Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
DOSSIER
Rénovation thermique :
l’architecture
sous « facteur 4 »CLASSEMENT
PAR CHIFFRES D’AFFAIRES
DES 100 PREMIERS BET
PA...
Ci-dessus :
1. La cité de la musique et de la danse de Soissons,
Henri Gaudin architecte.
2. Réhabilitation de l’ancien si...
4 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15
SOMMAIRE N° 238 - SEPTEMBRE 15
En couverture :
La collection Lambert, Berger&Berger
©...
> LE DESSIN DE MARTIN ÉTIENNE
> MAÎTRISE D’ŒUVRE D’EXCEPTION
OU EXCEPTION FRANÇAISE ?
D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15 129
Des menaces nouvelles pèsen...
130 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15
trise d’œuvre en France, y compris dans le cadre de la loi MOP,
ne permettent pas d...
131
>
désormais dans une logique darwinienne de plus en plus finan-
cière, à laquelle participe d’ailleurs la maîtrise d’ou...
132 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15
GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET
RANG BET ADRESSE CH...
L’ÉPÉE DE DAMOCLÈS DES ASSURANCES
Cette incapacité chronique en France à inclure les budgets de
fonctionnement dans les bu...
134 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15
28 IGREC INGÉNIERIE* BÂTIMENT INFRASTRUCTURE/INDUST./ENVIR. PARIS 75013. 127 AVENUE...
GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET
67 CICAL SA INGÉNIERIE - BUREAU D’ÉTUDES – PLUTÔT INDUSTRI...
137
> « IL FAUT DES NORMES INTELLIGENTES QUI NE
RENCHÉRISSENT PAS LE COÛT GLOBAL D’UN PROJET »
Nicolas Jachiet est depuis ...
GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET
86 IGETEC BÂTIMENT AURILLAC 15000. 14, AVENUE DU GARRIC 2,...
139
106 CETRALP BÂTIMENT ANNECY-LE-VIEUX 74940. 19, AVENUE DU PRÉ-DE-CHALLES 2,272
107 LAFI ENGINEERING BÂTIMENT SAINT-DEN...
Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

sur

Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 1 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 2 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 3 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 4 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 5 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 6 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 7 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 8 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 9 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 10 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 11 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 12 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 13 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 14 Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T Slide 15
Prochain SlideShare
Ivry - la future offre commerciale place du général De Gaulle
Suivant
Télécharger pour lire hors ligne et voir en mode plein écran

2 j’aime

Partager

Télécharger pour lire hors ligne

Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T

Télécharger pour lire hors ligne

Dans la prochaine édition de Septembre 2016, nous allons publier la réactualisation du palmarès des plus importants Bureaux d'Etudes et d'Ingénierie en France. Etabli à travers le chiffre d'affaires, donc directement corrélé aux projets en cours d'étude ou en phase de chantier, le classement reflète plutôt l'état de la production. Ce classement sera consulté avec attention par les architectes et les différents donneurs d'ordres avec lesquels ils collaborent.

