PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 1

LA PRESSE NOUVELLE

Magazine
Progressiste
Juif

PNM aborde de manière critique le...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 2

P.N.M. JANVIER 2006

2

Courrier des lecteurs
Simon Salzenstein (retour sur la PN...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 3

P.N.M. JANVIER 2006

3

Paroles
On ne badine pas
avec le colonialisme
On se souvi...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 4

P.N.M. JANVIER 2006

4

Carnet

Sam RADZYNSKI vient de nous quitter
Beaucoup d’ém...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 5

P.N.M. JANVIER 2006

5

Sharon, une vie de combat contre les Palestiniens
Dominiq...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 6

P.N.M. JANVIER 2006

6

Histoire

LES AUTEURS DE LA SOLUTION FINALE EN FRANCE
DEV...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 7

P.N.M. JANVIER 2006

7

LIVRES
L’ATTENTAT* de Yasmina Khadra

A

Avis de recherch...
PNM JANV 06 ok

19/01/06

19:22

Page 8

P.N.M. JANVIER 2006

8

Bineml, le fils de rabbi Motele
Shloïmè Palant
Schloïmè P...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Nouvelle Presse Magazine 232 janvier 2006

691 vues

Publié le

27 janvier 1945 Auschwitz libéré Journée Internationale pour la mémoire de la Shoah

Participons aux cérémonies du souvenir !

Arik Sharon a perdu sa dernière bataille - celle contre son propre corps.

Son successeur, quel qu'il soit, n'aura pas la tâche facile. Il n'est pas dit
que le corps électoral israélien ne vote jamais à gauche - mais ce ne sera pas
avant longtemps.


Je n'ai pas dit un mot des palestiniens, même pas du message de sympathie du
président Mahmoud Abbas. Je n'ai pas évoqué le nom de Sharon lors de
ma nécrologie de Yasser Arafat. Aujourd'hui, je parle de Sharon, que j'ai pu
critiquer, mais que je me suis toujours refusé de diaboliser.

Un grand homme peut commettre de grandes erreurs.

Ariel Sharon, qui est en vie ce 15 janvier 2006, est un grand homme.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
691
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Nouvelle Presse Magazine 232 janvier 2006

