Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Atelier startup « communiquer sur son innovation Deep Tech pour mieux convaincre »

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 64 Publicité

Atelier startup « communiquer sur son innovation Deep Tech pour mieux convaincre »

Télécharger pour lire hors ligne

Nous étions les invités de l'incubateur Pulsalys le mardi 11 mai 2021 pour animer un atelier autour de la communication digitale et de l'innovation. Pulsalys est un incubateur d'innovations Deep Tech créé en 2013 dont les projets d'entreprise sont principalement issus de découvertes scientifiques des laboratoires de l’Université de Lyon.

Nous avons partagé pendant cette séance les meilleures pratiques pour présenter une innovation au travers d'une expérience web, du concept jusqu'à sa conversion en produits ou services.

Nous étions les invités de l'incubateur Pulsalys le mardi 11 mai 2021 pour animer un atelier autour de la communication digitale et de l'innovation. Pulsalys est un incubateur d'innovations Deep Tech créé en 2013 dont les projets d'entreprise sont principalement issus de découvertes scientifiques des laboratoires de l’Université de Lyon.

Nous avons partagé pendant cette séance les meilleures pratiques pour présenter une innovation au travers d'une expérience web, du concept jusqu'à sa conversion en produits ou services.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Atelier startup « communiquer sur son innovation Deep Tech pour mieux convaincre » (20)

Publicité

Plus récents (20)

Atelier startup « communiquer sur son innovation Deep Tech pour mieux convaincre »

