Randonnées,v       la marche à suivre     dans le Pays Touristique       de Vannes-Lanvaux    Guide d’aménagement, de valo...
I/ Préambule : enjeux et objectifs ..........................................................................................
I/ PREAMBULE : ENJEUX ET OBJECTIFSCe guide a pour ambition de servir de cadre de référence permettant le développement coo...
La randonnée contribue fortement à la valorisation, l’aménagement et la protection des secteursgéographiques couverts par ...
II/ PROMENADES ET RANDONNEES : DU CHEMIN…AU PROJET DE DEVELOPPEMENTLieux de promenade et de randonnées, les chemins et sen...
A partir du moment où le déplacement n’a plus été une nécessité, la randonnée (loisir actif de découverte dela nature) est...
3. Un patrimoine en dangerLa conservation du patrimoine naturel ne contribue pas seulement à la qualité du cadre de vie ou...
III/ POUR UN DEVELOPPEMENT HARMONISE ET ORGANISE DE LA RANDONNEE DANS LE PAYS DE VANNES-LANVAUXAinsi de nombreuses collect...
1. le Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnée (P.D.I.P.R)         a) Principe et objectifsAfin de...
La réglementation des itinéraires de randonnée a ainsi trouvé une place dans le code de l’environnement,article 361-1, aut...
b) Des droits et des obligations partagésL’inscription d’un itinéraire au PDIPR, tout en protégeant les chemins, entraîne,...
La valorisation de la randonnée dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux implique de privilégier certainsitinéraires. Ou...
3. L’entretien des sentiersL’entretien est une condition première de la pérennité, de la fréquentation et de l’image desit...
4. Le code de balisageLe balisage est indispensable pour permettre d’élargir la pratique à des publics qui ne connaissent ...
Il faut envisager une signalétique à 4 niveaux :            Les panneaux d’information aux portes d’entrée du réseau (Rel...
10 recommandations pour un balisage efficace :     La signalisation est unique pour tous les usagers. L’information est p...
IV/ CONCLUSIONCe guide est évolutif et doit répondre aux attentes de tous les porteurs de projet en matière derandonnée. S...
ANNEXES1.      Les différents statuts juridiques des chemins p 192.      La charte officielle du balisage de la Fédération...
ANNEXE 1                  Voies appartenant à des collectivités publiques                  Domaine public                 ...
ANNEXE 1                   Voies appartenant à des propriétaires privésQuel que soit leur statut, ces voies ne peuvent êtr...
ANNEXE 2La Charte Officielle du Balisage - Les Articles de la CharteCette Charte ne concerne que la matérialisation ditiné...
Article 6La densité du balisage devra être fonction de la difficulté de litinéraire. Il vaut mieux améliorer la qualité du...
ANNEXE 3                                 LES REGLES D’OR DU RANDONNEURMerci de...    1. Rester sur les chemins et sentiers...
ANNEXE 4Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   24
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   25
ANNEXE 5Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   26
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   27
ANNEXE 5  SIGNALETIQUE - TARIFS 2008 1. Panneau de départ de circuit  Coût total du panneau en français                   ...
SIGNALETIQUE - TARIFS 2008 Poteaux et flèches directionelles                                                              ...
ANNEXE 6Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   30
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   31
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   32
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   33
ANNEXE 7Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   34
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   35
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   36
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   37
Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   38
ANNEXE 8Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   39
ANNEXE 9Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   40
ANNEXE 9Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   41
ANNEXE 9Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux   42
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guide d’aménagement et de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays touristique de Vannes Lanvaux

10 778 vues

Publié le

Publié dans : Développement personnel
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
10 778
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 827
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide d’aménagement et de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays touristique de Vannes Lanvaux

  1. 1. Randonnées,v la marche à suivre dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées Ré édition 2008
  2. 2. I/ Préambule : enjeux et objectifs ........................................................................................................................................................................................................3II/ Promenades et randonnées : du chemin…au projet de développement.....................................................................................................5 1. Quelques éléments de définition.................................................................................................................. 5 2. Inventaire et typologie des itinéraires .......................................................................................................... 5 3. Un patrimoine en danger ............................................................................................................................. 7III/ Pour un développement harmonisé et organisé de la randonnée dans le Pays de Vannes-Lanvaux.....................................8 1. le Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnée (P.D.I.P.R) ........................................... 9 a) Principe et objectifs : ............................................................................................................................................................................. 9 b) Des droits et des obligations partagés .............................................................................................................................................. 11 2. Critères de QUALITE des sentiers ............................................................................................................. 11 3. L’entretien des sentiers ............................................................................................................................... 13 4. Le code de balisage ..................................................................................................................................... 14 5. Les supports à la pratique de la randonnée ................................................................................................ 16IV/ Conclusion...............................................................................................................................................................................................................................................17ANNEXES ......................................................................................................................................... 18Annexe 1 : Le statut juridique des voies et cheminsAnnexe 2 : La Charte Officielle du BalisageAnnexe 3 : Les règles d’or du randonneurAnnexe 4 : Modèle de convention pour la mise en place d’une signalétique FFRAnnexe 5 : Exemple de mobilier (flèches et panneaux) et tarifsAnnexe 6 : Intervention du Conseil Général dans le cadre du PDIPRAnnexe 7 : Modèle de convention de passage PDIPRAnnexe 8 : Fiche éco-veilleAnnexe 9 : Référentiel Hébergements Voie VerteCONTRIBUTIONS