  1. 1. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 1 LA PRESSE NOUVELLE Magazine Progressiste Juif PNM aborde de manière critique les problèmes politiques et culturels, nationaux et internationaux. Elle se refuse à toute diabolisation et combat résolument toutes les manifestations d'antisémitisme et de racisme, ouvertes ou sournoises. PNM se prononce pour une paix juste au Moyen-Orient, sur la base du droit de l'Etat d'Israël à la sécurité, et sur la reconnaissance du droit à un Etat du peuple palestinien. N° 232 - JANVIER 2006 - 25e A N NÉE MENSUEL EDITE PAR L’U.J.R.E. L e N° 5 , 5 0 € Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide A vos agendas ! Mémoire Assemblée Générale de l’UJRE Samedi 4 mars 2006 à 15 h. Partie artistique* puis verre de l’amitié à 17h. Dernière minute : 27 janvier Auschwitz libéré Journée Internationale pour la mémoire de la Shoah (*) Ensemble théâtral “Abi gezint” de l’ACODJ Participons aux cérémonies du souvenir ! BILAN MOYEN-ORIENT • Le Mot du Président • De 2005 à 2006 p. 2 p. 3 PROCES MILOSEVIC • A quand la fin ? Lucien STEINBERG N p. 3 Non à une chasse aux sorcières à l’européenne L'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) est, dans les jours qui viennent, appelée à voter une résolution mettant le communisme sur le même pied que l'hitlérisme. Des personnalités, résistants ou universitaires de tous les pays membres lancent une pétition pour dénoncer ce texte irrecevable. Le bureau de l’UJRE et La Presse Nouvelle vous appellent à signer cette pétition Internet en vous connectant sur http://www.no2anticommunism.org/fr/index.php?info=motion Si vous n'avez pas d'ordinateur, vous pouvez adresser votre signature à la PNM, 14 rue de Paradis, 75010, Paris, qui transmettra. MEMOIRE • Sharon ... par D. Vidal p. 5 PAROLES de J.Dimet CULTURE SAGA par S. Palant p. 3 p. 4 • Sam Radzynski n’est plus par R.Trugnan • Le cri des murs de Fresnes par A. Rayski p. 7 HISTOIRE p. 8 p. 6 • Solution finale en France et Justice allemande JANVIER 2006 - LE DERNIER COMBAT D'ARIK SHARON e nous voilons pas la face : le grand événement du début de l'année 2006 a été la maladie d'Ariel Sharon (Arik pour tous les israéliens) et son effacement de la scène politique. Ce n'est pas pour rien que les media du monde entier se sont précipités sur l'événement. Un seul exemple : la grande chaîne télé CNN, dans ses bulletins diffusés en Europe (peut-être aussi ailleurs) ne parlait que de la maladie de Sharon. Disparus l'Irak, la vie politique US, l'Europe, etc (ne parlons pas de la France...). Tous les reporters étaient à l'entrée de l'hôpital Hadassa. Ils commentaient les bulletins médicaux. Parfois un mot, guère plus, sur Ehud Olmert, l'actuel faisant fonction de premier ministre. Les media français, suivant peut-être le précepte de la grande journaliste disparue Françoise Giroud, ("on ne tire pas sur une ambulance") ont, pour la plupart, commenté l'événement, s'abstenant de propos déplacés. Sharon a été guerrier avant tout - son autobiographie en anglais est intitulée simplement WARRIOR. Par delà les polémiques partisanes, il faut reconnaître que l'existence de l'Etat d'Israël serait difficile à imaginer sans les victoires remportées par Arik Sharon. Il a combattu dans la guerre d'Indépendance de 1948-1949. Il a été blessé devant Latrun. Ensuite, il s'est battu contre l'armée égyptienne. La guerre s'est arrêtée début 1949, lorsque les blindés de Sharon étaient bien profondément en territoire égyptien. Il a fallu une inter- vention "énergique" anglo-américaine pour les en faire sortir. Il a eu ensuite la charge de combattre les fedayin égypto-palestiniens, devant Gaza. On lui a reproché l'énergie de l'opération - tout comme on lui a reproché un épisode sinistre à Qibya. La guerre de 1956 - la campagne de Suez pour les franco-anglais, du Sinaï pour les israéliens - a été critiquée politiquement, entre autres par les Présidents des Etats-Unis et de l'URSS. Mais Israël a arraché de la sorte l'accès au canal de Suez. Ne revenons pas sur la guerre des six jours. La division Sharon a, de nouveau, écrasé l'armée égyptienne. Cela a coûté à Sharon sa nomination comme Chef d'Etat -Major Général, la jalousie n'étant pas un sentiment étranger aux militaires, dans quelque pays que ce soit. Six ans plus tard, la guerre du Kippour le voit reprendre un commandement. Les armées égyptienne et syrienne avaient pris l'initiative. Les premiers avaient franchi le canal de Suez, sur presque toute sa longueur. Les autres avaient repris une partie du Golan. Sharon reprend la tête de "sa division", écartant sans ménagement son successeur. Ignorant les ordres, il franchit en force le Canal de Suez et ne s'arrête qu'au Km 101, sur la route du Caire. Encore une fois, une vigoureuse intervention diplomatique US-URSS permet le sauvetage d'une armée égyptienne encerclée. Les années suivantes voient Sharon se lancer sur la scène politique, suite à l'accession au pouvoir de Menahem Begin. Il joue un rôle important dans la guerre du Liban, mais est mis à l'écart à la suite de l'épisode de Chatila, où on lui a reproché de ne pas avoir empêché un massacre de palestiniens effectué par des milices libanaises chrétiennes. Menahem Begin disait, en plaisantant (?) que Sharon serait capable de faire marcher des tanks contre la Présidence du Conseil. Il ne l'a pas fait. Il est devenu Premier Ministre par le vote démocratique. Il avait toutes les chances d'être réélu en 2006, bien qu'ayant rompu avec son propre parti Likoud, et en avoir créé un autre, Kadimah. Un journaliste israélien de gauche, après avoir critiqué le Premier Ministre, concluait sur une boutade : "C'est le seul Sharon que nous avons". Arik Sharon a perdu sa dernière bataille - celle contre son propre corps. Son successeur, quel qu'il soit, n'aura pas la tâche facile. Il n'est pas dit que le corps électoral israélien ne vote jamais à gauche mais ce ne sera pas avant longtemps. Je n'ai pas dit un mot des palestiniens, même pas du message de sympathie du président Mahmoud Abbas. Je n'ai pas évoqué le nom de Sharon lors de ma nécrologie de Yasser Arafat. Aujourd'hui, je parle de Sharon, que j'ai pu critiquer, mais que je me suis toujours refusé de diaboliser. Un grand homme peut commettre de grandes erreurs. Ariel Sharon, qui est en vie ce 15 janvier 2006, est un grand homme.
  2. 2. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 2 P.N.M. JANVIER 2006 2 Courrier des lecteurs Simon Salzenstein (retour sur la PNM de septembre): Compliments pour Jean Ferrat et sa réponse cinglante ! Voeux A tous nous souhaitons une bonne entrée dans l'année 2006. Maryvonne Lécuyer et Jacqueline Seleskovitch, sa soeur, qui n'est plus en état de vous écrire. Meilleurs voeux à l'UJRE et la PNM pour la nouvelle année ! Une bonne et heureuse année à tous ! Bien amicalement, Julien Hirsz Bonjour, avec un peu de retard, nous vous remercions de vos bons vœux et à notre tour, vous présentons nos meilleurs souhaits pour 2006. Très sincèrement Pour l’U.D.A., Véronique Recevez mes meilleurs Voeux pour 2006, en mon nom et au nom d' Une Autre Voix Juive. Bien Amicalement, Jean-François Marx 27 janvier - Auschwitz Quelques remarques à propos de l'article de Nicole Mokobodzki dont j'approuve la teneur, notamment sa mise au point à propos de la déclaration d'Elie Wiesel à l'ONU. Je ne pense pas que celui-ci ait commis un “lapsus”. A moins qu'il n’ait “oublié” la contribution, le mot est faible, de l'armée soviétique dans la victoire sur le nazisme. Je ne l'oublie pas. Mon père est décédé à Auschwitz, ainsi que de nombreux membres de ma famille. J'ai une interrogation à propos du titre de Journée Internationale de commémoration du Génocide de la Shoah. Le terme Génocide n’exprime-t-il pas la même signification que celle de Shoah, mot hébreu qui signifie anéantissement, destruction ? Génocide: Extermination méthodique d'un groupe humain. Shoah est le terme choisi par Claude Lanzman pour son film. Depuis ce terme a été repris pour singulariser le génocide des juifs. Suite à un autre film, une autre expression est utilisée pour définir ce génocide Holocauste. Ce terme recouvre l'idée d'un sacrifice religieux. La résolution de l'ONU stipule: “journée internationale pour la mémoire de l'Holocauste“. Cette journée est fixée au 27 janvier, date qui correspond à celle de la libération d'Auschwitz - Birkenau. Ma dernière interrogation: par quel terme définir le génocide commis par les nazis, d'ethnies, de populations entières et de tous ceux qu'ils considéraient comme des êtres inférieurs ? Cordialement, M.Rozental Souscription* n° 28 arrêtée au 31 décembre 2005 Très sensible aux souhaits que vous avez exprimés dans le n° de décembre de la PNM, je vous adresse ses meilleurs voeux de santé, de prospérité et de réussite dans vos entreprises en espérant que l’année nouvelle apporte la sécurité et la justice pour tous dans un monde en Paix. Raph Feigelson Ah ! si dans les champs on pouvait faire pousser des fleurs qui représenteraient l’Amour, la Paix, la Liberté, nous pourrions les cueillir, pour humer leurs parfums. C’est ce qui est encore permis aux humains “Rêver, lutter, espérer !” Avec nos meilleurs voeux pour 2006 Hélène et Siegmund (Simon) Gingold ... et Remerciements A l'occasion de la fête donnée par ses neveux, Jeannine et Axel Heymann pour le 60° anniversaire de sa libération du camp d'Auschwitz du joug des nazis, Paulette Kwater souhaite les remercier, ainsi que les 80 personnes - anciens déportés, enfants et amis - qui ont répondu à cette invitation, venant de France et à sa famille venant de Belgique, des Etats-Unis et d'Israël. Cette journée restera à jamais gravée dans la mémoire de Paulette. Que tous reçoivent ses voeux de bonheur et de paix pour 2006. Ci-joint un chèque afin que la Presse Nouvelle continue sa lutte contre le nazisme, le racisme et l'antisémitisme. Paulette Kwater Le mot du Président E ncore une année qui se termine et une autre qui débute. Qui aura débuté à l'heure où vous lirez ces lignes. Les voeux traditionnels, vous les avez reçus et transmis. Mais votre Président se doit d'ajouter ses remerciements. A vous tous, chers amis lecteurs, à vous tous, et à chacun d'entre vous ! Ce n'est pas une mince affaire de faire, et surtout de maintenir un journal comme le vôtre. Un journal qui s'efforce de dire la vérité, les vérités. Elles ne sont pas toujours agréables à lire ? Faut-il, pour autant, se taire ? Votre fidélité, année après année, nous encourage. Votre soutien, moral et matériel, nous permet de vivre. Très modestement, certes, mais en restant fidèles à notre mission. Nous sommes sensibles à vos courriers et nous nous efforçons d'en tenir compte. En le publiant et en faisant notre possible pour vous donner satisfaction. Nous aimerions agrandir le plus possible le nombre des lecteurs ! Et là, vous pourriez peut-être nous aider. Les initiatives que nous avons lancées - dernièrement la conférence d'Amnon Kapeliouk ont été bien accueillies. Nous tâcherons de continuer. Nous attendons vos suggestions, pour d'autres initiatives. Bon courage ! Lucien Steinberg Un © de trop ... ! Suite à la reproduction de l'Affiche rouge dans notre numéro de décembre 2005 (n° 231) L'Affiche rouge appartient à "l'Histoire", est-il besoin de le préciser ! A l'histoire de la Résistance. A l'histoire de la "Résistance communiste". C'est encore un point que l'on peut affirmer sans être démenti. (*) sauf mention explicite (carte, réabonnement ou don), les règlements reçus sont imputés en priorité en renouvellement d’abonnement, puis en don. NB : L’Etat vous rembourse 60% de vos adhésions et dons sous forme de crédit d’impôt. La mention "Fonds Serge Klarsfeld" signifiait que le "document" prêté au Musée de la Préfecture de Police, à l'occasion de l'exposition "J'écris ton nom Liberté", organisée dans le cadre de la commémoration de la Libération de Paris, provenait dudit Fonds. PNM
  3. 3. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 3 P.N.M. JANVIER 2006 3 Paroles On ne badine pas avec le colonialisme On se souvient de ce fameux article 4 de la loi du 23 février 2005. Cet article dit textuellement ceci : “Les programmes de recherche universitaire accordent à l'histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu'elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. (…) “ Cet article, ajouté in extremis, pose une question fondamentale, qui n'est d'ailleurs pas celle du colonialisme en tant que tel, mais celle de l'histoire officielle. Bref, il a, à juste titre (mais l'ensemble de la loi est sujette à caution), suscité un tollé des historiens, des combattants de la cause anticoloniale, des originaires des départements et territoires d'outre mer (anciens ou actuels). Le président de la République charge Jean-Louis Debré, Président de l'Assemblée nationale, d'animer une commission de réflexion pour se sortir de ce bourbier. Nicolas Sarkozy, Président de l'UMP, ministre de l'Intérieur par intermittence, Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, candidat autoproclamé à la présidentielle de 2007, forme lui aussi une commission. Non pas ministérielle : il prend sa casquette d'homme politique, pour trouver une solution. Et qui place-til à la tête de cette commission de réflexion ? Me Arno Klarsfeld en personne. Pour quoi faire ? Pour tenter d'opposer encore une fois, les victimes juives aux victimes africaines, jouant sur le même registre que ceux que l'on dénonce officiellement ? Arno Klarsfeld a le droit d'avoir les opinions qu'il a. On ne peut pas oublier, cependant, qu'il s'est retrouvé, il n'y a pas si longtemps, en habit de garde-frontières de l'armée israélienne, le temps d'endosser un uniforme militaire qu'il aurait pu porter plus jeune et à d'autres moments de l'histoire d'Israël. Bref, qu'il a cautionné la colonisation des terres palestiniennes, notamment en Cisjordanie, et que cela relativise la sérénité de la commission Sarkozy. Mais plus qu'Arno Klarsfeld luimême, ce qui est détestable dans ce choix c'est, comme toujours chez le ministre de l'Intérieur, l'utilisation politique de l'origine communautaire des uns et des autres, et l'utilisation de sujets sensibles, pour régler des comptes politiques avec le Président de la République qui fut le gagnant au premier tour lors de la présidentielle de 1995, face à Edouard Balladur, mentor de Nicolas Sarkozy. La défense de l'histoire et le regard que la France doit porter sur elle-même méritent mieux que ces effets de manche et ces astuces politiciennes. Jacques Dimet Procès MILOSEVIC A QUAND LA FIN ? Robert Joseph L e procès de M. Slobodan Milosevic, l'ancien président de la Yougoslavie, ouvert le 12 février 2002 devant le tribunal international de La Haye, va bientôt entrer dans sa cinquième année. Avec nombre de points d'interrogation. Il a déjà bien duré ce procès. Les juges s'en inquiètent. L'état de santé de l'accusé qui assume lui-même sa défense semble se détériorer, sujet à des problèmes chroniques d'hypertension et à des difficultés auditives. Fin novembre, M. Milosevic a sollicité du tribunal l'autorisation de suivre un traitement de quelques semaines, à Moscou, dans un établissement spécialisé. La Chambre basse du parlement russe a soutenu sa démarche en demandant une suspension du procès. Il devait avoir la réponse, sans doute négative, dès la reprise du 23 janvier. Cependant, les trois magistrats de la Cour ont prolongé à six semaines les vacances de fin d'année (au lieu des trois habituelles) pour permettre au prévenu de se "reposer". De plus, souhaitant sans doute ne pas être pris au dépourvu et ne pas laisser un procès inachevé, ils auraient aimé en terminer avec au moins l'un des trois volets, celui du Kosovo, ce qui leur semblait aisé. Ainsi, ils auraient été certains d'apporter une conclusion à leurs années de travail. Les chapitres Croatie et Bosnie traités à la suite, il y aurait eu deux verdicts. La défense et le procureur ont fait cause commune pour s'opposer à une telle orientation. Pendant deux années, l'accusation a livré de très nombreuses informations sur ce qui était reproché à l'ancien Président. La presse les a étalées largement. Depuis que la défense s'exprime et réfute nombre d'accusations basées sur des rumeurs, ce procès ne serait plus intéressant. Pourtant, M. Milosevic continue à se défendre avec acharnement. Début décembre, il a sollicité un nouveau contingent de 380 heures supplémentaires pour assurer "équitablement" sa défense, et l'audition de nombreux témoins parmi lesquels MM. Tony Blair et Gerhard Schröder. Ce que la cour a rejeté. Il est très intéressé à faire entendre comme témoins les diri- geants occidentaux, promoteurs sans l'aval de l'O.N.U. de la guerre de bombardements contre son pays en 1999, puisque Mme Clara Del Ponte, le procureur, a refusé une enquête sur les crimes de guerre et destructions dont l'O.T.A.N. est accusée par Belgrade. Les trois juges du tribunal, comme le procureur, reprochent à l'ancien Président de recourir à des manoeuvres dilatoires pour faire durer le procès. Ils ont dû, cependant, tenir compte de la réalité et M. Milosevic a obtenu de pouvoir s'exprimer jusqu'à la fin février. Mais l'intéressé revendique encore plus de temps, au moins autant que celui pris par l'accusation, arguant de l'ampleur de la charge qu'il doit subir au quotidien, sans bureau à son service. Jusque-là, quelques 2 250 pièces produites par les parties totalisent 63 775 pages; 930 pièces à conviction du procureur représentent 85 000 pages, 117 vidéos, des centaines de DVD et CR-roms. Il y a au total l,2 millions de pages de documents. Et ce n'est pas fini ! On est en pleine démesure ! Selon le programme connu actuellement, la défense devrait être achevée en mars, les dernières phases du procès s'étaleraient jusqu'à l'été, et les juges pourraient alors se préparer à rendre leur verdict. Evidemment, nul n'ose limiter leur temps pour apprécier “la responsabilité personnelle de M. Milosevic” face aux soixante-six chefs d'accusation. 