SlideShare une entreprise Scribd logo
DECISIONS D’INVESTISSEMENT
ET DE FINANCEMENT
SOMMAIRE
• La politique générale cadre de référence de
l’investissement
• Les déterminants de l’investissement
• Le calcul de la rentabilité
• Les critères de choix en avenir certain
• Les critères de choix en avenir incertain
• Le financement des investissements
Démarche rationnelle qui consiste à coordonner les
ressources en vue d’atteindre un ou des objectifs
préalablement fixés
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
Planifier Organiser Diriger Contrôler
Système
managérial
Système
de valeurs
Décision
Le tout en interaction
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
La décision est un choix réfléchi entre plusieurs alternatives
en vue d’atteindre un objectif
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
PROCESSUS DE DECISION
• Définition des problèmes
• Définition des objectifs
• Définition des choix possibles
• Définition des critères de choix
• Evaluation de l’alternative
Or, les décisions sont prises par des hommes
qui agissent selon leur système de valeur.
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
PROCESSUS DE DECISION
INFORMATION DECISION ACTION
L’information c’est une denrée périssable ; plus on sophistique
le système d’information, mieux on prend des décisions
de gestion optimales.
Et plus aisé ; devient la conception de modèle de gestion.
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
STRATEGIE
La stratégie est le déploiement des moyens
sur le terrain face à l’ennemi (en grec)
• Deux idées essentielles en matière de stratégie :
La formulation de la stratégie et sa mise en œuvre
• La structure conditionne souvent les choix stratégiques
• La planification découle du besoin de l’entreprise :
le plan est un cadre institutionnel permettant d’établir
une stratégie complète
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE
GENERALE
Environnement
Identification des
opportunités
et menaces
Système de valeurs
Stratégie
Environnement
Forces et faiblesses
La responsabilité
sociale
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE
• La stratégie est au centre de ce qui a été identifié comme
forces et faiblesses ; opportunités et contraintes
• La tâche est aisée au niveau de l’identification des
composantes de la stratégie ; mais il faut concilier chacune
(c’est un art)
• La stratégie de l’entreprise est l’ensemble des décisions
destinées à adapter dans le temps et dans l’espace des
ressources de l’entreprise aux opportunités et risques de
l’investissement et de marché en mutation constante
L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE
POLITIQUE ET STRATEGIE SONT INDENIABLEMENT
E CADRE DE REFERENCE DE L’INVESTISSEMENT
’élaboration de la politique générale se fait en fonction de :
L’environnement
Les ressources
Les besoins à satisfaire
LES DIVERSES POLITIQUES OU
STRATEGIES
.Le management de l’entreprise, aura à faire un choix entre certaines grandes
orientations auxquelles elle va se tenir pendant plusieurs années.
Cette ligne de conduite ou stratégie lui servira de guide dans les vicissitudes
techniques.
Les diverses politiques générales possibles sont les suivantes :
 Croissance :
par intégration (verticale, horizontale)
purement quantitative
par diversification des produits
 Rationalisation
 Reconversion
 Liquidation partielle ou totale
L’ALTERNATIVE INVESTISSEMENT-
FUSION
.
• Les investissements requis pour la mise en œuvre de la
politique générale peuvent être internes, semi externes, externes.
• Les décisions de fusion, d’absorption et de vente se présentent
donc au même titre qu’un investissement interne,comme un
moyen de réaliser une politique générale.
• Bien qu’ayant quelques spécificités par rapport aux décisions
de développement interne, les fusions absorptions apparaissent
souvent comme une alternative à un investissement interne.
• Il faut préciser les avantages et inconvénients de chacune des
deux alternatives. La fusion absorption peut contribuer à la
réalisation de certaines politiques (croissance, intégration
verticale, divers …)
L’ALTERNATIVE INVESTISSEMENT-
FUSION
.Avantages :
• Moyen de croissance accéléré, car gain de temps (Production commence
immédiatement, réseaux existent, on acquiert la clientèle et le personnel)
• La fusion peut permettre à l’entreprise d’acquérir certaines ressources
nécessaires à sa politique générale.
• La fusion effectuée dans le cadre d’une politique d’intégration horizontale
accroît la part du marché sans modifier les capacités de production de
l’industrie.
• Permet d’éliminer un concurrent et accroître un monopole
Elle évite le risque de programmes de développement interne puisque la
firme à acquérir a déjà des résultats connus (volumes des ventes, prix,
coûts, …) ; il n’y a pas d’incertitudes d’un investissement interne
L’ALTERNATIVE INVESTISSEMENT-
FUSION
.Inconvénients :
• Si les résultats de la firme à acquérir sont déjà connus, il
n’est toutefois pas certain que l’on pourra acheter une bonne
réputation
• Par un investissement interne on peut disposer de
l’équipement le plus moderne
• Les fusions sont susceptibles de se heurter à de graves
réticences chez les dirigeants, pour des raisons
psychologiques (perte de rémunérations, de prestige surtout
chez les entreprises familiales)
• Les fusions introduisent aisément des frictions personnelles
entre les cadres de l’entreprise ce qui détériore le climat
d’entreprise difficultés avec les salariés (réduction d’effectifs,
déplacements ,syndicats …)
IMPORTANCE DU CADRE DE REFERENCE POUR
LES DECISIONS D’INVESTIR
.• Il est nécessaire d’élaborer ces politiques. Il est en effet hautement
souhaitable que l’entreprise sache exactement les buts qu’elle poursuit à
long terme car c’est autour des objectifs qu’elle s’est fixée, qu’elle pourra
assurer la convergence des efforts.
• L’existence de buts clairement définis permettra une meilleure
cohérence des différentes tâches de l’entreprise ; ces politiques
constitueront le cadre de toutes les décisions à prendre
• Cette première partie du corporate planning de l’entreprise permet de
franchir un certain nombre d’étapes constitutives de la séquence de la
décision d’investir
• Il convient maintenant d’aborder de nouvelles étapes relatives à la
programmation des investissements internes
LA PROGRAMMATION DES
INVESTISSEMENTS
.• Cette démarche s’inscrit dans le cadre de ce qui est appelé
corporate planning ou plan de développement à long
terme
• Un de ces programmes, concernant plusieurs fonctions est
le programme d’investissement, traduction des principes de
politique générale dans le domaine des dépenses
d’équipement.
• Il convient alors d’élaborer, d’évaluer et de choisir les
programmes d’investissement. Ceci se réalisera à travers
une série d’étapes s’organisant suivant un processus qui
permet de prendre des décisions rationnelles
.
EVALUATION DE LA RENTABILITE DES
INVESTISSEMENTS EN AVENIR
CERTAIN
Excepté les investissements d’ordre
intellectuels ou sociaux, tous les autres
investissements techniques et financiers
peuvent faire l’objet d’une évaluation
quantitative
CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS
Qu’est ce qu’investir ?
On appelle investissement, la transformation d’un ensemble de
moyens financiers dans une opération dans l’espoir de
réaliser des gains futurs étalés dans le temps.
La notion de temps est indissociable de la décision d’investir
dans la mesure où la rentabilité ne se réalise pas au
moment de la mise en œuvre immédiate du projet
CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS
CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS
L’avenir implique trois caractéristiques fondamentales de l’investissement :
• L’investissement est souvent irréversible : c’est une décision stratégique
et doit répondre aux objectifs qui en découlent
• Il comporte toujours un risque
• Il réduit la capacité de financement de l’entreprise
( baisse du fonds de roulement )
Les études de projets d’investissement doivent porter sur plusieurs aspects :
• Etude commerciale ou marketing
• Etude technique- économique
• Etude fiscale
• Etude des ressources humaines
• Etude du financement etc. …
CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS
Quelles que soient les études menées, il faut retenir un principe important
qui consiste à toujours séparer la décision d’investissement
de la décision de financement.
Enfin, quatre conditions doivent être réunies pour la décision d’investir :
1-Vérifier la cohérence des projets par rapport aux objectifs stratégiques
de l’entreprise ou de l’investisseur.
2-Evaluer la rentabilité des projets
3-Evaluer le risque
4-Comparer les projets et choisir
 Un investissement est acceptable dans la mesure où les gains futurs
sont supérieurs au capital investi.
 Evaluer un projet d’investissement revient alors à comparer les gains
futurs et le capital investi.
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT OU LE CAPITAL INVESTI
C’est la dépense que doit supporter l’entreprise pour réaliser le projet,
il comprend :
• Les frais d’étude préalables
• Le prix d’achat ( hors TVA ) des biens physiques qui constitue
l’investissement
• Les frais d’installation
• Les frais indirects et accessoires
• Le coût de la formation
Globalement, la dépense d’investissement comprend l’ensemble des coûts
directs et indirects afférents à la réalisation de l’investissement.
Il convient de recenser les éléments de cette dépense de la façon la plus
exhaustive possible et de ne pas se contenter uniquement de ceux figurant
en immobilisations dans le BILAN.
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT OU LE CAPITAL INVESTI
A ces différents frais, il faudra prendre en compte la variation du besoin en fonds de
roulement induit par la mise en route de l’investissement.
En effet l’augmentation du besoin en fonds de roulement du fait de l’accroissement de
l’activité suite à l’investissement a pour conséquence d’augmenter la différence ( stocks
+ créances – dettes d’exploitation ).
Son augmentation représente un besoin nouveau qui appelle un financement
nouveau.
La variation du besoin en fonds de roulement peut être négative dans le seul cas des
investissements de productivité par compression de stocks ou en cas de récession.
Enfin, il convient souvent de retrancher du coût de l’investissement la valeur du bien
usagé
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT OU LE CAPITAL INVESTI
MONTANT TOTAL DE L’INVESTISSEMENT =
COUT DE L’INVESTISSEMENT
(+ OU –) VARIATION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT
( – ) VALEUR DE REVENTE DU BIEN USAGE
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LA DUREE DE VIE DU PROJET
Afin d’évaluer les gains attendus, il est nécessaire de connaître la durée
d’exploitation du projet. En principe, il s’agit de la durée de vie économique ;
mais si celle-ci est difficile à prévoir, on lui substitue la durée d’amortissement.
Généralement on distingue :
 La durée de vie physique (période optimale de renouvellement )
 La durée de vie technologique ( avant obsolescence )
 La durée de vie du produit fini ( pour lequel l’investissement a été décidé )
La durée de vie est la période durant laquelle le projet génère des flux de
trésorerie.
Sa détermination peut, à priori, sembler un problème banal.
Mais en fait, il faut bien distinguer, durée de vie technique,
durée de vie économique et durée de vie fiscale.
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LA DUREE DE VIE DU PROJET
La durée de vie technique est fonction des conditions probables d’utilisation
des immobilisations,
 La durée de vie économique est fonction du contexte économique au sein
duquel évolue l’entreprise. “ Un matériel peut par exemple devenir sans utilité
économique si le bien qu’il sert à produire n’est plus demandé ”.
 La durée de vie fiscale, quant à elle, correspond à la durée de vie pendant
laquelle le bien est amorti. “ Elle procède d’une évaluation administrative
arbitraire et souvent éloignée de la réalité technique ”.
La rentabilité d’un projet d’investissement doit être évaluée sur sa durée de
vie économique, c’est-à-dire sur l’ensemble de la période pendant laquelle
l’investissement est effectivement utilisé par l’entreprise et engendre
des cash-flows.
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET
L’un des aspects fondamentaux de l’étude d’un projet d’investissement
est l’estimation des liquidités nettes ou cash-flows engendrés chaque
année par l’exploitation du projet. La notion de cash-flow est une notion
de trésorerie.
Il ne faut donc pas confondre cash-flow et capacité d’autofinancement .
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET
• Le cash flow résulte de la différence entre les recettes et les
dépenses induites par le projet d’investissement,
• La capacité d’autofinancement quant à elle s’obtient par différence entre
les produits et les charges induits par le projet.
Cash-flow........................... = Recettes induites par un investissement
-
Dépenses induites par un investissement
Capacité d’autofinancement = Produits induits par l’investissement
(autres que produits calculés)
-
Charges induites par l’investissement
(autres que charges calculées).
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET
Il est certes difficile, mais essentiel, d’isoler les cash-flows propres à
chaque projet. Ces derniers sont dégagés de façon continue tout au long
d’un exercice. Mais pour simplifier les calculs, on les considère
généralement, comme étant dégagés en fin d’exercice.
Io C1 C2 Cn
Io = investissement initial.
C1 = cash-flow exercice 1.
C2 = cash-flow exercice 2.
C n = cash-flow exercice n.
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET
Selon qu’il sont calculés avant ou après incidence des impôts sur les
bénéfices, les cash-flows sont dits bruts ou nets ; en général, on calcule
les cash-flows nets, L’impôt fait partie intégrante des dépenses relatives au
projet
Notons aussi que les cash-flows nets sont évalués hors charges
financières puisqu’on veut mesurer la rentabilité “ économique ” de
l’investissement indépendamment de la politique financière
adoptée par l’entreprise.
Il convient de souligner enfin, que certains investissements n’engendrent
ni recettes supplémentaires, ni dépenses supplémentaires mais des
économies de dépenses (investissements de productivité) ;
