Rapport de stage KEYWAYS

162 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
162
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport de stage KEYWAYS

  1. 1. Université Claude Bernard - Lyon 1 IUT Lyon 1 - Site Doua DUT Gestion des Entreprises et Administrations Année 2014-2015 RAPPORT DE STAGE 2ème ANNÉE Gestion des ventes Tuteur entreprise : Andrea BROVELLI Tuteur universitaire : Pablo HERRERO Thibaud BERTRAND

  2. 2. Remerciements Je souhaite remercier Andréa Brovelli, mon maître de stage, de m’avoir accueilli au sein du siège de Keyways International pendant 7 semaines. J’ai eu la chance de bénéficier d’un bureau privé comme l’ensemble des autres salariés ce qui est très agréable comme environnement de travail. Je remercie également les autres membres de Keyways, qui ont été d’aimables collègues durant cette période : Tatjana, Vicente, Grégory, Thierry, Alex, Ralph, Ramses et Giorgio. J’aimerais remercier M. Pablo Herrero qui a proposé ce stage à Barcelone aux étudiants de l’IUT et qui a choisi de me faire confiance. Je le remercie de m’avoir mis en relation avec l’équipe et d’avoir fait en sorte que le stage puisse s’effectuer sans difficultés. Je remercie Mme Fiume pour le temps qu’elle accordera à mon compte-rendu et pour sa présence à la soutenance. Enfin je remercie également l’administration de l’IUT Lyon 1 et plus particulièrement Mme Boucharel d’avoir établi ma convention de stage. 

  3. 3. Sommaire Introduction 1 Présentation de l’entreprise 1 Continental Industrie, création et développement 1 Continental Industries, son activité et ses services 4 Continental Industrie, le point sur les ventes 10 Continental Industrie, son organisation 12 Modèle de l’entreprise 14 Contexte général de l’intervention 15 Annonce du plan 15 I - Étude de l’existant 16 Contexte 16 Introduction au logiciel EvoCom 17 Problèmes rencontrés 19 II - Actions mises en oeuvre 20 Listing des informations manquantes 20 Constitution d’un fichier référence 22 Conclusion 25 Bilan de l’expérience 25 Cadre de travail 25 Missions du stage 26 Autres observations 27 Table des annexes 28 Quatrième de couverture 32
  4. 4. Introduction Présentation de l’entreprise Continental Industrie, création et développement L’entreprise Continental Industrie est une S.A.S française qui fût créée en 1975. Elle s’est rapidement spécialisée dans la fabrication et la vente de surpresseurs, compresseurs et aspirateurs centrifuges multi-étagés. Chaque machine est créée sur-mesure pour répondre à sa future utilisation. Ainsi les caractéristiques telles que la puissance, la pression et le flux sont les facteurs variables qui expliquent les différences de prix pour une même machine. Son siège social et son usine de fabrication se situent à St Tripier sur Moignons dans le département de l’Ain. L’usine est implantée dans une zone industrielle à une cinquantaine de kilomètres de Lyon. 1
  5. 5. L’entreprise a tout d’abord cherché à se faire une place sur le marché français en nouant des liens privilégiés avec ses clients. Au débuts des années 1980 elle s’ouvre à l’international avec pour objectif d’être présente sur les cinq continents. Cette volonté s’illustre rapidement par la création d’un département export ainsi que de nombreuses filiales en Europe dans les pays les plus développés comme l’Allemagne, le Royaume-Unis et les pays latins comme l’Espagne et l’Italie. Au début des années 1990 Continental Industrie débute sa véritable internationalisation en ouvrant une première filiale sur le sol américain. Il s’en suit en l’espace de dix à quinze ans une implantation en Amérique de Sud, en Asie, en Océanie, en Afrique et au Moyen- Orient. Cette carte représente l’implantation internationale de Continental Industrie aujourd’hui. On la retrouve sur le site internet de l’entreprise. Elle permet d’afficher pour chaque territoire le représentant local. 2