Magazine d'a n°238 : classement des B.E.T

  1. 1. DOSSIER Rénovation thermique : l’architecture sous « facteur 4 »CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET PARCOURS Pierre Gautier RÉALISATIONS Robbrecht en Daem Berger&Berger Herzog & de Meuron Caruso St John Henri Gaudin TECHNIQUE Recyclage : des matériaux en boucle d’a D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 2015 D’ARCHITECTURES238-SEPTEMBRE2015DOSSIER:RÉNOVATIONTHERMIQUE:L’ARCHITECTURESOUS«FACTEUR4»-TECHNIQUE:RECYCLAGE:DESMATÉRIAUXENBOUCLE D’ARCHITECTURES, LE MAGAZINE PROFESSIONNEL DE LA CRÉATION ARCHITECTURALE – FRANCE 12 € - BELGIQUE 12,50 € - DOM/S 13 € - TOM/S 1500 XPF - CANADA 16,99 $CAD - SUISSE 19,90 FS - GR 14,40 € - MAROC 130 DH - TUNISIE 14 TNDd’a L 13688 - 238 - F: 12,00 € - RD DA238CV_15090couv
  2. 2. Ci-dessus : 1. La cité de la musique et de la danse de Soissons, Henri Gaudin architecte. 2. Réhabilitation de l’ancien siège d’Eiffage en résidence hôtelière à Vélizy, Pierre Gautier architecte Photos : E. Caille D’ARCHITECTURES est un magazine libre et indépendant de toute institution, Ordre, entreprise du BTP ou groupe d’architectes. Il est uniquement financé par vos abonnements, la vente en kiosque et l’apport des annonces publicitaires. En matière de politique environnementale ou de logement, lorsqu’un ministre dégai- ne son objectif chiffré, l’architecture tremble : objectif 500000logements, objectif 150000 logements démolis, engagement division par quatre des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2050… Non qu’il ne faille se réjouir de si belles pro- messes (qui ne sont d’ailleurs jamais tenues), mais craindre que les critères urbains et architecturaux soient les premières victimes de ces stratégies où règne la culture des résultats chiffrés. Il est vrai que les effets de la qualité d’un bon projet se jugent à moyen et long terme, c’est-à-dire au-delà de la durée moyenne d’un ministère ou d’un mandat. Lorsqu’en 2003 la France s’engage pour la division par quatre des émissions de GES à l’horizon 2050 – l’objectif « facteur 4 » –, le secteur du bâtiment est évidemment l’un des plus concernés. Moins dans la construction neuve, qui ne représente qu’une part infime de la consommation énergétique, que dans le parc existant où l’essentiel reste à faire. Pour répondre à la batterie de normes thermiques à atteindre, les indus- triels développent des produits et des procédés souvent efficaces. Ceux-ci n’ont en eux- mêmes rien de condamnables mais, mis entre toutes les mains, notamment entre celles dont l’unique but est d’atteindre la cible permettant de décrocher un label et une subvention, ils conduisent à une irrémédiable détérioration du cadre bâti. La réhabilitation, pas plus que la construction neuve, ne se réduit à des interventions fonctionnelles et techniques. On a vu combien l’application stricte des normes peut produire des résultats en contradiction avec leurs intentions initiales. En réhabilitation, la prise en compte et l’interprétation subtile du contexte urbain, patrimonial ou socio- logique sont autant les conditions d’un projet réussi, d’un projet qu’il ne faudra pas entièrement réhabiliter à nouveau lors du prochain objectif fixé par un ministère. Emmanuel Caille ÉDITORIAL / OBJECTIF NUL 1 2 DA238_15090Sig01 1
  3. 3. 4 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15 SOMMAIRE N° 238 - SEPTEMBRE 15 En couverture : La collection Lambert, Berger&Berger © Emmanuel Caille > AU SOMMAIRE DU PROCHAIN NUMÉRO de d’architectures n° 239, octobre 2015 L’architecture des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes MAGAZINE > POINT DE VUE 6 Le dessin de Martin Étienne > PARCOURS 10 Pierre Gautier : de la transfrontalité à la transversalité 20 > PHOTOGRAPHE Éric Tabuchi, iconophile, iconoclaste > QUESTION PRO 26 Ouvrir ou ne pas ouvrir le capital des agences d’architecture ? OS > CONCOURS 31 Nul n’est prophète en son pays : un pôle culturel à Sarlat DOSSIER S > RÉNOVATION THERMIQUE : L’ARCHITECTURE SOUS « FACTEUR 4 » 42 Dépasser la rénovation thermique pour réussir la transition énergétique 44 Entretien avec Florent Loussouarn, de Pouget Consultants 46 Réhabiliter les tours : inventer ou pas ? 48 Double peau et chauffage d’air, la maison 366 à Strasbourg 50 La mue du serpentin : réhabilitation des Courtillières, à Pantin 52 Conformités brutalistes, réhabilitation de 798 logements à Boulogne-Billancourt 54 Génicart change d’image, requalification d’un quartier à Lormont 57 Réhabiliter le bâti ancien, quatre exemples d’opérations parisiennes ON RÉALISATIONS 66 Robbrecht en Daem : une halle aux archives à Bordeaux 74 Berger&Berger : la collection Lambert à Avignon 82 Herzog & de Meuron : le nouveau stade de Bordeaux 90 Caruso St John : Zurich Europaallee 98 Henri Gaudin : la cité de la musique et de la danse à Soissons GUIDE 106 Innovation : bruit, isoler et ouvrir 108 Design : le designer face à la matière 113 Dossier : recyclage : des matériaux en boucle 124 Produits utiles 126 Les concours 129 Dossier : maîtrise d’œuvre d’exception ou exception française ? Classement par chiffres d’affaires des 145 premiers bureaux d’études en France 141 Agenda, expositions, conférences, colloques, formation et cours > QUÈSACO ? 146 Mais à quel usage ce bâtiment est-il destiné ?
  4. 4. > LE DESSIN DE MARTIN ÉTIENNE
  5. 5. > MAÎTRISE D’ŒUVRE D’EXCEPTION OU EXCEPTION FRANÇAISE ? D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15 129 Des menaces nouvelles pèsent sur la maîtrise d’œuvre, architectes et ingénieristes confondus. Différentes pour chacun, elles nuisent à l’un et à l’autre dans la mesure où leur solidarité est garante de leur force commune. Sous couvert d’efficacité ou de développement durable, de nom- breux facteurs concourent en effet aujourd’hui à l’usage de calculs conventionnels qui nuisent à une gestion intelligente des bâtiments et à l’expression d’une architecture créative. Le retour aux projets « gaines-techniques » est-il inéluctable ? À l’orée des années 2000, plus de vingt ans après la loi MOP, la plupart des entreprises de BTP ont développé une capacité de « maîtrise d’œuvre » intégrée leur permettant notamment d’établir les plans d’exécution des ouvrages. C’est également le cas de la plupart des fournisseurs d’équipements (climatisation, ascenseurs, etc.). Ce