Les polémiques médiatiques en France en 2015

25 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
25
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les polémiques médiatiques en France en 2015

  1. 1. LES POLEMIQUES MEDIATIQUES EN FRANCE EN 2015 DEFINITIONS, EVOLUTIONS, SIGNIFICATIONS Meuret Timothée Sous la direction de Bertrand Simon Master 2, Communication politique et sociale, 2014/2015
  2. 2. 2 REMERCIEMENTS Ce mémoire a été réalisé grâce au concours de plusieurs personnes. Je voudrais tout d’abord remercier Bertrand Simon, qui a canalisé ma recherche au mois de septembre et m’a permis de terminer ce travail à temps. Je voudrais également remercier Laurence Rossignol, Secrétaire d’Etat chargée de la Famille, de l’Enfance, des Personnes âgées et de l’Autonomie, et Dominique Bouissou, sa conseillère spéciale, ainsi que toute l’équipe du Cabinet de Mme Rossignol. C’est en travaillant au sein de cette équipe que m’est venue l’idée du sujet d’étude auquel j’ai consacré ce travail. Mes six mois de stage dans cette équipe m’ont énormément apporté, tant sur le plan professionnel que personnel. Je souhaite adresser un remerciement cordial à Eric Brunet, Anthony Arridon et Paul Laroque, qui ont bien voulu répondre à mes questions, si polémiques soient-elles. Je me suis dirigé vers ce sujet avec quelques préjugés que mes conversations avec eux ont permis de nuancer. Je suis également reconnaissant à Aline Koch, qui a du supporter mes réflexions pendant des mois, mon obsession pour les sujets polémiques, et mes critiques incessantes de ce débat public qui m’échappait. Enfin, pour la deuxième année consécutive, j’adresse un remerciement toujours chaleureux à Romain Segond qui a suivi mes réflexions, m’a éclairé de ses avis, et a également accepté de répondre à mes questions, malgré leur caractère insidieux. Il a aussi rendu possible mes conversations avec ses trois collègues de RMC cités plus haut, qui donnent un peu de substance à ce travail.
  3. 3. 3 RESUME DU MEMOIRE Ce mémoire tente d’analyser le concept de « polémique » dans la société médiatique française actuelle. Les multiples définitions du terme rendent essentielle une réflexion préliminaire sur les différentes acceptions du terme. L’analyse de l’évolution de la définition permet de nourrir la réflexion qui suit et d’inscrire ce mémoire dans un corpus déjà existant et fourni. La définition du concept permet d’étudier le pourquoi et le comment du processus d’évolution d’une polémique dans la société médiatique instantanée dans laquelle nous vivons. La multiplicité des réseaux, des plateformes d’informations, a fait croitre de façon exponentielle le potentiel d’évolution des objets de polémiques et rendu plus difficile leur interprétation superficielle. C’est pourquoi l’étude approfondie des quelques polémiques ciblées permet de mettre en évidence des sujets sensibles dans la société française, dont le débat public apparaît aujourd’hui si troublé. Mots clés : Polémique Politique Internet Twitter Réseaux sociaux Médias Sensibilité Société
  4. 4. 4 SOMMAIRE Remerciements 2 Résumé et mots clés 3 Sommaire 4 Introduction 7 1. Les polémiques : définitions et évolutions 9 1.1. La définition classique de la polémique 1.1.1. Origine du terme 1.1.2. Sens premier : la controverse religieuse 1.1.3. Débats littéraires 1.2. L’évolution du discours polémique 1.2.1. L’utilisation du terme en France à la fin du XXe siècle 1.2.2. Disqualifier l’adversaire 1.3. La polémique au XXIe siècle 1.3.1. La passion au cœur du débat 1.3.2. L’espace d’expression de la polémique 1.3.3. La polémique contemporaine 2. Le circuit d’une polémique médiatique 24 2.1. L’événement et la naissance de la polémique 2.1.1. Naissance d’une polémique : l’affaire de la « petite pipe » (mai 2015) 2.1.2. Le problème Twitter 2.2. La reprise médiatique 2.2.1. Le rôle de la polémique pour une entreprise médiatique 2.2.2. Le traitement de la polémique 2.3. Apogée et chute d’une polémique 2.3.1. Reprise politique 2.3.2. La fin d’une polémique 3. Trois polémiques à la loupe 37 3.1. Le voyage de Manuel Valls à Berlin (juin 2015) 3.1.1. Les raisons de la polémique
  5. 5. 5 3.1.2. Réactions médiatiques 3.1.3. Réactions politiques 3.2. L’affaire de la jupe (mai 2015) 3.2.1. La première interprétation : un combat mêlant laïcité et féminisme 3.2.2. Un peu de nuance 3.2.3. La laïcité, sujet polémique en France 3.3. Nadine Morano et la « race blanche » (septembre-octobre 2015) 3.3.1. Les raisons de la polémique 3.3.2. Réactions médiatiques 3.3.3. Réactions politiques Conclusion 53 Glossaire 55 Bibliographie 56 Liste des annexes 58 Table des matières 76
  6. 6. 6 LES POLEMIQUES MEDIATIQUES EN FRANCE EN 2015 DEFINITIONS, EVOLUTIONS, SIGNIFICATIONS INTRODUCTION « La polémique est une scène ; une scène où, à travers l’histoire, se joue le drame de la liberté – et du refoulement – de la Différence. »1 C’est par cette analyse que Shoshana Felman conclut son article « Le discours polémique » paru en 1979 dans les Cahiers de l’Association internationale des études françaises. C’est l’une des multiples définitions que l’on peut voir apparaître concernant cet intriguant concept de « polémique » dans les différents travaux qui lui ont été consacrés. L’intérêt de cette définition est qu’elle traite non pas de la polémique en elle-même, mais de l’espace dans lequel elle se joue et ce qu’elle représente. Une définition péremptoire du concept est désormais impossible tant l’interprétation du terme est multiple. En affirmant que la polémique est une « scène », Felman nous laisse entrevoir ce qui apparaît comme un des principaux enjeux d’une polémique : le public. En 2015, le public français a été sollicité à de nombreuses reprises autour de sujets dits « polémiques », d’évènements « polémiques », de propos « polémiques ». Tout est matière à polémique et l’utilisation du mot est devenue si fréquente que l’on entend parfois parler de « la polémique du jour ». Dans le système médiatique qui est le nôtre, le nombre de polémiques a augmenté de façon exponentielle. Cela est dû au fait que le public sait désormais tout, tout le temps, sur tout le monde. Les hommes et femmes politiques sont scrutés à la loupe, chaque interview est décortiquée, chaque parole est enregistrée et chaque acte est commenté. Tout se sait, donc tout se critique. Le rôle d’Internet est bien sûr primordial dans le développement de ces « polémiques ». Les réseaux sociaux, principalement Twitter et Facebook, sont devenus le centre de l’attention de par l’impression qu’ils donnent de représenter la voix du peuple. Le modèle participatif d’Internet, où chacun peut donner son avis, marche à plein lorsqu’il s’agit de commenter l’action de qui que ce soit, personnage public ou non. En écoutant les matinales des radios françaises ou en regardant les chaines d’information en continu (BFM TV et I-Télé), il est facile de développer une aversion 1 FELMAN Shoshana. Le discours polémique. In: Cahiers de l'Association internationale des études francaises, 1979, N°31. p.192.
  7. 7. 7 pour la polémique. Voir ces sujets de controverses traités de façon superficielle, voir les paroles de chacun rapportées sans analyse donne une mauvaise image de la polémique. C’est en étudiant sa signification première que l’on peut revenir vers un sens « noble » du terme, lorsqu’il signifiait débat, guerre de plume, et controverse intellectuelle passionnée. Dans le même article, Shoshana Felman, pose la question : « Est-il possible de contourner le dérisoire de la polémique pour en penser le sens ? »2 A partir de là, on peut appliquer cette question aux polémiques qui traversent la France en 2015. Penser le sens de ces polémiques, c’est se demander ce qu’elles nous révèlent. Dans l’article, le « dérisoire » de la polémique fait référence à la définition propre au XIXe siècle, lorsque la polémique était considérée comme un sous-genre de la littérature, des « bagatelles littéraires » comme l’écrivait Stendhal3. De nos jours, la polémique est vue différemment. C’est avant tout un objet médiatique, puisque c’est dans les médias qu’elle apparaît, qu’elle prend forme, qu’elle vit et meurt. Mais ces médias sont-ils le miroir des débats qui traversent la France ? Ou sont-ils les instigateurs de ces débats ? Dans tous les cas, les sujets qui font polémiques révèlent un indéniable intérêt du public, si ce n’est, pour certains, un intérêt public. La définition de la polémique prend ses racines dans des conflits théologiques passionnés, et la passion reste au cœur de la définition. Un sujet fait polémique lorsque les gens réagissent. On peut imaginer la société française comme un instrument à corde, dont certaines cordes seraient plus sensibles que les autres. Ces cordes feront écho, ces cordes produiront un son qui se répercutera dans les médias, mais également dans les discussions que peuvent avoir entre eux les citoyens, ces débats qu’Eric Brunet4, qui se définit lui-même comme « polémiste », défend fièrement : « J’aime cette polémique à la française. » m’a-t-il soutenu. Etudier les sujets qui font polémique, c’est étudier les sujets qui passionnent, c’est découvrir les sensibilités de la société française. En paraphrasant la question posée par Shoshana Felman, est-il possible de penser le sens des polémiques qui ont traversé la France en 2015 ? Pour penser ce sens, il est nécessaire de poser la définition contemporaine de la polémique (I). Comme exprimé précédemment, chaque auteur a une vision différente, et les écrits les plus approfondis sur le sujet sont loin d’être récents. Il s’agira de montrer la 2 FELMAN Shoshana, ibid., p.181 3 STENDHAL, Racine et Shakespeare, Etudes sur le romantisme (1823), Paris, Garnier-Flammarion, 1970, p.52 4 Eric Brunet est chroniqueur sur la radio RMC, hôte de l’émission de débat « Carrément Brunet »
  8. 8. 8 façon dont le terme « polémique » a évolué et d’expliquer le sens qu’il prend lorsqu’il est prononcé aujourd’hui. Il conviendra ensuite d’étudier le processus polémique (II) : leur naissance, leur traitement dans les médias, le rôle d’Internet dans leur conception ou leur développement. Enfin, nous étudierons précisément trois polémiques qui ont fait réagir au cours de l’année (III) : le débat autour du voyage de Manuel Valls à Berlin en juin ; l’affaire dite de la « jupe » ; et les propos de Nadine Morano concernant la France, « pays de race blanche ».
