http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 1 sur 8	
  
La Lecture en Couleurs : une technologie
appropriée - Will...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 2 sur 8	
  
vous fournir ; ce qui se passe en face de vous est bien pl...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 3 sur 8	
  
les apprenants arrivent très richement dotés pour l’acquis...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 4 sur 8	
  
apprenants peuvent observer que les couleurs des signes da...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 5 sur 8	
  
commentateurs du travail de Gattegno l’ont supposé. Par l’...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 6 sur 8	
  
si celui-ci lutte avec un son dans un mot. Il pourrait sem...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 7 sur 8	
  
dans chaque ensemble de tableaux. Bien que ce qui est impr...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  
	
  
Page 8 sur 8	
  
professeurs déjà engagés dans l’approche. S’ils étaient co...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Articles fr lecture en couleurs_1

242 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
242
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Articles fr lecture en couleurs_1

  1. 1. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 1 sur 8   La Lecture en Couleurs : une technologie appropriée - William Bernhardt La technologie, telle qu’elle apparaît dans la salle de classe traditionnelle partout dans le monde, est le plus souvent invisible même aux enseignants qui l’utilisent. Et pourtant un tableau et un pointeur, un affichage de l’alphabet et un dictionnaire (on pourrait étendre la liste, même pour les classes les plus démunies) sont - tout autant que les systèmes d’ordinateur multimédias les plus avancés - une preuve que les supports à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture - les technologies, en somme - sont omniprésents et indispensables. Que ce soit ou non remarqué, il y a une version de la technologie présente dans chaque classe. En fait, les livres eux-mêmes sont les produits de nombreuses technologies convergentes pour la fabrication du papier, l’impression et la transmission du texte de l’auteur à l’éditeur jusqu’au lecteur. C’est en partie à cause des progrès technologiques rapides dans la fabrication des livres au cours des dix-huitième et dix-neuvième siècles que les coûts de production des écrits devinrent assez bas pour rendre possible la vaste expansion du savoir lire et écrire qui continue aujourd’hui. En d’autres termes, le développement de la technologie au cours des derniers siècles a été un facteur crucial pour amener le monde à croire que savoir lire et écrire peut et devrait être universel. Dans les marchés de l’éducation très développés des États-Unis, de l’Europe ou du Japon, de nouvelles technologies pour l’enseignement et l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ne cessent d’arriver et de solliciter l’attention et le soutien d’enseignants dont l’expérience personnelle a été acquise dans des classes traditionnelles dont la base technologique était bien plus limitée. Et les systèmes éducatifs dans des sociétés moins riches ne sont pas à l’abri des flatteries des colporteurs qui promettent des solutions technologiques pour former les professeurs et enseigner aux élèves. Maintenant, les éducateurs de tous les niveaux dans pratiquement tous les pays demandent des technologies avancées (et des ordinateurs en particulier). Les professeurs de lecture et d’écriture ne font pas exception. Il est si facile d’être distrait par des écrans pleins de couleurs et par toutes les cloches et les sifflets des technologies émergentes que l’on perd de vue à quel point il y a ressemblance entre le système de l’enseignement traditionnel connu sous le nom de “craie et discours” et la plupart des nouveaux “média interactifs”. Dans les programmes actuels de lecture et écriture assistés par ordinateur, l’écran est encore le plus souvent utilisé comme un tableau électronique sur lequel apparaissent les leçons que l’apprenant doit suivre et auxquelles il doit réagir de manière minimale. Le