Ce sont alors ces économies de dépenses qui constituent leurs cash-flows
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET
Etant donné qu’il est considéré qu’il y a identité entre recettes et
chiffre d’affaires et entre dépenses et charges décaissables
on peut écrire:
Cash flow = chiffre d’affaires – charges décaissables
Puisque ;
Résultat net = chiffre d’affaires
–
(charges décaissables + dotations )
On en déduit :
Cash – flow = Résultat net + Dotations
LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT
LA VALEUR RESIDUELLE
A la fin de leur utilisation, certaines immobilisations conservent une
valeur vénale résultant soit de leur revente, auquel cas il faut tenir
compte de l’incidence fiscale des plus ou moins-values éventuelles,
soit d’une réutilisation partielle qu’il convient d’évaluer par rapport aux
dépenses entraînées par l’acquisition d’un bien du même type ou
rendant des services analogues, soit de la récupération du BFR.
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
Le principe général est que l’évaluation d’un projet
d’investissement conduit à comparer le capital investi à
l’ensemble des cash- flows.
 Il existe plusieurs critères d’évaluation parmi lesquels il
faudrait faire un choix en fonction de la taille des projets et
des objectifs poursuivis en matière d’évaluation. Il faudrait
alors s’interroger à chaque fois sur la pertinence des
critères à utiliser.
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
Les critères ne prenant pas en compte le coût d’opportunité des fonds
 Taux moyen de rentabilité ( TMR )
 Période de récupération ( PRC ) sans actualisation
Il faut préciser enfin que ces techniques n’étant pas basées
sur l’actualisation, ne sauraient en aucun cas être le critère
unique de décision.
Elles doivent en conséquence être utilisées conjointement avec
des méthodes plus élaborées qui prennent en considération le
facteur temps telles que : la valeur actuelle nette (VAN) ou le
taux interne de rentabilité.
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
Les critères ne prenant pas en compte le coût d’opportunité des fonds
LE TAUX MOYEN DE RENTABILITE
Définition : Flux net de trésorerie moyen annuel
---------------------------------------------
Valeur moyenne comptable du capital souscrit
Critères de rejet : Taux supérieur à un taux minimum fixé
par l’entreprise
Critères de sélection : Projet présentant le taux le plus élevé
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
AVANTAGES INCONVENIENTS APPLICATIONS
•Simple à utiliser •Ne tient pas
compte de
l’échéancier des
flux nets de
trésorerie
•Ignore le coût des
capitaux
•Investissement de
faible valeur et de
durée relativement
courte
•Comparaison de
projets de même
durée de vie et
d’échelonnement
de flux
LE TAUX MOYEN DE RENTABILITE
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LE CRITERE DE LA PERIODE DE REMBOURSEMENT DU CAPITAL
Définition : Nombre d’années ( ou de mois ) nécessaires
pour récupérer l’investissement initial
Critères de rejet : Délai supérieur à une norme fixée
Critères de sélection : Projet présentant le délai le plus
court
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LE CRITERE DE LA PERIODE DE REMBOURSEMENT DU CAPITAL
AVANTAGES INCONVENIENTS APPLICATIONS
• Facile à comprendre • Néglige les flux de
trésorerie au-delà de la
période de
remboursement
(rentabilité très court terme
privilégiée )
• Ne tient pas compte de
l’échéancier des flux de
liquidité à l’intérieur de la
période de
remboursement
• Est soumis à la
subjectivité du délai
maximal retenu
• Investissement de
productivité
• Investissements devant
être rentabilisés
rapidement ( situation de
trésorerie très critique ou
risque d’obsolescence
élevé )
• A éviter pour des
investissements
importants d’expansion
ou de diversification
• A utiliser en complément
d’autres critères
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
DEFINITION :
Excédent du cumul des flux nets de trésorerie actualisés calculés sur
toute la durée de vie de l’investissement sur le montant du capital
investi
CRITERE DE REJET : Valeur actuelle négative
CRITERE DE SELECTION : Projet ayant la plus grande VAN
LA VALEUR ACTUELLE NETTE
VAN=∑Cash Flows actualisés - Investissement
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
 La VAN permet de mesurer un enrichissement
en valeur absolue de l’entreprise , elle ne
fournit pas d’indication sur la rentabilité du
projet par DH investi ,
 Par ailleurs , elle propose une appréciation de
la rentabilité du projet sur toute sa durée .
LA VALEUR ACTUELLE NETTE
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LA VALEUR ACTUELLE NETTE
AVANTAGES INCONVENIENTS
• Intègre le coût d’opportunité des
fonds
• Les sommes dégagées par le projet
durant la période sont réinvesties au
coût d’opportunité des fonds
• Facile à mettre en œuvre
• Très grande sensibilité à la qualité de
l’estimation du taux de rentabilité
minimale des capitaux
• Ne prend pas en compte la taille de
l’investissement ,ni l’échéancier des
flux de trésorerie
• Moins intuitif d’interprétation que le
pay back
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
L’INDICE DE PROFITABILITE
IP =∑Cash Flows actualisés / Dépense Investissement
(DI)
Ou 1+VAN /DI
Si IP 1 la VAN est positive (projet rentable )˃
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE
Définition : Taux d’actualisation pour lequel la valeur
actuelle nette (VAN) est nulle.
Critère de rejet : TRI inférieur au taux maximum de rentabilité
fixé par l’entreprise.
Critère de sélection : Projet présentant le TRI le plus important.
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE
Le taux interne de rentabilité est le taux d’actualisation
pour lequel il y a équivalence entre le capital investi
et l’ensemble des cash-flows actualisés.
Io = CF1 + CF2 +..........+ CFn
(1+r)1 (1+r)2 (1+r)n
N
Io = ∑ CFtt
t=1 (1+r)t
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE
Pour fonder sa décision de réaliser l’investissement ou
au contraire de le rejeter , l’investisseur doit comparer le
TIR calculé à un taux de rejet bien choisi.
Il acceptera de réaliser l’investissement si le TIR est
supérieur au taux de rejet, il rejettera ou refusera le
projet si son TIR est inférieur au taux de rejet retenu .
LES CRITERES DE MESURE DE LA
RENTABILITE DES PROJETS
LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE
AVANTAGES INCONVENIENTS APPLICATIONS
•Intègre le coût
d’opportunité des fonds
•N’exige pas la
connaissance exacte du
coût des capitaux
• Repose sur l’hypothèse
peu réaliste que les flux
intermédiaires sont
réinvestis au même taux
de rentabilité que le TRI
• Ne prend pas en compte
ni la taille, ni l’échéancier
des flux de trésorerie
•Favorise les projets
rentables à court terme
•Nécessite des itérations
• Comparaison de
projets de même nature
ayant des tailles et
durées similaires,
soumis à des
contraintes budgétaires
ANALYSE CRITIQUE DES CRITERES
VAN ET TIR
Les hypothèses de réinvestissement des flux
de Cash-flows et du TIR
Les 2 critères VAN et TIR admettent implicitement le réinvestissement
annuels des Cash-flows dégagé par le projet jusqu’à la fin de la durée de vie
du projet.
Ce réinvestissement implicite se fait au taux d’actualisation (i) pour la VAN et
au taux r pour le TIR
D0 CF1 CF2 CF3 CFn
Ces hypothèses de réinvestissement implicite au taux (i) pour VAN et au taux
(r) pour le TIR peuvent s’avérer non réaliste dans certains cas en particulier
lorsque (i) et (r) s’écartent des taux de rémunération pouvant être retiré de la
réutilisation effective des Cf annuels dégagés par le projet.
ANALYSE CRITIQUE DES CRITERES
VAN ET TIR
Les hypothèses de réinvestissement des flux
de Cash-flows et du TIR
La réutilisation des cash flows peut se faire dans des
investissements nouveaux, mais aussi dans des
remboursements d’emprunt antérieurs ou de consolidation de
structure donc de situation financière.
Lorsque cet écart est important, en particulier pour le critère de
TIR l’évaluateur devra expliciter l’hypothèse de
réinvestissement des Cash-flows annuels et adopter un taux de
réinvestissement dit explicite noté (c) plus conforme à la réalité
de la rémunération des placements effectifs des Cash-flows.
ANALYSE CRITIQUE DES CRITERES
VAN ET TIR
Situation exceptionnelle d’investissement et leur traitement
Dans certains cas particuliers les critères de la VAN et du TIR
n’aboutissent pas à un classement identique des projets
évalués.
Les deux critères ont alors des choix divergents.
Par ailleurs, certains projets d’investissement se caractérisant
par des CF Net négatifs au cours de la durée de vie peuvent
donner naissance à plusieurs TIR.
Dans ce cas on ne sera alors plus en situation d’unicité des
taux. Ces deux cas de figure constituent des situations
exceptionnelles.
MODES DE FINANCEMENT
les différentes sources de financement des
investissements
L’investissement est par définition un engagement de
financement sur moyenne et longue période, il
nécessite un financement stable, ce financement peut
être mis en place en veillant à ce qu’il soit suffisant ;
adéquat ; au bon moment; et au moindre coût.
1-Les augmentations de capital ou les
apports en capitaux :
 Ces apports constituent un engagement financier permanent pour les
actionnaires.
 Il s’agit pour l’entreprise de ressources mises définitivement à sa
disposition.
 Les capitaux propres, bien que ne se matérialisant pas par un coût
explicite significatif qui peut-être approché par le taux de rendement
exigé par les actionnaires celui-ci est retrouvé soit par le taux de
rendement moyen sur le marché par des investissements similaires, il
peut-être aussi approché par la notion du bénéfice par action sur le
cours de l’action.
 Il faut savoir que le coût des K propres est généralement supérieur à
celui des ressources d’emprunt celles-ci bénéficient de la déductibilité
fiscale des charges financières (Intérêts).
2- L’autofinancement :
L’autofinancement est une source de financement interne
générée par l’entreprise au cours d’un exercice,
Elle se compose des bénéfices et des dotations aux
amortissements et aux provisions sur éléments durables ;
de ce fait on prend uniquement la partie des bénéfices net
réinvesti comme une augmentation des fonds propres, la
partie des amortissements et des provisions correspond à
une ressource interne maintenue dans l’entreprise pour le
renouvellement des différentes immobilisations.
 Plus l’autofinancement de l’entreprise est élevé plus
l’autonomie financière de celle-ci est meilleure.
2- L’autofinancement :
Schématiquement, l’approximation du coût de
l’autofinancement (coût implicite) se décompose en deux
éléments :
Le coût des bénéfices nets est approximable par la
notion du :
coût d’opportunité ( taux de rendement moyen).
Ou
par le taux de rendement exigé par les actionnaires
( Bénéfice net / Prix de l’action réinvesti).
3-L’endettement :
L’entreprise peut s’endetter et obtenir des ressources
externes par 2 grandes voix possibles :
1. La première est le recours direct au marché financier à
travers l’émission d’emprunt obligataire. Pour ce type de
financement seules les grandes entreprises peuvent avoir
directement accès à ce mode de financement. L’emprunt
obligataire se caractérise par une procédure exigeante tant
sur la forme que sur le fond.
2. La deuxième est le recours à l’intermédiation bancaire :
les prêts bancaires à l’investissement sont généralement
des prêts à long et moyen terme
3-L’endettement :
Tout emprunt bancaire se caractérise par les paramètres
suivants :
Le montant,
La durée,
Le taux,
 Le plan d’amortissement
 La procédure des garanties.
3-L’endettement :
 L’investisseur doit veiller à obtenir un crédit pour le financement de son
investissement suffisant. Il doit veiller également à ce que ce
financement soit mis à sa disposition au moment opportun et non de
manière tardive cela nécessite que le dossier bancaire soit construit
suffisamment à l’avance par rapport à la réalisation de l’investissement.
 Le taux d’intérêt pratiqué par la banque est un taux apparent et ne
correspond pas au coût réel de l’emprunt pour corriger le taux apparent
un calcul un taux actuariel en tenant compte de la déductibilité fiscale
des intérêts
 La durée de l’emprunt à MT est généralement de 5 à 7 ans celle à LT
est de 10 à 15 ans.
3-L’endettement :
 Le plan d’amortissement de l’emprunt : chaque emprunt se caractérise
par un plan d’amortissement qui définit les annuités de remboursement,
la partie principale et la partie charges financières ( intérêts ) et donc
l’annuité de remboursement et ce sur la durée de vie de l’emprunt :
 -Annuité constante : par laquelle la partie principale croissante et la
partie intérêts est décroissante.
 -Annuité décroissante : ce remboursement se caractérise par une partie
constante ( le principal ) et une partie décroissante l’intérêt.
 -Annuité croissante : généralement favorable à l’emprunteur. Elle se
caractérise par un remboursement d’une partie croissante du principal
( ce type d’annuité est rare dans la pratique)
4- Le leasing ou le crédit-bail
 Le leasing est un mode de financement en principe de 100% du bien
“ Acquis ” par le leasing.
 Jusqu’au terme du contrat de leasing le bien est en situation de
location l’entreprise ne devient propriétaire que s’il y a une clause de
rachat exercée par celle-ci.
 Il est fréquent que les organismes de leasing exigent des dépôts de
garantie de la part de l’investisseur lors de la mise en place de ce type
de financement.
 Le principal avantage de ce type de financement correspond au
financement de 100% du projet envisagé ainsi que la déductibilité
fiscale de la redevance de crédit-bail. Son inconvénient réside dans le
coût qui est relativement plus important par rapport aux autres modes
de financement.
5-Les crédits acheteurs et les crédits
fournisseurs
 Les crédits acheteurs : ce sont des crédits octroyés à l’investisseur
(acheteur) par la banque du fournisseur du bien d’équipement. Ces
crédits ont été mis en place dans les pays développés pour inciter
l’exportation des biens d’équipements, le mécanisme et relativement
complexe. En effet, il faut que la banque de l’acheteur également
(caution) ainsi que la souscription d’une assurance.
 Le crédit fournisseurs : le fournisseur des biens d’équipements
accordeur du crédit à l’investisseur acheteur fait mobiliser le crédit qu’il