  3. 3. I/ PREAMBULE : ENJEUX ET OBJECTIFSCe guide a pour ambition de servir de cadre de référence permettant le développement coordonné de larandonnée dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux.Devant le nombre important d’acteurs et la multiplication des initiatives locales, la nécessité s’imposeaujourd’hui de plus de cohérence et de synergie dans les politiques de développement des itinéraires depromenades et de randonnées. Ce faisant, nous apporterons collectivement une réponse adaptée auxexigences croissantes d’une clientèle, locale ou touristique, de plus en plus nombreuse.Cela suppose donc que chacun (porteurs de projet, élus, associations, chargés de mission randonnée…)s’approprie un socle commun de connaissances et s’accorde sur les objectifs et les véritables enjeux desactivités de loisirs de pleine nature :  Structuration et développement du territoire : implanter, développer les lieux de pratique s’inscrit dans cette logique. La promotion et le développement de la randonnée sont d’intérêt général.  Préservation de l’environnement : les espaces de pratique sont souvent sensibles, d’un point de vue environnemental. Appréhender les impacts des différentes pratiques, travailler ensemble pour les minimiser, préserver les milieux sont les priorités.  Conciliation des usages : les usages sont multiples et l’accès aux espaces naturels doit être possible pour le plus grand nombre. Gérer les chemins signifie concilier les usages et favoriser la reconnaissance mutuelle.  Aménagement, gestion, entretien, accessibilité : reconnaître un site, l’inscrire dans des documents est engageant. La pérennisation des sentiers passe par son aménagement, son entretien, la garantie de sa qualité et donc l’identification de moyens adaptés.  Signalétique, balisage : gérer les fréquentations, permettre aux usagers de se repérer en espace naturel, ne pas créer de pollution visuelle par « sur-balisage » sont des enjeux à envisager de manière cohérente et partagée.  Promotion, valorisation : l’offre pérennisée constitue une opportunité de valorisation des territoires et sous certaines conditions une possibilité de retombées économiques, directes ou indirectes.  Foncier, responsabilité : la problématique foncière est au cœur de la réflexion et amène inévitablement à des questions liées aux responsabilités.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 3
  4. 4. La randonnée contribue fortement à la valorisation, l’aménagement et la protection des secteursgéographiques couverts par des itinéraires. C’est un moyen de découverte naturelle et culturelle. Elle conjuguedavantage confort et plaisir que notion d’effort physique et a le considérable avantage de pouvoir se pratiquertoute l’année.Le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux possède des paysages diversifiés, des territoires relativement plats, unpatrimoine bâti riche et diffus. Pour autant, la valorisation des activités liées à ce patrimoine naturel restefaible et pourtant les enjeux sont importants : - satisfaire les attentes de la population locale et faciliter leur ré-appropriation de leur patrimoine - répondre aux attentes des clientèles touristiques de séjour ou de passage - fédérer et relier les différents territoires du Pays Touristique de Vannes-LanvauxEnfin, le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux n’a pas comme mission de créer, d’aménager ou de gérerle réseau des sentiers, cela reste le rôle des collectivités ou des associations. Néanmoins, dans un souci decohérence, il se positionne comme l’interlocuteur privilégié de tous les acteurs de la randonnée à l’échelle deson territoire avec comme objectif de : Structurer la politique d’action en faveur de la randonnée Proposer des sentiers de QUALITE : aménagement, entretien, balisage… Œuvrer pour des sentiers pour tous : pédestres, Vtt et équestres à l’exclusion de toute pratique motorisée. Trouver des liaisons entre itinéraires de façon à «mailler» le territoire et développer des itinéraires à dimension intercommunale et de pays. Renforcer les services annexes comme l’hébergement, l’acheminement de bagages, le panier pique-nique…tout service qui facilite la pratique des randonneurs. Mise en place du référentiel régional Voie Verte pour les hébergements (cf annexe 9) Structurer l’information : panneaux d’entrée, d’information, guides… Organiser la promotion pour des sentiers thématiques d’intérêt de pays.L’ambition est à la hauteur des enjeux économiques, de désaisonnalisation, de reconnaissance touristique del’ensemble du territoire et de cohérence pour le pays touristique. Cette démarche qui s’inscrit dans la duréedemande la coopération de tous les acteurs et beaucoup d’organisation.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 4
  5. 5. II/ PROMENADES ET RANDONNEES : DU CHEMIN…AU PROJET DE DEVELOPPEMENTLieux de promenade et de randonnées, les chemins et sentiers représentent un fort potentiel dedéveloppement économique et social au moment où le temps de loisir augmente. Mais que sont ces cheminsau juste ? 1. Quelques éléments de définition… Nous lisons notre terre à travers ses chemins, tout comme nous découvrons un visage à travers quelques traits un peu plusmarqués. Sans ces nervures qui doivent être sèches sans être trop appuyées, y aurait-il ce que nous nommons un paysage ? Grâceaux chemins, il est rendu justice à tout ce qui vient à la lumière : ici une prairie, là-bas un village, le début d’une banlieue. Leslisières, les sentiers, les lignes ferroviaires, les côtes, les rivières, les fleuves pluralisent et multiplient leur éminence. ..(PierreSANSOT, écrivain)Le nombre de termes pour signifier le chemin (du bas latin caminus, pas) montre bien l’importance qu’il adans notre société : voie, itinéraire, route, sentier, sente, circuits, parcours, piste …Signature de notre civilisation occidentale, il est un patrimoine lié à l’histoire de l’homme, qui a depuistoujours inscrit dans sa propre nature la quête et la conquête de « l’ailleurs ». Ses motivations premièresétaient très diverses, croisades, pèlerinages, découvertes scientifiques, puis plus tard voyage d’agrément.Le chemin est un motif charpente du paysage, comme le village ou le champ, mais c’est également un motifemblématique, qui identifie un pays, un territoire.De l’antiquité à nos jours, l’homme a ainsi multiplié les moyens de communication et créé un réseau decheminements très diversifié. 2. Inventaire et typologie des itinérairesA travers l’histoire, on peut distinguer deux séries de cheminements très différents dans leur usage et leurlocalisation : Les longs parcours empruntés par les voyageurs itinérants, soldats, pèlerins, caravaniers, colporteurs, postiers … ont permis d’établir des liaisons durables à longue et moyenne distance à l’intérieur d’une région, se connectant aux régions voisines. Ces grands itinéraires, tracés à l’écart des lieux d’habitation, marquaient fréquemment les limites administratives des communes et sont des chemins publics. Et même si beaucoup sont devenus nos routes départementales, nationales ou nos autoroutes, un grand nombre de ces cheminements sont d’origine ancienne, bordés de sites archéologiques et religieux, ou simplement marqués par un élément particulier, ils sont chargés d’histoires et de légendes et constituent une forte trame patrimoniale. Les liaisons à courte distance issues des bourgs et des villages, déployées en réseau étoilé d’une grande multiplicité, sont des chemins de dessertes rurales liés à l’exploitation des terres et des chemins de dessertes locales quotidiennes.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 5
