Printing process simple

1 336 vues

Publié le

French description of basement of packaging printing

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 336
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Printing process simple

  1. 1. 1 Sommaire 1. Imprimer, c’est quoi? a. Principes de base b. Différentes techniques c. Comment? 2. En pratique dans l’emballage a. Quelles méthodes pour quels emballages? b. Le support et la séparation couleur. c. Les défauts courants 3. Q&A
  2. 2. 2 Imprimer, c’est quoi? Par essence, il s’agit de reproduire sur un support un graphisme (des images, des textes…) en grande quatité. Cette reproduction s’opère par l’ajout d’encres sur ce support. La nature du support et la technique employée à cette fin vont imposer la manière de concevoir la reproduction, et par conséquence l’aspect du produit fini.
  3. 3. Différentes techniques Il existe beaucoup de procédés d’impressions. On peut les regrouper comme suit: • Procédés traditionnels (avec forme imprimante) Typographie [pratiquement plus en usage] Offset Héliogravure (Rotogravure) Flexographie Sérigraphie (Screen printing) Tampographie Cyclostyle [anecdotique, procédé dit « Stencil »] • Procédés numériques (sans forme imprimante) Jet d’encre Electrophotographie (laser) Impression thermique • Procédé photographique Photocopie analogique (xérographie) [pratiquement plus en usage]
  4. 4. 4 Comment? Contrairement à certaines idées reçues, on imprime toujours (quel que soit le procédé) 100% d’une couleur. Pour reproduire des nuances dans cette couleur, on utilise un trompe-l’œil, la trame, constituée de petits points de différentes tailles plus ou moins proches qui simulent les gris! Trame traditionnelle (fréquence fixe) Trame stochastique (fréquence modulée)
  5. 5. 5 Imprimer en couleur Pour reproduire un large panel de couleurs, on combine différentes couleurs qui simulent le spectre complet (ici, exemple en quadrichromie) Image base Résultat imprimé Séquence d’impression Résultat imprimé Forme Imprimante Cyan Magenta Jaune Noir
  6. 6. 6
  7. 7. 7 En pratique dans l’emballage Dans notre secteur, on emploie couramment les procédés suivant: Offset Boîtes, Etiquettes, IML (PP)… Héliogravure (Rotogravure) Boîtes, Etiquettes en rouleaux, Sachet… Flexographie Boîtes, Etiquettes en rouleaux, Adhésifs PET & PPL, Film PET & PPL, Briques alimentaires… Sérigraphie (Screen printing) Bouteilles en verre, Tissus, Adhésifs PET, Verres, PVC, Bouchons… Tampographie Bouchons…
  8. 8. Impression Offset Principales applications: Magazines, journaux, publicités,… Dans l’emballage: Boîtes, étiquettes,… Capacité de tirage: 300.000 à 400.000 impressions au grand maximum en rotatif (moins en feuille à feuille)
  9. 9. Impression Rotogravure Principales applications: Magazines, catalogues, mais aussi revêtement de sol, stratifié,… Dans l’emballage: Boîtes, étiquettes en rouleaux, sachets,… Capacité de tirage: De 6 à 7 millions d’impressions (cylindre cuivre, plus si chromé)
  10. 10. Impression Flexographie Principales applications: Journaux, annuaires téléphoniques,… Dans l’emballage: Cartons ondulés, étiquettes en rouleaux, sacs à pain, sacs PET, briques pour liquides, Shrink foils… Capacité de tirage: De 1 à 2 millions d’impressions en moyenne
  11. 11. 11 Sérigraphie et Tampographie
  12. 12. 12 Le procédé, le support et la séparation couleur Donc, le procédé influence largement les choix de production. • Tous les supports (transparent, Opaque, Métallique, …) ne s’impriment pas forcément avec tous les procédés. • Une majorité des emballages sont encore imprimés en Flexographie pour des questions de coûts et de souplesse. • En emballage, on emploie le plus souvent des encres de ton direct (Pantone, Couleurs Spécifiques, qui sont plus vives) plutôt que les encres quadrichromies (plus souples, mais qui par association sont plus ternes).
  13. 13. 13 Les défauts courants Le manque de repérage qui se solutionne avec le « Trapping »
  14. 14. 14 Tramer: le moirage Utiliser une trame traditionnelle implique une grande rigueur à l’angulation. Sinon, on observe un phénomène de perturbation de fréquence, le moirage Image base Angulation correcte Moirage
  15. 15. 15 Maculage, excès d’encrage En fonction du support et de la technique d’impression, il sera possible de déposer sur le support plus ou moins d’encres. On parle de Taux d’encrage maximum (TAC en anglais, pour Total Average Covering). En offset sur papier couché de qualité, il atteint 360% (soit théoriquement 100% de Cyan + 100% de Magenta + 100% de Jaune + 60% de Noir) En impression Canette, il est limité à 140% maximum (avec de plus des problèmes de pollution des encres)
  16. 16. 16 Engraissements En flexographie, malgré la pression relativement faible à laquelle l'encre est déposée sur les parties en relief du cliché, ce dernier subit une légère déformation et est comprimé durant le transfert. L'étalement de l'encre ainsi provoqué accentue l'engraissement du point.
  17. 17. Engraissements La surface d'impression joue aussi un rôle important dans l'engraissement du point. Une encre appliquée sur une film non absorbant lisse ou sur papier couché s'étale très peu, préservant ainsi la forme du point. Sur une surface d'impression perméable et rugueuse, papier non couché, journal ou carton ondulé par exemple, les fibres du papier, en absorbant l'encre, modifient la forme et le motif des points. Généralement, en flexographie, la faible viscosité de l’encre accentue ces effets. De plus, la tension entre le support et l’encre peut elle aussi intervenir dans ce résultat (contact plus ou moins mouillant).

×