SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  37
Télécharger pour lire hors ligne
LES HÉPATITES VIRALES
ET
RISQUES AU CABINET DENTAIRE
Dr. MAKRI – Dr. OUALMI- Dr. CHAFA- Pr. BOUDAOUD
Service de pathologie buccale- CHU Mustapha Alger
Ministère de la Santé de la Population et de la Réforme Hospitalière
Institut National de Santé Publique
Séminaire de formation des chirurgiens dentistes
De santé publique sous le thème :
Risques médicaux dans la pratique dentaire courante
Maladies chroniques et chirurgie dentaire
09 et 10 Avril 2019
Introduction
 L’ hépatite virale est une maladie silencieuse aux
complications chroniques parfois graves,
qualifiée par l’OMS comme un malaise mondiale.
 Le chirurgien dentiste se retrouve en première
ligne face à cette maladie et s’expose des lors au
risque de contamination nosocomiale du fait de
la nature de ses actes en rapport direct avec le
sang et la complexité de ses gestes.
 De ce fait, des précautions et des gestes codifiés
s’imposent pour assurer la sécurité du personnel
et des patients.
Hépatites virales?
Infection responsable de l’inflammation hépatique aigue ou
chronique.
Son expression est a la fois : clinique et biologique.
 Infectieuses virales (virus A, B, C, D,E virus de la
MNI et CMV). 95%
 Médicamenteuses : cytolytiques, cholestatiques.
 Toxiques (alcool par exemple).
 Auto-immunes.
Formes étiologiques
4
La cause virale
 VHA -VHE
 VHB -VHD
 VHC
 VHG
 R! Co infections
VHA/E
20%
VHB/D
20%VHC
60%
Signes cliniques
Ictère Malaise Fièvre Doleurs
abdominales
Anorexie Fatigue Nausées Urticaire
Hépatomégalie Splénomégalie Angio œdème
Signes biologiques
Bilirubine transaminase Phosphatase alcaline
↗ 2.5 md/dl ↗↗↗ ↗
Complexes immuns A Ac: IgM et IgG
B Ac anti HBc (IgG),Ag HBs
Ac anti Ag HBs
C Ac antiVHC
Manifestations buccales
Décolorations (pigments biliaires).
Hémorragies buccales.
Pétéchies.
Ecchymoses.
Lichen plan.
Glossites.
Mode de transmission
A B C D
Voie de
transmission
Fécale
Orale
Parentérale
Sexuelle
Parentérale Parentérale
Sexuelle
Incubation 2 a 6 sem. 1 a 6 mois 2 a 6 mois 15 j a 2 mois
Silence 20% 70 a 90% 60 a 70% -
Sévérité Moy. variable Moy. sévère
Complications Rares Variables Nombreuses
Etat porteur Non Oui Oui Oui
Incidence
«On reconnaît désormais que l’hépatite virale
représente un défi sanitaire majeur
nécessitant d’agir d’urgence», a déclaré le Dr
Margaret Chan, Directeur général de l’OMS.
Dans le monde (OMS, 2017)
 325 millions de personnes vivent dans le monde
avec une infection chronique par le virus de
l’hépatite B (257millions) ou de l’hépatite C (71
millions ).
 En 2015, Il y a eu environ 1,75 million de
nouveaux cas d’infection àVHC, alors que le
nombre des nouvelles infections àVHB est en
baisse (4.7% en 2000 et 1.7% en 2015) grâce à
une progression de la couverture vaccinale anti-
VHB chez les enfants (84%).
 Il s’agit essentiellement de malades n’ayant pas
accès aux dépistages et aux traitements.
 Des millions de personnes sont confrontées au
risque d’évolution lente vers une maladie chronique
du foie, le cancer et la mort.
 L’hépatite virale a provoqué 1,34 million de décès en
2015, dont 96% sont dues aux hépatites B et C.
Cette mortalité augmente par rapport à celle
imputable à la tuberculose et auVIH, elle qui est en
baisse.
 Le rapport relève que seulement 9% des infections à
VHB et 20% des infections àVHC ont été
diagnostiquées en 2015.
