SlideShare une entreprise Scribd logo
RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL
                  UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP
                    Ecole Supérieure Polytechnique

                                   ESP
                       Année universitaire 2002/2003
                               -o-o-o-o-o-o-


                 DOSSIER DOCUMENTAIRE
            Pour l’obtention du Certificat d’Aptitude
   À l’Enseignement Moyen Technique et Professionnel
                               -o-o-o-o-o-o-

           Spécialité : TECHNIQUES AGRICOLES
                               -o-o-o-o-o-o-



   Thème :L’évolution des méthodes
   de lutte contre les insectes
   ravageurs



Présenté par :                           Abou Abdoulaye Yéro DIOP




Mai 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)       ii

                                          TABLE DE MATIERES
République du Sénégal................................................................................................................ i
      Ecole Supérieure Polytechnique .............................................................................................. i
    DOSSIER DOCUMENTAIRE ................................................................................................ i
SIGLES ..................................................................................................................................... iv
À la mémoire de Feu Dr Mbaye NDOYE.................................................................................. v
AVANT PROPOS.................................................................................................................... vii
INTRODUCTION ..................................................................................................................... 8
I.       LES MESURES ADMINSITRATIVES : REGLEMENTATION PHYTOSANITAIRE 9
    A. LA PLANTE QUARANTAINE ......................................................................................... 9
      1.    La philosophie et l’action de quarantaine ..................................................................... 9
      2.    Les bases biologiques de la quarantaine ..................................................................... 10
      3.    Les mécanismes de la quarantaine pour les nouveaux ravageurs ............................... 10
    B. LES ACTIVITES DE LA REGLEMENTATION PHYTOSANITAIRE ........................ 11
II.      LES METHODES PHYSIQUES ................................................................................. 12
    A. LA CHALEUR ................................................................................................................. 12
    B. LE FEU ............................................................................................................................. 12
    C. LES BARRIERES MECANIQUES ................................................................................. 13
    D. LES CAPTURES .............................................................................................................. 13
III.     LES PRATIQUES CULTURALES............................................................................. 13
    A. UN BON CHOIX ET RESPECT DU CALENDRIER CULTURAL .............................. 13
    B. LES SYSTEMES ET SOINS CULTURAUX .................................................................. 14
IV.      LES ACTIONS SUR L’ENVIRONNEMENT ............................................................ 14
    A. LES ACTIONS SUR LE RAVAGEUR ........................................................................... 15
      1.    L’identification et classification des insectes ............................................................. 15
      2.    La surveillance et la prévention .................................................................................. 16
      3.    Les manipulations génétiques ..................................................................................... 16
    B. LES MANIPULATIONS DE L’ENVIRONNEMENT .................................................... 17
      1.    La résistance variétale des plants hôtes ...................................................................... 18
      2.    Les autres manipulations ............................................................................................ 19
V.       LA LUTTE CHIMIQUE .............................................................................................. 19
    A. LES INSECTICIDES ........................................................................................................ 20
      1.    Importance et succès des insecticides ......................................................................... 20
      2.    Le seuil économique ................................................................................................... 21
      3.    Le développement et le marketing des insecticides .................................................... 22
      4.    L’insecticide idéal ....................................................................................................... 22
    B. LES ADDITIFS ALIMENTAIRES .................................................................................. 23
      1.    Les anti-métabolites .................................................................................................... 23
      2.    Les hormones .............................................................................................................. 23
      3.    Les barrières alimentaires ........................................................................................... 24
    C. LES LIMITES DE LA LUTTE CHIMIQUE ................................................................... 24
VI.      LES TROPISMES........................................................................................................ 24
    C. LE PHOTOTROPISME .................................................................................................... 25
    D. LE CHIMIOTROPISME .................................................................................................. 25
      1.    Les attractifs................................................................................................................ 25
      2.    Les répulsifs ................................................................................................................ 25
    E. L’EMISSION DE SON ..................................................................................................... 26
    F. REMARQUES SUR LES INAPPETANTS ..................................................................... 26

