Investissements d’avenir                              IGPDE 10 mai 2011Premier MinistreCommissariat général à l’investisse...
Emprunt national et priorités stratégiques d’investissement :    le contexte : une démarche originale   Une commission d’...
Emprunt national et priorités stratégiques d’investissement :    le contexte : une démarche originale   Une mise en place...
Des priorités stratégiquesDes priorités ciblées    Enseignement supérieur et formation : 11 Md€    Recherche : 7,9 Md€ ...
Un emprunt « pas comme les autres »                                      5
Démarche et méthode   Une gouvernance qui se veut exemplaire   Une priorité à la constitution d’actifs ( > 60 % des 35 M...
La démarche : un engagement en trois phases, conforme aux  préconisations de la commission Juppé-Rocard                   ...
Gouvernance : traçabilité, transparence    La traçabilité : les financements sont isolés dans les comptes de     l’opérat...
Un focus important sur le suivi et l’évaluation   Suivi des processus (appels à projets, sélection, …)   Suivi financier...
La sélection : Une procédure type en trois étapes  Exemple de l’ANR Évaluation scientifique            Préparation intermi...
Investissements d’avenir : état des                              lieuxPremier MinistreCommissariat général à l’investissem...
Des investissements largement engagés   49 appels à projets (AAP) lancés depuis juin 2010. 29 AAP déjà clos   5 « guiche...
Investissements d’avenir : des                              actions novatricesPremier MinistreCommissariat général à l’inv...
Les Initiatives d’excellence (Idex)   5 à 10 grands sites universitaires d’ambition et de visibilité mondiales   Un effo...
Equipements et laboratoires d’excellence(Equipex – Labex) Laboratoires d’excellence : l’excellence universitaire française...
Laboratoires dexcellence : lauréats et sites concernés                                                          16
Equipex : lauréats et sites concernés                                        17
Les instituts de recherche technologiques (IRT)   Des instituts au cœur de campus d’innovation technologique d’ambition m...
Les Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU)   L’excellence de la recherche scientifique et médicale, au service du patie...
Les biotechnologies et la santé   Les cohortes : des financements sur 10 ans pour suivre des dizaines de milliers de    p...
Les sociétés régionales de valorisation (SATT)-   Des moyens massifs (1 Md€) pour pallier une faiblesse majeure : le passa...
Le soutien aux PME innovantes et aux filièresindustrielles   Renforcer les écosystèmes locaux et la création de valeur aj...
Les Pôles de compétitivité sont concernés par la quasi-totalité des     actions du programme                              ...
Les investissements dans l’aéronautique, l’espace etles transports   Renforcer les points forts de l’industrie française,...
Les énergies renouvelables   Les démonstrateurs préindustriels : pour que l’innovation se traduise en    développement éc...
Les investissements dans le numérique   Le déploiement du très haut débit partout en France :      2 Mds€ pour lancer le...
La ville de demain   Transports en commun en site propre :        200 M de financement à taux de subventions majorés pou...
L’économie sociale et solidaire, la formation, l’accès àla culture scientifique   Le soutien aux acteurs de l’économie so...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Grand emprunt et investissements d'avenir (IGPDE,Rencontres économiques 10 mai 2011)

1 446 vues

Publié le

Rencontres économiques de l'IGPDE
10 mai 2011
"Quels sentiers de croissance pour la France au sortir de la crise"

Diaporama de P. Bouyoux, ancien rapporteur de la commission Juppé-Rocard
"grand emprunt et investissements d'avenir : pilotage et impact sur la croissance"

Publié dans : Économie & finance, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 446
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Grand emprunt et investissements d'avenir (IGPDE,Rencontres économiques 10 mai 2011)