 Cette situation ne fait qu’amplifier les risques de
transmission et de prise en charge des malades.
HBV
HCV
La mortalité mondiale
1,5 million de cas (1)
 L’hépatite C touche prêt de 1% des donneurs de sang et 50% des
dialysés (dépistage obligatoire). (2)
 70% des malades contaminés chez le dentiste, selon SOS
Hepatites. (3)
1. LES HEPATITES EN ALGERIE: La guerre des chiffres. Entretiens Docteur Debzi (Service de
gastroentérologie du CHU Mustapha) ,Aug 7, 2011.
2. La première conférence sur l’épidémiologie de l’hépatite dans le monde et en Algérie assurée par les
DrTessa et Si Mohand et le PrToudeft - CHUTizi ouzou, 2017.
1. Actudz.com. Par Djazz le 06 Mai 2009.
15
2,5 % hépatite B 2,7 % hépatite C
En Algérie
Risques?
La contamination virale - AES
Hémorragies per et post opératoires.
Interactions médicamenteuses.
Complications générales en rapport avec la
thérapeutique anti virale:
Thrombocytopénie, anémies, neutropénies
Patients à risque potentiel
 Patients en phase active de la maladie.
 Patients ayant un ATCD d’hépatite virale.
 Patients avec signes cliniques d’hépatite.
 Patients porteurs de virus.
Patient à risque
faible
Patient à risque
élevé
ATCD hépatite A, B, C
Ag négatif,
Présence Ac
Ag positif
Bilan hépatique perturbé
signes cliniques d’hépatite
Transmission virale et AES
 La pratique de la chirurgie orale expose les
dentistes au risque permanant de contamination:
 Les hémorragies consécutives à l’état d’hygiène ou à
l’état parodontal et les hémorragies per opératoires
augmentent ce risque.
 La détection de l’ARN HCV dans la salive et le fluide
gingivale est de l’ordre de 77%.
 Le matériel souillé comme les outils rotatifs, les
fraises, les aiguilles, les instruments tranchants ou
les miroirs sont responsable de 6,1% des cas de
contamination.
 La survie du virus est de 16h dans l’environnement et
de 5 mois dans l’eau.
Catégories de porteurs
potentiels
 Transfuses, hémophiles, transplantes, Dialyses.
 Toxicomanes/Refugies/prisonniers/Homo et
hétérosexuels.
 VIH (co-infection).
 Hepathopathes.
 Enfants nés de mère infectée.
Professionnels de santé: Paramédicaux,
dentistes, laboratoire et hématologues…..
C B
Séroconversion 1.8% 23% à 62%
Prévalence 2% 9%
La charge virale
 La charge virale sanguine se définit par la
quantité de virus (Ag ou ARN) par ml de
sérum.
 Elle représente un élément capital pour
évaluer le degré d’infectiosité d’un porteur
chronique.
 Il n’existe pas de seuil de charge virale
sanguine en dessous de laquelle le risque de
transmission est nul.
Risque de
transmission
Charge virale
Très faible Indétectable
Faible Détectable et non quantifiable
Elève et très élevé Quantifiable, jusqu’à 8 log.
 L’hépatite est considérée comme inactive mais
faiblement virémique avec une charge virale à
10000 copies/ml, soit 104 ou 4 log.
 Au-delà de 100 000 copies/ml, soit 105 ou 5 log, elle
est considérée comme active.
 La concentration virale est plus forte au niveau du
sang et le sérum, faible au niveau de la salive et le
sperme.
 La contamination peut se faire par simple morsure
ou piqure (10-7 ml de sang ou sérum).
 5 a 10% des porteurs sont silencieux.
Voies de transmission
Contact direct
Sang, salive, pus, secrétions, environnement.
Contact indirecte
mains et matériel souillés
Contact aérien directe
Projections de gouttelettes
Mode de transmission
Patient - patient
Directe ou indirect
Patient - praticien et personnel médical
Patient à lui-même