a consenti au prêt de son système bancaire.
 Les lignes de financement mixtes :
Consiste en un financement par emprunt généralement avantageux
ainsi qu’un financement partiel des fonds propres des investisseurs par
exemple.
le Plan de Financement
le Plan de Financement
 Le plan de financement associé à un programme d’investissement doit
veiller à chiffrer d’une part l’ensemble des flux d’emplois occasionnés
par le programme sur généralement une durée de 5 ans et d’autre part
à positionner tous les flux de ressources associés à ce programme sur
5 ans également.
 Ces ressources proviennent autant des augmentations de capital,
apports en comptes courants, emprunts leasing etc.… que des Cash-
flows dégagés annuellement par le projet. L’objectif est de veiller à un
équilibre entre les ressources et les emplois. Il importe donc de
dégager deux lignes : celle des soldes simples( Ressources- Emplois),
la deuxième pour les soldes cumulés.
le Plan de Financement
1ère
Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Année
Emplois :
- Terrains
- Constructions
- Mat et Outillages
- Immob. Diverses
- Remboursement d’emprunt
- Comptes courants associés
- Autres….
Total des emplois
Ressources
- apports en capital
- en Comptes courants associés
- emprunts
- les Cash-flows
- autres Ressources
Total des ressources
Ressources – Emplois
( Ressources – Emplois) Cumulés
le Plan de Financement
Il est exceptionnel qu’un investissement dégage un
plan de financement équilibré dés les premiers
essais ; en général, des ajustements s’avèrent
nécessaires soit par une augmentation des
ressources mises à la disposition du projet soit par
une diminution des emplois caractérisant ce projet
soit enfin par le mixage des deux solutions.
• La Rentabilité du point de vue des
actionnaires
• La rentabilité des Fonds propres
• La Rentabilité des capitaux permanents
Les principaux critères de décision
La Rentabilité du point de vue des
actionnaires
Les excédents de trésorerie annuels restent au sein de
l ’entreprise .
La trésorerie excédentaire en fin de projet est actualisée.
Deux indicateurs :
–Bénéfice actualisé
–Taux de Rentabilité Interne pour les actionnaires
La Rentabilité sur Fonds propres
Les excédents de Trésorerie annuels sont
actualisés
Deux indicateurs :
–Bénéfice actualisé
–Taux de rentabilité interne
EVALUATION DE LA RENTABILITE DES
INVESTISSEMENTS EN AVENIR
INCERTAIN
DEFINITION DU RISQUE
 NOUS AVONS RAISONNE JUSQU'A PRESENT EN AVENIR
CERTAIN (HYPOTHESE DE PREVISION PARFAITE)
 LES FRUITS DE L’INVESTISSEMENT SONT PERCUS DANS
LE FUTUR D’OU L’INCERTITUDE EN RAISON DES
MODIFICATIONS DE L’ENVIRONNEMENT.
 CERTAINS PROJETS SONT PLUS RISQUES QUE
D’AUTRES
LE RISQUE CONSISTE EN UNE POSSIBILITE DE DEVIATION PAR RAPPORT AUX PREVISIONS FAITES
LE RISQUE CONSISTE EN UNE POSSIBILITE DE DEVIATION PAR RAPPORT
AUX PREVISIONS FAITES DANS LES DIFFERENTES ETUDES
NTES ETUDES
RISQUE ET INCERTITUDE
ALTERNATIVES CONNUES, POSSIBILITE
D’ASSIGNER DES PROBABILITES AUX DONNEES
EXTERIEURES (AVENIR PROBABILISABLE OU
ALEATOIRE)
Situation de Risque
RISQUE ET INCERTITUDE
ALTERNATIVES CONNUES, MAIS ON IGNORE
LES PROBABILITES RELATIVES AUX
DONNEES EXTERIEURES
Situation d’Incertitude
PROBLEMES POSES PAR LE RISQUE
L’ESTIMATION OU LA MESURE DU RISQUE
LE COMPORTEMENT FACE AU RISQUE : C’EST
LA PREFERENCE POUR LE RISQUE
COMMENT LIMITER LE RISQUE ?
METHODES DE PRISE EN CONSIDERATION
DU RISQUE
DEUX TYPOLOGIES DE METHODES SONT
UTILISEES :
METHODES EMPIRIQUES METHODES STATISTIQUES
METHODES
EMPIRIQUES
METHODES
STATISTIQUES
METHODES EMPIRIQUES
1- CLASSIFICATION DES INVESTISSEMENTS EN FONCTION DU RISQUE
PAR NATURE D’INVESTISSEMENT
INVESTISSEMENT DE REMPLACEMENT
INVESTISSEMENT D’EXPANSION
INVESTISSEMENT D’INNOVATION
INVESTISSEMENTS STRATEGIQUES
PAR TYPES DE PRODUITS (TYPOLOGIE BASEE SUR LES TAUX
DE CROISSANCE ET LES PARTS DE MARCHE )
PRODUITS DILEMME
PRODUITS VEDETTE
PRODUITS VACHES A LAIT
PRODUITS POINTS MORTS
( CES PRODUITS N’ONT PAS LE MEME DEGRE DE RISQUE )
METHODES EMPIRIQUES
2- LA PERIODE DE REMBOURSEMENT
LE DEGRE D’INCERTITUDE (NON REALISATION DES PREVISIONS)
AUGMENTE AU FUR ET A MESURE QUE LA PERIODE S’ALLONGE.
DIVERSES FORMULES SONT UTILISEES :
 INVESTISSEMENT // C. FLOWS ANNUELS = X ANNEES
 INVESTISSEMENT // MOYENNE ARITHMETIQUE DES CF = X ANNEES
 INVESTISSEMENT – VALEUR RESIDUELLE // CF ANNUEL = X ANNEES
METHODES EMPIRIQUES
3-REDUCTION DE LA DUREE D’UTILISATION PREVUE
 PUISQUE LE RISQUE AUGMENTE AVEC LE TEMPS, ON PEUT
REDUIRE VOLONTAIREMENT LA DUREE D’UTILISATION
ATTRIBUEE A L’EQUIPEMENT EN VUE DE CALCULER SA
RENTABILITE
 LA MODIFICATION PEUT S’APPLIQUER SPECIALEMENT AUX
PROJETS SOUMIS A UN RISQUE ELEVE D’OBSOLESCENCE.
 CETTE CORRECTION DEMEURE TOUTEFOIS ARBITRAIRE
METHODES EMPIRIQUES
4- ELIMINATION DES ELEMENTS TROP INCERTAINS
 IL EST POSSIBLE D’ELIMINER DU CALCUL CERTAINS
ELEMENTS DONT L’ESTIMATION EST TROP INCERTAINE, TELLE
LA VALEUR RESIDUELLE.
 CETTE METHODE EST EGALEMENT CRITIQUABLE PUISQUE
ENTRE DEUX OU PLUSIEURS PROJETS, LES VALEURS
RESIDUELLES PEUVENT VARIER DANS DE GRANDES
PROPORTIONS CE QUI PEUT FAUSSER LES CALCULS
METHODES EMPIRIQUES
5- LA RECHERCHE DE LA FLEXIBILITE
 LE RISQUE EST D’AUTANT PLUS GRAND QUE LA RIGIDITE EST
FORTE (ON PREFERE LA FLEXIBILITE)
 UN INVESTISSEMENT SUPPLEMENTAIRE FAIBLE PEUT
PERMETTRE DE RECONVERTIR UN PROGRAMME POUR
PRODUIRE D’AUTRES PRODUITS.
 ON S’INTERESSERA AUX INVESTISSEMENTS QUI PERMETTENT
DE RECUPERER UNE GRANDE PORTION DU CAPITAL EN CAS DE
CESSATION DE L’ACTIVITE
 ON S’INTERESSERA AUX EQUIPEMENTS POLYVALENTS
METHODES EMPIRIQUES
6- LE CALCUL DE LA PENALITE ENTRAINEE PAR UNE
ERREUR DE GESTION
 CONNAITRE LA PERTE MAXIMALE QUI SE PRODUIRAIT SI LES
PREVISIONS NE SE REALISAIENT PAS
 EXAMINER LES CONSEQUENCES DE CETTE PERTE SUR LES
CASH FLOWS ET LA TRESORERIE DE L’ENTREPRISE
 ON ESTIME DONC L’ENJEU DE LA DECISION ET LA PART DE
L’INVESTISSEMENT INITIAL RECUPERABLE EN CAS D’ECHEC
 L’INCONVENIENT EST QU’ON NE PEUT ESTIMER LA
VRAISEMBLANCE DE CET ECHEC.
METHODES EMPIRIQUES
7- L’ADJONCTION D’UNE PRIME DE RISQUE
 ON AJOUTE UNE PRIME DE RISQUE AU COUT DU CAPITAL
 CETTE PRIME S’APPLIQUE AUX INVESTISSEMENTS
PRESENTANT UN RISQUE SUPERIEUR A CELUI QUI
CARACTERISE HABITUELLEMENT LES INVESTISSEMENTS DE
L’ENTREPRISE
 CE RAISONNEMENT SUPPOSE UNE INDEPENDANCE DES
DIFFERENTS INVESTISSEMENTS CE QUI N’EST PAS LE CAS CAR
ILS SONT TOUS SOUMIS AUX VARIATIONS D’UN MEME MARCHE
METHODES EMPIRIQUES
8- L’APPLICATION DE TAUX DE RABAIS AUX C.FLOWS
 ON MODIFIE LES ESTIMATIONS DE RECETTES SUPPOSEES
ETRE LES PLUS PROBABLES EN UTILISANT DES TAUX DE
RABAIS QUI DIFFERENT SELON LE DEGRE D’INCERTITUDE
 LES TAUX DE RABAIS SERONT D’AUTANT PLUS PETITS QUE
LES REVENUS SERONT LOINTAINS OU RISQUES
 SI ON REDUIT LES TAUX AVEC L’ELOIGNEMENT DANS LE
TEMPS CELA REVIENT PRATIQUEMENT A INCLURE UNE PRIME
DE RISQUE DANS LE TAUX D’ACTUALISATION . CE SERAIT UNE
PRIME QUI VARIERAIT CHAQUE ANNEE.
METHODES EMPIRIQUES
9- L’APPLICATION DU TAUX DE RABAIS AU
RENDEMENT FINAL
 ON NE MODIFIE PAS LES RECETTES, MAIS LE RESULTAT FINAL –
GOOD WILL OU TAUX INTERNE DE RENTABILITE – EST PONDERE
PAR UN FACTEUR QUI REPRESENTE LE RISQUE IMPLICITE DE
CHAQUE PROJET.
 LE COEFFICIENT 1 INDIQUERAIT L’ABSENCE DE RISQUE, 0.1 UN
RISQUE ELEVE, 0.5 UN RISQUE MOYEN
 CETTE PROCEDURE ANNONCE LA METHODE DES PROBABILITES
SUBJECTIVES, MAIS N’EST PAS AUSSI COMPLETE QUE CETTE
DERNIERE.
B / METHODES STATISTIQUES
LE DEGRE DE VRAISEMBLANCE
LES METHODES EMPIRIQUES PRESENTEES INTRODUISENT
DIVERSES HYPOTHESES VRAISEMBLABLES DANS LE
RAISONNEMENT , ELLES NE PRECISENT PAS LES CHANCES
QU’ONT CES HYPOTHESES DE SE REALISER
IL EST INTERESSANT DE SAVOIR LE DEGRE DE VRAISEMBLANCE
DES DIFFERENTS RESULTATS : LA PROBABILITE DE
SURVENANCE DE CHACUN D’EUX
B / METHODES STATISTIQUES
LE CARACTERE SUBJECTIF DES PROBABILITES
 S’APPLIQUE A DES PHENOMENES REPETITIFS
 ON PASSE D’UNE SITUATION D’INCERTITUDE A UNE SITUATION
DE RISQUE
 L’USAGE DES PROBABILITES PERMET D’UTILISER DE MANIERE
EXPLICITE L’INTUITION DU DIRIGEANT EN LA VALORISANT AU
MAXIMUM
B / METHODES STATISTIQUES
LE RECUEIL DES PROBABILITES
ON REPARTIT HABITUELLEMENT LES PROBABILITES SUR UNE
ECHELLE OU 0 SIGNIFIE IMPOSSIBILITE ABSOLUE ET 1
CERTITUDE COMPLETE
ENTRE 0 ET 1 SE SITUE TOUTE UNE SERIE DE DEGRES DE
VRAISEMBLANCE QU’IL S’AGIT D’ETALONNER .
L’ESPERANCE MATHEMATIQUE
PRINCIPE :
CHAQUE FOIS QUE DES FACTEURS DETERMINANT
DE LA RECETTE NETTE PEUVENT FAIRE L’OBJET DE
PROBABILITES SOIT OBJECTIVES SOIT
SUBJECTIVES , IL EST POSSIBLE DE CALCULER
L’ESPERANCE MATHEMATIQUE DE LA RECETTE
NETTE
1- L’ESPERANCE MATHEMATIQUE
1- L’ESPERANCE MATHEMATIQUE
METHODE DE CALCUL :
E ( X ) = ∑ Xi Pi
Xi = VALEURS POSSIBLES DE RECETTES
Pi = PROBABILITES DE REALISATION
 L’ ESPERANCE MATHEMATIQUE DU PROFIT D’UN ACTE
D’INVESTISSEMENT EST UNE MOYENNE PONDEREE DE TOUTES
LES CONSEQUENCES POSSIBLES DE CET ACTE , LES
FACTEURS DE PONDERATION ETANT LES PROBABILITES
SUBJECTIVES AFFECTANT CHAQUE EVENEMENT .
POUR TEMPERER LES INCONVENIENTS DE CE
CRITERE , ON PEUT Y ASSOCIER LA VARIANCE ,
C’EST A DIRE UN PARAMETRE DE DISTRIBUTION OU
VALEUR MOYENNE DE L’ECART PAR RAPPORT A LA
MOYENNE .
CE CALCUL EST JUSTIFIE PAR LE FAIT QUE PLUS
GRANDE EST LA DISPERSION PLUS GRAND EST LE
DANGER D’ENTRER DANS LA ZONE DES RESULTATS
NEGATIFS .
m
σ 2
( B t ) = ∑ [ B k,t – E ( Bt) ] 2
P k,t
k=0
Bk,t = Kième
CASH FLOW DE L’ANNEE t
E( Bt ) = ESPERANCE MATHEMATIQUE DES CASH FLOWS DE
L’ANNE t
Pk,t = PROBABILITE DU Kième
CASH FLOWS DE L’ANNEE t
IL PEUT ETRE PLUS COMMODE D’UTILISER COMME MESURE
DE DISPERSION , L’ECART TYPE QUI CORRESPOND A LA
RACINE CARREE DE LA VARIANCE
2- LA VARIANCE DES CASH FLOWS D’UNE ANNEE ( t )
3-LA SIMULATION
RAISON D’ETRE :
• LA RENTABILITE D’UN INVESTISSEMENT DEPEND DE LA
COMBINAISON DE DIVERSES VALEURS QUI PEUVENT
PRENDRE DE NOMBREUSES VARIABLES
• COMME LA COMBINAISON DES VALEURS LES PLUS
PROBABLES DE CHAQUE PARAMETRE EST
STATISTIQUEMENT PEU VRAISEMBLABLES , IL FAUT
ALORS CONSIDERER LES COMBINAISONS MULTIPLES ET
VARIEES DES VALEURS PROBABILISEES DES
DIFFERENTS PARAMETRES .
3-LA SIMULATION
PROCEDURE
 ESTIMER L’EVENTAIL DES VALEURS SUSCEPTIBLES D’ETRE PRIS PAR CHAQUE
PARAMETRE
 APPRECIER LES PROBABILITES ASSOCIEES A CHACUNE DE CES VALEURS
SELECTIONNER AU HASARD UNE VALEUR DE CHAQUE PARAMETRE ET
EFFECTUER LE CALCUL DE RENTABILITE POUR CETTE COMBINAISON
 EXECUTER L’OPERATION EN PRENANT LES DISPOSITIONS NECESSAIRES POUR
QUE CHAQUE VALEUR DE N’IMPORTE QUEL PARAMETRE AIT AUTANT DE CHANCES
D’ETRE REPRISE DANS UNE COMBINAISON QU’ELLE A DE PROBABILITES DE
SURVENANCE .
REPETER L’OPERATION UN NOMBRE SUFFISAMENT ELEVE DE FOIS POUR QUE
STATISTIQUEMENT LES RESULTATS SOIENT SIGNIFICATIFS
CONSIDERER LE NOMBRE DE FOIS QU’UN MEME TAUX INTERNE EST SORTI
4- L’ARBRE DECISIONNEL
PRESENTATION
 SOUVENT L’INVESTISSEUR EST AMENE A DIFFERER LA DECISION
TOTALEMENT OU PARTIELLEMENT EN RAISON DU MANQUE
D’INFORMATIONS .
 IL PREND DONC DES DECISIONS SUCCESSIVES A MESURE QUE LE
TEMPS PASSE ET QU’IL OBTIENT LES INFORMATIONS NECESSAIRES .
 CHOISIR UN PROCESSUS SEQUENTIEL POUR ARRIVER A
L’ELABORATION D’UNE DECISION EST UNE MANIERE DE REDUIRE
L’INCERTITUDE SUR LE RESULTAT ET AUSSI LE RISQUE AU PRIX DE
DEPENSES DE TEMPS ET D’ARGENT
4- L’ARBRE DECISIONNEL
 LE PROCESSUS SEQUENTIEL TROUVE TOUTE SON APPLICATION
DANS LES ARBRES DECISIONNELS EN TANT QU’OUTIL ENTRE LES
MAINS DES DIRIGEANTS :
 C’EST UN MOYEN QUI PERMET A L’ESPRIT DE SE REPRESENTER
LE PROBLEME ET DE LE TRAITER FRUCTUEUSEMENT .
UN ARBRE EST UN GRAPHE OU APPARAISSENT :
 DIFFERENTS POINTS DE DECISION PRESENTES PAR DES CARRES
REPARTIS DANS LE TEMPS ( LE TEMPS S’ECOULE DE GAUCHE A
DROITE )
 LES EVENEMENTS SYMBOLISES PAR DES CERCLES
 D’UN POINT DE DECISION, SITUE A UN MOMENT DONNE, EMANENT
SOUS FORME DE BRANCHES, LES DIFFERENTS COURS DE L’ACTION
QUI PEUVENT Y ETRE CHOISIS
4- L’ARBRE DECISIONNEL
 DE CHAQUE POINT OU UN EVENEMENT PEUT SE PRODUIRE
PARTENT DES BRANCHES DES DIFFERENTES CONSEQUENCES D’UNE
DECISION ASSORTIES DE PROBABILITES SUBJECTIVES
 LES POINTS DE DECISION ET EVENEMENTS SONT
QUALIFIES DE NOEUDS
 CHAQUE COMBINAISON EST CARACTERISEE PAR DES
CONSEQUENCES ( INDIQUEES ENTRE CROCHETS )
QUI PEUVENT S’EXPRIMER EN TERME DE RENTABILITE
4- L’ARBRE DECISIONNEL
INTERET ET LIMITES
 L’ARBRE DECISIONNEL PERMET D’INTRODUIRE DANS UN
RAISONNEMENT PROBABILISTE LES DECISIONS SEQUENTIELLES ,
 MOYEN DE DIMINUER LE RISQUE
 IL DEVIENT FORT COMPLIQUE LORSQUE L’ON VEUT INTRODUIRE
DES ALTERNATIVES INTERDEPENDANTES OU DES VARIABLES QUI
DEPENDENT L’UNE DE L’AUTRE
 DANS L’ARBRE DECISIONNEL UN SEUL FACTEUR EST CONSIDERE
COMME VARIABLE ALORS QU’EN REALITE PLUSIEURS ONT CETTE
CARACTERISTIQUE .
5- LA THEORIE DES JEUX
5-1LE MINIMAX ( CRITERE DE WALD )
 RECOMMANDE DE RETENIR LA MEILLEURE DES SOLUTIONS LES PLUS
MAUVAISES : LE MOINDRE MAL . IL S’AGIT DE MINIMISER LE COUT
MAXIMUM A SUPPORTER D’OU LE NOM DE MINIMAX
EN D’AUTRES TERMES ON ENVISAGE LA PIRE DES SITUATIONS
ET ON CHOISIT LA DECISION QUI DANS CETTE HYPOTHESE DONNE
LE MEILLEUR RESULTAT
LE MINIMAX EST ETABLI POUR S’ASSURER QUE LA PERTE MAXIMALE
DE CELUI QUI PREND LA DECISION SERA MAINTENU A SON MINIMUM EN
PARTANT DE L’IDEE QUE L’ADVERSAIRE EST INTELLIGENT ET CHOISIRA
SA STRATEGIE POUR MAXIMISER LES PERTES DE L’AUTRE JOUEUR
S’IL S’AGIT DE PROFIT PLUTOT QUE DE COUT , ON RECHERCHE LA
MAXIMISATION DU BENEFICE MINIMUM ET LE CRITERE
S’APPELLE ALORS MAXIMIN ( CRITERE DE WALD )
5- LA THEORIE DES JEUX
5-2 LE REGRET MINIMUM ( CRITERE DE SAVAGE )
• PROPOSE DE MINIMISER LE REGRET MAXIMUM
• ON CALCULE POUR CHAQUE COMBINAISON
DECISION – EVENEMENT – CONSEQUENCE LE REGRET QUI LA
CARACTERISE
•LE REGRET SE MESURE PAR LA DIFFERENCE ENTRE CE QUI EST
ACCOMPLI ET CE QUI AURAIT PU L’ETRE SI LE MEILLEUR CHOIX EN
CONNAISSANCE DES CIRCONSTANCES REELLES AVAIT PU ETRE
FAIT .
5- LA THEORIE DES JEUX
5-3 LE MAXIMAX ( WALD )
• PRENANT LE CONTREPIED DU MAXIMIN , CE CRITERE SUGGERE DE
RETENIR LA SOLUTION QUI DONNE LE MAXIMUM DES MAXIMA DE
GAINS .
• RESOLUMENT OPTIMISTE , LE MAXIMAX PEUT MENER A DES
DECISIONS AVENTUREUSES .
5- LA THEORIE DES JEUX
5-4 CRITERE DE HURWICZ
 LE MINIMAX PORTAIT UNQUEMENT SON ATTENTION SUR DES
SITUATIONS DEFAVORABLES , LE MAXIMAX S’INTERESSAIT
EXCLUSIVEMENT AUX GAINS LES PLUS ELEVES ; LE CRITERE
D’HURWICZ CONSIDERE TANT LES POSSIBILITES DE GAINS QUE LES
DANGERS DE PERTE
IL SUGGERE, EN EFFET , DE MAXIMISER UNE MOYENNE PONDEREE
DES CONSEQUENCES EXTREMES ( MAXIMUM –MINIMUM ) DE L’ACTION
 LES COEFFICIENTS DE PONDERATION EXPRIMENT LE DEGRE
D’OPTIMISME