  6. 6. Par exemple en cliquant sur le point vert situé sur l’Afrique du Sud on découvre que le pays est relié à l’Australie. Cela signifie que les deux pays sont gérés par les mêmes personnes. Les coordonnées de ces représentants sont également indiqués sur cette petite fiche qui s’ouvre au moindre clic. Cette interface est une aide précieuse pour les collaborateurs de Continental Industrie puisque cela leur permet d’avoir rapidement et directement un correspondant compétent. Il est apparu indispensable aux dirigeants de Continental Industrie de créer un département international destiné à la gestion des relations avec l’ensemble des filiales et clients du monde entier. C’est ainsi que Keyways International fût créé en 2000 à Barcelone, en Espagne. Des pays comme la Malaisie ou le Nigéria sont ainsi représentés par Keyways. 3
  7. 7. Continental Industries, son activité et ses services Les machines vendues par Continental Industrie servent différents marchés et plus précisément différentes applications. On en dénombre 16 au total : • La récupération du souffre Qu’est-ce que c’est ? : Les procédés utilisés pour le raffinage du pétrole produisent de grandes quantités de gaz pollués (dont de l’hydrogène sulfuré). Dans le but de satisfaire les normes environnementales en vigueur, il est impératif d’extraire ce gaz très toxique. L’une des méthodes les plus utilisée est le Procédé de Claus dans lequel il est nécessaire d’effectuer une combustion. Nécessite : surpresseur pour réaliser la combustion. •Nettoyage et Aspiration centralisé Nécessite : aspirateurs centrifuges multi-étagés. • Transport pneumatique Nécessite : aspirateurs centrifuges multi-étagés. • Traitement des eaux usées Qu’est-ce que c’est ? : Il est nécessaire d’alimenter en oxygène les bactéries en charge de dégrader les matières organiques. Pour ce faire, de l’air est envoyé au fond des bassins d’aération à travers des diffuseurs dont le but est de générer des bulles d’air les plus fines possibles. Nécessite : surpresseur pour injecter suffisamment d’air et produire une pression supérieure à la contre-pression créée par la hauteur de l’eau . 4
  8. 8. • Fluidification Qu’est-ce que c’est ? : Les fours à lits fluidifiés sont fréquemment utilisés pour incinérer les ordures ménagères ou les boues issues des stations d’épuration. Le principe est d’injecter de l’air sous une épaisseur de sable chauffé à haute température. L’action du flux d’air soulève les grains de sable afin d’obtenir un lit de sable fluide. De ce fait, les matériaux devant être brûlés sont bien répartis dans la chambre de combustion et ne peuvent se compacter. Le sable chaud permet de transmettre la chaleur et enflammer ainsi l’ensemble des matériaux plus facilement. Le flux d’air circulant autour de ceux-ci permet l’alimentation en oxygène nécessaire à la combustion rapide. Nécessite : surpresseur pour fournir cet air de fluidification/combustion. • Compression et transport de gaz Qu’est-ce que c’est ? : Une des applications la plus répandue est le transport/ compression de CO2. Pour pouvoir récupérer le CO2, de nombreuses unités s’équipent de système de liquéfaction. Lorsque la production de CO2 en est éloignée il devient nécessaire de transporter le gaz. Le fait d’avoir une pression plus élevée à l’entrée des compresseurs permet d’augmenter les capacités de ceux-ci. Nécessite : compresseurs, ainsi que des surpresseurs pour transporter le CO2 et pour booster la performance des compresseurs. • Noir de Carbone Qu’est-ce que c’est ? : Le noir est carbone est issu de la combustion incomplète d’hydrocarbures. Il est utilisé pour la fabrication de nombreux produits comme l’encre pour imprimantes et surtout les pneumatiques. Nécessite : surpresseur pour alimenter les fours en air et effectuer ainsi la combustion. 5
