SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  71
Télécharger pour lire hors ligne
Les indicateurs de
santé
DrAli AIT-MOHAND, Maître-assistant
Faculté de médecine, Département de pharmacie
Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou
ali.aitmohand@ummto.dz
Objectifs
1. Définir les différents indicateurs
démographiques et calculer leurs taux
correspondants
2. Définir les différents indicateurs
épidémiologiques (morbidité et
mortalité) et calculer leurs taux
correspondants
2
I. Introduction
 Les indicateurs de santé sont à l’acteur de santé publique ce que
les signes et les symptômes sont au clinicien
 Ils définissent l’état de santé d’une population
 Ils sont généralement exprimés sous forme de taux
 Ce sont des instruments de mesure qui permettent de quantifier et
de rendre comparables les informations
 Idéalement, l’indicateur doit être :
 simple
 facile à obtenir
 fidèle et reproductible
 sensible et spécifique
3
I. Introduction
 On distingue les indicateurs directs et indirects:
 Les indicateurs directs mesurent directement l’état
de santé de la population (indicateurs
démographiques, indicateurs de mortalité et de
morbidité).
 Indicateurs positifs : qualité de vie, fécondité …
 Indicateurs négatifs : mortalité, morbidité …
 Les indicateurs de santé indirects évaluent des
facteurs dont l’amélioration a des effets bénéfiques
sur l’état de santé sans traduire directement l’état
de santé.
 Exemple: conditions de vie, taux d’urbanisation, taux de
raccordement au réseau hydraulique, etc.
4
II. Proportion, ratio, taux, indice…
 Proportion : rapport dans lequel le numérateur est
inclus dans le dénominateur
 Ratio : rapport où numérateur et dénominateur
appartiennent au même ensemble mais l’un n’est
pas inclus dans l’autre
 Taux : mesure la probabilité de survenue d’un
événement
 Indice : paramètre servant à estimer un taux dans
le cas où le dénominateur ne peut être
correctement mesuré
5
2.1. Proportion
 Rapport exprimant la fréquence relative, dans l'échantillon, des
sujets présentant une caractéristique donnée
 Le numérateur est inclus dans le dénominateur
 C’est une mesure statique
 Une proportion est toujours comprise entre 0 et 1
 Il s'agit d'un nombre sans dimension
 Un pourcentage est une proportion multipliée par 100
 Exemple : dans un échantillon de 180 décès, 1 est lié à une cause
accidentelle : la proportion de décès de cause accidentelle dans
l'échantillon est de 1 pour 180. Le pourcentage est de 0,55 %
6
2.2. Ratio
 Il s'agit du rapport des effectifs de deux modalités d'une même
variable
 Numérateur et dénominateur sont disjoints
 C’est une mesure statistique, définie à un instant ou pour une
période donnée, dans laquelle le temps n’intervient pas
 Le numérateur n’est pas inclus dans le dénominateur
 Le sex-ratio est le rapport numérique des sexes à la naissance
 Exemple : soient 1000 sujets atteints d'une maladie M dont
200 hommes et 800 femmes, on calcule le sex-ratio :
 Sex-ratio = nombre d’hommes atteints / nombre de femmes atteintes
= 200/800 = 0,25= 25%
7
2.3. Taux
 Un taux exprime le risque de survenue ou de présence d’un évènement ou
d’une maladie, avec ou sans unité de temps
 Si le taux exprime un risque de survenue d’une maladie par unité de temps
(semaine, mois, année,…), il prend le nom de densité d’incidence
 Le résultat d’un taux, quel que soit ce taux, peut être exprimé sous la forme
du nombre de cas pour 10n personnes:
 le numérateur est le nombre d’événements recensés
 le dénominateur est le nombre total de personnes susceptibles de contracter la
maladie ou de présenter l’événement
 Ainsi, si dans les 24 heures qui suivent un repas à une cantine fréquentée
par 300 personnes, 30 présentent des signes d’intoxication alimentaire, le
taux de la maladie est:
 30/300 = 0,10 = 10,0 % = 100,0 pour mille
 Si parmi les 30 malades, 10 sont de sexe masculin, la quantité:
 10/30 = 0,33 = 33,33 %
N’est pas évidemment pas un taux mais une simple fréquence relative
8
2.4. Indice
 Un indice est une pseudo-fréquence relative; c’est un substitut
d’une fréquence relative difficile à calculer
 C'est le rapport de 2 événements différents
 La fréquence relative des décès maternels par cause puerpérale
devrait se calculer ainsi:
nombre de décès maternels dus à une cause puerpérale
-------------------------------------------------------------------------
nombre total de femmes ayant accouché
 Cependant, le dénominateur de cette fréquence peut être difficile
à déterminer. Car si on connait généralement bien le nombre de
femmes ayant accouché d’un bébé vivant, on maîtrise plus mal
l’effectif des femmes ayant accouché d’un enfant mort-né. La
déclaration d’un accouchement d’un enfant mort-né est liée à la
qualité des services.
9
2.4. Indice
 Ainsi, faute de pouvoir calculer une véritable fréquence relative des
décès maternels par cause puerpérale, on propose l’indice suivant:
nombre de décès maternels dus à une cause puerpérale
---------------------------------------------------------------------
nombre de naissances vivantes
 Le dénominateur de ce rapport réfère aux naissances vivantes qui
sont généralement bien déclarées
 Cet indice n’est pas une fréquence relative (le numérateur n’est pas
compris dans le dénominateur) ni un ratio (les composantes du
rapport sont deux évènements distincts)
 Exemple :
 Indice lit-population = nombre de lits dans les structures hospitalières /
taille de la population
10
III. Indicateurs démographiques
 Contribuent à évaluer la santé d’une collectivité
 Ne doivent jamais être interprètes isolement :
 Ex : Un taux de natalité élevé dans une population ne
constitue pas un indicateur de bonne santé si en
même temps l'espérance de vie est faible et la
morbidité élevée parmi la population
11
3.1. Pyramide des âges
 Double histogramme représentant, à
un moment donné, pour chaque sexe,
la distribution par âge (en ordonnée)
d’une population, les effectifs étant en
abscisses
 Toutes les personnes sont classées
selon le nombre d’années complètes
de vie
 L’effectif d’un groupe d'âge, ou la
proportion correspondante, doit être
représenté par la surface (et non la
longueur) d’un rectangle;
 Les axes verticaux de la pyramide
sont de ce fait séparés en segments
de longueur proportionnelle à
l’étendue des intervalles d'âge
12
3.1. Pyramide des âges
 Résumé des principales caractéristiques démographiques d’une
population:
 Sa natalité récente: largeur de la base de la pyramide
 Son vieillissement: rétrécissement du sommet de la pyramide par
rapport à la base
 Les principaux faits historiques ayant eu un retentissement
démographique (guerres mondiales, migrations)
 Permet une estimation indirecte des problèmes de santé selon l'âge et le
sexe:
 Sommet rétréci : importance de la mortalité et des maladies chroniques
invalidantes
 Place des femmes de 15-49 ans : importance des problèmes liés à la
grossesse et la naissance
 Base rétrécie : importance des problèmes de la petite enfance (maladies
infectieuses)
 Forme générale traduit les caractéristiques évolutives de la
population:
 Pyramide : population jeune à forte natalité et forte mortalité (pays en
voie de développent)
 Losange : population à croissance lente après un accroissement rapide
(Suède, France)
13
Tableau 1: Structure de la population
algérienne parâge et parsexe en 2008*
Pour 10 000 habitants Pour 34 745 000 habitants
Age Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
0-4 ans 515 488 1 003 1 789 367 ,5 1 695 556 3 484 923 ,5
5-9ans 434 415 849 1 507 933 1 441 917 ,5 2 949 850 ,5
10-14ans 487 470 957 1 692 081 ,5 1 633 015 3 325 096 ,5
15-19ans 543 526 1 068 1 886 653 ,5 1 827 587 3 710 766
20-24ans 559 551 1 111 1 942 245 ,5 1 914 449 ,5 3 860 169 ,5
25-29ans 510 498 1 008 1 771 995 1 730 301 3 502 296
30-34ans 406 398 804 1 410 647 1 382 851 2 793 498
35-39ans 343 343 687 1 191 753 ,5 1 191 753 ,5 2 386 981 ,5
40-44ans 295 294 589 1 024 977 ,5 1 021 503 2 046 480 ,5
45-49ans 238 238 477 826 931 826 931 1 657 336 ,5
50-54ans 199 196 395 691 425 ,5 681 002 1 372 427 ,5
55-59ans 161 152 313 559 394 ,5 528 124 1 087 518 ,5
60-64ans 104 103 208 361 348 357 873 ,5 722 696
65-69ans 92 93 185 319 654 323 128 ,5 642 782 ,5
70-74ans 73 75 148 253 638 ,5 260 587 ,5 514 226
75-79ans 53 53 106 184 148 ,5 184 148 ,5 368 297
≥ 80ans 45 48 93 156 352 ,5 166 776 323 128 ,5
TOTAL 5 057 4 943 10 000 17 570 546 ,5 17 174 453 ,5 34 745 000
(*Source : Démographie Algérienne 2008 ; données statistiques N°520, ONS).
14
-Pyramide des âges de la population
algérienne en 2008 (pour10 000 habitants)
15
-Pyramide des âges de la population
algérienne en 1966
16
-Pyramide des âges de la population
algérienne en 1977
17
-Pyramide des âges de la population
algérienne en 1987
18
-Pyramide des âges de la population
algérienne en 1998
19
- Pyramide des âges de la population
algérienne en 2018
20
3.2. Rapport de dépendance, Indice de
vieillissement
 La structure par âge de la population fait distinguer trois grands groupes:
 0 -14 ans = enfants
 15 – 64 ans = adultes d'âge actif
 65 ans et plus : personnes âgées
 Le rapport de dépendance est le ratio de la somme du nombre d’enfants de
moins de 15 ans et du nombre de personnes âgées de 65 ans et plus, au
nombre de 15 à 64 ans
 Indice de vieillissement est égal au nombre de personnes de 65 ans et
plus pour 100 enfants de moins de 15 ans. Il s’agit en fait d’un ratio
 Intérêt:
 Ces ratios suggèrent l’effort nécessaire en terme de protection sociale pour
répondre aux besoins des plus jeunes et des plus âgés, et les difficultés pour
financer cet effort lorsqu’il repose sur les « actifs » (système de répartition)
21
3.3. Espérance de vie à la naissance
 C’est la durée de vie moyenne d’une génération
 Elle n’est connue qu’après le décès de la totalité
de personnes de cette génération:
 L’enquête réalisée par l’Office National des
Statistiques (ONS), en 2008, a montré que
l’espérance de vie à la naissance était de 75,7 ans
 74.9 ans pour les hommes
 76.6 ans pour les femmes
22
3.4. Années potentielles de vie perdues
 Concerne population de 01 à 65 ans
 Représente le nombre d’années de vie qu’un sujet,
décédé prématurément avant l'âge de 65 ans, n’a pas
vécu.
 