  1. 1. Vulgariser un concept scien ti fi que, 
 convaincre inves ti sseurs & prospects Mai 2021 1
  2. 2. SOMMAIRE • Expérience digitale et concept scien ti fi que : les spéci fi cités • Expérience u ti lisateur : facteurs clé de succès • Clarté du mé ti er, clarté du concept • Contenu & interac ti vité • Iden ti té visuelle • Quelques conseils
  3. 3. En quoi un site qui présente une découverte ou un concept scientifique est-il différent ? PRÉSENTATION D’UN CONCEPT SCIENTIFIQUE OU TECHNOLOGIQUE
  4. 4. NIELSEN NORMAN GROUP h tt ps://www.nngroup.com/ar ti cles/scien ti fi c- fi ndings-online/?lm=how-li tt le-do- users-read&pt=ar ti cle How to Present Scien ti fi c Findings Online To appeal to experts, provide concise ti tles and summaries, use clear headings, charts and fi gures, and don’t overdo visual design.
  5. 5. Wri ti ng techniques - Shorten ti tles as much as possible. - Use subsec ti ons with clear headings to create structure. - Provide succinct summaries. - Remove or layer introductory content. - Include charts and fi gures. - Don’t overdo the visual design. NIELSEN NORMAN GROUP : HOW TO PRESENT SCIENTIFIC FINDINGS ONLINE
  6. 6. Domain experts reported preferring to fi rst scan scien ti fi c papers, to get a high-level overview of the content and decide if they need to read it in detail. “The way scien ti sts read ar ti cles, is they read the abstract, look through the fi gures, read the conclusion and the introduc ti on, and then decide if they’ll read the middle. Almost nobody starts by reading the whole ar ti cle. […] Why should I read all of something that I’m not terribly interested in?” – Research oceanographer NIELSEN NORMAN GROUP : HOW TO PRESENT SCIENTIFIC FINDINGS ONLINE
  7. 7. NIELSEN NORMAN GROUP 
 CONCISE, SCANNABLE, AND OBJECTIVE: HOW TO WRITE FOR THE WEB Studies of how users read on the Web found that they do not actually read: instead, they scan the text. A study of fi ve di ff erent wri ti ng styles found that a sample Web site scored 58% higher in measured usability when it was wri tt en concisely, 47% higher when the text was scannable, and 27% higher when it was wri tt en in an objec ti ve style instead of the promo ti onal style used in the control condi ti on and many current Web pages. Combining these three changes into a single site that was concise, scannable, and objec ti ve at the same ti me resulted in 124% higher measured usability. h tt ps://www.nngroup.com/ar ti cles/concise-scannable-and-objec ti ve-how-to-write-for-the-web/ h tt ps://www.math.unipd.it/~massimo/corsi/tecweb2/Eyetrack-III.pdf
  8. 8. Donnez-vous toutes les chances d’être lu.
  9. 9. Donnez-vous toutes les chances d’être lu.
  10. 10. UNIVERSITYLABPARTNERS.ORG h tt ps://www.universitylabpartners.org/blog/transferable-skills-4-ways-to- translate-scien ti fi c-communica ti on-skills-into-a-successful-pitch 4 Ways to Translate Science Communica ti on Skills into a Winning Pitch University Lab Partners is an independent, non-pro fi t project of the Beall Family Founda ti on. It was founded in partnership with the University of California Irvine Beall Applied Innova ti on. Our open innova ti on platform enables lifescience & medtech companies to access unique research capabili ti es and a network of technical, business, and talent resources at an economical cost.
  11. 11. « Although it is not usually described as such, scien ti fi c wri ti ng tells a story. Within a good paper, conference presenta ti on, or grant applica ti on, there are answers to the following ques ti ons : What did you/are you going to do? Why is this important? How did you/ are you going to accomplish it? » « First and foremost, a pitch is not purely scien ti fi c story. A pitch is a business story, in which the science plays a suppor ti ng role. In scien ti fi c communica ti on, the story is built around a hypothesis of how something works ». « The biotech and medtech fi elds have huge impacts on human health, so the emo ti onal side of the story is more straightforward than for many other types of startups. » 4 WAYS TO TRANSLATE SCIENCE COMMUNICATION SKILLS INTO A WINNING PITCH
  12. 12. Faire-valoir de l’entreprise, le site doit être à la hauteur de son ambition et de la portée de son innovation. Le risque : minimiser l’impact. PRÉSENTATION D’UN CONCEPT SCIENTIFIQUE OU TECHNOLOGIQUE
  13. 13. NAWA TECHNOLOGIES Une technologie de rupture dont le site peine à révéler le poten ti el. Nawa Technologies a réussi à lever 13 millions d’euros pour révolu ti onner les ba tt eries automobiles.
  14. 14. Expérience utilisateur : facteurs clé de succès
  15. 15. EXPÉRIENCE UTILISATEUR Clarté du mé ti er / raison d’être Expression claire du mé ti er, de la raison d’être et des valeurs de l’entreprise avec l’inten ti on de le rendre explicite pour le plus grand nombre. Architecture & naviga ti on Une architecture de l’informa ti on claire, des contenus structurés pour que vos di ff érents pro fi ls de visiteurs circulent vite et sans entrave au sein des pages qui leur sont consacrées. Iden ti té visuelle Ce tt e iden ti té visuelle doit être durable, singulière, a tt rac ti ve, basée sur des choix inspirés de mise en page et de typographie, détachée des e ff ets de mode qui favorisent l’obsolescence.  Contenu / interac ti vité Engager l’u ti lisateur. Une proposi ti on de contenus d’intérêts, dont le traitement est adapté à une u ti lisa ti on / lecture à l’écran. Expérience mobile Consultable sur mobile ne signi fi e pas adapté pour le mobile. Avec près de 50% de visiteurs sur mobile, un travail spéci fi que est souvent nécessaire : quels contenus proposer et pour quels contextes d’u ti lisa ti on ? Choix technologiques Des technologies sélec ti onnées pour leur agilité et surtout pour le confort qu’elles procurent aux contributeurs et aux visiteurs. A tt en ti on aux temps de chargement, ils sont désormais intégrés aux scores de qualité délivrés par les moteurs de recherche