  9. 9. • Aspiration d’eau ou de vapeur d’eau Aspiration d’eau Qu’est-ce que c’est ? : lors de le fabrication de tissu non tissé, les fibres sont entremêlées en passant à travers des jets d’eau. Ceci permet d’obtenir un tissu dont la résistance n’est pas obtenue par le tissage des fibres mais simplement par croisement des fibres. De fait le tissu se trouvant gorgé d’eau, il est nécessaire d’extraire celle-ci du tissu avant son conditionnement. Pour éviter une consommation excessive d’énergie via l’étuvage seul, il est utile d’extraire un maximum d’eau en aspirant de grande quantité d’air à travers le tissu. Nécessite : aspirateur Aspiration de vapeur d’eau Qu’est-ce que c’est ? : Le repassage des tissus est optimal lorsque l’on combine l’utilisation de la vapeur d’eau avec une aspiration à travers le tissu. Afin d’obtenir des performances plus efficaces et un meilleur rendement que l’utilisation d’aspirateurs individuels, les ateliers de taille industrielle centralisent le système d’aspiration de la vapeur et raccordent le réseau d’aspiration à un seul gros aspirateur. Nécessite : aspirateur centrifuge multi-étagé • Drainage Qu’est-ce que c’est ? : Le drainage est l’action d’éliminer les eaux souterraines. la boue liquide est pompée dans un filtre de pressage du collecteur situé à la tête stationnaire. Dans la mesure où la boue liquide remplit chaque chambre de la presse, le liquide passe à travers la toile du filtre et le champs de drainage. La fonction principale des moyens de filtration est d’apporter un cadre de support pour le développement du gâteau de filtration. Pendant le cycle, les plus grandes particules dans la boue liquide commencent à fermer graduellement les ouvertures du filtre, réduisant ainsi la taille de ces ouvertures. Les petites particules fermeront totalement ces ouvertures permettant ainsi la formation du gâteau de filtration. Nécessite : surpresseur pour fournir la pression nécessaire qui impulse la boue liquide dans la presse de filtrage. 6
  10. 10. • Combustion Qu’est-ce que c’est ? : Pour effectuer une combustion, il est impératif de mettre en présence de l’oxygène avec un carburant. Il est parfois nécessaire d’injecter de l’oxygène pur. Nécessite : surpresseur pour injecter l’air de combustion • Dessalement Qu’est-ce que c’est ? : Pour couvrir des besoins en eau potable ou pour l’irrigation de régions arides, il est courant de dessaler de l’eau de mer. Une des technologies utilisées à cette fin est la distillation sous vide. Sachant que la température d’ébullition de l’eau s’abaisse quand la pression diminue, il est donc évident que plus la pression est basse, moins il est nécessaire de chauffer l’eau de mer pour obtenir de la vapeur d’eau. Le fait de distiller de l’eau de mer à basse pression permet donc de réduire fortement l’énergie consommée. Nécessite : aspirateur centrifuge pour mettre sous dépression les chaudières • L’échantillonage de gaz Qu’est-ce que c’est ? : Après séparation des liquides potentiellement présents dans un gaz naturel, celui-ci est envoyé vers un analyseur. Nécessite : surpresseur pour transporter le gaz depuis le site de production jusqu’à l’unité d’analyse. • Biogas Qu’est-ce que c’est ? : Les gaz issus de la décomposition de matières organiques présentes dans les décharges doivent impérativement être traités, ne serait-ce que pour éviter les incendies et limiter la pollution. Ces gaz devront être à minima brûlés dans des torchères mais vu le potentiel énergétique de ceux-ci, il est de plus en plus fréquent de les utiliser comme carburant et produire ainsi de la chaleur ou de l’électricité. Ces gaz devront être transportés, purifiés en fonction des impératifs requis et mis sous pression pour pouvoir être injectés dans les différents procédés. Nécessite : surpresseur pour transporter et comprimer ces biogaz. 