30/12/2005 DE 2005 A 2006 Lucien Steinberg N ous avons préféré attendre la fin effective de 2005 pour en dégager quelques conclusions - ce qui nous permet d'entrevoir quelques perspectives pour 2006. Exercice risqué sans doute, déjà parce qu'il porte sur l'avenir. Reflexion peu originale, puisque Winston Churchill l'avait déjà formulée. Commençons par le petit bout de la lorgnette - par la situation de notre UJRE, de votre PNM. Elle demeure difficile, voire précaire. Toutefois, le risque d'expulsion de nos locaux n'est plus imminent. Nous avons bon espoir d'aboutir à des arrangements nous permettant de conserver le 14 rue de Paradis. Dans ce contexte, le lancement effectif du projet de "Maison de la MOI" est cause d'encouragement. Le problème essentiel n'est toutefois pas résolu. Il convient de chercher les moyens du "rajeunissement de nos effectifs", si vous voulez bien excuser cette formule militaire. Rares sont encore les enfants ou plutôt les petits-enfants de nos membres qui nous rejoignent. Pourtant, ceux que nous connaissons approuvent le plus souvent nos orientations. Comment transformer cette approbation en adhésion ? Des idées, s'il vous plait... Peut-être que le projet d'Amnon Kapeliouk portera ses fruits. L'année 2005 a été une année difficile. En France, en Israël, dans le monde entier. Les émeutes des banlieues de l'automne ont sûrement laissé des traces qu'il est encore difficle d'évaluer. On peut discuter sur les causes - détresse des jeunes, manipulations politiques ou religieuses, manque d'intérêt des pouvoirs publics, présence de voyous et autres malfaiteurs, etc. En tout état de cause, la crise sociale est indiscutable. Une chose est claire: quelles que soient certaines ou toutes ces raisons, les causes demeurent en l'état. Le risque de répétition, à une même échelle ou à une échelle différente, persiste. Le 29 mai 2005, le peuple français a repoussé, à une majorité claire, le projet d'adhésion à la Constitution Européenne. Projet présenté par le Chef de l'Etat, soutenu par les deux principaux partis du Parlement, l'UMP et le Parti Socialiste (malgré l'opposition de nombre de ses dirigeants et adhérents). Soutenu aussi par les grands media et des personnages médiatiques de tout premier rang. Et pourtant, la politique antisociale se poursuit et risque, dans l'immédiat, de se poursuivre, déjà parce qu'on ne voit pas des forces susceptibles de s'y opposer efficacement. Les bonnes volontés de tous les partis de gauche (Suite en page 4)
  4. 4. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 4 P.N.M. JANVIER 2006 4 Carnet Sam RADZYNSKI vient de nous quitter Beaucoup d’émotion au Père-Lachaise ce mercredi 4 janvier. Monsieur Georges Sarre, Maire du XI° arrondissement de Paris, a rendu hommage à Sam Radzynski - l'homme, le résistant, le communiste. Plusieurs familiers de Sam ont évoqué sa mémoire. Monsieur Jacques Daguenet, Conseiller de Paris, a salué le militant fidèle, au nom du Parti Communiste Français. L’UJRE, représentée par Lucien Steinberg, et ses camarades de déportation, Paulette Sarcey et Roger Trugnan, tient à lui rendre hommage en reproduisant ci-contre un témoignage d’Adam Rayski, l’un des premiers dirigeants de la résistance juive de la M.O.I. (Main-d’Ouvre Immigrée) de l’automne 1941 à la Libération en été 1944, et ci-dessous, des extraits de l’allocution de Roger Trugnan à la cérémonie du Père Lachaise: “J'ai passé six mois en compagnie de Sam Radzynski en déportation, au camp de Jawischowitz. Sam a adhéré en 1936 - il avait 13 ans - au cercle des lycéens communistes de l'école Turgot. Quatre ans plus tard, lors de l'entrée des troupes nazies à Paris, il participe avec ses camarades, puis avec des étudiants, aux premières actions de la Résistance à Paris, dès juin 1940. C'était essentiel, face aux tentatives de l'occupant et de ses collabos de profiter du désarroi dans lequel la population était plongée. Il fallait combattre la propagande ennemie ("populations abandonnées, faites confiance au soldat allemand") Distributions de tracts, prises de parole dans le métro et aux cinémas, puis destruction de câbles militaires dans les forêts d'IIe de Ses enfants Henri et Mireille, Marie-Thérèse ses petits-enfants Natacha, Michaël, Ivoa, Julien, Mathieu, Mélinée, Emmanuel et Elsa ses arrière-petits–enfants Julie et Théo ont la douleur de vous apprendre le décès de Chana DAVIDSON (Andja) survenu le 14 janvier 2006 Chana Davidson comptait parmi les membres les plus fidèles de l’UJRE, adhérente depuis la guerre, lectrice fidèle de la Naïè Pressè puis de La Presse Nouvelle, et choriste très active dans la Chorale Populaire Juive de Paris animée par Ilya Cholodenko. Notre Président, Lucien Steinberg, qui l’a bien connue et estimée, ainsi que toute l'équipe de la Presse Nouvelle Magazine adressent leurs sincères condoléances à sa famille ainsi qu'à tous ses proches et amis. France, incendie des poteaux indicateurs allemands, recrutement de combattants pour les Francs Tireurs et Partisans. Sam s'engagea dans tous ces combats. Fin 1941, il est affecté à l'organisation de la jeunesse communiste de la M.O.I. (Main d'Oeuvre Immigrée). Cette structure, créée par le PCF dès 1923, regroupait les immigrés dans des "groupes de langues" yiddish, italien, espagnol, polonais ... Sam sera un des dirigeants de l'active branche juive de la M.O.I. Je le connaissais peu avant notre arrestation, le 13 mars 1943. Ce jour-là, Sam et moi étions assis sur le même banc, dans une vaste salle de la Préfecture de Police, avec près de 60 jeunes dont Henri Krasucki. Arrêtés au petit matin par les "brigades spéciales" de la préfecture. Une semaine d'interrogatoires et de tortures dans les locaux de la Préfecture de Police sans que ses sbires n’arrachent la moindre information. Ensuite deux mois dans diverses prisons - la Santé, la petite Roquette, Fresnes, enfin au camp de Drancy. Là, 57 jeunes sont enfournés dans un "transport" vers Auschwitz. Six seulement reviendront vivants, les autres étant gazés dès l'arrivée. Sam, Henri et moi sommes expédiés ensemble au camp de Jawischowitz, à 6 km d'Auschwitz, où il y a deux mines de charbon. Au bout de 2 à 3 jours seulement de notre arrivée à Auschwitz, nous avons rencontré des antifascistes, souvent des anciens des Brigades Internationales. Apprenant l'existence d'une organisation internationale de résistants, nous avons créé rapidement un "triangle de direction". Au bout de 6 mois, des antifascistes allemands ont obtenu le transfert de Sam à un autre camp, moins pénible que la mine. Il a fallu attendre la Libération pour apprendre que Sam était vivant. Nous étions donc six survivants du transport. Nous en sommes encore deux, en vie, Paulette Sarcey, résistante exemplaire, et moi-même.” De 2005 à 2006 (suite de la page 3) d'actions militaires US sur d'autres théatres d'opération éventuels Iran, Syrie, etc. est plus restreinte. Elle n'est pas nulle, certes. Plus loin de nous, on suivra avec attention l’évolution en Amérique Latine (Venezuela, Bolivie, Argentine, Brésil, Uruguay entre autres). En Asie, la Chine et l'Inde deviennent de grandes puissances industriellles et scientifiques. ne font