  16. 16. EXPÉRIENCE UTILISATEUR Clarté du mé ti er / raison d’être Expression claire du mé ti er, de la raison d’être et des valeurs de l’entreprise avec l’inten ti on de le rendre explicite pour le plus grand nombre. Architecture & naviga ti on Une architecture de l’informa ti on claire, des contenus structurés pour que vos di ff érents pro fi ls de visiteurs circulent vite et sans entrave au sein des pages qui leur sont consacrées. Iden ti té visuelle Ce tt e iden ti té visuelle doit être durable, singulière, a tt rac ti ve, basée sur des choix inspirés de mise en page et de typographie, détachée des e ff ets de mode qui favorisent l’obsolescence.  Contenu / interac ti vité Engager l’u ti lisateur. Une proposi ti on de contenus d’intérêts, dont le traitement est adapté à une u ti lisa ti on / lecture à l’écran. Expérience mobile Consultable sur mobile ne signi fi e pas adapté pour le mobile. Avec près de 50% de visiteurs sur mobile, un travail spéci fi que est souvent nécessaire : quels contenus proposer et pour quels contextes d’u ti lisa ti on ? Choix technologiques Des technologies sélec ti onnées pour leur agilité et surtout pour le confort qu’elles procurent aux contributeurs et aux visiteurs. A tt en ti on aux temps de chargement, ils sont désormais intégrés aux scores de qualité délivrés par les moteurs de recherche
  17. 17. Clarté du métier : 
 → Présenter un concept scientifique ou technique avec enjeux et perspectives.
  18. 18. Au commencement… - Dé fi nir ses publics cibles : scien ti fi ques, industriels, journalistes, inves ti sseurs, partenaires, ins ti tu ti onnels, grand public, etc. - Présenta ti on de l’enjeu + expliquer pourquoi on devrait résoudre cet enjeu; - Dé fi nir le ou les message-s- que votre public doit retenir.
  19. 19. LIGHTENCY.IO
  20. 20. Formuler - Percée ou avancement scien ti fi que; - Résolu ti on d’un enjeu technique, de vitesse, de précision; - Réfuta ti on ou con fi rma ti on d’une théorie, d’une hypothèse; - Démen ti d’un préjugé; - Réponse à une interroga ti on, à un problème; - Meilleure compréhension d’un phénomène; - Applica ti ons pra ti ques possibles d’une innova ti on sociale ou technologique.
  21. 21. I-SEP.COM/NOTRE-METIER
  22. 22. ALGAMA
  23. 23. Contenu & interactivité : 
 → Engager l’utilisateur, savoir simplifier, faciliter la projection, illustrer, etc.
  24. 24. Une dose de story-telling - Débuter par une phrase forte. - Exemples d’amorces : la forme interroga ti ve, la mise en contexte, le lien avec l’actualité, un appel à l’expérience vécue, une cita ti on, etc.; - Parsemer votre récit d’anecdotes vécues, d’un brin d’humour et d’émo ti on; - Tirer par ti de l’intérêt porté aux dessous d’une découverte.
  25. 25. ONWARD ONWARD développe une s ti mula ti on épidurale ciblée (TESS), implantable pour des pa ti ents sou ff rant de lésions médullaires incomplètes.
  26. 26. ZEROCIRCLE.IN
  27. 27. Simpli fi er mais pas trop - Enlever tous les mots et les informa ti ons non nécessaires; - Tricoter les par ti es plus complexes avec des informa ti ons plus simples, plus factuelles; - Amener la complexité par couches successives.
  28. 28. Concré ti ser, vulgariser - Donner des exemples concrets : des nombres, des quan ti tés, des coûts, des sta ti s ti ques, des ordres de grandeur; - U ti liser le moins possible de termes techniques, et si nécessaire, les expliquer; - Se servir d’analogies : « Si une toile d’araignée géante était installée dans un stade de football, elle pourrait arrêter un avion de ligne en pleine vitesse. »
  29. 29. ZEROCIRCLE.IN
  30. 30. ONWARD ONWARD développe une s ti mula ti on épidurale ciblée (TESS), implantable pour des pa ti ents sou ff rant de lésions médullaires incomplètes.
  31. 31. METABOLIC EXPLORER Donner des exemples concrets : des nombres, des quan ti tés, des coûts, des sta ti s ti ques, des ordres de grandeur.
  32. 32. La vulgarisa ti on scien ti fi que par l’a ffi che Ce guide de 77 pages, rédigé par Réjane Gélinas, rappelle les di ff érentes normes de présenta ti on d’une a ffi che scien ti fi que en milieu universitaire ou en entreprise. L’auteure aborde les aspects visuel, informa ti f, rédac ti onnel et oral de l’a ffi che. Elle aborde également les fondements de la vulgarisa ti on scien ti fi que et les principes généraux de la communica ti on par a ffi che. Une grille d’évalua ti on d’une a ffi che scien ti fi que est aussi proposée. h tt ps://accros.etsmtl.ca/a ffi che_scien ti fi que/ guide.pdf
  33. 33. Misez sur une iconographie 
 de qualité, une expérience digitale est avant tout une expérience visuelle.
  34. 34. Misez sur une iconographie 
 de qualité, une expérience digitale est avant tout une expérience visuelle.
  35. 35. INFOGRAPHIES h tt ps://www.neomerys.fr/recherches
  36. 36. STORY-TELLING + INFOGRAPHIES h tt ps://neuralink.com/science/
  37. 37. 23ANDME Complémentarité e ffi cace entre le texte et le visuel. 
 Illustra ti on simpli fi ée qui facilite la lecture. 
 Format approprié aux standards d’une page web.
  38. 38. ONWARD La photographie : le meilleur moyen de générer de la ma ti ère visuelle. Parfaitement adapté pour le médical, l’environnement.
  39. 39. Tirer profit des possibilités en matière d’interaction pour inciter l’utilisateur à explorer.
  40. 40. I-SEP.COM/SAME
  41. 41. ACCENTA.AI
  42. 42. WAYMO.COM
  43. 43. EVOZYNE.COM
  44. 44. Identité visuelle : 
 → Traduction visuelle 
 et concrète d’un concept qui peut être abstrait ou complexe.
  45. 45. Merck par Future Brand ‘Vibrant Science and Technology’ was the crea ti ve platform for expression. This came to life by looking at the ‘in fi nite world under the microscope’, as it was felt to be par ti cularly true to the brand. The vibrant iden ti ty was developed to be a brave departure from the ‘sea of sameness’ Merck were mired in, and a breakthrough piece of work for the category. It included progressive elements such as monospaced typography on a technical grid, using fl uid forms as a balance of art and science. The ‘Vibrant M’ became a key signi fi er of the brand and an inven ti ve way of presen ti ng a consistent symbol worldwide without con fl ic ti ng with ‘the other Merck’. By making the shift from a chemical and pharmaceu ti cal company to one of vibrant science and technology, Merck now have the brand iden ti ty that allows them to show the world their true colours. 

