W H I T E P AP E R
O b s e r v a t o i r e d e s e n v i r o n n e m e n t s d e t r a v a i l
D e u x i è m e é d i t i o...
#FR292 ©2013 IDC
O B J E C T I F S E T M E T H O D O L O G I E
O b j e c t i f s
Ce livre blanc présente les résultats de ...
©2013 IDC #FR292
S O M M A I R E
P
Introduction 1
Objectifs et Methodologie 2
Objectifs......................................
#FR292 ©2013 IDC
S O M M A I R E D E S G R A P H E S
P
1 Echantillons des enquêtes terrain ..................................
©2013 IDC #FR292 1
U S AG E S M O B I L E S : O U E N S O N T L E S
E N T R E P R I S E S F R AN Ç AI S E S ?
En 2012, en ...
2 #FR292 ©2013 IDC
P r o l i f é r a t i o n d e s u s a g e s
Les progressions en matière d'équipement sont importantes, ...
©2013 IDC #FR292 3
L e B Y O D p o u r m o d e r n i s e r l ' e n v i r o n n e m e n t d e
t r a v a i l
Les salariés co...
4 #FR292 ©2013 IDC
Pourtant, les DSI ont commencé à prendre la mesure du phénomène du BYOD et de
la mobilité dans son ense...
©2013 IDC #FR292 5
L E S AP P S U N L E V I E R D E T R AN S F O R M AT I O N
D U S I
La mobilité est entrée dans les mœur...
6 #FR292 ©2013 IDC
F I G U R E 4
A p p l i c a t i o n s a c c e s s i b l e s a u x s m a r t p h o n e s e t t a b l e t...
©2013 IDC #FR292 7
la finalité de l'app. Ces apps peuvent s'appuyer sur des processus existants ou
inaugurer un nouveau pr...
8 #FR292 ©2013 IDC
L e s s t o r e s a p p l i c a t i f s d ' e n t r e p r i s e g a g n e n t
e n p o p u l a r i t é
L...
©2013 IDC #FR292 9
L E S E N J E U X D E L ' E N T R E P R I S E M O B I L E
Si les DSI, nous l'avons vu, ont pris conscie...
10 #FR292 ©2013 IDC
F I G U R E 7
I m p a c t s u r l e s i n f r a d e l ' o u v e r t u r e d u S I à l a m o b i l i t ...
©2013 IDC #FR292 11
F I G U R E 8
M o t i v a t i o n s e t f r e i n s à l ' o u v e r t u r e à l a m o b i l i t é d u ...
12 #FR292 ©2013 IDC
F I G U R E 9
S o l u t i o n s d e s é c u r i t é s p é c i f i q u e s e n p l a c e
Source : Obser...
©2013 IDC #FR292 13
C O N C L U S I O N
La prolifération, ces 18 derniers mois, de smartphones et de tablettes media utili...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Observatoire des environnements de travail : l’impact de l’ultra-mobile

1 499 vues

Publié le

Cet ouvrage s’intéresse à l’impact de l’utilisation massive d’outils mobiles sur le système d’information au sein d’une entreprise. En effet, 45% des Directions Informatiques s'attèlent aujourd’hui à rendre accessible l’environnement de travail des salariés sur les devices mobiles, ce qui implique par ailleurs de porter une attention particulière à la sécurité.

Publié dans : Technologie
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Observatoire des environnements de travail : l’impact de l’ultra-mobile

  1. 1. W H I T E P AP E R O b s e r v a t o i r e d e s e n v i r o n n e m e n t s d e t r a v a i l D e u x i è m e é d i t i o n : l ' i m p a c t d e " l ' u l t r a - m o b i l e " Sponsored by: IBM février 2013 I N T R O D U C T I O N Cette deuxième édition de l'observatoire des environnements de travail, réalisée par IDC pour le compte d'IBM France a pour objectif d'évaluer la place de la consumérisation au sein des grandes entreprises françaises (celles disposant de plus de mille salariés). Au-delà du phénomène de consumérisation, les enquêtes réalisées par IDC auprès des entreprises et des salariés s'attachent à mesurer les impacts d'une utilisation massive d'outils mobiles (qu'ils soient fournis par l'entreprise ou qu'ils soient personnels) sur le système d'Information de l'entreprise. L'observatoire réalisé fin 2011 montrait que la consumérisation était un vecteur de changement des entreprises. La version 2012 de l'observatoire montre que cette tendance s'est renforcée et que les entreprises ont pris conscience de la nécessité d'accompagner les usages des outils mobiles afin de préserver la productivité des salariés tout en protégeant les informations et données de l'entreprise. Conscience qui amène aujourd'hui les entreprises à ouvrir leur système d'information à la mobilité, au-delà des outils et solutions collaboratives initialement visées. Ainsi, 45% des Directions Informatiques affirment s'atteler désormais à rendre accessibles aux outils mobiles (smartphones et tablettes média) les applications métiers de l'entreprise pour répondre aux demandes fortes des salariés qui souhaitent voir leur environnement de travail modernisé et plus flexible. Certains rêvent d'une informatique simple comme un smartphone. Rêve, s'il en est, qui prend des tournures de réalité dans une entreprise sur cinq : celles-ci mettent progressivement en place un store applicatif pour diffuser et gérer les applications "mobiles". Reste que la sécurité est un axe clé pour les entreprises : il dépasse désormais le traditionnel frein lié au coût de l'ouverture à la mobilité. Les premières solutions adoptées par les entreprises pour encadrer la prolifération des terminaux mobiles ne suffisent plus. De nouvelles menaces, venues notamment des applications téléchargées par les salariés dans des stores applicatifs "grand public", poussent les entreprises à focaliser les solutions de sécurité sur les applications et sur les données de l'entreprises pour pallier au manque de contrôle des usages personnels d'outils également utilisés pour se connecter au SI. Force est de constater que les applications prennent une importance nouvelle dans les stratégies de mobilité des entreprises. Au cœur des projets d'ouverture du SI, à l'accès via des outils mobiles connectés, elles sont aussi visées par les solutions de sécurité qui évoluent, se détachant des terminaux pour se concentrer davantage sur les informations et données de l'entreprise. IDCFrance,13RuePaulValéry,75116Paris,Tél.:0156262666Fax:0156262670www.idc.com/france/