programme imitant un professeur traditionnel, un texte ou un manuel, décrit aux apprenants ce qui est sur l’écran (alors qu’ils peuvent parfaitement voir par eux-mêmes) et met en évidence les éléments qu’ils doivent alors reproduire et redonner à la machine. Une multitude de lumières qui clignotent et de personnages de dessins animés et d’autres dispositifs et conventions empruntés aux technologies d’amusement, familières aux élèves, remplacent les tentatives des professeurs traditionnels pour les amuser et capter leur attention. Ainsi, “l’édumusement” devient le véhicule d’une méthodologie basée sur des exercices répétitifs et d'entraînement pas très différente en essence de celle pratiquée dans la classe traditionnelle. En fait, beaucoup de classes traditionnelles sont réellement bien plus “interactives”. Que le professeur écrive des listes de mots au tableau ou qu’il allume l’ordinateur qui va présenter le même matériel dans un format bien plus animé et amusant, c’est le même message qui est transmis à l’apprenant : “Vous devez être “motivé” par des stimuli extérieurs afin d’y apporter votre attention ; vous venez en classe avec peu ou rien, l’éducation doit tout
  2. 2. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 2 sur 8   vous fournir ; ce qui se passe en face de vous est bien plus important que ce qui se passe en vous.” Beaucoup, et peut-être la plupart des éducateurs d’aujourd’hui s’inscriraient en faux contre de telles affirmations et pourtant ce sont des croyances comme celles-ci qui sous-tendent clairement leurs critères pour choisir et mettre en œuvre des technologies dans leur classe. Sinon pourquoi choisiraient-ils de tels programmes saturés d’amusement ? La Lecture en Couleurs, le matériel pour apprendre à lire et à écrire inventé par Caleb Gattegno (1911-88), fournit une approche alternative, libre d’amusement, basée sur une épistémologie qu’il a appelée la Science de l’Éducation. Gattegno a élaboré son approche sur une longue période dans une série étendue de livres et il a présenté ses idées et ses techniques dans des séminaires pratiques pour enseignants pendant les trente dernières années de sa vie. En raison du volume et de la diversité des écrits de Gattegno et des domaines nombreux et différents auxquels il a contribué, il faudrait un temps et un espace considérables pour parcourir ne seraient-ce que les hypothèses fondamentales de son œuvre. L’histoire et le sort de La Lecture en Couleurs, qui a ses origines dans un projet en Éthiopie (sous les auspices de l’UNESCO) dans les années cinquante, sont aussi de vastes sujets. Cependant, de telles considérations sont en dehors des limites de cet article. Les lecteurs intéressés peuvent continuer en consultant les ouvrages cités dans la bibliographie jointe. Comme personne plurilingue et pluriculturelle d’origine juive séfarade née à Alexandrie en Égypte sous mandat britannique, Gattegno a considéré le défi de la lecture et de l’écriture et la création d’une technologie adéquate pour leur acquisition avec une perspective très large. Il a aussi puisé dans ses lectures et dans ses recherches dans des domaines divers incluant les mathématiques, la psychologie, la linguistique et dans ce qui était alors les sciences naissantes de la cybernétique et de la théorie de l’information. Dans l’épistémologie de Gattegno, chaque être humain est un système qui apprend, engagé dans la connaissance de soi et de tout ce qu’il rencontre, ce qui élimine la nécessité d’une “motivation” extérieure. Plus spécifiquement, chaque individu, par sa nature, incline à rejoindre d’abord la communauté de ceux qui parlent puis, celle de ceux qui lisent et écrivent dans sa propre culture. En relevant les défis qui se présentent, les individus utilisent leurs pouvoirs très considérables de conscience, d’intuition, de perception, etc. ... et plus spécialement leur conscience d’eux-mêmes qui leur permet de diriger leur propre comportement et leur dynamique interne. Enfin la conscience de la conscience leur permet de redécouvrir et d’intervenir consciemment sur les capacités mentales et somatiques qui sont devenues si routinières et si automatisées qu’elles passent