  6. 6. A partir du moment où le déplacement n’a plus été une nécessité, la randonnée (loisir actif de découverte dela nature) est née et avec elle un ensemble organisé de sentiers. Les sentiers de Grandes Randonnées (GR) Itinéraires traversant toute la France, une région ou un massif qui se parcourent sur plusieurs jours et qui nécessitent plutôt des hébergements de groupes. Homologués par la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP), tout projet ou modifications les concernant ne peut être étudié qu’en collaboration avec la FFRP, représentée dans le Morbihan par le comité départemental. Les GR nationaux constituent le maillage de base des sentiers traversant la France Les GR de Pays Généralement en boucle, ces itinéraires permettent la découverte d’une région, d’un département ou d’un « Pays » en 2 ou 3 jours. Ils sont aussi agréés par la FFRP mais peuvent être aménagés à l’initiative des structures intercommunales. Les Itinéraires de Promenade et de Randonnée (initialement appelés Petite Randonnée) Egalement en boucle, variant de 1 heure à une demi journée, voire la journée, ils permettent la découverte du patrimoine local et peuvent se décliner sous forme de sentiers thématiques ou pédagogiques. En 2008, sur le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux, il existe une trentaine d’itinéraires PR en boucle inscrits au PDIPR et beaucoup d’autres de qualité variable, balisés différemment selon les secteurs et répertoriés dans des guides.L’ensemble de ces sentiers sont souvent multi-usages, communs avec les itinéraires de randonnée équestre etVTT. Des aménagements spécifiques peuvent être prévus par ces pratiques en fonction du relief, de lafréquentation, de l’environnement…Quelles que soient leurs vocations, ces cheminements forment ainsi des entités singulières : voies de l’entraide et de la solidaritévillageoise, ainsi que celles de l’économie domestique ; anciennes voies de communication, pistes tracées par les animaux, sentiers àtravers bois, landes et prairies ou encore parcours de dévotion. Ce sont autant de pistes qui dévoilent la personnalité,les petites et les grandes histoires et la culture d’un lieu, d’un paysage.Le paysage peut donc se définir comme le visage d’un pays, dont les chemins en formeraient les traits, lescontours, marquants ce visage comme autant de signes distinctifs, d’empreintes établissant son identité,soulignant sa personnalité, son caractère, sa singularité.Enfin, si tout le monde s’entend pour élargir la notion de patrimoine à l’immatériel et à l’affectif, à la natureet au vivant, à la pratique et au symbolique, même s’il est encore fait souvent référence au patrimoine « majeur» ou monumental, en opposition au patrimoine « mineur » ou de proximité, les chemins sont bien deséléments à part entière du patrimoine.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 6
  7. 7. 3. Un patrimoine en dangerLa conservation du patrimoine naturel ne contribue pas seulement à la qualité du cadre de vie ou au plaisiresthétique, il donne du sens au territoire, il permet à sa population de se construire et d’évoluer à travers sonhistoire et ses racines.Aujourd’hui, ce patrimoine est en danger. En voie de disparition, les anciens cheminements sont négligés etoubliés de par l’évolution des comportements de notre société. Embroussaillés, certains chemins sombrentdans l’oubli comme le chemin du lavoir ou de la fontaine qui ne répond plus à leur vocation initiale.Les dessertes rurales sont élargies, goudronnées, pour des raisons liées au modernisme des activités agricoleset forestières.Les remembrements les plus sévères gomment, effacent toutes traces des chemins de liaisons entre lesvillages, faisant disparaître avec eux l’ensemble des éléments associés comme les haies, les murets, les arbresde bordure….Les regards sur le patrimoine rural ont changé ces dernières décennies. Ainsi, ce qui n’avait qu’une valeurfonctionnelle prend aujourd’hui une dimension culturelle, sociale voire économique potentiellement.Ces évolutions de comportements, opposant souvent la raison économique à celle de la culture, créent desantagonismes, des conflits d’usages dans le partage de l’espace rural, divisant les groupes de populations.Ainsi, comme pour les haies bocagères et bon nombre d’éléments patrimoniaux (fontaines, lavoirs…), leschemins ont longtemps été considérés comme des éléments purement fonctionnels. Leur conservation dansleur état originel, est apparut et apparaît encore, à tort, comme un frein au développement de l’agriculture.La réaffectation des chemins, comme espaces à vivre, dans les nouvelles données et les attentes de la sociétémoderne, leur donne une nouvelle fonction, un nouveau sens d’exister au sein de l’espace rural, donc unevaleur. Ces chemins chargés d’histoire, d’imaginaire, ces maillons du paysage deviennent des lieux derencontre et d’échange entre les hommes et la nature.Cependant, il ne semble pas possible de tout conserver en l’état, comme simple témoignage ou pour le seulplaisir du promeneur, en raison notamment du coût souvent élevé de cette conservation.Au delà de la volonté de préserver les chemins, face aux enjeux socio-économiques du monde rural actuel,cette action conservatoire évolue, par nécessité, vers une valorisation s’intégrant dans des projets dedéveloppement du territoire.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 7
  8. 8. III/ POUR UN DEVELOPPEMENT HARMONISE ET ORGANISE DE LA RANDONNEE DANS LE PAYS DE VANNES-LANVAUXAinsi de nombreuses collectivités transforment leurs chemins ruraux en itinéraires de promenades et derandonnée, souhaitant développer un tourisme vert autour des activités agricoles traditionnelles.Toutefois, comme dans tout projet d’aménagement et de développement durable, la valorisation d’un cheminou d’un réseau de chemins sur un territoire donné ne peut se concevoir au niveau d’un village ou même d’unclocher, mais à l’échelle du paysage.La conduite d’un tel projet nécessite la mise en place d’une démarche participative impliquant les personnes etl’ensemble des acteurs locaux intéressés directement ou indirectement.A toutes les étapes du projet, de l’inventaire du territoire à la réalisation concrète des aménagements, maisaussi lors de la réalisation des documents de communication, la participation des habitants et des associations,ou leur cooptation, restera essentielle.Enfin, la conservation et la valorisation des chemins ruraux ne peuvent se concevoir que s’ils s’inscrivent dansune politique globale de développement « économico touristique », d’aménagement du territoire ou du cadrede vie.Pour le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux, il s’agit d’impulser ou de relancer la dynamique autour de larandonnée, d’accompagner les structures (inter)communales dans une démarche cohérente à l’échelle duterritoire, d’assurer un maillage pertinent et de faire connaître le réseau des itinéraires sélectionnés.Ce sont les bases d’un Schéma de la Randonnée sur le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux.L’objectif premier est de définir un certain nombre de règles qui permettent d’évaluer la QUALITE desitinéraires et, par voie de conséquence, les circuits qui pourront être promus à des fins touristiques : - Les itinéraires doivent être inscrits au Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnées (P.D.I.P.R) - Les itinéraires doivent répondre aux critères des fédérations, notamment à ceux de la Fédération de Randonnée Pédestre à savoir : inscription au PDIPR et taux de route goudronnée inférieur à 30 %. - Tous les itinéraires doivent être correctement et régulièrement entretenus - Tout itinéraire à baliser (nouveau ou ancien) doit respecter le Code de Balisage et la Signalétique de la Fédération de Française de Randonnée Pédestre.En outre, le Pays Touristique ne tiendra compte, dans sa politique de randonnée, que des itinérairesentretenus et balisés pour des pratiques non motorisées et ouverts au public pour un usagepermanent.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 8