Environnement
Règles préventives
Préparation ergonomique du cabinet:
Diminution de l’encombrement.
Isolation des surfaces et outils de travail :
Tenu, champs et gaines jetables.
Respect des règles stricts d’hygiène et d’asepsie
(Tout patient):
Hygiène des mains et port de gants.
Utilisation d’un matériel stérile et/ou jetable.
Respect des protocoles de travail et manipulation
prudente des instruments et produits sanguins.
Diminution du stress de travail source d’erreur et de
déconcentration en espaçant les RDV.
Prise en charge des malades potentiels en dernier
RDV et désinfection systématique âpres acte:
Fauteuil et unit, tubulures, seringues, turbine et
environnement.
Glutaraldéhyde 2% (6h).
Hypochlorite de sodium à 2.6% (1/5)
Autoclave 100° à 10 min.
Micro10
Vacucid
Unisepta
Collecte des objets
dangereux piquants et
tranchants dans des
récipients dédiés et leur
élimination
réglementée.
En cas de piqure ou de blessure
Lavage abondant à l’eau courante sans faire saigner.
Désinfection pendant 5mn: Hypochlorite 2.6% , Dakin,
Betadine, Alcool 70°.
Déclaration obligatoire et sérologie.
Un dentiste contaminé doit cesser d’activité jusqu’à
rémission.
Vaccination
 Elle concerne les hépatites A, B, D.
 Introduite dans le calendrier vaccinale, (2002).
 Obligatoire pour le personnel médical exposé.
 Efficace à 90% pour l’hépatite B.
 Pas de vaccin pour l’hépatite C.
 Aucune preuve pour son incrimination dans la
SEP.
Risques liés à l’état général
L’interrogatoire: évolution de l’hépatite, traitement,
hémorragies, alcool, complications…
Avis du médecin traitant.
Bilan sérologique: Etat porteur, phase active.
Bilan biologique:
Bilirubine, Albumine sérique, phosphatases alcalines,
transaminases, NFS,TP, INR
Recommandation:
Hépatite en phase active Traitement d’urgence
Risque hémorragique
 La perturbation du métabolisme hépatique et la
thérapeutique antivirale sont à l’origine de
troubles de l’hémostase: thrombocytopénie.
 L’avis du médecin traitant, obligatoire, pour
déterminer les risques (malade active ou
porteur).
 Un bilan préopératoire sera demandé:TP et INR.
 Un taux de PT< 50000 indique une transfusion
avant acte.
 Les gestes d’hémostase locale seront appliqués:
Compression locale, sutures, thrombine,
gouttière hémostatique.
Risque infectieux
Taux de polynucléaires et neutrophiles < 1000/mm3.
Malade sous corticothérapie ou immunosuppresseurs.
Une Antibioprophylaxie non hépato toxique sera
instaurée 48 avant acte :
2g/j d’Amoxicilline en 2 prises.
L’antibiotherapie sera poursuivie après l’acte pour
couvrir la période cicatricielle.
Interactions médicamenteuses
 Aminotransferase > 4 - Bilirubine < 35gl.
Paracétamol Aspirine
Codéine Ibuprofène
Ampicilline Tétracycline
Flagyl Lidocaine
Bupivacaine Mepivacaine
Certains médicaments à métabolisme hépatique
et d’utilisation courante en pratique dentaire
seront évités ou diminués selon avis du médecin
traitant et les possibilités thérapeutiques.
Albumine < 35 mg/L Bilirubine > 2mg/dL
 En conclusion:
Le respect strict des règles d’asepsie et des
recommandations préventives sont le seul
moyen efficace capable d’assurer une sécurité
professionnelle au praticien dentaire et une
prise en charge adaptée à l’état du patient.
Une collaboration étroite avec le médecin
traitant a pour but de minimiser les risques
potentiels et d’aider aux meilleures décisions
thérapeutiques possibles.
Hepatites virales et pratique dentaire