  1. 1. Investissements d’avenir IGPDE 10 mai 2011Premier MinistreCommissariat général à l’investissement 1
  2. 2. Emprunt national et priorités stratégiques d’investissement : le contexte : une démarche originale Une commission d’experts co-présidée par MM. Juppé et Rocard :  « Il y a deux façons de mal préparer l’avenir : accumuler les dettes pour financer les dépenses courantes; mais aussi, et peut-être surtout, oublier d’investir dans les domaines moteurs »  « si l’on ne veut pas se résoudre à l’affaissement de la croissance et de l’emploi, il faut trouver de nouveaux moteurs, de nouvelles sources de développement : l’économie de la connaissance et l’économie « verte » »  « Nous avons la capacité à être de ceux qui déplacent la frontière technologique » Des recommandations opérationnelles :  35 Mds + une ventilation par « action » (7axes, 17 actions)  pas de sélection des projets individuels  une proposition de gouvernance  un rapport remis en 3 mois (19 novembre) : après 200 auditions, 300 contributions Premier Ministre Commissariat général à l’investissement 2 2
  3. 3. Emprunt national et priorités stratégiques d’investissement : le contexte : une démarche originale Une mise en place rapide :  26 août -19 novembre : travaux de la Commission Juppé – Rocard  14 décembre 2009 : annonces du PR, sur la base du rapport Juppé – Rocard  janvier 2010 :  Projet de loi de finances rectificative en Conseil des Ministres  création du Commissariat Général à l’Investissement (janvier 2010)  mars 2010 : discussion et vote de la loi de finances rectificative  entre mars et décembre 2010 :  Signature de conventions avec les opérateurs choisis par l’Etat  transfert budgétaire des 35 Mds aux opérateurs Premier Ministre Commissariat général à l’investissement 3 3
  4. 4. Des priorités stratégiquesDes priorités ciblées Enseignement supérieur et formation : 11 Md€ Recherche : 7,9 Md€ Filières industrielles et PME : 6,5 Md€ Développement durable : 5,1 Md€ Numérique : 4,5 Md€ 4
  5. 5. Un emprunt « pas comme les autres » 5
  6. 6. Démarche et méthode Une gouvernance qui se veut exemplaire Une priorité à la constitution d’actifs ( > 60 % des 35 Md€) Une recherche de l’effet de levier maximal (total entre 60 et 65 Md€) Un focus sur les technologies de rupture et les projets transformants Une impulsion pour créer de véritables écosystèmes 6
  7. 7. La démarche : un engagement en trois phases, conforme aux préconisations de la commission Juppé-Rocard Phase 2 : sélection des projets Phase 3 : Phase projetPhase 1 : contrats opérateurs Appel à projets Contractualisation entreContractualisation avec l’opérateur Notation : jury d’experts, comité d’engagement… l’opérateur et chaque lauréatUn contrat par action Validation décision finale : Premier ministre sur Réalisation du projetCoordination par le CGI avis du commissaire général à l’investissement Évaluation ANR Projet 1 1 contrat par Projet Projet 2 rat C ont … CDC Premier Ministre Contrat Projet 1 OSEO CGI Projet 2 Co … ntr at Ademe Autres Opérateurs 7
  8. 8. Gouvernance : traçabilité, transparence La traçabilité : les financements sont isolés dans les comptes de l’opérateur, suivis, contrôlés, évalués Une mise en œuvre détaillée action par action, dans les « conventions » Un double suivi :  L’action des opérateurs  Les investissements eux-mêmes Une démarche d’ « accountability » :  des bénéficiaires vis-à-vis des opérateurs  des opérateurs vis-à-vis du CGI  du CGI vis-à-vis du Parlement et du Comité de Surveillance Premier Ministre Commissariat général à l’investissement 8 8
  9. 9. Un focus important sur le suivi et l’évaluation Suivi des processus (appels à projets, sélection, …) Suivi financier : engagements, décaissements Suivi de la performance : indicateurs d’objectifs  Détermination des indicateurs et des objectifs ex-ante avec chaque projet ; jalons décisionnels Évaluation a posteriori des politiques publiques  Budget réservé au sein de chaque action pour conduire une évaluation a posteriori 9
  10. 10. La sélection : Une procédure type en trois étapes Exemple de l’ANR Évaluation scientifique Préparation interministérielle Décision dudes projets par les pairs des décisions Premier ministreJury international Comité de pilotage Premier ministre Contrat 20 à 25 membres des Ministères + Pdt Jury Décision ANR - Lauréat communautés de recherche sur avis du CGI [+ CGI + ANR] concernées Évaluation des projets : Proposition de sélection : - catégories A, B, C ; - lauréats ; -ou note par projet - montants (selon l’action)Pool d’experts 10
  11. 11. Investissements d’avenir : état des lieuxPremier MinistreCommissariat général à l’investissement 11