 (65 – âge de la personne décédée = * années potentielles
de vie perdues)
 
 Exemple : un individu décédé à l’âge de 30 ans a perdu
35 années potentielles de vie: 65 – 30 = 35 années
potentielles de vie
23
3.5. Natalité et Fécondité
 Natalité : c’est le nombre de naissances vivantes sur une
année.
 Le Taux Brut de Natalité (TBN) est le nombre de naissances
vivantes rapporté à la population moyenne d’une zone géographique
pour une période donnée, ramenée à 1000 habitants.
 Enquête ONS, 2008, Algérie :
 Le nombre de naissances vivantes : 817 000
 La population moyenne : 34 745 000 habitants
 Taux brut de natalité (TBN) = (817 000/34 745 000) * 1000
 Taux brut de natalité (TBN) = 23,5 ‰
 Ne tient pas compte de la composition de la population
 Ne permet pas donc des comparaisons de population
 Doit être complété par le taux de fécondité
24
3.5. Natalité et Fécondité
 Fécondité : phénomène important conditionnant l’avenir
de la population, et évidemment de la reproduction
 Le taux de fécondité par âge est le nombre annuels d’enfants nés
vivants de femmes d’un âge donné, rapporté à l’effectif moyen de
ces femmes, pour une année donnée
 Taux global de fécondité (TGF) = Nombre de naissances vivantes
pendant l’année rapporté à la population moyenne des femmes de
15-49 ans pendant l’année
 Les femmes âgées de 15-49 ans sont les femmes en âge de
procréer
 Enquête ONS, 2008, Algérie :
 Le nombre de naissances vivantes : 817 000
 Le nombre de femmes en âge de procréer (15-49 ans) est de 9 895 376.
 Taux global de fécondité (TGF) = (817 000/9 895 376) * 1000
 Taux global de fécondité (TGF) = 82,56 ‰
 C’est-à-dire 83 naissances pour 1000 femmes en âge de procréer
25
Tableau 1 : Population algérienne moyenne de
femmes, année 2008
Age Population de femmes /(10 000 habitants)
0-4 ans 488
5-9ans 415
10-14ans 470
15-19ans 526
20-24ans 551
25-29ans 498
30-34ans 398
35-39ans 343
40-44ans 294
45-49ans 238
50-54ans 196
55-59ans 152
60-64ans 103
65-69ans 93
70-74ans 75
75-79ans 53
≥ 80ans 48Source: ONS 2008
26
3.5. Natalité et Fécondité
 Nombre de femmes en âge de procréer (entre 15 et 49 ans) :
(526+551+498+398+343+294+238
= ------------------------------------------------------ * 34 745 000
10 000
2 848
= ------------- * 34 745 000
  10 000
= 9 895 376 femmes en âge de procréer
27
3.6. Accroissement naturel
 C’est la différence entre l’effectif des naissances vivantes et celui de
l’ensemble des décès qui surviennent en une année dans une
population donnée
 Taux d’accroissement naturel est défini par le rapport:
 Accroissement naturel de la population en une année/population en
milieu de l’année
 C’est aussi la différence entre le taux de natalité et le taux
brut de mortalité
 TAN = Taux Brut de Natalité – Taux Brut de Mortalité
 Enquête ONS, 2008, Algérie a donné un taux d’accroissement naturel =
1.91%
 Taux Brut de Natalité = 23.5‰
 Taux Brut de Mortalité = 4.41‰
 Le Taux d’Accroissement Naturel (TAN) = 23.5 - 4.41= 19,09‰ =
1,91%.
28
3.7. Taux brut de nuptialité
 Taux brut de nuptialité = c’est le nombre de
mariages de l’année rapporté à la population du
milieu de l’année
 Enquête ONS, 2008, Algérie:
 Le nombre de mariages : 331 000
 La population moyenne : 34 745 000 habitants
 Taux brut de nuptialité = (331 000/34 745 000) *
100
 Taux brut de nuptialité = 9,5 % 
29
IV. Indicateurs épidémiologiques
4.1. Indicateurs de morbidité
 Indicateurs qui décrivent la fréquence des
maladies
 Deux mesures de fréquence importantes en
épidémiologie :
 La prévalence
 L’incidence
31
4.1.1. Prévalence et Incidence
La prévalence est une mesure statique, figée, comme un cliché
photographique. A un instant donné, dans une population
donnée.
L'incidence est dynamique. Elle mesure la vitesse d'apparition de la
maladie au cours du temps. C’est comme un film de cinéma
32
La prévalence correspond au nombre de
cas existant dans une population à un
moment donné
L’incidence est le nombre de nouveaux cas
qui apparaissent dans une population au
cours d’une période d’observation
4.1.1. Prévalence et Incidence
 Les deux sont nécessaires :
 La prévalence intéresse la "Santé publique" car elle permet
d'évaluer les besoins de prise en charge médicale
 Outil utile pour la planification des services de santé (infrastructures,
personnel, …)
 Permet d'évaluer les besoins de prise en charge médicale
 L'incidence intéresse la recherche étiologique en permettant des
comparaisons:
 En terme de vitesse d'apparition de la maladie
 Entre des groupes diversement exposés aux facteurs étiologiques
supposés (recherche des associations causales)
33
- Prévalence
 Indicateur statique
 Proportion d’individus dans une population qui présente les
caractéristiques recherchées (cas de maladie, p.ex.) à un moment
ou période donnée
 Estime la probabilité d’être atteint d’un problème donné à un
certain moment ou période donnée
 Mesure la charge que représente la maladie donnée pour la
collectivité considérée
34
- Prévalence instantanée
 Nombre de cas (anciens et nouveaux cas) d’une maladie
observée dans une population recensée à un instant donnée
 Pour faire des comparaisons entre les populations, il faut ramener
les effectifs des cas observés à ces populations pour obtenir des
taux de prévalence instantanée
 Le taux de prévalence instantanée (TPI) est le rapport qui a pour
numérateur l’effectif des cas de l’affection en question et pour
dénominateur l’effectif de la population de l’étude
Nombre de cas au temps T
TPI = * 10 n
Population de l’étude
35
- Prévalence de période
 Recense tous les cas de maladie existant ou ayant existé pendant
une période donnée
 Pour faire des comparaisons entre les populations, il faut ramener
les effectifs des cas observés à ces populations pour obtenir des
taux de prévalence de période
 Le taux de prévalence de période (TPP) est le rapport qui a pour
numérateur le nombre total des cas de l’affection en question
pendant la période d’étude et pour dénominateur l’effectif de la
population de l’étude
Nombre de cas au temps pendant la période donnée
TPP= * 10 n
Population de l’étude
36
- Incidence
 Indicateur dynamique
 Les mesures d’incidence quantifient la «production» de nouveaux
cas de maladie dans la population.
 Pour que l’incidence ait un sens, il faut tout d’abord savoir sur
quelle période de temps la production de nouveaux cas est
enregistrée.
 En second lieu, il ne faut pas oublier que seuls les non malades
sont susceptibles de « produire des nouveaux cas ».
37
- Incidence
 Nombre de nouveaux cas d’une affection au cours d’une période de temps
ou nombre d’événements apparus au cours de cette même période de temps
 Distinct de la prévalence: ne considère que les nouveaux cas qui
apparaissent au cours d’une période de temps
 Pour procéder à des comparaisons entre des populations, l’incidence comme
la prévalence, doit comporter un dénominateur qui est cette fois-ci la
population à risque appelée aussi population candidate (non pas une
population recensée comme dans la prévalence)
Nombre de nouveaux cas au cours d’une période de temps
TI= * 10 n
Population à risque au cours de la même période
 Exprimé de trois façons:
 Taux d’incidence cumulative
 Densité d’incidence
 Taux d’incidence ordinaire
38
- Taux d’incidence cumulative
 Mesuré lorsque tous les membres d’une cohorte sont soumis à un
suivi pendant une même période de temps
 Cohorte = groupe de personnes ayant en commun au moins une
caractéristique (femmes enceintes, nouveau-nés allaités au sein,
etc.)
 Le taux d’incidence cumulative est le nombre d’événements
rapportés au nombre de personnes formant la cohorte au début du
suivi
 Cette cohorte = population à risque qui exclut les anciens cas
de la maladie.
39
- Taux d’incidence cumulative
 Les cas prévalents ne sont pas pris en compte pour le calcul de
l’incidence cumulative ni au numérateur ni au dénominateur
 Ces cas représentent des individus qui ne sont plus à risque
 La durée de la période d’observation doit être toujours spécifiée
Ex: incidence cumulative à six mois, à un an, etc.
 Sans précision sur la durée de suivi, l’incidence cumulative n’est
pas interprétable
40
- Densité d ’incidence
 Appelée aussi taux d’incidence personnes-temps ou taux
d’incidence moyenne
 Mesurée lorsque au cours d’étude de suivi, les personnes sont à
risque pendant différentes périodes
 Prend en compte l’exposition des individus que celle-ci ait trait à
son intensité, sa nature, ou sa durée
 La durée d’exposition est la plus étudiée
41
- Densité d ’incidence
 Le dénominateur s’exprime en personnes-temps à risque (ex :
personnes – années à risque)
 Le dénominateur contient non seulement le nombre de personnes
à risque mais aussi pour chacune d’elle la durée du risque pendant
toute la période d’observation
 Une personne exposée pendant 04 ans à un facteur étudié
représente 04 personnes-années à risque = 04 personnes
exposées une année seulement ou 08 personnes exposées
pendant 06 mois
 Si la période d’observation dure 03 mois (1er juillet au 30
septembre):
 Une personne à risque pendant toute cette durée représente 03
personnes-mois à risque ou 92 personnes-jours à risque
42
- Densité d ’incidence
Mille (1000) personnes exposées pendant une (01) année à un facteur étudié
correspondent à 500 personnes suivies pendant deux (02) ans, ou deux mille (2000)
personnes exposées pendant six (06)mois
43
- Personne-temps
 Seule une personne non-malade peut produire un nouveau cas de maladie
pendant tout ou partie de l’intervalle de temps [t, t + Δt[
 Une (01) personne temps = 1 personne x temps de suivi (jusqu’à
l’apparition de la maladie, la fin de l’étude, le décès, ou perdu de vue)
 L’unité de mesure des personnes temps fréquemment utilisée en
épidémiologie est la personne année
 Une (01) personne année correspond à la durée de suivi de :
 Une (01) personne non-malade pendant 1 an:
 Si cette personne n’est pas malade pendant l’année de suivi, elle aura été susceptible de
produire un nouveau cas de maladie pendant 1 an
 Deux (02) personnes non-malades pendant 6 mois:
 Il pourrait s’agir de personnes décédées au bout de 6 mois de suivi. Elle ne peuvent plus
produire de nouveaux cas de maladie après leur décès.
 Il pourrait s’agir aussi de personnes présentant la maladie au bout de 6 mois de suivi.
Elles ne peuvent plus produire de nouveaux cas de maladie après la survenue de la
maladie.
44
- Personne-temps
Inclusion Dernières
nouvelles
Statut Suivi Cas Personnes-
Année : PA
01/01/2015 31/12/2015 Sain 01 an 0 01
01/01/2015 30/06/2015 Sain 0,5 an 0 0,5
01/01/2015 30/09/2015 Malade 0,75 an 1 0,75
01/07/2015 31/12/2015 Sain 0,5 an 0 0,5
01/01/2015 31/06/2015 DCD 0,5 an 0 0,5
01/10/2015 31/12/2015 Sain 0,25 an 0 0,25
45
- Taux d’incidence ordinaire
 Appelé aussi taux d’incidence
 Utilisé communément pour un pays, une région ou la population
change du fait des naissances, des décès et des mouvements
migratoires
 Dans ce cas, le taux d’incidence est obtenu en rapportant le
nombre d’événements à la population moyenne de référence qui
est cette présente au milieu de la période de temps considérée
 Cette population à risque est estimée, s’il s’agit d’une année civile,
par la moyenne arithmétique de la population présente au 1er
janvier
et au 31 décembre de la même année
46
- Taux d’incidence ordinaire
 Le taux d’incidence ordinaire est une estimation du taux de densité
d’incidence : la population moyenne à risque pendant une année
est une estimation du nombre de personnes-années à risque durant
cette année
 Exemple: Durant l’année 1985, 42 070 victimes par accidents de la route ont été
recensées. Au 1er
janvier 1985, la population algérienne était estimée à 21 734
500 habitants. Au 31 décembre, elle était estimée à 22 432 200 habitants
 La population moyenne de référence : (21 734 500 + 22 432 000)/2 = 22 083
350 habitants
 Le taux d’incidence annuel correspondant: 42070/22083350 = 190,5 pour 100
000 habitants/an = 190,5 pour 100 000 personnes-années
 Les anciens cas de maladie, qui représentent des individus qui ne
sont plus à risque, sont rarement éliminés du dénominateur car les
données sont rarement disponibles et la correction, si elle est
effectuée, n’engendre généralement que peu de différence sauf si
la prévalence de la maladie est élevée. Ce qui peut modifier
l’incidence dans une proportion appréciable
47
48
Nouveaux cas de maladie
(Taux d’incidence)
Cas totaux présents
(Prévalence)
Changement d’état
(Décès ou guérison)
Fig.2. Relation entre l’incidence
et la prévalence
- Taux d’attaque
 Utilisé dans certaines situations particulières où la population n’est exposée
que pendant une période limitée (surtout lors des épidémies)
 Constitue une manifestation spéciale de d’incidence
 C’est un bilan global d’un évènement qui s’est déroulé
 Proportion de sujets atteints au cours d’une période définie et terminée
 C’est une incidence cumulative particulièrement utilisée en infectiologie
 Exemple: Si au cours d’un repas partagé par 130 convives, 92 personnes ont présenté
des douleurs abdominales, de la diarrhée et des nausées ou vomissements avec
absence d’autres cas:
• Le taux d’attaque (TA) de l’intoxication alimentaire est donc:
• TA = 92/130 = 70,8 %
• 70,8 % des convives ont donc eu des symptômes d’intoxication alimentaire
49
Fig.3. Prévalence et Incidence
50
Fig.4. Prévalence et Incidence
51
4.2. Les indicateurs de mortalité
 La mortalité est définie comme le nombre de décès par suite d’une affection
donnée au cours d’une période de temps.
 La mortalité évitable est représentée par les décès attribuables à une cause
qui aurait pu être prévenue. Elle est classiquement ventilée en deux types
d’indicateurs:
 La mortalité « évitable liée aux comportements à risque » : causes de décès dont la
fréquence pourrait être diminuée essentiellement par une action sur les comportements
individuels (risques liés à la consommation de tabac, d'alcool, à une conduite
dangereuse...)
 Cette sélection comprend les pathologies suivantes : les cancers du poumon, les
cancers des VADS, les cirrhoses, les accidents de la circulation, les chutes
accidentelles, le suicide et le sida
 La mortalité « évitable liée au système de soins »: causes de décès dont la fréquence
pourrait être diminuée grâce à une meilleure prise en charge par le système de soins (y
compris dans le cadre d'actions de dépistage), éventuellement renforcée par une évolution
de certains comportements individuels
 Cette sélection comprend les pathologies suivantes : cardiopathies ischémiques,
maladies cérébro-vasculaires et hypertensives, cancers du sein, de l'utérus, des
testicules, maladie de Hodgkin, leucémies, asthme, ulcères digestifs, appendicites,
hernies abdominales, grippes, mortalité maternelle…
 La mortalité prématurée est, par convention, l’ensemble des décès
survenus avant l’âge de 65 ans.
52
4.2.1. Le taux brut de mortalité
 Le taux brut de mortalité (TBM) mesure le rythme des décès
intervenant au sein d’une population donnée et au cours d’une
période déterminée, qu’elle qu’en soit la cause
 Le qualificatif « brut » signifie qu’il s’agit d’un taux de mortalité
global, compte non tenu de l’influence de facteurs associés, tels
que l'âge, le sexe, la race, etc.
 Par définition, le taux brut de mortalité se calcule au moyen de la
formule suivante :
Nombre total de décès de toutes causes survenues
dans une région déterminée au cours d’une période donnée
TBM = x 10 n
Population exposée totale estimative de la même région
pendant la même période
53
4.2.2. Le taux brut de mortalité
 Le taux brut de mortalité est souvent employé pour comparer la
mortalité relative dans une région donnée à 02 époques qui ne sont
pas trop éloignées
 En Algérie, la mortalité a connu un infléchissement remarquable au
cours des trois dernières décennies
 Le taux brut de mortalité, estimé à 16,45 pour mille en 1970, se
situe à 5.6 pour mille en 1999. Il est de l’ordre de 4,55 pour mille en
2003
 Le nombre absolu de décès, tous âges confondus, a sensiblement diminué.
De 218.900 décès en 1970, il passe à 168.000 en 1999 et à 145.000 en
2003 malgré l'accroissement de la population observé dans l'intervalle.
54
4.2.3. Le taux brut de mortalité
 Dans le cadre d’un taux annuel, on utilise généralement au
dénominateur la population estimative en milieu d’année
 Ce taux a pour principal inconvénient de ne pas tenir compte du fait
que le risque de décès dépend de nombreux facteurs, dont l'âge, le
sexe, la race et la clase socio-économique
 En général, il est inadapté aux comparaisons entre périodes ou
zones géographiques différentes:
 Par exemple, le profil de mortalité dans une nouvelle zone d’urbanisation où
l’on compte de nombreuses familles jeunes a des chances d’être différent de
celui qu’on observe dans des villes en bord de mer de villégiature où de
nombreux retraités viennent finir leurs jours
 La comparaison des taux de mortalité pour des groupes à structure
d'âge différente se fait normalement avec des taux standardisés
sur l'âge, calculés de façon, précisément, à éliminer l’influence de
la structure d'âge.
55
4.2.4. Le taux de létalité
 Pour les maladies chroniques, le taux de létalité est d’un intérêt limité parce
que l’évolution de ces maladies est généralement longue et variable
 
