Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Congrès ABF 2018 - Quelles actions pour favoriser l'égalité ?

272 vues

Publié le

Congrès ABF 2018
Vendredi 8 juin - 11h15

Intervention de Florianne Garonne, responsable de la médiathèque de Saint-Clar (Gers)

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Congrès ABF 2018 - Quelles actions pour favoriser l'égalité ?

  1. 1. L’USAGER, MOTEUR DES ACTIVITES CULTURELLES A LA BIBLIOTHEQUE Présentation de la médiathèque de St-Clar (Gers) et de son projet d’animation construit avec les usagers Congrès de l’ABF La Rochelle, vendredi 8 juin 2018
  2. 2. I. LA MEDIATHEQUE DE ST-CLAR Présentation du contexte • Commune de 1080 habitants dans le Gers • Bassin de vie de 3500 habitants • Communauté de communes « Bastides de Lomagne » (41 communes 11 000 habitants)
  3. 3. Un contexte favorable mais des craintes aussi… • Milieu rural mais tissu associatif très fort • Etat des lieux en 2008 : pas de bibliothèque, passage du bibliobus (MDG) une fois par mois le jeudi matin • Population en attente : la médiathèque était un des plus gros projets du mandat précédent mais aussi une crainte pour certains (rumeur: « ces dames vont ruiner le village ») • Objectif: créer un lieu d’animations, de rencontres, de formations et d’accueil pour tous
  4. 4. Une forte volonté à partager  Gros travail de médiation nécessaire  Nécessité: recruter un(e) professionnel(le) qui s’appuierait sur une équipe de bénévoles aux talents variés  Travailler avec les habitants, les associations et les partenaires locaux pour construire le projet ensemble
  5. 5. • La médiathèque était un projet structurant, pensé et conçu comme partie constitutive de la cité   une réalisation dont le succès a dépassé toutes nos attentes les plus optimistes Attentes en 2013 En 2018 Nombre d’abonnés 500 1086 Nb de prêts/an 5000 11008 (en 2017)
  6. 6. Un projet architectural innovant Cabinet Alain Delmas
  7. 7. Les grandes dates du projet • 2010 : construction du projet par la commission culture (élus + citoyens): réunions publiques • Printemps et été 2013 : recherche des bénévoles • 16 juin 2013: Journée Portes Ouvertes, tous les habitants étaient invités (presse locale, bulletin municipal, flyers sur le marché + bibliobus)  Appels à projets auprès des habitants puis des usagers
  8. 8. Les choix de fonctionnement • Budget municipal restreint: une seule salariée à mi- temps au départ • Nécessité de trouver des bénévoles parmi les futurs usagers:  Que fait-on? • Première réunion en mai 2013 pour découvrir les bénévoles et discuter de notre démarche et des animations à imaginer ensemble= début du projet collaboratif  Les bénévoles sont partie prenante du projet et notre meilleure source de médiation (beaucoup habitent dans le village ou à proximité)
  9. 9. La médiathèque en quelques chiffres • 721 heures d’ouverture au public en 2017 (192 jours/an et 15 heures/semaine) • 450 heures de travail interne • Environ 300h de travail pour les bénévoles • 1086 inscrits (soit 100 abonnés de plus en un an) • 130 animations en 2017 (dont 10 régulières) • 625 adultes et 446 enfants ont participé à nos animations en 2017 • Budget de fonctionnement: 28 000€/an dont 2937€ pour les animations
  10. 10. La médiathèque de St-Clar aujourd’hui
  11. 11. II. L’USAGER, UN CO-CONSTRUCTEUR
  12. 12. Une programmation construite par et pour les usagers • Volonté de construire notre programmation avec:  les habitants en premier lieu! Comment faire? - Aller à la rencontre des habitants (médiation des bénévoles dans un 1er temps) - Les inviter à venir nous voir (permanences à la mairie le jour du marché) - Faire un appel à projets…
  13. 13. - Appel à projets: mail envoyé à tous les abonnés en octobre 2013 (4 mois après l’ouverture) Objectif: construire un projet avec les habitants Seules deux conditions étaient nécessaires: - gratuité des animations - possibilité technique de le faire à la médiathèque Résultat: des activités proposées par et pour les usagers pendant et en-dehors des heures d’ouverture De nombreuses idées, des projets très souvent réalisables et beaucoup d’envies communes!
  14. 14. Concrètement, que fait-on? 1. Des cours d’espagnol pour les adultes •Deux profs retraités et membres du Comité de jumelage nous proposent d’animer des conversations en espagnol… •Deux difficultés: - l’horaire qui intéresse le plus de monde est en-dehors des heures d’ouverture de la médiathèque (mardi soir à 18h30) -Les usagers sont très intéressés: trop de demandes! Je rencontre les futurs encadrants pour caler la périodicité, le nombre d’élèves, le jour et l’heure
