile, et à la baisse du pétrole, les ménages ont répondu présents. Source : Americans’ aging autos, BLS, May 2014
  • 15. 15 L’IMMOBILIER ET LA FORMATION DES MÉNAGES • Un nombre de ménages en hausse : la génération Y quitte peu à peu le foyer familial – Enjeu pour la construction, les loyers et la consommation. Croissance de la population : 2.4m/an
  • 16. 16 FOCUS SUR LES VENTES AU DÉTAIL • Un indicateur soumis à de nombreuses révisions : les « Advanced Retail Sales » Caveat : - Volume/Valeur - Révisions - Préférence de la Fed - Indices de prix (YoY Core PCE : 1.7%) Prochain PCE : Le 28 Mars à 14h30
  • 17. 17 CONCLUSION PARTIE 2 • Un revenu des ménages qui continue de croitre • Les ventes au détail sont très satisfaisantes en volume une fois corrigé l’impact notamment du pétrole à la pompe, et attention aux révisions ! • La démographie est un facteur positif notamment sur la génération Y. • La dette des ménages reste un sujet de peu d’inquiétude.
  • 18. 18 SOMMAIRE L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon Point de vue des ménages et consommation L’emploi et la réalité du secteur tertiaire Le FOMC et le budget fédéral
  • 19. 19 L’EMPLOI : UN INDICATEUR RETARDÉ DE L’ACTIVITÉ • Plusieurs points expliquent ce fait : – L’emploi est rarement une ressource fongible – Ajustement par les heures travaillées / productivité. – Augmentation des stocks dans un premier temps / cout prohibitif de mettre à l’arrêt des outils de productions. Etc. Ainsi, on comprend mieux la réaction du marché face aux bonnes publications des créations d’emploi en Janvier et en Février. -1000 -800 -600 -400 -200 0 200 400 600 800 1000 2006 2008 2010 2012 2014 2016 Créations d'emploi mensuelles aux Etats-Unis
  • 20. 20 LE PLEIN EMPLOI ET LES SALAIRES • La question de l’inadéquation de compétences : – Compétences perdues en raison du chômage – Inadéquation des ressources sur le plan géographique – Ressources non formées (études/expérience) etc….
  • 21. 21 LES SALAIRES N’ACCÉLÈRENT PAS • Le salaire n’augmente pas mais en comparaison le salaire réel oui !
  • 23. 23 CONCLUSION PARTIE 3 • Les salaires progressent faiblement mais plus vite que l’inflation. • Le trou d’air sur l’économie s’est surtout fait sentir sur les heures travaillées et la productivité va en pâtir. • On se rapproche rapidement du taux de chômage structurel • Les perspectives semblent meilleures à fin mars
  • 24. 24 SOMMAIRE L’industrie est-elle le canari dans la mine de charbon Point de vue des ménages et consommation L’emploi et la réalité du secteur tertiaire Le FOMC et le budget fédéral
  • 25. 25
  • 27. 27 LE MARCHE NE CROIT TOUJOURS PAS AU DOT POINTS
  • 28. 28 LA FED ET SES DOUTES
  • 29. 29 CONCLUSION PARTIE 4 • Un peu d’inflation. • Mais l’USD est un vrai frein à l’expansion • Contexte mondial difficile et le Fed ne doit pas se faire « avoir » si on est dans un faux rebond de l’économie • Objectif Long terme et marges de manœuvre de la Fed (Fed & NIRP) -20.0 -15.0 -10.0 -5.0 0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 Taux de croissance annuel des recettes fiscales
  • 30. 30 INVESTISSEMENTS Quelles opportunités et quels risques dans un tel environnement ?
  • 31. 31 3 SUJETS ACTUELS Gestion de la liquidité Gestion de l’exposition O/N Gestion des corrélations
  • 32. 32 LE MARCHE US À 6 MOIS • L’USD n’est pas forcément le meilleur véhicule (risk/reward) • Le marché actions demeure relativement cher • Les taux américains offrent une protection nulle contre l’inflation et les anticipations de croissance nominale. Où aller alors? High Yield US ? 1.00 1.05 1.10 1.15 1.20 1.25 1.30 1.35 1.40 1.45 -250 -200 -150 -100 -50 0 50 100 2012 2013 2014 2015 2016 Thousands Positionnement sur les futures CFTC vs EUR USD Exchange Rate CFTC Contrat EURUSD U.S. Dollars to One Euro
  • 33. 33 LE MARCHE US À 6 MOIS • Diversification : La stratégie de protection avec l’Or et une Fed « behind the curve » : – Y préférer l’argent voire le spread Or/Argent pour un effet similaire • Liquidité : La volatilité n’est pas chère sur le marché US actions (VIX), une bonne protection sur le court terme. Le High Yield n’offre pas assez de liquidité • Overnight : Pour jouer la stabilisation/amélioration de la conjoncture nord-américaine, jouer les voisins et les émergents aux bases solides. Le S&P 500 en directionnel est peu attractif, plutôt à voir à court terme / intraday – Le CAD et le TSX peuvent être intéressants. Le Canada bénéficie déjà très nettement des achats transfrontaliers des américains alors que la réciproque a disparu.
  • 34. 34 LES ÉMERGENTS DANS TOUT CELA : • Privilégier des pays avec un modèle économique tiré par la consommation interne et profitant d’une démographie favorable et peu de dettes . – Pérou, Chili voire Mexique éventuellement Attention au MXN qui sert de hedging approximatif. Le Brésil, trop tôt pour dire que le pire est derrière nous • Amélioration de la balance commerciale (+ BRL) mais via baisse imports + exports… • Economie qui peine à redécoller à court terme
  • 35. 35 ET L’EMEA DANS TOUT CELA : • Clairement à ne pas oublier avec de nombreux soutiens dans les pays du nord – PMI Suède exceptionnel • Et une amélioration des données économies périphériques – Espagne, Italie Et bien entendu, la BCE, dont on doit voir l’impact des dernières annonces !
  • 37. A 11, rue Jean MERMOZ - 75008 Paris, France E contact@haussmann-cg.com – W www.haussmann-cg.com NOUS CONTACTER Haussmann Consulting Group @HaussmannCG http://tinyurl/HCGroup contact@haussmann-cg.com Theodore Stanton @TTStanton http://tinyurl/tedstanton theodore.stanton@haussmann-cg.com