Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

0

Partager

Télécharger pour lire hors ligne

Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020

Télécharger pour lire hors ligne

Revue Papier#2 de l'Innovatoire, source d'inspiration de l'univers des salons et événements.

Livres associés

Gratuit avec un essai de 30 jours de Scribd

Tout voir
  • Soyez le premier à aimer ceci

Innovatoire - revue papier#2 - dynamique de communautes - edition 2020

  1. 1. l l I IL s V W J FF- Y l l z I L sV W J OFF P PP - Dynamique de communautés #2
  2. 2. 2 www.linnovatoire.fr - 2020 L’Innovatoire, une dynamique enclenchée La filière de l’Evénement est percutée par les mutations profondes à l’œuvre dans nos sociétés : évolution des comportements d’achat et exigences citoyennes des consommateurs, enjeux vitaux de durabilité de nos processus de production, climat de défiance vis-à-vis des acteurs traditionnels, politiques comme médiatiques, omniprésence du digital dans les champs de la sphère publique et privée, compétition entre des opérateurs d’un même secteur et de nouveaux entrants,… L’Evénement, quelle que soit sa forme, et s’il est perçu aujourd’hui comme un outil de business et communication, n’est pas suffisamment appréhendé comme un levier global de transformation des individus, entreprises, filières, territoires et donc plus largement de la Société. Et pourtant, son ambition est d’être a minima le reflet d’une époque qui s’interroge sur ses modèles ; de manière plus ambitieuse d’être l’incubateur des idées et pratiques de demain. De la COP21 au Women’s Forum pour porter la cause des femmes, en passant par la MerXXL pour sensibiliser aux enjeux de préservation du monde marin, les événements ont cette puissance collective créatrice par le rassemblement d’énergies individuelles. L’Innovatoire, plateforme d’inspiration dédiée à l’univers des Salons et Evénements, existe pour traiter ces sujets au travers de publications produites (près d’une quarantaine à ce jour) par des personnalités venues de tous horizons. Outil d’apprentissage par son contenu intellectuel et pratique, plateforme du rayonnement de la filière et sa richesse produite, espace de partage entre individus en quête de rencontre et discussion, sont autant de marqueurs qui positionnent l’Innovatoire. Son année 2020 ? Continuer de construire des ponts avec le monde de l’enseignement supérieur, de dialoguer avec d’autres expertises techniques, artistiques, économiques, de l’entertainment et du tourisme, traiter des nouveaux mots clés de nos métiers comme ceux d’hybridation, expérience, émotion, contenu, user experience ; encore de s’incarner ponctuellement en rencontre physique… En définitive, notre ambition est que l’Innovatoire s’affirme, par cette mise en connexion des savoirs, comme le territoire de nouveaux concepts et pratiques au service des acteurs qui font l’Evénement, donc la Société. Le Comité Editorial de l’Innovatoire Un pont entre aujourd’hui et demain, entre la théorie et la pratique Unimev, ses partenaires et toutes les forces engagées de notre profession de l’événement, ont à cœur d’agir concrètement. Alors, pour accompagner durablement nos entreprises dans leur transformation, nous avons investi sur d’importants projets : L’Innovatoire donc, mais aussi les Académies de formation d’Unimev et du Leads pour que nos professionnels acquièrent de nouvelles compétences, French Event Booster, la plateforme d’incubation de startups située à Paris Expo Porte de Versailles ou encore Cleo le Calculateur, pour aller plus loin dans l’analyse datas des retombées des événements. En 2020, la livraison des travaux du Professorship VIPARIS-ESCP-UNIMEV, sur le marketing expérientiel, viendra compléter cette architecture de services. Créer des vocations, générer de l’intelligence nouvelle, prouver notre valeur, intégrer les enjeux sociétaux et environnementaux cruciaux… composent la ligne directrice de notre Union qui se veut être un acteur prospectif au service de notre filière et avenir. Olivier Roux , Président d’Unimev Fabrice Laborde , Président de CREALIANS & VP d’Unimev référent à l’innovation Le mot des Présidents
  3. 3. 3www.linnovatoire.fr - 2020 Les salons détiennent une fonction centrale qui est, avant tout, une fonction de socialisation. Ils sont ainsi vecteurs mais également producteurs d’échanges, qui sont la manifestation d’une appartenance collective. Ils produisent des émotions et souvenirs qui viendront enrichir le passé commun d’individus, les lier et créer une promesse d’avenir. Alors, comment le salon peut-il être réellement fédérateur de communautés, concilier les antagonismes, faire converger les expertises et valeurs individuelles pour le bien commun ? Dynamique de communautés Sommaire • Le Comité Éditorial de L’Innovatoire........................................................p.4 • Un contenu organisé en thèmes et approches.....................................p.5 • Les articles.............................................................................................p.6-16 - Décloisonner les mondes et communautés - Rencontre avec Renaud Barillet - Donner du pep’s à votre événement en organisant des compétitions - La force des réseaux sociaux virtuels pour provoquer la rencontre dans le réel - Volet 1 - La compétition sportive et l’objet Salon : - cristalliser l’adversité ou souder une communauté ? • D’autres publications et contributeurs à découvrir sur l’Innovatoire....p.18 • L’Innovatoire en chiffres..........................................................................p.19 • L’Innovatoire explore de nouveaux horizons…...........................p.20-21 • L’Innovatoire, elles le résument mieux que nous...............................p.22 • Une dynamique (toujours plus) collaborative....................................p.23 Thème de la revue papier #2