Contenu connexe

Tendances

Gestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionGestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionHicham Talbi
 
Support Comptabilité approfondie ENCG-1.pdf
Support Comptabilité approfondie ENCG-1.pdfSupport Comptabilité approfondie ENCG-1.pdf
Support Comptabilité approfondie ENCG-1.pdfSoufianeSamt1
 
Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul
Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul
Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul Professeur Falloul
 
Exercices de Gestion Financière
Exercices de Gestion Financière Exercices de Gestion Financière
Exercices de Gestion Financière Lotfi TALEB, ESSECT
 
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreChapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreLotfi TALEB, ESSECT
 
choix des investissements en avenir certain.
 choix des investissements en avenir certain. choix des investissements en avenir certain.
choix des investissements en avenir certain.Lotfi TALEB, ESSECT
 
Fiscalité impot sur les société (cours + exerices)
Fiscalité  impot sur les société (cours + exerices)Fiscalité  impot sur les société (cours + exerices)
Fiscalité impot sur les société (cours + exerices)穆罕 默德穆罕
 
Exercices corrigés
Exercices corrigésExercices corrigés
Exercices corrigéshadhoum
 
Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...
Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...
Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...Hajar EL GUERI
 
Ingénierie financière-1
Ingénierie financière-1Ingénierie financière-1
Ingénierie financière-1Hicham Talbi
 
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...YanisAHMEDALI
 
choix investissement
choix investissementchoix investissement
choix investissementMejdoubi Amal
 
Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement Hajar EL GUERI
 
Soutenance emna-chbinou-finale-finale
Soutenance emna-chbinou-finale-finaleSoutenance emna-chbinou-finale-finale
Soutenance emna-chbinou-finale-finaleHbyboun Hwita
 
série d'exercices structure financière et coût de capital
série d'exercices structure financière et coût de capitalsérie d'exercices structure financière et coût de capital
série d'exercices structure financière et coût de capitalLotfi TALEB, ESSECT
 
Gestion budgétaire
Gestion budgétaire Gestion budgétaire
Gestion budgétaire hassan1488
 
Analyse de projets d investissement bouyoussef
Analyse de projets d investissement bouyoussefAnalyse de projets d investissement bouyoussef
Analyse de projets d investissement bouyoussefMehdi Bouyoussef
 
Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...
Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...
Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...Jamal Yasser
 

Tendances (20)

Cours résumé-de-fiscalite
Cours résumé-de-fiscaliteCours résumé-de-fiscalite
Cours résumé-de-fiscalite
 
Gestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionGestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'action
 
Support Comptabilité approfondie ENCG-1.pdf
Support Comptabilité approfondie ENCG-1.pdfSupport Comptabilité approfondie ENCG-1.pdf
Support Comptabilité approfondie ENCG-1.pdf
 
Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul
Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul
Cours de gestion de portefeuille et des risques Pr Falloul
 
Exercices de Gestion Financière
Exercices de Gestion Financière Exercices de Gestion Financière
Exercices de Gestion Financière
 
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreChapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
 
choix des investissements en avenir certain.
 choix des investissements en avenir certain. choix des investissements en avenir certain.
choix des investissements en avenir certain.
 
Fiscalité impot sur les société (cours + exerices)
Fiscalité  impot sur les société (cours + exerices)Fiscalité  impot sur les société (cours + exerices)
Fiscalité impot sur les société (cours + exerices)
 
Exercices corrigés
Exercices corrigésExercices corrigés
Exercices corrigés
 
Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...
Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...
Le choix d'investissement - les méthodes de calculs dans un avenir certain et...
 
Ingénierie financière-1
Ingénierie financière-1Ingénierie financière-1
Ingénierie financière-1
 
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
Mémoire de fin d'études Master (2) Audit et Contrôle de Gestion (université m...
 
choix investissement
choix investissementchoix investissement
choix investissement
 
Gestion de tresorerie
Gestion de tresorerieGestion de tresorerie
Gestion de tresorerie
 
Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement Exercice d'application des choix d'investissement
Exercice d'application des choix d'investissement
 
Soutenance emna-chbinou-finale-finale
Soutenance emna-chbinou-finale-finaleSoutenance emna-chbinou-finale-finale
Soutenance emna-chbinou-finale-finale
 
série d'exercices structure financière et coût de capital
série d'exercices structure financière et coût de capitalsérie d'exercices structure financière et coût de capital
série d'exercices structure financière et coût de capital
 
Gestion budgétaire
Gestion budgétaire Gestion budgétaire
Gestion budgétaire
 
Analyse de projets d investissement bouyoussef
Analyse de projets d investissement bouyoussefAnalyse de projets d investissement bouyoussef
Analyse de projets d investissement bouyoussef
 
Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...
Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...
Cours analyse-financière- Passage de Bilan Comptable au bilan Financier semes...
 

