Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Lobbying versus e lobbying

357 vues

Publié le

Le Lobbying comme processus d'influence du dirigeant / du decideur ...
Versus e-lobbying ou web lobbying où il s'agit d'influence sur l'opinion publique

Publié dans : Business
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Lobbying versus e lobbying

  1. 1. Le Lobbying : outil de développeent OUVRAGE DE REFERENCE : Lobbying : Cadre, Outils et Stratégies Sous la direction de Viviane de Beaufort avec Françoise Hacque-Cosson réseau BASE Coll. Droit -Management & Stratégies du Centre Européen de Droit et Economie de l’ESSEC, Larcier En mode collectif, un ouvrage pour revisiter la question du Lobbying et de l’évolution des pratiques, avec une analyse comparative puis le repositionnement des stratégies, techniques et outils de travail des professionnels (avec une série de fiches – outils). Il ouvre enfin, sur les perspectives d’enrichissement des stratégies de cette activité du fait de l’évolution du droit, du e-lobbying, des liens avec l’IE. Une référence pour les professionnels et les étudiants ! http://editionslarcier.larciergroup.com/titres/132504_2/lobbying-cadre- outils-et-strategies.html
  2. 2. Lobbying Le Lobbying est une activité complexe à pratiquer (expertise technique + veille + indentification du processus décisionnel et des acteurs , etc Qui peut poser des problèmes d’éthique (transparence, conflit d’intérêt, etc) Donc doit être régulée (règlement AN et loi Sapin 2) Elargir la pratique professionnelle au e-lobbying (cyber-lobbying) Le e-Lobbying (définition), est une activité de même substance que le lobbying mais dont la cible et les outils diffèrent (exercice), pose également des problèmes éthiques (e-démocratie ou manipulation de l’opinion), et est fort difficile à réguler (caractère inadapté de la réglementation) Risque de réputation Influence des décideurs
  3. 3. DEFINIR ? • La mise en œuvre d’une revendication auprès des pouvoirs publics tendant à influencer la prise de décision ; • Faire du lobbying, c’est expliquer la teneur d’un problème et ses éventuelles conséquences aux décideurs ; • Faire du lobbying, c’est réussir à faire poindre l’intérêt général dans l’intérêt particulier… • Bref à parts égales, le lobbying c’est du droit, de la politique, de l’économie, de la diplomatie, des relations publiques, de la communication… Vaste programme s’il en est. • « Promotion d’un intérêt privé (ou partiel) auprès des instances décisionnaires ».
  4. 4. Alors que l’on évoque le lobbying de manière générique, un exercice de qualification s’impose : • Lobbying diplomatique (niveau Etats) • Lobbying juridique (négociation dans le cadre des règlements CEE des cas de concurrence ou d’anti- dumping) • Lobbying de communication • Lobbying financier ou de projet (recherche obtention de budgets CEE) • Lobbying normatif ou décisionnel (adoption ou modification d’une directive) QUALIFIER
  5. 5. AGIR EN AMONT VEILLE - Identifier des projets de réglementation qui peuvent vous convenir, vous gêner… - Fixer l’objectif (objectif +/ compromis acceptable/ ligne rouge) Préparation de son Intervention - Qui sont les agents de pouvoir concernés pour un domaine donné ? - Quelles idées sont « dans l’air » (think tank), manifestations ? - Quel est le processus de décision « relevant » ? - Quel timing ? (début procédure, Annonce, 1ère lecture …) - Quelles alliances possibles INTERVENTION - Répondre aux Consultations (argumentaire + Dcts ) - Repérer les acteurs puis les contacter - Faire une manifestation, un évènement auquel ils sont invités - Produire un article , une étude PRATIQUER ?
  6. 6. Les conditions d’un lobbying éthique : • Transparent, ouvert, délibératif • Prise en compte de l’intérêt général • Partage de l’information • REGLEMENTATION OU REGULATION ? • Jusqu’ou ? • Comment ? • Etc. De l’Ethique & de la nécessité d’une Régulation
  7. 7. I. Elaborer un cadre efficace favorisant la transparence et la participation au processus législatif 1. Plus d’intégrité grâce à un accès juste et équitable de toutes les parties prenantes 2. Des règles qui traitent de gouvernance et respectent le contexte national 3. Intégration des règles dans le dispositif politique et réglementaire général 4. Définition claire des termes « lobbying » et « lobbyiste » Conditions théoriques d’un lobbying éthique selon l’OCDE II. Accroître la transparence 1. Divulgation des activités de lobbying pour un meilleur contrôle par le public 2. Faciliter le contrôle des activités de lobbying par les parties prenantes III. Favoriser une culture d’intégrité 1. Réglementation du comportement des agents publics 2. Réglementation du comportement des lobbyistes ik IV. Instaurer des mécanismes efficaces 1. Afin d’assurer l’application & le respect des règles 2. Afin d’organiser un réexamen périodique des règles et les ajustements nécessaires