pas le poids. Cela peut changer. On peut l'espérer. Sur le plan international, le facteur essentiel, à notre sens, a été le Tsunami de la fin 2004 et ses conséquences. Il semblerait que le monde entier a pris la mesure du risque des catastrophes naturelles. Pas assez, peut-être, car le cataclysme du Cachemire n'a pas bénéficié de la même couverture médiatique. La guerre américaine en Irak a, de plus en plus, du plomb dans l'aile. Le président George W. Bush a été obligé de faire des concessions politiques, notamment en matière de traitement des prisonniers de guerre. L'opinion publique aux Etats-Unis réagit enfin face au retour des cercueils des militaires tués en Irak. Du coup, la possibilité LE CRI DES MURS DE FRESNES Dès 1941, les prisons de la Santé et de Fresnes se remplissent et se vident. Les résistantes et les résistants partaient les uns pour le Mont-Valérien, les autres vers les camps de la mort. On connaît leurs "dernières lettres", le véritable socle de la Mémoire de la Résistance. Or, cette mémoire apparaît sur les murs de Fresnes. Dans un livre* - hélas peu connu l'auteur, Henri Calet, a restitué une multitude d'inscriptions. Ainsi, page 112, une lecture très douloureuse : Cellule 96 Radzinsky Maurice Mort à 17 ans le 10 mars 1943 Maurice est mort pour que vive la France Soyons fiers de lui. Il est tombé au champ d'honneur. Samuel Radzinski, son frère, est mon mari Rita Je n'ai jamais parlé de ce texte sachant Sam gravement malade et c'est après ses obsèques que je l'ai remis à sa fille. Adam Rayski (*) Henri Calet,, Les Murs de Fresnes 1945, Ed. Viviane Hamy, Paris, 1993. BREVES Iran L'orateur a ensuite rappelé la mémoire de Rosine, épouse de Sam, décédée il y a un an. Le conflit israelo-palestinien parait s'enliser. Ce qui ne signifie pas qu'il faille baisser les bras, bien au contraire ! Depuis qu'elle existe, l'UJRE, votre PNM et, avant cela Naiè Pressè n'ont eu de cesse de se battre pour ce qu'elles estimaient juste. Avec votre soutien, nous continuerons. LS Le Crif “a pris des contacts dans l'univers sportif afin d'examiner la possibilité d'exclure l'Iran de la phase finale de la Coupe du Monde de football. A l'époque de l'Apartheid, l'Afrique du Sud avait été exclue de nombreuses compétitions sportives." Est-ce au CRIF, dont l'UJRE est membre fondateur, de prendre une initiative de ce genre? Le texte est flou, en ce qui concerne l'Afrique du Sud, et il faudrait y regarder de plus près. A ma connaissance, l'Afrique du Sud s'est exclue d'elle-même faute de s'être conformée aux réglements qui ne la visaient pas spécifiquement. Il y a eu un boycott économique voté par les Nations Unies. Qui au demeurant : 1) n'a jamais été totalement appliqué 2) a créé des conditions de protectionnisme qui ont favorisé le développement de l'économie. Même chose en Rhodésie. NM
  5. 5. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 5 P.N.M. JANVIER 2006 5 Sharon, une vie de combat contre les Palestiniens Dominique Vidal Quelle place occupe Ariel Sharon dans l'histoire d'Israël ? Et en quoi son retrait de la vie politique marquera-t-il le Proche-Orient ? Journaliste au Monde diplomatique, historien, auteur de plusieurs livres sur l'histoire du Proche-Orient (1), Dominique Vidal a accepté de répondre à nos questions. PNM : Le retrait d'Ariel Sharon, a fortiori son éventuel décès, vontils bouleverser le paysage israélien et proche-oriental ? Dominique Vidal : Bien sûr, comme c'est toujours le cas lorsqu'une personnalité majeure disparaît. Ariel Sharon est l'un des derniers dirigeants israéliens à avoir été actif depuis la guerre de 1948. Il a pris part, entretemps, à tous les conflits, voire en a pris l'initiative comme l'invasion du Liban en 1982. Et, depuis 2001, il dirige le gouvernement israélien. Il est de bon ton de le présenter comme un homme de guerre devenu, par une conversion récente, un homme de paix. C'est un résumé un peu rapide. Indiscutablement, Ariel Sharon a passé l'essentiel de sa vie à combattre les Arabes et, en particulier, les Palestiniens. Il a longtemps donné la priorité absolue à la force pour atteindre son objectif : assurer le contrôle d'Israël sur l'ensemble de la Palestine mandataire, et en particulier, à partir de 1967, sur la Cisjordanie, qu'il a contribué à coloniser massivement. La vérité historique oblige à dire qu'il n'a pas hésité devant le pire. Les massacres des camps de Sabra et Chatila, que son armée n'a pas commis mais laissé perpétrer par les Forces libanaises en septembre 1982, ne sont ni les premiers ni les derniers : le nom d'Ariel Sharon est associé à la tuerie du village palestinien de Qibya, en 1953, à l'assassinat de prisonniers de guerre égyptiens dans la passe de Mitla, en 1956, aux exactions d'un escadron de la mort dans la bande de Gaza, en 1971 et à la reconquête sanglante de la Cisjordanie, en 2002 . Cour internationale de justice avait condamné la construction du mur, et l'Assemblée générale des Nations unies exigé, à une écrasante majorité, sa destruction. La communauté internationale insistait sur l'application de la Feuille de route du Quartet (2) , sommant les deux parties de cesser toute attaque et Israël de stopper toute colonisation. Principal conseiller de Sharon, Dov We i s s g l a s s explique alors : "Le sens du plan de désengagement [de Gaza] est le gel du processus de paix. Quand vous gelez ce processus de paix, vous empêchez la création d'un Etat palestinien et vous empêchez une discussion sur les réfugiés, sur les frontières et sur Jérusalem ." C'est exactement ce qui s'est passé. En échange de l'expulsion médiatisée de 8 000 colons de Gaza et de quatre implantations isolées de Cisjordanie, Ariel Sharon a pu accélérer la colonisation de cette dernière - fin 2005, La Paix maintenant y recensait près de 250 000 colons, plus 200 000 à Jérusalem-Est - ainsi que la construction du mur. Il a pu du même coup renvoyer aux calendes toute négociation avec l'Autorité palestinienne, se contentant d'envisager vaguement la création unilatérale d'un " Etat " sur la bande de Gaza et la moitié de la Cisjordanie à l'intérieur du mur. Or, non seulement la communauté internationale, y compris l'Union européenne et la France, s'est bien gardée de le critiquer, mais a cessé d'exiger qu'Israël tienne sa part des engagements de la Feuille de route. Mais c'est aussi l'homme du retrait de Gaza ? Mais les Palestiniens n'ont pas non plus tenu leurs engagements ? Bien sûr. Il faut se souvenir qu'en 2004, Israël était très isolé. La Le chaos qui s'installe dans la bande de Gaza et en Cisjordanie est très inquiétant. Et l'Autorité palestinienne en porte évidemment sa part de responsabilité. Mais Israël n'a guère aidé Mahmoud Abbas. A peine élu, il y a un an, opposant à la militarisation de l'Intifada, le successeur de Yasser Arafat a obtenu une trêve de l'ensemble des organisations palestiniennes, islamistes compris. Et, grosso modo, celle-ci a été respectée. Mais, à part le retrait de Gaza, qu'ont obtenu les Palestiniens en échange ? Ni l'arrêt de la colonisation, ni celui de la construction du mur, ni la levée d'une partie des 700 barrages qui les enferment dans leurs villes et villages, ni l'amélioration de leurs conditions de vie - la majorité vit avec 2 dollars par jour ! Comment voulez-vous que Mahmoud Abbas convainque ses concitoyens que le choix de la négociation était le bon, a fortiori ait les moyens politiques de rétablir l'ordre ? Je crains que ce bilan ne se reflète dans les résultats des élections législatives du 25 janvier. Les Israéliens aussi vont élire leur Parlement, le 28 mars. Quelles conséquences aura, sur leur vote, la disparition d'Ariel Sharon ? Nul ne peut, à ce jour (4), risquer un pronostic sur le résultat de ce scrutin. D'autant qu'à l'automne dernier, Ariel Sharon avait provoqué un séisme politique en quittant le Likoud pour créer son propre parti, Kadima (En avant), dont il n'a eu le temps ni de rédiger le programme, ni de composer la direction. Certains en concluent que ce parti va disparaître avec lui. Ce n'est pas impossible, si les rivalités entre ses successeurs l'emportent sur leur intérêt commun. La société israélienne, depuis des années, est schizophrène. D'un côté, elle accepte majoritairement la création d'un Etat palestinien, et donc le retrait des territoires occupés comme le démantèlement des colonies, même si les questions de Jérusalem et des