Similaire à Decisions d’investissement et de financement

1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdfHirYour
 
management stratégique
management stratégique management stratégique
management stratégique AmeniBoubaker2
 
1 Introduction Management Stratégique.ppt
1 Introduction Management Stratégique.ppt1 Introduction Management Stratégique.ppt
1 Introduction Management Stratégique.pptChoaibMounjim
 
Offre stratégie financière Coequip
Offre stratégie financière CoequipOffre stratégie financière Coequip
Offre stratégie financière CoequipDominique Boymond
 
management stratégique eg 6 .pdf
management stratégique eg 6 .pdfmanagement stratégique eg 6 .pdf
management stratégique eg 6 .pdfMohamed441171
 
2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille
2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille
2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuillePMI Lévis-Québec
 
La gestion de portefeuille pmi nord de france 25jun2013
La gestion de portefeuille   pmi nord de france   25jun2013La gestion de portefeuille   pmi nord de france   25jun2013
La gestion de portefeuille pmi nord de france 25jun2013pminord
 
PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010
PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010
PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010Sylvain Demers
 
Montages financiers-khl-consulting
Montages financiers-khl-consultingMontages financiers-khl-consulting
Montages financiers-khl-consultingLahcen Aoussar
 
Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...
Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...
Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...PMI-Montréal
 
cours Management Stratégique Version Finale.pptx
cours  Management Stratégique Version Finale.pptxcours  Management Stratégique Version Finale.pptx
cours Management Stratégique Version Finale.pptxNawalOuzellal1
 
20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte
20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte
20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitteInterface ULg, LIEGE science park
 
SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...
SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...
SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...PMI-Montréal
 
Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...
Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...
Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...PMI-Montréal
 
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: Évaluation
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: ÉvaluationTRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: Évaluation
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: ÉvaluationCCI Entreprendre
 
Le management, planification streategique.pptx
Le management, planification streategique.pptxLe management, planification streategique.pptx
Le management, planification streategique.pptxHayatALAKOUM
 

Similaire à Decisions d’investissement et de financement (20)

1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
 
management stratégique
management stratégique management stratégique
management stratégique
 
droit civil .docx
droit civil .docxdroit civil .docx
droit civil .docx
 
1 Introduction Management Stratégique.ppt
1 Introduction Management Stratégique.ppt1 Introduction Management Stratégique.ppt
1 Introduction Management Stratégique.ppt
 
Offre stratégie financière Coequip
Offre stratégie financière CoequipOffre stratégie financière Coequip
Offre stratégie financière Coequip
 
management stratégique eg 6 .pdf
management stratégique eg 6 .pdfmanagement stratégique eg 6 .pdf
management stratégique eg 6 .pdf
 
2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille
2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille
2007-06-10 André Richard Gestion de portefeuille
 
La gestion de portefeuille pmi nord de france 25jun2013
La gestion de portefeuille   pmi nord de france   25jun2013La gestion de portefeuille   pmi nord de france   25jun2013
La gestion de portefeuille pmi nord de france 25jun2013
 
Management stratégique Partie 1
Management stratégique Partie 1 Management stratégique Partie 1
Management stratégique Partie 1
 
PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010
PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010
PMI Montréal, Symposium 2010 10 Novembre 2010
 
Montages financiers-khl-consulting
Montages financiers-khl-consultingMontages financiers-khl-consulting
Montages financiers-khl-consulting
 
Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...
Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...
Communaute de pratique gestion organisationelle de projet Une expérience de l...
 
cours Management Stratégique Version Finale.pptx
cours  Management Stratégique Version Finale.pptxcours  Management Stratégique Version Finale.pptx
cours Management Stratégique Version Finale.pptx
 
20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte
20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte
20170224_Le Point_valoriser une entreprise technologique_deloitte
 
econometrie 2.0.docx
econometrie  2.0.docxeconometrie  2.0.docx
econometrie 2.0.docx
 
econometrie 2.0.docx
econometrie  2.0.docxeconometrie  2.0.docx
econometrie 2.0.docx
 
SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...
SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...
SYMPOSIUM 2016 CONFÉRENCE 203 - LA GESTION DES BÉNÉFICES DE PROJET : SYNTHÈSE...
 
Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...
Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...
Matinée PMI L'APPROCHE D'ARCHITECTURE D'AFFAIRES POUR ASSURER L'ALIGNEMENT DU...
 
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: Évaluation
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: ÉvaluationTRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: Évaluation
TRANSMISSION REPRISE - Diagnostiquer et évaluer l'entreprise: Évaluation
 
Le management, planification streategique.pptx
Le management, planification streategique.pptxLe management, planification streategique.pptx
Le management, planification streategique.pptx
 

Plus de Zouhair Aitelhaj

Soutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque creditSoutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque creditZouhair Aitelhaj
 
Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01
Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01
Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01Zouhair Aitelhaj
 
Dcg 2016 comptabilité general
Dcg 2016  comptabilité general  Dcg 2016  comptabilité general
Dcg 2016 comptabilité general Zouhair Aitelhaj
 
gestion_du_risque_de_change
gestion_du_risque_de_changegestion_du_risque_de_change
gestion_du_risque_de_changeZouhair Aitelhaj
 
Comptabilite generale-de-l-entreprise
Comptabilite generale-de-l-entrepriseComptabilite generale-de-l-entreprise
Comptabilite generale-de-l-entrepriseZouhair Aitelhaj
 
La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.Zouhair Aitelhaj
 
Code des assurances MAROCAIN
Code des assurances MAROCAINCode des assurances MAROCAIN
Code des assurances MAROCAINZouhair Aitelhaj
 
Gestion des risques bancaires
Gestion des risques bancairesGestion des risques bancaires
Gestion des risques bancairesZouhair Aitelhaj
 
Principes de technique bancaire
Principes de technique bancairePrincipes de technique bancaire
Principes de technique bancaireZouhair Aitelhaj
 
L'essentiel de la finance à l'usage des managers
L'essentiel de la finance à l'usage des managersL'essentiel de la finance à l'usage des managers
L'essentiel de la finance à l'usage des managersZouhair Aitelhaj
 
La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.Zouhair Aitelhaj
 
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaireGestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaireZouhair Aitelhaj
 
Les techniques bancaires en 52 fiches
Les techniques bancaires en 52 fichesLes techniques bancaires en 52 fiches
Les techniques bancaires en 52 fichesZouhair Aitelhaj
 

Plus de Zouhair Aitelhaj (20)

Soutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque creditSoutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque credit
 
Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01
Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01
Labanqueislamique 150316182931-conversion-gate01
 
Ethique professionnelle
Ethique professionnelleEthique professionnelle
Ethique professionnelle
 
Dcg 2016 comptabilité general
Dcg 2016  comptabilité general  Dcg 2016  comptabilité general
Dcg 2016 comptabilité general
 
gestion_du_risque_de_change
gestion_du_risque_de_changegestion_du_risque_de_change
gestion_du_risque_de_change
 
Comptabilite generale-de-l-entreprise
Comptabilite generale-de-l-entrepriseComptabilite generale-de-l-entreprise
Comptabilite generale-de-l-entreprise
 
Finance publique
Finance publiqueFinance publique
Finance publique
 
La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.
 
Code des assurances MAROCAIN
Code des assurances MAROCAINCode des assurances MAROCAIN
Code des assurances MAROCAIN
 
Gestion des risques bancaires
Gestion des risques bancairesGestion des risques bancaires
Gestion des risques bancaires
 
Principes de technique bancaire
Principes de technique bancairePrincipes de technique bancaire
Principes de technique bancaire
 
L'essentiel de la finance à l'usage des managers
L'essentiel de la finance à l'usage des managersL'essentiel de la finance à l'usage des managers
L'essentiel de la finance à l'usage des managers
 
La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.La faillite de la banque barings.
La faillite de la banque barings.
 
Economie générale
Economie généraleEconomie générale
Economie générale
 
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaireGestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
Gestion des engagements hors bilan des banques sous l’angle du contrôle bancaire
 
Les techniques bancaires en 52 fiches
Les techniques bancaires en 52 fichesLes techniques bancaires en 52 fiches
Les techniques bancaires en 52 fiches
 
Commerce international
Commerce internationalCommerce international
Commerce international
 
crise Surprime
crise Surprimecrise Surprime
crise Surprime
 
Instrument de placement
Instrument de placementInstrument de placement
Instrument de placement
 