  15. 15. • Solutions : - une clef est prêtée aux profs bénévoles - mise en place de 2 cours (débutant et initié) + liste d’attente pour les nouveaux inscrits • Résultat: 1h30 de cours d’espagnol chaque semaine 40 « élèves » plus ou moins assidus • Mais aussi: - Soirées contes et auberges espagnoles régulières - Voyages en Espagne 2 à 3 fois par an - Expos photos du Comité de jumelage à la médiathèque
  16. 16. Le tout, simplement et dans la bonne humeur!
  17. 17. 2. Des cours d’anglais pour les adultes •Les usagers nous demandent des cours d’anglais pour les adultes •Deux difficultés: -Les profs bénévoles sont susceptibles de devoir s’absenter -Les profs bénévoles peuvent avoir l’envie, mais pas forcément de méthodologie…
  18. 18. - On demande aux Anglais « du coin »: Susan, prof écossaise retraitée et bénévole à l’OT voit avec ses amis anglophones  Susan et Bruce, un autre Anglais proposent des cours d’anglais pour les adultes le mercredi soir  Quand un prof n’est pas là, il prévient et les « élèves » viennent pour discuter ensemble avec l’aide d’une autre « élève-professeure »  Demande de l’autodiscipline mais c’est toujours dans la bonne humeur!
  19. 19. • Suite aux pb de méthodologie du prof, la bibliothécaire prend le relais pour le niveau débutant, aidée d’un couple d’Anglais ou d’un usager anglophone  2 cours selon le niveau des usagers • Il ne fallait qu’un lieu et la volonté de faire ensemble!
  20. 20. 3. Des ateliers couture •Une bénévole a une amie proche qui est couturière professionnelle •Deux difficultés: -de très nombreux usagers sont intéressés, trop? -certaines usagères veulent nous faire des dons pour le café/thé et créent de fait une « caisse noire »!
  21. 21. • La bénévole propose à son amie d’animer des ateliers couture à la médiathèque: on cale les dates ensemble  Ateliers de 3h tous les vendredis après-midi: les participantes apportent leur matériel et Georgette les aide à réaliser leurs travaux ou leur apprend à coudre en fonction des niveaux… • Je centralise les inscriptions et le planning et Georgette voit comment elle s’organise avec ses élèves  Le groupe est limité à 12 personnes, les autres personnes se retrouvent sur liste d’attente!
  22. 22. • Les groupes ne sont jamais exactement les mêmes (« autogestion » naturelle des élèves)  L’équipe de la médiathèque crée l’association des amis de la médiathèque pour rendre les dons transparents  L’association finance les animations gratuites pour tous, toute l’année à la médiathèque
  23. 23. 4. Des ateliers d’écriture •Une auteure belge installée dans le Gers, nous propose des ateliers d’écriture avant même l’ouverture de la médiathèque •Problème: Réjane est professionnelle et souhaite être rémunérée mais nous ne voulons pas faire payer nos animations ni créer de discrimination vàv des autres encadrants bénévoles Ateliers en partenariat avec son association LALO 1er atelier gratuit, puis adhésion des membres de l’atelier à LALO
  24. 24. • Chaque atelier est indépendant • On peut assister à toutes les séances ou venir à la carte.  • Les inscriptions sont obligatoires, séance par séance (max 12 participants) • Je renseigne et mets les usagers en lien avec Réjane • Les usagers s’inscrivent auprès d’elle  Réjane offre une soirée lectures et gourmandises aux usagers de la médiathèque tous les ans
  25. 25. 5. Cours d’informatique Un passionné d’informatique nous propose ses services •Problèmes: - il ne peut pas le faire bénévolement - matériel : nous n’avons que 3 ordinateurs à destination du public, c’est peu pour des ateliers! •Solutions: - L’usager est rémunéré par une association - Il nous met à disposition gratuitement 6 ordis, en partenariat avec son association
  26. 26. • Mais soucis administratifs avec l’association (trop de papiers à remplir pour justifier le nombre d’élèves limité)  Solution: Judi continue gratuitement, dans un système de troc avec les usagers intéressés
  27. 27. 6. Des après-midi scrabble •Une lectrice nous prête un jeu de scrabble, en utilisation libre sur une table avec un dictionnaire à proximité •Dès le départ, parties spontanées entre les usagers •Certaines passionnées demandent à se retrouver à la médiathèque tous les lundis après-midi pour jouer - Que fait-on? Une bénévole se propose d’encadrer le groupe, elle demande juste aux joueuses de s’inscrire auprès d’elle. Aujourd’hui, elles se connaissent toutes
  28. 28. • Ensuite, le bouche-à-oreille et la promotion sur Facebook font venir d’autres personnes • Problème: les horaires d’ouverture (16h-19h) ne conviennent pas aux dames qui viennent de loin, l’hiver  Solution: une bénévole qui habite à côté se charge d’aller leur ouvrir plus tôt l’hiver, à 14h  La mairie est prévenue (utilisation des locaux en-dehors des heures d’ouverture)