généralement inaperçues. En focalisant plus étroitement sur la Lecture en Couleurs, nous pouvons dire que Gattegno est parti de trois questions qui sont fondamentales pour ceux qui apprennent à lire et à écrire à tout âge et dans toutes les situations : • Qu’est ce que chaque apprenant apporte comme savoir faire et comme connaissances qui sont fondamentaux et essentiels pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ? • Quelles sont les exigences de la lecture de la langue maternelle qui ne font pas partie de ce que les apprenants savent déjà ? • Quelle est la technologie la plus simple et dont le rapport coût-efficacité est le meilleur pour mobiliser la connaissance et les pouvoirs des apprenants afin que ceux-ci acquièrent ce qu’ils ne savent pas et ne peuvent pas inventer ? La réponse simple à la première question de Gattegno est que les apprenants arrivent parlant avec aisance la ou les langues de leur environnement, dont les textes écrits sont des transcriptions. Si, comme il l’a dit avec insistance, la lecture et l’écriture sont essentiellement des processus pour faire des transformations entre le discours réel et le discours virtuel, alors
  3. 3. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 3 sur 8   les apprenants arrivent très richement dotés pour l’acquisition de la lecture et de l’écriture. Ils ont déjà maîtrisé le code de sons arbitraires que contient leur langue, un code qui, pour celui qui sait parler la langue, contient en lui-même une familiarité suffisante avec le vocabulaire, la phonologie et la grammaire pour permettre l’aisance et la confiance. Bien que des langues différentes, vues de l’extérieur, présentent des degrés différents de difficulté, ceux qui parlent leur langue maternelle, quelle que soit la langue, abordent l’acquisition de la lecture et de l’écriture tous aussi bien préparés sur ce point important. Pour franchir ce seuil crucial de la communauté humaine, non seulement les apprenants viennent avec leur langue, mais ils apportent aussi avec eux les pouvoirs d’apprendre dont ils ont eu besoin, comme bébés et comme jeunes enfants. Par exemple, ils apportent les pouvoirs de perception (“entendre” et “écouter”) pour discriminer entre les sons et la capacité d’action (“parler”) pour combiner et recombiner l’ensemble limité de voyelles et consonnes qui est caractéristique de leur langue et faire ainsi les milliers de mots et les structures grammaticales qu’ils connaissent. Qu’ils aient déjà acquis au moins une langue prouve l’existence de telles capacités de perception et d’action, capacités qui sont également essentielles pour la lecture et l’écriture. Ce que les apprenants n’ont pas déjà - et ceci répond à la deuxième question de Gattegno - est la connaissance du code de signes écrits de leur langue qui sert à transcrire visuellement la langue parlée. Pour rendre les choses un peu plus compliquées, il faut noter à ce sujet qu’il y a des différences fondamentales parmi les langues dans l’importance du défi présenté aux apprenants. Le système des caractères chinois par exemple, demande davantage que le code écrit de n’importe quelle langue alphabétique. Parmi les langues alphabétiques, l’anglais et le français présentent des codes qui sont plus élaborés et moins cohérents que celui de l’espagnol. De toute façon, on pourrait parler sans problème une langue pendant toute une vie sans jamais avoir accès de manière spontanée à sa forme écrite. Une complication supplémentaire doit aussi être mentionnée ici. Beaucoup d’apprenants, en particulier en classe de rattrapage, n’ont pas d’accès conscient aux pouvoirs d’écoute et de prononciation qui leur ont permis autrefois d’obtenir l’aisance dans la parole. Il s’en suit que l’on a souvent l’impression de devoir “enseigner” la langue orale comme faisant partie de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. La Lecture en Couleurs donne des moyens à l’apprenant de se reconnecter avec ces capacités et elle est basée sur la reconnaissance que ces capacités sont là et qu’elles fonctionnent maintenant à un niveau automatique. La réponse de Gattegno à la troisième question - quelle est la technologie qui pourrait