  4. 4. 4 www.linnovatoire.fr - 2020 Le Comité Éditorial de L’Innovatoire L’Innovatoire est une plateforme de contenu prospectif qui valorise des expertises et visions diverses. Dix personnalités, réunies au sein d’un Comité Editorial, sont garantes de la qualité des thèmes et publications proposés au lecteur. CLAUDIE LE SOUDER Directrice de la Communication Première Vision EDITH KELLER Présidente Carlin Creative Trend Bureau MILENA LEVENT Directrice Pôle Salons et Développement HSC ANTOINE ALLARD Directeur de la Communication Cap Digital PIERRE BARBE Directeur Associé Whispering Agency FRANÇOIS BELFORT Directeur Général Syndicat National des Antiquaires OLIVIER DUMONT Directeur Agence DD JEANNE CHOFFÉ Responsable de l’incubateur French Event Booster MARIE CHAZALON Directrice générale adjointe Technistyle 4 FRANTZ STEINBACH Entrepreneur Culturel
  5. 5. 5www.linnovatoire.fr - 2020 Un contenu organisé en thèmes et approches 2 publications inspirantes par mois Des thèmes alimentés régulièrement… Le salon ou l’esthétique du moment Dynamique de communautés Le salon, acteur citoyen et créateur d’engagement ? Le salon, nouvel objet médiatique ? Le salon, objet et outil de créativité ? … traités aux travers d’approches originales ! Interactions (par l’individu)Espaces (par le design) Tendances (par les nouveautés) Grands témoins (par le contrepied) Métiers (par la vision du professionnel) Miroir (par la comparaison)
  6. 6. 6 www.linnovatoire.fr - 2020 R.LeF : Pas exactement… L’objectif de la Bellevilloise est d’ouvrir le champ des possibles, décloisonner les mondes. Les projets sont intéressants car on essaye d’habiter des lieux où l’architecture est incroyable, et d’y faire une offre de proposition. Tout part de l’architecture, du patrimoine architectural qu’on investit, où l’on casse les codes. La mission de la Bellevilloise est atypique, votre but c’est de rassembler des communautés ? DÉCLOISONNER LES MONDES ET COMMUNAUTÉS - RENCONTRE AVEC RENAUD BARILLET Nous avons rencontré Renaud Barillet (R.B), directeur général associé de la Bellevilloise, lieu culturel et nocturne iconique, et Robin Le Floch (R.LeF), 24 ans, formé à l’École EAC Paris et depuis deux ans chargé de communication à la Bellevilloise. Ils nous parlent de la notion de communauté et de leur volonté de « décloisonner les mondes » et de faire de cet endroit un lieu d’interactions qui sort des cadres conventionnels. APPROCHE GRANDS TÉMOINS Interview réalisée par Daphné BÉDINADÉ R.LeF : Pour nous c’est un ensemble de personnes qui partagentdesvaleursmaiscettedéfinitionestrestrictive, le lieu peut aussi être un référent commun. Beaucoup de salles mettent en avant un type de clientèle particulier, mais pour nous c’est trop restrictif, on se différencie par une programmation différente. On ne segmente pas la clientèle, notre objectif est de décloisonner les pratiques, l’idée étant de faire découvrir d’autres choses, on refuse de cibler la communication. R.B : On essaye de s’abstraire de la question des communautés. Une des notions de la communauté c’est le cloisonnement. Tout notre travail est de favoriser les interactions entre les tribus, entre les pratiques dont on prétend qu’elles ne répondent pas aux mêmes codes. Ce n’est pas faux, mais la réalité n’est pas aussi schématique. Dans le cadre de « Réinventer Paris », on croise plein de gens différents, des architectes, des politiques, des acteurs de l’immobilier, entre autres. Cela nous amène à réfléchir à comment, ensemble, on arrive à faire passer les mêmes messages à nos différents publics, avec quelle unité de lieu… Notre public est très hétéroclite, le fait qu’il soit curieux est peut-être la seule chose qui les rassemble. Quelle est votre définition de la communauté ? Comment crée-t-on une communauté ? Article enexclusivité
  7. 7. 7www.linnovatoire.fr - 2020 Quelle est votre « griffe » différenciatrice ? R.LeF : On a fait un travail important sur notre identité, notre singularité. La touche se ressent dans l’expérience que l’on propose lors de nos événements. On n’est pas une machine de l’événementiel, ça commence par une rencontre avec l’organisateur et si le feeling passe on continue, il y a aussi une fibre affective qui se produit entre l’organisateur et la personne. Concernant notre rapport aux habitants du quartier, il faut que chaque personne puisse passer dans la rue, voir de la lumière et avoir envie de venir ; qu’elle sente que c’est possible de passer la porte et que ce n’est pas un lieu ou événement fermé sur lui-même. Quelle est la promesse que ce lieu véhicule à sa clientèle ? R. B : Le sentiment d’appartenance, l’aspect tribal dans les modes de sortie, c’est la vie et c’est l’humain. Le lieu répond à une fonction vitale, ça sert la fonction d’abriter, d’être ému, de se reconnaître, de se rassurer. Notre métier, entre autres, c’est de créer des endroits où l’on se sente bien. L’endroit doit raconter des histoires, doit stimuler l’imaginaire et faire rêver. Au fur et à mesure de l’Histoire, on a perdu le côté populaire et on est passé à un cloisonnement des lieux. Il ne reste plus beaucoup de lieux qui permettent de mélanger des pratiques  ; c’est un enjeu qui reste intéressant pour nous, on s’intéresse au principe du Lobby du Grand Hôtel. Un