  8. 8. Union Européenne Canada USA France Transparence  Caractère volontaire dans l’approche de la règlementation du lobbying  Enregistrement volontaire des lobbyistes (registre commun Parlement et commission)  Déclaration des activités, personnes et dépenses (excp : source de financement)  Publicité des documents, consultations en ligne…  Limite : caractère opaque des commissions et du choix des réponses aux consultations  Déclaration des intérêts financiers, avantages et cadeaux reçus / Limites : intérêts extrapatrimoniaux et des proches  Obligation de déclarer son agenda (commissaires + parlementaires – cf. « DalliGate »)  Registre obligatoire pour tous les lobbyistes (différence entre lobbyistes conseils et salariés)  Déclaration des activités, des personnes et des dépenses liées au lobbying  Déclaration des anciens agents publics qui ont des activités de lobbying + rapport mensuel  Publication des agendas  registre obligatoire pour le Sénat et la Chambre des représentants  Déclaration des activités, des personnes et des dépenses liées au lobbying et sources de financement  Déclaration des intérêts financiers, avantages et cadeaux reçus  Pas d’information pour les agendas  registre volontaire pour l’AN et le Sénat  déclarations des invitations à l’étranger pour les sénateurs, collaborateurs et fonctionnaires  Déclaration d’intérêts et d’activités pour les membres du Gouvernement + patrimoine et activités professionnelles et d’intérêts pour les parlementaires  Agenda – seulement pour le gouvernement Intégrité  lobbys : code de bonne conduite sommaire à respecter en cas d’enregistrement  députés et commissaires : codes de bonne conduite trop abstraits  code de déontologie pour tous les lobbys  code de déontologie pour les agents publics (avec garanties d’indépendance refus de tout avantage financier, devoir d’abstention)  Code de conduite pour chaque État + compilation des codes au niveau fédéral (ABA 2009)  Code de conduite pour les agents publics  code de bonne conduite uniquement en cas d’enregistrement,  développement de codes professionnels  charte et code de bonne conduite pour le Gvt et le Parlement Équité  Absence d’expertise indépendante (manque de financement)  Critique relative à la proximité entre les experts et lobbyistes  Certains lobbys favorisés dans leurs contributions plutôt que d’autres (question du traitement des réponses aux  Liberté d’accès des lobbys érigée en principe  Pas d’expertise indépendante  Pas d’expertise indépendante  Importance des moyens financiers pour utiliser les moyens détournés (ex : fund-raising)  Pas d’expertise indépendante  Importance des voies officieuses
  9. 9. E-lobbying : la blogosphère, un outil ou une déviance de la Démocratie? • Rôle en fort développement des autres acteurs que les lobbies économiques : THINK TANK / GROUPES d’INTERETS – ONG • Modification des techniques : Développement du E- LOBBYING • L’influence indirecte par la création d’une opinion qui interpelle le décideur • Intérêt et dangers
  10. 10. E-lobbying ? ● Utilisation d’Internet (toutes ses formes : blogs, pétitions, réseaux sociaux, etc.) comme un nouveau canal de diffusion. ● Il s’agit d’influencer le comportement des internautes dans le but de provoquer leur adhésion à une idée ou à une norme et in fine, de déstabiliser les décisions qui auraient pu être prises dans le cadre du lobbying classique (cadre plus normé et élitiste) en influençant les medias et les décideurs. Message transmis en temps réel Grande réactivité Grande diffusion Champ émotionnel Traçabilité difficile Accessibilité donnée à n’importe quel individu Message délivré de n’importe quel endroit Peu de contrôle sur le contenu du message Caractéristiques par rapport au lobbying classique
  11. 11. E-lobbying – L’ effet viral http://www.penelope-jolicoeur.com/2013/11/prends-cinq-minutes-et-signe-copain- .html?fb_action_ids=10202361169292740&fb_action_types=og.likes 22 novembre 2013 La BD virale sur le chalutage profond dit-elle vrai ? Extrait de la BD "Prends cinq minutes, et signe, copain", de Pénélope Bagieu. (DR)
  12. 12. Impact du e-lobbying sur le débat L’impact sur la société civile L’influence des associations décuplée via le e-lobbying et le principe de scandalisation Grâce à internet, les actions des associations se sont trouvées sous les feux des projecteurs. Les associations obtniennent par internet une influence qu’elle ne peuvent acquérir autrement Transparence et lanceur d’alerte Les dénonciations sur internet ont fait naitre le concept de lanceur d’alerte. Désormais une protection légale des lanceurs d’alerte existe avec la loi Sapin 2 Le débat existe à échelle de l’UE (où les choses semblent fort complexes voire bloquées (cf.directive droit des affaires)
  13. 13. Procès orchestrés Objectifs : Créer un Doute sur la pertinence d’un texte ou d’une règle –Faire constater qu’il manque une règle
  14. 14. Le Lobbying : outil de développement Viviane de Beaufort Chaire Jean Monnet. Co-directrice du European Center for Law and Economics, think tank à Bruxelles Co-directrice du cursus de droit Docteur en droit européen -Paris I Sorbonne. CV académique ESSEC : http://www45.essec.fr/professorsCV/s ET sinon sur les RSS par exemple @vdbeaufort

×