  9. 9. 9 PARTIE I : LES POLEMIQUES : DEFINITIONS ET EVOLUTIONS 3.4. La définition classique de la polémique 1.1.1. Origines du terme Dans son article sur le discours polémique paru en 1980, Catherine Kerbrat-Orecchioni fait remonter l’apparition du terme « polémique » au XVIe siècle. Sa première attestation se retrouve en 1578 avec le terme « chanson polémique ». En 1584, Théodore Agrippa d’Aubigné, soldat et poète français, utilise le terme dans la préface de son ouvrage Les Tragiques : « … deux livres d’épigrammes, puis de polémiques ». Mais son entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française date de 1718.5 L’adjectif est alors une formation artificielle et savante à partir du grec polemikos, « relatif à la guerre ». Catherine Kerbrat-Orrechioni explique que « ce mot fonctionne comme une métaphore lexicalisée : une polémique, c’est une guerre métaphorique, une ‘‘guerre de plume’’ ». Le Dictionnaire universel François et latin, aussi appelé Dictionnaire de Trévoux, en 1771, souligne : « Ce mot vient du grec polemos, guerre. Les disputes entre les Auteurs ne ressemblent que trop à une vraie guerre. » Le mot sous-entend alors un affrontement intellectuel. Vient à l’esprit pour illustrer cet affrontement la dispute entre John Locke et Gottfried Leibniz. En 1689, John Locke avait publié ses Essais sur l’entendement humain. Gottfried Leibniz avait répondu en 1704 par les Nouveaux essais sur l’entendement humain, se présentant sous la forme d’un dialogue entre deux personnages : Philatète et Théophile. Ce dialogue représente un débat qui n’a jamais eu lieu entre les deux philosophes, Philatète défendant l’empirisme de Locke, Théophile le rationalisme de Leibniz. Dans leur étude Polémique et rhétorique, De l’Antiquité à nos jours, Luce Albert et Loïc Nicolas précisent : « Le mot « polémique » est apparu au XVIe siècle lors des Guerres de religion pour manifester la modernité de cette « stratégie du soupçons (qui) s’en prend (…) à des groupes ou à des individus » pour spécifier ses implications propres par rapport au terme « controverse » disponible jusqu’alors. »6 Dans son acception première, le terme « polémique » définit ce que l’on appellerait aujourd’hui une controverse religieuse, un débat concernant un sujet de fond. Mais ces « implications 5 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, « Le Discours polémique » Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1980, p.1 6 ALBERT, Luce, NICOLAS, Loic (dir.), Polémique et rhétorique de l’Antiquité à nos jours, De Boeck Supérieur, 2010, p.17
  10. 10. 10 propres » correspondent à l’étymologie du mot. Dans le contexte des guerres de religion, la polémique apparaît comme une nouvelle forme de dispute, une querelle empreinte de violence, de soupçon, de fougue, de passion. Avec ces polémiques, alors religieuses, on voit apparaître « des généalogies entières de figures mémorielles »7 qui permettent aux auteurs de s’inscrire dans des écoles de pensées. Ils reprennent les arguments des discours ancestraux. Ce phénomène apparaît également dans les controverses philosophiques ou politiques : « les écoles philosophiques tirent leur légitimité du fait qu’elles descendent de tel ou tel disciple du maître, les leaders politiques en appellent à tel ou tel dirigeant connu. »8 Le sens premier de « polémique » promet donc un débat de fond. L’origine du terme se confond avec les disputes intellectuelles. Il est important de distinguer, déjà à l’époque, la différence avec le terme « controverse ». L’adjectif « polémique » étant formé sur une métaphore guerrière, il implique une notion de violence. Alors que la controverse laisse entendre un débat calme et réfléchi, la polémique assure un engagement presque physique de la part des protagonistes. La notion de « guerre de plume » fait toujours référence à la chose martiale. En plus de la controverse intellectuelle, on attend un conflit personnel, passionné, qui laisse une place importante à l’émotion. Mais la définition classique de la polémique désigne un type de ‘’disputes’’ que l’on qualifierait aujourd’hui de controverses. Les sujets abordés (philosophie, religion) font désormais moins l’objet de passion en tant qu’objet de discussions fondamentales. Nous reviendrons bien sûr sur la religion qui est source permanente de polémique dans la France contemporaine. Néanmoins, à ces origines, c’est bien la religion elle-même qui était source de polémique puisque les polémiques religieuses apparaissent comme des débats passionnés. 1.1.2. Sens premier : la controverse religieuse « Le terme est à la base utilisé pour parler de controverses théologiques. Cette association est tellement ancrée que le Dictionnaire de l’Académie française déclarait encore, dans son édition de 1935, et sans doute par inertie, que « polémique » se dit des querelles, des disputes par écrit, sur les questions se rapportant à la théologie, à la politique, à la littérature, etc… » Mais dans presque tous les dictionnaires postérieurs à cette date, la référence théologique s’efface. »9 7 ALBERT, Luce, NICOLAS, Loic (dir.), Ibid., p.26 8 ALBERT, Luce, NICOLAS, Loic (dir.), Ibid., p.27 9 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, Ibid., p.18
  11. 11. 11 En termes de polémiques religieuses, le meilleur exemple est sans doute à trouver de la littérature du XXe siècle. Umberto Eco, dans Le Nom de la Rose, pose comme trame de fond de son roman une controverse religieuse qu’il qualifie de « polémique » : « Le Christ possédait-il ses vêtements ? » Cette polémique voit s’affronter les différents ordres monastiques et notamment les Franciscains, qui s’opposent alors aux représentants de la papauté. La polémique sert également de façade au conflit entre le pape Jean XXII et l’empereur Louis VI du Saint-Empire. Le conflit est historique et la polémique qui l’accompagne a effectivement eu lieu. Le fait de savoir si le Christ possédait ses vêtements permet en effet à l’époque de déterminer si l’Eglise est en droit de posséder des biens. Le pape s’oppose alors aux ordres monastiques ayant fait vœu de pauvreté et condamnant le luxe et le faste de la papauté, installée en Avignon. En 1323, Jean XXII relativise la portée du vœu de pauvreté avec la bulle Cum inter nonnullos qui déclare que la pauvreté de Jésus et des apôtres n’a pas été absolue. Le roman Le Nom de la Rose d’Umberto Eco, paru en 1980, est un roman presque entièrement dédié aux polémiques. La trame de fond est bien évidemment une polémique au sens propre, et désignée comme telle : « La péninsule, où la puissance du clergé étalait puissance et richesse plus que dans tout autre pays, avait donné naissance depuis deux siècles au moins à des mouvements d’hommes tendant à une vie plus pauvre, en polémique avec les prêtres corrompus, dont ils refusaient jusqu’aux sacrements (…) »10. Mais l’ouvrage entier est conçu autour de la polémique religieuse, du débat entre autorités savantes. Chaque dialogue est une polémique. Chaque mouvement de l’intrigue tourne autour d’une conversation passionnée concernant la religion et son rôle. Guillaume de Baskerville, le moine franciscain à qui échoit le rôle de détective au sein de l’abbaye, représente le camp de la raison, face à Malachie de Hildesheim, le moine qui détient les secrets de la bibliothèque ou Jorge de Burgos, le doyen des lieux. Ses deux adversaires principaux opposent à Guillaume une vision sectaire de la religion, une interprétation stricte de la parole divine et une terreur de l’ouverture d’esprit et principalement du rire. Le rire est le thème principal de l’ouvrage puisque, si la polémique entre les franciscains et les envoyés du pape sert de trame de fond, la polémique sur l’origine du rire est au centre du roman. C’est autour du deuxième tome de La Poétique d’Aristote, soi-disant consacré à la comédie, que se joue le mystère de l’abbaye. La controverse autour du rire est abordée d’un point de vue extrêmement religieux et conflictuel, ce qui en fait une polémique. 10 ECO, Umberto, Le Nom de la Rose, 1980, p.82
  12. 12. 12 Jorge de Burgos : « Mais vous, vous venez d’un autre ordre, où, me dit-on, on voit tout avec indulgence, fût-ce la gaieté la plus inopportune. » (…) Guillaume de Baskerville : « Les images marginales prêtent souvent à sourire, mais à des fins d’édification. (…) - Oh certes, plaisanta le vieil homme sans sourire, toute image est bonne pour susciter le désir de la vertu, pour que le chef-d’œuvre de la création, mis tête en bas et pieds en l’air, devienne matière à rire. »11 Le livre sur la comédie est alors l’objet du roman puisqu’il est au cœur du mystère meurtrier de l’abbaye, et c’est justement la polémique entre la vision de Jorge et celle de Guillaume qui va dénouer l’intrigue. Jorge : « Chaque mot du Philosophe [Aristote], sur qui désormais jurent même les saints et les souverains pontifes, a renversé l’image du monde. Mais il n’est pas allé jusqu’à renverser l’image de Dieu. Si ce livre était devenu matière de libre interprétation, nous aurions franchi la dernière limite. - Mais qu’est-ce qui t’a fait peur dans ce discours sur le rire ? Tu n’élimines pas le rire en éliminant ce livre. - Non, certes. Le rire est la faiblesse, la corruption, la fadeur de notre chair. C’est l’amusette pour le paysan, la licence pour l’ivrogne, même l’Eglise dans sa sagesse a accordé le moment de la fête (…). Mais ainsi le rire reste vile chose, défense pour les simples, mystère déconsacré pour la plèbe. »12 A travers cette polémique sur le rire, c’est la raison d’être de la Religion que l’on aperçoit. Si l’on peut rire de tout, alors on peut rire de Dieu. La vision que défend Jorge n’autorise pas une désacralisation aussi triviale. Responsable des meurtres, c’est donc bien la polémique religieuse qui est traitée dans ce roman. A la fois trame de fond et intrigue principale, le concept se glisse à tous les niveaux du roman, qui donne un exemple parfait de la première acception de « polémique ». Néanmoins, il est nécessaire de noter qu’Umberto Eco commet un léger anachronisme en utilisant le terme de « polémique ». Adso de Melk, le moine du point de vue duquel l’histoire est racontée, écrirait ces lignes à la fin de sa vie, au XIVe siècle. Or, nous l’avons vu, le mot « polémique » est forgé au XVIe siècle. S’il ne fait aucun doute que les débats religieux sont effectivement des polémiques au sens originel du terme, le moine écrivant ces lignes ne l’aurait probablement pas employé. 11 ECO, Umberto, Ibid., p.124 12 Eco, Umberto, Ibid., p.672
  13. 13. 13 Mais la polémique religieuse laisse progressivement place à la polémique littéraire, et ce n’est surement que « par inertie », comme le dit Catherine Kerbrat- Orrechioni, que la polémique est associée à des querelles théologiques dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1935. 1.1.3. Débats littéraires Dans les polémiques littéraires, on voit apparaître de vraies spécificités au discours dit « polémique ». Tout d’abord, on attaque un adversaire. Au XVIe siècle, Ronsard, dans sa polémique avec les protestants, s’emploie à rendre légitime l’usage de l’injure. A l’époque déjà, « le dénigrement de la doctrine est intimement associé à celui de la personne même de l’adversaire qui devient, en réalité, la cible privilégié du discours polémique. »13 « Suppliant de rechef celuy qui se sentira si gaillard que d’entrer en la barrière contre moy, ne vouloir trouver estrange si tout ainsi qu’en pleins liberté il tonne des mots injurieux contre le Pape, les Prelats & toute l’ancienne constitution de l’Eglise, je puisse aussi de mon costé parler librement contre sa doctrine. »14 Mais au XIXe siècle, la polémique devient également un moyen de construction d’un genre littéraire. C’est à force de polémiques que les Classiques se séparent des Modernes, que les Romantiques se constituent en mouvement. Le débat littéraire, sur les enjeux d’une époque, sur les mouvements, les tendances et les styles, définit des camps, et par ces camps des catégories que nous utilisons encore aujourd’hui. Comme évoqué précédemment, les polémiques permettent d’établir des généalogies, des origines, des maîtres penseurs. Ces querelles littéraires méritent l’appellation de « polémique » en raison de la violence des propos. La façon dont Stendhal nous rapporte le discours d’Auger, directeur de l’Académie française, contre le romantisme en 1824 nous le rappelle : « Un jour (…) l’Académie française continuait la marche lente (…) qui la mène (…) vers la fin du travail monotone de la continuation de son dictionnaire ; tout dormait (…) lorsqu’un hasard heureux fit appeler le mot « romantique ». A ce nom fatal d’un parti désorganisateur et insolent, la langueur générale fit face à un sentiment beaucoup plus vif. (…) A l’instant on aurait vu la même pensée sur tant de 13 ALBERT, Luce, NICOLAS, Loic (dir.), Ibid., p.28 14 Pierre de Ronsard, Responce de Pierre de Ronsard Gentilhomme Vandomois aux injures et calomnies de je ne sçay quels Predicans & ministres de Geneve (1563), dans Discours des Misères de ce Temps, éd. De P. Laumonier, Œuvres complètes, volume XI, Paris, Société des textes de Français Moderne, 1990, p.114