principe qui suit la logique du complexe (hôtelier, sportif …), qui réunit dans un même espace plusieurs fonctionnalités. Tout notre travail est de favoriser les interactions entre les tribus, entre les pratiques dont on prétend qu’elles ne répondent pas aux mêmes codes Quels sont les défis de la Bellevilloise ? R.LeF : Le défi, il y a 10 ans, était que La Belleviloise se trouvait très excentrée par rapport aux flux du centre de Paris. Le défi était de faire venir les gens. Aujourd’hui le défi est de poursuivre le décloisonnement. On ne veut pas aller dans la facilité de ce qu’on sait déjà faire mais toujours repousser nos limites et notre zone d’inconfort. On sait que les concerts de musique urbaine fonctionnent bien mais on essaye aussi d’associer au lieu des événements populaires, des événements politiques. Le défi est de conserver cette programmation globale. Finalement, le gros défi c’est de « rester accessible tout en étant pointu sur ce que l’on diffuse et accueille ». Ce challenge est largement récompensé par l’appétit de notre public.
  8. 8. 8 www.linnovatoire.fr - 2020 à propos de l’auteur Renaud BARILLET La Bellevilloise Renaud Barillet, 45 ans, très impliqué dans les années 1990 dans de nombreux projets et associations humanistes et artistiques. Il commence sa carrière dans la production de spectacle vivant. Il fait ensuite revivre, dans les années 2000, La Bellevilloise et lance de nombreux projetsdelieuxculturelsparlasuite,telsqueLaRotonde, La Petite Halle (Villette), Totem (Carré Sénart), Dock B (Pantin) ou encore Poinson (Paris 14ème ). R.LeF : J’ai l’image du Salon Post-bac en tête, c’est-à-dire une vision très utilitaire. Je m’y rends soit dans un but de découvrir, soit effectivement pour répondre à une demande précise. Je suis rarement allé au Salon comme je vais au Musée, ce n’est pas un loisir, ni un hobby, c’est parce que ça m’est utile. R.B : C’est vrai que les Salons sont souvent des espaces trèscloisonnés.Onyvaquandonaunobjectif:jesouhaite voir tel sujet ou rencontrer telle sorte d’expertise. Est- ce que ce sont des espace-temps auxquels il manque quelque chose ? Je suis un peu fanatique du Salon quand j’y vais, je rentre dans ma bulle et je veux être tranquille quand je visite les salons comme Maison & Objets ou encore le Salon Nautic. L’univers de la Déco me passionne et je suis très content de voir des pavillons nouveaux ou des intermédiaires qui interconnectent. Pourtant, je trouve souvent dramatique l’offre de restauration, c’est assez fou que les sites n’aient pas su installer une vraie expérience pour que l’on s’y sente bien. J’ai des amis qui travaillent sur des gros salons et les exposants ont hâte d’en finir, ils vivent un calvaire pendant 5 jours alors qu’on est sur une expérience de plaisir. Comment les soulager ? On a une pratique des petits Salons chez nous à La Bellevilloise car on accueille des événements à «  taille humaine  » comme le Salon du Violon, de l’Accordéon, Salon de la Guitare, Grand Salon d’Art Adorable, ou le 1er OFF de la FIAC. Et on a toujours cherché à prolonger ces derniers en soirée, on organise des concerts à l’intérieur d’un événement, une sortie de mise en abîme. Certains prennent leur ticket pour l’expérience et viennent dans ce type de Salons comme au musée. Quelle est votre vision actuelle du salon ? La valeur ajoutée qu’on ne peut pas avoir en ligne, c’est le conseil, l’échange, les conférences en plus. Il y a des types d’échanges variés, il y a du contenu annexe. Cependant, aujourd’hui, dans l’expérience physique, il existe une rupture entre les participants et ce qui se passe dans les villes en question. On constate qu’il y a très peu de connexion entre la villeetlesévénements.Lesfaiseursd’offresetdecontenusqui composent l’expérience « hors lieu de l’événement » devraient être mieux considérés car ils sont vecteurs de business et de valeurs économiques, intellectuelles et humaines. Interview réalisée par Daphné BÉDINADÉ Les salons sont sujets à de nombreuses mutations, et se font notamment challenger par les Market Places en ligne. Qu’en pensez-vous ?
  9. 9. 9www.linnovatoire.fr - 2020 Salon, congrès, convention, marché, festival... tous relèvent un défi particulier : celui de séduire des communautés au point de les engager à se déplacer physiquement. Une tendance (du latin tendo  : tendre, étendre, déployer) c’est avant tout donner une direction qui va inciter quelqu’un à prendre telle disposition ou avoir tel comportement. APPROCHE TENDANCES Les compétitions inter-événement : des moments très attendus des communautés « Nous attendons beaucoup de personnes pour le championnat national de « Just Dance », chaque année nous sommes les organisateurs des compétitions pour la vidéo animée. Ça fait déplacer nos fans jusqu’à Villepinte », me confie un exposant avec un stand rempli de mini-dancefloors connectés de 2m2 . Le point commun entre les geeks de Japan expo, les start-up de la French Tech et les amoureux du cinéma ? Les croix rouges marquées dans leur agenda pour se déplacer à leurs événements préférés. Japan Expo, VivaTech, Le Marché du Film, tous organisent, sous une forme ou une autre, des compétitions internes à leurs événements pour leur communauté. DONNER DU PEP’S À VOTRE ÉVÉNEMENT EN ORGANISANT DES COMPÉTITIONS Article enexclusivité par Claire Glémau Alors quels sont les derniers concepts à succès que nous avons observés et repérés dans différents événements dernièrement ? Quels sont les formats de compétition que les organisateurs mettent en place pour draguer leurs communautés ? Comment s’en inspirer ?