  2. 2. #FR292 ©2013 IDC O B J E C T I F S E T M E T H O D O L O G I E O b j e c t i f s Ce livre blanc présente les résultats de la deuxième édition de l'observatoire réalisé par IDC en collaboration avec IBM sur les environnements de travail des salariés et l'impact de la multiplication des Smartphones et Tablettes média utilisés par les salariés dans le cadre de leur travail. Il souhaite répondre à trois objectifs concrets :  Prendre la mesure de l'évolution de l'équipement des salariés en outils de mobilité, qu'ils soient personnels ou fournis par l'entreprise.  Analyser les usages de ces outils mobiles dans le cadre professionnel.  Identifier l'impact sur l'informatique de l'entreprise des nouveaux modes de travail et de connexion induits par les usages des outils mobiles. M é t h o d o l o g i e Les résultats présentés dans ce livre blanc sont issus d'une enquête menée par IDC au cours du mois de décembre 2012 auprès de deux populations issues d'entreprises de plus de 1000 salariés présentes dans l'ensemble des secteurs d'activité.  Côté entreprises, 100 entretiens téléphoniques ont été réalisés auprès de responsables informatiques. IDC a également interviewé plusieurs responsables informatiques de grands groupes démontrant des initiatives autour de l'intégration des outils mobiles dans la stratégie informatique.  Côté salariés, 212 entretiens ont été réalisés par web-enquête auprès d'utilisateurs d'au moins un outil mobile (PC portable, Smartphone ou Tablette média). F I G U R E 1 E c h a n t i l l o n s d e s e n q u ê t e s t e r r a i n Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 Marketing, Communication 6% Maintenance technique 10% Operations, Logistique 14% Commercial, Vente 14%Formateur, Enseignant 16% Cadre dirigeant 17% Administration, Comptabilité finance, Ressources Humaines, Juridique, etc. 23% Question : Et vous personnellement, quelle activité exercez-vous au sein de cette entreprise? N = 212 salariés équipés d’au moins un outil mobileN = 100 DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés Industrie / BTP 30% Commerce 9% Services 28% Secteur Pubic 33% Question : Quel est le secteur d’activité de votre entreprise ? Enquête SalariésEnquête DSI
  3. 3. ©2013 IDC #FR292 S O M M A I R E P Introduction 1 Objectifs et Methodologie 2 Objectifs.................................................................................................................................................... 2 Méthodologie ............................................................................................................................................ 2 Usages mobiles : où en sont les entreprises françaises? 1 Equipement des salariés : Les outils ultra-mobiles gagnent encore du terrain......................................... 1 Prolifération des usages ........................................................................................................................... 2 Le BYOD pour moderniser l'environnement de travail.............................................................................. 3 Les apps un levier de transformation du SI 5 Les applications métier s'imposent dans la sphère mobile ....................................................................... 5 IT : épine dorsale de l'entreprise ....................................................................................................... 5 Mise en mobilité : quels moyens?............................................................................................................. 6 Politique de sourcing pour la mise en œuvre de la mobilité .............................................................. 7 L'hybride comme mode de développement privilégié........................................................................ 7 Les stores applicatifs d'entreprise gagnent en popularité ......................................................................... 8 Les enjeux de L'entreprise mobile 9 Les préoccupations des DSI..................................................................................................................... 9 Les impacts de la mobilité sur l'infrastructure ........................................................................................... 9 Les apps grand public : menace de sécurité qui freine la mobilité?.......................................................... 10 De la gestion des terminaux à la gestion des applications ....................................................................... 11 Conclusion 13