  14. 14. 14 visages d’ailleurs si différents ; tous auraient dit : « De quel supplice assez cruel pourrons- nous le faire mourir ? »15 « Bien loin de tuer les autres, l’Académie aura assez à faire de ne pas mourir. »16 La polémique est considérée au XIXe siècle comme un sous genre de la littérature. Elle s’est déjà divisée entre les écrivains qui s’en revendiquent, que l’on nomme à l’époque « pamphlétaires », et les écrivains qui la pratiquent sans la nommer à un niveau qu’ils considéreraient comme supérieur. Ces écrivains sont ceux qui s’écharpent à l’Académie française, et dont Stendhal fait partie, dénigrant ces « bagatelles littéraires » que nous avons déjà mentionnées. Le plus célèbre des pamphlétaires est sans doute Paul-Louis Courier. Il rédige en 1824 le Pamphlet des pamphlets, afin de défendre son genre. Il se voit héritier de Voltaire qu’il considère comme un fondateur du genre. Gustave Lanson, en 1906, lui donne raison : « Où l’influence de Voltaire a été immense, évidente et continue, c’est sur le pamphlet et le journalisme, sur toutes les formes de la polémique. »17 Le journalisme apparaît au XIXe siècle comme un métier constitutif de la polémique. Eric Brunet affirme que polémiste « est un terme qui qualifie une famille de journalistes depuis très longtemps déjà. Depuis la Révolution française, il y a des polémistes. » Paul- Louis Courrier cherche en 1824 à défendre son métier, à la fois condamné par les autorités, persécuté par la police et méprisé par une certaine partie de l’opinion. Devant la cour d’assises, Courier s’entend nommer de « vil pamphlétaire » par le procureur général. Il défend dans son Pamphlet des pamphlets une nécessité du retour sur soi du genre polémique. Au XIXe siècle, la polémique émerge donc en tant que genre, en réaction au dénigrement du public et de la communauté littéraire. Ce genre bâtard de la littérature continue à attirer la méprise, mais rend fier ses défenseurs. Le moyen de construction des genres littéraires devient un genre à part entière. C’est en 1890, dans le Meyers Konversationslexikon, un ouvrage encyclopédique en langue allemande, que le terme « Polemik » est défini, pour la première fois, non pas comme la dispute en soi, mais comme « l’art de mener la dispute » (« Streitkunst »).18 Par ailleurs, Catherine Kerbrat-Orecchioni, continuant son excellente étude sur la polémique et ses définitions, compare les articles de dictionnaires classiques et 15 STENDHAL, Racine et Shakespeare, Etudes sur le romantisme (1823), Paris, Garnier-Flammarion, 1970, p.83 16 STENDHAL, ibid., p.127 17 LANSON, Gustave, Voltaire, Hachette, Paris, 1906 (cité dans l’article de Catherine Kerbrat- Orecchioni) 18 Cité dans DECLERCQ, Gilles, Michel MURAT & Jacqueline DANGEL (éds). La parole polémique, Paris, Champion, 2004
  15. 15. 15 modernes et fait apparaître l’importance croissante du discours journalistique comme support de la polémique. Les pamphlétaires du XIXe siècle étaient effectivement souvent des journalistes spécialisés dans « l’art de la dispute ». C’est par les journalistes que les polémiques sont désormais relayées et c’est dans les médias que l’on retrouve aujourd’hui les polémiques, même littéraires. 1.2. L’évolution du discours polémique 1.2.1. L’utilisation du terme en France à la fin XXe siècle Dans les années 1980, la définition est encore proche de la définition originelle. Dans Le Nouvel Observateur du 30 décembre 1978, Franz-Olivier Gisbert écrit : « A quelques semaines du congrès de Metz, en tout cas, la fièvre monte. C’est le temps des manifestes et des polémiques. Les dirigeants socialistes sont tendus comme on l’est lors d’une veillée d’armées. Mais sortiront-ils les dagues de leurs fourreaux ? Tous y sont prêts. »19 On retrouve dans tout ce passage un vocabulaire guerrier et violent qui correspond à l’étymologie du mot que Gisbert emploie pour décrire les écrits précédents le congrès : « manifestes et polémiques ». Les socialistes sont alors divisés entre François Mitterrand qui désire conserver la ligne du congrès d’Epinay malgré la récente rupture du programme commun et Michel Rocard qui prône pour une gauche réformiste ou « social-démocrate ». Comme souvent dans les mois qui précèdent les grands congrès des partis politiques français, la tension est élevée. Le terme de « polémique » désigne alors une « guerre de plume », guerre métaphorique. Il est donc utilisé dans son acception première. Le fait d’utiliser des termes qui se rapportent au combat pour désigner des débats politiques est très fréquent. Le lexique en témoigne : joute oratoire, batterie d’arguments, stratégie discursive, tirer à boulets rouges… Toutes ces métaphores exploitent le même champ sémantique de la lutte armée. Cette habitude n’a évidemment pas disparu puisque Jean-Marie Le Pen déclarait, après son expulsion du Front national, en août 2015 que les « sbires » de sa fille faisaient un nettoyage. Les polémiques sont encore vues à la fin du XXe siècle comme des situations de confrontation directe. Le discours polémique est alors identifié comme un affrontement. En 1980, Catherine Kerbrat-Orecchioni expose la thèse suivante : « Pour que l’on puisse user adjectivement du terme « polémique », il faut que l’on ait affaire 19 GISBERT, Franz-Olivier, « La guerre des trois aura-t-elle lieu ? », Le Nouvel Observateur, n°738, 30 décembre 1978, p.25
  16. 16. 16 (1) à un discours (2) qui attaque une cible (3) laquelle est censée tenir ou avoir tenu un discours adverse (4) que l’énoncé polémique intègre, et rejette « agressivement », c’est à dire en termes plus ou moins véhéments, voire insultants. »20 Le discours polémique est donc considéré comme dirigé à l’encontre d’un adversaire. Que ce soit par écrit avant le congrès du Parti socialiste, ou par oral avec l’apparition des débats télévisés, le discours polémique est une attaque. « La polémique est une scène, avec les masques et l’hypocrisie toute théâtrale que ça implique, une scène où s’affrontent, entre l’ouverture à l’autre et retour sur soi, des qualifications concurrentes d’un monde social partagé par les antagonistes, mais investi comme si ce monde n’appartenait fictivement qu’à l’un d’eux. »21 Cette définition proposée par Luce Albert et Loïc Nicolas est comparable à l’approche de Shoshana Felman citée en introduction. Sur scène, les acteurs de la polémique que sont alors les hommes et femmes politiques, jouent un rôle d’affrontement pour gagner l’approbation du public. La polémique n’est plus un débat entre deux personnes tentant de se convaincre, elle devient un champ de bataille dédié à discréditer l’adversaire. Le public retrouve la place centrale que nous évoquions en introduction. A la différence d’une situation de discours classique, d’un orateur seul, la polémique s’appuie sur des joutes oratoires violentes, rappelant ainsi la définition première et la notion de conflit. « L’une des règles du discours polémique est qu’on y dit ce que sont ou ne sont pas les autres, et non ce qu’on est soi-même »22 précise le linguiste Jean-Baptiste Marcellesi en 1971. Cela fait sens lorsqu’il s’agit de dévaloriser le discours de l’autre aux yeux du public qui est démultiplié grâce à la télévision et la radio. 1.2.2. Disqualifier l’adversaire Ce discours polémique a été très étudié par les linguistes dans les années 1980. Si on définit le discours argumentatif comme une tentative d’amener l’autre, sinon à une vérité commune, du moins à une position considérée comme raisonnable, la polémique n’entre plus dans cette définition. En effet, de nos jours, la polémique sert à critiquer son adversaire, ce n’est pas un débat. Comme dit Kerbrat-Orecchioni, « le discours polémique est un discours disqualifiant, c’est à dire qu’il attaque une cible ».23 20 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, Ibid., p.24 21 ALBERT, Luce, NICOLAS, Loic (dir.), Ibid., p.23 22 MARCELLESI Jean-Baptiste, « Eléments pour une analyse contrastive du discours politique », Languages n°23, sept. 1971, pp.46-7 23 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, Ibid., p.7
  17. 17. 17 Il n’y a pas de contacts entre les interlocuteurs. Sur un plateau de télévision, le but du débat n’est pas de se convaincre réciproquement. Chacun des débatteurs ne parle pas réellement à son adversaire du jour mais plutôt au public. Il peut également y avoir une interincompréhension entre les participants. Chaque participant parle alors à son public, à ceux qui sont sensibles aux cadres de pensées qu’il mobilise. La notion de cadres de pensées a été décrite par Georges Lakoff dans son ouvrage Don’t think of an elephant. Ce professeur de linguistique cognitive à l’université de Berkeley a rédigé cette étude en 2004. Il y explique qu’en choisissant les termes du débat public, on mobilise certains cadres idéologiques chez les électeurs. En analysant le débat public américain, il explique que les discours des Républicains conservateurs ont été travaillés au cours des années 1980 et 1990 pour correspondre aux cadres de pensées classiques des Américains.24 Face à face, les locuteurs peuvent s’échanger symétriquement les mêmes injures éthiques (menteur, hypocrite, populiste…), le but étant de parvenir à convaincre le public. La charge polémique vise avant tout un èthos : une mauvaise manière d’adhérer, un attitude morale condamnable, un non respect de la déontologie. « Parole furieuse, forcenée, débordante, la polémique refuserait ce sublime sens de la mesure sur lequel repose la « bienséance » du verbe éloquent. »25 affirment Luce Albert et Loïc Nicolas. Au XIXe siècle, la polémique en tant que pamphlet, débat assumé, devenait un sous-genre de la littérature. Au XXe siècle, elle devient un sous-genre du débat. Le terme se dégrade puisqu’il accompagne ce que beaucoup considèrent comme un affaiblissement du débat politique. Le public, face au discours polémique, ne se verrait plus choisir entre deux argumentations rationnelles, mais entre deux locuteurs qui se disqualifient mutuellement, utilisant le même vocabulaire. « Il n’est pas rare, en effet, que les polémiqueurs qualifient leur adversaire d’irrationnel alors même que celui-ci a dûment justifié ses prises de position et veillé à la cohérence et à l’intelligibilité de ses propos. » explique la linguiste Roselyne Koren26. La polémique définit toujours un genre argumentatif, mais s’est appauvrie. La violence symbolique qu’impliquait la « polémique » depuis l’apparition du terme est néanmoins toujours présente. Shoshana Felman ajoute : « L’enjeu de la polémique, si symbolique soit-il, est le meurtre de l’adversaire. »27 24 LAKOFF, Georges, Don’t think of an elephant, Chelsea Green Publishing, White River Junction, Vermont, 2005 25 ALBERT, Luce, NICOLAS, Loïc (dir.), Ibid., p.20 26 KOREN, Roselyne, « De la rationalité et/ou de l’irrationalité des polémiqueurs : Certitudes et incertitudes », Semen [En ligne], 31 | 2011 27 FELMAN, Shoshana. Ibid., p. 187
  18. 18. 18 1.3. La polémique au XXIe siècle 1.3.1. La passion au cœur du débat Malgré la connotation négative appliquée au « discours polémique », « la polémique est, en tant que telle, l’invention de la démocratie »28 argue Felman. Elle entend par cette expression que la polémique s’exprime pleinement précisément lorsque le meurtre se doit d’être symbolique puisqu’il est proscrit par la loi. La polémique ne peut s’exprimer que dans un régime où existe la liberté de parole, ou l’opposition discursive est permise. Les passions retransmises dans un débat polémique sont le fruit de combats refoulés par le contrat social qui permet aux hommes de vivre en paix. C’est donc à travers la polémique que peuvent s’exprimer les passions vives de la société. Christian Plantin, dans son article « Des polémistes aux polémiqueurs » établit que « Pour le journaliste, un débat peut être légitimement considéré comme une polémique et explicitement désigné comme tel, dès qu’il y perçoit des émotions violentes de l’ordre de la colère et de l’indignation. Le thème s’impose alors, quels que soient le thème du débat, sa portée politique ou même le nombre de participants. »29 Si chaque chercheur qui a étudié la polémique, ou la parole polémique, ou le discours polémique, peut offrir une définition différente, tous se rejoignent sur le rôle de la passion. Catherine Kerbrat- Orechionni affirme que la « polémique s’inscrit dans un contexte de violence et de passion »30 et qu’il s’agit d’un discours dicté par les affects et les pulsions émotionnelles. Elle cite d’ailleurs Chateaubriand pour ancrer son analyse dans la définition première du terme : « Mes yeux se sont remplis de larmes en copiant cette page de ma polémique et je n’ai plus le courage d’en continuer les extraits. »31 Il est donc indéniable que la dénomination d’un débat comme « polémique » implique la présence d’émotions, de violence, de passion. C’est sans doute là l’élément essentiel pour analyser les polémiques qui ont traversé la France en 2015. Un sujet fait réagir lorsqu’il provoque une réaction immédiate. Le débat s’enclenche facilement si chacun a pu se faire une opinion basée sur une émotion, une sensibilité. L’étude raisonnée du sujet ne vient qu’ultérieurement. L’émotion est la condition sine qua non pour qu’une polémique « prenne », pour qu’elle intéresse les gens et même qu’elle les attire vers tels ou tels médias, tel ou tel article, telle ou telle vidéo. 28 FELMAN Shoshana. Ibid. p.188 29 PLANTIN, Christian, « Des polémistes aux polémiqueurs », in DECLERCQ, Gilles, MURAT, Michel & DANGEL, Jacqueline (éds). La parole polémique, Paris, Champion, 2004, p.406 30 KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine, Ibid., p.7 31 CHATEAUBRIAND, François-René de, Mémoires d’outre-tombe, Paris, 1849