qui, dans les faits, réduisait déjà d’autant le marché de la maîtrise d’œuvre même si la loi MOP autorise, dans le cadre de missions complémentaires, la maîtrise d’ouvrage à lui confier des missions d’exécution. Qui plus est, les plus impor- tantes des entreprises générales, si elles assurent ne pas vouloir remettre en cause le rôle de l’architecte dans le domaine de la conception et même si elles sous-traitent les études, sont en mesure de contester techniquement certaines options de la maî- trise d’œuvre, appliquant une politique dite « de la variante », c’est-à-dire privilégiant l’économie et non la qualité de projet. Or il faut se souvenir que, encore dans les années 1960, les grands cabinets assumaient les fonctions de direction de travaux, d’études techniques et de métrage-vérification. Pourtant, au fil du temps, beaucoup d’architectes se sont de facto recentrés sur la conception des immeubles dont la maîtrise d’œuvre leur est confiée au détriment de la direction des travaux, et sur la partie esthétique et fonctionnelle de la conception au détriment de la partie technique et économique, d’où notamment la naissance des économistes de la construction. Ce recentrage est la consé- quence également, en partie, de l’enseignement généraliste des écoles d’architecture françaises, à l’opposé des études plus techniques, voire d’ingénieurs, en Allemagne et dans les pays scandinaves, par exemple. Enfin, les règles d’exercice de la maî- > Modélisation et réaction de la structure du Centre Frans Masereel à Kasterlee (Belgique). Bollinger+Grohmann ingénierie et LIST architectes. © Bollinger+Grohmann ingénierie
  6. 6. 130 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15 trise d’œuvre en France, y compris dans le cadre de la loi MOP, ne permettent pas de constituer des bureaux d’architectes-ingé- nieurs comme dans les sociétés de tradition de droit anglo-saxon. Résultat, les deux piliers de la maîtrise d’œuvre – l’architecte et l’ingénieriste – se sont en France peu à peu isolés l’un de l’autre. LA TENTATION TECHNICISTE DES POLITIQUES Face à la concurrence désormais mondialisée, la perception d’une faiblesse de la maîtrise d’œuvre en France a conduit les politiques à tenter de revenir sur la loi MOP mais sous l’angle de l’ingé- nierie. Dès 1998, les premières exceptions apparaissent dans le cadre de la construction des prisons – on se souvient notamment que pour la réalisation des prisons de Toulon-La Farlède (Var) et de Liancourt (Oise) : si Architecture Studio en était l’architecte, c’est bien Quille Dalla Vera, une filiale de Bouygues, qui en était, déjà, le mandataire. En 2002, le gouvernement Raffarin lançait les partenariats public-privé (PPP), malgré les protestations de Gilles de Robien, ministre de l’Équipement, et de Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et ministre de tutelle des archi- tectes. La loi votée en 2004 avait placé ces procédures dans un cadre d’exception mais, à partir de 2007, Nicolas Sarkozy fait sauter nombre de garde-fous. Les PPP et la conception-réali- sation vont dès lors se généraliser, permettant aux majors du BTP de réaliser de bien belles opérations financières, dont le « Pentagone à la française » est l’exemple le plus probant. À noter que la tentation de la technique ne date pas d’hier, y compris chez les architectes – on se souvient notamment du modèle « multiplus » développé par Paul Chemetov avec André Bonardi, l’ancien ingénieur de Jean Prouvé, qui a vite dérivé en Les grosses sociétés d’ingénierie œuvrent désormais dans une logique darwinienne de plus en plus finan- cière, à laquelle participe d’ailleurs la maîtrise d’ouvrage. < Qui a dit que les BET n’avaient pas d’humour? Avec un chiffre d’affaires de 440000 euros, le bureau d’études de Mouans-Sartoux B52 fait parti des nombreux bureaux d’études qui n’entrent pas encore dans ce premier classement. Pour se faire connaître, notamment des architectes, il distribue des micro-implants à brancher directement dans le cerveau de ces derniers pour les contrôler. projets « gaines-techniques », la question technique finissant par induire la réponse architecturale. Notons enfin que l’a priori technique demeure chez les politiques : non seulement les gou- vernements sous Hollande n’ont pas au fond remis en cause les PPP mais seulement ses dérives – et encore – mais la loi Macron, qui voulait notamment revenir sur l’obligation que des archi- tectes possèdent plus de la moitié des parts d’une société d’archi- tecture, allait dans ce sens, avant que cet aspect ne soit retoqué. La question prend d’ailleurs un tour nouveau puisque nous voyons aujourd’hui des sociétés d’ingénierie qui intègrent des architectes afin de devenir « ensemblier » ou « contractant général » d’un projet « livré clés en main », voire qui proposent de piloter rien moins qu’un PPP. La construction-réalisation ren- voie à la même difficulté. Dans un groupement où une grosse société de construction (les majors) est de fait le maître d’œuvre mandataire et donneur d’ordre, rien ne l’empêche d’imposer ses propres bureaux d’études et ses propres calculs. Toujours est-il qu’aujourd’hui, dix ans plus tard, à l’heure des premiers bilans, dans le domaine de l’architecture, la réussite du modèle de l’ingénierie triomphante ne saute pas aux yeux et la question se pose : où en sont aujourd’hui les relations entre architectes et ingénieristes au sein de la maîtrise d’œuvre ? Certes, en effet, quelques grosses sociétés d’ingénierie sont parvenues à atteindre une taille critique qui leur permet de riva- liser avec les armadas anglo-saxonnes. Mais cette consolidation capitalistique a conduit à une différenciation plus marquée des pratiques. En effet, les grosses sociétés d’ingénierie, à l’instar des sociétés d’architecture qui se sont organisées pour atteindre elles aussi une taille critique – on pense à 2/3/4, notamment –, œuvrent GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET
  7. 7. 131 > désormais dans une logique darwinienne de plus en plus finan- cière, à laquelle participe d’ailleurs la maîtrise d’ouvrage. Pour résumer : les gros projets vont « naturellement » aux grosses sociétés d’ingénierie, les petits projets aux petits BET. Bien, pourquoi pas. Il est vrai d’ailleurs que de petites structures au savoir-faire pointu tirent parfaitement leur épingle du jeu, dans l’acoustique ou la façade, par exemple. Il demeure cependant que les « petits » BET se retrouvent de plus en plus cantonnés à des « petits » projets, alors que la validité du calcul n’a rien à voir avec le nombre d’employés ou le chiffre d’affaires. Or, un accès plus limité aux belles commandes impacte fortement des petits bureaux qui, auparavant, pouvaient avec un gros contrat de temps en temps maintenir un modèle économique les autorisant à gagner moins tout en travaillant bien sur neuf petits dossiers et, ainsi, maintenir une proximité à l’échelle de la région, voire plus loin. Ainsi le paradoxe veut qu’aujourd’hui les petits BET de proximité sont débordés de travail mais parviennent tout juste à équilibrer leurs comptes. LE MÉCANISME DE LA BALLE DANS LE PIED Cet impact est renforcé, à cause de la crise notamment mais pas seulement, d’une part par la tendance forte au dumping des honoraires, qui descendent souvent jusqu’à 5 %, et d’autre part par des offres très basses, voire absurdement basses de la part des maîtres d’ouvrage (tout le monde se souvient du budget affiché lors du concours de la Philharmonie de Paris : 200 millions d’euros, quelle blague !). Or, les BET ne peuvent compromettre la prestation technique et, à travail égal, nombre d’agences ont perdu jusqu’à 20 % de leurs revenus en trois ans, le ralentisse- ment de la commande publique encourageant encore plus au dumping des honoraires de la maîtrise d’œuvre. Un cercle vicieux par ailleurs alimenté par une réglementation draconienne qui frise souvent l’absurde et un système de certi- fication auquel sont liées les subventions destinées à la maîtrise d’ouvrage. C’est en effet le résultat de l’étude TH-C-E pour le neuf ou TH-C-E EX pour la rénovation qui détermine l’attribution des aides fiscales et financières associées (Éco PTZ, PTZ+, BBC neuf, BBC rénovation, ANAH, aides régionales, départementales et locales, etc.). Ce n’est pourtant un mystère pour personne que ce calcul réglementaire permet au mieux de créer de beaux camemberts décrivant l’efficacité énergétique supposée, sinon prévue, d’un bâtiment. Sauf que ce calcul ne prend en compte ni l’usage futur réel du bâtiment, ni l’efficacité de ses systèmes à court ou moyen termes ni les contraintes de maintenance. Une vision réglementaire de court terme incontournable pour le maître d’ouvrage qui peut à l’occasion se révéler désastreuse. Que se passe-t-il quand les panneaux photovoltaïques tombent en panne, ne produisent plus l’électricité nécessaire à la VMC, que l’on ne peut pas ouvrir les fenêtres et que c’est la canicule ? Que se passe-t-il quand 90 % des VMC double flux sont mal entretenues ? Que se passe-t-il, en réhabilitation, dans les appar- tements isolés par l’extérieur où la ventilation a été négligée ? C’est ainsi que des architectes et leur BET n’ont parfois d’autre obligation que de livrer, en parfaite connaissance de cause, des prestations parfaitement inutiles ou, pire, dommageables à terme. Il ne faut pas non plus sous-estimer ici la capacité des fabricants à promouvoir leurs solutions constructives. Bref, le système conduit à la création de ce qu’un ingénieur appelle « un sinistre réglementaire » quand des effets de seuils font que le concept même de faire des économies finit par coûter très cher.
  8. 8. 132 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15 GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET RANG BET ADRESSE CHIFFRE D’AFFAIRES 2013 [EN MILLIONS D’EUROS] 1 INGÉROP* INFRASTUCTURES, TRANSPORTS PUBLICS, EAU, ÉNERGIE COURBEVOIE 92408. 168/172 BOULEVARD DE VERDUN 189,000 ET ENVIRONNEMENT, INSTALLATIONS INDUSTRIELLES, BÂTIMENT 2 EGIS** BÂTIMENT ST-QUENTIN-EN-YVELINES 78286. 15, AVENUE DU CENTRE - GUYANCOURT 149,000 3 ARTELIA (COTEBA ET SOGREAH)** CONSTRUCTION, INFRASTRUCTURES, ENVIR. LYON 69003. 2, AVENUE LACASSAGNE 127,935 4 CEBTP GINGER ÉTUDE ET ANALYSE DES SOLS, MATÉRIAUX ET STRUCTURES ÉLANCOURT 78990. 12, RUE GAY-LUSSAC - ZAC LA-CLEF-DE-SAINT-PIERRE 84,626 5 AUXITEC BÂTIMENT SA INDUST., BÂT. ET GÉNIE CIVIL SYSTÈMES D’INFORMATION LE HAVRE 76600. 171, BOULEVARD AMIRAL-MOUCHEZ 71,800 6 FOSTER WHEELER CONCEPTION ETUDES* BÂTIMENT, PÉTROCHIMIE, CHIMIE FINE PARIS 75012. 92, QUAI DE BERCY 67,766 7 JACOBS SERETE BÂTIMENT ET INDUSTRIE PARIS 75013. 86, RUE REGNAULT 54,513 8 BEG INGÉNIERIE BÂTIMENT ORLÉANS 45062. 31, RUE HENRI-POINCARÉ 51,858 9 GRONTMIJ SA BÂTIMENT PARIS 75017. 140, BOULEVARD MALESHERBES 49,091 10 SETEC BÂTIMENT BÂTIMENT PARIS CEDEX 12 75583. 42-52, QUAI DE LA RAPÉE 39,863 11 BERIM* BÂTIMENT PANTIN 93500. 149, AVENUE JEAN-LOLIVE 39,060 12 TPF INGÉNIERIE (OUEST COORDINATION ET BETEREM) BÂTIMENT MARSEILLE 13002. LE BALTHAZAR - 2, QUAI D’ARENC 38,500 13 CAP INGELEC SA BÂTIMENT ÉNERGIE ET INDUSTRIE CARQUEFOU 44470. ESPACE PERFORMANCE -1, RUE ALEXANDRO-VOLTA 38,460 14 CET INGÉNIERIE BÂTIMENT VILLENEUVE-LA-GARENNE 92390. IMM. LE VILLERENNE - 23, QUAI ALFRED-SISLEY 31,205 15 AIA INGÉNIERIE BÂTIMENT HERBLAIN 44805. 15 RUE OLYMPE DE GOUGES 31,031 16 INGEDIA INFRASTRUCTURE, INDUSTRIE, BÂTIMENT, ENVIRONNEMENT, ÉNERGIE VERSAILLES 78000. LE MONTCALM - 2, RUE DU PONT-COLBERT 20,630 17 ECOTRAL SA BET THERMIQUES STRASBOURG 67953. 5, RUE G.A. HIRN 20,101 18 TECHNIP SERI CONSTRUCTION BÂTIMENT INFRASTRUCTURES/INDUST. PARIS 75012. 80, AVENUE TERROIRS-DE-FRANCE 20,051 19 SLH GROUPE BÂTIMENT GENTILLY 94250. 119, AVENUE PAUL-VAILLANT-COUTURIER 13,410 20 OTCE BÂTIMENT TOULOUSE 31000. 95, RUE DES AMIDONNIERS 13,000 21 OTBI BÂTIMENT NICE 06000. BÂTIMENT C - 208, ROUTE GRENOBLE-SPACE 12,248 22 KEO INGÉNIERIE BÂTIMENT LYON 69001. 1, MONTÉE DE LA BUTTE 11,379 23 SCO (STE COORDIN ORDONNANCEMENT) BÂTIMENT PARIS 75015. 27 RUE LOUIS-VICAT 11,307 24 BETOM INGÉNIERIE BÂTIMENT VERSAILLES 78000. 33 AVENUE ÉTATS-UNIS 11,198 25 CIEC ENGINEERING BÂTIMENT SAINT-CLOUD 92210. 25-29, RUE MICHEL-SALLES 10,833 26 PROJEX INGÉNIERIE BÂTIMENT VILLENEUVE D’ASCQ CEDEX 59658. 30 PLACE SALVADOR-ALLENDE 10,762 27 ISM ARCHITECTURE ENGINEERING BÂTIMENT MONTAIGU 85602. 