Contenu connexe

Tendances

Classification des cellulites selon la topographie
Classification des cellulites selon la topographieClassification des cellulites selon la topographie
Classification des cellulites selon la topographieMede Space
 
Examen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologieExamen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologieMounir ZAGHEZ
 
Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontiqueSaoussene Hs
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifMounir ZAGHEZ
 
Prescription medicamenteuse en odonto stomatologie
Prescription medicamenteuse en odonto stomatologiePrescription medicamenteuse en odonto stomatologie
Prescription medicamenteuse en odonto stomatologierika duos
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesAbdeldjalil Gadra
 
Therapeutique orthopedique
Therapeutique orthopediqueTherapeutique orthopedique
Therapeutique orthopediquefati guzel
 
obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude Abdeldjalil Gadra
 
Grands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsGrands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsAbdeldjalil Gadra
 
Maladies dermatologique et_cavite_buccale
Maladies dermatologique et_cavite_buccaleMaladies dermatologique et_cavite_buccale
Maladies dermatologique et_cavite_buccaleMede Space
 
Conduite a tenir devant la mobilite dentaire
Conduite a tenir devant la mobilite dentaireConduite a tenir devant la mobilite dentaire
Conduite a tenir devant la mobilite dentairemohammed sadek
 
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7Abdeldjalil Gadra
 
Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)
Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)
Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)HELA med_dentaire
 

Tendances (20)

Classification des cellulites selon la topographie
Classification des cellulites selon la topographieClassification des cellulites selon la topographie
Classification des cellulites selon la topographie
 
Examen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologieExamen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologie
 
La couronne coulée 2
La couronne coulée 2La couronne coulée 2
La couronne coulée 2
 
Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontique
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
 
Prescription medicamenteuse en odonto stomatologie
Prescription medicamenteuse en odonto stomatologiePrescription medicamenteuse en odonto stomatologie
Prescription medicamenteuse en odonto stomatologie
 
Thérapeutiques dentinaires
Thérapeutiques dentinairesThérapeutiques dentinaires
Thérapeutiques dentinaires
 
1 p.o.p.
1  p.o.p.1  p.o.p.
1 p.o.p.
 
Radiographie intraorale
Radiographie intraoraleRadiographie intraorale
Radiographie intraorale
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
 
Therapeutique orthopedique
Therapeutique orthopediqueTherapeutique orthopedique
Therapeutique orthopedique
 
4 gingivectomie
4  gingivectomie4  gingivectomie
4 gingivectomie
 
obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude
 
Asepsie ,histo, radio
Asepsie ,histo, radioAsepsie ,histo, radio
Asepsie ,histo, radio
 
Grands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsGrands principe des_preparations
Grands principe des_preparations
 
Maladies dermatologique et_cavite_buccale
Maladies dermatologique et_cavite_buccaleMaladies dermatologique et_cavite_buccale
Maladies dermatologique et_cavite_buccale
 
Conduite a tenir devant la mobilite dentaire
Conduite a tenir devant la mobilite dentaireConduite a tenir devant la mobilite dentaire
Conduite a tenir devant la mobilite dentaire
 
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
Diagnostic de l'edenté partiel5 6-7
 
Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)
Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)
Anesthésie en odonto_stomatologie (HELA)
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
 

Similaire à Hepatites virales et pratique dentaire

Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference
Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference
Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference LJ Communication
 
Les virus des hépatites
Les virus des hépatitesLes virus des hépatites
Les virus des hépatitesimlen gan
 
Compte rendu VIII entretiens chu tlemcen 2009
Compte rendu VIII  entretiens chu tlemcen 2009Compte rendu VIII  entretiens chu tlemcen 2009
Compte rendu VIII entretiens chu tlemcen 2009Arbaoui Bouzid
 
Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1odeckmyn
 
Hépatite B la vaccination.ppt
Hépatite B  la vaccination.pptHépatite B  la vaccination.ppt
Hépatite B la vaccination.pptodeckmyn
 
Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009odeckmyn
 
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRERISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIREamel ouyahia
 
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainHygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainDr Taoufik Djerboua
 
Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012odeckmyn
 
Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012odeckmyn
 
Hepatite Conseil 02
Hepatite Conseil 02Hepatite Conseil 02
Hepatite Conseil 02soshepatites
 
Zoulim vhb du16
Zoulim vhb du16Zoulim vhb du16
Zoulim vhb du16odeckmyn
 
Hépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptHépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptodeckmyn
 
Foie et voyages des 2012 - rey [mode de compatibilité]
Foie et voyages   des 2012 - rey [mode de compatibilité]Foie et voyages   des 2012 - rey [mode de compatibilité]
Foie et voyages des 2012 - rey [mode de compatibilité]Vincent Di Martino
 
Fontaine préventio et vaccination du16
Fontaine préventio et vaccination  du16 Fontaine préventio et vaccination  du16
Fontaine préventio et vaccination du16 odeckmyn
 
Udsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATION
Udsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATIONUdsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATION
Udsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATIONudsp51
 
Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concerné
Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concernéLes hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concerné
Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concernésoshepatites
 

Similaire à Hepatites virales et pratique dentaire (20)

Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference
Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference
Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference
 
Les hepatites virales
Les hepatites viralesLes hepatites virales
Les hepatites virales
 
Les virus des hépatites
Les virus des hépatitesLes virus des hépatites
Les virus des hépatites
 
Compte rendu VIII entretiens chu tlemcen 2009
Compte rendu VIII  entretiens chu tlemcen 2009Compte rendu VIII  entretiens chu tlemcen 2009
Compte rendu VIII entretiens chu tlemcen 2009
 
Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1Gaudelus:degos vaccination-1
Gaudelus:degos vaccination-1
 
Hépatite B la vaccination.ppt
Hépatite B  la vaccination.pptHépatite B  la vaccination.ppt
Hépatite B la vaccination.ppt
 
Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009Degos Du Poynard 2009
Degos Du Poynard 2009
 
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRERISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
 
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainHygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
 
Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012
 
Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012
 
Hepatite Conseil 02
Hepatite Conseil 02Hepatite Conseil 02
Hepatite Conseil 02
 
Zoulim vhb du16
Zoulim vhb du16Zoulim vhb du16
Zoulim vhb du16
 
Hépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptHépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.ppt
 
Foie et voyages des 2012 - rey [mode de compatibilité]
Foie et voyages   des 2012 - rey [mode de compatibilité]Foie et voyages   des 2012 - rey [mode de compatibilité]
Foie et voyages des 2012 - rey [mode de compatibilité]
 
Fontaine préventio et vaccination du16
Fontaine préventio et vaccination  du16 Fontaine préventio et vaccination  du16
Fontaine préventio et vaccination du16
 
Dépistage des patients pour le VHC par buvards : une approche infirmière (Par...
Dépistage des patients pour le VHC par buvards : une approche infirmière (Par...Dépistage des patients pour le VHC par buvards : une approche infirmière (Par...
Dépistage des patients pour le VHC par buvards : une approche infirmière (Par...
 
Udsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATION
Udsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATIONUdsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATION
Udsp51 - L’HEPATITE B ET SA VACCINATION
 
Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concerné
Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concernéLes hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concerné
Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concerné
 