  10. 10. 10 www.linnovatoire.fr - 2020 à propos de l’auteur CLAIRE GLÉMAU The Boson Project Avec son profil sciences humaines et business, Claire met à profit sa double formation sciences humaines et business pour aider les managers et les leaders à développer des clés de compréhension dans des contextes complexes grâce au croisement des disciplines. Tout l’art réside à ensuite choisir le bon contenu qui fera mouche sur la communauté visée et aura un effet ricochet sur l’écosystème entier ... les FANS récompenser les personnalités les plus engagées sur une échelle internationale. Tel est l’objectif que se donne par exemple Japan Expo en organisant deux à trois compétitions par jour surtout lors du pic d’affluence le samedi. Chaque année, la fameuse compétition internationale de Cosplay où des équipes venues des 4 coins de l’Europe - de Belgique, du Danemark, de Roumanie - fait salle comble. La mise en scène et mise en compétition de la communauté, qui devient le point d’orgue de l’événement, est un bon moyen pour impliquer toutes les parties prenantes. ... l’ÉCOSYSTÈME détecter des nouvelles pépites et les transformer en influence. C’estbiencequ’aréussiàfaireVIVATECHavecl’auraquel’événementaréussiàdévelopper avec l’organisation de différents concours, comme l’Innovative Event Challenge, véritables tremplins à start-ups. Organiser la compétition de l’innovation intelligente, qui sera expérimentée et valorisée durant l’événement, devient un rituel fort en valeur pour tous les acteurs (l’organisateur comme la startup et les publics). ... les PROFESSIONNELS le Marché du Film a aussi ses propres concours sur site. Chaque année le Cinando Best Seller Contest Award, organisé par un des exposants du salon, récompense le meilleur pitch et le meilleur vendeur. En 2018, c’est Clémence Lavigne, une des professionnelles du salon, qui est repartie avec sa statuette. Au-delà, la cérémonie et reconnaissance d’une filière envers une personnalité issue de ses rangs à valeur de label. L’art de la mise en scène d’une compétition ? Les Romains dans l’Antiquité avaient bien compris la puissance symbolique de leurs jeux pour faire déplacer les masses, séduire les foules et les fédérer. Tout l’art réside à ensuite choisir le bon contenu qui fera mouche sur la communauté visée et aura un effet ricochet sur l’écosystème entier.
  11. 11. 11www.linnovatoire.fr - 2020 Dans ce contexte où les professionnels sont contraints par la pression du temps, du budget et du ROI, comment la technologie influence-t-elle, voire transforme-t-elle, les attente des clients et leurs relations lors d’événements B2B ? Dans ce contexte où les professionnels sont contraints par la pression du temps, du budget et du ROI, comment la technologie influence-t-elle, voire transforme-t- elle les attentes des clients et leurs relations lors d’événements B2B ? Dans ces trois volets, nous allons considérer la technologie dans sa capacité à redéfinir les relations humaines et son impact sur le face-à-face dans l’événementiel B2B au travers des interactions sociales sur les réseaux sociaux, de l’engagement des audiences par l’expérience et de la recommandation poussée par le machine learning. La quête du match « parfait » va-t-elle conduire à une hiérarchisation de la rencontre ? La série Black Mirror a permis de nous familiariser avec le social scoring (ou système de notation des interactions sociales), une sorte de NPS (Net Promoter Score) qui permettrait aux participants aux événements de se noter entre eux et la qualité de leurs interactions – un outil indiscutable pour garantir le plus haut niveau de la rencontre. Une vision inquiétante du futur de l’événement B2B mais plausible si l’on considère que l’on utilise déjà le social scoring dans notre vie quotidienne, pour utiliser des moyens de transport ou d’hébergement par exemple. Je crois davantage au moyen d’exploiter la technologie pour renforcer l’humain plutôt que de diviser, en commençant par exemple par exploiter la force des réseaux virtuels pour provoquer la rencontre dans le réel. Dans un monde ultra connecté, le réseau est Roi. Les réseaux sociaux ou plateformes sociales fonctionnent comme des agrégateurs de communauté, des vecteurs de mise en relation, des provocateurs de rencontres dans le réel… n’est-ce pas la raison d’être de l’événement B2B ? LA FORCE DES RÉSEAUX SOCIAUX VIRTUELS POUR PROVOQUER LA RENCONTRE DANS LE RÉEL - VOLET 1 APPROCHE TENDANCES par Julie Léchenault Faisant face à une économie à la fois fragmentée et globalisée, à une accélération des progrès technologiques et à une dictature de la vélocité, les professionnels doivent répondre chaque jour à des attentes toujours plus exigeantes. Ces professionnels ont aujourd’hui accès à une variété de choix : • Une offre croissante d’événements • Des réseaux sociaux professionnels en expansion • De multiples possibilités d’accès à des contenus en ligne gratuits • De nouveaux outils virtuels pour effectuer des transactions sur le modèle des marketplaces ou des salons virtuels Volets 2 et 3accessibles surlinnovatoire.fr