  4. 4. #FR292 ©2013 IDC S O M M A I R E D E S G R A P H E S P 1 Echantillons des enquêtes terrain ................................................................................................ 2 2 Position des entreprises face à la consumérisation et attitude des salariés................................. 2 3 Attentes fortes des salariés vis-à-vis des entreprises ................................................................. 3 4 Applications accessibles aux smartphones et tablettes ............................................................... 6 5 Mode de mise en mobilité des applications B2B et B2C .............................................................. 7 6 Mise en place d'un store applicatif d'entreprise et applications concernées ................................ 8 7 Impact sur les infra de l'ouverture du SI à la mobilité................................................................... 10 8 Motivations et freins à l'ouverture à la mobilité du SI ................................................................... 11 9 Solutions de sécurité spécifiques en place .................................................................................. 12
  5. 5. ©2013 IDC #FR292 1 U S AG E S M O B I L E S : O U E N S O N T L E S E N T R E P R I S E S F R AN Ç AI S E S ? En 2012, en France, 18,8 millions de smartphones et plus de 3 millions de tablettes média ont été vendus. Si la part qui revient au grand public est encore très largement dominante par rapport aux ventes aux entreprises (7%), il n'en reste pas moins que celles-ci continuent d'équiper leurs salariés en solutions mobiles intelligentes. Ainsi, alors que, fin 2011, 34% des responsables informatique interrogés par IDC équipaient déjà des salariés de tablettes média, ils sont désormais 43%. Et le taux d'équipement dans ces sociétés atteint 6,2% des salariés en moyenne (contre 2% l'année précédente). Par ailleurs, cette année encore, l'enquête montre que les salariés sont équipés plus largement à titre personnel de smartphones et tablettes média et continuent d'utiliser ces outils dans le cadre de leur activité professionnelle. De la prolifération des équipements découle une prolifération des usages. Usages que les DSI tentent de limiter de plus en plus pour en connaître les dangers et implications sur le système d'information. Mais ces tentatives se heurtent aux attentes des salariés, toujours plus fortes, en matière de modernisation de l'environnement de travail pour accompagner l'évolution leurs modes de travail. E q u i p e m e n t d e s s a l a r i é s : L e s o u t i l s u l t r a - m o b i l e s g a g n e n t e n c o r e d u t e r r a i n Aujourd'hui, si toutes les entreprises équipent une partie des salariés de PC portables et de smartphones, elles sont près de la moitié (43%) à équiper également certains salariés de tablettes média. L'équipement moyen des salariés, par les entreprises, de plus de 1000 salariés est :  38% des salariés équipés de PC portables, en moyenne (vs. 23% fin 2011)  15% des salariés équipés de smartphones, en moyenne (vs. 10% fin 2011)  2% des salariés équipés de tablettes média en moyenne (vs. 0,5% fin 2011). Dans les entreprises qui équipent leurs salariés de tablettes, le taux d'équipement moyen atteint 6,3% des salariés. Des différences sont constatées, côté salariés, en fonction du secteur d'activité : beaucoup moins de salariés sont équipés par leur entreprise d'environnements mobiles dans le secteur public (avec 22% des salariés interrogés possédant un PC portable fourni par l'entreprise contre 82% dans l'industrie/BTP ou 62% dans les Services). Il en va de même pour les smartphones : 4% des salariés du secteur public en sont équipés par leur entreprise contre 25% dans l'industrie/BTP ou 28% dans les services.
  6. 6. 2 #FR292 ©2013 IDC P r o l i f é r a t i o n d e s u s a g e s Les progressions en matière d'équipement sont importantes, côté entreprises. Mais cette année encore, l'observatoire montre que les salariés sont nombreux à être équipés d'outils mobiles intelligents à titre personnel. Les salariés interrogés par IDC, équipés d'au moins un outil mobile, en possèdent en réalité deux, en moyenne. Ils utilisent ces outils, pour bon nombre d'entre eux, à titre professionnel. Les modes de travail évoluent vers plus de mobilité mais aussi vers davantage de flexibilité avec une pratique de "worksnacking" qui consiste à grignoter sur le temps personnel en se connectant et travaillant, à tout heure, en tout lieu et avec n'importe quels outils (PC portable, smartphone, tablette) dont dispose le salarié, qu'ils soient personnels ou fournis par l'entreprise. Il s'agit alors de connexion ATAWAD (anytime, anywhere, any device). Cette tendance prend de l'ampleur poussée par un désir des salariés d'accéder au SI dans toutes sortes de circonstances et à tout moment, sous prétexte d'accroître leur productivité et leur réactivité tout en leur offrant plus de flexibilité. Mais les responsables informatiques ne sont pas aussi enthousiastes que les salariés. La Figure 2 ci-dessous met en lumière le fossé qui se creuse entre les DSI (65% d'entre eux) qui s'opposent à l'utilisation anarchique d'outils personnels dans le cadre professionnel (on parle alors de "Bring Your Own Device" -BYOD) et les salariés qui, sans concertation avec la DSI pour 64% à 72% d'entre eux (en fonction du terminal utilisé) utilisent leurs outils personnels pour se connecter au système d'information, mettant ainsi potentiellement en danger les données et informations de l'entreprise. F I G U R E 2 P o s i t i o n d e s e n t r e p r i s e s f a c e à l a c o n s u m é r i s a t i o n e t a t t i t u d e d e s s a l a r i é s Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 Question : Face à l'utilisation de terminaux mobiles à titre professionnel, la position générale de votre entreprise est- elle de : Refuser l’utilisation des environnements personnels pour accéder au SI : 65% Tolérer les usages et les accompagner d’une charte : 30% Intégrer ces outils au SI : 5% N = 100 DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés 36% 28% 30% 64% 72% 70% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Tablette Media Smartphone PC Portable Oui Non Question : L'utilisation des équipements personnels suivants dans un cadre professionnel s'est-il fait en concertation ou avec l'accord du service informatique de votre entreprise ? N = Salariés équipés d’au moins un outil mobile N= 16 N= 83 N= 62 Usage pro des outils perso : •PC portables : 66% des salariés •Tablettes : 35% des salariés •Smartphones : 63%