  12. 12. Des investissements largement engagés 49 appels à projets (AAP) lancés depuis juin 2010. 29 AAP déjà clos 5 « guichets » ouverts : prêts verts, aides à la réindustrialisation, contrats de développement participatifs, aide à la rénovation thermique pour les propriétaires à faible revenu; investissements dans l’économie numérique Une forte mobilisation : plus de 1400 dossiers reçus 8 Mds€ déjà engagés sur 300 projets concrets et 1700 entreprises Toutes les thématiques de l’innovation sont concernées Sur chaque thématique, une première vague de décisions aura été bouclée d’ici l’été 12
  13. 13. Investissements d’avenir : des actions novatricesPremier MinistreCommissariat général à l’investissement 13
  14. 14. Les Initiatives d’excellence (Idex) 5 à 10 grands sites universitaires d’ambition et de visibilité mondiales Un effort exceptionnel : 7,7 Mds€ de capital produisant des intérêts année après année, à l’image des « endowments » des universités anglo-saxonnes 7 sites présélectionnés parmi les 17 candidats au 1er appel à projet :  Grenoble  Bordeaux  Lyon  Paris Sciences et Lettres  Sorbonne Université  Toulouse  Strasbourg Les lauréats de la première vague seront annoncés à la fin juillet Un deuxième appel à projets va être lancé en mai; l’ensemble des lauréats seront connus au début 2012 14
  15. 15. Equipements et laboratoires d’excellence(Equipex – Labex) Laboratoires d’excellence : l’excellence universitaire française  Une mobilisation sans précédent : 240 candidats au premier appel à projets; des regroupements entre équipes autour de projets ambitieux qui n’auraient pas vu le jour sans le PIA  100 laboratoires déjà sélectionnés dans toute la France  Une concentration (qui était prévisible) sur les grands sites universitaires, mais aussi - dès le 1er AAP- des laboratoires d’excellence récompensés sur des sites moins visibles :  Clermont-Ferrand (3 Labex), Limoges, Compiègne, Rennes, Nancy, ….  Un deuxième appel à projets lancé en mai ; l’ensemble des résultats seront connus début 2012 Equipements d’excellence : des équipements entre 1 et 20 M€  La réponse à un vrai besoin d’investissement (340 candidats)  52 équipements déjà sélectionnés  Les grands sites universitaires, mais aussi Amiens, Dijon, Caen, Brest, Perpignan,…  Un deuxième appel à projets lancé en mai : l’ensemble des résultats seront connus fin 2011 15
  16. 16. Laboratoires dexcellence : lauréats et sites concernés 16
  17. 17. Equipex : lauréats et sites concernés 17
  18. 18. Les instituts de recherche technologiques (IRT) Des instituts au cœur de campus d’innovation technologique d’ambition mondiale  Recherche, formation, technologie, écosystèmes locaux  Les vitrines de l’excellence technologique française  Nanotechnologies à Grenoble  Matériaux à Metz  Aéronautique, Espace à Toulouse  Infectiologie à Lyon – Paris  Ferroviaire à Valenciennes  Matériaux à Nantes  Deux dossiers à retravailler dans le numérique (Saclay, Bretagne)  Le concept de l’IRT sera également décliné de manière spécifique dans le domaine des énergies décarbonées avec les IEED (instituts d’excellence pour les énergies décarbonées)  18
  19. 19. Les Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU) L’excellence de la recherche scientifique et médicale, au service du patient et tournée vers la valorisation industrielle 6 IHU sélectionnés :  Imagine : Institut des maladies génétiques (Paris)  Mix-Surg : Institut de chirurgie mini-invasive guidée par l’image (Strasbourg)  Polmit : Institut en maladies infectieuses (Marseille)  Liryc : Institut de Rythmologie et modélisation cardiaque (Bordeaux)  Ican : Institut de Cardiologie-Métabolisme-Nutrition (Paris)  A-ICM : Institut de Neurosciences translationnelles (Paris) 6 projets de recherche prometteurs financés :  Médecine personnalisée du cancer (Paris)  Onco-hématologie (Paris)  Cerveau et santé mentale (Lyon)  Protection et remplacement des organes (Lyon)  Sciences de la transplantation et d’immunothérapie (Nantes)  Handicap (Garches) 19
  20. 20. Les biotechnologies et la santé Les cohortes : des financements sur 10 ans pour suivre des dizaines de milliers de patients et en tirer les enseignements pour la santé publique :  Le suivi de l’effet des traitements du cancer  Les rejets de greffe  Les maladies rares, les maladies psychiatriques, la sclérose en plaque,  Les populations jeunes (suivi de 30 000 étudiants) La recherche sur les biotechnologies et les bio-ressources :  Infrastructures nationales en biologie et santé : biobanques, imagerie cellulaire, biologie marine, laboratoire P4 biosécurité, séquençage et génotypage, ...  Démonstrateurs préindustriels : thérapie génique, biotechnologies blanches, …  Bio-ressources, nano-biotechnologies, ... 20