  9. 9. 1. le Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnée (P.D.I.P.R) a) Principe et objectifsAfin de pallier le manque juridique sur les chemins ne prenant pas en compte les activités de randonnée, lelégislateur a instauré, avec les partenaires nationaux, le principe des « Plans Départementaux des Itinéraires dePromenade et de Randonnée » (PDIPR) dans le but d’établir une forme de protection légale du patrimoinedes chemins et sentiers de FranceLes PDIPR ont un double objectif : - Garantir la continuité des itinéraires - Conserver les chemins rurauxLa circulaire du 30 août 88 rappelle que l’objectif est de « favoriser la découverte des sites naturels et despaysages ruraux en développant la pratique de la randonnée » et de « protéger un patrimoine rural d’unerichesse considérable : les chemins ruraux ».Les cheminements permettant la création d’un itinéraire de randonnée inscrit au PDIPR peuvent être, selonleur nature, des chemins publics ou privés de différents ordres (cf. annexe 1) : - chemins du domaine public des collectivités Les voies publiques, goudronnées, ont souvent peu d’intérêt pour la randonnée sauf pour assurer la continuité d’un itinéraire sur une faible distance - chemins du domaine privé des collectivités Les chemins ruraux appartiennent au domaine privé des communes et sont affectés à l’usage du public. Leur inscription au PDIPR oblige les communes à les préserver : Tout chemin rural supprimé inscrit au PDIPR doit être remplacé par un chemin de substitution d’une valeur égale - chemins privés ou passage sur des propriétés privées Il est préférable, autant que possible, d’éviter le passage sur des chemins appartenant à des propriétaires privés. Si tel est le cas, une convention de passage doit être obligatoirement signée entre le porteur de projet et le propriétaire. Tout chemin privé n’ayant pas fait l’objet d’un accord ne sera pas inscrit au PDIPR et remettra en question la prise en compte globale de l’itinéraire par le Département.Pour tout cas particulier (chemins d’exploitation appartenant à plusieurs exploitants agricoles, cheminsd’associations foncières…), bien se renseigner auprès du service du Conseil Général.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 9
  10. 10. La réglementation des itinéraires de randonnée a ainsi trouvé une place dans le code de l’environnement,article 361-1, autrefois éparpillée dans la loi du 22 juillet 1983 relative au PDIPR, le code rural (cheminsruraux), le code de la voirie routière (voies communales), le code de l’urbanisme, le code civil (responsabilités)et le code général des collectivités territoriales (police et usages).Même si les articles 56 et 57 de la loi du 22 juillet 1983 instituent l’infrastructure d’un droit de promenade, parla mise en place des PDIPR, ils restent néanmoins soumis aux règles et aux servitudes du statut des cheminsqu’ils empruntent, quelques exemples : o Ainsi même inscrits au PDIPR, les chemins du littoral ou les chemins de halage ne sont autorisés qu’aux piétons (il peut y avoir pour ces derniers, accord écrit entre l’Etat et les collectivités locales pour les cyclistes et/ les cavaliers) o Lorsqu’une voie publique est inscrite au PDIPR, son statut reste évidemment inchangé. Mais le piéton, très légitimement présent, est soumis au code de la route. o De même, lorsqu’un itinéraire emprunte une voie privée, il nécessite l’accord écrit de son propriétaire.A retenir :Le code de la route comme la loi P.D.I.P.R. s’applique partout, sur tout type de cheminements, quel que soitle statut juridique ou le propriétaire.Le statut juridique des chemins est établi par des titres de propriété (pour les chemins privés) et parclassement (pour les voies publiques). Les cadastres donnent un aperçu des différents statuts des cheminspermettant de fonder l’ébauche d’un itinéraire.L’inscription des itinéraires de randonnée au PDIPR est actuellement le moyen le plus efficace pour assurerla sauvegarde et la valorisation du patrimoine chemin. C’est un véritable outil de développement durable.La randonnée n’étant pas un droit en soi, mais seulement une activité classée aujourdhui dans les sports depleine nature, on ne peut parler du droit de la randonnée qu’au sens d’encadrement juridique : - de ses lieux d’usage que sont notamment les chemins - de ses modalités de pratiqueLa liberté individuelle d’aller et venir à pied en France, ne fait pas l’objet d’une loi particulière et est inclusedans la libre circulation générale. Toutefois son premier obstacle est le droit de propriété.Comme il n’existe pas en France un centimètre carré d’espace territorial qui n’appartienne pas à quelqu’un, laconception d’un itinéraire de randonnée doit s’appuyer sur la reconnaissance précise de la nature et du statutdes cheminements qui vont être parcourus.Les statuts juridiques des chemins ont été institués à des époques où les notions de sports de pleine nature etde tourisme vert n’entraient pas dans la législation. Ainsi la pratique plurielle de la randonnée, à pied, à cheval,à vélo, en attelage reste étrangère à ces lois et n’a fait l’objet d’aucune modification des statuts juridiques deschemins.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 10
  11. 11. b) Des droits et des obligations partagésL’inscription d’un itinéraire au PDIPR, tout en protégeant les chemins, entraîne, pour les collectivités localesdes obligations, et des responsabilités. Elles sont tenues à certaines règles précises lorsqu’elles envisagent demodifier, de supprimer ou de vendre le chemin ou la voie qu’emprunte l’itinéraire de randonnée.Dans tous les cas, quel que soit le chemin, public ou privé, qu’emprunte un itinéraire inscrit, c’est la policegénérale du maire qui veille le plus couramment à prévenir les dangers naturels sur les lieux de la randonnée,article L 2212-2 du code général des collectivités.Toutefois, elle n’exclut pas la responsabilité générale du randonneur, de l’accompagnateur ou du tiers,contraint à l’obligation de prudence ou de comportement normal adapté aux circonstances.Quelques exemples marquants : o La règle veut que celui qui assume l’entretien d’un itinéraire de randonnée soit responsable des dommages intervenus aux randonneurs. Ainsi, en signant une convention avec un propriétaire privé, la collectivité se substitue à ce dernier concernant sa responsabilité civile et pénale sur l’emprise du chemin. o Un propriétaire riverain d’un chemin privé, ouvert au public peut voir sa responsabilité engager selon les articles 1382 et 1385 du code civil, car il est responsable des choses et des animaux qu’il a sous sa garde (chiens qui mordent, arbres et branches qui tombent, racines, puits…) o La responsabilité du randonneur peut être engagée notamment s’il occasionne des dommages ou des dégâts de quelque nature que ce soit. Si le responsable ne peut être identifié, il est toujours possible de se retourner contre l’accompagnateur, le gestionnaire et le promoteur touristique de l’itinéraire, la structure responsable du balisage ou de l’entretien, ou encore contre le département garant du PDIPR. 2. Critères de QUALITE des sentiersLa création ou l’existence d’un itinéraire n’est pas une fin en soi. Elle doit satisfaire un besoin de découverteet d’émerveillement chez le randonneur qui ne veut pas « marcher pour marcher ». Un itinéraire attractiftraverse des paysages diversifiés et permet de découvrir des richesses naturelles et culturelles d’un pays.Les itinéraires inscrits au Schéma doivent valoriser au mieux le pays et s’attacher à la découverte : - des ressources et curiosités naturelles - du patrimoine et petit patrimoine - des ressources touristiques et économiquesGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 11