  19. 19. 19 Raphaël Micheli étudie même ce qu’il nomme la « polémique affective »32. Il s’agit de polémiques dont l’émotion n’est pas le modus operandi, mais l’objet même. Il utilise comme exemple principal les débats sur l’abolition de la peine de mort en 1981. Il étudie alors la polémique en tant que « discours à propos d’autres discours »33. La stratégie anti-abolitionniste est la suivante : les orateurs attribuent à leurs adversaires abolitionnistes une version de la « sensibilité » jugée illégitime et, dans le même temps, s’octroient le monopole d’une autre version présentée comme seule légitime. Ils accusent leurs adversaires d’exprimer une sensibilité pour les criminels, mais pas pour les victimes. En 2015, la sensibilité a été essentielle lors du débat sur la crise migratoire. Face à l’émotion suscitée par la photo d’Aylan Kurdi, enfant de trois ans mort sur une plage turque, les « anti-migrants » ont attaqué les « pro-migrants » exactement de la même façon que les « anti-abolitionnistes » en 1981. En opposant la misère des migrants à la misère des SDF en France, ils ont tenté de déplacer le curseur de l’émotion et de le retourner à leur avantage. Le concept de polémique affective correspond parfaitement au débat difficile qui oppose les partisans de l’accueil des migrants à leurs adversaires. Au centre de ce débat, de cette polémique, se trouve une vive émotion qui prend le pas sur bon nombre d’arguments raisonnables. En 2003, Gilles Declercq affirmait dans l’introduction de son ouvrage sur La Parole polémique que ce qu’il dénomme le « refoulement du polémique » procède de « la répugnance, somme toute légitime, de l’homme de raison et de négociation à traiter avec le tumulte des passions. »34 Cet optimisme est loin d’être réalisé aujourd’hui. Les journalistes et les politiques n’hésitent pas le moins du monde à traiter avec le tumulte des passions. Il est par ailleurs difficile de refouler les passions dans certains cas, comme celui cité ci-dessus. Les polémiques sont mises en avant par les médias de par leur pouvoir d’attraction. Mais ils ne sont plus le seul espace d’expression de la polémique. 1.3.2. L’espace d’expression de la polémique « La polémique se réfère à un ensemble de discours qui circulent dans un espace social donné sur une question controversée, à laquelle sont données des réponses divergentes et 32 MICHELI, Raphaël, « Qu’est-ce qu’une polémique affective ? Réflexion sur les liens entre la polémique et la construction discursive de l’émotion », in Polémique et rhétorique, de l’Antiquité à nos jours, p.351-362 33 MICHELI, Raphaël, Ibid. 34 DECLERCQ, Gilles, MURAT, Michel & DANGEL, Jacqueline (éds). La parole polémique, Paris, Champion, 2004, p.19
  20. 20. 20 mutuellement exclusives par des locuteurs qui tentent de disqualifier la thèse adverse ou l’adversaire qui la soutient. »35 Il convient donc d’analyser le discours lui-même, mais également cet espace social dans lequel la polémique se développe. Pour ma part, je pense que l’on pourrait également qualifier de polémique la circulation en elle-même du discours. En effet, lorsque les médias parlent de « polémique », tous les jours, ils parlent de l’émulation, ils parlent de la propagation de la parole, de la suite de reprises. Une polémique apparaît ainsi comme un animal mouvant, qui se développe, croît et décroît, saute de sphères en sphères, de journaux en sites internet, de tweets en déclarations, de commentaires en analyses. Le processus lui-même façonne la polémique. « On peut supposer que l’Internet – en tant que mode de communication – crée les conditions d’une circulation des discours qui possède en soi un très fort potentiel polémique : une fois suscitée sur l’Internet, le déploiement et l’extension de la polémique sont en effet immédiat et a priori illimités. Autrement dit, l’ancrage dans le cyberspace semble conditionner la possibilité d’une hyper-polémique. »36 Le potentiel exponentiel d’Internet vis à vis d’une polémique tient à la multiplicité des acteurs. Lorsqu’une polémique restait contenue aux simples médias traditionnels, alors qu’elle était « en train de se faire », elle pouvait être contrôlée, canalisée… Aujourd’hui, elle devient bien vite hors de contrôle lorsqu’Internet s’en empare. C’est d’ailleurs par Internet qu’elle démarre bien souvent. Les médias peuvent s’en emparer lorsqu’en suffisamment de gens ont commenté le sujet sur les réseaux sociaux. Se pose alors les question suivantes : Qui crée la polémique ? Est-ce Internet qui s’empare d’un sujet polémique et qui le propage ? Une polémique peut-elle être considérée comme telle tant qu’elle n’a pas été qualifiée ainsi ? Ce sont les médias qui qualifient un sujet de « polémique ». Mais le sujet ayant fait débat auparavant sur internet, il peut être considéré comme une polémique au sens premier du terme, opposant alors des locuteurs défendant leur propre position, réagissant selon leurs émotions et parfois leur raison. Une fois qu’un média est entré en jeu et a estampillé le débat comme « polémique », ses concurrents se doivent de suivre. La polémique étant, nous l’avons vu, un sujet qui attire l’attention et présente donc un intérêt particulier par les médias. Internet est un facteur d’expansion exponentielle pour une polémique, mais ce sont les médias qui relaient la polémique, même sur Internet. Le rôle des réseaux sociaux devient minime une fois que les journalistes se sont emparés du sujet. L’espace social 35AMOSSY, Ruth et BURGER, Marcel, « La polémique médiatisée », Semen, n°31, 2011, p.11 36 AMOSSY, Ruth et BURGER, Marcel, Ibid., p.13
  21. 21. 21 dans lequel se développe la polémique est ensuite étendu aux journaux, aux radios, aux chaines de télévision. La polémique se présente alors comme un dialogue direct ou un échange indirect dans les médias entre les protagonistes. « La polémique permet aux polémiqueurs de continuer à partager un même espace, nourri de questions communes. »37 Ces questions communes font le débat public. Mais il existe un autre niveau de l’espace social qui reste difficile à percevoir, qui ne se situe ni sur Internet, ni dans les médias. La polémique a-t-elle atteint les conversations de tous les jours des Français ? L’émission « Les Grandes Gueules » de RMC essaye de reproduire ses conversations. « C’est un peu un diner de famille où se rencontre la population française » explique Anthony Arridon, producteur de l’émission. Rencontrés le 09 septembre, Anthony Arridon et Paul Laroque, les deux producteurs de l’émission m’ont fait part de leur analyse sur la polémique. Les bonnes audiences de l’émission sont révélatrices de l’efficacité de leur formule. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, « la grosse polémique [Ex : l’affaire Bygmalion], les gens se détournent un peu » explique Paul Laroque. Leur fond de commerce sont essentiellement des sujets plus terre à terre : « Tout ce qui touche une masse de population très importante au quotidien, là (…) on sait que le sujet va bien fonctionner. » (Anthony Arridon) Ils assument néanmoins utiliser la polémique, au sens propre du terme, qu’ils associent à « controverse » : « On surfe sur des questions qui amènent controverses, qui amènent polémique. » (Paul Laroque). Il est donc difficile d’évaluer les répercussions des polémiques médiatiques dans les conversations de tous les jours en France. Pourtant, les polémiques s’enchainent dans les médias et sur internet. 1.3.3. La polémique contemporaine Concernant la polémique contemporaine, l’étude de la définition fait apparaître deux sens principaux à ce que l’on dénomme « polémique » aujourd’hui. Le sens premier descend directement du sens originel puisqu’il désigne un conflit idéologique, en accord avec la définition classique du terme. On parle ici de « guerre de plume » ou désormais de clavier. La polémique est dans ce sens un débat intellectuel, une controverse, qui soulève les passions. Notre époque médiatique utilise également le terme « polémique » dans un sens dérivé puisqu’il désigne une succession de réaction. Un sujet « fait polémique » s’il déclenche une spirale de commentaires. Plus la polémique a « pris », plus les commentaires sont nombreux, plus ils sont passionnés. Mais également, on peut juger de l’importance (en 37 AMOSSY, Ruth et BURGER, Marcel, Ibid., p.11
  22. 22. 22 terme de quantité) d’une polémique selon les acteurs, selon les personnalités qui vont réagir. Le dernier échelon, en France, étant généralement le Président de la République. Rares sont les polémiques qui ont forcé François Hollande à s’exprimer sur le sujet. Mais elles sont souvent en rapport avec l’action de son gouvernement. Par exemple, la polémique qui touchait directement Manuel Valls, sur son voyage à Berlin, a forcé le Président à s’exprimer pour défendre son Premier Ministre. Lors de ces polémiques, que l’on pourrait également qualifier de buzz puisqu’elles prennent généralement leur source sur internet, des camps se forment. Un premier événement provoque une réaction, cette réaction provoque un engouement. C’est à partir de cet engouement que la machine médiatique se met en route, puis force les acteurs du débat publique à réagir à la réaction initiale de cet acteur premier du débat public : Twitter. Ce type de polémique fait vivre les chaines d’information en continu puisqu’elles se font le relais de chaque réplique, avides d’informations faciles à rapporter et à répéter tout au long de la journée. C’est ainsi que l’on peut utiliser la différence établie par Christian Plantin entre « polémiste » et « polémiqueur » : « Le polémiste jouissant sans doute de son verbe agressif ; le polémiqueur est seulement affecté d’émotions forte négatives. Quant à l’amateur de polémiques, il continue à assister à un spectacle qui a changé de nature. »38 Le changement de nature dont parle Plantin tient à cette évolution de la définition en deux acceptions proches mais dont il était nécessaire de souligner l’existence, la différence entre le débat d’idée et le commentaire permanent. Il note également la banalisation contemporaine de la polémique : « ce que l’observateur journaliste désigne de ce nom, ce n’est plus la parole d’un expert qui pratique et aime la polémique (le « polémiste »), mais celle des locuteurs ordinaires mis en cause par une question pour eux vitale, qui les dépasse, et pris, bon gré mal gré, dans un rapport langagier pétri de violence et d’émotion (les « polémiqueurs ») »39. Eric Brunet se revendique du titre de « polémiste » au sens défendu par Plantin : « Le mot « polémique » est souvent dévalorisé, explique-t-il. Le polémiste suscite une polémique sociétale utile. (…) Le polémiste est un lanceur d’alerte. (…) C’est lui qui appuie, c’est lui qui fait mal. (…) C’est celui qui génère et qui suscite la polémique, celui qui dit « Mr le Président, le Président Finlandais a prêté sa maison à des migrants, est-ce que vous allez prêter un de vos appartements de Cannes, votre maison de Mougin, ou bien la résidence de Brégançon ? » 38 PLANTIN Christian, « Des polémistes aux polémiqueurs », La Parole polémique, p.406 39 PLANTIN Christian, Ibid., p.390
  23. 23. 23 Il apparaît donc clair que la définition du terme « polémique » a largement évolué depuis sa création, ce qui n’est pas étonnant, tant l’espace de développement des polémiques a lui-même évolué, ainsi que leur rôle et leur accessibilité. De la polémique religieuse, le débat de fond sur des questions complexes, il reste des traces dans la définition ‘‘noble’’ de la polémique, qui s’oppose aujourd’hui au buzz médiatique et numérique. Il est intéressant de voir l’inversion des rôles entre le XIXe et le XXIe siècle. Au XIXe siècle, ceux qui revendiquaient le titre de « polémistes » étaient méprisés. Ce titre de « polémiste » est devenu aujourd’hui, lorsqu’il est assumé, la tentative de réhabilitation d’un genre pollué. Le point commun restant à toutes les définitions reste l’émotion, la virulence des propos et la passion que soulèvent les sujets dits « polémiques ». Les sujets ne sont pas traités de la même façon par les « polémistes » et les « polémiqueurs », les uns étant acteurs, les autres rapporteurs de la polémique. Mais ces sujets restent communs. Les polémiques omniprésentes dans les médias sont mises en avant pour leur sensibilité et leur propension à susciter de la réaction.