  21. 21. Les sociétés régionales de valorisation (SATT)- Des moyens massifs (1 Md€) pour pallier une faiblesse majeure : le passage de la recherche universitaire à sa valorisation économique Un fonds national (100 M€) et une douzaine de sociétés régionales d’accélération du transfert de technologie (900 M€) Une double priorité : la prestation de services (sensibilisation des chercheurs, …) et la « maturation » :  Pour passer de l’invention à la « preuve de concept » puis à sa valorisation (brevets, licences, start ups)  Rationaliser (guichet unique) et professionaliser les dispositifs existants, avec des moyens sans commune mesure avec les financements actuels Un maillage du territoire :  5 premiers lauréats : Alsace, Paris + Compiègne, Midi-Pyrénées, PACA, …  De nouveaux lauréats dans les prochains mois après prise en compte des recommandations du jury international Une action complémentaire : le fonds national d’amorçage (400 M€ pour l’investissement dans des start ups) 21
  22. 22. Le soutien aux PME innovantes et aux filièresindustrielles Renforcer les écosystèmes locaux et la création de valeur ajoutée sur le territoire :  Le renforcement du capital des PME : les contrats de développement participatif d’Oséo  L’appui à la mise en place de process industriels plus économes en énergie: les « prêts verts » d’Oséo  Le renforcement des filières industrielles à la suite des Etats Généraux de l’Industrie  Des aides à la réindustrialisation accessibles sur l’ensemble du territoire  Un appui spécifique aux instituts Carnot développant leurs partenariats avec les PME  Le soutien aux pôles de compétitivité : plateformes mutualisées, recherche et développement 22
  23. 23. Les Pôles de compétitivité sont concernés par la quasi-totalité des actions du programme • Contrats de développement Entreprises participatifs Projets de Numérique Plateformes • Prêts verts R&D • Aide à la réindustrialisation mutualisées Instituts Structurants • Actions filières des pôles Carnot des pôles (OSEO) Fonds Transports France Brevets Initiatives National (CDC) Organismes d’excellence d’Amorçage de recherche IRT / IEED --- Santé - Énergie pôles – Laboratoires Biotech --- Économie de et équipements SATT circulaire compétitivité d’excellenceÉtablissementsd’enseignement supérieur Recherche Recherche Développement Mise sur le académique industrielle produit marché Premier Ministre Commissariat général à l’investissement
  24. 24. Les investissements dans l’aéronautique, l’espace etles transports Renforcer les points forts de l’industrie française, en préparant les futures générations d’appareils  La future génération de lanceur  De nouveaux satellites  La préparation des futures générations d’avions et d’hélicoptères : démonstrateurs (moteur, avion composite, …) Soutenir la recherche et l’innovation dans l’automobile, le transport ferroviaire et naval :  Automobile : appels à manifestation d’intérêt : chaîne de traction, recharge électrique (déploiement, R&D);  Ferroviaire, naval 24
  25. 25. Les énergies renouvelables Les démonstrateurs préindustriels : pour que l’innovation se traduise en développement économique :  Hydroliennes,  Photovoltaïque, solaire à concentration Le nucléaire :  Le réacteur Jules Horowitz : recherche et production de radionucléides à usages médical  La recherche sur les prochaines générations de réacteurs  La recherche sur le traitement des déchets 25
  26. 26. Les investissements dans le numérique Le déploiement du très haut débit partout en France :  2 Mds€ pour lancer le déploiement de la fibre optique : décisions du 28 avril  L’articulation entre opérateurs privés et initiatives publiques Les technologies et les usages du numérique :  800 M pour le soutien à la R&D :  Les nanotechnologies, les technologies de base du numérique, le logiciel embarqué, le cloud computing, ...  La numérisation du patrimoine et sa valorisation  La ville numérique, la e-santé,  …  1,4 Mds de prêts et d’investissements en fonds propres 26
  27. 27. La ville de demain Transports en commun en site propre :  200 M de financement à taux de subventions majorés pour les Ecocités : Rennes, Strasbourg, Nice, Bordeaux, … Ecocités :  Financement de leurs projets les plus innovants, exemplaires et reproductibles dans les domaines : de l’énergie, de la mobilité, de l’habitat, …  1er volet en cours de décision : lister les villes  2ème volet lancé dans les prochaines semaines pour les agglomérations de plus de 450 000 habitants en croissance démographique et en renouvellement urbain 27
  28. 28. L’économie sociale et solidaire, la formation, l’accès àla culture scientifique Le soutien aux acteurs de l’économie sociale et solidaire Les internats d’excellence La formation en alternance et l’apprentissage Les intitiatives en faveur d’une nouvelle approche de l’éducation à la science 28

×