La monnaie
La monnaie   La monnaie
La monnaie
 

Decisions d’investissement et de financement

  • 2. SOMMAIRE • La politique générale cadre de référence de l’investissement • Les déterminants de l’investissement • Le calcul de la rentabilité • Les critères de choix en avenir certain • Les critères de choix en avenir incertain • Le financement des investissements
  • 3. Démarche rationnelle qui consiste à coordonner les ressources en vue d’atteindre un ou des objectifs préalablement fixés L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE
  • 4. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE Planifier Organiser Diriger Contrôler Système managérial Système de valeurs Décision Le tout en interaction
  • 5. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE La décision est un choix réfléchi entre plusieurs alternatives en vue d’atteindre un objectif
  • 6. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE PROCESSUS DE DECISION • Définition des problèmes • Définition des objectifs • Définition des choix possibles • Définition des critères de choix • Evaluation de l’alternative Or, les décisions sont prises par des hommes qui agissent selon leur système de valeur.
  • 7. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE PROCESSUS DE DECISION INFORMATION DECISION ACTION L’information c’est une denrée périssable ; plus on sophistique le système d’information, mieux on prend des décisions de gestion optimales. Et plus aisé ; devient la conception de modèle de gestion.
  • 8. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE STRATEGIE La stratégie est le déploiement des moyens sur le terrain face à l’ennemi (en grec) • Deux idées essentielles en matière de stratégie : La formulation de la stratégie et sa mise en œuvre • La structure conditionne souvent les choix stratégiques • La planification découle du besoin de l’entreprise : le plan est un cadre institutionnel permettant d’établir une stratégie complète
  • 9. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE Environnement Identification des opportunités et menaces Système de valeurs Stratégie Environnement Forces et faiblesses La responsabilité sociale
  • 10. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE • La stratégie est au centre de ce qui a été identifié comme forces et faiblesses ; opportunités et contraintes • La tâche est aisée au niveau de l’identification des composantes de la stratégie ; mais il faut concilier chacune (c’est un art) • La stratégie de l’entreprise est l’ensemble des décisions destinées à adapter dans le temps et dans l’espace des ressources de l’entreprise aux opportunités et risques de l’investissement et de marché en mutation constante
  • 11. L’ELABORATION DE LA POLITIQUE GENERALE POLITIQUE ET STRATEGIE SONT INDENIABLEMENT E CADRE DE REFERENCE DE L’INVESTISSEMENT ’élaboration de la politique générale se fait en fonction de : L’environnement Les ressources Les besoins à satisfaire
  • 12. LES DIVERSES POLITIQUES OU STRATEGIES .Le management de l’entreprise, aura à faire un choix entre certaines grandes orientations auxquelles elle va se tenir pendant plusieurs années. Cette ligne de conduite ou stratégie lui servira de guide dans les vicissitudes techniques. Les diverses politiques générales possibles sont les suivantes :  Croissance : par intégration (verticale, horizontale) purement quantitative par diversification des produits  Rationalisation  Reconversion  Liquidation partielle ou totale
  • 13. L’ALTERNATIVE INVESTISSEMENT- FUSION . • Les investissements requis pour la mise en œuvre de la politique générale peuvent être internes, semi externes, externes. • Les décisions de fusion, d’absorption et de vente se présentent donc au même titre qu’un investissement interne,comme un moyen de réaliser une politique générale. • Bien qu’ayant quelques spécificités par rapport aux décisions de développement interne, les fusions absorptions apparaissent souvent comme une alternative à un investissement interne. • Il faut préciser les avantages et inconvénients de chacune des deux alternatives. La fusion absorption peut contribuer à la réalisation de certaines politiques (croissance, intégration verticale, divers …)
  • 14. L’ALTERNATIVE INVESTISSEMENT- FUSION .Avantages : • Moyen de croissance accéléré, car gain de temps (Production commence immédiatement, réseaux existent, on acquiert la clientèle et le personnel) • La fusion peut permettre à l’entreprise d’acquérir certaines ressources nécessaires à sa politique générale. • La fusion effectuée dans le cadre d’une politique d’intégration horizontale accroît la part du marché sans modifier les capacités de production de l’industrie. • Permet d’éliminer un concurrent et accroître un monopole Elle évite le risque de programmes de développement interne puisque la firme à acquérir a déjà des résultats connus (volumes des ventes, prix, coûts, …) ; il n’y a pas d’incertitudes d’un investissement interne
  • 15. L’ALTERNATIVE INVESTISSEMENT- FUSION .Inconvénients : • Si les résultats de la firme à acquérir sont déjà connus, il n’est toutefois pas certain que l’on pourra acheter une bonne réputation • Par un investissement interne on peut disposer de l’équipement le plus moderne • Les fusions sont susceptibles de se heurter à de graves réticences chez les dirigeants, pour des raisons psychologiques (perte de rémunérations, de prestige surtout chez les entreprises familiales) • Les fusions introduisent aisément des frictions personnelles entre les cadres de l’entreprise ce qui détériore le climat d’entreprise difficultés avec les salariés (réduction d’effectifs, déplacements ,syndicats …)
  • 16. IMPORTANCE DU CADRE DE REFERENCE POUR LES DECISIONS D’INVESTIR .• Il est nécessaire d’élaborer ces politiques. Il est en effet hautement souhaitable que l’entreprise sache exactement les buts qu’elle poursuit à long terme car c’est autour des objectifs qu’elle s’est fixée, qu’elle pourra assurer la convergence des efforts. • L’existence de buts clairement définis permettra une meilleure cohérence des différentes tâches de l’entreprise ; ces politiques constitueront le cadre de toutes les décisions à prendre • Cette première partie du corporate planning de l’entreprise permet de franchir un certain nombre d’étapes constitutives de la séquence de la décision d’investir • Il convient maintenant d’aborder de nouvelles étapes relatives à la programmation des investissements internes
  • 17. LA PROGRAMMATION DES INVESTISSEMENTS .• Cette démarche s’inscrit dans le cadre de ce qui est appelé corporate planning ou plan de développement à long terme • Un de ces programmes, concernant plusieurs fonctions est le programme d’investissement, traduction des principes de politique générale dans le domaine des dépenses d’équipement. • Il convient alors d’élaborer, d’évaluer et de choisir les programmes d’investissement. Ceci se réalisera à travers une série d’étapes s’organisant suivant un processus qui permet de prendre des décisions rationnelles
  • 18. . EVALUATION DE LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS EN AVENIR CERTAIN
  • 19. Excepté les investissements d’ordre intellectuels ou sociaux, tous les autres investissements techniques et financiers peuvent faire l’objet d’une évaluation quantitative CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS
  • 20. Qu’est ce qu’investir ? On appelle investissement, la transformation d’un ensemble de moyens financiers dans une opération dans l’espoir de réaliser des gains futurs étalés dans le temps. La notion de temps est indissociable de la décision d’investir dans la mesure où la rentabilité ne se réalise pas au moment de la mise en œuvre immédiate du projet CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS
  • 21. CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS L’avenir implique trois caractéristiques fondamentales de l’investissement : • L’investissement est souvent irréversible : c’est une décision stratégique et doit répondre aux objectifs qui en découlent • Il comporte toujours un risque • Il réduit la capacité de financement de l’entreprise ( baisse du fonds de roulement ) Les études de projets d’investissement doivent porter sur plusieurs aspects : • Etude commerciale ou marketing • Etude technique- économique • Etude fiscale • Etude des ressources humaines • Etude du financement etc. …
  • 22. CRITERES DE CHOIX DES INVESTISSEMENTS Quelles que soient les études menées, il faut retenir un principe important qui consiste à toujours séparer la décision d’investissement de la décision de financement. Enfin, quatre conditions doivent être réunies pour la décision d’investir : 1-Vérifier la cohérence des projets par rapport aux objectifs stratégiques de l’entreprise ou de l’investisseur. 2-Evaluer la rentabilité des projets 3-Evaluer le risque 4-Comparer les projets et choisir  Un investissement est acceptable dans la mesure où les gains futurs sont supérieurs au capital investi.  Evaluer un projet d’investissement revient alors à comparer les gains futurs et le capital investi.
  • 23. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT OU LE CAPITAL INVESTI C’est la dépense que doit supporter l’entreprise pour réaliser le projet, il comprend : • Les frais d’étude préalables • Le prix d’achat ( hors TVA ) des biens physiques qui constitue l’investissement • Les frais d’installation • Les frais indirects et accessoires • Le coût de la formation Globalement, la dépense d’investissement comprend l’ensemble des coûts directs et indirects afférents à la réalisation de l’investissement. Il convient de recenser les éléments de cette dépense de la façon la plus exhaustive possible et de ne pas se contenter uniquement de ceux figurant en immobilisations dans le BILAN.
  • 24. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT OU LE CAPITAL INVESTI A ces différents frais, il faudra prendre en compte la variation du besoin en fonds de roulement induit par la mise en route de l’investissement. En effet l’augmentation du besoin en fonds de roulement du fait de l’accroissement de l’activité suite à l’investissement a pour conséquence d’augmenter la différence ( stocks + créances – dettes d’exploitation ). Son augmentation représente un besoin nouveau qui appelle un financement nouveau. La variation du besoin en fonds de roulement peut être négative dans le seul cas des investissements de productivité par compression de stocks ou en cas de récession. Enfin, il convient souvent de retrancher du coût de l’investissement la valeur du bien usagé
  • 25. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT OU LE CAPITAL INVESTI MONTANT TOTAL DE L’INVESTISSEMENT = COUT DE L’INVESTISSEMENT (+ OU –) VARIATION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT ( – ) VALEUR DE REVENTE DU BIEN USAGE
  • 26. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LA DUREE DE VIE DU PROJET Afin d’évaluer les gains attendus, il est nécessaire de connaître la durée d’exploitation du projet. En principe, il s’agit de la durée de vie économique ; mais si celle-ci est difficile à prévoir, on lui substitue la durée d’amortissement. Généralement on distingue :  La durée de vie physique (période optimale de renouvellement )  La durée de vie technologique ( avant obsolescence )  La durée de vie du produit fini ( pour lequel l’investissement a été décidé ) La durée de vie est la période durant laquelle le projet génère des flux de trésorerie. Sa détermination peut, à priori, sembler un problème banal. Mais en fait, il faut bien distinguer, durée de vie technique, durée de vie économique et durée de vie fiscale.
  • 27. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LA DUREE DE VIE DU PROJET La durée de vie technique est fonction des conditions probables d’utilisation des immobilisations,  La durée de vie économique est fonction du contexte économique au sein duquel évolue l’entreprise. “ Un matériel peut par exemple devenir sans utilité économique si le bien qu’il sert à produire n’est plus demandé ”.  La durée de vie fiscale, quant à elle, correspond à la durée de vie pendant laquelle le bien est amorti. “ Elle procède d’une évaluation administrative arbitraire et souvent éloignée de la réalité technique ”. La rentabilité d’un projet d’investissement doit être évaluée sur sa durée de vie économique, c’est-à-dire sur l’ensemble de la période pendant laquelle l’investissement est effectivement utilisé par l’entreprise et engendre des cash-flows.
  • 28. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET L’un des aspects fondamentaux de l’étude d’un projet d’investissement est l’estimation des liquidités nettes ou cash-flows engendrés chaque année par l’exploitation du projet. La notion de cash-flow est une notion de trésorerie. Il ne faut donc pas confondre cash-flow et capacité d’autofinancement .
  • 29. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET • Le cash flow résulte de la différence entre les recettes et les dépenses induites par le projet d’investissement, • La capacité d’autofinancement quant à elle s’obtient par différence entre les produits et les charges induits par le projet. Cash-flow........................... = Recettes induites par un investissement - Dépenses induites par un investissement Capacité d’autofinancement = Produits induits par l’investissement (autres que produits calculés) - Charges induites par l’investissement (autres que charges calculées).
  • 30. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET Il est certes difficile, mais essentiel, d’isoler les cash-flows propres à chaque projet. Ces derniers sont dégagés de façon continue tout au long d’un exercice. Mais pour simplifier les calculs, on les considère généralement, comme étant dégagés en fin d’exercice. Io C1 C2 Cn Io = investissement initial. C1 = cash-flow exercice 1. C2 = cash-flow exercice 2. C n = cash-flow exercice n.
  • 31. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET Selon qu’il sont calculés avant ou après incidence des impôts sur les bénéfices, les cash-flows sont dits bruts ou nets ; en général, on calcule les cash-flows nets, L’impôt fait partie intégrante des dépenses relatives au projet Notons aussi que les cash-flows nets sont évalués hors charges financières puisqu’on veut mesurer la rentabilité “ économique ” de l’investissement indépendamment de la politique financière adoptée par l’entreprise. Il convient de souligner enfin, que certains investissements n’engendrent ni recettes supplémentaires, ni dépenses supplémentaires mais des économies de dépenses (investissements de productivité) ; Ce sont alors ces économies de dépenses qui constituent leurs cash-flows