  7. 7. ©2013 IDC #FR292 3 L e B Y O D p o u r m o d e r n i s e r l ' e n v i r o n n e m e n t d e t r a v a i l Les salariés continuent de s'équiper largement en outils de mobilité afin de bénéficier des avantages que ces outils leur offrent, notamment en termes de flexibilité. Et les modes de travail évoluent rapidement avec l'adoption de ces outils mobiles mais aussi l'ouverture progressive des entreprises au télétravail et aux organisations virtuelles. Interrogés sur leur perception de la stratégie de mobilité de leur entreprise, les salariés sont critiques : ils ne sont que 13% à juger leur entreprise "volontariste, très innovante". Pour le reste, les entreprises sont perçues par leurs salariés, au mieux, comme "intéressée mais prudente" (par 44%) voire réfractaire ("réservée, en veille, conservatrice…). F I G U R E 3 A t t e n t e s f o r t e s d e s s a l a r i é s v i s - à - v i s d e s e n t r e p r i s e s Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 Les résultats de l'enquête révèlent que les salariés n'ont pas une volonté unanime d'utiliser leurs propres environnements au sein de l'entreprise (25% d'entre eux seulement). Les salariés attendent, au contraire, que l'entreprise leur donne les moyens d'accès au système d'information tant en termes d'équipement (tablettes, smartphones, PC portables) qu'en termes de services (accès, appli mobiles, …). Le BYOD semble donc être, pour les salariés, un moyen de moderniser leur environnement de travail (plutôt qu'une politique à mettre en place à tout prix), en attendant que leur entreprise les équipe des outils modernes auxquels ils aspirent pour les avoir déjà massivement adoptés dans la sphère personnelle. Et ce n'est pas faute de les réclamer à la DSI, avec plus ou moins de véhémence (et persuasion) suivant leur position dans l'entreprise. 25% 47% 57% 61% 74% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Pouvoir utiliser vos propres équipements pour travailler Prise en charge de la gestion et le support de vos outils personnels utilisés dans le cadre professionnel Que votre entreprise vous équipe en solutions mobiles innovantes (Smartphone, tablette média) Disposer d'applications d'entreprise adaptées aux nouveaux environnements mobiles Avoir accès au même environnement de travail (interface) quel que soit le terminal utilisé Réponses 4 et 5 Question : Sur une échelle de 1 à 5 (où 1 = peu importante et 5 = très importante, quelle est, pour vous, l’importance des attentes suivantes vis-à-vis de votre entreprise ? N = 212 Salariés équipés d’au moins un outil mobile En pourcentage des réponses
  8. 8. 4 #FR292 ©2013 IDC Pourtant, les DSI ont commencé à prendre la mesure du phénomène du BYOD et de la mobilité dans son ensemble. Deux tiers d'entre eux (67%) s'accordent d'ailleurs à penser que l'évolution inéluctable des modes de travail incite à l'ouverture du SI à la mobilité, notamment pour permettre la mobilité des salariés (en facilitant l'accès ATAWAD) afin de préserver ou augmenter la productivité de ceux-ci. Le concept du "Bring your own device" qui, en Amérique du Nord, connaît un certain succès est, en France, timidement accueilli. En effet, il se heurte à des réglementations plus strictes notamment concernant l'éligibilité des salariés face à la problématique de remboursement des frais d'acquisition et/ou d'utilisation des outils personnels utilisés à titre professionnel. Ainsi, parmi les entreprises françaises interrogées, 9% permettent à leurs salariés d'apporter leur smartphone et autant ont l'intention de le permettre à terme. Une étude IDC menée auprès des entreprises européennes met en évidence les principaux freins du BYOD identifiés par les DSI (1.391 interrogés par IDC, en Europe) :  Risque de perte de données (selon 50% d'entre eux),  Manque de contrôle (42%),  Difficile attribution de la responsabilité concernant les données stockées sur les outils personnels (40%). Au-delà de l'équipement, les salariés ont des attentes fortes en termes d'expérience utilisateur. L'accès au même environnement de travail quelque soit le terminal utilisé est très important pour trois salariés sur quatre (74%). De même, disposer des applications d'entreprise adaptées aux nouveaux environnements est une attente forte pour 61% des salariés interrogés. Ces deux aspects concourent à améliorer l'expérience utilisateur et la productivité des salariés (accès agnostique et environnement familier, quel que soit l'outil utilisé pour accéder à l'environnement de travail). D'ailleurs, les attentes des salariés sont si fortes que certains DSI se voient poser la question suivante : "Pourquoi le SI n'est-il pas aussi simple qu'un smartphone?" Une Direction métier à un DSI : "Pourquoi le SI n'est-il pas aussi simple qu'un smartphone?"