  12. 12. La valorisation de la randonnée dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux implique de privilégier certainsitinéraires. Outre le statut foncier et les qualités environnementales et économiques, seront pris en comptepour l’inscription au schéma : ▪ Les caractéristiques techniques : nature du terrain, longueur, degré de difficulté… ▪ L’adaptabilité aux différentes pratiques de randonnées non motorisées ▪ La présence ou l’aménagement envisagé des équipements connexes d’information, d’accueil, d’agrément : aire de pique nique, bancs, point d’eau… ▪ Les conditions de sécurité : balisage, entretien… ▪ Le respect des populations locales, des cultures et élevages ▪ La notion de réseau et la nécessité de maillage : il s’agit d’identifier les itinéraires à ouvrir, les variantes possibles et leur cohérence avec les circuits existants et les chemins inscrits au PDIPRRepères méthodologiques :  Définir précisément le réseau des sentiers à équiper : quels sentiers pour quelles utilisations ? Organiser un ou plusieurs groupes de travail en fonction du territoire en y associant les collectivités, les associations, les offices de tourisme, le Conseil Général et le Pays Touristique.  Recenser les sentiers et les tracer sur une carte.  Les sélectionner en privilégiant les chemins publics pour assurer la pérennité des itinéraires  opérer une recherche cadastrale approfondie (de plus en plus facilitée par l’informatisation des données).  Indispensable : Reconnaissance sur le terrain pour étudier la compatibilité des tracés envisagés avec la réalité du terrain. Cela permet également un géo positionnement et la prise de photographies du site  En parallèle, recenser le patrimoine, les activités de loisirs, les centres d’intérêt touristiques, les hébergements et les services de proximité pour faciliter la création du réseau et le montage de produits de promenade et de randonnée  Modifier et corriger les projets avant de les soumettre aux acteurs  Retranscrire sur une carte au 1/25000ème les chemins sélectionnés  Consultation du Conseil Général pour une demande d’inscription au PDIPR  1ère Phase administrative : pour tous les passages sur propriétés privées, contacter les propriétaires, expliquer la démarche engagée sur la pérennisation et l’officialisation des itinéraires et obtenir la signature des conventions (cf. modèle annexe 7)  2ème phase administrative : délibération du conseil municipal  Réaliser un plan de balisage et de signalisation  Identifier les portes d’accès au réseau (souvent les cœurs de village), les carrefours, les embranchements, les sites intéressants  Repérer les emplacements du mobilier sur le terrain avec une fiche d’identification préciseGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 12
  13. 13. 3. L’entretien des sentiersL’entretien est une condition première de la pérennité, de la fréquentation et de l’image desitinéraires de randonnée.Un entretien doit être effectué au moins une fois par an, si possible deux. Car un chemin devient rapidementimpraticable sans ces mesures.La gamme des travaux nécessaires à l’aménagement et à l’entretien des sentiers est vaste. Elle dépend defacteurs liés à l’état initial du chemin et à la nature du terrain. Ces travaux constituent un investissement à partentière que les porteurs de projet doivent avoir à l’esprit.Le maître d’ouvrage est responsable de l’aménagement et de l’entretien de ses itinéraires.Tout aménagement doit s’intégrer au paysage et à l’architecture locale.Les collectivités locales ont libre choix du maître d’œuvre pour la réalisation des travaux : employéscommunaux, entreprises publiques ou privées, associations, chantiers de jeunes ou d’insertion…La gestion de l’entretien à un niveau intercommunal peut permettre de mieux l’organiser et à un moindrecoût. Il convient d’encourager une politique locale d’entretien des itinéraires par l’implication des associationsprésentes sur le terrain, notamment pour les portions inaccessibles à l’entretien mécanique.Tout itinéraire « labellisé », retenu dans un premier temps pour figurer dans le Schéma de la Randonnée duPays Touristique de Vannes-Lanvaux, n’ayant pas été entretenu ou mal entretenu sera supprimé de tous lesdocuments de promotion lors d’une réédition.Depuis 2008, le Conseil Général du Morbihan aide financièrement les collectivités locales en matièred’entretien des sentiers. (cf annexe 7)Des fiches éco-veilles distribuées au grand public permettent la remontée des observations et des problèmessur les parcours au Comité Départemental de la Randonnée Pédestre. (cf annexe 8)10 préconisations pour un entretien efficient : Dégager les balises existantes, cest-à-dire retirer tout élément végétal pouvant gêner la vue de ces balises Entretenir les balises et la signalétique de manière régulière Respecter les arbres existant dans les haies Elaguer éventuellement les branches gênant le passage des randonneurs équestres et VTTistes Eviter d’éventuelles blessures des végétaux lors de l’élagage (utilisation de lamiers, de pinces sécatrices…) Retirer du chemin les bois coupés ou tombés au sol Brûler ou enlever les résidus de débroussaillage et de broyage Supprimer les repousses ligneuses éventuelles au sol (ronce, genêt…) Conserver, chaque fois que possible, une voûte végétale au dessus du chemin, de manière à ralentir la pousse de la strate herbacée Aucun traitement chimique non labellisé NF-Environnement ou Ecolabel Européen ne doit être utiliséGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 13
  14. 14. 4. Le code de balisageLe balisage est indispensable pour permettre d’élargir la pratique à des publics qui ne connaissent pas unterritoire et qui ne savent ni s’orienter, ni lire une carte. Une signalétique lisible et cohérente facilite l’accès auxespaces naturels et permet aux promeneurs de composer et de modifier facilement son itinéraire, en toutesécurité.La signalétique doit aussi répondre aux besoins créés par de nouveaux usages de la nature (VTT, équitation)qui entraînent la multiplication des réseaux. Elle permet de mettre en valeur des sites remarquables mais ausside gérer les espaces naturels en orientant la fréquentation.Le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux compte un nombre important de sentiers de randonnée dontcertains ont été balisés, il y a plus ou moins longtemps, par des communes, regroupement de communes,associations, comités sportifs, voire des utilisateurs.Le randonneur est souvent confronté à une juxtaposition de balisage relative aux diverses pratiques et sanscohérence entre les territoires. Ce surbalisage nuit à la clarté des messages et s’intègre mal à l’environnement.Un balisage simple favorise la fréquentation puisqu’il satisfait le public en lui permettant de découvrirfacilement un territoire et qu’il met en valeur le patrimoine naturel et culturel.C’est pourquoi le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux conseille de se référer à la Charte Officielle duBalisage de la Fédération Française de Randonnée Pédestre (cf.Annexe 2) et aux codes génériquesreconnus par les fédérations de pratiquants. Changement de Balisage des sentiers Continuité de sentier Mauvaise direction direction Sentiers GR ® Rouge et blanc Sentiers GR de Pays ® Rouge et jaune Sentiers PR ® Jaune (10cmX2cm) Sentiers PR sur la portion commune aux deux circuits Sentiers Equestres Orange Sens directionnel + la Sentiers VTT locaux difficulté fonction de la couleurGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 14