 7
  11. 11. • Couteau d’air Qu’est-ce que c’est ? : Le couteau d’air est utilisé pour évacuer des liquides ou des débris. Par exemple lors de la fabrication et le traitement des tôles en continu, la bande de tôle est amenée à être plongée dans divers bains. En sortant du bain, une grande quantité du liquide est entrainée avec la tôle. Pour évacuer ce liquide, il faut former une lame d’air qui chassera le liquide vers l’extérieur de la bande. les particules d’air devant être envoyés à grande vitesse sur la tôle il est nécessaire d’avoir à disposition de l’air sous pression pour alimenter les buses. Nécessite : surpresseur pour comprimer l’air à la pression nécessaire. • Flottation Qu’est-ce que c’est ? : Dans l’industrie minière, en particulier pour le cuivre, l’argent et le nickel, les métaux sont extraits du minerai en utilisant le principe de flottation. Après broyage du minerai et l’adjonction d’eau et de certains composés chimiques, le mélange est envoyé dans des cellules de flottation. De l’air est injecté au fond des cellules pour produire des bulles d’air. En remontant vers la surface, les métaux vont se fixer sur la surface des bulles qui sont ensuite récupérées. Nécessite : surpresseur • Galvanisation Qu’est-ce que c’est ? : Pour obtenir des tôles d’acier résistantes à la corrosion, un des procédés les plus utilisés est la galvanisation. Cela consiste à déposer une épaisseur de zinc sur toute la surface de la tôle, plus précisément la tôle est plongée dans un bain de zinc liquide. À la sortie du bain, il faut réduire l’épaisseur de zinc déposé, afin de limiter au mieux la quantité de ce produit tout en garantissant un recouvrement complet de la tôle. Ici encore on utilise le procédé du couteau d’air (voir plus haut). Nécessite : surpresseur 8
  12. 12. Chaque machine que vend Continental Industrie est livrée avec un lot très complet de service. Ainsi le client sera accompagné dans l’installation et la mise en route de la machine. Il bénéficiera également d’un service de maintenance prévisionnelle de premier ordre qui assure un fonctionnement parfait des machines et l’anticipation des pièces défectueuses à remplacer. Cette maintenance s’effectue à travers des tenues de registre et des mesures régulières afin d’observer l’évolution des différents composants de la machine. De plus, la signature d’un contrat de maintenance engage Continental Industrie à assurer que toutes les pièces de rechange soient disponibles. Le contrat implique également une intervention exceptionnelle en cas de défaut de fonctionnement. Tout cela montre bien que Continental apporte un soin particulier à l’expérience client, véritable pilier de son business. 9
  13. 13. Continental Industrie, le point sur les ventes La moyenne du chiffre d’affaires des cinq dernières années s’élève à 16 675 640 € avec un pic à presque 21 millions en 2012. 10 Évolution du CA des 5 dernières années CA 0 € 5 250 000 € 10 500 000 € 15 750 000 € 21 000 000 € 2010 2011 2012 2013 2014
  14. 14. Ce deuxième graphique montre la répartition des exportations selon les territoires. Il souligne une forte importance de ventes à l’intérieur de l’Union Européenne. Par ailleurs 80% des ventes de Continental Industrie se font à l’exportation (c’est dire en dehors de France) ce qui témoigne de son ouverture à l’extérieur. Les machines et pièces sont fabriquées en France puis vendues à des entreprises intermédiaires ou aux clients finaux. 11 Répartition des ventes (2010-2014) selon les territoires 0 € 10 000 000 € 20 000 000 € 30 000 000 € 40 000 000 € C araibes Am érique du N ord etC entrale Am érique du Sud Afrique U nion EuropéenneR este de l’Europe Asie O céanie
  15. 15. Continental Industrie, son organisation Cette organigramme représente l’organisation au sein de l’usine et du siège social, tous deux situés à St-Trivier sur Moignans. Comptant un peu moins de 50 salariés au sein de deux entités, il ne faut pas omettre les autres collaborateurs de Continental : agents, ingénieurs et techniciens qui opèrent à l’international. Cela élève l’effectif de Continental à une centaine de salariés. 12