  24. 24. 24 PARTIE II : LE CIRCUIT D’UNE POLEMIQUE MEDIATIQUE 2.1. L’événement et la naissance de la polémique 2.1.1. Naissance d’une polémique : l’affaire de la « petite pipe » (mai 2015) Comme nous l’avons vu, il existe plusieurs sens au terme « polémique » dans la société médiatique contemporaine. Que l’on désigne le débat lui-même ou l’enchainement de réactions qu’il suscite, il est nécessaire de s’intéresser de près au processus qui donne naissance à ces polémiques. Ce processus résulte aujourd’hui d’une émulation entre les médias et les réseaux sociaux. Un excellent exemple pour étudier cette émulation entre les différents médias et le rôle d’Internet est la polémique éphémère du 4 mai 2015 concernant la « petite pipe » de Patrick Sébastien et la Secrétaire d’Etat à la Famille Laurence Rossignol. Travaillant dans son service de presse, j’ai assisté à la naissance et à la mort de cette polémique, en une journée. C’est sur internet que la polémique avait démarré, puisque les premières réactions ont eu lieu sur Twitter. Certains parents critiquaient le refrain de la nouvelle chanson de Patrick Sébastien, chantée en direct le samedi soir dans son émission « Les années bonheur »40. « De nombreux téléspectateurs se sont dit choqués par ces paroles, dérangés par les questions que leurs enfants leur ont posées ensuite. » affirme Jean- Michel Aphatie face à Laurence Rossignol, sur RTL, le lundi suivant. La Secrétaire d’Etat a critiqué vivement l’attitude du chanteur : « Je trouve ça extrêmement choquant, je pense que ceux qui ont la responsabilité et la chance d’animer une émission de télévision doivent aussi se comporter dans le respect des familles. (…) Je trouve ça limite incestueux de faire chanter ça dans une famille à 20h50. » 41 40 Le refrain de la chanson était : « Une petite pipe avant d’aller se coucher, une petite pipe avant d’aller dormir. » 41 La vidéo de l’interview est disponible sur le site internet de RTL : http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/laurence-rossignol-choquee-par-la-chanson-une- petite-pipe-de-patrick-sebastien-7777553565
  25. 25. 25 A 8h30, l’article résumant l’interview est publié sur le site de RTL. L’interview est disponible intégralement en vidéo, mais le titre et le texte ne mentionnent que la « petite pipe ». C’est le début de l’engrenage médiatique. Le titre est aguicheur et beaucoup de médias le reprennent. Metro, Le Parisien, 20 Minutes, Europe 1 et d’autres appellent le service de presse pour demander des précisions, un commentaire supplémentaire. Deux heures après, de nombreux médias ont repris l’information et nomment désormais l’affaire « polémique ». Les articles sont en page d’accueil, mais aucun n’apporte plus d’information que l’article original de RTL. La réponse de Patrick Sébastien ne se fait pas attendre, il annonce vers midi qu’il répondra à la Secrétaire d’Etat sur le plateau de Cyril Hanouna, ce qu’il fait le soir-même. En attendant, chaque site d’info a modifié son article pour intégrer le tweet de Patrick Sébastien. Le lendemain, les articles ont été modifiés, mais ont disparu de la page d’accueil du site. Mentionnée une dernière fois dans la chronique humoristique de Nicolas Canteloup sur Europe 1, la polémique s’éteint le lendemain matin. A travers cet exemple, on voit que la simple émulation a créé une « polémique ». Les titres aguicheurs ont suffi à provoquer une agitation médiatique. L’immédiateté de l’information force les sites d’info à réagir sans attendre à toute information qui pourrait augmenter le nombre de clics sur leurs sites internet. Romain Segond, social media manager chez RMC, explique : « Ma mission, c’est de déployer la marque sur tous les supports possibles. (…) On cherche aussi à parler à notre communauté en lui donnant ce qu’elle veut, forcément en étant un peu racoleurs, mais je pense que c’est le propre de tous les médias. » Mais il nuance : « On ne cherche pas à faire le buzz. C’est pour moi le meilleur moyen de faire un bad buzz. Ça peut être très destructeur pour une marque. » Néanmoins, il est indéniable qu’un média se doit de coller à un buzz en cours, principalement sur internet. Les internautes qui visitent les sites d’informations ont souvent l’œil attiré par les titres « racoleurs ». Et l’agitation médiatique sur internet se répercute immédiatement sur les réseaux sociaux. L’émission de Cyril Hanouna, passé
  26. 26. 26 expert dans la maitrise du lien entre l’antenne et les réseaux sociaux, a provoqué une réaction remarquable sur Twitter. Le pic de réactions visible sur ce graphique qui recense le nombre de mentions de Laurence Rossignol sur Twitter correspond sans surprise à la journée de la polémique de la « petite pipe ». 2.1.2. Le problème Twitter Le réseau social Twitter, créé en 2006, représente aujourd’hui la quintessence de l’instantanéité de l’information. Avec ses messages limités à 140 caractères, il apparaît comme le média direct par excellence, présentant l’information brute. Avec la possibilité de poster des photos, de partager des liens URL, et de petites vidéos Vine (courtes séquences de 9 secondes), Twitter se retrouve comme le point central de l’internet médiatique. A la différence de Facebook, il est immédiat et permet la couverture d’évènements en direct. Romain Segond affirme qu’ « il faut voir Facebook comme (un outil) de publications plus qualitatives, déconnectées du direct. » Twitter, pour une radio comme RMC, doit essayer de « coller au direct ». Pour un internaute, c’est donc un réceptacle sans fin d’informations et d’opinions. Le réseau social suscite la réaction, facilite le soutien à travers les retweets, encourage la confrontation, mais limite toujours la longueur à 140 caractères, permettant une lecture toujours rapide et claire. Pour les médias, c’est donc une source infinie, souvent considérée comme la « voix du peuple », qui représente enfin une photographie de l’opinion publique, n’en déplaise à Pierre Bourdieu. Malgré les nombreuses études qui démontrent que Twitter est loin d’être représentatif de l’opinion publique42, il est tentant de considérer ce réseau comme tel. 42 Une étude réalisée en 2015 a montré que les utilisateurs de Twitter étaient plus jeunes et plus diplômés que sur les autres réseaux sociaux. 57% des utilisateurs sont ainsi au moins titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur, contre 40% des personnes présentes sur les réseaux sociaux en général :
  27. 27. 27 Pourtant, il est dangereux pour un journaliste de faire confiance à Twitter. Nicolas Vanderbiest, de l’Université Catholique de Louvain, a présenté une analyse détaillée d’un phénomène récurrent sur Twitter qu’il associe à de l’astroturfing. Ce terme désigne aux Etats-Unis une technique de propagande utilisée à des fins publicitaires, ou politiques, ayant pour but de donner l’impression d’un comportement spontané ou d’une opinion populaire, alors qu’il n’en est rien. Vanderbiest a notamment livré une explication détaillée du phénomène autour de l’engouement du réseau pour la polémique de Tel-Aviv Sur Seine43 en aout 2015 et du hashtag qui y correspond (#telavivsurseine). Il affirme que l’emballement du réseau a été créé de toute pièce par des militants pro-palestiniens sur Twitter. Il recense le premier tweet, qui reprend un message du directeur de la communication de l’ambassade d’Israël le 3 août. Ce premier tweet est positif, mais le hashtag est repris deux jours après par un compte pro-palestinien. Le réseau s’emballe. Le graphique ci-dessus, réalisé avec l’outil d’analyse Topsy, montre le nombre de tweets contenant le hashtag #telavivsurseine. La limite de cet outil, nous explique Nicolas Vanderbiest, est qu’il « ne fait que compter. Il ne catégorise pas, et il n’approfondit pas. »44 Or, les militants savent que les journalistes sont très limités dans la détection d’astroturfing. Pour détecter ce phénomène, le chercheur utilise un autre outil, « Visibrain Focus », qui permet de cartographier les réseaux sociaux. Il date le début de la « polémique » au 8 août. Il dénombre 39 306 tweets postés jusqu’au 10 août, par 10 428 http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/les-utilisateurs-de-twitter-plus-jeunes- et-diplomes-que-les-autres-16581/ 43 La Mairie de Paris avait décidé d’organiser, en accord avec la ville israélienne de Tel Aviv, une journée de coopération entre les deux villes autour de Paris Plage le 13 août 2015. 44 Voir l’analyse de Nicolas Vanderbiest pour le site Rue89 : http://rue89.nouvelobs.com/2015/08/11/telavivsurseine-dun-tweet-a-bfmtv-lastroturfing- mode-demploi-260700
  28. 28. 28 comptes différents, soit environ quatre tweets par personnes. Néanmoins, il note la présence de nombreux comptes « robots » qui reprennent les hashtags les plus populaires pour mettre en avant des messages publicitaires sans aucun rapport. Par ailleurs, sur le graphique ci-contre, il note la présence importante de trois comptes pro- palestiniens : Oxymorus, KarimaB_ et PaulDrasden, qui totalisent près de 2 000 tweets (en additionnant leurs propres tweets et retweets). Le graphique se lit de la façon suivante : une couleur désigne une communauté, tissée par des discussions communes ; les points matérialisent les comptes Twitter ; leur taille est proportionnelle à leur importance dans la discussion. En multipliant les réactions au sein de leur propre groupe, les militants pro-palestiniens donnent l’impression d’un mouvement large, qui dépasse leur communauté, forçant ainsi les politiques à réagir. La conseillère de Paris Danielle Simonnet, du Parti de Gauche, rédige un communiqué. Bruno Julliard, premier adjoint de la mairie de Paris, est envoyé devant la presse pour défendre l’initiative. « Les milieux pro-palestiniens ont donc habilement joué leur coup. L’affaire est portée sur le devant de la scène » explique Nicolas Vanderbiest. Il ajoute : « sans surprise, le profil des intervenants est très international avec une très forte présence d’Israël, du Maroc, de l’Algérie et de la Palestine. Dans un débat qui ne concerne au départ que la ville de Paris ». Lorsqu’il compte les comptes français, Vanderbiest montre que le nombre de tweets passe de 40000 à 10 291. Finalement, il enlève les retweets effectués par les comptes à faible nombre de followers, qui sont souvent de faux comptes créés pour donner une impression de masse, nous obtenons 9 253 tweets par 2 904 utilisateurs. En conclusion, le chercheur explique que « les médias répercutent une affaire qui n’existe que par les gesticulations verbales de certains militants, entraînant toute une série de récupérations et réactions politiques qui seront également relayées par la presse, et ainsi de suite. » Twitter joue donc un rôle essentiel dans la « polémisation » de certains sujets. La reprise médiatique instantanée de ce genre d’agitation devient problématique puisque les médias n’ont pas encore les moyens, ou la volonté, de vérifier l’authenticité de ces mouvements d’opinions apparents sur le réseau. Cartographie de la "polémique" sur Twitter le 8 août