23 RUE AMIRAL-DUCHAFFAULT 10,291 * Correspond au chiffre d’affaires 2013 de tout le groupe, chiffres du bâtiment seul non disponibles. ** Correspond au chiffre d’affaires 2013 de la branche bâtiment-industrie. Ce classement est issu d’une compilation de différentes sources réalisée par Archiliste. Elle concerne les bureaux d’études et sociétés d’ingénierie spécialisées dans le bâtiment dont le nombre d’employés est supérieur à 10 salariés et le chiffre d’affaires (2013) à 1,5 million d’euros. Au total 4 000 questionnaires, ce qui ne représente sans doute pas l’intégralité des sociétés concernées, ont été envoyés. Ne figurent donc dans ce classement que les entreprises ayant répondu à ce courrier ainsi que celles, pour les plus importantes, dont les informations sont publiques. Il ne s’agit donc pas ici d’un classement exhaustif, loin s’en faut, car, pour la première étude de ce type, notre volonté était de donner un aperçu de la structure et de l’échelle de ces métiers plutôt qu’un palmarès proprement dit. À cet effet, et pour garder autant de cohérence que possible à un panel regroupant des sociétés offrant des prestations ou présentant des organisations parfois très différentes les unes des autres, nous n’avons retenu que les BET et sociétés d’ingénierie ayant un rapport direct avec l’architecte dans le cadre de la maîtrise d’œuvre. Nous avons donc éliminé de ce classement les entreprises : - dont l’activité bâtiment n’est pas le cœur de cible (énergie, infrastructures, mines et métallurgie, pétrole, gaz et pétrochimie, par exemple) ; - dont l’ingénierie est périphérique au bâtiment (forages, sondages, études de sol, décontamination des sols, assainissement, etc.) ; - les filiales d’une société déjà citée dans le classement et présentant son CA global ; - les sociétés de conseil ou de contrôle (Socotec aurait auquel cas été placé en deuxième position). MÉTHODOLOGIE DU CLASSEMENT
  9. 9. L’ÉPÉE DE DAMOCLÈS DES ASSURANCES Cette incapacité chronique en France à inclure les budgets de fonctionnement dans les budgets de construction fait peser une autre menace pour la maîtrise d’œuvre, architectes et ingénieristes confondus : l’assurance. Michel Klein, en charge du département Sinistres de la Mutuelle des architectes fran- çais, résume clairement les enjeux : « Ce qui est certain, c’est que l’application de la garantie décennale à tout défaut de performance énergétique ferait entrer dans le domaine de l’as- surance obligatoire un nouveau risque à garantir, ce qui pour- rait remettre en cause l’équilibre économique du système de l’assurance obligatoire. » Ce n’est rien de le dire. Une gageure en effet de garantir tout défaut de performance énergétique quand par exemple la réglementation thermique évolue en fonction de politiques macroéconomiques, privilégiant l’élec- tricité là, puis le gaz ici au gré des lobbies – relire les RT2005 et RT2012 pour s’en convaincre. Et comment évaluer la « non-per- formance énergétique » ? Les experts et avocats n’ont pas fini d’en débattre. Pour les assureurs, un cauchemar. Et qui paie la décennale ? La maîtrise d’œuvre. CALCULS CONVENTIONNELS Bref, la réglementation, le manque de rémunération de la matière grise, le développement des contrats globaux, les poli- tiques publiques, tout concourt au recours aux calculs conven- tionnels. À cela s’ajoute une formation souvent déficiente pour les jeunes architectes. D’une part, ces derniers, peu au fait des questions d’ingénierie, ont parfois tendance à attendre de leur BET qu’il « produise » le projet et, d’autre part, à ne pas tou- jours bien comprendre comment fonctionne la répartition des honoraires au sein de la maîtrise d’œuvre. Toutes ces raisons combinées conduisent à ce que la question technique finisse par induire la réponse architecturale et à ce qu’apparaisse aujourd’hui une nouvelle génération de projets « gaines-tech- niques ». Or un bâtiment ne répond pas forcément à des calculs conven- tionnels, ce pourquoi la responsabilité d’un architecte est de viser la conformité architecturale, les BET s’attachant alors à la rendre réalisable. Ce sont d’ailleurs les architectes qui ne peuvent s’affranchir d’une approche technique qui craignent le plus la supposée mainmise des ingénieurs sur l’architecture. En réalité, même si, en théorie, quel que soit le BET le résultat du calcul est le même, au sein de la maîtrise d’œuvre, c’est l’échelle humaine et les échanges qui vont permettre la réalisation d’un ouvrage qui non seulement tient debout mais va se révéler efficace dans le temps. D’ailleurs, il est heureux que des sociétés d’ingénierie développent l’assistance à la maîtrise d’ouvrage. Surtout, au-delà même d’un projet ponctuel, ce qui fait la force de la maîtrise d’œuvre en France, c’est qu’architecte et ingénie- riste, chacun dans son domaine de compétences, partagent de façon indépendante des préoccupations communes. n Charles Cesbron > Ce sont les architectes qui ne peuvent s’affranchir d’une approche technique qui craignent le plus la supposée main- mise des ingénieurs sur l’architecture.
  10. 10. 134 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15 28 IGREC INGÉNIERIE* BÂTIMENT INFRASTRUCTURE/INDUST./ENVIR. PARIS 75013. 127 AVENUE D’ITALIE 9,997 29 ECCTA INGÉNIERIE BÂTIMENT BORDEAUX 33000. 22, RUE DESPUJOLS 9,209 30 COBI ENGINEERING BÂTIMENT LANVALLAY 22100. 2, RUE CHARLES-DE-GAULLE 8,717 31 EURO STRUCTURE SAS CONSTRUCTION MÉTALLIQUE GLAIRE 08200. ZI RUE BELLEVUE 8,221 32 ALTO INGÉNIERIE INGÉNIERIE (ÉNERGIE ET ENVIR./BÂTIMENT ET TERRITOIRE) BUSSY-SAINT-MARTIN 77600. 1, AVENUE DU GUÉ-LANGLOIS 7,639 33 GROUPE ARCHIMEN BÂTIMENT DIJON CEDEX 21066. 2, RUE RENÉ-CHAR 7,620 34 SECA BÂTIMENT VALENCIENNES 59300. 1-2, RUE DU DAUPHINÉ 7,353 35 BETREC IG BÂTIMENT GRENOBLE 38000. 4, AVENUE DOYEN-LOUIS-WEIL 7,300 36 GIRUS BÂTIMENT ÉNERGIE DÉCHETS EAU TERRITOIRES VAULX-EN-VELIN 69120. 1, CHEMIN FRANCIS-CARCO 7,181 37 RFR BÂTIMENT PARIS 75010. 4, RUE D’ENGHIEN 7,175 38 GNAT INGÉNIERIE BÂTIMENT MAÎTRE D’ŒUVRE INGÉNIEUR CONSEIL REIMS 51100. 10, RUE CLÉMENT-ADER 7,071 39 EM2C/SERITEL IMMOBILIER D’ENTREPRISE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL NANTES 44326. 14, RUE HALTINIERE 6,890 40 NG CONCEPT ENGENERING ET CONSTRUCTION PHALSBOURG 57370. ZI DE L’EUROPE 6,754 41 FONDOUEST SA FONDATIONS DES CONSTRUCTIONS LONGUEVILLE 50290. ROUTE HUDIMESNIL 6,591 42 CABINET D’ÉTUDES GAXIEU INFRASTRUCTURES ALÈS 30100. 760, CHEMIN DU MAS-DE-LA-BEDOSSE 6,478 43 MANING BÂTIMENT LA CHAPELLE-D’ARMENTIÈRES 59930. ZI LA HOUSSOYE - 201, RUE JEAN-PERRIN 6,405 44 CFG SERVICES BET ET EXPLOITANT GÉOTHERMIE ORLÉANS 45064. 