faire se rencontrer les pouvoirs des apprenants et les exigences de la langue écrite ? - l’a conduit à inventer les tableaux, d’où la Lecture en Couleurs tire son nom, sur lesquels chaque son de la langue considérée est codé par une couleur et où l’ensemble des diverses orthographes d’un son sont imprimées dans cette couleur. Cette convention lui a permis de présenter, dans un espace mural limité, tous les sons et toutes les orthographes de la langue choisie, à l’intérieur d’un ensemble de mots représentant un vocabulaire qui constitue un vaste éventail de sens, de fréquence et de bien d’autres critères. D’autres jeux de tableaux, connus sous le nom de “Fidels” présentent tous les sons rangés de telle manière que les orthographes de chaque son de la langue soient listés dans une seule colonne. L’espagnol n’a besoin que d’un seul tableau pour contenir cette information là où l’anglais en demande huit ! Plutôt que de donner des informations aux apprenants qui découvrent les tableaux pour la première fois, on les encourage à utiliser leurs pouvoirs de perception et d’action pour observer et dire ce qu’ils voient. (On pourrait donner aux lecteurs en rattrapage l’ensemble des tableaux à examiner comme base pour leur travail, alors que les débutants pourraient limiter leur examen à un seul tableau.) En regardant les tableaux avec l’aide d’un pointeur pour focaliser leur attention, les
  4. 4. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 4 sur 8   apprenants peuvent observer que les couleurs des signes dans les mots qu’ils connaissent déjà (“pup”, “it”) sont les mêmes que les couleurs d’autres signes dans des mots qui leur paraissent mystérieux (“puppet”). En outre, ils peuvent remarquer que deux mots qu’ils connaissent déjà (“sick”, “kiss”) contiennent les mêmes couleurs mais pas forcément dans le même ordre. Avec un seul élément d’information (que beaucoup vont trouver par eux-mêmes, sans aucune aide du professeur), “la même couleur représente toujours le même son”, les apprenants peuvent décoder en toute indépendance n’importe quels mots “nouveaux” contenant des couleurs connues. Ils peuvent aussi transformer un mot pour en créer un autre en additionnant, en insérant, en substituant ou en inversant les sons. Quand des éducateurs pour qui la Lecture en Couleurs est nouvelle, observent une leçon comme celle décrite ci-dessus, ils ressentent souvent de l’ennui et de l’impatience à cause du manque d’amusement et d’explication. Ils se demandent comment leurs élèves pourraient devenir motivés ou comprendre ce qu’il y a à faire s’ils étaient soumis à une leçon semblable dans leur classe. En même temps, ils peuvent ne pas s'apercevoir que les élèves dans la classe qu’ils sont en train d’observer partagent peu de leur ennui et de leur impatience. Ils ne remarquent pas non plus que la plupart de ce qui se dit dans la classe est le fait des apprenants plutôt que de l’enseignant. Gattegno a montré son intérêt pour les apprenants en fournissant des défis plutôt qu’en amusant ou qu’en racontant. Parce que son matériel et son approche de l’enseignement renvoient les apprenants à leurs propres pouvoirs, qui sont considérables, ils se sentent encouragés à utiliser tout ce qu’ils ont. L’approche déclenche l’activité de l’apprenant et la mobilisation de son énergie au lieu de s’en remettre à l’enseignant pour présenter et expliquer. Le silence et l’utilisation d’un pointeur sont des composantes importantes de la Lecture en Couleurs en tant que technologie qui mobilise les ressources intérieures des apprenants plutôt que de les motiver extérieurement. Le silence comme technologie d’enseignement peut être décrit dans ses opérations par analogie avec un “interrupteur à bascule”. Chaque fois que l’enseignant se rend compte que les apprenants peuvent saisir ce sur quoi ils travaillent à l’aide de leurs propres perceptions et intuitions, en remarquant plutôt qu’en écoutant, les automatismes de l’enseignant concernant les discours sont instantanément mis en position “fermée”. Si, par exemple, les apprenants en regardant les tableaux voient que deux signes avec une forme différente ont la même couleur et en concluent