  29. 29. 29 2.2. La reprise médiatique 2.2.1. Le rôle de la polémique pour une entreprise médiatique Dans son Dictionnaire du journalisme et des médias, en 2010, Jacques Le Bohec qualifie ainsi la polémique : « dispute publique que nombre de journalistes adorent relayer et attiser. Voire créer, parce que c’est spectaculaire et que cela « fait vendre », au risque de simplifier outrageusement les enjeux et les problèmes »45. Il accuse les médias de favoriser les polémiques pour des raisons commerciales. Le Bohec touche ici un des grands paradoxes de la culture médiatique contemporaine : rendre compte selon une logique citoyenne des informations d’intérêt public en les rapportant, vérifiant et expliquant ; et dans le même temps, faire fonctionner ce qui n’est autre qu’une entreprise commerciale. Ainsi, « la polémique – parce qu’elle est spectaculaire (…) semble (…) particulièrement prisée des médias. D’une part, elle permet aux médias de jouer un rôle démocratique et de mener à bien une mission citoyenne par laquelle ils légitiment leur pratique quotidienne. (…) Cela dit, le caractère spectaculaire des discours polémiques permet aussi d’embrayer de manière optimale la logique commerciale à l’œuvre dans les médias. » expliquent Ruth Amossy et Marcel Burger.46 La polémique semble dotée d’un attrait commercial que les cultures médiatiques favorisent. Engagés dans un monde concurrentiel, les entreprises médiatiques luttent incessamment pour attendre un seuil de rentabilité. Par conséquent, la polémique, en tant qu’elle mobilise les émotions du public, qu’elle provoque de la réaction, est très profitable aux médias. « Plus l’opinion est tranchée, plus elle amène de la réaction » explique Romain Segond. Ainsi, en favorisant les propos polémiques, les médias s’assurent une audience plus large ou un taux de réaction plus élevé. C’est ici qu’intervient la distinction essentielle entre « Intérêt public » et « intérêt du public ». Acteur majeur de la polémique, le public choisit le type de sujets qui vont être publiés. Dans cet âge d’information permanente, de l’hyperchoix, concept à la mode depuis quelques années, il est difficile pour un média de se démarquer. Le concept devient un mythe dans la mesure où les médias de masse se reproduisent mutuellement, se surveillent les uns les autres dans ce que Bourdieu appelle la « circulation circulaire de l’information »47. 45 LE BOHEC, Jacques, Dictionnaire du journalisme et des médias, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact Communication », 2010, p.462 46 AMOSSY, Ruth et BURGER, Marcel, Ibid., p.12 47 BOURDIEU, Pierre, Sur la télévision, Liber-Raisons d’agir, Paris 1996
  30. 30. 30 L’intérêt du public prime souvent sur l’intérêt public car les médias sont des entreprises comme les autres. Sans audience, ils ne peuvent survivre. La polémique de la « petite pipe » est un exemple frappant de cette « circulation circulaire de l’information ». Chacun reprend les informations des autres afin d’attirer le public vers son propre site. Internet est au centre de ce processus puisqu’il est le lieu où l’hyperchoix est démultiplié. Interrogé par la journaliste Léa Salamé sur le silence de son parti concernant la crise des migrants, Jean-Christophe Cambadélis avait retourné le reproche : « A La Rochelle, qu’est-ce qu’il y avait de plus important ? C’était la polémique entre les socialistes et Macron, pas ce que j’ai dit sur la question des migrants. »48 Le Premier secrétaire du Parti socialiste traite dans ce reproche le paradoxe évoqué ci- dessus. Les médias préfèrent relever les sujets polémiques car ils perçoivent de la tension, de l’affrontement, de la passion. « Mais tout désaccord qui surgit sur la place publique mérite-t-il cette appellation ? » se demandent Ruth Amossy et Marcel Burger. 49 L’appellation « polémique » permet de catégoriser un débat comme un conflit. En nommant une information « polémique », les médias favorisent sa reprise par d’autres. En jouant sur la connotation du mot « polémique », ils indiquent implicitement au public que cette information est chargée en émotion. Déjà en 1980, Nicole Gelas constatait un emploi « quasi délirant » du mot « polémique », sous forme de nom, d’adjectif ou de verbe.50 L’emploi répété de ce terme montre la nécessité d’inscrire certaines informations dans un cadre de pensée conflictuelle. Le terme « controverse » apparaît alors mieux adapté pour certaines situations, mais la « polémique » est plus attractive. En octobre 1995, Serge Halimi dénonçait dans Le Monde diplomatique ce qu’il appelait le « journalisme de marché ». Il reprenait l’expression dans l’ouvrage Les nouveaux chiens de garde paru en 1999, réactualisé en 2005. Il y explique que « les médias matraquent un sujet sans autre conséquence qu’une augmentation escomptée de leur diffusion, ils se prévalent de la demande du public, de l’intérêt du consommateur. C’est d’abord oublier que la mission du journaliste consiste à rendre intéressant ce qui est important, pas important ce qui est intéressant. »51 48 On n’est pas couché, 05/09/2015 49 AMOSSY, Ruth et BURGER, Marcel, Ibid., p.8 50 GELAS, Nicole, « Etude de quelques emplois du mot « polémique », in Le discours polémique, pp.41-50 51 HALIMI, Serge, « Chapitre 3 – Journalisme de marché », Les nouveaux chiens de garde, Liber- Raisons d’agir, Paris, 2005
  31. 31. 31 Il n’en va pas de même pour toutes les polémiques bien sûr, mais certaines sont sûrement favorisées pour leur intérêt commercial. 2.2.2. Le traitement de la polémique Après avoir étudié « pourquoi », il devient nécessaire d’étudier « comment » la polémique est relayée dans les médias. Elle se diffuse à une vitesse inimaginable car les médias se surveillent entre eux. Et, nous l’avons vu, les sujets polémiques font de l’audience. Un média ne peut donc se permettre de laisser son concurrent garder le monopole sur une information « polémique ». « Nous utilisons un outil qui s’appelle Trendsboard, explique Romain Segond, il permet en temps réel, en fonction de thématiques, actu, politique, sport… de faire remonter les contenus qui sont les plus partagés en ce moment, les plus tweetés, les plus likés sur Facebook, les mieux notés sur Google. (…) On voit tout de suite ce qui marche le mieux sur toutes les thématiques. Forcément, les rédacteurs Web utilisent ça pour leurs choix éditoriaux. » Benoît Raphaël, créateur du logiciel, le définit comme un outil permettant « d’analyser et prédire les conversations des internautes. »52 Interrogé par le journaliste de Libération Jean-Christophe Féraud en 2013, il expliquait : « Nous voulions comprendre comment les signaux faibles lancés sur Internet font aujourd’hui l’information en quelques heures. » Trendsboard est donc un outil de veille éditoriale « pour les rédactions qui veulent savoir ce qui est en train de faire l’info sur le Web. » Ainsi, chaque rédaction se surveille mutuellement et les polémiques se diffusent de façon exponentielle. Son fondateur tempère : « Trendsboard est un outil de pilotage, pas de suivisme. Pour un journaliste, il est devenu capital de savoir ce qui fait l’info sur le Web. Mais la différence se fera toujours sur l’originalité et la valeur ajoutée. » Malheureusement, l’outil a largement contribué à une uniformisation de l’information sur internet. Les journalistes Web « ne vont plus faire de l’investigation, aller chercher l’info. Ils voient que cette info marche, ils la publient. » admet Romain Segond. 52 FERAUD, Jean-Christophe, « Trendsboard : les médias shootés au buzz », Libération, 24 février 2013
  32. 32. 32 « Grâce à Trendsboard, les rédacteurs en chef web pouvaient par exemple savoir, le 13 février, qu’Internet se passionnait pour une vidéo d’Audrey Pulvar se déhanchant en robe moulante sur D8, pour une grenouille découverte dans la salade d’un Buffalo Grill, ou encore le TGV low-cost de la SNCF. » concluait Jean-Christophe Féraud dans Libération en 2013. Le mardi 20 octobre 2015, les rédactions pouvaient savoir notamment que la bande- annonce du nouveau Star Wars était sortie et que la liste des nominés au ballon d’or était publiée. La polémique se diffuse entre les médias grâce à des outils de surveillance mutuelle et d’analyse du Web. Mais il apparaît que la polémique reçoit un traitement particulier dans les médias que l’on pourrait nommer « polémiqueurs ». Il est encore nécessaire de faire la différence entre le polémiste et le polémiqueur. Pour le polémiste, « La polémique ce n’est pas quelqu’un qui dit : « Tiens, Marine Le Pen a dit ça et Mélenchon a répondu ça, mais alors… » et qui les renvoie dos à dos. » explique Eric Brunet. Pourtant, le rôle du polémiqueur, selon la distinction faite par Christian Plantin, est justement celui-là. Il se fait le relai de la polémique. C’est le rôle des chaines d’informations. « On a aujourd’hui des journalistes qui sont salariés dans des entreprises de presse dont l’économie est fragile, qui sont panurgiques, moutonniers » critique Brunet. Enfin, il arrive que la polémique soit traitée de « vaine », de « stérile ». « Il apparaît (…) que les médias dénoncent les polémiques mêmes qu’ils montent en épingle, en les présentant comme excessives, passionnelles et violentes. » expliquent Ruth
  33. 33. 33 Amossy et Marcel Burger53. Cette dénonciation est souvent commune au personnel politique, auprès duquel la polémique prend un sens toujours négatif. 2.3. Apogée et chute d’une polémique 2.3.1. Reprise politique « Le sujet est trop grave pour polémiquer » déclarait Rachida Dati le 17 juillet sur BFM TV/RMC face à Apolline de Malherbe. Elle parlait de la polémique concernant la communication faite par le gouvernement autour des attentats déjoués, prenant le contrepied de certains membres de son parti. Frédéric Péchenard, directeur général des Républicains, avait reproché à l’exécutif « une appropriation politique » de la question antiterroriste. « Sans d’ailleurs se rendre compte qu’en alimentant cette vaine polémique, il se rendait lui-même coupable d’une tentative de récupération. » critique Laurent Neumann dans Le Point.54 La meilleure preuve que le terme « polémique » possède une connotation négative de nos jours est probablement le refus permanent, et hypocrite, de la classe politique dans son ensemble, à participer aux polémiques. Personne ne souhaite polémiquer. Chacun garde ses distances avec ces ‘‘polémiques stériles’’. « Polémiquer » est devenu un verbe néfaste dans le paysage politique français. Comme nous l’avons vu sur la polémique concernant Tel Aviv Sur Seine, l’apogée de la polémique, la clé de la réussite du phénomène d’astroturfing créé par les militants pro-palestiniens, fut la reprise politique. C’est lorsque le débat se déplace sur le terrain politique que la polémique prend une allure de débat substantiel. Malgré leur (apparente) réticence à « polémiquer », les hommes et les femmes politiques sont bien obligés de participer au jeu médiatique de la polémique. De nouveau, il faut préciser que ce qui prend les allures d’un débat ne rentre pas dans la catégorie du langage argumentatif. Par médias interposés, les politiques ne cherchent pas à se convaincre les uns les autres, mais bien à convaincre le public. En cela, la polémique est constitutive du débat politique. En tant qu’elle représente une scène et s’exprime dans un espace social commun où les locuteurs s’affrontent face à un public, la polémique apparaît comme une caractéristique intrinsèque du jeu politique. Par exemple, l’accusation classique de « tentative de 53 AMOSSY, Ruth et BURGER, Marcel, Ibid., p.10 54 NEUMANN, Laurent, « Attentat déjoué : la polémique stérile », Le Point, 18/07/2015 http://www.lepoint.fr/invites-du-point/laurent-neumann/neumann-attentat-dejoue-la- polemique-sterile-18-07-2015-1949702_2449.php