3, AVENUE CLAUDE-GUILLEMIN 5,727 45 EC HARRIS FRANCE BÂTIMENT PARIS 75008. 63, RUE LA BOÉTIE 5,612 46 ARCALIA DIAGNOSTIC IMMOBILIER LES MUREAUX 78130. 4, RUE LANGEVIN 5,422 47 OUROUMOFF INGÉNIERIE IMMOBILIER D’ENTREPRISE MELUN 77000. 3, RUE BRASSERIE-GRUBER 5,307 48 IPH PLATEFORME INTERNATIONALE BÂTIMENT HARLY 02100. 831, RUE QUENTIN-DE-LA-TOUR 5,133 49 SERUE BÂTIMENT, OUVRAGES D’ART SCHILTIGHEIM 67300. 4, RUE DE VIENNE 5,084 50 BATIGIRONDE PORTETS 33640. 2 BIS, CHEMIN LABORE 4,947 51 BECT BÂTIMENT PARIS 75019. 100, RUE PETIT 4,842 52 HEXA INGÉNIERIE BÂTIMENT ET ENVIRONNEMENT DOUAI 59500. ZI DORIGNIES - 670, RUE JEAN-PERRIN 4,810 53 ABAC INGÉNIERIE BÂTIMENT VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE 69400. 241, RUE VICTOR-HUGO 4,568 54 NEPSEN BÂTIMENT CRETEIL 94000. C/O PAZIAUD - 1, RUE GAL-DE-LARMINAT 4,500 55 SIBAT BÂTIMENT PARIS 75011. 17, RUE FROMENT 4,419 56 CETRAC BÂTIMENT CHALLANS 85300. 85, BOULEVARD ALBERT-SCHWEITZER 4,175 57 CTE CABINET TECHNIQUE DE L’EST BÂTIMENT RIEDISHEIM 68400. 1 BIS, RUE DE L’INDUSTRIE 4,166 58 BIEP FILIALE DE FOUGEROLLES ET CIE, ÉTUDES TECHNIQUES VÉLIZY-VILLACOUBLAY 78140. 3, AVENUE MORANE-SAULNIER 4,075 59 GROUPE GAMBA ACOUSTIQUE (BÂTIMENT ET INDUSTRIE) LABÈGE 31670. 163, RUE DU COLOMBIER 4,063 60 ETHIS LOTS TECHNIQUES FLUIDES LORIENT 56100. 2, RUE DU LIEUTENANT-DE-VAISSEAU-BOURELY 4,051 61 BATISERF INGÉNIERIE BET STRUCTURES BÂTIMENT FONTAINE 38600. 11, BOULEVARD PAUL-LANGEVIN 3,997 62 AUBERGER FAVRE GROUPE ITEE FLUIDES FLUIDES DU BÂTIMENT LYON 69009. 25, RUE JOHANNÈS-CARRET 3,931 63 GCI CONSTRUCTION BÂTIMENT COLOMBELLES 14460. 1, RUE DU BOCAGE 3,753 64 CETIS BET STRUCTURES NEYRON 01700. 3, RUE DE LA DOMBES 3,713 65 IM PROJET MANAGEMENT DE TOUS PROJETS Y COMPRIS DANS LE BÂTIMENT MIRIBEL 01707. 6, PORTE DU GRAND LYON-NEYRON 3,700 66 MATH INGÉNIERIE BÂTIMENT BÈGLES 33130. 219, BOULEVARD ALBERT-1ER 3,637 RANG BET ADRESSE CHIFFRE D’AFFAIRES 2013 [EN MILLIONS D’EUROS] > GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET
  11. 11. GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET 67 CICAL SA INGÉNIERIE - BUREAU D’ÉTUDES – PLUTÔT INDUSTRIE REICHSTETT 67116. RUE DE L’EMBRANCHEMENT 3,580 68 INGÉNIERIE TUGEC BÂTIMENT TRAPPES 78190. 93-95, RUE JEAN-JAURÈS 3, 554 69 BUREAU MICHEL FORGUE (BMF) MAITRISE DES COÛTS DANS LE BÂTIMENT LE RIVIÈRE D’APPRIEU 38140. 250, ROUTE DE CHARAVINES 3,480 70 ITC BÂTIMENT CLERMONT-FERRAND 63000. 9, RUE LOUIS-ROSIER 3,414 71 TECO INGÉNIERIE GÉNÉRALE DU BÂTIMENT MACON 71000. 3, RUE BIGONNET 3,379 72 IBSE INGÉNIERIE DU BÂTIMENT ÉCHIROLLES 38130. 33, RUE NORMANDIE-NIEMEN 3,323 73 DENIS CREISSEL SA (DCSA) REMONTÉES MÉCANIQUES MAÎTRISE D’ŒUVRE MEYLAN 38240. 43, BOULEVARD DES ALPES 3,297 74 BUREAU D’ÉTUDES MATTE (MATTE SA) BÂTIMENT VILLEURBANNE 69100. 119, BOULEVARD STALINGRAD 3,229 75 CERIS INGÉNIERIE BÂTIMENT SAINT-HERBLAIN 44800. 2, RUE ALAIN-BOMBARD 3,224 76 ACERIA INGÉNIERIE POUR L’AGROALIMENTAIRE SAINT-HERBLAIN 44800. 1 RUE JACQUES-BREL 3,214 77 SIRETEC BET INGÉNIERIE – BÂTIMENT COMPIÈGNE 60201. IMMEUBLE HYPERION - CARREFOUR JEAN-MONNET 3,130 78 HR CONSEILS HALLER ROUGEBEC BÂTIMENT SAINT-CYR-SUR-LOIRE 37540. 6, BOULEVARD ALFRED NOBEL 3,114 79 CABINET JAILLET-ROUBY BÂTIMENT ORLÉANS 45000. 8, RUE ALBERT-1ER 3,012 80 FRANCK BOUTTE CONSULTANTS BÂTIMENT PARIS 75019. 43 BIS, RUE D’HAUTPOUL 3,000 81 INGÉNIERIE 84 BET STRUCTURES BETON CAVAILLON 84300. 40, AVENUE DE LA PREMIERE-DIVISION-BLINDÉE 2,964 82 CET BÂTIMENT MEYLAN 38243. 47, CHEMIN DE LA TAILLAT 2,950 83 VS-A BÂTIMENT LILLE 59000. 41, PLACE RIHOUR 2,942 84 TECHNISPHERE BÂTIMENT, FLUIDES TOULOUSE 31200. PLACE PAUL-RICHE 2,923 85 CAP TERRE CONSTRUCTION ÉNERGIE ENVIRONNEMENT VERSAILLES 78000. 33, AVENUE DES ÉTATS UNIS 2,920 RANG BET ADRESSE CHIFFRE D’AFFAIRES 2013 [EN MILLIONS D’EUROS]
  12. 12. 137 > « IL FAUT DES NORMES INTELLIGENTES QUI NE RENCHÉRISSENT PAS LE COÛT GLOBAL D’UN PROJET » Nicolas Jachiet est depuis octobre 2014, et pour un mandat de deux ans, président de Syntec- Ingénierie. Énarque, diplômé de Polytechnique, il est depuis 2012 le PDG du groupe Egis, un groupe international d’ingénierie, de montage de projets et d’exploitation intervenant dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de l’industrie, de l’eau, de l’environnement et de l’énergie. Enfin, depuis avril 2015, il est également président de Fer de France. Pour faire court, il est à la croisée de toutes les problématiques concernant l’ingénierie en France et à l’international. Parmi ses objectifs 2015, il entend améliorer la relation de l’ingénierie avec ses donneurs d’ordres publics et privés, en mettant davantage en lumière sa valeur ajoutée, ainsi que le savoir-faire de l’ingénierie urbaine pour concevoir la ville de demain. Entretien. Où en sont, selon vous, les relations entre architectes et ingénieristes au sein de la maîtrise d’œuvre ? Nicolas Jachiet : Dans la conjoncture actuelle, nos préoccupations sont communes. Quand le niveau d’activité est affecté par la crise, le risque serait de remettre en cause le rôle de la conception. Or, plus que jamais, nous avons besoin d’optimiser les projets afin d’en améliorer le rapport qualité-prix. Dans le domaine du déve- loppement durable par exemple, la maîtrise d’œuvre – architectes et ingénieristes ensemble – dispose de compétences éprouvées car elle sait prendre en compte les dimensions techniques, écono- miques, sociales, culturelles et environnementales. La chute des honoraires des architectes affecte directement les sociétés d’ingénierie et les BET. Votre point de vue à ce sujet ? C’est un problème qui n’affecte pas seulement le bâtiment, le même phénomène est à l’œuvre dans le domaine des infrastruc- tures. Nous poussons un cri d’alarme car ce phénomène pose un problème de qualité des projets. En effet, l’expérience montre qu’un projet dont la conception est mal rémunérée risque sou- vent au final de coûter plus cher, de ne pas répondre parfaite- ment à l’usage attendu, ou les deux. Syntec-Ingénierie tente de sensibiliser la maîtrise d’ouvrage à cet égard, de démontrer que la vitalité de la maîtrise d’œuvre est dans son intérêt : dépenser un peu plus en maîtrise d’œuvre permet presque toujours de faire beaucoup d’économie plus tard lors de la réalisation du projet et durant la