qu’ils ont le même son, il n’y a pas besoin de le leur dire. Cela signifie aussi que l’enseignant n’empêche pas les apprenants de dire ce qu’ils pourraient dire en anticipant sur eux ou en leur faisant dire à la façon de l’enseignant plutôt que par leur propre choix de mots. Si par la suite, l’enseignant juge qu’une indication verbale est nécessaire, le même interrupteur bascule sur “ouvert”. La maîtrise de cette technologie consiste dans une sensibilité croissante de l’enseignant qui lui permet de rester sur “fermé” pendant des périodes de temps de plus en plus longues et de passer sur “ouvert” à des moments très fugitifs. Comme le gros plan dans un film ou la flèche sur l’écran d’un ordinateur, Gattegno a utilisé la technique du pointeur pour focaliser les perceptions de l’apprenant sur un point précis, ou sur un contraste entre un point et un autre, ou sur le chemin qui suit une série de points. Utilisé de cette façon par les enseignants de la Lecture en Couleurs, le pointeur est l’outil qui exploite précisément les pouvoirs de l’étudiant - d’imagerie et d’intuition, d’analyse et de synthèse - d’accentuer et d’ignorer. La justesse de ces affirmations ne peut être vérifiée ni par la lecture d’un document traitant de la Lecture en Couleurs ni par l’observation d’une seule leçon-échantillon. Il faut un examen plus étendu de l’approche, ce qui peut en partie expliquer pourquoi tant d’éducateurs n’ont pas trouvé un intérêt pour eux dans leur contact avec la Lecture en Couleurs. Le travail sur les tableaux ne se limite pas au décodage de mots isolés comme certains
  5. 5. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 5 sur 8   commentateurs du travail de Gattegno l’ont supposé. Par l’utilisation du pointeur, des suites de mots peuvent être “pointées” (Gattegno appelait cela la “dictée visuelle”) et les apprenants peuvent restituer le groupement, la mélodie et l’intonation qui joignent les mots ensemble en accord avec la sonorité authentique de la langue. De cette façon, le décodage apporte la compréhension puisque les apprenants s’entendent eux-mêmes “donner du sens” à la langue qu’ils parlent déjà. A un niveau plus avancé, beaucoup d’activités de lecture et d’écriture peuvent aussi se faire à l’aide des tableaux telles que la compilation d’ensembles de mots avec des sens similaires ou divergents, l’utilisation de la dictée visuelle pour créer des phrases qui doivent être retenues assez longtemps pour être transcrites correctement, l’écriture créative qui utilise les mots d’un tableau en particulier ou d’un ensemble de tableaux, la recherche d’exemples de toutes les orthographes possibles pour un son particulier ou la recherche de tous les sons qui peuvent être produits par une lettre particulière, etc. ... En fait, les tableaux devraient être vus comme une exposition de la totalité de la langue que les étudiants apprennent à lire et à écrire, que ce soit l’anglais, le français, l’espagnol, le japonais, le lakota ou n’importe quelle autre langue pour laquelle le matériel de la Lecture en Couleurs a été élaboré. Ces instruments souples peuvent s’appliquer à un flot sans fin d’exercices et d’activités limités uniquement par la créativité et l'ingéniosité du professeur. Dans chacune de ces activités, il y a toujours une focalisation sur la primauté des perceptions et des actions de l’apprenant, que ce soit lui ou l’enseignant qui tienne le pointeur. La “technologie” fonctionne pour déclencher l’activité et l’engagement mental de l’apprenant, non pour attirer l’attention sur elle-même, pour fournir des réponses ou pour amuser. En ce moment, la technologie pour équiper une classe avec le matériel de la Lecture en Couleurs coûte approximativement cent cinquante dollars US. Dans l’avenir peut-être, les mêmes ressources seront fournies sur un simple disque pour ordinateur ou CD ROM, capable de les afficher sur un écran ou de les imprimer, pour une somme bien moindre. Pour le moment en tout cas, les tableaux imprimés sur feuilles cartonnées et les pointeurs télescopiques en métal constituent les formes sous lesquelles il est possible de se procurer les matériels pour un rapport qualité-prix abordable. De