 L’étude de l’évolution d’un taux de létalité est importante à considérer, car
elle permet d’évaluer la qualité de la prise en charge des malades
(prévention secondaire) quelque soit le type de maladie
 C’est souvent en milieu hospitalier que l’on calcule les taux de létalité : il
s’agit alors, bien entendu, de taux de létalité hospitalière qui sont beaucoup
plus élevés que les taux de létalité générale, car, bien souvent, seuls les
cas graves sont hospitalisés
 Le taux de létalité hospitalière reflète les possibilités techniques de l’hôpital
étudié, mais aussi le drame de l’accessibilité aux soins (malades arrivant à
l’hôpital pour mourir)
56
4.2.5. Autres taux de mortalité
 On peut aussi calculer les taux de mortalité pour
des groupes particuliers de population, définis
par:
 l'âge
 la race
 le sexe
 la profession ou la situation géographique
 ou pour des causes de décès particulières
57
- Le taux de mortalité parâge
et parsexe 
 Ce taux est défini par le rapport ci-dessus:
 Ce taux mesure le risque de décès parmi les sujets appartenant à un sexe
et à une tranche d'âge donnés
 Il peut être utilisé pour comparer la mortalité des sujets du même sexe
appartenant à deux groupes d’âge identiques lorsque les populations dont
font partie ces groupes ne présentant pas la même pyramide des âges
 Il fournit les éléments essentiels à la construction d’une table de survi
Nombre total de décès dans une tranche d’âge pour un sexe
déterminé dans une zone et pendant une période donnée
TM par âge et par sexe = x 10 n
Population totale estimée de la tranche d’âge et du sexe
considéré, dans la même zone et pendant la même période
58
- Taux de mortalité proportionnelle
 Il arrive que la mortalité dans une population soit exprimée au moyen d’un
taux de mortalité proportionnelle (taux de mortalité par cause) qui est en
réalité un rapport ; à savoir celui du nombre de décès imputables à une
cause particulière sur un total de 100 ou de 1000 décès (toutes causes
confondues) pendant la même période
 Il mesure le risque de mortalité associé à une maladie déterminée
 C’est un paramètre utile pour faire apparaître les principales causes de
mortalité dans la population considérée.
 Ce taux est défini par l’expression suivante :
Nombre total de décès pour une cause
donnée pendant une période donnée
TMP = x 10 n
Nombre de c décès pendant cette même période
59
- Taux de mortalité maternelle
Nombre total de décès de femmes par suite de complications
de la grossesse, de l’accouchement et des suites de couche dans une région
déterminée et au cours d’une période donnée
TMM = x 10 n
Nombre de naissances vivantes dans la même région
et au cours de la même période
 Mesure le risque de mortalité associé à la grossesse et à l’accouchement
 Défini par le rapport suivant:
 Malgré son importance, ce taux risque d’être négligé étant donné que
son calcul précis reste délicat
 L’idéal serait que le dénominateur englobe la totalité des
accouchements et des avortements, mais il est difficile à déterminer
 Les décès sont comptabilisés jusqu'à 42 jours après la fin de la
grossesse sans tenir compte de la durée ou du siégé de la gestation.
60
- Taux de mortalité juvénile
 Appelé aussi : Taux de mortalité de moins de cinq ans (TMM5)
 Prend en compte les décès d’enfants de 1 à 4 ans et tire son importance du fait de
la fréquence des traumatismes accidentels, de la malnutrition et des maladies
infectieuses dans cette tranche d'âge
 Il a été mis au point par la division de la population des nations unies avec l’appui
de l’UNICEF
 C’est le nombre d’enfants qui meurent avant l'âge de 5 ans, une année donnée,
rapporté pour 1000 naissances vivantes de la même année
Nombre de décès d’enfants âgés de moins de 5 ans intervenant dans
une région déterminée et au cours d’une période donnée
TMM5 = x 10
n
Nombre de naissances vivantes dans la même
région et au cours de la même période
 Lorsqu’il n’existe pas de registre suffisamment fiable, ce taux de mortalité infanto
juvénile peut être estimé par voie d’enquêtes auprès des ménages
61
- Mortalité avant et après la
naissance
 Pour décrire la mortalité par rapport à l ’événement naissance,
plusieurs mesures sont couramment utilisées en épidémiologie
 Chacune d’elles distingue la mortalité suivant des périodes d’âge
plus au moins rapprochée de la naissance elle-même
 Il y a d’abord la grande période fœto-infantile qui va
approximativement de 28 semaines de gestation à 364 jours d’âge
inclus