  46. 46. L’iconographie est un sujet d’identité. 
 Quelle représentation graphique pour illustrer des notions scientifiques élémentaires ou avancées. Quel traité ? Quel niveau de détail ?
  47. 47. LA TECHNOLOGIE LIBRE DE DROIT Ces visions fantasmées empruntes de réalité augmentée délivrent une représenta ti on naïve et peu crédible lorsqu’il s’agit de parler haute technologie.
  48. 48. En attendant le succès, quelques conseils pour un premier site simple et efficace :)
  49. 49. QUELQUES CONSEILS - Lisibilité : e ff ort de formula ti on, de synthèse et d’organisa ti on du contenu. - Mise en page simple qui s’appuie sur une typographie e ffi cace. - Respect des standards : format des images, largeur de paragraphe, pensé pour le mobile. - Cohérence des visuels (crédibilité, réalisme, traité, etc.)
  50. 50. ÉVITER LA STRUCTURE PORTAIL Peu favorable au récit, elle impose une zone supérieure peu maniable et une fragmenta ti on des contenus. Plus adaptée au modèle entreprise mature que start-up.
  51. 51. ICONOGRAPHIE / IDENTITÉ Éviter les e ff ets graphiques maladroits et les images libres de droit qui risquent de desservir l’e ffi cacité du propos.
  52. 52. ICONOGRAPHIE / IDENTITÉ Limiter les styles graphiques et sélec ti onner un traité capable de couvrir l’ensemble des besoins.
  53. 53. ANNEXES : ARTICLES ET ÉTUDES How to Present Scien ti fi c Findings Online 
 h tt ps://www.nngroup.com/ar ti cles/scien ti fi c- fi ndings-online/?lm=how-li tt le-do-users- read&pt=ar ti cle Why Does a Design Look Good? 
 h tt ps://www.nngroup.com/ar ti cles/why-does-design-look-good/ Web Design is 95% Typography 
 h tt ps://ia.net/topics/the-web-is-all-about-typography-period 5 Tips for E ff ec ti vely Pitching Science and Biotech Clients 
 h tt ps://www.bradfordgroup.com/blog/5- ti ps-for-e ff ec ti vely-pitching-science-and-biotech- clients/
  54. 54. ANNEXES : SITES AVEC EXPÉRIENCES RICHES h tt ps://www.i-sep.com/ h tt ps://www.evozyne.com/ h tt ps://www.anemoimarine.com/ h tt ps://solu ti ons.centogene.com/ h tt ps://waymo.com/ h tt ps://www.accenta.ai/ h tt ps://www.onwd.com/
  55. 55. ANNEXES : LE GUIDE DU SITE CORPORATE  Le guide du site corporate : 
 les meilleures pra ti ques UX/UI et les erreurs à ne pas comme tt re • Iden ti té, posi ti onnement & o ff re.  • Architecture & naviga ti on. • U ti lisabilité & ergonomie. • Contenus & interac ti ons. • Technologie & accessibilité. h tt ps://ultro.fr/le-guide-du-site-corporate-remarquable/
  56. 56. contact@ultro.fr Ultrō https://ultro.fr 17 boulevard Gergovia 63000 Clermont-Ferrand, France 580 avenue Mozart 13100 Aix-en-Provence, France SARL au capital de 16 400 euros – RCS 509 696 399 Aix-en-Provence Tous droits réservés.

×