  • 32. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LES FLUX DE TRESORERIE GENERES PAR LE PROJET Etant donné qu’il est considéré qu’il y a identité entre recettes et chiffre d’affaires et entre dépenses et charges décaissables on peut écrire: Cash flow = chiffre d’affaires – charges décaissables Puisque ; Résultat net = chiffre d’affaires – (charges décaissables + dotations ) On en déduit : Cash – flow = Résultat net + Dotations
  • 33. LES CARACTERISTIQUES D’UN PROJET D’INVESTISSEMENT LA VALEUR RESIDUELLE A la fin de leur utilisation, certaines immobilisations conservent une valeur vénale résultant soit de leur revente, auquel cas il faut tenir compte de l’incidence fiscale des plus ou moins-values éventuelles, soit d’une réutilisation partielle qu’il convient d’évaluer par rapport aux dépenses entraînées par l’acquisition d’un bien du même type ou rendant des services analogues, soit de la récupération du BFR.
  • 34. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS Le principe général est que l’évaluation d’un projet d’investissement conduit à comparer le capital investi à l’ensemble des cash- flows.  Il existe plusieurs critères d’évaluation parmi lesquels il faudrait faire un choix en fonction de la taille des projets et des objectifs poursuivis en matière d’évaluation. Il faudrait alors s’interroger à chaque fois sur la pertinence des critères à utiliser.
  • 35. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS Les critères ne prenant pas en compte le coût d’opportunité des fonds  Taux moyen de rentabilité ( TMR )  Période de récupération ( PRC ) sans actualisation Il faut préciser enfin que ces techniques n’étant pas basées sur l’actualisation, ne sauraient en aucun cas être le critère unique de décision. Elles doivent en conséquence être utilisées conjointement avec des méthodes plus élaborées qui prennent en considération le facteur temps telles que : la valeur actuelle nette (VAN) ou le taux interne de rentabilité.
  • 36. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS Les critères ne prenant pas en compte le coût d’opportunité des fonds LE TAUX MOYEN DE RENTABILITE Définition : Flux net de trésorerie moyen annuel --------------------------------------------- Valeur moyenne comptable du capital souscrit Critères de rejet : Taux supérieur à un taux minimum fixé par l’entreprise Critères de sélection : Projet présentant le taux le plus élevé
  • 37. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS AVANTAGES INCONVENIENTS APPLICATIONS •Simple à utiliser •Ne tient pas compte de l’échéancier des flux nets de trésorerie •Ignore le coût des capitaux •Investissement de faible valeur et de durée relativement courte •Comparaison de projets de même durée de vie et d’échelonnement de flux LE TAUX MOYEN DE RENTABILITE
  • 38. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LE CRITERE DE LA PERIODE DE REMBOURSEMENT DU CAPITAL Définition : Nombre d’années ( ou de mois ) nécessaires pour récupérer l’investissement initial Critères de rejet : Délai supérieur à une norme fixée Critères de sélection : Projet présentant le délai le plus court
  • 39. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LE CRITERE DE LA PERIODE DE REMBOURSEMENT DU CAPITAL AVANTAGES INCONVENIENTS APPLICATIONS • Facile à comprendre • Néglige les flux de trésorerie au-delà de la période de remboursement (rentabilité très court terme privilégiée ) • Ne tient pas compte de l’échéancier des flux de liquidité à l’intérieur de la période de remboursement • Est soumis à la subjectivité du délai maximal retenu • Investissement de productivité • Investissements devant être rentabilisés rapidement ( situation de trésorerie très critique ou risque d’obsolescence élevé ) • A éviter pour des investissements importants d’expansion ou de diversification • A utiliser en complément d’autres critères
  • 40. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS DEFINITION : Excédent du cumul des flux nets de trésorerie actualisés calculés sur toute la durée de vie de l’investissement sur le montant du capital investi CRITERE DE REJET : Valeur actuelle négative CRITERE DE SELECTION : Projet ayant la plus grande VAN LA VALEUR ACTUELLE NETTE VAN=∑Cash Flows actualisés - Investissement
  • 41. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS  La VAN permet de mesurer un enrichissement en valeur absolue de l’entreprise , elle ne fournit pas d’indication sur la rentabilité du projet par DH investi ,  Par ailleurs , elle propose une appréciation de la rentabilité du projet sur toute sa durée . LA VALEUR ACTUELLE NETTE
  • 42. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LA VALEUR ACTUELLE NETTE AVANTAGES INCONVENIENTS • Intègre le coût d’opportunité des fonds • Les sommes dégagées par le projet durant la période sont réinvesties au coût d’opportunité des fonds • Facile à mettre en œuvre • Très grande sensibilité à la qualité de l’estimation du taux de rentabilité minimale des capitaux • Ne prend pas en compte la taille de l’investissement ,ni l’échéancier des flux de trésorerie • Moins intuitif d’interprétation que le pay back
  • 43. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS L’INDICE DE PROFITABILITE IP =∑Cash Flows actualisés / Dépense Investissement (DI) Ou 1+VAN /DI Si IP 1 la VAN est positive (projet rentable )˃
  • 44. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE Définition : Taux d’actualisation pour lequel la valeur actuelle nette (VAN) est nulle. Critère de rejet : TRI inférieur au taux maximum de rentabilité fixé par l’entreprise. Critère de sélection : Projet présentant le TRI le plus important.
  • 45. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE Le taux interne de rentabilité est le taux d’actualisation pour lequel il y a équivalence entre le capital investi et l’ensemble des cash-flows actualisés. Io = CF1 + CF2 +..........+ CFn (1+r)1 (1+r)2 (1+r)n N Io = ∑ CFtt t=1 (1+r)t
  • 46. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE Pour fonder sa décision de réaliser l’investissement ou au contraire de le rejeter , l’investisseur doit comparer le TIR calculé à un taux de rejet bien choisi. Il acceptera de réaliser l’investissement si le TIR est supérieur au taux de rejet, il rejettera ou refusera le projet si son TIR est inférieur au taux de rejet retenu .
  • 47. LES CRITERES DE MESURE DE LA RENTABILITE DES PROJETS LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE AVANTAGES INCONVENIENTS APPLICATIONS •Intègre le coût d’opportunité des fonds •N’exige pas la connaissance exacte du coût des capitaux • Repose sur l’hypothèse peu réaliste que les flux intermédiaires sont réinvestis au même taux de rentabilité que le TRI • Ne prend pas en compte ni la taille, ni l’échéancier des flux de trésorerie •Favorise les projets rentables à court terme •Nécessite des itérations • Comparaison de projets de même nature ayant des tailles et durées similaires, soumis à des contraintes budgétaires
  • 48. ANALYSE CRITIQUE DES CRITERES VAN ET TIR Les hypothèses de réinvestissement des flux de Cash-flows et du TIR Les 2 critères VAN et TIR admettent implicitement le réinvestissement annuels des Cash-flows dégagé par le projet jusqu’à la fin de la durée de vie du projet. Ce réinvestissement implicite se fait au taux d’actualisation (i) pour la VAN et au taux r pour le TIR D0 CF1 CF2 CF3 CFn Ces hypothèses de réinvestissement implicite au taux (i) pour VAN et au taux (r) pour le TIR peuvent s’avérer non réaliste dans certains cas en particulier lorsque (i) et (r) s’écartent des taux de rémunération pouvant être retiré de la réutilisation effective des Cf annuels dégagés par le projet.
  • 49. ANALYSE CRITIQUE DES CRITERES VAN ET TIR Les hypothèses de réinvestissement des flux de Cash-flows et du TIR La réutilisation des cash flows peut se faire dans des investissements nouveaux, mais aussi dans des remboursements d’emprunt antérieurs ou de consolidation de structure donc de situation financière. Lorsque cet écart est important, en particulier pour le critère de TIR l’évaluateur devra expliciter l’hypothèse de réinvestissement des Cash-flows annuels et adopter un taux de réinvestissement dit explicite noté (c) plus conforme à la réalité de la rémunération des placements effectifs des Cash-flows.
  • 50. ANALYSE CRITIQUE DES CRITERES VAN ET TIR Situation exceptionnelle d’investissement et leur traitement Dans certains cas particuliers les critères de la VAN et du TIR n’aboutissent pas à un classement identique des projets évalués. Les deux critères ont alors des choix divergents. Par ailleurs, certains projets d’investissement se caractérisant par des CF Net négatifs au cours de la durée de vie peuvent donner naissance à plusieurs TIR. Dans ce cas on ne sera alors plus en situation d’unicité des taux. Ces deux cas de figure constituent des situations exceptionnelles.
  • 52. les différentes sources de financement des investissements L’investissement est par définition un engagement de financement sur moyenne et longue période, il nécessite un financement stable, ce financement peut être mis en place en veillant à ce qu’il soit suffisant ; adéquat ; au bon moment; et au moindre coût.
  • 53. 1-Les augmentations de capital ou les apports en capitaux :  Ces apports constituent un engagement financier permanent pour les actionnaires.  Il s’agit pour l’entreprise de ressources mises définitivement à sa disposition.  Les capitaux propres, bien que ne se matérialisant pas par un coût explicite significatif qui peut-être approché par le taux de rendement exigé par les actionnaires celui-ci est retrouvé soit par le taux de rendement moyen sur le marché par des investissements similaires, il peut-être aussi approché par la notion du bénéfice par action sur le cours de l’action.  Il faut savoir que le coût des K propres est généralement supérieur à celui des ressources d’emprunt celles-ci bénéficient de la déductibilité fiscale des charges financières (Intérêts).
  • 54. 2- L’autofinancement : L’autofinancement est une source de financement interne générée par l’entreprise au cours d’un exercice, Elle se compose des bénéfices et des dotations aux amortissements et aux provisions sur éléments durables ; de ce fait on prend uniquement la partie des bénéfices net réinvesti comme une augmentation des fonds propres, la partie des amortissements et des provisions correspond à une ressource interne maintenue dans l’entreprise pour le renouvellement des différentes immobilisations.  Plus l’autofinancement de l’entreprise est élevé plus l’autonomie financière de celle-ci est meilleure.
  • 55. 2- L’autofinancement : Schématiquement, l’approximation du coût de l’autofinancement (coût implicite) se décompose en deux éléments : Le coût des bénéfices nets est approximable par la notion du : coût d’opportunité ( taux de rendement moyen). Ou par le taux de rendement exigé par les actionnaires ( Bénéfice net / Prix de l’action réinvesti).
  • 56. 3-L’endettement : L’entreprise peut s’endetter et obtenir des ressources externes par 2 grandes voix possibles : 1. La première est le recours direct au marché financier à travers l’émission d’emprunt obligataire. Pour ce type de financement seules les grandes entreprises peuvent avoir directement accès à ce mode de financement. L’emprunt obligataire se caractérise par une procédure exigeante tant sur la forme que sur le fond. 2. La deuxième est le recours à l’intermédiation bancaire : les prêts bancaires à l’investissement sont généralement des prêts à long et moyen terme
  • 57. 3-L’endettement : Tout emprunt bancaire se caractérise par les paramètres suivants : Le montant, La durée, Le taux,  Le plan d’amortissement  La procédure des garanties.
  • 58. 3-L’endettement :  L’investisseur doit veiller à obtenir un crédit pour le financement de son investissement suffisant. Il doit veiller également à ce que ce financement soit mis à sa disposition au moment opportun et non de manière tardive cela nécessite que le dossier bancaire soit construit suffisamment à l’avance par rapport à la réalisation de l’investissement.  Le taux d’intérêt pratiqué par la banque est un taux apparent et ne correspond pas au coût réel de l’emprunt pour corriger le taux apparent un calcul un taux actuariel en tenant compte de la déductibilité fiscale des intérêts  La durée de l’emprunt à MT est généralement de 5 à 7 ans celle à LT est de 10 à 15 ans.
  • 59. 3-L’endettement :  Le plan d’amortissement de l’emprunt : chaque emprunt se caractérise par un plan d’amortissement qui définit les annuités de remboursement, la partie principale et la partie charges financières ( intérêts ) et donc l’annuité de remboursement et ce sur la durée de vie de l’emprunt :  -Annuité constante : par laquelle la partie principale croissante et la partie intérêts est décroissante.  -Annuité décroissante : ce remboursement se caractérise par une partie constante ( le principal ) et une partie décroissante l’intérêt.  -Annuité croissante : généralement favorable à l’emprunteur. Elle se caractérise par un remboursement d’une partie croissante du principal ( ce type d’annuité est rare dans la pratique)
  • 60. 4- Le leasing ou le crédit-bail  Le leasing est un mode de financement en principe de 100% du bien “ Acquis ” par le leasing.  Jusqu’au terme du contrat de leasing le bien est en situation de location l’entreprise ne devient propriétaire que s’il y a une clause de rachat exercée par celle-ci.  Il est fréquent que les organismes de leasing exigent des dépôts de garantie de la part de l’investisseur lors de la mise en place de ce type de financement.  Le principal avantage de ce type de financement correspond au financement de 100% du projet envisagé ainsi que la déductibilité fiscale de la redevance de crédit-bail. Son inconvénient réside dans le coût qui est relativement plus important par rapport aux autres modes de financement.
  • 61. 5-Les crédits acheteurs et les crédits fournisseurs  Les crédits acheteurs : ce sont des crédits octroyés à l’investisseur (acheteur) par la banque du fournisseur du bien d’équipement. Ces crédits ont été mis en place dans les pays développés pour inciter l’exportation des biens d’équipements, le mécanisme et relativement complexe. En effet, il faut que la banque de l’acheteur également (caution) ainsi que la souscription d’une assurance.  Le crédit fournisseurs : le fournisseur des biens d’équipements accordeur du crédit à l’investisseur acheteur fait mobiliser le crédit qu’il a consenti au prêt de son système bancaire.  Les lignes de financement mixtes : Consiste en un financement par emprunt généralement avantageux ainsi qu’un financement partiel des fonds propres des investisseurs par exemple.