  16. 16. Comme vu précédemment, Keyways est une pièce essentielle de l’engrenage Continental Industrie. L’équipe constituée de 7 personnes a pour rôle la supervision des transactions internationales, le service après-vente, le démarchage de nouveaux clients et par conséquent la promotion de l’entreprise au sein des marchés ciblés. 13 Directeur Andrea Responsable SAV Giorgio Responsable Marketing Vicente Technico- commerciaux Tatjana Ralf Alex Ramses Directeur Chine Gregory
  17. 17. Modèle de l’entreprise Continental Industrie développe des relations avec un grand nombre de clients. Sa particularité est qu’elle passe la plupart du temps par des sociétés d’ingénierie qui opèrent en tant qu’intermédiaires. Autrement dit, une société comme Outotec (multinationale finlandaise qui procure des technologies et services aux industries du métal et du minerai) achète un grand nombre de machines à Continental Industrie pour par la suite les revendre à ses clients dans le cadre d’un développement de projet. Outotec est une grande entreprise et un très bon client de Continental. Par ailleurs il existe également d’autres sociétés de tailles plus modérés qui opèrent au niveau national. Elles achètent les machines à Continental pour répondre aux appels d’offres des entreprises du pays où elles sont implantées. Le coeur du travail de Keyways International est de gérer les appels d’offre provenant du monde entier. C’est essentiellement le quotidien des technico-commerciaux. Chacun est responsable d’une zone géographique bien définie, qui correspond souvent à un continent. Ainsi ils traitent la plupart du temps avec les mêmes clients puisque dans ce type de business les clients changent peu souvent de fournisseurs vu la taille des investissements. C’est pourquoi il est essentiel pour Keyways International d’entretenir de bonnes relations avec ses clients, spécialement avec ceux qui sont le plus fidèles et qui impactent le plus le chiffre d’affaires. Pour cela les technico-commerciaux sont souvent en déplacement à l’étranger pour rencontrer ses interlocuteurs. En effet entretenir les relations par mail et appels téléphoniques est essentiel mais pas suffisant. Parallèlement à ce travail là, les commerciaux sont également responsables de la prospection au niveau international. Autrement dit, après avoir assurer un service de qualité avec les clients de Continental Industrie, il s’agit d’en démarcher d’autres.
 14
  18. 18. Contexte général de l’intervention Keyways avait déjà pris un stagiaire GEA en 2014. Andrea a accepté de renouveler l’expérience car il était satisfait de cette première tentative. Il y avait également un vrai sujet d’étude à réaliser. En effet Continental Industrie a atteint aujourd’hui une certaine étape de son développement. Elle est depuis quelques années présente sur les cinq continents et possède un réseau dense de collaborateurs à l’international. Dès lors des problèmes, jusqu’ici inconnus, apparaissent peu à peu. C’est le cas dans le domaine de la gestion des ventes. La mission traite de ce sujet-là dans un contexte où chaque filiale jouit d’une forte indépendance en terme de gestion des ventes. Annonce du plan La suite du rapport va se dérouler en trois étapes. La première s’intéressera à l’étude du problème rencontré par Keyways, la deuxième présentera les actions mises en oeuvre et enfin la dernière partie traitera des impressions générales liées à mon expérience. 15
  19. 19. I - Étude de l’existant Contexte Continental Industrie s’est développé au fil des années en laissant une forte indépendance à chaque filiale dans la gestion de leurs affaires. L’un des problèmes lié à ce « laisser-faire » découle du fait que les filiales ont adopté leur propre langage pour référencer les machines vendues. On peut penser que c’est dans leur intérêt de tenir des registres selon leurs propres standards. Cependant lorsque Keyways collecte ces données, ils ne peuvent pas réellement les regrouper puisque les listes de référence ne sont pas classées suivant la même logique. Cela pose des difficultés. Par exemple lors d’un démarchage commercial où il s’agit de comparer différentes machines. Si les indices de performance ne sont pas exprimés dans les mêmes unités, les machines sont difficilement comparables. Voilà pourquoi aujourd’hui Keyways cherche à centraliser et à standardiser un grand nombre d’informations afin de disposer d’une base de données exhaustive et opérationnelle. Pour ce faire les équipes techniques ont développé un logiciel appelé EvoCom qui permet justement de répertorier les listes de références au sein d’un même fichier. Les listes de références correspondent aux machines vendues. Ce logiciel est en anglais et est géré depuis le siège en France. Il permet aux commerciaux et aux gestionnaires de Keyways d’avoir une base de données viable et facile d’accès à condition que les représentants des filiales internationales update régulièrement la base du logiciel en fonction des ventes réalisées. 16