  12. 12. 12 www.linnovatoire.fr - 2020 Et si on brisait la glace ? It’s a match Les réseaux sociaux exacerbent l’importance de la dynamique de réseau : • Ils facilitent la prise de contact avec des personnes inconnues • Ils donnent de la visibilité aux personnes et leur permettent de façonner leur image • Ils offrent un retour direct, quasi immédiat • Ils permettent de créer des communautés par intérêts communs La culture du match s’étend au monde professionnel avec l’apparition d’une nouvelle forme de dating. Ces nouvelles applications (Swapcard, Grip…) permettent de pousser des profils auxquels il suffit juste de répondre par oui ou par non en balayant l’écran vers la gauche… ou vers la droite. À l’instar des applications de dating traditionnelles, elles ont pour objectif de favoriser la rencontre IRL (In Real Life). D’ailleurs des applications comme Tinder et Bumble ou le créateur d’Attractive World ont vu le potentiel du marché de la rencontre professionnelle en développant des applications ou des partenariats dédiés. Certains événements choisissent de développer leur propre outil « maison » de matchmaking pour mieux connaitre les besoins de leurs clients et contrôler la data. En s’inspirant de LinkedIn, le réseau social professionnel par excellence (avec son demi-milliard d’utilisateurs), l’événement B2B a un rôle à jouer pour devenir une plateforme de rencontres et d’échanges 365 jours par an pour justifier davantage la rencontre dans le réel lors d’un événement physique à un instant T. Véritable extension de l’événement, l’enjeu d’une telle plateforme est de devenir une référence en terme de « lieu de convergence entre l’information, la communication, le savoir et la sociabilité ». [1] Le succès de l’événement pourrait être mesuré en analysant la qualité des interactions sur la plateforme et ainsi développer de nouvelles sources de monétisation La « plateformisation » de l’événement passe par une meilleure connaissance de l’audience, de ses besoins, de son activité et de ses relations pour mieux réutiliser cette data pour donner une valeur ajoutée à l’événement. Elle permet de dépasser les barrières de l’espace et du temps et de favoriser l’accessibilité. Le challenge réside dans l’expérience utilisateur, la qualité et l’attrait de l’interface, pour inciter à un engagement régulier et devenir indispensable comme n’importe quelle autre application. Le succès de l’événement pourrait être mesuré en analysant la qualité des interactions sur la plateforme et ainsi développer de nouvelles sources de monétisation. On assiste à une hybridation des mondes virtuels et réels, les deux se nourrissant l’un l’autre. Le face-à-face a l’hégémonie dans la vie sociale. Le match doit pouvoir conditionner la rencontre dans le réel.
  13. 13. 13www.linnovatoire.fr - 2020 à propos de l’auteur JULIE LÉCHENAULT Reed MIDEM Julie Léchenault est aujourd’hui Responsable de la Stratégie Éditoriale de MIP Markets, premiers marchés internationaux B2B de contenus audiovisuels opérés par Reed MIDEM. Elle a collaboré au développement de plusieurs événements stratégiques visant à mettre en relation les professionnels de l’industrie TV internationale. Julie se passionne pour les évolutions technologiquesetleurinfluencesurlesrelationshumaines. Elle a réalisé en 2017 une thèse professionnelle sur l’impact de la technologie sur le « face à face » dans l’événementiel B2B dont sont extraits cette série de 3 articles. La rencontre dans le réel est une forme de récompense et un gage d’authenticité. Le challenge pour les professionnels de l’évènementiel B2B est de transformer ces mises en relation en business. Il s’agit donc de développer des algorithmes pour pousser des profils susceptibles de « matcher » les personnes entre elles, tout en étant capables de dépasser la dimension ludique de ce type d’application. Pour ce faire, il faut atteindre une masse critique d’utilisateurs et que ceux-ci fassent preuve d’une certaine ouverture d’esprit dans ce mode de rencontre pour laisser la place à des matchs moins évidents. Egalement de rassembler des communautés autour de problématiques communes, en intégrant des profils différents mais utiles pour le développement de ces communautés. Sur le modèle de l’application de dating professionnel Shapr qui limite le nombre de connexions possibles à 50 pour garantir la rencontre dans le réel, les organisateurs d’événements ont aussi intérêt à proposer des modes de rencontre physiques plus restreints autour d’une déclinaison d’événements à taille humaine lors de l’événement global ou à d’autres moments de l’année. Cela permet de redonner du contexte à ces rencontres et de véritables opportunités de faire ces rencontres. Les rencontres IRL, boostées par les réseaux virtuels, conduisent à une réflexion sur une nouvelle mesure du ROI de participation à un événement: quelle valeur donner à la relation par rapport à la transaction ? Ces relations 360° nous conduiront dans le prochain volet vers des expériences immersives combinées à la présence physique aux événements. La rencontre dans le réel est une forme de récompense et un gage d’authenticité [1] Machine Leaning = système d’intelligence artificielle dans lequel l’apprentissage est dit « non supervisé ». Les algorithmes apprennent par entrainement et s’améliorent seuls à mesure qu’ils traitent de larges volumes de données. [2] Black Mirror = Série anthologique d’anticipation dont la 3e saison à laquelle les articles font référence ont connu un franc succès sur la plateforme Netflix. Elle interroge sur les conséquences de la technologie sur la nature humaine dans un futur très proche de notre réalité. [3] NPS = Net Promoter Score. Indicateur de la propension de recommandation d’un produit ou service par ses utilisateurs. [4]Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique (La Librairie du XXIe Siècle, Seuil, 2011), p.17. Extrait du mémoire professionnel : Léchenault Julie, “Reshaping Human Connections at B2B Events – How Does Technology Impact Face-to-Face ?” (CB Executive by MediaSchool, 11 Décembre 2017).