plus, les mêmes tableaux peuvent être utilisés avec des élèves de tous les niveaux, ils peuvent être déplacés facilement d’un endroit à un autre et utilisés en combinaison avec n’importe quel autre matériel de lecture et d’écriture déjà en place. Comme je l’ai dit plus haut, les étudiants et les enseignants viennent souvent à la Lecture en Couleurs avec, pour une bonne part, les mêmes préconceptions qu’ont les promoteurs de logiciels éducatifs. Eux aussi supposent que les apprenants doivent être amusés et que de vastes explications sont nécessaires avant de s’engager dans une activité. (Assez curieusement, les producteurs de logiciels de jeux - y compris les jeux Nintendo couronnés de succès et qui ont balayé le monde durant les années quatre-vingt et le début des années quatre- vingt-dix - ont essayé de rendre leurs activités aussi auto-explicatives que possible pour que les joueurs puissent commencer à jouer spontanément sans préparation préalable.) Pour cette raison, ils expriment souvent de la résistance quand ils voient la Lecture en Couleurs pour la première fois. De plus, beaucoup d’élèves s’attendent à des louanges de la part de leurs professeurs quand ils trouvent “la bonne réponse” au lieu de développer leurs propres critères intérieurs de succès au jeu ou à l’activité. Les professeurs qui veulent travailler dans l’esprit de la Lecture en Couleurs doivent se préparer à résister à la tentation de donner la réponse et de proposer un modèle, de louer et de blâmer. Voir un professeur expérimenté en Lecture en Couleurs en action et comprendre ce qu’il fait est difficile si l’on vient avec certaines préconceptions et des partis-pris. Par exemple, un professeur de Lecture en Couleurs pourra passer jusqu’à une demi-heure avec un seul élève
  6. 6. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 6 sur 8   si celui-ci lutte avec un son dans un mot. Il pourrait sembler que non seulement le professeur expose l’élève au ridicule devant ses camarades mais aussi qu’il le fait souffrir inutilement pour arriver à “ce que veut le professeur”. Mais la réalité de la situation peut être différente de l’apparence. L’instructeur peut savoir parfaitement bien que l’élève utilise ce mot assez souvent dans son parler de tous les jours de sorte que sa capacité de prononcer le son approprié à la bonne place n’a jamais été mise en doute. Le but est de le faire s’entendre lui- même et qu’il sache avec certitude quel son il produit et quel mot il prononce au moment où il le dit. Le problème de l’élève n’est pas en réalité avec le mot lui-même, mais vient de son éloignement des pouvoirs d’écouter qu’il a utilisés dans son acquisition initiale de sa langue maternelle et qu’il s’efforce maintenant de regagner. L’instructeur peut aussi soupçonner qu’une fois que l’étudiant est devenu plus connecté avec son propre fonctionnement dans la parole et l’écoute par cette sorte de travail centré sur un mot, son progrès va s’accélérer. Il ne sera pas nécessaire pour lui de travailler chaque mot de cette façon. Mais si le professeur n’avait fait que lui donner la réponse pour relâcher la tension et “avancer avec la leçon”, une importante occasion de faire franchir un seuil important à cet élève aurait été perdue. La technologie de la Lecture en Couleurs - des lettres imprimées sur feuilles cartonnées - est faussement simple. Les contenus de chacun des vingt tableaux de mots (pour l’anglais) ont été soigneusement choisis pour éclairer certains aspects particuliers de la langue. Sur le premier tableau, par exemple, les complexités de la forme écrite de chaque langue cible ont été réduites à un strict minimum pour que les apprenants puissent se focaliser sur les conventions fondamentales de la forme écrite de leur propre langue, à savoir : qu’il y a relation isomorphique entre l’oral et l’écrit dans laquelle la “ligne du temps” des sons est représentée par la “ligne droite” de l’écrit ; que chaque son est représenté par un signe arbitraire ; que les mêmes sons et les mêmes signes peuvent être réarrangés sans fin pour créer des mots supplémentaires ; que certains sons ont plus d’un signe possible et que certains signes peuvent être