  9. 9. ©2013 IDC #FR292 5 L E S AP P S U N L E V I E R D E T R AN S F O R M AT I O N D U S I La mobilité est entrée dans les mœurs et aujourd'hui clairement aussi dans les entreprises. Les DSI ont pris conscience de la nécessité d'accompagner l'évolution des modes de travail vers plus de mobilité afin, notamment, de préserver la productivité des salariés. Et pour répondre aux demandes pressantes (voire menaçantes) des salariés, les DSI ouvrent de plus en plus de pans du système d'information aux accès via des outils mobiles. Ainsi, en un an, 55% de DSI supplémentaires ont le projet de rendre accessible aux outils mobiles les applications métier. C'est ce que révèle cette deuxième édition de l'observatoire sur les environnements de travail IDC/IBM. L e s a p p l i c a t i o n s m é t i e r s ' i m p o s e n t d a n s l a s p h è r e m o b i l e Les outils informatiques sont au cœur du quotidien des salariés et toute amélioration dans leur environnement de travail (notamment par l'ouverture à la mobilité des applications clés) peut avoir un effet de levier important. Les DSI ont donc étendu le spectre des applications accessibles en mobilité au-delà du collaboratif, premier sujet à avoir été concerné par la mobilité. IT : épine dorsale de l'entreprise Les outils IT sont au cœur du quotidien des salariés et vont continuer de l'être. En effet, les trois quarts (74%) des salariés interrogés dans le cadre de cet observatoire indiquent réaliser, en moyenne, plus de 50% de leur travail avec des outils informatiques (PC fixes, PC portables et autres outils mobiles). Près de 2 salariés sur 5 (39%) réalisent même plus de 75% de leur travail avec ces outils. En particulier, les salariés équipés de smartphones estiment que 22% de leur travail est réalisé sur ces outils tandis que la tablette représente déjà pour les salariés équipés 16% de leur temps de travail. Il devient nécessaire de prendre en compte cette tendance dans la définition de la stratégie mobile, alors que les DSI ciblent de plus en plus la mise en mobilité des applications métier dans le cadre de leur stratégie mobile. Il en va de la productivité des salariés. D'autant que 33% et 38% des salariés possédant des smartphones et tablettes, respectivement, prévoient de renforcer leur utilisation de ces outils. La Figure 4 ci-dessous montre que 45% des DSI ont ou sont en train de rendre accessibles les applications métiers aux outils mobiles (contre 29% fin 2011). Si, côté salariés, seul un petit tiers (31%) confirme avoir accès aux applications métier via un smartphone et 21% via une tablette média (contre 8% et 13% l'an dernier, respectivement), ce chiffre devrait augmenter compte tenu des initiatives des DSI dans ce domaine.
  10. 10. 6 #FR292 ©2013 IDC F I G U R E 4 A p p l i c a t i o n s a c c e s s i b l e s a u x s m a r t p h o n e s e t t a b l e t t e s Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 M i s e e n m o b i l i t é : q u e l s m o y e n s ? La plupart des DSI (85%) affirment qu'une partie des applications ne pourra être rendue accessible aux smartphones et tablettes média. En effet, la mise en mobilité du système d'information ne s'opère pas par une simple transformation des applications mais elle nécessite de repenser l'infrastructure applicative, les processus et les usages des applications. L'objectif étant de délivrer aux salariés les informations dont ils ont besoin de façon simple et rapide, si nécessaire en ayant recours à des applications ou apps transversales. La mobilité n'est pas un projet applicatif traditionnel avec expression d'un besoin, recherche de solution et implémentation. Dans le cas d'un projet de mobilité, une réflexion doit être menée pour assurer la cohérence de l'approche. Un certain nombre d'alternatives sont possibles :  Transformer les applications existantes (réécriture). Cette option requiert beaucoup de développements, internes ou via des partenaires,  Mise en place de nouvelles applications (permettant l'accès par des outils mobiles) en remplacement d'applications existantes pour pallier aux difficultés de transformation de certaines applications,  Ajout/développement d'apps. Ces apps sont des modules applicatifs qui puisent, dans une ou plusieurs applications sous-jacentes les informations nécessaires à 16% 18% 19% 20% 22% 27% 28% 33% 42% 45% 89% 3% 7% 5% 1% 9% 7% 5% 5% 6% 3% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Logistique/SCM (Supply Chain Management) RH - Ressources Humaines Application de gestion d'entreprise type ERP SFA - Sales Force automation (Force de Ventes) Réseau social d'entreprise CRM FFA (informatisation des équipes terrain) Fichiers, données de l'entreprise Chat, messagerie instantannée de l'entreprise Applications métiers spécifiques Messagerie et agenda pro C'est déjà accessible ou c'est prévu C'est en réflexion Question : Les types d’applications suivantes sont-elles ou pourraient-elles être accessibles, au moins en partie, à partir des smartphones et tablettes ? N = 100 DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés
  11. 11. ©2013 IDC #FR292 7 la finalité de l'app. Ces apps peuvent s'appuyer sur des processus existants ou inaugurer un nouveau processus. Politique de sourcing pour la mise en œuvre de la mobilité Comme le montre la Figure 5 ci-dessous, les entreprises sont partagées dans leur approche de la mobilité. Elles sont plus ou moins en faveur de l'externalisation, en fonction de leur maturité et de leur politique de sourcing. En outre, elles adoptent une approche légèrement différente selon qu'il s'agit d'une application à destination du grand public (applications B2C ou B2B2C) ou des entreprises, des salariés (applications B2B et B2E). Mais globalement, les développements internes ou externes sont encore les plus répandus même si la souscription en mode SaaS à une solution logicielle commence à intéresser les entreprises qui recherchent plus de flexibilité et un fonctionnement en OpEx plutôt que CapEx (charge plutôt qu'investissement), au détriment de l'achat de licence, en mode traditionnel. F I G U R E 5 M o d e d e m i s e e n m o b i l i t é d e s a p p l i c a t i o n s B 2 B e t B 2 C Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 L'hybride comme mode de développement privilégié Près de la moitié des responsables informatiques interrogés sont incertains quant au choix à faire entre un développement HTML5, agnostique mais moins scalable, fiable et sécurisé, et un développement natif, plus coûteux et compliqué à gérer dans le temps mais néanmoins plus satisfaisant sur le plan de l'expérience utilisateur. A l'épreuve du temps, il semble que le développement hybride réponde le mieux aux contraintes des DSI et des entreprises. La Recherche IDC prédit d'ailleurs qu'il sera, en 2013, le mode de développement privilégié, au détriment de développements 100% Natif ou 100% HTML5. 