  29. 29. 7. Et pour les enfants? •Suite à l’appel à projets, certaines mamans et mamies nous proposent des ateliers créatifs •On les rencontre pour discuter de leurs idées •Les usagères fournissent les idées, encadrent et la médiathèque prend en charge tout le matériel •Thématiques choisies en fonction des fêtes, des saisons ou juste de l’inspiration du moment Des ateliers créatifs pour les enfants pendant les vacances et certains mercredis après-midi
  30. 30. • Problème: ces ateliers très pratiques manquent parfois de contenu (activité strictement manuelle)  Solution: La médiathèque complète avec des lectures, une visite d’exposition, un goûter en fonction des envies et des disponibilités de l’équipe
  31. 31. Comment allier l’utile et l’agréable? • Proposition de certains usagers fin 2015: • Organiser un buffet associatif et festif cuisiné tous ensemble (animateurs, bénévoles et usagers)  Cela soude l’équipe de bénévoles, usagers actifs et moins actifs (buffet ouvert à tous), rend l’ambiance plus conviviale et nous permet de réunir des fonds pour financer les animations  Gros succès en 2015  Depuis lors, un buffet chaque année
  32. 32. Et en fonction du contexte… • Arrivée d’une famille de Syriens à St-Clar en 2016 • Spontanément, un jeune Syrien, une dame anglaise et des profs retraités ont contactés la mairie ET la médiathèque pour leur proposer: -des cours de Français à la médiathèque - une aide matérielle - des fournitures scolaires, des victuailles etc.  La médiathèque est devenue un lieu ressource aujourd’hui  Les propositions d’animations continuent (lectures gourmandes, café à la française, buffet citoyen…)
  33. 33. III. QUELQUES LECONS TIREES DE NOTRE EXPERIENCE •La participation des usagers se fait naturellement •Cas pratique: goût du jardinage partagé Que peut-on faire ensemble autour de ce thème? •Des actions classiques: -Mise en place d’une table thématique (médiathèque) -Création d’une grainothèque alimentée par les usagers (abonnés ou non) qui apportent des graines et semences librement
  34. 34. Mais aussi des actions plus originales: •Une lectrice propose une soirée lecture des textes de Pierre Rahbi au printemps 2015 •Thématique spéciale développement durable en 2016 (votée à l’AG de l’asso) Travail avec les classes, spectacle jeunesse et ateliers • Soirée spéciale: atelier sur le compost par Anaïs (Sidel) et lecture d’un texte de Réjane Peigny •Ateliers pratiques proposés par un lecteur, jardinier amateur aux Jardins familiaux
  35. 35. Intérêts d’une construction commune • La médiathèque est un lieu plus sympathique et convivial, tout se fait naturellement • Des animations adaptées, gratuites et pour tous les goûts!  Création de l’association des amis de la médiathèque • Principal bémol d’une construction commune: les usagers proposent moins d’ateliers pour les enfants car ceux à l’aise avec ce public sont moins nombreux et les horaires sont plus contraignants  Solution: la médiathèque prend le relais (animations gratuites en interne + animations externes financées par la mairie et l’association)
  36. 36. Un lieu d’expérimentation • Les usagers s’impliquent, même les personnes intimidées/réticentes « osent » venir car elles savent qu’elles pourront trouver une activité qui leur conviendra • Aucune obligation: les personnes viennent quand elles veulent, aucune contrainte de durée • Cela (re)crée du lien social  lieu de partage et de vie dans le village  Travail constant avec les usagers: on garde l’esprit ouvert, pas de barrières mentales
  37. 37. Le droit à l’erreur • On peut expérimenter beaucoup plus facilement! • On a le droit de se tromper aussi… • Quelques rectifications en cours de route - auberges espagnoles avec les lecteurs tous les 3 mois: animation annulée car les locaux ne sont pas appropriés et manque de participants - ateliers crochet: démarrés à l’automne 2013, arrêtés au printemps 2014 faute de participants
  38. 38. Un lieu plus convivial • Avec la construction collective des animations, nous appliquons quelques principes: simplicité, convivialité, esprit pratique, envie de faire ensemble  Les usagers restent + longtemps et reviennent + souvent • Services rendus: café offert, Wifi gratuit, photocopieuse, 9 ordis disponibles, espace d’études • Abonnement d’un mois créé pour les vacanciers • Un lieu vivant!
  39. 39. Conclusion • Avec la construction commune des activités, l’usager devient partie prenante de la médiathèque  La médiathèque est un troisième lieu où l’on se retrouve « comme à la maison » • Pas/peu d’interdits pour les usagers • Médiathèque = lieu clef de la commune, lieu de vie  Relations personnelles avec les usagers: conseil personnalisé, accueil chaleureux, convivialité
  40. 40. Last but not least! « Quand tout le reste a échoué, laissez tomber et allez à la bibliothèque » Stephen King

×