SIDA
SIDASIDA
SIDA
 

Hepatites virales et pratique dentaire

  • 1. LES HÉPATITES VIRALES ET RISQUES AU CABINET DENTAIRE Dr. MAKRI – Dr. OUALMI- Dr. CHAFA- Pr. BOUDAOUD Service de pathologie buccale- CHU Mustapha Alger Ministère de la Santé de la Population et de la Réforme Hospitalière Institut National de Santé Publique Séminaire de formation des chirurgiens dentistes De santé publique sous le thème : Risques médicaux dans la pratique dentaire courante Maladies chroniques et chirurgie dentaire 09 et 10 Avril 2019
  • 2. Introduction  L’ hépatite virale est une maladie silencieuse aux complications chroniques parfois graves, qualifiée par l’OMS comme un malaise mondiale.  Le chirurgien dentiste se retrouve en première ligne face à cette maladie et s’expose des lors au risque de contamination nosocomiale du fait de la nature de ses actes en rapport direct avec le sang et la complexité de ses gestes.  De ce fait, des précautions et des gestes codifiés s’imposent pour assurer la sécurité du personnel et des patients.
  • 3. Hépatites virales? Infection responsable de l’inflammation hépatique aigue ou chronique. Son expression est a la fois : clinique et biologique.
  • 4.  Infectieuses virales (virus A, B, C, D,E virus de la MNI et CMV). 95%  Médicamenteuses : cytolytiques, cholestatiques.  Toxiques (alcool par exemple).  Auto-immunes. Formes étiologiques 4
  • 5. La cause virale  VHA -VHE  VHB -VHD  VHC  VHG  R! Co infections VHA/E 20% VHB/D 20%VHC 60%
  • 6. Signes cliniques Ictère Malaise Fièvre Doleurs abdominales Anorexie Fatigue Nausées Urticaire Hépatomégalie Splénomégalie Angio œdème Signes biologiques Bilirubine transaminase Phosphatase alcaline ↗ 2.5 md/dl ↗↗↗ ↗ Complexes immuns A Ac: IgM et IgG B Ac anti HBc (IgG),Ag HBs Ac anti Ag HBs C Ac antiVHC
  • 7. Manifestations buccales Décolorations (pigments biliaires). Hémorragies buccales. Pétéchies. Ecchymoses. Lichen plan. Glossites.
  • 8. Mode de transmission A B C D Voie de transmission Fécale Orale Parentérale Sexuelle Parentérale Parentérale Sexuelle Incubation 2 a 6 sem. 1 a 6 mois 2 a 6 mois 15 j a 2 mois Silence 20% 70 a 90% 60 a 70% - Sévérité Moy. variable Moy. sévère Complications Rares Variables Nombreuses Etat porteur Non Oui Oui Oui
  • 9. Incidence «On reconnaît désormais que l’hépatite virale représente un défi sanitaire majeur nécessitant d’agir d’urgence», a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS.
  • 10. Dans le monde (OMS, 2017)  325 millions de personnes vivent dans le monde avec une infection chronique par le virus de l’hépatite B (257millions) ou de l’hépatite C (71 millions ).  En 2015, Il y a eu environ 1,75 million de nouveaux cas d’infection àVHC, alors que le nombre des nouvelles infections àVHB est en baisse (4.7% en 2000 et 1.7% en 2015) grâce à une progression de la couverture vaccinale anti- VHB chez les enfants (84%).  Il s’agit essentiellement de malades n’ayant pas accès aux dépistages et aux traitements.
  • 11.  Des millions de personnes sont confrontées au risque d’évolution lente vers une maladie chronique du foie, le cancer et la mort.  L’hépatite virale a provoqué 1,34 million de décès en 2015, dont 96% sont dues aux hépatites B et C. Cette mortalité augmente par rapport à celle imputable à la tuberculose et auVIH, elle qui est en baisse.  Le rapport relève que seulement 9% des infections à VHB et 20% des infections àVHC ont été diagnostiquées en 2015.  Cette situation ne fait qu’amplifier les risques de transmission et de prise en charge des malades.
  • 12. HBV
  • 13. HCV
  • 15. 1,5 million de cas (1)  L’hépatite C touche prêt de 1% des donneurs de sang et 50% des dialysés (dépistage obligatoire). (2)  70% des malades contaminés chez le dentiste, selon SOS Hepatites. (3) 1. LES HEPATITES EN ALGERIE: La guerre des chiffres. Entretiens Docteur Debzi (Service de gastroentérologie du CHU Mustapha) ,Aug 7, 2011. 2. La première conférence sur l’épidémiologie de l’hépatite dans le monde et en Algérie assurée par les DrTessa et Si Mohand et le PrToudeft - CHUTizi ouzou, 2017. 1. Actudz.com. Par Djazz le 06 Mai 2009. 15 2,5 % hépatite B 2,7 % hépatite C En Algérie
  • 16.
  • 17. Risques? La contamination virale - AES Hémorragies per et post opératoires. Interactions médicamenteuses. Complications générales en rapport avec la thérapeutique anti virale: Thrombocytopénie, anémies, neutropénies
  • 18. Patients à risque potentiel  Patients en phase active de la maladie.  Patients ayant un ATCD d’hépatite virale.  Patients avec signes cliniques d’hépatite.  Patients porteurs de virus. Patient à risque faible Patient à risque élevé ATCD hépatite A, B, C Ag négatif, Présence Ac Ag positif Bilan hépatique perturbé signes cliniques d’hépatite
  • 19. Transmission virale et AES  La pratique de la chirurgie orale expose les dentistes au risque permanant de contamination:  Les hémorragies consécutives à l’état d’hygiène ou à l’état parodontal et les hémorragies per opératoires augmentent ce risque.  La détection de l’ARN HCV dans la salive et le fluide gingivale est de l’ordre de 77%.  Le matériel souillé comme les outils rotatifs, les fraises, les aiguilles, les instruments tranchants ou les miroirs sont responsable de 6,1% des cas de contamination.  La survie du virus est de 16h dans l’environnement et de 5 mois dans l’eau.