utilisés pour représenter plus qu’un seul son. Dans le cas de l’anglais, le premier tableau présente à l’apprenant un modèle très restreint de la langue écrite dans lequel figurent seulement les cinq voyelles pures et quatre sons consonnes et dans lequel des orthographes diverses n’apparaissent que pour les consonnes et une des voyelles. De plus, seules une consonne et une voyelle sont présentées de deux couleurs différentes pour suggérer qu’un simple signe visuel peut servir à déclencher plus d’un son. Au premier abord, le contenu de ce tableau apparaît à de nombreux enseignants et apprenants comme étant trop limité pour être digne d’une attention sérieuse. Cependant, ceux d’entre nous qui travaillent avec des apprenants adolescents et adultes trouvent souvent que leurs élèves deviennent confus quand ils essayent de prononcer isolément ces cinq voyelles ou quand on leur demande d’inverser une suite de signes (“pot” > “top”) ou d’insérer un signe dans un mot pour le transformer en un autre (“pat” > “past”). Ce n’est pas qu’ils ne “connaissent pas ces mots simples (en fait, ils s’en servent quotidiennement). Mais ils n’ont pas conscience à l’intérieur d’eux-mêmes de la manière dont ils produisent les sons ni des mouvements internes nécessaires pour que ces sons soient ajoutés, insérés, substitués et inversés par ce que Gattegno appelait “le jeu des transformations”. Un travail patient sur l’activité de sentir les sons de l’intérieur et sur l’écoute de soi-même (et non sur la répétition comme un perroquet du modèle du professeur) est nécessaire pour que les élèves regagnent la flexibilité mentale et somatique qu’ils ont possédée en tant qu’apprenant d’une langue (leur langue maternelle) et pour qu’ils l’appliquent au décodage de mots. On pourrait décrire de nombreuses autres particularités de ces tableaux, comme par exemple la façon dont certaines caractéristiques de chaque langue - qui mènent souvent à des confusions - ont été placées côte à côte pour rendre perceptibles aux apprenants des distinctions fines. Mais ce qui est encore plus important à noter, c’est un autre aspect de la technologie qui justifie la revendication de Gattegno qu’une “langue entière” est contenue
  7. 7. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 7 sur 8   dans chaque ensemble de tableaux. Bien que ce qui est imprimé sur les tableaux soit nécessairement statique, cela devient dynamique par l’utilisation du pointeur et de gestes de mains par les élèves comme par le professeur. Par ces moyens chaque signe et chaque mot isolés de l’un quelconque des tableaux peut être “bougé” et “connecté” à n’importe quel autre. En vérité toute affirmation verbale qui peut être faite dans la langue cible peut donc être “pointée” sur les tableaux. Les écrits de Gattegno sur la lecture et l’écriture couvrent une richesse de sujets qui vont au delà de la portée de cet article. Ils incluent, à travers ses nombreux seuils, les extensions de la lecture et de l’écriture qui vont au delà du décodage et de l’encodage à l’intérieur des limites de la langue parlée d’un apprenant. En plus des tableaux, la Lecture en Couleurs utilise la technologie de l’impression en noir et blanc (livres, cahiers de travail, livrets, etc.) pour que les apprenants puissent utiliser la lecture et l’écriture comme instruments pour l’enrichissement du vocabulaire, pour l’expression créative et l’acquisition et la transmission du savoir par des textes. Les professeurs qui sont engagés dans cette approche non seulement travaillent avec leurs élèves pour qu’ils prennent conscience de leurs propres pouvoirs linguistiques mais ils travaillent aussi pour découvrir et exploiter un large éventail de fonctionnements mentaux et somatiques qui sont des soutiens essentiels pour l’acquisition de la lecture et de l’écriture comme par exemple : le pouvoir d’accentuer et d’ignorer à l’intérieur de ses perceptions ; la voix intérieure et l’imagerie ; l’imagerie du corps ; le questionnement ; l’auto-observation. Tout cela est approché par des exercices pratiques qui ne nécessitent ni explication ni consignes. La Lecture en Couleurs a été adoptée par des enseignants de lecture et