  14. 14. 14 www.linnovatoire.fr - 2020 Dans n’importe quel sport, que ce soit en athlétisme ou en football, la compétition sportive est l’expression du meilleur niveau de ses participants à une date donnée. Le rôle de l’adversité est primordial car il s’agit non seulement d’être à son meilleur niveau, mais aussi de se mesurer aux autres. De la même façon, dans le cas du salon, l’ensemble des professionnels d’un secteur sont souvent présents et sont concurrents directs ou indirects. Ils se retrouvent sur un événement pour exposer leurs offres aux visiteurs et clients potentiels. Si l’on visite Paris Games Week, on peut mesurer ce qui se fait de mieux dans le monde des jeux-vidéo. Si l’on va aux Jeux Olympiques, on peut observer ce que les meilleurs athlètes sont capables de produire dans leur sport. Dans un cas comme dans l’autre, bien que l’adversité soit exacerbée, cette dernière permet à toute une communauté de présenter le meilleur d’elle-même. Très naturellement, les vainqueurs et les perdants, les leaders ou les suiveurs, se dégagent et déterminent la valeur de référence dans un sport ou un secteur d’activité. Mécaniquement, cela va stimuler tous les membres de la communauté. « Si je rencontre quelqu’un de meilleur que moi, comment réagir pour ne pas me faire distancer ? » C’est précisément de cette réaction que naît une émulation qui tire vers le haut un groupe de nageurs ou de constructeurs automobiles. Dès lors, l’enjeu principal pour un salon ou une compétition, c’est de pouvoir présenter les meilleurs acteurs et insuffler le plus de vitalité possible à la communauté. Réussir à présenter un niveau de référence le plus élevé possible sur une compétition ou un salon, c’est donc être crédible pour l’ensemble de cette communauté et en devenir le maillon structurant. LA COMPÉTITION SPORTIVE ET L’OBJET SALON : CRISTALLISER L’ADVERSITÉ OU SOUDER UNE COMMUNAUTÉ ? APPROCHE MIROIR par Thomas Lacroix L’enjeu principal pour un salon ou une compétition, c’est de pouvoir présenter les meilleurs acteurs et insuffler le plus de vitalité possible à la communauté
  15. 15. 15www.linnovatoire.fr - 2020 Un point de rencontre entre passion et intérêts communs qui crée des opportunités Le salon et la compétition sportive, ce n’est pas simplement le moyen de faire se rencontrer des concurrents, c’est surtout le point de rencontre entre des gens qui ont les mêmes passions, les mêmes rêves, et qui rencontrent les mêmes difficultés au quotidien. C’est à l’occasion de ces événements que l’on peut rencontrer de nouvelles personnes et nouer des relations qui peuvent souvent mener à l’entraide et la collaboration. Dans le sport, prenons l’exemple des meilleurs kayakistes internationaux en course en ligne. Tous les ans, pendant la préparation hivernale où le froid rend difficile l’entrainement en Europe, les six meilleurs mondiaux se retrouvent systématiquement en Floride, pour s’entrainer ensemble. Tous ces sportifs s’entrainent pour remporter le titre de champion du monde, alors pourquoi s’entrainent-ils ensemble ? Parce qu’à ce niveau de la compétition, il est très difficile de trouver des adversaires à leur portée et qu’une entraide est bénéfique pour tout le monde. D’une rivalité, naît un partage de connaissance mais aussi une collaboration au service de la performance. Peut-être n’est-ce pas un hasard si les six meilleurs sont précisément ceux qui s’entrainent ensemble tous les ans ? Dans le cas du salon, on peut observer exactement le même phénomène. Aller à la rencontre de concurrents directs ou indirect amène des individus à prendre conscience qu’ils partagent les mêmes passions et les mêmes difficultés. Si le salon facilite la rencontre exposants-clients, il peut aussi permettre la naissance de synergies bâties sur des complémentarités, mais aussi d’alliances autour d’objectifs communs. D’une rivalité, naît un partage de connaissance mais aussi une collaboration au service de la performance L’enjeu pour un salon comme une compétition sportive est de réussir à créer un cadre propice à la bonne entente et l’émulation d’une communauté pour permettre de tisser des relations solides. Il semble évident que mettre directement face à face des concurrents est à éviter dans la mesure du possible, mais la question du choix du lieu rentre aussi en jeu. S’échauffer dans un tout petit gymnase bondé avant une épreuve de gymnastique ne créera pas le même type de rencontre que si chacun avait eu un espace bien défini et régulé par l’organisateur. De même, sur un salon, créer un espace d’exposition qui donne de la liberté aux exposants et leur permet aussi de ne pas s’affronter trop frontalement peut avoir un impact décisif sur l’atmosphère générale du salon, l’expérience visiteur, et in fine, l’atteinte ou non des objectifs de vente et de promotion de chacun.