réfugiés demeurent des obstacles. De l'autre, ces aspirations passent au second plan derrière la priorité sécuritaire en cas de forte tension, et notamment d'attentats terroristes. Or l'évolu- tion des derniers mois a brisé cette schizophrénie. Si le retrait de Gaza n'a pas, on l'a vu, fait progresser le processus de paix, il a porté un coup sans précédent au mythe du " Grand Israël ". Et, parallèlement, la réduction sensible d'actions kamikazes - 45 Israéliens ont été tués dans des actes terroristes, contre 117 en 2004 - a changé le climat politique. Si bien que les préoccupations économiques et sociales prennent le dessus, dans un pays où la conjonction des politiques néo-libérales et du coût de l'occupation ont mis à mal le niveau de vie et de protection sociale. C'est pour répondre à toutes ces attentes qu'Ariel Sharon a voulu se doter d'un grand parti centriste, qui devrait donc lui survivre. D'ailleurs, les premiers sondages promettent à Kadima sans Sharon un résultat comparable à celui de Kadima avec Sharon. Mais il va de soi que Benyamin Netanyahou s'efforcera de récupérer, à droite, une partie des transfuges du Likoud. Et, de son côté, le leader travailliste Amir Peretz misera sans doute sur la triple nouveauté de son profil - Juif marocain, syndicaliste anti-libéral et partisan de longue date de la paix - pour percer dans les milieux populaires, et notamment parmi les Juifs orientaux. Nous en saurons plus dans deux mois. Mais, quels que soient l'issue des élections et le nouveau Premier ministre, la réalité n'a pas changé : seule la création négociée d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël, sur l'ensemble des territoires occupés en 1967 et avec Jérusalem-Est pour capitale peut assurer la paix et, à terme, l'insertion durable d'Israël dans son environnement procheoriental. (1) Voir notamment Alain Gresh et Dominique Vidal, Les Cent clés du ProcheOrient, Hachette, Paris, 2003. (2) Composé des Etats-Unis, de l’ONU, de l’Union européenne et de la Russie. (3) Haaretz, Tel-Aviv, 6 octobre 2004 (4) Interview du 10 janvier 2006
  6. 6. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 6 P.N.M. JANVIER 2006 6 Histoire LES AUTEURS DE LA SOLUTION FINALE EN FRANCE DEVANT LA JUSTICE ALLEMANDE Lucien Steinberg A hrlrich Meyer, professeur d'université et auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l'occupation allemande de la France et à ses crimes, vient de publier - en allemand - un nouvel ouvrage intitulé Täter im Verhör, qu'on peut traduire par Interrogatoires des auteurs - le sous-titre étant La "solution finale" de la question juive en France 1940-1944. Il s'agit, en effet, des interrogatoires de nombreux acteurs de la "solution finale" par devant des magistrats d'Allemagne Fédérale. Un Service Central des administrations judiciaires des Länder avait été créé dans les années 1960, pour coordonner les poursuites contre les criminels nazis. Leur rôle en France avait été attribué à une des sections de ce service central. Ahlrich Meyer traite dans son livre des interrogatoires d'un nombre conséquent d'hommes ayant servi dans les SS, la Gestapo, les diverses polices, l'administration militaire. Disons d'emblée que "interrogatoire" n'est pas synonyme de jugement, encore moins de châtiment. L'auteur n'indique pas d'ailleurs qui a été condamné. Disons donc que fort peu le furent et que ceux qui le furent ont vite été relâchés. Leur lignes de défense ont été étrangement semblables : Personne n'a eu connaissance de l'assassinat des déportés juifs, jusqu'à la chute de l'Allemagne nazie. Très peu admettent avoir entendu le nom d'Auschwitz et ceux-là disent avoir ignoré ce qui s'y passait. Même le garde SS qui a "accompagné" plusieurs trains de déportés jusqu'à Auschwitz même "n'a rien su de ce qui s'y passait", tout en admettant qu'il avait parfois éprouvé un certain malaise. Le nommé Friedrich Merdsche (sic), en poste à Dijon avant d'assumer les fonctions de Kommandeur de la Police SS à Orléans, affirme avoir éprouvé parfois quelques interrogations sur le sort des Juifs déportés - sans savoir au juste ce qui pouvait leur être arrivé. Ce personnage a été condamné à mort par un tribunal militaire français - mais par contumace. En Allemagne, plusieurs juridictions l'ont interrogé et, l'une après l'autre, ont pro- noncé des non-lieu. Les magistrats lui ont accordé le bénéfice du doute. Bon nombre de ces personnages se sont défendus en invoquant des témoignages de rescapés juifs. Ces rescapés ont déclaré qu'ils ignoraient où on les envoyait et ce qui les attendait à Auschwitz, ou dans d'autres camps de la mort. Certains avaient entendu des rumeurs, véridiques le plus souvent, sans y avoir vraiment cru - jusqu'à l'arrivée à Auschwitz. Helmut Knochen, ancien chef de la police de sûreté et du service de sécurité, n'a pas hésité à me faire part de son étonnement devant l'ignorance des Juifs : comment pouvaient-ils ne rien savoir, eux qui avaient le meilleur réseau de renseignements du monde ? Le plus fort est qu'il se considérait sincère. Cette "sincérité" me semble aujourd'hui moins évidente, quand je lis dans le livre de A.M. que les ci-devant "camarades" de Knochen employaient ce même argument. Comme il est décédé en 2003 (à l'âge respectable de 93 ans), je ne peux plus l'interroger. Un autre élément caractéristique de la frilosité de la justice allemande : bon nombre de ces personnages avaient sévi dans plusieurs endroits et commis des crimes. Ainsi le nommé Bilfinger, kommandeur à Toulouse (condamné à une peine de prison en France et vite relâché) avait été auparavant proche collaborateur d'Adolf Eichmann. Non-lieu ... Ainsi le nommé Richard Eduard Hartmann, kommandeur à Caen, après avoir fait déporter des Juifs de Cannes, avant d'assassiner les résistants enfermés dans la prison de Caen lors du débarquement allié. Lui aussi avait été l’un des assistants d'Eichmann. Là aussi, plusieurs instances l'ont interrogé, mais Hartmann est mort de sa belle mort sans avoir été jugé. Une des rares exceptions : le procès des nommés Karl Lischka, Herbert Hagen et Ernst Heinrichsohn. Là, l'insistance et les efforts acharnés de Serge Klarsfeld ont abouti à la mise en jugement de ces acteurs de la "solution finale" en France. Ils ont même été condamnés. L'immense ETENDUE DE LA SHOAH ... Quelques chiffres extraits de l’article AMNESIE ET AMNISTIE de Georg Bönisch publié dans le n° 2/2006 de notre confrère DER SPIEGEL G eorg Bönisch évalue le nombre d'exécutants, planificateurs et exécutants de la Shoah à 250 000 environ, hommes et femmes. Il y en eut au grand maximum 60 000 traduits devant des tribunaux polonais, yougoslaves, tchécoslovaques, israéliens. Dans l'Allemagne de l'Est, il n'y en eut que 12 291, à l'Ouest 6 498 seulement, dont un petit millier pour des homicides; 438 d'entre eux furent condamnés à la détention perpetuelle. Mais bien vite la "guerre froide" éclate. Les Alliés occidentaux estiment avoir besoin d'une armée allemande . Les derniers procès de criminels de guerre en zone américaine sont bâclés, les condamnés à des peines souvent dérisoires relâchés. Il n'en reste aucun en prison en 1954. La France aussi libère "ses" criminels de guerre nazis, suite aux suggestions aussi amicales qu'insistantes du chancelier fédéral Konrad Adenauer. Enfin, une loi autorise ceux qui avaient changé de nom pour échapper à la justice, à regulapublicité autour de ce procès, oeuvre de Klarsfeld, a sûrement contribué à leur condamnation. Celà dit, ces personnages ont retrouvé la liberté. Personnellement, l'auteur de cette chronique constate qu'aucune instance juridique ouest-allemande n'a cru devoir condamner aucun de ces personnages pour faux témoignage. Ahlrich Meyer mentionne cependant un phénomène d'oubli collectif et de refoulement - non seulement chez ces criminels, mais de la société allemande en tant que telle. C'est peut-être un des éléments ayant permis la transformation de l'Allemagne en un pays démocratique. C'est son opinion. (1) Täter im Verhör. Die “Endlösung der Judenfrage” in Frankreich 19401944.Wissenschaftlice Buchgesellschaft, Darmstadt, 2005. 470 pages, dont 112 pages de notes. riser leur situation. Il y eut aussi de nombreux cas où des criminels se sont faits passer pour morts, avant de resurgir avec une nouvelle identité - et souvent d'épouser leurs soidisant "veuves" ! Ce qui permet au nommé "Bruno Albrecht" d'être hospitalisé en 1957 à Darmstadt. Quand il décède, on s'apperçoit qu'il s'agissait de Fritz Katzmann. Haut placé dans la hiérarchie SS, Katzmann a commandé la mise à mort des 400 000 Juifs de Galicie. Un autre cas: Anton Burger, proche collaborateur d'Adolf Eichmann et commandant du camp de Theresienstadt (entre autres). Il avait assumé au moins huit identités différentes. Il a été démasqué sous l’identité de Wilhelm Bauer. Non lieu : Wilhelm Bauer était mort depuis deux ans et enterré au cimetière de Essen.... On le savait, en gros, mais de jeunes historiens allemands fouillent les coins les plus sombres du passé nazi. On ne peut que leur souhaiter BON COURAGE ! LA PRESSE NOUVELLE Magazine Progressiste Juif édité par l’U.J.R.E. Comité de rédaction : Lucien Steinberg, Jacques Dimet, Bernard Frédérick, Nicole Mokobodzki, Tauba-Raymonde Staroswiecki Roland Wlos N° paritaire 64825 C.C.P. Paris 5 701 33 R Directeur de la Publication : (Intérim Lucien STEINBERG) Rédaction - Administration : 14, rue de Paradis 75010 PARIS Tél. : 01 47 70 62 16 Mèl : ujre@wanadoo.fr Site : http://ujre.monsite.wanadoo.fr Tarif d’abonnement : France et Union européenne: 6 mois 28 euros 1 an 55 euros Etranger, hors U.E : 70 euros IMPRIMERIE DE CHABROL PARIS