16% 17% 13% 38% 27% 19% 25% 26% 26% 37% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Ne sais pas Par achat de licences en mode traditionnel En souscrivant à une offre SaaS Via des développements par un prestataire externe Via des développements internes (solution maison) B2B ou B2E B2C ou B2B2C N = DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés N = 87 N = 70 Question : De quelle manière pensez-vous mettre en mobilité les d’applications :
  12. 12. 8 #FR292 ©2013 IDC L e s s t o r e s a p p l i c a t i f s d ' e n t r e p r i s e g a g n e n t e n p o p u l a r i t é Les stores applicatifs d'entreprise, calqués sur les modèles de stores grand public (de type Google Play ou AppStore) sont encore peu répandus avec 5% des entreprises, en moyenne, qui en ont mis un en place, fin 2012. Pourtant, l'engouement des salariés pour ces stores est fort : 63% les jugent utiles puisqu'ils permettent d'utiliser et télécharger les applications dont ils ont besoin dans le cadre de leur activité professionnelle et ce, depuis n'importe quel terminal mobile. La Figure 6 suivante montre que près d'une entreprise sur cinq seulement a mis ou va mettre en place un store applicatif d'entreprise. Des différences par secteur d'activité ont été mises en lumière avec notamment 29% des entreprises dans le secteur du Commerce et de la Distribution qui ont des projets contre 13% pour les structures publiques. F I G U R E 6 M i s e e n p l a c e d ' u n s t o r e a p p l i c a t i f d ' e n t r e p r i s e e t a p p l i c a t i o n s c o n c e r n é e s Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 Quant à la mise en place des stores applicatifs d'entreprise, plus de la moitié des entreprises (59%) sont encore incertaines quant à l'approche à adopter. Les entreprises plus avancées dans leur réflexion semblent privilégier le store clé en main et le store en marque blanche mis à disposition et géré par un fournisseur –plutôt qu'un développement réalisé en interne. Oui, en place ou en cours de mise en place 5% Prévu dans les 12 à 18 mois 14% Non et pas de projet 81% Question : Avez-vous mis en place un « store applicatif » permettant aux salariés équipés de Smartphones ou de Tablettes de télécharger et d’installer les applications dont ils ont besoin dans le cadre de leur activité professionnelle ? 19% des entreprises interrogés N = 100 DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés 13% 11% 19% 27% 52% 0% 50% 100% Autres applications Les applications à destination des salariés nomades Les applications de collaboration Toutes les applications Les applications métier Question : Quelles typologies d’applications sont/seront concernées par le store applicatif dans votre entreprise ? (12% en 2011) (8% en 2011)
  13. 13. ©2013 IDC #FR292 9 L E S E N J E U X D E L ' E N T R E P R I S E M O B I L E Si les DSI, nous l'avons vu, ont pris conscience que l'évolution des modes de travail est inéluctable (67%) et qu'il faut l'accompagner, ils sont néanmoins également conscients des difficultés d'une mise en mobilité du système d'information et de la gestion d'un système d'information mobile, dans la durée. L e s p r é o c c u p a t i o n s d e s D S I Entre les deux éditions de l'observatoire IBM/IDC, les préoccupations des DSI ont évolué.  Le coût, premier frein à la mobilité fin 2011 semble aujourd'hui justifié au regard des bénéfices que la mobilité apporte (pour 82% des DSI). En effet, la plupart des salariés (87%) s'accordent à dire que la mobilité permet des gains de productivité (gains de temps, efficacité) et offre une meilleure réactivité aux demandes internes ou externes. Et selon eux (84%), il en découle une amélioration des interactions avec les interlocuteurs dans le monde professionnel bénéfique à l'entreprise.  Les difficultés associées à la gestion d'une grande diversité d'OS se sont renforcées en 2012 (46% des entreprises en 2012 estiment que c'est une préoccupation forte contre 31% en 2011). Cette évolution peut s'expliquer, d'une part, par la maturité des entreprises sur le sujet mais également par une stabilisation du marché autour d'un nombre restreint de systèmes d'exploitation et l'avènement de langages tels que HTML5 pour des développements "agnostiques". La gestion des applications mobiles au quotidien, sur leur cycle de vie est également une préoccupation pour 50% des DSI interrogés par IDC dans le cadre de cet observatoire.  Enfin, la mobilité est perçue comme un élément perturbateur pour la DSI, sollicitant des ressources déjà peu disponibles (selon 66% des DSI interrogés). L e s i m p a c t s d e l a m o b i l i t é s u r l ' i n f r a s t r u c t u r e Selon deux tiers des DSI interrogés, l'ouverture à la mobilité de tout ou partie du SI impacte les infrastructures et notamment impose un redimensionnement de l'infrastructure applicative, notamment avec l'ajout d'apps. D'autre part, elle concoure à la modification de l'architecture du SI (voir Figure 7 ci-dessous). Pour répondre aux problématiques de mobilité, les entreprises devront adapter les infrastructures sous-jacentes. Interrogés sur le sujet, près d'un tiers des DSI, pour pallier à la charge supplémentaire sur les infra IT causée par l'usage croissant de la mobilité, envisagent d'avoir recours à des capacités supplémentaires, en mode cloud (notamment pour de la puissance serveur à la demande, pour 32% ou du stockage à la demande, pour 23%). Cette tendance s'inscrit dans une optique de flexibilité (IaaS pour les infrastructures et SaaS pour les solutions applicatives) afin de minimiser l'impact sur les investissements (CapEx).