Ce critère de 28 semaines est, d’un certain point de vue, discutable
62
- Mortalité avant et après la
naissance
 L’OMS suggère d’utiliser le poids de préférence au
nombre de semaines de gestation pour la définition de la
mortalité fœtale
 Ainsi, le poids d’au moins 1000 grammes est
recommandé par l’OMS pour les comparaisons
internationales
 Les poids de 500 à 1000 grammes correspondraient
respectivement, en moyenne, à des périodes de
gestation de 20 et 28 semaines
63
* Le taux de mortalité infantile
 Généralement utilisé comme indicateur du niveau de santé dans une
communauté
 Mesure le taux de mortalité des enfants de moins d’un an, le dénominateur
étant le nombre de naissances vivantes la même année
 Constitue l’un des meilleurs indicateurs de santé
 Ce faisant, on accepte une certaine simplification : les décès constatés une
année concernent en effet non seulement les enfants nés cette même année,
mais aussi les enfants nés l’année antérieure. Dans la majorité des cas, cette
approximation est sans effet
 Le taux de mortalité infantile (TMI) se calcule au moyen de la formule
suivante :
Nombre de décès d’enfants âgés de moins
d’un an au cours d’une année
TMI = x 10 n
Nombre de naissances vivantes pendant la même année
64
* Le taux de mortalité infantile
 Il est important de signaler que les morti-naissances (mort-nés) ne
sont pas pris en compte pour le calcul du taux de mortalité infantile
 L’utilisation des taux de mortalité infantile comme indicateur d’une
situation globale d’une population repose sur l’hypothèse qu’il est
extrêmement sensible aux changements socio-économiques et aux
interventions en matière de soins de santé
 Ce taux varie de manière considérable d’un pays à un autre
 Un taux élevé doit constituer un signal d’alarme pour les professions
de santé et les inciter à mener des investigations et des actions
préventives de grande ampleur
65
* Le taux de mortinatalité
(ou taux de mortalité fœtale tardive)
 Mesure le risque de mortalité intervenant au-delà de 28
semaines de gestation
 Défini par le rapport suivant :
 La morti-naissance correspond, par définition, à une mort
fœtale intervenue au-delà de 28 semaines de gestation
Nombre de morti-naissances dans une région
déterminée et au cours d’une période de temps donnée
TMN= x 10 n
Nombre de naissances vivantes et de morti-naissances
(naissances totales) dans la même région et pour la même période
66
* Taux de mortalité périnatale
 Mesure le risque de décès dans les 07 jours suivant la naissance
 Défini par le rapport suivant :
 Le nombre de décès à la période périnatale s’obtient en faisant la somme du
nombre de morti-naissances et du nombre de décès de nourrissons âgés de
moins de 01semaine
 La déclaration des enfants morts nés n’est pas systématique, elle est liée à la
qualité variable des services. Ce qui engendre toutes les difficultés pour
estimer les taux de mortinatalité et le taux de mortalité périnatale
 Dans certains pays, la « mortalité périnatale » englobe les décès de nouveau-
nés âgés de moins de 4 semaines (28 jours).
Nombre de décès à la période périnatale dans
une région déterminée et au cours d’une période de temps donnée
TMPN= x 10 n
Nombre de naissances vivantes et de morti-naissances
(naissances totales) dans la même région et pour la même période
67
* Taux de mortalité néonatale
 Mesure le risque de décès dans les 28 jours suivant la naissance
 Défini par le rapport ci-dessous :
Nombre de décès de nouveau-nés de moins de 28 jours dans
une région déterminée et au cours d’une période de temps donnée
TMNN= x 10 n
Nombre de naissances vivantes
dans la même région et pour la même période
Le 1er mois voire la 1ère semaine constitue une période fatidique pour la survie des
enfants en Algérie : la mortalité infantile est en effet de plus en plus dominée par l’impact
de la mortalité néonatale :
C’est la composante principale de la mortalité infantile dans les pays développés et en
Algérie depuis les dernières années. On distingue :
 la mortalité néo-natale précoce (décès survenant durant la 1ère semaine)
 la mortalité néo-natale tardive survenant au delà du 7ème jour
 le taux de mortalité des enfants au cours du 1er mois de vie représenterait la moitié
de mortalité infantile
 et le taux de mortalité des enfants au cours de la 1ère semaine de vie, le tiers
environ
La mortalité néonatale apprécie surtout les facteurs prénataux (endogènes, héréditaires,
malformations)
68
* Taux de mortalité post-néonatale
 Mesure le risque de mortalité au cours de la petite enfance au-delà
des 4 premières semaines d’existence
 Défini par le rapport suivant :
Nombre de décès de nourrissons âgés de 4 semaines à 1 an intervenant
dans une région déterminée et au cours d’une période donnée
TMPN= x 10 n
Nombre de naissances vivantes dans la même
région et au cours de la même période
 La mortalité post-néonatale mesure surtout l’impact des
facteurs exogènes
69
Fig.5. Mortalité avant et après la
naissance jusqu’à l’âge d’une année
La figure présente la segmentation des âges, telle qu’elle est utilisée pour l’analyse de la moralité fœto-
infantile.
Pour les enfants plus grands, on utilise les divisions suivantes : 1 à 4 ans, 5 à 9 ans, 10 à 14 ans.
70
Je vous remercie de votre attention

Contenu connexe

Tendances

Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageMehdi Razzok
 
épidémiologie 2013
épidémiologie 2013épidémiologie 2013
épidémiologie 2013Mehdi Razzok
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptSandro Zorzi
 
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdfECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdfelmontaserimane
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Mehdi Razzok
 
Carte sanitaire
Carte sanitaire Carte sanitaire
Carte sanitaire Jamal Ti
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsamoha coursante
 
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesMehdi Razzok
 
Guide des examens biologiques
Guide des examens  biologiquesGuide des examens  biologiques
Guide des examens biologiquesS/Abdessemed
 
Indicateurs de santé
Indicateurs de santéIndicateurs de santé
Indicateurs de santéIflehrachid
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Basset azd
 
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1Jamal Ti
 
schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins mohamed elmarnissi
 
Système national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdfSystème national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdfELBACHIRBANIAISSA
 
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)SANAA TOUZAMI
 

Tendances (20)

Les enquetes epidémiologiques
Les enquetes epidémiologiques Les enquetes epidémiologiques
Les enquetes epidémiologiques
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
 
épidémiologie 2013
épidémiologie 2013épidémiologie 2013
épidémiologie 2013
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdfECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
 
Carte sanitaire
Carte sanitaire Carte sanitaire
Carte sanitaire
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
 
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
 
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
 
Guide des examens biologiques
Guide des examens  biologiquesGuide des examens  biologiques
Guide des examens biologiques
 
Indicateurs de santé
Indicateurs de santéIndicateurs de santé
Indicateurs de santé
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++
 
Le role de siaap
Le role de siaapLe role de siaap
Le role de siaap
 
Couverture médicale de base. (2)
Couverture médicale de base. (2)Couverture médicale de base. (2)
Couverture médicale de base. (2)
 
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
 
schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins
 
Système national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdfSystème national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdf
 
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
 

Similaire à Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017

cours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.pptcours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.pptjean taty MINTA BIBINA
 
الفطريات في علم الأوبئة
الفطريات في علم الأوبئةالفطريات في علم الأوبئة
الفطريات في علم الأوبئةAhmed Hachani
 
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]Rànyà Yààkoùbî
 
Etude enjeux-vieillissement
Etude enjeux-vieillissementEtude enjeux-vieillissement
Etude enjeux-vieillissementAssociation LIR
 
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’Jan-Cedric Hansen
 
AXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santé
AXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santéAXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santé
AXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santéSerge Schumacher
 
Drees état de santé des Français
Drees état de santé des FrançaisDrees état de santé des Français
Drees état de santé des FrançaisSociété Tripalio
 
Comment les statistiques sur les morts du COVID sont faussées
Comment les statistiques sur les morts du COVID sont fausséesComment les statistiques sur les morts du COVID sont faussées
Comment les statistiques sur les morts du COVID sont fausséesSociété Tripalio
 
Principaux indicateurs démographiques.pdf
Principaux indicateurs démographiques.pdfPrincipaux indicateurs démographiques.pdf
Principaux indicateurs démographiques.pdfHichamAlami17
 
05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye
05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye
05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni NdoyeAlec Pemberton
 
An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...
An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...
An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...Harris Interactive France
 
Inégalités Sociales de Santé en Tunisie
Inégalités Sociales de Santé en TunisieInégalités Sociales de Santé en Tunisie
Inégalités Sociales de Santé en TunisieAmine Rekik
 
Les régions de France les plus déprimées
Les régions de France les plus dépriméesLes régions de France les plus déprimées
Les régions de France les plus dépriméesicicnancyfr
 
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...Cancer Rose
 
Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?DES Daughter
 
Les Français et le système de santé
Les Français et le système de santéLes Français et le système de santé
Les Français et le système de santécontact Elabe
 
Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016
Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016
Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016yann le gigan
 
Incidence du cancer du sein en France
Incidence du cancer du sein en FranceIncidence du cancer du sein en France
Incidence du cancer du sein en FranceSociété Tripalio
 

Similaire à Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017 (20)

cours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.pptcours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
 
الفطريات في علم الأوبئة
الفطريات في علم الأوبئةالفطريات في علم الأوبئة
الفطريات في علم الأوبئة
 
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
 
Etude enjeux-vieillissement
Etude enjeux-vieillissementEtude enjeux-vieillissement
Etude enjeux-vieillissement
 
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
7e édition du rapport ‘état de santé de la population en France’
 
AXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santé
AXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santéAXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santé
AXA Luxembourg - Communiqué-Baromètre santé
 
Drees état de santé des Français
Drees état de santé des FrançaisDrees état de santé des Français
Drees état de santé des Français
 
Comment les statistiques sur les morts du COVID sont faussées
Comment les statistiques sur les morts du COVID sont fausséesComment les statistiques sur les morts du COVID sont faussées
Comment les statistiques sur les morts du COVID sont faussées
 
Principaux indicateurs démographiques.pdf
Principaux indicateurs démographiques.pdfPrincipaux indicateurs démographiques.pdf
Principaux indicateurs démographiques.pdf
 
05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye
05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye
05 Positionnement Jeunes Senegal Col Seyni Ndoye
 
An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...
An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...
An 1 après le début de la pandémie : se soigner, travailler, vivre en famille...
 