  20. 20. Introduction au logiciel EvoCom La rubrique Reference List du logiciel EvoCom se présente sous cette forme : Comme on peut le voir, les machines sont classées selon quatre types : Air Blower, Air Exhauster, Gas Blower et Gas Exhauster. Blower signifie surpresseur et Exhauster signifie aspirateur. Chaque machine possède des caractéristiques bien distinctes (la puissance, le débit, la pression, …) d’où la nécessité de les séparer. 17
  21. 21. Il est également possible de trier la sélection selon d’autres modalités comme l’application ciblé par la machine (drainage, combustion, biogas, …), le pays où se situe le client final, le modèle de la machine ou encore l’année de la vente. Chaque référence comprend plusieurs informations sur la vente : le numéro de cotation, le code de l’agence qui a vendu la (les) machine(s), l’entreprise cliente, son pays de résidence, l’année de vente, le (les) modèle(s) vendue(s) ainsi que les caractéristiques. 
 18
  22. 22. Problèmes rencontrés L’interface est relativement bien sentie et apporte un support de qualité dans le travail quotidien des salariés de Keyways. Cependant la base de données est loin d’être exhaustive. Et pour cause EvoCom référence les ventes de machines depuis 2012 alors qu’il existe des registres de vente qui remontent à 1986. Par ailleurs les informations présentes sur EvoCom sont souvent incomplètes à image des références dans lesquelles il manque les caractéristiques des machines (puissance, débit, pression). Dès lors deux pistes de réflexion sont à explorer afin d’enrichir le contenu d’Evocom : - récupérer les informations manquantes à propos des machines référencées dans le logiciel et tenter d’y remédier - commencer un travail d’archive afin de collecter un maximum de listes de référence dans l’idée de les intégrer au logiciel 
 19
  23. 23. II - Actions mises en oeuvre Listing des informations manquantes Afin de mener à bien cette première mission, il a été indispensable d’installer EvoCom sur mon ordinateur. Pour ce faire, j’ai très vite été mis en relation avec les techniciens français responsables du développement du logiciel. Franck, le technicien des traitements de données fût mon interlocuteur. C’est lui qui a pris à distance le contrôle de l’ordinateur pour y faire l’installation d’Evocom. Après avoir pris connaissance du logiciel il a fallu repérer les références de machines incomplètes. Ensuite il s’agissait d’exporter les données sous Excel pour pouvoir constituer des listes de référence selon les types de machine et leurs applications. Ci-dessous est représentée une des nombreuses listes références. Il s’agit des machines de type Gas Blower destiné à l’application Biogas. En jaune sont représentées les informations manquantes. Ce sont ces mêmes informations qui sont nécessaires pour que la base d’EvoCom soit la plus riche possible. 20
  24. 24. Avec Andrea nous avons décidé qu’il serait plus judicieux de communiquer par mail les fichiers à remplir. C’est à dire envoyer directement aux agences concernées les listes constituées sous Excel en leur expliquant notre démarche plutôt qu’appeler chaque agence pour faire nous-même la demande et la saisie. Cela permet ainsi aux gestionnaires de pouvoir remplir les fiches à leur rythme quand il sont libres de pouvoir effectuer correctement la tâche. C’est un gain de temps pour les deux parties évitant ainsi les interruptions. C’est une belle leçon de management qui privilégie la qualité du travail avec une vision à long terme plutôt que la culture de l’immédiateté qu’on retrouve dans certaines entreprises. Après avoir effectué cette première partie de la mission, c’est dorénavant aux agences d’apporter leur contribution. 21