  34. 34. 34 récupération », que l’on voit apparaître régulièrement, correspond à l’échange symétrique d’injures éthiques explicité plus haut.55 Pour illustrer ce type d’échanges, il est utile de sortir du cadre français pour un instant. Aux Etats-Unis, le débat public se recentre régulièrement sur la question des armes à feu et du contrôle de leur vente, question polémique s’il en est. Après les fusillades de ces dernières années, Barack Obama fut accusé de « récupération » par les partisans des armes à feu, une position qu’il assume sans hésitation. Tremblant de colère et d’émotion à chaque conférence de presse sur le sujet, le président américain ne cache plus son dépit face à ces évènements. Le débat traite une question fondamentale, constitutionnelle aux Etats Unis, qui divise le pays. Ce sujet est chargé d’émotion puisqu’il est remis sur la table à chaque drame impliquant des armes à feu. C’est l’un des rares cas où un Président a réellement assumé la « récupération politique » d’une émotion collective, acceptant ainsi de « polémiquer » au sens propre du terme. Mais ces sujets graves, comme les attentats de janvier en France, sont censés être « trop grave pour polémiquer ». L’unité nationale qui a traversé la France début janvier était, soi-disant, au-dessus des polémiques. C’est ainsi que l’on voit que pour les politiques, le terme polémique représente un débat futile. Pourtant, l’émotion est constitutive de la définition originelle de la polémique et ne s’apparentait pas alors à des choses futiles (philosophie, théologie, littérature). Les cordes sensibles de la société française sont ainsi catégorisées par ordre d’importance. Il y a les graves et, par opposition, les aigues, considérées comme futiles. Une chose est certaine, quelle que soit la tonalité de la corde, le son finit par se dissiper. 2.3.2. La fin d’une polémique Il est généralement difficile de définir un moment exact d’extinction d’une polémique. La principale question est de savoir ce qui constitue la fin d’une polémique. Est-ce au moment où les médias arrêtent d’en parler ? Lorsque Twitter abandonne le sujet ? Lorsque les gens se désintéressent du débat ? Paul Laroque, producteur des Grandes Gueules sur RMC, explique que le temps médiatique raccourci fait qu’ « on a tendance à passer très vite à autre chose ». Son collègue, Anthony Arridon, ajoute : « Il y a une masse d’info qui n’est pas digérée. (…) Une énorme actualité va faire la Une pendant une journée, et va être complètement oubliée le lendemain parce qu’une autre a pris sa place. (…) C’est des feuilletons. On a eu Charlie Hebdo, puis Bygmalion, puis les migrants. Aujourd’hui, Charlie Hebdo est tombé un peu dans l’anonymat. Les ventes sont carrément retombées. » 55 Cf 1.2.2. Disqualifier l’adversaire
  35. 35. 35 Puisqu’il est impossible de déterminer si l’intérêt pour un sujet se prolonge dans les discussions entre les Français, il est nécessaire de se tourner vers les polémiques dans les médias. Anthony Arridon évoque un point intéressant lorsqu’il dit qu’une info en remplace une autre. Le renouvellement continu des informations implique une durée de vie de plus en plus courte pour chaque info. Les informations qui durent sont celles qui se régénèrent régulièrement. Les polémiques en font partie. Chaque réaction sur le sujet va relancer le débat, permettre aux éditeurs Web d’actualiser leurs articles. L’exemple de la « petite pipe » est caractéristique. Cyril Hanouna faisait tout pour que Laurence Rossignol réponde à Patrick Sébastien suite à son émission Touche pas à mon poste. Face à l’absence de réaction de la Secrétaire d’Etat, la polémique s’est éteinte. En conclusion de son analyse sur la polémique de Tel Aviv sur Seine, Nicolas Vanderbiest affirme : « Nous n’en avons pas fini avec ce genre de cas, puisqu’il n’y a aucune faille dans ce système qui crée une « loop médiatique » dont on ne sort jamais, jusqu’à ce que cela lasse et que les médias passent au futur événement qui a « buzzé » sur les réseaux sociaux. » Le manque de réponse marque souvent la fin d’une polémique, mais ce n’est pas le seul facteur. Il est également intéressant d’évoquer la durée de l’émotion. La crise des migrants, dont tout le monde parlait en septembre 2015 après la publication de la photo d’Aylan Kurdi, a fait l’objet d’un débat national, même continental puisqu’il était nécessaire d’en parler au niveau européen. Les premiers journaux britanniques à publier la photo subirent une salve de critique. Mais l’émotion provoquée par cette photo fut telle que l’attention accordée au problème des réfugiés augmenta de façon exponentielle. Le sujet était débattu dans tous les médias. C’est à ce moment que Léa Salamé invectivait Jean-Christophe Cambadélis dans l’échange cité précédemment56. Mais le sujet, si sensible soit-il, a perdu l’intérêt du public après que l’émotion a été digérée. Les nouvelles des noyades en Méditerranée se font plus rares, le problème est donc oublié ou disparaît de la Une. Le problème de la volatilité de l’attention du public est directement lié à l’hyperchoix. S’il ne met pas en concurrence les médias les uns avec les autres, il met en concurrence les 56 Cf 2.1.1 Le rôle de la polémique pour une entreprise médiatique
  36. 36. 36 informations les unes avec les autres. La fin du mois de septembre 2015 fut marquée par l’énorme polémique autour des propos de Nadine Morano sur la France, « pays de race blanche », sur laquelle nous reviendrons. L’arrivée de cette nouvelle polémique éclipsa de façon spectaculaire énormément d’informations de l’agenda médiatique. Les polémiques sont des objets mouvants, sensibles aux émotions du public, parfois façonnées par les médias. Quand on observe le pourquoi et le comment du traitement médiatique des polémiques, on comprend qu’elles varient un peu, mais gardent des caractéristiques spécifiques. Afin de compléter l’étude des polémiques en France en 2015, il m’a semblé nécessaire d’étudier en profondeur quelques exemples marquants. Chacun de ses exemples représente un sujet sensible puisqu’il a provoqué une polémique plus ou moins durable.
  37. 37. 37 PARTIE III : TROIS POLEMIQUES A LA LOUPE 3.1. Le voyage de Manuel Valls à Berlin 3.1.1. Les raisons de la polémique Le samedi 6 juin 2015, alors qu’il était à Poitiers pour le Congrès du Parti socialiste, le Premier ministre Manuel Valls s’est rendu à Berlin pour la finale de la Ligue des Champions entre le FC Barcelone et la Juventus de Turin. Pour ce vol, il a voyagé dans l’un des appareils de l’escadron de transports, d’entraînement et de calibration (Etec). Cette unité de l’armée de l’air basée à Villacoublay a pour mission d’assurer le transport des autorités du gouvernement. La flotte comprend notamment l’A330 présidentiel et six jets Falcon. C’est l’un de ces jets que Manuel Valls a utilisé. Ces trajets doivent en temps normal être validés auprès du cabinet du Premier ministre. L’armée de l’air facture ensuite le montant de la prestation aux différents utilisateurs. Le Premier ministre a décollé vers 16h de Poitiers. A l’issue du match, Manuel Valls est retourné, avec le même appareil, dans la ville où se déroulait le congrès socialiste. Quelques jours après, le public français apprendra que ses enfants étaient avec lui dans l’avion. Interrogé avant son départ, à la question de savoir comment était financé cet aller-retour, Manuel Valls avait répondu : « Je suis Premier ministre. Je me déplace avec les moyens que vous connaissez. N’essayez pas de créer de faux débats. » Le lendemain, hasard du calendrier, il est interrogé alors qu’il s’apprête à assister à la finale du tournoi de tennis de Roland Garros : « Il y a toujours des grincheux, il y a toujours ceux qui cherchent des débats ». Il n’a pas fallu longtemps pour que le débat soit lancé, car le sujet était extrêmement sensible. La polémique est rapidement surnommée le « Valls-gate ». La référence constante à l’affaire du Watergate permet toujours d’inscrire une polémique dans une lignée de scandales politiques. Le sujet sensible, c’est l’utilisation des moyens de l’Etat, financé par le contribuable. Depuis quelques années, ces sujets font régulièrement la Une. Ces débats furent largement encouragés par l’attitude « bling-bling » de Nicolas Sarkozy durant son mandat, symbolisée par le diner au restaurant Le Fouquet’s le soir de sa victoire à l’élection présidentielle en 2007. Manuel Valls finit par reconnaître le jeudi 11 juin, en marge d’un déplacement à la Réunion : « une erreur de communication » mais surtout, « de sensibilité ». Baptiste
  38. 38. 38 Pace, journaliste à l’AFP analyse alors que « Valls trébuche, à son tour rattrapé par l’intransigeance croissante de l’opinion »57. Il ajoute « Manuel Valls, réputé orfèvre en communication, a vécu une de ses semaines les plus difficiles depuis son arrivée à Matignon avec la polémique sur son aller-retour à Berlin, une affaire qui révèle également l’ultra-sensibilité de l’opinion quant au train de vie et aux moyens alloués aux dirigeants. » Cette sensibilité des Français est exacerbée depuis la crise économique de 2008. La victoire de François Hollande en tant que « Président normal », en opposition avec le style de Nicolas Sarkozy, est une preuve de cette volonté du public français de voir ses dirigeants se conduire avec modestie. « Loin, très loin de l'époque où Georges Pompidou circulait en Porsche, ou quand le Premier ministre Michel Rocard faisait construire une piscine et un tennis à la Lanterne, résidence des Premiers ministres en lisière du château de Versailles. » explique Baptiste Pace. La stratégie de François Hollande durant la campagne de 2012 était basée sur cette sensibilité. Le slogan « Président normal » avait fait mouche auprès d’une large partie de l’électorat car le candidat promettait un comportement exemplaire. La polémique concernant le voyage de Manuel Valls présente une particularité intéressante dans les polémiques médiatiques françaises de 2015 puisqu’elle est une des seules qui a amené le Président de la république à s’exprimer sur la polémique. Il a d’abord dû défendre son Premier ministre en utilisant les mêmes arguments que lui. Dans un premier temps, Manuel Valls tentait de justifier son voyage par une rencontre avec Michel Platini, Président de l’UEFA, pour parler des modalités d’organisation de l’Euro 2016. Cette faible défense ne tint pas longtemps. Face à la montée de la polémique, Manuel Valls avait finalement accepté de rembourser personnellement la prise en charge du voyage pour ses deux enfants, soit 2500€. Après les excuses de son Premier ministre, François Hollande s’était exprimé pour apporter un point qu’il voulait final à la polémique : « Cette polémique est désormais close. Il a lui- même dit ce qu’il fallait. Il n’y a rien à ajouter. » a-t-il déclaré lors d’une interview au journal Sud-Ouest. La durée de cette polémique n’a rien de remarquable. Le bruit médiatique fut assourdissant, mais de courte durée. Coupable d’abord d’une erreur de communication, les excuses de Manuel Valls et sa décision de payer la prise en charge de ses enfants ont presque mis fin à la polémique. 57 Pace, Baptiste, « Moyens de l’Etat : Valls trébuche, à son tour rattrapé par l’intransigeance croissante de l’opinion », Dépêche AFP, 12/06/15