d’écriture dans de nombreuses langues différentes et dans plusieurs pays, sur tous les continents sauf l’Antarctique. Elle est utilisée avec des enfants, des adolescents ou des adultes, par des professeurs qui enseignent à des lecteurs débutants aussi bien que par ceux qui sont responsables de classes de rattrapage ou de littérature, ou par d’autres encore qui ont en charge des classes dont l’objectif est l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans un but professionnel. Les professeurs qui sont restés engagés dans cette approche durant de nombreuses années la trouvent très efficace sur le plus large spectre d’apprenants. Mais la Lecture en Couleurs ne peut pas prétendre être devenue populaire dans aucun pays ni aucune langue. Cet état de chose est probablement dû à plusieurs facteurs : sa différence avec les autres approches ; les exigences de changement qu'elle demande aux professeurs pour se préparer ; l’absence presque totale de la Lecture en Couleurs des programmes de formation des enseignants durant les trente dernières années ; et des comptes rendus trompeurs et défavorables du travail de Gattegno dans la littérature professionnelle durant son existence. La Lecture en Couleurs est pratiquement inconnue de la plupart des savants, des innovateurs et des praticiens alors même qu’ils recherchent activement des solutions à la lecture et à l’écriture basées sur la technologie. Ceci est regrettable puisque Gattegno a développé une approche à la lecture et à l’écriture qui utilise une technologie abordable que chaque système éducatif du monde est capable d’acquérir et de mettre en œuvre. De plus, elle construit sur les pouvoirs universels des apprenants et les met au centre plutôt que d’y mettre la technologie. Il n’est que trop facile, spécialement pour les écoles et les systèmes éducatifs insuffisamment financés, de mettre l’accent sur les ressources qui leur manquent particulièrement dans le domaine de la technologie éducative et d'ignorer ce qu’ils ont : des élèves qui sont prêts à et capables d’apprendre si ce qui se fait dans la classe les respecte vraiment. Pour finir, il faut faire une brève mention de l’utilisation par Gattegno de “haute et intermédiaire technologie” pour l’utilisation avec la Lecture en Couleurs. Utilisant d’abord la vidéo puis l’ordinateur, Gattegno, vers la fin de sa vie, développa de nouveaux matériaux pour compléter les tableaux et le pointeur. A cause de leur rareté et de leur coût relativement plus élevé, ces bandes vidéo et disquettes d’ordinateur n’ont pas été largement utilisées par les
  8. 8. http://www.uneeducationpourdemain.org     Page 8 sur 8   professeurs déjà engagés dans l’approche. S’ils étaient correctement transférés sur CD ROM ou toute autre technologie actuelle, ces programmes pourraient être utilisés comme une alternative aux sortes “d’édumusement” mentionnés plus haut. Dans tous les cas, Caleb Gattegno a montré un chemin à suivre pour les autres éducateurs. Il a démontré que des technologies peuvent être inventées, pour l’acquisition et l’amélioration de la lecture et de l’écriture, qui respectent les pouvoirs des apprenants humains. Et il n’est ni nécessaire, ni souhaitable de prendre l’amusement comme modèle pour ce que pourrait et devrait être une véritable technologie humaine de l’apprentissage. Bibliographie Bill Bernhardt. “Technology that Takes the Learner into Account”. La Science de L’Education en Questions 4 (1990), 19-20 Bill Bernhardt and Rose Ortiz. “Isolating Consonants : Lifelong Impediment to Reading”. Journal of College Reading 1 (1994), 21-26 Caleb Gattegno. The Common Sense of Teaching Reading and Writing. New York, Educational Solutions, 1985 Caleb Gattegno. “The Problem of Reading is Solved”. Harvard Educational Review 40 (1970), 283-286 Caleb Gattegno. Teaching Reading with Words in Color. New York : Educational Solutions, 1967 Caleb Gattegno and Dorothea Hinman. Words in Color — The Morphologico-Algebraic Approach to Teaching Reading. In The Disabled Reader : Education of the Dyslexic Child. Ed. John Money. Baltimore, Maryland : The Johns Hopkins Press, 1966, Ch. 11. © William Bernhardt The College of Staten Island

×