  25. 25. Constitution d’un fichier référence La seconde partie de la mission se révèle bien moins guidée puisqu’il s’agit de regrouper un grand nombre de fichiers d’archives, un méli-mélo de listes de références provenant de différentes filiales dans divers pays. Les listes sont classées selon différentes modalités en fonction des pays : types de machines, applications, agence, … 22
  26. 26. Par ailleurs nous avions à disposition un ancien fichier Excel qui contient un début de listing d’archives réalisé il y a un ou deux ans. Voilà un extrait ci-dessous : La colonne application qui apparaît à gauche concerne les applications ciblés par les machines de Continental Industrie. Les gestionnaires ont établi des codes pour améliorer la lisibilité. En voici les détails : J’ai donc continué le travail préalablement commencé tout en gardant la même trame. Il a fallu passé en revu les quelques 45 listes de référence récupérés par mes supérieurs pour recouper les informations avec le pré-listing. Cela a permis de compléter des informations manquantes et de rajouter celles qui n’apparaissaient pas. Le travail que j’ai réalisé n’est pas définitif. Cette mission a davantage refléter la volonté des gestionnaires de remettre à plat et de standardiser la base de données de leur logiciel EvoCom. 23
  27. 27. Celui-ci étant de plus en plus utilisé par les salariés et collaborateurs de Continental Industrie il est essentiel d’assurer sa fiabilité et sa richesse. Dès lors la mission réalisée s’apparente davantage à un désamorçage de problème qui débouchera à une version complète d’EvoCom dans un futur plus ou moins proche. 
 24
  28. 28. Conclusion Bilan de l’expérience Pour commencer il s’agissait de ma première expérience de travail à l’étranger. C’est toujours très excitant de découvrir de nouveaux horizons. D’autant que ce stage mis en relation avec celui effectué l’année dernière prend un sens particulier à mes yeux. Pour rappel, j’ai effectué l’année dernière un stage de près de 3 mois chez Norbert Dentressangle, l’un des leaders européens du transport terrestre. J’opérais au siège social de la division Transport au sein du services Ressources Humaines. Ce qui est intéressant et instructif, c’est d’opposer ces deux expériences sur plusieurs points. Cadre de travail Comme on peut l’imaginer, le stress est plus présent dans l’entreprise française. Il peut y avoir plusieurs explications : • tout d’abord le nombre de salariés qui met les managers sous pression à mesure qu’il augmente • il y a également la ville et le climat qui peut avoir une influence non négligeable. Barcelone est une ville au climat et au mode de vie méditerranéen. On le retrouve d’une certaine manière au quotidien, que ce soit les horaires qui encadrent la journée (ici il s’agit davantage de l’influence espagnole) ou l’humeur qui se dégagent des salariés. Il sont davantage calmes, souriants et disposés à répondre aux requêtes. 25 Keyways International Norbert Dentressangle Keyways International est une petite structure composée de 8 personnes. Les bureaux sont situées sur la Rambla de Catalunya qui est une avenue très vivante, touristique et en plein centre de Barcelone. Chaque employé possède son propre bureau. Le siège social de Norbert Dentressangle est situé près de Valence dans la Drôme. Il y a environ 300 salariés répartis sur les différents services. Très souvent un bureau regroupe plusieurs postes de travail.
  29. 29. Missions du stage Je pense que dans une petite structure, les salariés sont davantage autonomes et indépendants. Chacun a son domaine de prédilection ou sa zone géographique (dans le cas des commerciaux) et les imprévus sont plus rares. À l’inverse dans une plus grosse structure, il y a très souvent des réunions, des mises au point, … En ce sens un stagiaire est davantage impliqué et voit une plus grande diversité de choses. À cet égard, ce stage à Barcelone m’a permis de découvrir d’autres manières de travailler, dans un cadre différent. C’est très enrichissant pour l’avenir de découvrir ce qui nous plait, ce qui nous plait moins et ainsi d’avoir une base de réflexion pour bâtir le style de vie que l’on souhaite lorsqu’on sera actif. Je crois désormais qu’en fonction du domaine dans lequel on souhaite travailler, du style de vie qu’on recherche, il y a une région (quelque part dans le monde) qui correspond davantage à une autre, qui possède des avantages et qui permet d’amplifier les résultats et la satisfaction personnelle. 