  16. 16. 16 www.linnovatoire.fr - 2020 à propos de l’auteur THOMAS LACROIX Sciences Po Thomas Lacroix est étudiant en deuxième année de Master en Marketing et Études à Sciences Po. Après avoir été sportif de haut niveau en kayak de course en ligne pendant 6 ans en parallèle de ses études à Sciences Po, il a travaillé pendant deux ans au Comité International Olympique. Cette expérience lui a permis d’approcher de près les enjeux des événements sportifs, puisqu’il a été impliqué dans un projet de réforme des Jeux Olympiques de la Jeunesse. Sa passion pour le sport l’amène aujourd’hui à explorer ce secteur sous un autre angle, puisqu’il est aujourd’hui assistant chef de produit pour la marque Salomon. Le salon et la compétition, un cadre qui fixe les limites d’une communauté Participer ou non à une compétition ou à un salon, c’est décider d’adhérer ou non à un réseau et une communauté. Participer, c’est rejoindre un écosystème dont les limites sont fixées par l’organisateur. Le rôle du salon ou de la compétition est de fixer les limites de ce cadre. C’est alors qu’entre en jeu le rôle de la sélectivité. Tous les acteurs de la communauté peuvent-ils être présents ? Faut-il les sélectionner ? Il faut trouver le juste équilibre entre ouverture et sélectivité pour motiver un public large, sans pour autant détériorer l’expérience avec des « passagers clandestins », qui ne sont pas au niveau. Une fois les exposants choisis, l’idéal est d’offrir un terrain neutre aux participants pour pouvoir s’exprimer. Bien que dans le cas du salon, les moyens alloués à la location d’un espace sont différents d’un exposant à l’autre, il est essentiel que chacun puisse bénéficier de bonnes conditions. Chacun arrive avec des moyens différents, mais tout le monde doit pouvoir être en mesure de délivrer ses messages. Ce mode de fonctionnement est particulièrement important sur le long terme car il évite tout favoritisme et permet de protéger la gouvernance d’ingérences d’acteurs qui risqueraient de devenir encombrants. L’organisateur d’un tournoi de tennis ne peut pas se permettre de devoir changer son programme à cause des caprices d’une star. De même, un exposant automobile ne peut pas demander à décider du programme de l’ensemble du salon sous prétexte qu’il paie son espace très cher. L’organisateur se doit d’être souple, mais pour dominer son secteur, il doit garder le contrôle des règles du jeu : déterminer qui peut être présent, ou non, et dans quelles conditions. La question reste de savoir jusqu’où il est possible d’aller tout en restant viable économiquement. Il faut trouver le juste équilibre entre ouverture et sélectivité pour motiver un public large, sans pour autant détériorer l’expérience avec des « passagers clandestins », qui ne sont pas au niveau
  17. 17. www.linnovatoire.fr/newsletter/ l’innovatoire @linnovatoire Incitez vos équipes et confrères à suivre L’Innovatoire
  18. 18. 18 www.linnovatoire.fr - 202018 Vous souhaitez entrer en contact avec nos contributeurs pour un projet spécifique ? Retrouvez les ici : https://www.linnovatoire.fr/les-contributeurs/ Vous souhaitez rédiger une publication sur un sujet spécifique ? Retrouvez notre Kit du Contributeur : https://www.linnovatoire.fr/soumettre-un-article/ L’Atelier des Lumières, un parcours immersif pour des visiteurs contemplatifs Michael Couzigou, Directeur de L’Atelier des Lumières, à Paris. Thème et approche : Le salon, objet et outil de créativité, Grands témoins Selon Michael Couzigou, laisser place à la déambulation, créer des univers attrayants et encourager l’échange sont les données primordiales d’un événement réussi. Meeting Design ou Comment faire changer les mentalités dans l’événementiel Vincent Roux, Directeur France d’Event Design Collective. Thème et approche : Le salon, objet et outil de créativité, Tendances Vous êtes-vous déjà demandé si vos événements avaient réellement de l’impact ? Vincent Roux ouvre une réflexion autour des nouvelles mentalités dans l’événementiel en questionnant la façon de construire un événement, et surtout de le rendre impactant ! L’épopée créative et artistique de Jean-Charles de Castelbajac Jean-Charles de Castelbajac, Créateur de mode, artiste et designer. Thème et approche : Le salon ou l’esthétique du moment, Grands témoins Entre histoire, rencontre, voyage et décloisonnement, découvrez comment l’artiste a imaginé ses plus belles créations, comment il travaille sa créativité au quotidien et ce qu’il a à dire aux professionnels de l’événementiel ! La prise de position des salons Daphné Bédinadé, Doctorante au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique. Thème et approche : Le salon, nouvel objet médiatique, Interactions Le salon est une entité détenant une existence et une identité propre qui ont longtemps été effacées au profit de l’identité professionnelle du secteur en question. Mais finalement, le salon n’aurait-il pas une âme ? D’autres publications et contributeurs à découvrir sur l’Innovatoire
  19. 19. 19www.linnovatoire.fr - 2020 L’Innovatoire en chiffres Période juin 2018 - décembre 2019 1 000 connexions mensuelles sur le site 47 publications 1643 abonnés (Newsletter, Twitter et LinkedIn) 11 700 lectures des publications au total * Statistiques LinkedIn des lecteurs ont moins de 35 ans60% sont des femmes65% sont des fonctions commerciales*27% sont des fonctions gestion de projets et opération*25% sont des fonctions marketing & communication*22%
  20. 20. 20 www.linnovatoire.fr - 2020 L’Innovatoire, explore de nouveaux horizons… Des synergies naissantes avec le milieu étudiants… Un challenge créatif avec le DN MADE (Bac +2) de l’ENSAAMA – Olivier de Serres (sept 19) Un concours d’écriture avec le Master 2 Master de Sciences Po Paris (nov 19) Une série de podcast avec le Master 2 de l’EFAP Paris (fev 20) Pour du contenu hauten couleur à retrouver sur le site ! Le lancement des Rencontres Innovatoire… Une première édition tenue lors de SYT – See You There (juil 19) à Bordeaux avec : • Bertrand Pulman – Professeur de sociologie et anthropologie • Charlotte Paroielle – Directrice de création digitale au Figaro • Alienor Collen – Planneur stratégique Une nouvelle Rencontre Innovatoire prévue courant 2020… Pour créer la rencontre autour d’intervention inspirante !