Inégalités Sociales de Santé en Tunisie
Inégalités Sociales de Santé en TunisieInégalités Sociales de Santé en Tunisie
Inégalités Sociales de Santé en Tunisie
 
Les régions de France les plus déprimées
Les régions de France les plus dépriméesLes régions de France les plus déprimées
Les régions de France les plus déprimées
 
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
 
Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?
 
Les Français et le système de santé
Les Français et le système de santéLes Français et le système de santé
Les Français et le système de santé
 
Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016
Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016
Bilan démographique 2015 - Insee Première N° 1581 - janvier 2016
 
L'Offre de Soins
L'Offre de SoinsL'Offre de Soins
L'Offre de Soins
 
Incidence du cancer du sein en France
Incidence du cancer du sein en FranceIncidence du cancer du sein en France
Incidence du cancer du sein en France
 
Drees opnion des français
Drees opnion des françaisDrees opnion des français
Drees opnion des français
 

Plus de Faculté de médecine de Tizi-Ouzou

Plus de Faculté de médecine de Tizi-Ouzou (15)

La rédaction du certificat médical dedécès
La rédaction du certificat médical dedécèsLa rédaction du certificat médical dedécès
La rédaction du certificat médical dedécès
 
1-Protocole-reherche-07-09-2023.pdf
1-Protocole-reherche-07-09-2023.pdf1-Protocole-reherche-07-09-2023.pdf
1-Protocole-reherche-07-09-2023.pdf
 
Comment presenter vos données pour une analyse statistique
Comment presenter vos données pour une analyse statistiqueComment presenter vos données pour une analyse statistique
Comment presenter vos données pour une analyse statistique
 
Protocole de recherche
Protocole de rechercheProtocole de recherche
Protocole de recherche
 
Variabilité en biologie_07_07_2021
Variabilité en biologie_07_07_2021Variabilité en biologie_07_07_2021
Variabilité en biologie_07_07_2021
 
TD étudiants cmdc_2021
TD étudiants cmdc_2021TD étudiants cmdc_2021
TD étudiants cmdc_2021
 
Le certificat médical de DC étudiants 2021
Le certificat médical de DC étudiants 2021Le certificat médical de DC étudiants 2021
Le certificat médical de DC étudiants 2021
 
Comment presenter vos données pour une analyse statistique
Comment presenter vos données pour une analyse statistiqueComment presenter vos données pour une analyse statistique
Comment presenter vos données pour une analyse statistique
 
Instructions pour remplir cd mars 2019
Instructions pour remplir cd mars 2019Instructions pour remplir cd mars 2019
Instructions pour remplir cd mars 2019
 
Investigation des épidemies en milieu hospitalier
Investigation des épidemies en milieu hospitalierInvestigation des épidemies en milieu hospitalier
Investigation des épidemies en milieu hospitalier
 
Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]
Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]
Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]
 
Epidémie de choléra secteur sanitaire_béjaia_octobre_1990
Epidémie de choléra secteur sanitaire_béjaia_octobre_1990Epidémie de choléra secteur sanitaire_béjaia_octobre_1990
Epidémie de choléra secteur sanitaire_béjaia_octobre_1990
 
Le systeme de sante algérien
Le systeme de sante algérienLe systeme de sante algérien
Le systeme de sante algérien
 
Pev _algerie _2015_final
Pev _algerie _2015_finalPev _algerie _2015_final
Pev _algerie _2015_final
 
Epidemiologie de la brucellose wilaya de guelma
Epidemiologie de la brucellose wilaya de guelmaEpidemiologie de la brucellose wilaya de guelma
Epidemiologie de la brucellose wilaya de guelma
 

Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017

  • 1. Les indicateurs de santé DrAli AIT-MOHAND, Maître-assistant Faculté de médecine, Département de pharmacie Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou ali.aitmohand@ummto.dz
  • 2. Objectifs 1. Définir les différents indicateurs démographiques et calculer leurs taux correspondants 2. Définir les différents indicateurs épidémiologiques (morbidité et mortalité) et calculer leurs taux correspondants 2
  • 3. I. Introduction  Les indicateurs de santé sont à l’acteur de santé publique ce que les signes et les symptômes sont au clinicien  Ils définissent l’état de santé d’une population  Ils sont généralement exprimés sous forme de taux  Ce sont des instruments de mesure qui permettent de quantifier et de rendre comparables les informations  Idéalement, l’indicateur doit être :  simple  facile à obtenir  fidèle et reproductible  sensible et spécifique 3
  • 4. I. Introduction  On distingue les indicateurs directs et indirects:  Les indicateurs directs mesurent directement l’état de santé de la population (indicateurs démographiques, indicateurs de mortalité et de morbidité).  Indicateurs positifs : qualité de vie, fécondité …  Indicateurs négatifs : mortalité, morbidité …  Les indicateurs de santé indirects évaluent des facteurs dont l’amélioration a des effets bénéfiques sur l’état de santé sans traduire directement l’état de santé.  Exemple: conditions de vie, taux d’urbanisation, taux de raccordement au réseau hydraulique, etc. 4
  • 5. II. Proportion, ratio, taux, indice…  Proportion : rapport dans lequel le numérateur est inclus dans le dénominateur  Ratio : rapport où numérateur et dénominateur appartiennent au même ensemble mais l’un n’est pas inclus dans l’autre  Taux : mesure la probabilité de survenue d’un événement  Indice : paramètre servant à estimer un taux dans le cas où le dénominateur ne peut être correctement mesuré 5
  • 6. 2.1. Proportion  Rapport exprimant la fréquence relative, dans l'échantillon, des sujets présentant une caractéristique donnée  Le numérateur est inclus dans le dénominateur  C’est une mesure statique  Une proportion est toujours comprise entre 0 et 1  Il s'agit d'un nombre sans dimension  Un pourcentage est une proportion multipliée par 100  Exemple : dans un échantillon de 180 décès, 1 est lié à une cause accidentelle : la proportion de décès de cause accidentelle dans l'échantillon est de 1 pour 180. Le pourcentage est de 0,55 % 6
  • 7. 2.2. Ratio  Il s'agit du rapport des effectifs de deux modalités d'une même variable  Numérateur et dénominateur sont disjoints  C’est une mesure statistique, définie à un instant ou pour une période donnée, dans laquelle le temps n’intervient pas  Le numérateur n’est pas inclus dans le dénominateur  Le sex-ratio est le rapport numérique des sexes à la naissance  Exemple : soient 1000 sujets atteints d'une maladie M dont 200 hommes et 800 femmes, on calcule le sex-ratio :  Sex-ratio = nombre d’hommes atteints / nombre de femmes atteintes = 200/800 = 0,25= 25% 7
  • 8. 2.3. Taux  Un taux exprime le risque de survenue ou de présence d’un évènement ou d’une maladie, avec ou sans unité de temps  Si le taux exprime un risque de survenue d’une maladie par unité de temps (semaine, mois, année,…), il prend le nom de densité d’incidence  Le résultat d’un taux, quel que soit ce taux, peut être exprimé sous la forme du nombre de cas pour 10n personnes:  le numérateur est le nombre d’événements recensés  le dénominateur est le nombre total de personnes susceptibles de contracter la maladie ou de présenter l’événement  Ainsi, si dans les 24 heures qui suivent un repas à une cantine fréquentée par 300 personnes, 30 présentent des signes d’intoxication alimentaire, le taux de la maladie est:  30/300 = 0,10 = 10,0 % = 100,0 pour mille  Si parmi les 30 malades, 10 sont de sexe masculin, la quantité:  10/30 = 0,33 = 33,33 % N’est pas évidemment pas un taux mais une simple fréquence relative 8
  • 9. 2.4. Indice  Un indice est une pseudo-fréquence relative; c’est un substitut d’une fréquence relative difficile à calculer  C'est le rapport de 2 événements différents  La fréquence relative des décès maternels par cause puerpérale devrait se calculer ainsi: nombre de décès maternels dus à une cause puerpérale ------------------------------------------------------------------------- nombre total de femmes ayant accouché  Cependant, le dénominateur de cette fréquence peut être difficile à déterminer. Car si on connait généralement bien le nombre de femmes ayant accouché d’un bébé vivant, on maîtrise plus mal l’effectif des femmes ayant accouché d’un enfant mort-né. La déclaration d’un accouchement d’un enfant mort-né est liée à la qualité des services. 9
  • 10. 2.4. Indice  Ainsi, faute de pouvoir calculer une véritable fréquence relative des décès maternels par cause puerpérale, on propose l’indice suivant: nombre de décès maternels dus à une cause puerpérale --------------------------------------------------------------------- nombre de naissances vivantes  Le dénominateur de ce rapport réfère aux naissances vivantes qui sont généralement bien déclarées  Cet indice n’est pas une fréquence relative (le numérateur n’est pas compris dans le dénominateur) ni un ratio (les composantes du rapport sont deux évènements distincts)  Exemple :  Indice lit-population = nombre de lits dans les structures hospitalières / taille de la population 10
  • 11. III. Indicateurs démographiques  Contribuent à évaluer la santé d’une collectivité  Ne doivent jamais être interprètes isolement :  Ex : Un taux de natalité élevé dans une population ne constitue pas un indicateur de bonne santé si en même temps l'espérance de vie est faible et la morbidité élevée parmi la population 11
  • 12. 3.1. Pyramide des âges  Double histogramme représentant, à un moment donné, pour chaque sexe, la distribution par âge (en ordonnée) d’une population, les effectifs étant en abscisses  Toutes les personnes sont classées selon le nombre d’années complètes de vie  L’effectif d’un groupe d'âge, ou la proportion correspondante, doit être représenté par la surface (et non la longueur) d’un rectangle;  Les axes verticaux de la pyramide sont de ce fait séparés en segments de longueur proportionnelle à l’étendue des intervalles d'âge 12
  • 13. 3.1. Pyramide des âges  Résumé des principales caractéristiques démographiques d’une population:  Sa natalité récente: largeur de la base de la pyramide  Son vieillissement: rétrécissement du sommet de la pyramide par rapport à la base  Les principaux faits historiques ayant eu un retentissement démographique (guerres mondiales, migrations)  Permet une estimation indirecte des problèmes de santé selon l'âge et le sexe:  Sommet rétréci : importance de la mortalité et des maladies chroniques invalidantes  Place des femmes de 15-49 ans : importance des problèmes liés à la grossesse et la naissance  Base rétrécie : importance des problèmes de la petite enfance (maladies infectieuses)  Forme générale traduit les caractéristiques évolutives de la population:  Pyramide : population jeune à forte natalité et forte mortalité (pays en voie de développent)  Losange : population à croissance lente après un accroissement rapide (Suède, France) 13
  • 14. Tableau 1: Structure de la population algérienne parâge et parsexe en 2008* Pour 10 000 habitants Pour 34 745 000 habitants Age Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 ans 515 488 1 003 1 789 367 ,5 1 695 556 3 484 923 ,5 5-9ans 434 415 849 1 507 933 1 441 917 ,5 2 949 850 ,5 10-14ans 487 470 957 1 692 081 ,5 1 633 015 3 325 096 ,5 15-19ans 543 526 1 068 1 886 653 ,5 1 827 587 3 710 766 20-24ans 559 551 1 111 1 942 245 ,5 1 914 449 ,5 3 860 169 ,5 25-29ans 510 498 1 008 1 771 995 1 730 301 3 502 296 30-34ans 406 398 804 1 410 647 1 382 851 2 793 498 35-39ans 343 343 687 1 191 753 ,5 1 191 753 ,5 2 386 981 ,5 40-44ans 295 294 589 1 024 977 ,5 1 021 503 2 046 480 ,5 45-49ans 238 238 477 826 931 826 931 1 657 336 ,5 50-54ans 199 196 395 691 425 ,5 681 002 1 372 427 ,5 55-59ans 161 152 313 559 394 ,5 528 124 1 087 518 ,5 60-64ans 104 103 208 361 348 357 873 ,5 722 696 65-69ans 92 93 185 319 654 323 128 ,5 642 782 ,5 70-74ans 73 75 148 253 638 ,5 260 587 ,5 514 226 75-79ans 53 53 106 184 148 ,5 184 148 ,5 368 297 ≥ 80ans 45 48 93 156 352 ,5 166 776 323 128 ,5 TOTAL 5 057 4 943 10 000 17 570 546 ,5 17 174 453 ,5 34 745 000 (*Source : Démographie Algérienne 2008 ; données statistiques N°520, ONS). 14
  • 15. -Pyramide des âges de la population algérienne en 2008 (pour10 000 habitants) 15
  • 16. -Pyramide des âges de la population algérienne en 1966 16
  • 17. -Pyramide des âges de la population algérienne en 1977 17
  • 18. -Pyramide des âges de la population algérienne en 1987 18
  • 19. -Pyramide des âges de la population algérienne en 1998 19
  • 20. - Pyramide des âges de la population algérienne en 2018 20
  • 21. 3.2. Rapport de dépendance, Indice de vieillissement  La structure par âge de la population fait distinguer trois grands groupes:  0 -14 ans = enfants  15 – 64 ans = adultes d'âge actif  65 ans et plus : personnes âgées  Le rapport de dépendance est le ratio de la somme du nombre d’enfants de moins de 15 ans et du nombre de personnes âgées de 65 ans et plus, au nombre de 15 à 64 ans  Indice de vieillissement est égal au nombre de personnes de 65 ans et plus pour 100 enfants de moins de 15 ans. Il s’agit en fait d’un ratio  Intérêt:  Ces ratios suggèrent l’effort nécessaire en terme de protection sociale pour répondre aux besoins des plus jeunes et des plus âgés, et les difficultés pour financer cet effort lorsqu’il repose sur les « actifs » (système de répartition) 21
  • 22. 3.3. Espérance de vie à la naissance  C’est la durée de vie moyenne d’une génération  Elle n’est connue qu’après le décès de la totalité de personnes de cette génération:  L’enquête réalisée par l’Office National des Statistiques (ONS), en 2008, a montré que l’espérance de vie à la naissance était de 75,7 ans  74.9 ans pour les hommes  76.6 ans pour les femmes 22
  • 23. 3.4. Années potentielles de vie perdues  Concerne population de 01 à 65 ans  Représente le nombre d’années de vie qu’un sujet, décédé prématurément avant l'âge de 65 ans, n’a pas vécu.    (65 – âge de la personne décédée = * années potentielles de vie perdues)    Exemple : un individu décédé à l’âge de 30 ans a perdu 35 années potentielles de vie: 65 – 30 = 35 années potentielles de vie 23
  • 24. 3.5. Natalité et Fécondité  Natalité : c’est le nombre de naissances vivantes sur une année.  Le Taux Brut de Natalité (TBN) est le nombre de naissances vivantes rapporté à la population moyenne d’une zone géographique pour une période donnée, ramenée à 1000 habitants.  Enquête ONS, 2008, Algérie :  Le nombre de naissances vivantes : 817 000  La population moyenne : 34 745 000 habitants  Taux brut de natalité (TBN) = (817 000/34 745 000) * 1000  Taux brut de natalité (TBN) = 23,5 ‰  Ne tient pas compte de la composition de la population  Ne permet pas donc des comparaisons de population  Doit être complété par le taux de fécondité 24
  • 25. 3.5. Natalité et Fécondité  Fécondité : phénomène important conditionnant l’avenir de la population, et évidemment de la reproduction  Le taux de fécondité par âge est le nombre annuels d’enfants nés vivants de femmes d’un âge donné, rapporté à l’effectif moyen de ces femmes, pour une année donnée  Taux global de fécondité (TGF) = Nombre de naissances vivantes pendant l’année rapporté à la population moyenne des femmes de 15-49 ans pendant l’année  Les femmes âgées de 15-49 ans sont les femmes en âge de procréer  Enquête ONS, 2008, Algérie :  Le nombre de naissances vivantes : 817 000  Le nombre de femmes en âge de procréer (15-49 ans) est de 9 895 376.  Taux global de fécondité (TGF) = (817 000/9 895 376) * 1000  Taux global de fécondité (TGF) = 82,56 ‰  C’est-à-dire 83 naissances pour 1000 femmes en âge de procréer 25
  • 26. Tableau 1 : Population algérienne moyenne de femmes, année 2008 Age Population de femmes /(10 000 habitants) 0-4 ans 488 5-9ans 415 10-14ans 470 15-19ans 526 20-24ans 551 25-29ans 498 30-34ans 398 35-39ans 343 40-44ans 294 45-49ans 238 50-54ans 196 55-59ans 152 60-64ans 103 65-69ans 93 70-74ans 75 75-79ans 53 ≥ 80ans 48Source: ONS 2008 26
  • 27. 3.5. Natalité et Fécondité  Nombre de femmes en âge de procréer (entre 15 et 49 ans) : (526+551+498+398+343+294+238 = ------------------------------------------------------ * 34 745 000 10 000 2 848 = ------------- * 34 745 000   10 000 = 9 895 376 femmes en âge de procréer 27