vie du bâtiment. Notre vision sur ce point est commune avec les architectes mais nous avons à convaincre la maîtrise d’ouvrage : certains maîtres d’ouvrage sont très sensibles au rapport qualité-prix de leur bâtiment, d’autres y sont largement indifférents. En tant que syndicat professionnel, nous répétons ce message et nous tentons d’agir face à des situations anormales, notamment dans le cadre de la maîtrise d’œuvre publique quand nous découvrons des offres anormalement basses. Les contrats clés en main sont devenus, selon les résultats de l’enquête de l’Insee, le premier poste de recettes dans l’ingénierie liée au bâtiment (16,7 %), tandis que des pans entiers de la construction, par exemple les bâtiments agricoles, échappent totalement aux architectes. Qu’est-ce que cela vous inspire ? Il faut se méfier de ces chiffres car ce pourcentage ne prend pas en compte le seul domaine du bâtiment et inclut des contrats clés en main de milliards d’euros qui sont plutôt du ressort de l’industrie. Cela dit, nous sommes réservés sur la généralisation des contrats globaux. Certes, ils sont utiles dans certains cas de figure, mais il nous paraît important, et c’est la position que nous défendons, de préserver le rôle de la maîtrise d’œuvre, garante de la qualité des projets. À ce titre, nous tenons au maintien des concours d’architecture tels que nous les connaissons aujourd’hui pour la maîtrise d’ouvrage publique. Ce d’autant plus que la loi MOP permet de faire évoluer les projets alors que dans les contrats globaux, les PPP notamment, les projets sont figés, le titulaire du contrat ayant fixé un prix censé comprendre tous les risques, ce qui donne souvent un tour contentieux aux difficultés rencontrées. La loi MOP, a contrario, permet beaucoup facilement de faire évoluer un projet sans drame. Pour résumer, il ne s’agit pas d’interdire les contrats globaux, qui ont leur pertinence dans certains cas de figure, mais d’éviter leur systématisation, qui se révèle contre-productive. Le poids grandissant de la rénovation et l’usage de plus en plus prégnant de solutions conventionnelles sont-ils un frein à l’innovation ? Le marché de la rénovation est en effet en augmentation et devrait se développer. Il s’agit un phénomène qui n’appartient pas qu’au bâtiment, il suffit pour cela de penser au rail, dont les besoins de modernisation sont énormes. Il y a en effet un risque que l’ampleur de la tâche devienne un frein à l’innovation, mais c’est aussi une opportunité car la rénovation d’ouvrages existants est un sujet très technique avec beaucoup de contraintes. En réno- vation énergétique par exemple, on fait vite des erreurs fâcheuses quand les compétences sont défaillantes. La technicité est juste- ment la valeur ajoutée apportée par la maîtrise d’œuvre, ingénie- ristes et architectes, alors que plaquer à un bâtiment des solutions toutes faites est, la plupart du temps, nuisible tant à l’esthétique qu’à l’efficacité recherchée. Pour le bâtiment en rénovation, la recherche d’une efficacité énergétique sans menacer la structure tout en proposant un changement de cadre de vie est un sujet très > ©JeanChiscano L’expérience montre qu’un projet dont la conception est mal rémunérée risque souvent au final de coûter plus cher, de ne pas répondre parfaitement à l’usage attendu, voire les deux.
  13. 13. GUIDE > CLASSEMENT PAR CHIFFRES D’AFFAIRES DES 100 PREMIERS BET 86 IGETEC BÂTIMENT AURILLAC 15000. 14, AVENUE DU GARRIC 2,784 87 MANEXI BÂTIMENT BORDEAUX 33200. 98, RUE BERNARD-ADOUR 2,779 88 HDM INGÉNIERIE SA BÂTIMENT VILLENEUVE-D’ASCQ 59650. 2, RUE JOHN-HADLEY 2,679 89 LBE FLUIDES BÂTIMENT BALLAN MIRE 37510. RUE DE LA BRIAUDIÈRE 2,655 90 I2C SA CALCUL DES STRUCTURES RENNES 35700. 2, RUE FRANZ-HELLER 2,650 91 WSP FLACK + KURTZ TRANSPORTS ENVIRONNEMENT BÂTIMENT PARIS 75008. 7, RUE PASQUIER 2,644 92 AREA GROUPE FLUIDES SAINT-AIGNAN-DE-GRAND-LIEU 44860. LE BOIS CHOLET 2,644 93 BETEM ENGINEERING (SA) BÂTIMENT TOULOUSE 31200. 6, IMPASSE ALPHONSE-BRÉMOND 2,605 94 BETAC (BUR ET TECH ASS COORD) BÂTIMENT NÎMES 30900. 180, RUE GUY ARNAUD 2,570 95 SGI INGÉNIERIE BÂTIMENT LE BOURGET DU LAC 73370. LE SQUARE A-17-- SAVOIE-TECHNOLAC 2,531 96 CETEC BÂTIMENT MONTBÉLIARD 25200. 6, RUE ARMAND-BLOCH 2,473 97 IAC SIM ENGINEERING ACOUSTIQUE VILLENEUVE-D’ASCQ 59650. 26, RUE PAUL-DOUMER 2,454 98 LASA BET ACOUSTIQUE – BÂTIMENT PARIS 75013. 236 BIS, RUE DE TOLBIAC 2,430 99 AMOCLÉ INGÉNIERIE BÂTIMENT SAINT-JUST-SAINT-RAMBERT 42170. 4, RUE BARTHÉLÉMY-THIMMONIER 2,388 100 ATEBAT BÂTIMENT FAGNIERES 51510. 5, AVENUE DE GAULLE 2,377 101 ETR INGÉNIERIE BÂTIMENT VENDEVILLE 59175. 100, RUE DU COURBILLON 2,340 102 C D 2 I BÂTIMENT TOULOUSE 31400. ZI DU PALAIS - 13, RUE ANDRÉ-VILLET 2,337 103 BERNADBEROY BÂTIMENT SERRES CASTET 64121. 35, RUE DE BIELLE 2,330 104 EUCLID INGÉNIERIE BÂTIMENT BEAUMONT 63110. 10, RUE HENRY-BECQUEREL 2,320 105 GARNIER BÂTIMENT, FLUIDES MARSEILLE 13007. 26, RUE PETIT-CHANTIER 2,313 RANG BET ADRESSE CHIFFRE D’AFFAIRES 2013 [EN MILLIONS D’EUROS] pointu. Le risque qui existe, certes, est celui de se précipiter sur une mauvaise solution, par manque de compétences ou encore par défaut d’un budget adéquat affecté à la maîtrise d’œuvre. Le poids de la réglementation, qui impose des règles parfois jusqu’à l’absurde, est-il un autre frein ? Le problème, ce ne sont pas les normes, c’est le fait qu’il faille des normes intelligentes qui ne renchérissent pas le coût global d’un projet. On ne peut pas envisager d’œuvrer pour le développe- ment durable par exemple sans une réglementation thermique. La difficulté est que cette réglementation, et les normes en général, sont issues d’administrations et d’instances différentes qui souvent ne connaissent pas nos métiers, d’où souvent une accumulation de normes et de réglementations contradictoires. Syntec-Ingénierie participe à la sommission « simplification admi- nistrative » du MEDEF et, lorsqu’on nous consulte, nous don- nons notre avis. Parallèlement, soulignons que la qualité d’un ouvrage ne relève pas simplement des normes, parfois le bon sens suffit. Il faut reconnaître au gouvernement de vrais efforts de simplification, je pense notamment à l’action engagée sur les normes affectant les collectivités locales. Mais attention à ne pas « remplir la baignoire plus vite qu’elle ne se vide », car nous constatons que, le temps de simplifier des normes ou des régle- mentations ici ou là, d’autres normes, encore plus nombreuses, apparaissent ! C’est tout l’enjeu de ces débats. Quand la norme est bien élaborée, elle est rarement critiquée. On s’en prend à la réglementation thermique parce que certaines méthodes de calculs et de certifications sont parfois inadaptées. Mais, on ne peut pas renoncer à toute réglementation si l’on veut être sérieux dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le mot d’ordre doit être la simplification et la souplesse. On assiste à une concentration capitalistique avec la naissance de sociétés d’ingénierie de plus en plus grosses, ceci afin de pouvoir exporter leur savoir-faire à l’international et lutter contre les sociétés de droit anglo-saxon, notamment. Par ailleurs, la majorité des BET est constituée de petites entités travaillant dans un périmètre de proximité. Assiste-t-on à une différenciation de l’ingénierie ? Pour sim- plifier, les grosses structures vont-elles récupérer les meilleurs ingénieurs, prendre à leur compte la recherche et développe- ment et laisser les petits projets sans intérêts aux petits BET ? C’est plus compliqué que cela, car le développement à l’inter- national concerne aussi les petites sociétés, voire les très petites structures. En tant que fédération professionnelle, nous les aidons à accéder aux différents soutiens existants dans ce domaine. Une petite structure, où qu’elle soit sur le territoire, peut en effet être généraliste et travailler au niveau local ou développer une expertise très pointue qu’elle devrait pouvoir exporter. En fait, toutes les situations sont possibles tant est grande la diversité des sociétés d’ingénierie et des BET ; le mar- ché français étant en baisse, les BET, même les petits, doivent pouvoir se projeter à l’international. Mais il demeure aussi important de conserver des bureaux d’études sur tout le terri- toire, car un maître d’ouvrage doit pouvoir trouver près de chez lui les compétences nécessaires à la réalisation de son projet, et ce, qu’il s’agisse de petites sociétés ou d’agences régionales de plus grands groupes. n 138 D’ARCHITECTURES 238 - SEPTEMBRE 15
  14. 14. 139 106 CETRALP BÂTIMENT ANNECY-LE-VIEUX 74940. 19, AVENUE DU PRÉ-DE-CHALLES 2,272 107 LAFI ENGINEERING BÂTIMENT SAINT-DENIS 93200. 3, RUE JESSE-OWENS 2,240 108 BET POUREAU (SAS) BÂTIMENT, FLUIDES LOUDUN 86200. 7, AVENUE DE OUAGADOUGOU 2,191 109 BA BAT BÂTIMENT RUITZ 62620. 980 AVENUE CHARLES-PECQUEUR 2,183 110 BETALM BÂTIMENT, FLUIDES AUBIÈRE 63170. 9, RUE DES VARENNES 2,124 111 BEGT BÂTIMENT, BETON LAON 02000. 61, RUE D’ENFER 2,120 112 ISOCRATE BÂTIMENT, FLUIDES NANTES 44301. 6, RUE DES SASSAFRAS 2,115 113 SETI BÂTIMENT LABÈGE 31319. VOIE N° 5 INNOPOLE 2,101 114 E G E BÂTIMENT LAVÉRUNE. 34880. 6, RUE DU MAS-DE-BONNIOL 2,100 115 SOMETE BÂTIMENT, STRUCTURES BONDOUFLE 91072. 31, RUE GUTENBERG - ZI LA MARINIÈRE 2,097 116 OCÉANIS INGÉNIERIE BÂTIMENT SAINT NAZAIRE 44600. APROLIS VII - 32, RUE ÉTOILE-DU-MATIN 2,089 117 HN INGÉNIERIE SA BÂTIMENT, STRUCTURE BISCHHEIM CEDEX. 67804. 16 BIS, RUE DE L’ÉLECTRICITÉ 2,080 118 SOBRETEC BÂTIMENT BREST 29200. 5, RUE DE KERVÉZENNEC 2,002 119 CERTIB BÂTIMENT VALENCE. 26200. 16, COURS ALEXANDRE-BORODINE 1,993 120 BOLLINGER+GROHMANN BÂTIMENT PARIS. 75010. 48, AVENUE CLAUDE-VELLEFAUX 1,979 121 ACOUPHEN SA BÂTIMENT ACOUSTIQUE VILLEURBANNE CEDEX 69603. 27, BOULEVARD DU 11-NOVEMBRE-1918 1,971 122 A.C.E. BÂTIMENT, FLUIDES BRESSUIRE 79300. 2, PLACE DUPIN 1,911 123 VENATHEC BÂTIMENT, ACOUSTIQUE VANDŒUVRE-LÈS-NANCY 54500. 23, BOULEVARD DE L’EUROPE 1,908 124 BSSI CONSEILS BÂTIMENT MAXEVILLE 54320. 8, RUE ALBERT-EINSTEIN 1,843 125 TECSOL SA BÂTIMENT, ÉNERGIE PERPIGNAN 66000. ZONE TECNOSUD - 105, AVENUE ALFRED-KASTLER 1,834 126 SERTEC BÂTIMENT YSSINGEAUX 43200. ZI LAVÉE 1,831 127 SLETEC INGÉNIERIE (SOC LYONN ETUD TECH ET COORD) BÂTIMENT LYON 69001. 9, RUE MAGNEVAL 1,823 128 EUROMATIC BÂTIMENT GUYANCOURT 78280. PARC ARIANE BÂTIMENT TITAN - 14 BOULEVARD DES CHÊNES 1,808 129 BATISS BÂTIMENT SÉCURITÉ INCENDIE PARIS 75011. 16, IMPASSE DELÉPINE 1,807 130 ACOUSTIQUE ET CONSEIL ACOUSTIQUE ET VIBRATION – BÂTIMENT RUEIL-MALMAISON 92508. 17-19, RUE DES GRANDES-TERRES 1,714 131 IB-2-M SARL BÂTIMENT GAGES 12630. CENTRE VILLAGE LES PALANGES 1,666 132 BECB BÂTIMENT, COORDINATION SAIN-BERTHEVIN 53940. ALLÉE DE LA GOBERIE 1,664 133 TEKHNE INGÉNIERIE BÂTIMENT LEVALLOIS PERRET 92300. 25, RUE GREFFULHE 1,658 134 LAMALLE INGÉNIERIE BÂTIMENT TOURS 37000. 99, BOULEVARD JEAN ROYER 1,645 135 NR CONSEIL BÂTIMENT ALFORTVILLE 94140. 7, RUE PARMENTIER - PARC VOLTA 1,630 136 ECS INGÉNIERIE BÂTIMENT LE MANS 72100. 67, BOULEVARD WINSTON-CHURCHILL 1,625 137 BATI TECHNI CONCEPT BÂTIMENT HAZEBROUCK 59190. 1, RUE CONTOUR-DE-LA-GARE 1,619 138 A INGÉNIERIE BÂTIMENT SAINT-YRIEIX-SUR-CHARENTE 16710. 127, RUE DE ROYAN 1,617 139 CAILLAUD INGÉNIERIE SA BÂTIMENT BOURG-EN-BRESSE 01000. 601, RUE LÉOPOLD-LE-HON 1,615 140 BECIP BUHOT BÂTIMENT BEAUVAIS 60000. 5, RUE SÉTUBAL 1,612 141 SEBA SUD OUEST BÂTIMENT ET INFRASTRUCTURES TOULOUSE 31100. 34 BIS, CHEMIN DU CHAPITRE 1,609 142 CABINET MONTMASSON BÂTIMENT ANNECY 74000. 25 BIS, AVENUE NOVEL 1,585 143 DIB BÂTIMENT, STRUCTURES AUXERRE 89000. 3, RUE COMTESSE-MATHILDE 1,576 144 S E E SUD ETUDE ENGINEERING* BÂTIMENT LES MÉES 04190. PARC D’ACTIVITÉS LES MÉES 1,575 145 OMNITECH BÂTIMENT SCY-CHAZELLES 57160. 7, CHEMIN DE LA MOSELLE 1,523 146 E2C ATLANTIQUE BÂTIMENT, STRUCTURES NANTES 44100. 15, RUE LAMORICIERE 1,511 RANG BET ADRESSE CHIFFRE D’AFFAIRES 2013 [EN MILLIONS D’EUROS]
  • JenniferJackson451663

    Dec. 4, 2021
  • MartinChon

    Jun. 28, 2019

Dans la prochaine édition de Septembre 2016, nous allons publier la réactualisation du palmarès des plus importants Bureaux d'Etudes et d'Ingénierie en France. Etabli à travers le chiffre d'affaires, donc directement corrélé aux projets en cours d'étude ou en phase de chantier, le classement reflète plutôt l'état de la production. Ce classement sera consulté avec attention par les architectes et les différents donneurs d'ordres avec lesquels ils collaborent.

Vues

Nombre de vues

10 660

Sur Slideshare

0

À partir des intégrations

0

Nombre d'intégrations

5

Actions

Téléchargements

146

Partages

0

Commentaires

0

Mentions J'aime

2

×