  • 20. Catégories de porteurs potentiels  Transfuses, hémophiles, transplantes, Dialyses.  Toxicomanes/Refugies/prisonniers/Homo et hétérosexuels.  VIH (co-infection).  Hepathopathes.  Enfants nés de mère infectée.
  • 21. Professionnels de santé: Paramédicaux, dentistes, laboratoire et hématologues….. C B Séroconversion 1.8% 23% à 62% Prévalence 2% 9%
  • 22. La charge virale  La charge virale sanguine se définit par la quantité de virus (Ag ou ARN) par ml de sérum.  Elle représente un élément capital pour évaluer le degré d’infectiosité d’un porteur chronique.  Il n’existe pas de seuil de charge virale sanguine en dessous de laquelle le risque de transmission est nul.
  • 23. Risque de transmission Charge virale Très faible Indétectable Faible Détectable et non quantifiable Elève et très élevé Quantifiable, jusqu’à 8 log.
  • 24.  L’hépatite est considérée comme inactive mais faiblement virémique avec une charge virale à 10000 copies/ml, soit 104 ou 4 log.  Au-delà de 100 000 copies/ml, soit 105 ou 5 log, elle est considérée comme active.  La concentration virale est plus forte au niveau du sang et le sérum, faible au niveau de la salive et le sperme.  La contamination peut se faire par simple morsure ou piqure (10-7 ml de sang ou sérum).  5 a 10% des porteurs sont silencieux.
  • 25. Voies de transmission Contact direct Sang, salive, pus, secrétions, environnement. Contact indirecte mains et matériel souillés Contact aérien directe Projections de gouttelettes
  • 26. Mode de transmission Patient - patient Directe ou indirect Patient - praticien et personnel médical Patient à lui-même Environnement
  • 27. Règles préventives Préparation ergonomique du cabinet: Diminution de l’encombrement. Isolation des surfaces et outils de travail : Tenu, champs et gaines jetables.
  • 28. Respect des règles stricts d’hygiène et d’asepsie (Tout patient): Hygiène des mains et port de gants. Utilisation d’un matériel stérile et/ou jetable. Respect des protocoles de travail et manipulation prudente des instruments et produits sanguins.
  • 29. Diminution du stress de travail source d’erreur et de déconcentration en espaçant les RDV. Prise en charge des malades potentiels en dernier RDV et désinfection systématique âpres acte: Fauteuil et unit, tubulures, seringues, turbine et environnement. Glutaraldéhyde 2% (6h). Hypochlorite de sodium à 2.6% (1/5) Autoclave 100° à 10 min. Micro10 Vacucid Unisepta Collecte des objets dangereux piquants et tranchants dans des récipients dédiés et leur élimination réglementée.
  • 30. En cas de piqure ou de blessure Lavage abondant à l’eau courante sans faire saigner. Désinfection pendant 5mn: Hypochlorite 2.6% , Dakin, Betadine, Alcool 70°. Déclaration obligatoire et sérologie. Un dentiste contaminé doit cesser d’activité jusqu’à rémission.
  • 31. Vaccination  Elle concerne les hépatites A, B, D.  Introduite dans le calendrier vaccinale, (2002).  Obligatoire pour le personnel médical exposé.  Efficace à 90% pour l’hépatite B.  Pas de vaccin pour l’hépatite C.  Aucune preuve pour son incrimination dans la SEP.
  • 32. Risques liés à l’état général L’interrogatoire: évolution de l’hépatite, traitement, hémorragies, alcool, complications… Avis du médecin traitant. Bilan sérologique: Etat porteur, phase active. Bilan biologique: Bilirubine, Albumine sérique, phosphatases alcalines, transaminases, NFS,TP, INR Recommandation: Hépatite en phase active Traitement d’urgence
  • 33. Risque hémorragique  La perturbation du métabolisme hépatique et la thérapeutique antivirale sont à l’origine de troubles de l’hémostase: thrombocytopénie.  L’avis du médecin traitant, obligatoire, pour déterminer les risques (malade active ou porteur).  Un bilan préopératoire sera demandé:TP et INR.  Un taux de PT< 50000 indique une transfusion avant acte.  Les gestes d’hémostase locale seront appliqués: Compression locale, sutures, thrombine, gouttière hémostatique.
  • 34. Risque infectieux Taux de polynucléaires et neutrophiles < 1000/mm3. Malade sous corticothérapie ou immunosuppresseurs. Une Antibioprophylaxie non hépato toxique sera instaurée 48 avant acte : 2g/j d’Amoxicilline en 2 prises. L’antibiotherapie sera poursuivie après l’acte pour couvrir la période cicatricielle.
  • 35. Interactions médicamenteuses  Aminotransferase > 4 - Bilirubine < 35gl. Paracétamol Aspirine Codéine Ibuprofène Ampicilline Tétracycline Flagyl Lidocaine Bupivacaine Mepivacaine Certains médicaments à métabolisme hépatique et d’utilisation courante en pratique dentaire seront évités ou diminués selon avis du médecin traitant et les possibilités thérapeutiques. Albumine < 35 mg/L Bilirubine > 2mg/dL
  • 36.  En conclusion: Le respect strict des règles d’asepsie et des recommandations préventives sont le seul moyen efficace capable d’assurer une sécurité professionnelle au praticien dentaire et une prise en charge adaptée à l’état du patient. Une collaboration étroite avec le médecin traitant a pour but de minimiser les risques potentiels et d’aider aux meilleures décisions thérapeutiques possibles.