  • 28. 3.6. Accroissement naturel  C’est la différence entre l’effectif des naissances vivantes et celui de l’ensemble des décès qui surviennent en une année dans une population donnée  Taux d’accroissement naturel est défini par le rapport:  Accroissement naturel de la population en une année/population en milieu de l’année  C’est aussi la différence entre le taux de natalité et le taux brut de mortalité  TAN = Taux Brut de Natalité – Taux Brut de Mortalité  Enquête ONS, 2008, Algérie a donné un taux d’accroissement naturel = 1.91%  Taux Brut de Natalité = 23.5‰  Taux Brut de Mortalité = 4.41‰  Le Taux d’Accroissement Naturel (TAN) = 23.5 - 4.41= 19,09‰ = 1,91%. 28
  • 29. 3.7. Taux brut de nuptialité  Taux brut de nuptialité = c’est le nombre de mariages de l’année rapporté à la population du milieu de l’année  Enquête ONS, 2008, Algérie:  Le nombre de mariages : 331 000  La population moyenne : 34 745 000 habitants  Taux brut de nuptialité = (331 000/34 745 000) * 100  Taux brut de nuptialité = 9,5 %  29
  • 31. 4.1. Indicateurs de morbidité  Indicateurs qui décrivent la fréquence des maladies  Deux mesures de fréquence importantes en épidémiologie :  La prévalence  L’incidence 31
  • 32. 4.1.1. Prévalence et Incidence La prévalence est une mesure statique, figée, comme un cliché photographique. A un instant donné, dans une population donnée. L'incidence est dynamique. Elle mesure la vitesse d'apparition de la maladie au cours du temps. C’est comme un film de cinéma 32 La prévalence correspond au nombre de cas existant dans une population à un moment donné L’incidence est le nombre de nouveaux cas qui apparaissent dans une population au cours d’une période d’observation
  • 33. 4.1.1. Prévalence et Incidence  Les deux sont nécessaires :  La prévalence intéresse la "Santé publique" car elle permet d'évaluer les besoins de prise en charge médicale  Outil utile pour la planification des services de santé (infrastructures, personnel, …)  Permet d'évaluer les besoins de prise en charge médicale  L'incidence intéresse la recherche étiologique en permettant des comparaisons:  En terme de vitesse d'apparition de la maladie  Entre des groupes diversement exposés aux facteurs étiologiques supposés (recherche des associations causales) 33
  • 34. - Prévalence  Indicateur statique  Proportion d’individus dans une population qui présente les caractéristiques recherchées (cas de maladie, p.ex.) à un moment ou période donnée  Estime la probabilité d’être atteint d’un problème donné à un certain moment ou période donnée  Mesure la charge que représente la maladie donnée pour la collectivité considérée 34
  • 35. - Prévalence instantanée  Nombre de cas (anciens et nouveaux cas) d’une maladie observée dans une population recensée à un instant donnée  Pour faire des comparaisons entre les populations, il faut ramener les effectifs des cas observés à ces populations pour obtenir des taux de prévalence instantanée  Le taux de prévalence instantanée (TPI) est le rapport qui a pour numérateur l’effectif des cas de l’affection en question et pour dénominateur l’effectif de la population de l’étude Nombre de cas au temps T TPI = * 10 n Population de l’étude 35
  • 36. - Prévalence de période  Recense tous les cas de maladie existant ou ayant existé pendant une période donnée  Pour faire des comparaisons entre les populations, il faut ramener les effectifs des cas observés à ces populations pour obtenir des taux de prévalence de période  Le taux de prévalence de période (TPP) est le rapport qui a pour numérateur le nombre total des cas de l’affection en question pendant la période d’étude et pour dénominateur l’effectif de la population de l’étude Nombre de cas au temps pendant la période donnée TPP= * 10 n Population de l’étude 36
  • 37. - Incidence  Indicateur dynamique  Les mesures d’incidence quantifient la «production» de nouveaux cas de maladie dans la population.  Pour que l’incidence ait un sens, il faut tout d’abord savoir sur quelle période de temps la production de nouveaux cas est enregistrée.  En second lieu, il ne faut pas oublier que seuls les non malades sont susceptibles de « produire des nouveaux cas ». 37
  • 38. - Incidence  Nombre de nouveaux cas d’une affection au cours d’une période de temps ou nombre d’événements apparus au cours de cette même période de temps  Distinct de la prévalence: ne considère que les nouveaux cas qui apparaissent au cours d’une période de temps  Pour procéder à des comparaisons entre des populations, l’incidence comme la prévalence, doit comporter un dénominateur qui est cette fois-ci la population à risque appelée aussi population candidate (non pas une population recensée comme dans la prévalence) Nombre de nouveaux cas au cours d’une période de temps TI= * 10 n Population à risque au cours de la même période  Exprimé de trois façons:  Taux d’incidence cumulative  Densité d’incidence  Taux d’incidence ordinaire 38
  • 39. - Taux d’incidence cumulative  Mesuré lorsque tous les membres d’une cohorte sont soumis à un suivi pendant une même période de temps  Cohorte = groupe de personnes ayant en commun au moins une caractéristique (femmes enceintes, nouveau-nés allaités au sein, etc.)  Le taux d’incidence cumulative est le nombre d’événements rapportés au nombre de personnes formant la cohorte au début du suivi  Cette cohorte = population à risque qui exclut les anciens cas de la maladie. 39
  • 40. - Taux d’incidence cumulative  Les cas prévalents ne sont pas pris en compte pour le calcul de l’incidence cumulative ni au numérateur ni au dénominateur  Ces cas représentent des individus qui ne sont plus à risque  La durée de la période d’observation doit être toujours spécifiée Ex: incidence cumulative à six mois, à un an, etc.  Sans précision sur la durée de suivi, l’incidence cumulative n’est pas interprétable 40
  • 41. - Densité d ’incidence  Appelée aussi taux d’incidence personnes-temps ou taux d’incidence moyenne  Mesurée lorsque au cours d’étude de suivi, les personnes sont à risque pendant différentes périodes  Prend en compte l’exposition des individus que celle-ci ait trait à son intensité, sa nature, ou sa durée  La durée d’exposition est la plus étudiée 41
  • 42. - Densité d ’incidence  Le dénominateur s’exprime en personnes-temps à risque (ex : personnes – années à risque)  Le dénominateur contient non seulement le nombre de personnes à risque mais aussi pour chacune d’elle la durée du risque pendant toute la période d’observation  Une personne exposée pendant 04 ans à un facteur étudié représente 04 personnes-années à risque = 04 personnes exposées une année seulement ou 08 personnes exposées pendant 06 mois  Si la période d’observation dure 03 mois (1er juillet au 30 septembre):  Une personne à risque pendant toute cette durée représente 03 personnes-mois à risque ou 92 personnes-jours à risque 42
  • 43. - Densité d ’incidence Mille (1000) personnes exposées pendant une (01) année à un facteur étudié correspondent à 500 personnes suivies pendant deux (02) ans, ou deux mille (2000) personnes exposées pendant six (06)mois 43
  • 44. - Personne-temps  Seule une personne non-malade peut produire un nouveau cas de maladie pendant tout ou partie de l’intervalle de temps [t, t + Δt[  Une (01) personne temps = 1 personne x temps de suivi (jusqu’à l’apparition de la maladie, la fin de l’étude, le décès, ou perdu de vue)  L’unité de mesure des personnes temps fréquemment utilisée en épidémiologie est la personne année  Une (01) personne année correspond à la durée de suivi de :  Une (01) personne non-malade pendant 1 an:  Si cette personne n’est pas malade pendant l’année de suivi, elle aura été susceptible de produire un nouveau cas de maladie pendant 1 an  Deux (02) personnes non-malades pendant 6 mois:  Il pourrait s’agir de personnes décédées au bout de 6 mois de suivi. Elle ne peuvent plus produire de nouveaux cas de maladie après leur décès.  Il pourrait s’agir aussi de personnes présentant la maladie au bout de 6 mois de suivi. Elles ne peuvent plus produire de nouveaux cas de maladie après la survenue de la maladie. 44
  • 45. - Personne-temps Inclusion Dernières nouvelles Statut Suivi Cas Personnes- Année : PA 01/01/2015 31/12/2015 Sain 01 an 0 01 01/01/2015 30/06/2015 Sain 0,5 an 0 0,5 01/01/2015 30/09/2015 Malade 0,75 an 1 0,75 01/07/2015 31/12/2015 Sain 0,5 an 0 0,5 01/01/2015 31/06/2015 DCD 0,5 an 0 0,5 01/10/2015 31/12/2015 Sain 0,25 an 0 0,25 45
  • 46. - Taux d’incidence ordinaire  Appelé aussi taux d’incidence  Utilisé communément pour un pays, une région ou la population change du fait des naissances, des décès et des mouvements migratoires  Dans ce cas, le taux d’incidence est obtenu en rapportant le nombre d’événements à la population moyenne de référence qui est cette présente au milieu de la période de temps considérée  Cette population à risque est estimée, s’il s’agit d’une année civile, par la moyenne arithmétique de la population présente au 1er janvier et au 31 décembre de la même année 46
  • 47. - Taux d’incidence ordinaire  Le taux d’incidence ordinaire est une estimation du taux de densité d’incidence : la population moyenne à risque pendant une année est une estimation du nombre de personnes-années à risque durant cette année  Exemple: Durant l’année 1985, 42 070 victimes par accidents de la route ont été recensées. Au 1er janvier 1985, la population algérienne était estimée à 21 734 500 habitants. Au 31 décembre, elle était estimée à 22 432 200 habitants  La population moyenne de référence : (21 734 500 + 22 432 000)/2 = 22 083 350 habitants  Le taux d’incidence annuel correspondant: 42070/22083350 = 190,5 pour 100 000 habitants/an = 190,5 pour 100 000 personnes-années  Les anciens cas de maladie, qui représentent des individus qui ne sont plus à risque, sont rarement éliminés du dénominateur car les données sont rarement disponibles et la correction, si elle est effectuée, n’engendre généralement que peu de différence sauf si la prévalence de la maladie est élevée. Ce qui peut modifier l’incidence dans une proportion appréciable 47
  • 48. 48 Nouveaux cas de maladie (Taux d’incidence) Cas totaux présents (Prévalence) Changement d’état (Décès ou guérison) Fig.2. Relation entre l’incidence et la prévalence
  • 49. - Taux d’attaque  Utilisé dans certaines situations particulières où la population n’est exposée que pendant une période limitée (surtout lors des épidémies)  Constitue une manifestation spéciale de d’incidence  C’est un bilan global d’un évènement qui s’est déroulé  Proportion de sujets atteints au cours d’une période définie et terminée  C’est une incidence cumulative particulièrement utilisée en infectiologie  Exemple: Si au cours d’un repas partagé par 130 convives, 92 personnes ont présenté des douleurs abdominales, de la diarrhée et des nausées ou vomissements avec absence d’autres cas: • Le taux d’attaque (TA) de l’intoxication alimentaire est donc: • TA = 92/130 = 70,8 % • 70,8 % des convives ont donc eu des symptômes d’intoxication alimentaire 49
  • 50. Fig.3. Prévalence et Incidence 50
  • 51. Fig.4. Prévalence et Incidence 51
  • 52. 4.2. Les indicateurs de mortalité  La mortalité est définie comme le nombre de décès par suite d’une affection donnée au cours d’une période de temps.  La mortalité évitable est représentée par les décès attribuables à une cause qui aurait pu être prévenue. Elle est classiquement ventilée en deux types d’indicateurs:  La mortalité « évitable liée aux comportements à risque » : causes de décès dont la fréquence pourrait être diminuée essentiellement par une action sur les comportements individuels (risques liés à la consommation de tabac, d'alcool, à une conduite dangereuse...)  Cette sélection comprend les pathologies suivantes : les cancers du poumon, les cancers des VADS, les cirrhoses, les accidents de la circulation, les chutes accidentelles, le suicide et le sida  La mortalité « évitable liée au système de soins »: causes de décès dont la fréquence pourrait être diminuée grâce à une meilleure prise en charge par le système de soins (y compris dans le cadre d'actions de dépistage), éventuellement renforcée par une évolution de certains comportements individuels  Cette sélection comprend les pathologies suivantes : cardiopathies ischémiques, maladies cérébro-vasculaires et hypertensives, cancers du sein, de l'utérus, des testicules, maladie de Hodgkin, leucémies, asthme, ulcères digestifs, appendicites, hernies abdominales, grippes, mortalité maternelle…  La mortalité prématurée est, par convention, l’ensemble des décès survenus avant l’âge de 65 ans. 52