  39. 39. 39 Néanmoins, il fut critiqué avoir attendu cinq jours pour présenter ses excuses. La publication d’un sondage Odoxa à la fin de la semaine de polémique montrait que 68%58 des Français estimaient que l’image du Premier ministre s’était détériorée. Par ailleurs, 58% considéraient que les excuses du Premier ministre n’avait pas clôt la polémique comme le souhaitait François Hollande. Avec cette polémique, François Hollande voyait son image de « Président normal » et de gouvernement exemplaire un peu plus écornée. Elle l’avait déjà été considérablement par l’affaire dite « Cahuzac »59, le renvoi de son conseiller en communication Aquilino Morel60 et le passage éphémère de Thomas Thévenoud comme Secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur61. Si impressionnante qu’elle fut, comme toutes les polémiques, l’affaire du voyage de Manuel Valls à Berlin a fini par s’estomper. 3.1.2. Réactions médiatiques Face à cette erreur monumentale de sensibilité, Manuel Valls fut vivement critiqué dans les médias. Après avoir cultivé depuis son arrivée à Matignon une image stricte et sévère, il était ramené au rang des profiteurs par de nombreux articles. Le Monde lui rappelle ses propos de juillet 2014 : « Quand on gouverne, on doit être exemplaire. C’est l’exemplarité qui crée la confiance entre les citoyens et celles et ceux qui ont la charge de la représenter. »62 L’éditorial du 10 juin ajoute : « Lui, si soucieux de son image, si professionnel dans sa politique de communication, si prompt à faire aux autres la leçon en matière d’éthique et de responsabilité, s’est pris les pieds dans cette affaire comme un amateur. » Avec cette polémique, Manuel Valls tombe de son piédestal de sévérité. Pour beaucoup de médias, c’est faire tomber Robespierre l’incorruptible. Libération parle d’une « faute 58 Sondage Odoxa pour « CQFD » sur I-télé et « Le Parisien » - « Aujourd’hui en France » 59 Jérôme Cahuzac, ministre délégué en charge du Budget, avait reconnu avoir détenu un compte bancaire en Suisse après des mois de dénégation. 60 Il avait été accusé de conflit d’intérêts entre ses activités à l’Inspection générale des affaires sociales et une mission auprès d’un laboratoire pharmaceutique. S’ajoutait à cela un goût du luxe qui l’avait amené à se faire cirer ses chaussures à l’Hôtel Marigny. 61 Neuf jours après avoir été nommé au gouvernement, il avait démissionné à la suite d’un contrôle fiscal. Plaidant la « phobie administrative », il n’avait pas déclaré, ni réglé ses impôts depuis plusieurs années. 62 Editorial, « Poitiers-Berlin, la faute du premier ministre », Le Monde, 10/06/2015
  40. 40. 40 de carre »63 et titre en Une « Valls marque contre son camp », Le Canard enchainé révèle que plusieurs conseillers et ministres ont tenté de dissuader Valls d’aller voir ce match. Le Parisien titre « La grosse gaffe ». Certains titres locaux se montrent également virulents. Jean Levallois dans La presse de la Manche sermonne : « Pour le prix de son voyage à Berlin, Manuel Valls s’est finalement offert une leçon qui devrait le rendre plus modeste pour traiter de la vertu des autres. » Thomas Legrand, chef du service politique de France Inter, analyse la polémique elle-même. « S’agissant de l’ampleur d’une polémique sur la gouvernance ou l’exemplarité, il est aussi absurde de se demander si elle est disproportionnée que de chercher à savoir si la force du vent lors d’une tempête est juste ou injuste. Elle est là. » « Si elle prend ce n’est pas parce qu’elle est matraquée par les chaines d’infos mais bien parce qu’il y a un malaise plus général s’agissant de la façon dont le pays est gouverné. (…) Il y a en économie, sur les réformes, sur la réalité des efforts à consentir, une forme de déni et d’insincérité de la part de ceux qui nous gouvernent. » Il lie la force de cette polémique au décalage entre le discours et les actes du gouvernement. Il ajoute finalement : « Aucune com’ ne peut rien contre un sentiment d’injustice et de tromperie. »64 3.1.3. Réactions politiques La polémique n’est bien évidemment pas uniquement le fait des médias. Cette « faute » du Premier ministre est immédiatement critiquée par l’opposition qui dénonce « un détournement des moyens de l’Etat ». Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine, rappelle que « l’argent public est très précieux », et Claude Goasguen, député LR de Paris affirme que « C’est assez dérisoire quand on pense à tout ce qui a été dit sur le bling-bling. » Dans son propre camp, Manuel Valls subit des critiques. Christian Paul, député de la Nièvre et chef de file de l’opposition socialiste à Manuel Valls durant les débats sur la « loi Macron », dénonce « une forme de désinvolture à l’égard du reste du monde. Vu le déficit de dialogue entre lui et les socialistes, il aurait dû rester à Poitiers. » C’est également du Congrès que parle Brice Hortefeux, dans un sens différent, après les excuses du Premier ministre. « Dans cette période, ce qui m’a choqué d’abord c’est le fait que le Premier ministre en exercice se rende à trois reprises au congrès du Parti socialiste. » 63 LAÏRECHE, Rachid et BRETTON, Laure, « Manuel Valls, mauvaise passe », Libération, 09/06/2015 64 Edito politique de Thomas Legrand, « Manuel Valls à Berlin », France Inter, 11/06/2015
  41. 41. 41 Florian Philippot, député européen et Vice-président du Front national, qualifie sur Twitter le déplacement de « petit caprice footballistique de Valls pour deux équipes étrangères. » Il tente ainsi de déplacer la polémique sur le terrain identitaire. Toutes ces réactions mettent en évidence la polémique comme constitutive du jeu politique. Avec chaque réaction, chacun tente de faire passer son propre message au public. Christian Paul rappelle son opposition au Premier ministre. Florian Philippot détourne habilement la conversation en insinuant que Manuel Valls ne s’occupe pas assez des Français. Thierry Solère veut montrer que les Socialistes sont dépensiers et mènent l’Etat à la ruine. Claude Goasguen prend sa revanche après des années de critiques socialistes contre Nicolas Sarkozy. Le jeu politique tourne à plein régime avec cette polémique, qui permet à chacun de proposer une interprétation qui convient à ce que ses électeurs veulent entendre ou au message qu’il souhaite leur faire passer. Encore une fois, c’est bien l’adhésion du public qui est en jeu dans cette polémique. Les réactions politiques le prouvent. Le sujet se prête parfaitement à la polémique, selon la définition que le personnel politique lui prête, puisqu’il met en jeu une sensibilité établie du public français, et qu’il ne touche pas un sujet trop grave, ce qui leur permet de s’étendre sans mauvaise conscience. Quelques socialistes viennent à la défense du Premier ministre. Après l’annonce de la décision de Manuel Valls de payer le coût de la prise en charge de ses enfants, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, explique que le Premier ministre « veut clore une polémique qui n’a aucune raison d’être (…), il faut faire un geste. Un geste qui n’était pas obligatoire, mais qui est symboliquement fort. » Pourtant, la polémique avait parfaitement lieu d’être. Elle correspond parfaitement à toutes les définitions modernes d’une polémique médiatique. Elle représente par ailleurs un débat de fond qui touche une sensibilité particulière chez le public français. Xavier Bertrand joue sur cette corde sensible lorsqu’il déclare sur Europe 1 le 11 juin : « Ce qui me gêne le plus c'est qu'il a mis cinq jours et qu'il a fallu un sondage accablant, qui montrait la façon dont les Français critiquaient ce déplacement, cinq jours pour avoir un mot, pour comprendre l'émotion des Français. (...) C'est un Premier ministre qui gouverne en fonction des sondages. Il ne sent plus le peuple ». L’accusation d’être déconnecté de la réalité est récurrente. Chacun son tour, les hommes et les femmes politiques peuvent s’accuser de ne pas comprendre ce que vivent les Français. Ce genre d’accusation éthique est, nous l’avons vu, constitutifs du discours polémique. Comme le demande Catherine Kerbrat-Orecchioni, les propos de Xavier Bertrand sont « disqualifiants », ils « attaquent une cible » et rejettent « agressivement » l’attitude du Premier ministre.
  42. 42. 42 Parmi toutes ces réactions critiques de l’opposition, il est intéressant de relever un son de cloche différent. Le député de l’opposition Henri Guaino prend la défense de Manuel Valls sur I-télé, le 12 juin : « Je trouve ça plutôt sain, plutôt rassurant qu'un Premier ministre ait encore assez d'humanité pour, de temps en temps, essayer de voir ses enfants. Ca ne coûte rien au contribuable. (...) Le fait qu'il amène ses enfants, si ça c'est un scandale, on est chez les fous ». La polémique du voyage de Manuel Valls à Berlin s’est éteinte en une semaine. Mais elle représente un pic d’attention médiatique considérable. Elle montre aussi l’obsolescence d’une définition péremptoire de la polémique encore affirmée dans les années 1980 comme relatif à un discours. Ici, l’enjeu de la polémique n’est pas un discours, mais un acte. Cela ne signifie pas que les polémiques mettant en jeu des discours soit pour autant terminée. La polémique concernant les propos de Nadine Morano l’a prouvé. Nous y reviendrons. 3.2. L’affaire de la jupe 3.2.1. La première interprétation : un combat mêlant laïcité et féminisme Le 28 avril 2015, l’Académie de Reims indique qu’une jeune fille a été interdite de cours à deux reprises à cause d’une longue jupe noire, jugée comme un signe religieux ostentatoire adopté lors d’une action « revendicatrice » et « concertée » avec d’autres élèves. Patrice Dutot, l’inspecteur académique des Ardennes explique à l’AFP : « La jeune fille n’a pas été exclue, on lui a demandé de se représenter avec une tenue neutre et son père semble-t-il n’a pas souhaité que l’élève revienne au collège. » Très vite, une photo est postée de Sarah K. Le même jour, Twitter s’emballe. En 24h, 25 000 tweets sont postés comportant le hashtag #jeportemajupecommejeveux.
  43. 43. 43 Une courbe pareille montre un emballement, non plus des médias, mais du réseau social. L’émotion est constitutive de cette polémique puisque le réseau réagit à chaud, en une journée. Les tweets postés portent la polémique sur le terrain du combat féministe. Sur Facebook, est organisée la « Journée de la jupe longue » où on appelle les femmes, et les hommes, à porter leur jupe « comme ils le veulent », une jupe analogue à celle de la collégienne. Par ailleurs, sur Twitter, les messages utilisent de nombreux visuels. On compare la longueur de la jupe de la collégienne avec celle de femmes politiques, ou de la compagne de François Hollande Julie Gayet. L’absurdité de l’exclusion scandalise le réseau social, qui s’empare de l’affaire et la porte sur le devant de la scène. La polémique est telle que de nombreux journaux étrangers traitent le sujet. Le New York Times publie un article sur l’affaire dès le 29 avril65. La laïcité à la française surprend le monde entier : « Ce cas illustre le fossé entre la manière dont les autorités françaises et les musulmans ont compris les règles de la laïcité » écrit Alissa Rubin. Jean Bauberot, sur le site Médiapart, écrit : « en l’an 2015, on en est à se poser des questions essentielles pour la survie de la république, de la démocratie et de la laïcité réunies : Quelle est la longueur de la jupe des élèves ? Si elle est longue : est-elle uniformément noire ou comporte-t-elle des motifs ? Où cette jupe a-t-elle été achetée ? (…) à ce rythme là, où en sera-t-on dans dix ans. Peut-être à déshabiller les jeunes filles à l’entrée de l’école pour vérifier si rien ne pourrait pas être considéré comme « islamique » en dessous ».66 Ce discours polémique prend pour cible une vision de la laïcité qui apparait invraisemblable. Durant deux jours, la laïcité est tournée en ridicule car les motifs de l’exclusion semblent absurdes. On accuse le collège d’islamophobie. Pour de nombreux internautes, cette exclusion masque un racisme à peine voilé. Elsa Ray, porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France dénonce : « C’est un des effets pervers de la loi 2004. Celle-ci prohibe le port à l’école de signes religieux, mais en aucun cas les jupes longues ou quelque autre habillement que ce soit ! » 65 RUBIN, Alissa, « French school deems teenager’s sirt an illegal display of religion », The New York Times, 29/04/15 66 BAUBEROT, Jean, « Laïcité de la jupe : louange à toi Dame bêtise », Médiapart, 29/04/15

×