  14. 14. 10 #FR292 ©2013 IDC F I G U R E 7 I m p a c t s u r l e s i n f r a d e l ' o u v e r t u r e d u S I à l a m o b i l i t é Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 L e s a p p s g r a n d p u b l i c : m e n a c e d e s é c u r i t é q u i f r e i n e l a m o b i l i t é ? 2012 a été une année record pour le nombre d'applications téléchargées dans la boutique d'Apple. Elle a concentré la moitié de tous les téléchargements enregistrés dans le monde depuis son lancement. Google Play, la plateforme de distribution d’applications pour les téléphones Android, a atteint les 25 milliards de téléchargements depuis sa création en 2008 (initialement Android Market). Google Play contenait 700 000 applications en octobre 2012 et le million devrait être atteint en juin 2013. Or une nouvelle menace de sécurité du SI vient désormais des apps qui sont téléchargées, en grand nombre, par des salariés qui utilisent leur outil à titre personnel mais aussi à titre professionnel pour accéder au SI : les salariés téléchargent des applications sur les stores grand public et ensuite utilisent leur outil (personnel ou professionnel) pour se connecter au système d'information permettant aux hackers de s'introduire dans le système d'information des entreprises. En effet, les apps peuvent contenir un trojan (cheval de Troie) qui sert de porte dérobée aux hackers, le tout sans que l'utilisateur n'en ai conscience. Le manque de contrôle que les DSI ont sur les outils utilisés par les salariés mais aussi sur les applications téléchargées et utilisées par ces salariés explique, au moins en partie, que la sécurité soit un frein à l'ouverture du SI à la mobilité pour plus des trois quarts des DSI (77%) fin 2012 alors qu'il n'en était un que pour 55% des DSI fin 2011. 21% 28% 30% 34% 55% 66% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Affecte la disponibilité des serveurs Pèse sur la capacité réseau du Datacenter Pèse sur l'infrastructure de stockage Alourdit la charge des serveurs Concoure à la modification de l'architecture du SI Impose un redimensionnement de l'infrastructure applicative avec l'ajout de solutions plus spécifiques N = 94 DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés Question : De quelle(s) manière(s), selon vous, l’ouverture à la mobilité de tout ou partie du système d’informations impacte-t-elle les infrastructures IT?
  15. 15. ©2013 IDC #FR292 11 F I G U R E 8 M o t i v a t i o n s e t f r e i n s à l ' o u v e r t u r e à l a m o b i l i t é d u S I Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 Les autres freins évoqués par un tiers au plus des répondants, sont principalement liés aux difficultés que représentent l'ouverture à la mobilité du SI et la gestion du SI mobile sur son cycle de vie. Les DSI sont notamment conscients de la difficulté d'intégrer les applications mobiles avec l'existant, et du coût que représente la transformation ou l'acquisition d'apps et applications et, ensuite du coût de la gestion, sur leur durée de vie, des applications mobiles (ou rendues mobiles). D e l a g e s t i o n d e s t e r m i n a u x à l a g e s t i o n d e s a p p l i c a t i o n s Fin 2012, seules 49% des entreprises interrogées avaient mis en place une solution de sécurité spécifique pour smartphones et tablettes média. Une solution, pour la plupart (59%), limitée aux terminaux fournis par l'entreprise. Pourtant la menace vient aussi (et surtout) des terminaux apportés par les salariés et hors du contrôle des DSI. Cette situation s'explique par deux faits. Tout d'abord le fait que les salariés utilisent leurs outils personnels sans concertation avec la DSI et d'autre part, 81% d'entre eux s'opposent à ce que leurs outils personnels utilisés à titre professionnel, soient inscrits dans le système de gestion de l'entreprise. Ils craignent que leur expérience utilisateur soit dégradée dans le cas où l'entreprise imposerait un verrouillage de fonctionnalités de leur terminal –pour des raisons de sécurité, et aussi que l'entreprise accède à leurs données personnelles stockées sur le terminal (pour 37% des salariés). 12% 28% 33% 45% 59% 67% 0% 20% 40% 60% 80% 100% C'est une demande de la Direction Générale Améliorer les processus internes (notes de frais, demandes de congés,etc.) Renforcer les interactions des salariés avec les clients Améliorer la productivité des salariés Pouvoir accéder aux applications quel que soit le moment, lieu, terminal L'évolution inéluctable des modes de travail vers plus de mobilité Question : Quelles sont les principales motivations qui poussent (ou inciteraient) votre entreprise à ouvrir tout ou partie de son système d’information à la mobilité? 3% 8% 9% 10% 7% 14% 25% 32% 19% 36% 77% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Ce n'est pas une priorité Autres freins Peu d'intérêt ou de demandes de la part des salariés La Direction générale y est opposé Complexité liée au versionning des OS Complexité liée à la diversité des OS ou des terminaux… Le coût de la gestion des applications mobiles Le coût de la transformation ou de l'acquisition d'applications Les difficultés technologiques de mise en mobilité Difficulté à intégrer les applications mobiles avec… La sécurité des données et informations Coût Gestion Multi OS Autres freins Question : Quelles sont les principaux freins à l’ouverture de tout ou partie du système d’information à la mobilité? N = 100 DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés Sécurité