  21. 21. 21www.linnovatoire.fr - 2020 Le lancement des publications vidéos Innovatoire… Terrain d’observation : MerXXL, grande exposition sur le Monde Marin à Exponantes (juillet 2019) Pour diversifier lesformats et inspirer différemment l’audience ! Et une année 2020 qui s’annonce riche en autres initiatives… De la curation de contenu d’autres médias… Pour jouer le rôle d’outil de veille créative global !
  22. 22. 22 www.linnovatoire.fr - 2020 Car l’Innovatoire est un outil créé pour connecter les idées et ceux qui les portent, trois lectrices expriment les raisons qui les poussent à lire nos publications et plus globalement, à s’inscrire dans cette dynamique collective d’inspiration. L’Innovatoire, elles le résument mieux que nous CORALINE GODELLE Étudiante en Master Evénementiel Appréhender le salon comme objet et outil de créativité… Quelle curieuse approche ! Le salon comme fédérateur de communauté… Oui, nous le savons tous, mais avons-nous eu une réelle réflexion sur ce sujet ? Trouver de l’esthétique dans un salon ? Je n’y aurais jamais pensé… Le salon et ses multiples identités, notamment celle de média… Voilà une approche pertinente. Que de sujets analysés par la plume de professionnels de l’événementiel, d’artistes et de personnalités variées qui éclairent d’une écriture enrichissante ces événements que nous connaissons tous, mais pas sous cet angle- là ! Un œil nouveau et des prises de positions éclairantes qui complètent ma formation en événementiel, aiguisant mon esprit critique et ma capacité d’analyse. MAGALI DI DUCA Chargée de communication de Provence Alpes Côte d’Azur Tourisme « Le Salon est un média ». Cette phrase et l’argumentaire qui ont suivi ont transformé mon approche de l’événementiel dans mon travail. Je traitais les événements d’un côté et de l’autre la production de contenu pour nos différents supports. Grâce à cette nouvelle approche proposée par Claire Glémau dans le premier volet de L’Innovatoire, je place aujourd’hui les événements comme un support supplémentaire de communication, au même titre que les autres, en y associant la même démarche d’éditorialisation du contenu au regard des cibles. Depuis, je suis les publications de L’Innovatoire afin d’y trouver de nouveaux éclairages, des positionnements différents, des clés qui me permettront d’optimiser et d’affiner ma communication événementielle et ce grâce aux témoignages ou aux prismes d’analyse proposés (Interactions, Miroir…). Avec son action, L’Innovatoire réussi à fédérer et offrir un espace d’échanges et de réflexion entre les différents acteurs du secteur. VIRGINIE BALTA Responsable RSE de WSN Developpement (salons Who’s Next, Premiere Classe, et événement Impact) Je suis l’Innovatoire depuis environ 1 an, et sa lecture est pour moi une courte respiration, utile et nécessaire. Le choix des sujets traités me permet d’alimenter ma veille informative sur l’écosystème événementiel. Elle me déconnecte quelques minutes de mes urgences opérationnelles. J’aime que les articles soient courts et synthétiques, leur lecture fluide. Ils amorcent une réflexion que je peux choisir d’approfondir plus tard et ailleurs. Le regard pluridisciplinaire dans le traitement des sujets m’aide à prendre du recul. Elle alimente une réflexion à plus long terme sur des sujets stratégiques. En 3 mots, L’Innovatoire est un outil qui me nourrit, m’inspire et élargit ma vision sur le métier de mon entreprise. Le tout en un temps record !
  23. 23. 23www.linnovatoire.fr - 2020 Pour en faire partie, rien de plus simple… contactez-nous ! Anthony Fauré Rédacteur en chef de l’Innovatoire a.faure@unimev.fr Margaux Biscarrat Chargée de contenu et communication de l’Innovatoire m.biscarrat@unimev.fr Crédits Créateurs et financeurs du projet : Unimev (11 rue Friant, 75014 PARIS) / Comité des Expositions de Paris Comité de pilotage initial composé de professionnels de la filière : Marie-Laure Bellon, Florence Corre, Jean-Luc Guiral et Philippe Pasquet Concepteur graphique du Numéro 2 - Dynamique de Communautés : Stéphane Sérant, infographiste freelance - 06 88 55 17 83 - stephane@serant.fr Une dynamique (toujours plus) collective L’Innovatoire souhaite aller encore plus loin pour fédérer ses lecteurs engagés qui croient aux vertus de l’inspiration… avec le lancement d’un Collectif ! Pourquoi voulons-nous créer ce Collectif ? Pour apporter des idées et une énergie nouvelle à L’Innovatoire Pour passer d’une logique de lecteur à une logique de membre actif Pour s’appuyer sur les forces vives qui veulent s’impliquer, donner du temps, porter des projets,… Pour favoriser l’appropriation de l’Innovatoire et son contenu par ses publics Et concrètement… ça donne quoi ? Présentations régulières au Collectif de la stratégie et plan d’action décidés par le Comité Editorial puis débat d’idées Partage des principaux éléments de communication pour que les membres du Collectif s’en fassent le relai Envoi d’invitations spécifiques auprès du Collectif (moments d’inspiration, afterworks,…) Apparaitre dans les signataires du manifeste publié par l’Innovatoire et être valorisé dans les communications
  24. 24. L’Innovatoire La plateforme digitale d’inspiration du salon et de l’événement

Revue Papier#2 de l'Innovatoire, source d'inspiration de l'univers des salons et événements.

Vues

Nombre de vues

195

Sur Slideshare

0

À partir des intégrations

0

Nombre d'intégrations

1

Actions

Téléchargements

5

Partages

0

Commentaires

0

Mentions J'aime

0

×