  7. 7. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 7 P.N.M. JANVIER 2006 7 LIVRES L’ATTENTAT* de Yasmina Khadra A Avis de recherche Camp d’internement de BEDEAU u fil de ses livres Yasmina Khadra s'affirme être un des grands littérateurs francophones contemporains. On sait maintenant, que sous ce pseudonyme (le nom de son épouse) se cache l'ancien officier de l'armée algérienne Mohamed Moulessehoul. Dans son pays saigné par les crimes intégristes et la violence d'Etat, il risquait, en effet, de payer chèrement son indépendance d'esprit. Depuis ses deux premiers romans Les agneaux du seigneur (1958) et A quoi rêvent les loups (1999), et après une trilogie de romans policiers consacrés à la dénonciation de la barbarie intégriste et de la corruption (Morituri, Double blanc, L'automne des chimères), il révéla sa véritable identité dans un récit autobiographique L'écrivain. Par la suite il publia L'imposture des mots et un roman rendant hommage aux femmes afghanes L'Hirondelle de Kaboul. Aujourd'hui avec L'attentat, le voilà à Tel Aviv où le docteur Amine opère sans discontinuer les innombrables victimes d'un attentat atroce survenu dans un restaurant bondé. Rentré chez lui, dans un quartier huppé de Tel Aviv le docteur Amine israélien d'origine arabe est appelé d'urgence à l'hôpital. Et là, stupeur, il découvre que le kamikaze qui avait dissimulé une bombe sous une robe de grossesse était sa femme. A ce moment l'arabe israélien modèle, chirurgien apprécié et respecté, redevient le fils du bédouin naturellement suspect. Libéré, il veut comprendre ce qui a pu pousser son épouse bien aimée à ce geste, alors qu'il pensait qu'elle était partie rendre visite à sa famille. Lui dont le sens de l'existence est voué entièrement à la vie ne peut admettre que celle avec qui il croyait partager les mêmes valeurs humanistes ait pu sacrifier la sienne pour semer la mort. Face à cet acte inconcevable il a les réactions d'un mari trompé. Il part alors pour les territoires dans l'intention de remonter la piste fatale et de démasquer les commanditaires du suicide. Là se révèle ce qu'il avait oublié, trop préoccupé par sa réussite sociale et son confort matériel. De l'autre côté de la frontière après d'interminables check points il découvre un autre monde, un monde de désolation. Lui qui conçoit qu'il n'y a pas de bonheur sans dignité et aucun rêve possible sans liberté, se trouve devant une réalité ne laissant aucune place à l'espoir. Face à ce constat il mesure combien il est étran- ger des deux côtés de la barrière. Poursuivant ses investigations jusqu'à Jenin, où il a vécu son enfance, Amine rencontre un cousin éloigné, jeune militant dont il voit clairement le message mais en se sentant incapable d'y accéder. Quelques heures plus tard les bulldozers israéliens rasent la maison de sa famille. Le jeune homme vient à son tour de se faire exploser. Abasourdi par ce qu'il vient de découvrir, Amine tentera au sortir d'une mosquée d'approcher l'iman dont il soupçonne les prêches d'avoir fanatisé sa femme, Simon et le garçon… En donnant à ce roman une dimension exceptionnelle, Yasmine Khadra analyse avec colère cet énorme gâchis. Dans l'Attentat, les terroristes sont regardés comme des extraterrestres, morts vivants, ayant renoncé à tout… Entre blessure et culpabilité, l'auteur dépeint la recherche d'un idéaliste anéanti, de Bethléem à Jérusalem : Je veux juste comprendre comment la femme de ma vie m'a exclu de la sienne, comment celle que j'aimais comme un fou a été plus sensible au prêche des autres, plutôt qu'à mes poèmes. Ce livre s'apparente à une véritable tragédie antique avec son héros confronté à des contradictions qui l'assaillent et le dépassent. Dans son livre, Yasmina Khadra donne la pleine mesure de son talent pétri d'un humanisme lucide en faisant notamment référence à la devise du père d'Amine, le personnage central de ce roman : Si tu pars du principe que ton pire ennemi est celui làmême qui tente de semer la haine dans ton cœur tu auras connu la moitié du bonheur. (*) L'attentat, Yasmina Khadra, Ed.Julliard, 2005, 268 p., 18 . Roland Wlos Activités Qi gong Les stages d’arts internes chinois du premier semestre 2006 auront lieu chaque premier samedi du mois, de 10h à 18h. en salle Kenig, les : 7 janvier, 4 février, 4 mars, 1er avril, 6 mai et 3 juin. Les amis de l'UJRE y sont bien sûr toujours les bienvenus. Contacter Serge Mairet au 06 74 49 63 00 Yoga Les cours du lundi soir (19h à 21h) ont repris le lundi 2 janvier. Contacter François Forge : 06 14 27 29 47 Biographe travaillant sur le camp d'internement de Bedeau, installé en Algérie en 1942, 1943 sous Giraud et la France libre, recherche des témoins (en France et ailleurs) susceptibles d'apporter leur contribution à l'écriture de cette page d'histoire. La quasi majorité des témoins ont aujourd'hui plus de 80 ans pour les plus jeunes, si votre père est passé par ce camp mis en place par l'armée française de l'époque, nous devons conserver son témoignage. Si vous avez des documents à votre disposition faites-en moi parvenir une copie (carnets militaires, courriers familiaux). Et si vous êtes passés par Bedeau, nous avons besoin de votre témoignage pour que votre mémoire soit conservée et que votre histoire soit connue et enfin reconnue. Je remercie tous ceux qui nous aideront à mettre en lumière cette histoire. Paroles d'Hommes et de Femmes; Frederic Praud 10 rue Lamblardie 75012 Paris 01 43 46 86 59 ou bien 06 32 53 16 06 frederic.praud.@wanadoo.fr Sophie Schwartz et ... ? Connaissez-vous cette photo ? Pouvez-vous nous aider à préciser le lieu où elle a été prise ? et de qui Sophie Schwartz (2ème femme assise en partant de la droite) est entourée ? Si vous les avez connus, quels sont leurs noms, leurs activités de Résistance pendant la guerre ? Merci de contacter la rédaction (Tel 0147706216, fax : 0145239000) car votre témoignage pourra ainsi alimenter le dossier que nous consacrerons au centenaire de Sophie Schwartz. PNM Conférences Centre MEDEM* Mardi 24 janvier 2006 à 20h30 Dans les pas d’Hannah Arendt Laure ADLER Débat animé par Henri Stanke Le 4 décembre 1975, Hannah Arendt, une des grandes figures intellectuelles du 20e siècle mourait. Laure Adler, ancienne directrice de France Culture, retrace la vie de cette femme engagée pour les droits de l’homme et penseuse de l’antitotalitarisme dans son livre paru chez Gallimard. Cette biographie nous éclaire également sur les relations amoureuses d’Hannah Arendt, avec notamment Martin Heideger. Tél. : 01 42 02 17 08 MCY* Le yiddish aux États-Unis Cycle de 6 conférences en français de Philippe Boukara Mardi 10 janvier 2006 à 20h30 1. Les immigrations juives aux États-Unis - leur histoire et leur géographie. Deux milieux atypiques : agriculteurs et bandits Mardi 31 janvier 2006 à 20h30 2. Les sociétés d'originaires et le mouvement ouvrier. L'expérience de la Kehila new-yorkaise (1908-1922) P. A. F. Cycle de 6 conférences : 20 . Membres: 15 . Une conférence: 4 . Membres: 3 . Conférences gratuites pour les personnes inscrites au cours de yiddish. (*) 52 rue René Boulanger Paris 10° (*) Réservation souhaitable au:
  8. 8. PNM JANV 06 ok 19/01/06 19:22 Page 8 P.N.M. JANVIER 2006 8 Bineml, le fils de rabbi Motele Shloïmè Palant Schloïmè Palant , né en 1888, à Przytyk, près de Radom, en Pologne, est mort à Paris en 1933. Il collaborait régulièrement, à la revue yiddish paraissant à New York, “Freie Arbeiter Stimme”, l’organe des anarchistes. Nous reproduisons ci-dessous cet article paru en 1928, à l’occasion du 6ème anniversaire de la mort de Bineml. Il y a quelques mois, cet article a été retrouvé dans la bibliothèque yiddish d’Amsterdam par une jeune journaliste française. Sa traduction est dûe à Madame Batia Baum dont le père a été fusillé en France par les nazis. Nous remercions notre ami Charles Palant de nous avoir transmis ce texte de son père que nous publierons sur deux numéros de la PNM. tout ce qui est interdit : il travaille devant lesquels tous fuient tels des force secrète m'a poussé vers lui. uel étrange pouvoir a le le jour du shabbat, il lit des livres lièvres apeurés. Je les suis un bout Je suis allé à lui hardiment, comme printemps. Une nuit de profanes et des brochures, il parle de chemin, je veux voir quelque vers un vieil ami, la main tendue. printemps, on va s'asseoir contre l'empereur... Et tous savent chose. Les gendarmes veulent l'emQuelques instants nous nous seul sur un banc, dans un jardin, à que celui-là est Bineml, le fils de mener par une arrière-ruelle mais il sommes regardés tous les deux, contempler la lune faire sa ronde rabbi Motele. Il est même allé pasleur explique que par là, il y a des comme en un temps suspendu. majestueuse et fière dans le vaste ser tout un semestre à Lodz, à la mares de boue et qu'il vaut mieux Finalement il m'a demandé: infini du ciel bleu, et l'on se sent grande ville, et il n'y a pas longpasser devant, par le marché. - C'est moi que vous saluez ou ma tout chose. Une lancinante nostaltemps en effet qu'il est revenu... Ils finissent par disparaître au loin. libération? gie vous étreint la poitrine et C'est bien fait pour lui ! Il n'avait J'ai balbutié à grand peine: devant vos yeux défilent de loinqu'à ne pas propager de telles idées ! J'admire votre courage... taines images et scènes vécues Comment est-ce possible, pour un J'ai encore dit quelques mots, cherdepuis longtemps oubliées, si poienfant juif ? C'est une honte, une chant à lui exprimer mes sentignantes que le cœur se serre et pèse honte pour tout le shtetl, et c'est ments. Il m'a parfaitement comlourd à ne pouvoir le supporter. Et pitié pour son père. Car ce n'est pas pris, et m'a pris par le bras et pourtant, on n'a aucune envie de n'importe qui, Rabbi Motele ! Un entraîné à marcher avec lui. Nous partir. On voudrait rester ainsi pour Juif si pieux, si scrupuleux ! avons marché tous deux longtemps l'éternité, en cette humeur oppresComment va-t-il supporter pareille à travers la verte campagne printasée et en même temps agréable et honte ! nière, et il a beaucoup, beaucoup plaisante. Et quand l'horloge vous De tels propos circulent de bouche parlé. Des mots nouveaux pour rappelle qu'il est déjà très tard, au à oreille. Tous sont là sur la place moi, inconnus. Il m'a parlé de commoment de partir, vous avez l'imdu marché, et tous causent, pour se bat et d'amour, d'esclavage et de pression de laisser dans cette allée réjouir ou déplorer... liberté, d'exploitation et d'égalité. Et silencieuse quelque chose de très Mais tout à coup, on se met à couje comprenais si peu, j'entendais proche et très cher, que l'on ne peut Dos shtetl de Z. Tolkatshov rir ! La plupart fuient chez eux, seulement des phrases isolées, sans emmener avec soi. (Varsovie: "Dos naye lebn", l946.) mais d'autres courent dans une suite, sans lien, et pourtant chaque Cela m'arrive bien souvent au prinFacsimiles des tableaux de Tolkatshov autre direction, vers la ruelle non mot, avec une force inconcevable, temps. Aujourd'hui c'est à nouveau Sholem Aleichem et personnages de son oeuvre loin de la shule* où demeure Rabbi me captivait et m'envoûtait. le printemps et me voici toute la Motele. Je me suis senti totalement changé, Il n'est pas resté longtemps en prijournée enfermé dans l'étouffante Moi, je cours avec eux dans cette désormais je ne suis plus le même son. Les plus riches notables se atmosphère de l'atelier. Mais sitôt direction. Là-bas, au bout de la rue, et ne pourrai plus être le même. Et sont évertués à le faire libérer. Ils le travail fini, je vais m'asseoir juson voit déjà luire les rangs de bouà chaque instant il me devient de l'ont fait pour Rabbi Motele. Mais qu'au cœur de la nuit dans un jartons dorés des uniformes. Je cours plus en plus clair que c'en est fini moi, plus rien d'autre ne m'intéresdin, à songer et penser. Je pense à plus vite, je veux voir de mes yeux de la vie que j'ai menée jusqu'ici, et sait. Je ne pensais qu'à l'attitude de bien des choses, mais surtout à ma comment on l'emmène. Je me que commence pour moi une vie Bineml. A son calme, à ses yeux vie écoulée, à tous mes jours et pousse à travers la foule et jette un nouvelle. rayonnants. Non, un criminel ne mes années disparus. coup d'œil par un carreau dans la Et cette nouvelle vie inconnue peut se conduire ainsi, ai-je résolu. Le soir est frais et il y a peu de maison où sont déjà entrés les polim'attire et m'effraye à la fois, d'une J'ai longtemps nourri ces pensées. monde dans le jardin, si bien que je ciers. Tout est renversé, sens desmême force. Et comme dans un Tout le reste a commencé à me ne suis dérangé par personne. Il me sus dessous... La mère pleure, crie brouillard, j'entends à présent les paraître mesquin, absurde, sans revient en mémoire des images de et supplie. Le père n'est pas là, il paroles de Bineml. Il me parle de intérêt face à son attitude. Les mon lointain passé, des événements est comme toujours à la maison de grands mouvements de masses, de gens, tous petits, de minuscules qui m'ont formé, ont changé ma vie prière. Mais tout ce que je veux, défilés cernés par la police, d'invermisseaux piètres et apeurés en et scellé à jamais mon destin. c'est voir Bineml, je veux voir nombrables victimes et martyrs, de regard de lui. J'ai perdu le repos, A mes yeux se présente une scène comment il pleure à présent... ce beau monde nouveau qui va surj'avais sans cesse l'image de qui s'est passée il y a vingt-cinq Mais quoi, qu'est-ce que c'est ? venir après la victoire finale de la Bineml devant les yeux. Bineml et ans, dans mon village natal. J'avais Regardez comme il est calme ! Je révolution. Et marchant ainsi ses yeux brillants, son audace et alors une quinzaine d'années. m'approche de la fenêtre pour ensemble, je me suis moi-même son sourire fier, et une sorte de Un combattant de la liberté mieux voir et l'observe de plus mesuré, j'ai mesuré mes forces et force incompréhensible m'attirait C'est le printemps. Vendredi soir. près. Son visage est pâle, mais ses mes capacités, et j'avais envie de vers lui. Tout le shtetl est sur pied. On se yeux brillent, comme d'une lueur pleurer en voyant que je n'étais pas Je ne pouvais rester longtemps en chuchote à l'oreille de l'un à l'autre. de joie... Oui, je le vois clairement en mesure d'aider à ce combat, place. Il me manquait quelque Tout le monde sait, et pourtant chasourire ! Il s'habille, met des habits pour cela il fallait être Bineml et chose, et je recherchais sans cesse cun pense que c'est un secret... Sur de ville, se peigne avec soin, posséder sa stature, son poids et ce "quelque chose". Sans savoir les murs de la maison de prière, on comme pour aller à un bal. Je l'enson courage. moi-même ce qui me manquait et a collé des tracts ! La police les a tends prier sa mère de se tranquilliJe vous serai toujours reconnaisque je cherchais. déjà arrachés. Qui sait ce qui va se ser. Et quand il sort par la porte sant ! - l'ai-je assuré, en tenant sa Je suis resté un bon moment dans passer maintenant ! Dans tout le entre deux gendarmes, il salue en main au moment de nous séparer... cet état, jusqu'à ce qu'un jour, étant shtetl, il n'en est qu'un dont on souriant les badauds attroupés et (suite au prochain numéro) allé me promener hors du shtetl, je parle depuis longtemps déjà, on dit marche d'un pas fier au milieu de rencontre Bineml. Il marchait seul, (*) Shule : littéralement école. Lieu de qu'il ne croit pas en Dieu et fait son escorte d'accompagnateurs, absorbé dans ses pensées. Une prières, synagogue Q

×