  16. 16. 12 #FR292 ©2013 IDC F I G U R E 9 S o l u t i o n s d e s é c u r i t é s p é c i f i q u e s e n p l a c e Source : Observatoire des environnements de Travail IDC / IBM, janvier 2013 De manière générale, les solutions qui gèrent les outils mobiles de type Mobile Device Management (MDM), ont répondu aux premiers besoins des entreprises précurseurs dans la prise en compte des outils mobiles. Cependant, ces solutions sont devenues insuffisantes notamment du fait des nouvelles menaces de sécurité logées au cœur même des apps téléchargées par les salariés sur des stores applicatifs grand public. En réponse à ces nouvelles menaces et pour encadrer les usages, les solutions dites de Mobile Application Management (MAM) ont récemment vu le jour. Elles sont particulièrement pertinentes pour pallier au défaut de contrôle des terminaux personnels des salariés utilisés à titre professionnel. En effet, la sécurité est indépendante du terminal et vise à sécuriser, en amont, les applications, les contenus et informations, ainsi que les données de l'entreprise. Ces solutions comportent également une brique de gestion des applications, de leur développement à leur déploiement, sur l'ensemble de leur cycle de vie, permettant notamment de gérer les mises à jour et les versions successives et d'éviter ainsi l'obsolescence (très rapide) de celles-ci. Aujourd'hui, les solutions les plus matures du marché fournissent aux entreprises les outils pour se focaliser sur les apps et données de l'entreprise et le contenu qui réside sur les terminaux sans toucher aux photos, vidéos, musiques et emails personnels présent sur le terminal. Ces solutions sont moins intrusives et moins agressives que les premières solutions de MDM (notamment la fonctionnalité de wipe qui efface les contenus en cas de perte ou vol d'un terminal) et offrent une meilleure expérience aux utilisateurs. En outre, les solutions de MAM, en se focalisant davantage sur les applications que sur les terminaux sont mieux acceptées par les salariés et permettent aux DSI de renforcer la sécurité tout en évitant d'effacer les données/fichiers personnels mais néanmoins en limitant les risques de contagions par des applications contaminées (par un virus ou un Trojan – cheval de Troie) qui auraient été downloadées sur un store applicatif grand public. N = 100 Solution de sécurité spécifique SmartphonesetTablettes ? 0% 20% 40% 60% 80% 100% Refuser l'accès et le stockage des données personnelles Cloisonner les données d'entreprise des données personnelles Exiger le cryptage des emails et des données de l'enteprise Verrouiller certaines fonctionnalités des terminaux Effacer à distance les données des terminaux égarés ou volés Verrouillage automatique après une certaine période d'activité Mise à jour à distance et permanente des politiques de sécurité Appliquer des politiques de mot de passe Fournis par l'entreprise Personnels Fonctionnalitésprévues pourSmartphones etTablettes N =61 N=35 N = DSI d’entreprises de plus de 1000 salariés Oui 49% Non 31% C'est prévu 20% Oui Non C'est prévu
  17. 17. ©2013 IDC #FR292 13 C O N C L U S I O N La prolifération, ces 18 derniers mois, de smartphones et de tablettes media utilisés par les salariés dans le cadre de leur activité professionnelle, a mis en exergue les enjeux de diversité (des outils, des OS), de sécurité et de conformité auxquels les DSI devront faire face dans leur prise en compte de la mobilité. Si les entreprises commencent seulement à déployer des applications mobiles à destination de leurs salariés et de leurs partenaires, les volumes vont croître rapidement au cours des prochains mois et des prochaines années. Dans ce contexte, la gestion des déploiements et l'encadrement des téléchargements devient primordiale pour préserver l'expérience utilisateur et la productivité des salariés. La maturité des DSI sur le sujet de la mobilité s'est accrue entre les deux éditions de l'observatoire. Cette dernière édition montre que les DSI ont une vision plus fine de leurs besoins. Ils sont notamment conscients de l'importance de prendre en compte tous les aspects de la mobilité dans leur stratégie : la gestion des terminaux, des réseaux, des systèmes centraux, des applications et contenus. Sur le marché, la convergence entre gestion des terminaux, des applications et de la sécurité est une réalité récente. Mais les solutions du marché évoluent rapidement pour répondre au besoin des entreprises d'adopter une démarche globale dans leur ouverture à la mobilité et de gérer sur son cycle de vie le système d'information mobile. Ainsi, les solutions de gestion des applications mobiles, dites "Mobile Application Management" (MAM), se développement, proposant une gestion fine des applications, données et informations de l'entreprise, indépendamment du terminal utilisé pour y accéder, tout en fournissant un meilleur niveau de contrôle sur les applications déployées et consommées par les salariés. C o p y r i g h t N o t i c e External Publication of IDC Information and Data — Any IDC information that is to be used in advertising, press releases, or promotional materials requires prior written approval from the appropriate IDC Vice President or Country Manager. A draft of the proposed document should accompany any such request. IDC reserves the right to deny approval of external usage for any reason. Copyright 2013 IDC. Reproduction without written permission is completely forbidden.

×