  15. 15. Il faut envisager une signalétique à 4 niveaux :  Les panneaux d’information aux portes d’entrée du réseau (Relais Information Randonnée) doivent comporter : • Un titre général pour définir l’ensemble des sentiers (Randonnées en Pays de…) • Le nom des circuits et éventuellement leurs numéros • La carte détaillée du Pays Touristique de Vannes-Lanvaux avec la représentation des différents circuits • Le degré de difficulté des circuits • Un descriptif géographique, géologique, historique, floristique ou faunistique • Les attraits touristiques • L’inventaire des hébergements et services • Les recommandations d’usage (cf. Annexe 3) • Le code de balisage  Les panneaux de départ doivent comporter des indications telles que : • Le nom du sentier • Le nom de la (ou des) commune(s) • La marque du (ou des) balisage(s), • L’indication du nom ou du numéro du circuit, • Le kilométrage • La durée • Les points remarquables (culture, nature, histoire…) • Le responsable du sentier et/ou la collectivité • Le topo guide ou l’ouvrage dans lequel il est décrit • L’accessibilité du sentier (VTT, équestre, pédestre, mobilité réduite…) • La difficulté (dénivelé par exemple) • Les partenaires financiers  Les panneaux directionnels (flèches aux carrefours et intersections) • Les lieux dits à atteindre, • La marque du balisage, • L’indication du nom ou du numéro du circuit, • Le kilométrage  Les balises entre deux panneaux directionnelsPROPOSITIONLe Comité Régional de la Randonnée propose une convention pour la mise en place d’unesignalétique sur les sentiers de randonnée, cosignée par la collectivité responsable. Cette convention(cf annexe 4) permet d’obtenir des panneaux homogènes sans souci de fabrication ni de livraisonavec une prise en charge financière de 30 % (cf. annexe 5). Le Conseil Général, dans le cadre del’inscription au PDIPR, peut intervenir en complément jusqu’à 35 % H.T. (cf annexe 6)En contrepartie, la collectivité s’engage à définir les informations à mentionner et les lieuxd’implantation, à assurer la pose des panneaux, flèches et poteaux, à entretenir le mobilier.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 15
  16. 16. 10 recommandations pour un balisage efficace : La signalisation est unique pour tous les usagers. L’information est partagée et non différenciée par discipline pour tous les itinéraires ouverts aux trois types de randonnées. Dans le cas d’un itinéraire homologué par une fédération, la signalisation fédérale reste prioritaire. Les balisages anciens sont obligatoirement supprimés avant tout rebalisage. La signalisation est uniforme et homogène à l’intérieur d’un même sentier et d’un sentier à l’autre. Elle donne une identité aux itinéraires et valorise la notion de réseau. La signalisation doit être parfaitement lisible et visible à distance (pour la signalisation directionnelle). Les usagers doivent pouvoir lire l’ensemble des informations sans s’arrêter. Le balisage doit être propre et net. Le balisage des sentiers est réalisé à la peinture (économique, efficace et discret), peinture respectueuse de l’environnement (éco-label ou NF environnement). Il est souvent nécessaire de passer deux couches. Les marques de peintures sont lisibles dans les DEUX sens et sont apposées sur des supports existants (arbre, poteau, rocher, mur…). Elles doivent respecter l’environnement et la nature juridique des supports (accord du propriétaire si privés) Le balisage guide régulièrement le randonneur : il se présente facilement à ses yeux. Il doit être serré si des risques d’erreur sont possibles. Un balisage temporaire et ponctuel doit être employé pour des randonnées ponctuelles (rubans amovibles, peintures temporaires…)Enfin, pour un plan de balisage complet et clair : Identifier un point de départ principal pour chaque circuit Un panneau d’information à chaque départ La première balise est visible du panneau de départ Une balise danger à chaque fois que nécessaire : croisement d’une route, descente rapide, obstacle dangereux… 5. Les supports à la pratique de la randonnéePour assurer la fréquentation des itinéraires et répondre aux demandes des clients, l’aménagement ne suffitpas. Il faut mettre en place un outil d’information et de promotion accompagné de cartes explicites et lediffuser largement.Actuellement, la diffusion et la promotion restent très locales quand elles existent et ne permettent pas deproposer une offre cohérente et efficace sur la randonnée dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux.Il est utile de rappeler la responsabilité du « préconisateur » d’un itinéraire de randonnée, non inscritau PDIPR.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 16
  17. 17. IV/ CONCLUSIONCe guide est évolutif et doit répondre aux attentes de tous les porteurs de projet en matière derandonnée. Sa nécessité s’impose car cette activité change de nature. De sportive, elle est devenuetouristique. Cette ouverture à un grand public stimule la création de sentiers à l’échelle locale. Lesproblématiques deviennent alors différentes et la randonnée, élément de développementéconomique durable doit faire l’objet d’une véritable réflexion appropriée.Le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux intervient en amont de cette réflexion en apportant uneassistance technique et méthodologique aux communes ou groupements intercommunaux porteursde projets.Quelques points clés :  Les chemins appartiennent à la fois aux équipements mais SURTOUT au patrimoine des communes. Le schéma de la randonnée doit contribuer à la mise en valeur du patrimoine naturel, culturel et du petit patrimoine (chapelle, fontaine, puits…) au long des itinéraires.  Notion de maillage de circuits de qualité autour de sentiers charpentes identifiés  Un itinéraire ne se conçoit pas sur la base du chemin le plus court entre deux points mais sur la base de l’itinéraire le plus varié, le plus agréable, le plus intéressant et le plus sécurisé  Avant de se mettre d’accord sur un tracé, il est nécessaire de connaître le statut juridique des chemins qui seront empruntés par le public  L’harmonisation du balisage et l’application d’une charte graphique et signalétique sont le gage de la qualité de l’accueil des randonneurs et participent au développement local du tourisme vert et de la randonnée  On ne peut pas communiquer sur une promesse qualité qui n’existe pas sur le terrain, d’où la nécessité de s’assurer que le maillage des itinéraires pourra être entretenu tous les ans avec un balisage opérationnel en permanence.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 17