  • 53. 4.2.1. Le taux brut de mortalité  Le taux brut de mortalité (TBM) mesure le rythme des décès intervenant au sein d’une population donnée et au cours d’une période déterminée, qu’elle qu’en soit la cause  Le qualificatif « brut » signifie qu’il s’agit d’un taux de mortalité global, compte non tenu de l’influence de facteurs associés, tels que l'âge, le sexe, la race, etc.  Par définition, le taux brut de mortalité se calcule au moyen de la formule suivante : Nombre total de décès de toutes causes survenues dans une région déterminée au cours d’une période donnée TBM = x 10 n Population exposée totale estimative de la même région pendant la même période 53
  • 54. 4.2.2. Le taux brut de mortalité  Le taux brut de mortalité est souvent employé pour comparer la mortalité relative dans une région donnée à 02 époques qui ne sont pas trop éloignées  En Algérie, la mortalité a connu un infléchissement remarquable au cours des trois dernières décennies  Le taux brut de mortalité, estimé à 16,45 pour mille en 1970, se situe à 5.6 pour mille en 1999. Il est de l’ordre de 4,55 pour mille en 2003  Le nombre absolu de décès, tous âges confondus, a sensiblement diminué. De 218.900 décès en 1970, il passe à 168.000 en 1999 et à 145.000 en 2003 malgré l'accroissement de la population observé dans l'intervalle. 54
  • 55. 4.2.3. Le taux brut de mortalité  Dans le cadre d’un taux annuel, on utilise généralement au dénominateur la population estimative en milieu d’année  Ce taux a pour principal inconvénient de ne pas tenir compte du fait que le risque de décès dépend de nombreux facteurs, dont l'âge, le sexe, la race et la clase socio-économique  En général, il est inadapté aux comparaisons entre périodes ou zones géographiques différentes:  Par exemple, le profil de mortalité dans une nouvelle zone d’urbanisation où l’on compte de nombreuses familles jeunes a des chances d’être différent de celui qu’on observe dans des villes en bord de mer de villégiature où de nombreux retraités viennent finir leurs jours  La comparaison des taux de mortalité pour des groupes à structure d'âge différente se fait normalement avec des taux standardisés sur l'âge, calculés de façon, précisément, à éliminer l’influence de la structure d'âge. 55
  • 56. 4.2.4. Le taux de létalité  Pour les maladies chroniques, le taux de létalité est d’un intérêt limité parce que l’évolution de ces maladies est généralement longue et variable    L’étude de l’évolution d’un taux de létalité est importante à considérer, car elle permet d’évaluer la qualité de la prise en charge des malades (prévention secondaire) quelque soit le type de maladie  C’est souvent en milieu hospitalier que l’on calcule les taux de létalité : il s’agit alors, bien entendu, de taux de létalité hospitalière qui sont beaucoup plus élevés que les taux de létalité générale, car, bien souvent, seuls les cas graves sont hospitalisés  Le taux de létalité hospitalière reflète les possibilités techniques de l’hôpital étudié, mais aussi le drame de l’accessibilité aux soins (malades arrivant à l’hôpital pour mourir) 56
  • 57. 4.2.5. Autres taux de mortalité  On peut aussi calculer les taux de mortalité pour des groupes particuliers de population, définis par:  l'âge  la race  le sexe  la profession ou la situation géographique  ou pour des causes de décès particulières 57
  • 58. - Le taux de mortalité parâge et parsexe   Ce taux est défini par le rapport ci-dessus:  Ce taux mesure le risque de décès parmi les sujets appartenant à un sexe et à une tranche d'âge donnés  Il peut être utilisé pour comparer la mortalité des sujets du même sexe appartenant à deux groupes d’âge identiques lorsque les populations dont font partie ces groupes ne présentant pas la même pyramide des âges  Il fournit les éléments essentiels à la construction d’une table de survi Nombre total de décès dans une tranche d’âge pour un sexe déterminé dans une zone et pendant une période donnée TM par âge et par sexe = x 10 n Population totale estimée de la tranche d’âge et du sexe considéré, dans la même zone et pendant la même période 58
  • 59. - Taux de mortalité proportionnelle  Il arrive que la mortalité dans une population soit exprimée au moyen d’un taux de mortalité proportionnelle (taux de mortalité par cause) qui est en réalité un rapport ; à savoir celui du nombre de décès imputables à une cause particulière sur un total de 100 ou de 1000 décès (toutes causes confondues) pendant la même période  Il mesure le risque de mortalité associé à une maladie déterminée  C’est un paramètre utile pour faire apparaître les principales causes de mortalité dans la population considérée.  Ce taux est défini par l’expression suivante : Nombre total de décès pour une cause donnée pendant une période donnée TMP = x 10 n Nombre de c décès pendant cette même période 59
  • 60. - Taux de mortalité maternelle Nombre total de décès de femmes par suite de complications de la grossesse, de l’accouchement et des suites de couche dans une région déterminée et au cours d’une période donnée TMM = x 10 n Nombre de naissances vivantes dans la même région et au cours de la même période  Mesure le risque de mortalité associé à la grossesse et à l’accouchement  Défini par le rapport suivant:  Malgré son importance, ce taux risque d’être négligé étant donné que son calcul précis reste délicat  L’idéal serait que le dénominateur englobe la totalité des accouchements et des avortements, mais il est difficile à déterminer  Les décès sont comptabilisés jusqu'à 42 jours après la fin de la grossesse sans tenir compte de la durée ou du siégé de la gestation. 60
  • 61. - Taux de mortalité juvénile  Appelé aussi : Taux de mortalité de moins de cinq ans (TMM5)  Prend en compte les décès d’enfants de 1 à 4 ans et tire son importance du fait de la fréquence des traumatismes accidentels, de la malnutrition et des maladies infectieuses dans cette tranche d'âge  Il a été mis au point par la division de la population des nations unies avec l’appui de l’UNICEF  C’est le nombre d’enfants qui meurent avant l'âge de 5 ans, une année donnée, rapporté pour 1000 naissances vivantes de la même année Nombre de décès d’enfants âgés de moins de 5 ans intervenant dans une région déterminée et au cours d’une période donnée TMM5 = x 10 n Nombre de naissances vivantes dans la même région et au cours de la même période  Lorsqu’il n’existe pas de registre suffisamment fiable, ce taux de mortalité infanto juvénile peut être estimé par voie d’enquêtes auprès des ménages 61
  • 62. - Mortalité avant et après la naissance  Pour décrire la mortalité par rapport à l ’événement naissance, plusieurs mesures sont couramment utilisées en épidémiologie  Chacune d’elles distingue la mortalité suivant des périodes d’âge plus au moins rapprochée de la naissance elle-même  Il y a d’abord la grande période fœto-infantile qui va approximativement de 28 semaines de gestation à 364 jours d’âge inclus  Ce critère de 28 semaines est, d’un certain point de vue, discutable 62
  • 63. - Mortalité avant et après la naissance  L’OMS suggère d’utiliser le poids de préférence au nombre de semaines de gestation pour la définition de la mortalité fœtale  Ainsi, le poids d’au moins 1000 grammes est recommandé par l’OMS pour les comparaisons internationales  Les poids de 500 à 1000 grammes correspondraient respectivement, en moyenne, à des périodes de gestation de 20 et 28 semaines 63
  • 64. * Le taux de mortalité infantile  Généralement utilisé comme indicateur du niveau de santé dans une communauté  Mesure le taux de mortalité des enfants de moins d’un an, le dénominateur étant le nombre de naissances vivantes la même année  Constitue l’un des meilleurs indicateurs de santé  Ce faisant, on accepte une certaine simplification : les décès constatés une année concernent en effet non seulement les enfants nés cette même année, mais aussi les enfants nés l’année antérieure. Dans la majorité des cas, cette approximation est sans effet  Le taux de mortalité infantile (TMI) se calcule au moyen de la formule suivante : Nombre de décès d’enfants âgés de moins d’un an au cours d’une année TMI = x 10 n Nombre de naissances vivantes pendant la même année 64
  • 65. * Le taux de mortalité infantile  Il est important de signaler que les morti-naissances (mort-nés) ne sont pas pris en compte pour le calcul du taux de mortalité infantile  L’utilisation des taux de mortalité infantile comme indicateur d’une situation globale d’une population repose sur l’hypothèse qu’il est extrêmement sensible aux changements socio-économiques et aux interventions en matière de soins de santé  Ce taux varie de manière considérable d’un pays à un autre  Un taux élevé doit constituer un signal d’alarme pour les professions de santé et les inciter à mener des investigations et des actions préventives de grande ampleur 65
  • 66. * Le taux de mortinatalité (ou taux de mortalité fœtale tardive)  Mesure le risque de mortalité intervenant au-delà de 28 semaines de gestation  Défini par le rapport suivant :  La morti-naissance correspond, par définition, à une mort fœtale intervenue au-delà de 28 semaines de gestation Nombre de morti-naissances dans une région déterminée et au cours d’une période de temps donnée TMN= x 10 n Nombre de naissances vivantes et de morti-naissances (naissances totales) dans la même région et pour la même période 66
  • 67. * Taux de mortalité périnatale  Mesure le risque de décès dans les 07 jours suivant la naissance  Défini par le rapport suivant :  Le nombre de décès à la période périnatale s’obtient en faisant la somme du nombre de morti-naissances et du nombre de décès de nourrissons âgés de moins de 01semaine  La déclaration des enfants morts nés n’est pas systématique, elle est liée à la qualité variable des services. Ce qui engendre toutes les difficultés pour estimer les taux de mortinatalité et le taux de mortalité périnatale  Dans certains pays, la « mortalité périnatale » englobe les décès de nouveau- nés âgés de moins de 4 semaines (28 jours). Nombre de décès à la période périnatale dans une région déterminée et au cours d’une période de temps donnée TMPN= x 10 n Nombre de naissances vivantes et de morti-naissances (naissances totales) dans la même région et pour la même période 67
  • 68. * Taux de mortalité néonatale  Mesure le risque de décès dans les 28 jours suivant la naissance  Défini par le rapport ci-dessous : Nombre de décès de nouveau-nés de moins de 28 jours dans une région déterminée et au cours d’une période de temps donnée TMNN= x 10 n Nombre de naissances vivantes dans la même région et pour la même période Le 1er mois voire la 1ère semaine constitue une période fatidique pour la survie des enfants en Algérie : la mortalité infantile est en effet de plus en plus dominée par l’impact de la mortalité néonatale : C’est la composante principale de la mortalité infantile dans les pays développés et en Algérie depuis les dernières années. On distingue :  la mortalité néo-natale précoce (décès survenant durant la 1ère semaine)  la mortalité néo-natale tardive survenant au delà du 7ème jour  le taux de mortalité des enfants au cours du 1er mois de vie représenterait la moitié de mortalité infantile  et le taux de mortalité des enfants au cours de la 1ère semaine de vie, le tiers environ La mortalité néonatale apprécie surtout les facteurs prénataux (endogènes, héréditaires, malformations) 68
  • 69. * Taux de mortalité post-néonatale  Mesure le risque de mortalité au cours de la petite enfance au-delà des 4 premières semaines d’existence  Défini par le rapport suivant : Nombre de décès de nourrissons âgés de 4 semaines à 1 an intervenant dans une région déterminée et au cours d’une période donnée TMPN= x 10 n Nombre de naissances vivantes dans la même région et au cours de la même période  La mortalité post-néonatale mesure surtout l’impact des facteurs exogènes 69
  • 70. Fig.5. Mortalité avant et après la naissance jusqu’à l’âge d’une année La figure présente la segmentation des âges, telle qu’elle est utilisée pour l’analyse de la moralité fœto- infantile. Pour les enfants plus grands, on utilise les divisions suivantes : 1 à 4 ans, 5 à 9 ans, 10 à 14 ans. 70
  • 71. Je vous remercie de votre attention