 26 Keyways International Norbert Dentressangle Outre LA mission et quelques autre travaux réalisés, on ressent une stimulation moindre en tant que stagiaire. Le fait d’être dans une grosse structure où beaucoup de services et de personnes se côtoient crée un certaine dynamique. En tant que stagiaire, on est davantage réquisitionné sur différentes tâches en parallèle des missions de base.
  30. 30. Autres observations • Rémunération : J’ai pu expérimenté deux types de stage. Mon premier a été rémunéré tandis que le second non. Je respecte tout à fait le choix des entreprises que je remercie au passage de m’avoir accueilli. Néanmoins j’ai l’intime conviction que lorsqu’un stage est rémunéré, l’entreprise voit le stagiaire davantage comme un employé qui doit à tout prix apporter de la valeur ajouté. En effet pour que l’entreprise soit gagnante il faut qu’à l’avenir elle perçoit un retour sur investissement positif, autrement dit que le stagiaire leur ai rapporté d’une manière ou d’une autre de l’argent. À l’inverse un stage non rémunéré va développer une relation différente entre l’entreprise et le stagiaire. Dans mon cas cela s’est reflété dans l’accueil, très chaleureux, et dans la relation avec mes collègues qui étaient très accessibles. • Expérience personnelle : Enfin ce stage a fait office pour moi d’introduction à la vie espagnole. En effet je pars en Septembre faire une année Erasmus à Grenade en Andalousie. Ce fût donc idéale pour moi d’être immergé pendant deux mois dans une ville étrangère où je ne connais personne. Bien que Barcelone soit très cosmopolite, on y parle beaucoup anglais, français et espagnole bien sûr, le dépaysement n’est donc pas totale mais le mode de vie est très différent de celui en France. Je pense néanmoins que c’est une bonne entrée en matière avant mon année à Grenade. D’autant que j’ai pu rencontré beaucoup d’autres étudiants qui sont très mobiles en Europe et échanger avec eux sur pléthore de sujets. J’ai adoré Barcelone. Sa richesse culturelle, sa chaleur, la générosité des habitants, son architecture. Il y a tellement de choses à faire et à découvrir que les deux mois sont passés très vite. 27
  31. 31. Table des annexes Annexe 1 : archives de listes de référence 
 28
  32. 32. Annexe 2 : plaquette, usine de Continental à St Tripier sur Moignons
 29
  33. 33. Annexe 3 : illustrations des applications permis grâce aux machines de Continental
 30
  34. 34. Annexe 4 : autres exemples de listing réalisés dans le cadre de la première partie de la mission Air Blower - Galvanisation Air blower - Couteau d’air Air Exhauster - Drainage Gas Blower - Transport de gaz 
 31
  35. 35. Quatrième de couverture J’ai réalisé mon stage de fin de deuxième d’année au sein du département commercial de Continental Industrie appelé Keyways International à Barcelone. Le stage a duré sept semaines pendant lesquelles j’ai pu réaliser une mission principalement en lien avec la gestion des ventes des machines de Continental Industrie. Continental Industrie est une entreprise qui fabrique et vend des compresseurs, aspirateurs et surpresseurs à des fins industrielles. Elle est très ouverte à l’international. Keyways International est, elle, essentiellement composé de commerciaux en charge des ventes à l’exportation. J’ai travaillé sur un logiciel de gestion des ventes, EvoCom, où il s’agissait d’effectuer une remise à plat de sa base de données. L’objectif à terme est de standardiser l’ensemble des listes de référence présentes dans EvoCom, c’est à dire le référencement des machines vendues. Ce stage a été très intéressant, tout particulièrement lorsque je le compare à mon stage de première année. Cela m’a permis de vivre en deux ans deux expériences professionnelles radicalement différentes et riches en enseignements.

×