  18. 18. ANNEXES1. Les différents statuts juridiques des chemins p 192. La charte officielle du balisage de la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP) p 21 www.ffrandonnee.fr3. Un exemple de Code de bonne conduite pour le randonneur p 234. Modèle de convention du Comité Régional de la Randonnée p 245. Modèle des panneaux utilisés dans le cadre de la convention régionale et tarifs 2008p 266. Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnée PDIPR p 307. Modèle de convention de passage PDIPR 2008 p 348. Fiche éco-veille p 399. Référentiel Hébergement Voie Verte Pour l’accueil des touristes à vélo p 40 Pour l’accueil des touristes à pied p 41 Pour l’accueil des touristes à cheval p 42CONTRIBUTIONS o Le réseau des Pays Touristiques de Bretagne o Les Conseils Généraux du Morbihan, de l’Allier et de Saône et Loire o Le Ministère de la Jeunesse et des Sports o La Fédération Française de RandonnéeRemerciements particuliers :A tous les membres du Groupe de Travail « Randonnée » du Pays Touristique de Vannes-LanvauxGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 18
  19. 19. ANNEXE 1 Voies appartenant à des collectivités publiques Domaine public Domaine privé Elles sont inaliénables et imprescriptibles. Elles ne sont ni inaliénables ni imprescriptibles. La collectivité propriétaire est obligée de les La collectivité propriétaire na pas dobligation de entretenir. les entretenir pour lusage du public. Statuts Textes Statuts Textes Voies publiques Chemins du domaine privé de létat - Routes nationales (domaine public de lÉtat). Ils ont une affectation spécifique qui nest pas - Routes départementales Code de la voirie lusage du public, mais (domaine public des routière principalement lexploitation Code forestier départements) forestière des forêts domaniales. - Voies communales Code de la route (domaine public des Ces voies forestières peuvent communes) être ouvertes au public avec laccord de lONF, gestionnaire pour le compte de lÉtat. Chemin de halage Articles 15 et Chemins ruraux Art L.161-1 à L.161- suivants du code 13 du texte rural. Ils existent de droit, le long du domaine Ils appartiennent au domaine des cours deau domaniaux, public fluvial privé des communes Loi du PDIPR du sur lune des berges (ils sont 22/07/83 une dépendance du domaine Circulaire n° 80- Ils sont affectés à lusage du public, fluvial de lÉtat). 28 du 22/02/1980 public. Sil ne le sont plus, la Loi n° 91-2 du commune a la possibilité de 03/03/91 relative aux Ils sont affectés : les vendre après enquête véhicules à moteur publique, sauf si une dans les espaces - à la satisfaction de toutes les association syndicale naturels. exigences de la navigation, demande de se charger de lentretien. Sils sont inscrits - à lusage des piétons au PDIPR, la commune doit obligatoirement trouver un - à dautres usages avec chemin de substitution . Décret n° 92-258 du autorisation écrite, précaire et 20/03/1992 temporaire. Cependant, il peut Leur accès peut être limité y avoir accord entre lÉtat et pour les véhicules à moteur les collectivités locales pour par arrêté municipal (loi du laménagement du chemin en 03/01/1992 faveur du passage cycliste et /ou équestreGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 19
  20. 20. ANNEXE 1 Voies appartenant à des propriétaires privésQuel que soit leur statut, ces voies ne peuvent être empruntées par les randonneurs quavec laccord du propriétaire. Cet accord doit être écrit sil sagit dinscrire le chemin au PDIPR. Cet accord ne constitue en aucun cas une servitude et peut être révoqué par le propriétaire. Statuts TextesChemins privésIls sont affectés à lusage privé du propriétaire, comme tout biens privés Code civilPersonne ne peut obliger le propriétaire à laisser le passage sur sa propriété. Sauf Loi PDIPR dusi celle ci est susceptible de faire lobjet dune servitude dutilité publique (voir ci 22/07/83dessous). Si rien nindique la volonté du propriétaire de fermer son fonds, il y aune tolérance de passage.Chemins dexploitations • ils sont affectés à lutilisation des divers fonds desservis et à la Art. L.162-1 à communication entre eux. L.162-5 du code • Lusage de ces chemins peut être interdit au public. rural. • Ils ne peuvent être supprimés sans laccord de tous les propriétaires. Ces voies peuvent être grevées de servitudes dutilité publique, instituées par la loi dans lintérêt général. Elles sont dordre public, tout irrespect de la part des propriétaires est sanctionné. Ces derniers nont droit quà indemnité pour dommage direct, matériel et certainGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 20
  21. 21. ANNEXE 2La Charte Officielle du Balisage - Les Articles de la CharteCette Charte ne concerne que la matérialisation ditinéraires de randonnées non motorisées.Pour des raisons de sécurité et de protection de lenvironnement, il nest pas souhaitable que les sentiers soientutilisés par des véhicules à moteurs pour lesquels ils ne sont ni adaptés, ni destinés.Article 1Avant dentreprendre un balisage, il convient de sassurer de son utilité et de son opportunité par référence : • à lensemble du réseau de randonnée balisé déjà existant • et surtout, aux Plans Départementaux des itinéraires de Promenade et de Randonnée (PDIPR), que ces plans soient adoptés ou en cours délaboration.Article 2 • Nul balisage, par quelque procédé que ce soit, ne peut être effectué sur les voies publiques ou privées, bâtiments, arbres, ... sans laccord du propriétaire ou du gestionnaire (le maire pour les communes, lOffice National des Forêts (ONF) pour les forêts domaniales, ...). Dans les sites protégés (sites classés, parcs nationaux et parcs naturels régionaux, réserves naturelles etc...) le balisage ne peut être effectué sans laccord de l autorité compétente pour la gestion du site. • Certaines marques sont déposées et protégées au titre de la propriété industrielle, notamment les marques "GR" blanc-rouge (pour la Grande Randonnée), "GR de Pays" jaune-rouge (pour la Grande Randonnée de Pays) et ne peuvent être utilisées sans laccord écrit de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP), qui en est propriétaire. Il en est de même pour les marques du Club Vosgien et les marques de la Fédération française dEquitation. • Il faut éviter de baliser dans certains espaces sensibles sur le plan écologique, agricole ou paysager, de même que dans les espaces dangereux. • De plus, litinéraire balisé devra utiliser de préférence les sentiers ouverts à la circulation du public non motorisé, plutôt que den créer de nouveaux, sauf si toutefois il sagit déviter un parcours routier.Article 3Tout projet de balisage ditinéraire sera adressé à titre dinformation au représentant du Comité départemental ourégional de la Fédération représentative de lactivité concernée.Article 4Le balisage doit être propre, discret, efficace. Lutilisation, comme support, des bâtiments ou végétaux, doit éviter leurdétérioration.Le balisage ditinéraires doit éviter les confusions avec dautres balisages, notamment ceux utilisés par les forestierspour délimiter les parcelles.Article 5On évitera de superposer plusieurs balisages. Lorsque des itinéraires seront communs sur un certain parcours, il faudrasefforcer de nutiliser quun seul balisage (en premier lieu, GR ou GR de Pays) en le signalant sur le terrain aux diversutilisateurs.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 21