  • 62. le Plan de Financement
  • 63. le Plan de Financement  Le plan de financement associé à un programme d’investissement doit veiller à chiffrer d’une part l’ensemble des flux d’emplois occasionnés par le programme sur généralement une durée de 5 ans et d’autre part à positionner tous les flux de ressources associés à ce programme sur 5 ans également.  Ces ressources proviennent autant des augmentations de capital, apports en comptes courants, emprunts leasing etc.… que des Cash- flows dégagés annuellement par le projet. L’objectif est de veiller à un équilibre entre les ressources et les emplois. Il importe donc de dégager deux lignes : celle des soldes simples( Ressources- Emplois), la deuxième pour les soldes cumulés.
  • 64. le Plan de Financement 1ère Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Année Emplois : - Terrains - Constructions - Mat et Outillages - Immob. Diverses - Remboursement d’emprunt - Comptes courants associés - Autres…. Total des emplois Ressources - apports en capital - en Comptes courants associés - emprunts - les Cash-flows - autres Ressources Total des ressources Ressources – Emplois ( Ressources – Emplois) Cumulés
  • 65. le Plan de Financement Il est exceptionnel qu’un investissement dégage un plan de financement équilibré dés les premiers essais ; en général, des ajustements s’avèrent nécessaires soit par une augmentation des ressources mises à la disposition du projet soit par une diminution des emplois caractérisant ce projet soit enfin par le mixage des deux solutions.
  • 66. • La Rentabilité du point de vue des actionnaires • La rentabilité des Fonds propres • La Rentabilité des capitaux permanents Les principaux critères de décision
  • 67. La Rentabilité du point de vue des actionnaires Les excédents de trésorerie annuels restent au sein de l ’entreprise . La trésorerie excédentaire en fin de projet est actualisée. Deux indicateurs : –Bénéfice actualisé –Taux de Rentabilité Interne pour les actionnaires
  • 68. La Rentabilité sur Fonds propres Les excédents de Trésorerie annuels sont actualisés Deux indicateurs : –Bénéfice actualisé –Taux de rentabilité interne
  • 69. EVALUATION DE LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS EN AVENIR INCERTAIN
  • 70. DEFINITION DU RISQUE  NOUS AVONS RAISONNE JUSQU'A PRESENT EN AVENIR CERTAIN (HYPOTHESE DE PREVISION PARFAITE)  LES FRUITS DE L’INVESTISSEMENT SONT PERCUS DANS LE FUTUR D’OU L’INCERTITUDE EN RAISON DES MODIFICATIONS DE L’ENVIRONNEMENT.  CERTAINS PROJETS SONT PLUS RISQUES QUE D’AUTRES LE RISQUE CONSISTE EN UNE POSSIBILITE DE DEVIATION PAR RAPPORT AUX PREVISIONS FAITES LE RISQUE CONSISTE EN UNE POSSIBILITE DE DEVIATION PAR RAPPORT AUX PREVISIONS FAITES DANS LES DIFFERENTES ETUDES NTES ETUDES
  • 71. RISQUE ET INCERTITUDE ALTERNATIVES CONNUES, POSSIBILITE D’ASSIGNER DES PROBABILITES AUX DONNEES EXTERIEURES (AVENIR PROBABILISABLE OU ALEATOIRE) Situation de Risque
  • 72. RISQUE ET INCERTITUDE ALTERNATIVES CONNUES, MAIS ON IGNORE LES PROBABILITES RELATIVES AUX DONNEES EXTERIEURES Situation d’Incertitude
  • 73. PROBLEMES POSES PAR LE RISQUE L’ESTIMATION OU LA MESURE DU RISQUE LE COMPORTEMENT FACE AU RISQUE : C’EST LA PREFERENCE POUR LE RISQUE COMMENT LIMITER LE RISQUE ?
  • 74. METHODES DE PRISE EN CONSIDERATION DU RISQUE DEUX TYPOLOGIES DE METHODES SONT UTILISEES : METHODES EMPIRIQUES METHODES STATISTIQUES METHODES EMPIRIQUES METHODES STATISTIQUES
  • 75. METHODES EMPIRIQUES 1- CLASSIFICATION DES INVESTISSEMENTS EN FONCTION DU RISQUE PAR NATURE D’INVESTISSEMENT INVESTISSEMENT DE REMPLACEMENT INVESTISSEMENT D’EXPANSION INVESTISSEMENT D’INNOVATION INVESTISSEMENTS STRATEGIQUES PAR TYPES DE PRODUITS (TYPOLOGIE BASEE SUR LES TAUX DE CROISSANCE ET LES PARTS DE MARCHE ) PRODUITS DILEMME PRODUITS VEDETTE PRODUITS VACHES A LAIT PRODUITS POINTS MORTS ( CES PRODUITS N’ONT PAS LE MEME DEGRE DE RISQUE )
  • 76. METHODES EMPIRIQUES 2- LA PERIODE DE REMBOURSEMENT LE DEGRE D’INCERTITUDE (NON REALISATION DES PREVISIONS) AUGMENTE AU FUR ET A MESURE QUE LA PERIODE S’ALLONGE. DIVERSES FORMULES SONT UTILISEES :  INVESTISSEMENT // C. FLOWS ANNUELS = X ANNEES  INVESTISSEMENT // MOYENNE ARITHMETIQUE DES CF = X ANNEES  INVESTISSEMENT – VALEUR RESIDUELLE // CF ANNUEL = X ANNEES
  • 77. METHODES EMPIRIQUES 3-REDUCTION DE LA DUREE D’UTILISATION PREVUE  PUISQUE LE RISQUE AUGMENTE AVEC LE TEMPS, ON PEUT REDUIRE VOLONTAIREMENT LA DUREE D’UTILISATION ATTRIBUEE A L’EQUIPEMENT EN VUE DE CALCULER SA RENTABILITE  LA MODIFICATION PEUT S’APPLIQUER SPECIALEMENT AUX PROJETS SOUMIS A UN RISQUE ELEVE D’OBSOLESCENCE.  CETTE CORRECTION DEMEURE TOUTEFOIS ARBITRAIRE
  • 78. METHODES EMPIRIQUES 4- ELIMINATION DES ELEMENTS TROP INCERTAINS  IL EST POSSIBLE D’ELIMINER DU CALCUL CERTAINS ELEMENTS DONT L’ESTIMATION EST TROP INCERTAINE, TELLE LA VALEUR RESIDUELLE.  CETTE METHODE EST EGALEMENT CRITIQUABLE PUISQUE ENTRE DEUX OU PLUSIEURS PROJETS, LES VALEURS RESIDUELLES PEUVENT VARIER DANS DE GRANDES PROPORTIONS CE QUI PEUT FAUSSER LES CALCULS
  • 79. METHODES EMPIRIQUES 5- LA RECHERCHE DE LA FLEXIBILITE  LE RISQUE EST D’AUTANT PLUS GRAND QUE LA RIGIDITE EST FORTE (ON PREFERE LA FLEXIBILITE)  UN INVESTISSEMENT SUPPLEMENTAIRE FAIBLE PEUT PERMETTRE DE RECONVERTIR UN PROGRAMME POUR PRODUIRE D’AUTRES PRODUITS.  ON S’INTERESSERA AUX INVESTISSEMENTS QUI PERMETTENT DE RECUPERER UNE GRANDE PORTION DU CAPITAL EN CAS DE CESSATION DE L’ACTIVITE  ON S’INTERESSERA AUX EQUIPEMENTS POLYVALENTS
  • 80. METHODES EMPIRIQUES 6- LE CALCUL DE LA PENALITE ENTRAINEE PAR UNE ERREUR DE GESTION  CONNAITRE LA PERTE MAXIMALE QUI SE PRODUIRAIT SI LES PREVISIONS NE SE REALISAIENT PAS  EXAMINER LES CONSEQUENCES DE CETTE PERTE SUR LES CASH FLOWS ET LA TRESORERIE DE L’ENTREPRISE  ON ESTIME DONC L’ENJEU DE LA DECISION ET LA PART DE L’INVESTISSEMENT INITIAL RECUPERABLE EN CAS D’ECHEC  L’INCONVENIENT EST QU’ON NE PEUT ESTIMER LA VRAISEMBLANCE DE CET ECHEC.
  • 81. METHODES EMPIRIQUES 7- L’ADJONCTION D’UNE PRIME DE RISQUE  ON AJOUTE UNE PRIME DE RISQUE AU COUT DU CAPITAL  CETTE PRIME S’APPLIQUE AUX INVESTISSEMENTS PRESENTANT UN RISQUE SUPERIEUR A CELUI QUI CARACTERISE HABITUELLEMENT LES INVESTISSEMENTS DE L’ENTREPRISE  CE RAISONNEMENT SUPPOSE UNE INDEPENDANCE DES DIFFERENTS INVESTISSEMENTS CE QUI N’EST PAS LE CAS CAR ILS SONT TOUS SOUMIS AUX VARIATIONS D’UN MEME MARCHE
  • 82. METHODES EMPIRIQUES 8- L’APPLICATION DE TAUX DE RABAIS AUX C.FLOWS  ON MODIFIE LES ESTIMATIONS DE RECETTES SUPPOSEES ETRE LES PLUS PROBABLES EN UTILISANT DES TAUX DE RABAIS QUI DIFFERENT SELON LE DEGRE D’INCERTITUDE  LES TAUX DE RABAIS SERONT D’AUTANT PLUS PETITS QUE LES REVENUS SERONT LOINTAINS OU RISQUES  SI ON REDUIT LES TAUX AVEC L’ELOIGNEMENT DANS LE TEMPS CELA REVIENT PRATIQUEMENT A INCLURE UNE PRIME DE RISQUE DANS LE TAUX D’ACTUALISATION . CE SERAIT UNE PRIME QUI VARIERAIT CHAQUE ANNEE.
  • 83. METHODES EMPIRIQUES 9- L’APPLICATION DU TAUX DE RABAIS AU RENDEMENT FINAL  ON NE MODIFIE PAS LES RECETTES, MAIS LE RESULTAT FINAL – GOOD WILL OU TAUX INTERNE DE RENTABILITE – EST PONDERE PAR UN FACTEUR QUI REPRESENTE LE RISQUE IMPLICITE DE CHAQUE PROJET.  LE COEFFICIENT 1 INDIQUERAIT L’ABSENCE DE RISQUE, 0.1 UN RISQUE ELEVE, 0.5 UN RISQUE MOYEN  CETTE PROCEDURE ANNONCE LA METHODE DES PROBABILITES SUBJECTIVES, MAIS N’EST PAS AUSSI COMPLETE QUE CETTE DERNIERE.
  • 84. B / METHODES STATISTIQUES LE DEGRE DE VRAISEMBLANCE LES METHODES EMPIRIQUES PRESENTEES INTRODUISENT DIVERSES HYPOTHESES VRAISEMBLABLES DANS LE RAISONNEMENT , ELLES NE PRECISENT PAS LES CHANCES QU’ONT CES HYPOTHESES DE SE REALISER IL EST INTERESSANT DE SAVOIR LE DEGRE DE VRAISEMBLANCE DES DIFFERENTS RESULTATS : LA PROBABILITE DE SURVENANCE DE CHACUN D’EUX
  • 85. B / METHODES STATISTIQUES LE CARACTERE SUBJECTIF DES PROBABILITES  S’APPLIQUE A DES PHENOMENES REPETITIFS  ON PASSE D’UNE SITUATION D’INCERTITUDE A UNE SITUATION DE RISQUE  L’USAGE DES PROBABILITES PERMET D’UTILISER DE MANIERE EXPLICITE L’INTUITION DU DIRIGEANT EN LA VALORISANT AU MAXIMUM
  • 86. B / METHODES STATISTIQUES LE RECUEIL DES PROBABILITES ON REPARTIT HABITUELLEMENT LES PROBABILITES SUR UNE ECHELLE OU 0 SIGNIFIE IMPOSSIBILITE ABSOLUE ET 1 CERTITUDE COMPLETE ENTRE 0 ET 1 SE SITUE TOUTE UNE SERIE DE DEGRES DE VRAISEMBLANCE QU’IL S’AGIT D’ETALONNER .
  • 87. L’ESPERANCE MATHEMATIQUE PRINCIPE : CHAQUE FOIS QUE DES FACTEURS DETERMINANT DE LA RECETTE NETTE PEUVENT FAIRE L’OBJET DE PROBABILITES SOIT OBJECTIVES SOIT SUBJECTIVES , IL EST POSSIBLE DE CALCULER L’ESPERANCE MATHEMATIQUE DE LA RECETTE NETTE 1- L’ESPERANCE MATHEMATIQUE
  • 88. 1- L’ESPERANCE MATHEMATIQUE METHODE DE CALCUL : E ( X ) = ∑ Xi Pi Xi = VALEURS POSSIBLES DE RECETTES Pi = PROBABILITES DE REALISATION  L’ ESPERANCE MATHEMATIQUE DU PROFIT D’UN ACTE D’INVESTISSEMENT EST UNE MOYENNE PONDEREE DE TOUTES LES CONSEQUENCES POSSIBLES DE CET ACTE , LES FACTEURS DE PONDERATION ETANT LES PROBABILITES SUBJECTIVES AFFECTANT CHAQUE EVENEMENT .
  • 89. POUR TEMPERER LES INCONVENIENTS DE CE CRITERE , ON PEUT Y ASSOCIER LA VARIANCE , C’EST A DIRE UN PARAMETRE DE DISTRIBUTION OU VALEUR MOYENNE DE L’ECART PAR RAPPORT A LA MOYENNE . CE CALCUL EST JUSTIFIE PAR LE FAIT QUE PLUS GRANDE EST LA DISPERSION PLUS GRAND EST LE DANGER D’ENTRER DANS LA ZONE DES RESULTATS NEGATIFS .
  • 90. m σ 2 ( B t ) = ∑ [ B k,t – E ( Bt) ] 2 P k,t k=0 Bk,t = Kième CASH FLOW DE L’ANNEE t E( Bt ) = ESPERANCE MATHEMATIQUE DES CASH FLOWS DE L’ANNE t Pk,t = PROBABILITE DU Kième CASH FLOWS DE L’ANNEE t IL PEUT ETRE PLUS COMMODE D’UTILISER COMME MESURE DE DISPERSION , L’ECART TYPE QUI CORRESPOND A LA RACINE CARREE DE LA VARIANCE 2- LA VARIANCE DES CASH FLOWS D’UNE ANNEE ( t )
  • 91. 3-LA SIMULATION RAISON D’ETRE : • LA RENTABILITE D’UN INVESTISSEMENT DEPEND DE LA COMBINAISON DE DIVERSES VALEURS QUI PEUVENT PRENDRE DE NOMBREUSES VARIABLES • COMME LA COMBINAISON DES VALEURS LES PLUS PROBABLES DE CHAQUE PARAMETRE EST STATISTIQUEMENT PEU VRAISEMBLABLES , IL FAUT ALORS CONSIDERER LES COMBINAISONS MULTIPLES ET VARIEES DES VALEURS PROBABILISEES DES DIFFERENTS PARAMETRES .
  • 92. 3-LA SIMULATION PROCEDURE  ESTIMER L’EVENTAIL DES VALEURS SUSCEPTIBLES D’ETRE PRIS PAR CHAQUE PARAMETRE  APPRECIER LES PROBABILITES ASSOCIEES A CHACUNE DE CES VALEURS SELECTIONNER AU HASARD UNE VALEUR DE CHAQUE PARAMETRE ET EFFECTUER LE CALCUL DE RENTABILITE POUR CETTE COMBINAISON  EXECUTER L’OPERATION EN PRENANT LES DISPOSITIONS NECESSAIRES POUR QUE CHAQUE VALEUR DE N’IMPORTE QUEL PARAMETRE AIT AUTANT DE CHANCES D’ETRE REPRISE DANS UNE COMBINAISON QU’ELLE A DE PROBABILITES DE SURVENANCE . REPETER L’OPERATION UN NOMBRE SUFFISAMENT ELEVE DE FOIS POUR QUE STATISTIQUEMENT LES RESULTATS SOIENT SIGNIFICATIFS CONSIDERER LE NOMBRE DE FOIS QU’UN MEME TAUX INTERNE EST SORTI
  • 93. 4- L’ARBRE DECISIONNEL PRESENTATION  SOUVENT L’INVESTISSEUR EST AMENE A DIFFERER LA DECISION TOTALEMENT OU PARTIELLEMENT EN RAISON DU MANQUE D’INFORMATIONS .  IL PREND DONC DES DECISIONS SUCCESSIVES A MESURE QUE LE TEMPS PASSE ET QU’IL OBTIENT LES INFORMATIONS NECESSAIRES .  CHOISIR UN PROCESSUS SEQUENTIEL POUR ARRIVER A L’ELABORATION D’UNE DECISION EST UNE MANIERE DE REDUIRE L’INCERTITUDE SUR LE RESULTAT ET AUSSI LE RISQUE AU PRIX DE DEPENSES DE TEMPS ET D’ARGENT
  • 94. 4- L’ARBRE DECISIONNEL  LE PROCESSUS SEQUENTIEL TROUVE TOUTE SON APPLICATION DANS LES ARBRES DECISIONNELS EN TANT QU’OUTIL ENTRE LES MAINS DES DIRIGEANTS :  C’EST UN MOYEN QUI PERMET A L’ESPRIT DE SE REPRESENTER LE PROBLEME ET DE LE TRAITER FRUCTUEUSEMENT . UN ARBRE EST UN GRAPHE OU APPARAISSENT :  DIFFERENTS POINTS DE DECISION PRESENTES PAR DES CARRES REPARTIS DANS LE TEMPS ( LE TEMPS S’ECOULE DE GAUCHE A DROITE )  LES EVENEMENTS SYMBOLISES PAR DES CERCLES  D’UN POINT DE DECISION, SITUE A UN MOMENT DONNE, EMANENT SOUS FORME DE BRANCHES, LES DIFFERENTS COURS DE L’ACTION QUI PEUVENT Y ETRE CHOISIS
  • 95. 4- L’ARBRE DECISIONNEL  DE CHAQUE POINT OU UN EVENEMENT PEUT SE PRODUIRE PARTENT DES BRANCHES DES DIFFERENTES CONSEQUENCES D’UNE DECISION ASSORTIES DE PROBABILITES SUBJECTIVES  LES POINTS DE DECISION ET EVENEMENTS SONT QUALIFIES DE NOEUDS  CHAQUE COMBINAISON EST CARACTERISEE PAR DES CONSEQUENCES ( INDIQUEES ENTRE CROCHETS ) QUI PEUVENT S’EXPRIMER EN TERME DE RENTABILITE
  • 96. 4- L’ARBRE DECISIONNEL INTERET ET LIMITES  L’ARBRE DECISIONNEL PERMET D’INTRODUIRE DANS UN RAISONNEMENT PROBABILISTE LES DECISIONS SEQUENTIELLES ,  MOYEN DE DIMINUER LE RISQUE  IL DEVIENT FORT COMPLIQUE LORSQUE L’ON VEUT INTRODUIRE DES ALTERNATIVES INTERDEPENDANTES OU DES VARIABLES QUI DEPENDENT L’UNE DE L’AUTRE  DANS L’ARBRE DECISIONNEL UN SEUL FACTEUR EST CONSIDERE COMME VARIABLE ALORS QU’EN REALITE PLUSIEURS ONT CETTE CARACTERISTIQUE .
  • 97. 5- LA THEORIE DES JEUX 5-1LE MINIMAX ( CRITERE DE WALD )  RECOMMANDE DE RETENIR LA MEILLEURE DES SOLUTIONS LES PLUS MAUVAISES : LE MOINDRE MAL . IL S’AGIT DE MINIMISER LE COUT MAXIMUM A SUPPORTER D’OU LE NOM DE MINIMAX EN D’AUTRES TERMES ON ENVISAGE LA PIRE DES SITUATIONS ET ON CHOISIT LA DECISION QUI DANS CETTE HYPOTHESE DONNE LE MEILLEUR RESULTAT LE MINIMAX EST ETABLI POUR S’ASSURER QUE LA PERTE MAXIMALE DE CELUI QUI PREND LA DECISION SERA MAINTENU A SON MINIMUM EN PARTANT DE L’IDEE QUE L’ADVERSAIRE EST INTELLIGENT ET CHOISIRA SA STRATEGIE POUR MAXIMISER LES PERTES DE L’AUTRE JOUEUR S’IL S’AGIT DE PROFIT PLUTOT QUE DE COUT , ON RECHERCHE LA MAXIMISATION DU BENEFICE MINIMUM ET LE CRITERE S’APPELLE ALORS MAXIMIN ( CRITERE DE WALD )
  • 98. 5- LA THEORIE DES JEUX 5-2 LE REGRET MINIMUM ( CRITERE DE SAVAGE ) • PROPOSE DE MINIMISER LE REGRET MAXIMUM • ON CALCULE POUR CHAQUE COMBINAISON DECISION – EVENEMENT – CONSEQUENCE LE REGRET QUI LA CARACTERISE •LE REGRET SE MESURE PAR LA DIFFERENCE ENTRE CE QUI EST ACCOMPLI ET CE QUI AURAIT PU L’ETRE SI LE MEILLEUR CHOIX EN CONNAISSANCE DES CIRCONSTANCES REELLES AVAIT PU ETRE FAIT .
  • 99. 5- LA THEORIE DES JEUX 5-3 LE MAXIMAX ( WALD ) • PRENANT LE CONTREPIED DU MAXIMIN , CE CRITERE SUGGERE DE RETENIR LA SOLUTION QUI DONNE LE MAXIMUM DES MAXIMA DE GAINS . • RESOLUMENT OPTIMISTE , LE MAXIMAX PEUT MENER A DES DECISIONS AVENTUREUSES .
  • 100. 5- LA THEORIE DES JEUX 5-4 CRITERE DE HURWICZ  LE MINIMAX PORTAIT UNQUEMENT SON ATTENTION SUR DES SITUATIONS DEFAVORABLES , LE MAXIMAX S’INTERESSAIT EXCLUSIVEMENT AUX GAINS LES PLUS ELEVES ; LE CRITERE D’HURWICZ CONSIDERE TANT LES POSSIBILITES DE GAINS QUE LES DANGERS DE PERTE IL SUGGERE, EN EFFET , DE MAXIMISER UNE MOYENNE PONDEREE DES CONSEQUENCES EXTREMES ( MAXIMUM –MINIMUM ) DE L’ACTION  LES COEFFICIENTS DE PONDERATION EXPRIMENT LE DEGRE D’OPTIMISME