  22. 22. Article 6La densité du balisage devra être fonction de la difficulté de litinéraire. Il vaut mieux améliorer la qualité du sentierque densifier le balisage.Article 7 : Choix des marques de balisageLe procédé de balisage le plus recommandé consiste en lapposition de signes à la peinture sur les supportsdisponibles (arbres, rochers, poteaux, ...). • Les itinéraires pédestres de grande randonnée GR et GR de Pays - marques déposées par la FFRP-CNSGR (Comité National des Sentiers de Grande Randonnée) - sont balisés avec des rectangles superposés de peinture blanche et rouge ou jaune et rouge. Balisage sentiers GR • Les itinéraires de promenade et de randonnée pédestre PR sont souvent balisés dun rectangle, de préférence de couleur jaune. Balisage sentiers PR En Alsace et en Lorraine, le balisage des itinéraires du Club Vosgien, réalisé sur plaque en aluminium, utilise des signes de taille et de forme différentes. Tout nouveau balisage (autre forme et autre couleur) devra éviter de créer une confusion avec ces différents procédés. Dune façon générale, lutilisation des pictogrammes (figuration danimaux, de végétaux, ...) est à proscrire, leur lisibilité étant souvent douteuse et leur entretien difficile. • Les itinéraires équestres Les itinéraires de randonnée équestre sont réalisés par les soins de lAssociation Nationale de Tourisme Equestre (ANTE) et sont jalonnés de traits de peinture orange. Balisage sentiers équestres • Les itinéraires pour VTT Les itinéraires de randonnée VTT (Vélo Tout Terrain) sont jalonnés de deux ronds accolés à un triangle de couleur rouge pour les itinéraires nationaux, jaune pour les circuits locaux et brun pour les circuits des parcs naturels régionaux. Chaque circuit comporte un numéro reporté sur la balise et de couleur différente selon le degré de Balisage sentiers difficulté (vert = très facile, bleu = facile, rouge = difficile, noir = très VTT difficile). Ce logotype est déposé par la Fédération Française de Cyclisme (FFC).Article 8 : PanneauxL’implantation des flèches directionnelles, indispensables au départ d’un itinéraire, doit être limitée, sur le parcours, auxprincipaux croisements.Article 9 : Entretien du balisageTout organisme réalisant un balisage doit être conscient qu’il prend, par ce fait, l’engagement de l’entretenir en bon étaten vue de le pérenniser.Article 10 :Un itinéraire balisé ne répond complètement à son objectif que si, simultanément, en est établi un descriptif rendupublic et largement diffusé, accompagné de cartes explicites.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 22
  23. 23. ANNEXE 3 LES REGLES D’OR DU RANDONNEURMerci de... 1. Rester sur les chemins et sentiers balisés, 2. Respecter les clôtures, refermer les barrières, 3. Faire attention aux cultures et aux animaux, 4. Tenir compte des consignes des chasseurs pendant les périodes de chasses traditionnelles, 5. Ne pas faire de feu et ne pas fumer dans les bois ou à proximité des lisières et des broussailles, 6. Ne pas jeter de détritus, les emporter avec soi, 7. Rester courtois avec les riverains des chemins et les autres utilisateurs de la nature, 8. Se montrer silencieux et discret, observer la faune, la flore sans la toucher, 9. Respecter les équipements daccueil, de signalisation et de balisage, 10. Signaler au plus tôt, à la mairie ou au responsable identifié sur les panneaux d’information, toute difficulté rencontrée sur le parcours (obstacles, défauts de balisage...).Pour que la randonnée se passe bien, il faut être prudent, ne pas s’exposer au danger inutilement.En cas de circulation sur la chaussée, vous devez respecter strictement le code de la route.En cas de doute, face à une difficulté de parcours, choisissez la solution la plus simple et la plus facile, enpensant d’abord à la sécurité.Dans tous les cas faîtes preuve de bon sens…Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 23
  24. 24. ANNEXE 4Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 24
  25. 25. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 25
  26. 26. ANNEXE 5Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 26
  27. 27. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 27
  28. 28. ANNEXE 5 SIGNALETIQUE - TARIFS 2008 1. Panneau de départ de circuit Coût total du panneau en français 468,11 € Part du Comité Régional de la Randonnée Pédestre, avec laide de ses partenaires Gaz de France et Crédit Agricole, 140,43 € soit 30% de ce coût Part de la collectivité locale signataire de la convention, 327,68 € soit 70% de ce coût Livraison non comprise (à la charge de la collectivité) er Forfait livraison (en 1 seul point) : le 1 panneau : 30,50 € PU/HT les suivants : 3 € PU/HT Caractéristiques du mobilier: - 2 mâts bois traité à coeur Classe 4 Section 90 x 90 mm – Angles arrondis Longueur 2000 mm dont 400 mm dans le sol - 1 panneau en PVC expansé Dimensions : 1200 x 600 x 19 mm Tranche supérieure étanche, montage sur mâts par visserie inox Dossier suivi par : Emile LE TIRAN, chargé de la signalétique régionale Maud Relion, agent de développement du Comité Régional Toute correspondance concernant la signalétique est à adresser au : Comité Régional de Randonnée Pédestre de Bretagne – Etic Center – 9 rue des charmilles – 35510 CESSON SÉVIGNÉ Tél. : 02 23 30 07 56 - Courriel : randobretagne@orange.Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 28
  29. 29. SIGNALETIQUE - TARIFS 2008 Poteaux et flèches directionelles Flèche Poteau Dimensions: 125 x 550 mm (3 lignes) 42,90 € Coût total à lunité 24,52 € Dimensions: 85 x 550 mm (1 ou 2 lignes) 38 € Coût total à lunité Dimensions: 125 x 550 mm (3 lignes) Part du Comité Régional de la Randonnée Pédestre, 12,87 € 7,36 € avec laide de ses partenaires Gaz de France et Crédit Agricole soit 30% de ce coût Part de la collectivité locale signataire de la convention, 30,03 € 17,16 € soit 70% de ce coût Dimensions: 85 x 550 mm (1 ou 2 lignes) Part du Comité Régional de la Randonnée Pédestre, 11,40 € 7,36 € avec laide de ses partenaires Gaz de France et Crédit Agricole soit 30% de ce coût Part de la collectivité locale signataire de la convention, 26,6 € 17,16 € soit 70% de ce coût Caractéristiques du mobilier: - flèche en compact uni gravée dépaisseur 13 mm - poteau carré traité classe 4 de dimensions 87 x 87 mm, longueur 2 m 50 (Système de fixation arrière fourni) Note: livraison non incluse Tarif sous réserve dune hausse importante des matériaux entrant dans la fabrication des produits Dossier suivi par : Emile LE TIRAN, chargé de la signalétique régionale Maud Relion, agent de développement du Comité Régional Toute correspondance concernant la signalétique est à adresser au : Comité Régional de Randonnée Pédestre de Bretagne – Etic Center – 9 rue des charmilles – 35510 CESSON SÉVIGNÉGuide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 29
  30. 30. ANNEXE 6Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 30
  31. 31. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 31
  32. 32. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 32
  33. 33. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 33
  34. 34. ANNEXE 7Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 34
  35. 35. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 35
  36. 36. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 36
  37. 37. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 37
  38. 38. Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 38
  39. 39. ANNEXE 8Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 39
  40. 40. ANNEXE 9Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 40
  41. 41. ANNEXE 9Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 41
  42. 42. ANNEXE 9Guide d’aménagement, de valorisation des chemins de randonnées dans le Pays Touristique de Vannes-Lanvaux 42

×