                                                    _____________________
                           Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   iii
VII.    LA LUTTE BIOLOGIQUE ......................................................................................... 26
  A.    HISTORIQUE ................................................................................................................... 26
  B.    QUELQUES CAS DE LUTTE BIOLOGIQUE ............................................................... 27
     1.    Contre la chenille mineuse du mil .............................................................................. 27
     2.    Contre la cochenille farineuse du manioc ................................................................... 28
     3.    Contre la cochenille farineuse du manguier ............................................................... 28
     4.    Contre le Grand Capucin du maïs ............................................................................... 28
     5.    Contre les sautériaux................................................................................................... 28
  C. LE CAS DE LA LUTTE MICROBIOLOGIQUE ............................................................ 29
VIII. CONCLUSIONS .......................................................................................................... 29
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 31




                                                  _____________________
                          Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   iv

                                                    SIGLES
CAEMTP     Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Moyen Technique Professionnel
CFPH       Centre de Formation Professionnelle Horticole à Cambérène
CILSS      Comité Inter Etat de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel
CNRA       Centre National de Recherches Agronomiques à Bambey
DPV        Direction de la Protection des Végétaux
ENCR       Ecole Nationale des Cadres Ruraux à Bambey
ESP        Ecole Supérieure Polytechnique
FAO        Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation
IITA       Institut International de l’Agriculture Tropicale
ISRA       Institut Sénégalais de Recherches Agricoles
MAE        Ministère de l’Agriculture et l’Elevage
OGM        Organisme Génétiquement Modifié
ONU        Organisation des Nations Unies
OUA        Organisation de l’Unité Africaine
PLB        Projet de Lutte Biologique
SDDR       Service Départemental du Développement Rural
UCAD       Université Cheikh Anta DIOP de Dakar




                                          _____________________
                  Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   v

                À LA MÉMOIRE DE FEU DR MBAYE NDOYE
Je voudrais profiter de l’occasion offerte par cette contribution pour rendre un hommage mérité à
feu le Dr Mbaye NDOYE. Rendre hommage au Dr NDOYE en parlant de lutte contre les
insectes ravageurs, c’est rendre à César ce qui appartient à César. En effet, il fut l’un des
premiers docteurs es sciences, docteur d’État et pionnier dans le domaine notamment en
dirigeant le Projet de Lutte Intégrée du CILSS au Sénégal. Dans ce cadre, il a participé à la
coordination de la recherche en protection des cultures en Afrique de l’Ouest. Dans le même
temps, il dirigeait le laboratoire d’entomologie du CNRA de Bambey dont je conduisais les
travaux en tant qu’assistant de recherche.
Je l’ai connu en septembre 1977 à Sakal quand il est venu installer un piège lumineux pour
suivre la dynamique des populations de la chenille poilue du niébé, Amsacta moloneyi. Il était si
content du suivi du piège qu’il m’a demandé de venir travailler à la recherche où je devrais,
selon lui, avoir des prédispositions. J’ai travaillé sous sa direction d’abord comme observateur
pendant un an avant de réussir à l’ENCR. Ensuite de 1982 à 1985, j’ai été son assistant de
recherche direct en entomologie des cultures vivrières (mil, niébé) avant que le laboratoire
d’entomologie ne soit sous la direction de Amadou Bocar BAL.
Si je rends hommage à Dr Mbaye NDOYE, ce n’est pas pour cela, mais à cause de son œuvre
grandiose reconnue par les universités américaines, la FAO dont il était consultant après avoir
refusé de travailler exclusivement pour elle et l’OUA dont il fut le Sous Directeur Scientifique
jusqu’à l’accident d’avion survenu en Côte d’Ivoire qui l’a ravi à notre affection en 1997.
Chercheur chevronné, chef du Groupe IV (défense des cultures), chef des Programmes du mil et
du niébé, Directeur de Recherches sur les Productions Végétales, Directeur Scientifique de
l’ISRA, Directeur de l’Unité Nationale du Projet de Lutte Intégrée (CILSS), Mbaye fut un grand
travailleur.
À l’ISRA, à la FAO, au CILSS, au Ministère de l’Environnement où il fut le Directeur de
Cabinet avant de démissionner pour l’OUA, comme à ce dernier poste, Dr NDOYE a fait preuve
de rigueur et de curiosité scientifiques mais aussi et surtout d’ardeur au travail. C’est pour
ces qualités que je l’ai toujours admiré car étant convaincu que sans ces vertus, il ne peut pas
y’avoir de progrès.
Ainsi sous sa direction, je me félicite aujourd’hui de l’expérience acquise grâce aux missions
spéciales qu’il a eu à me confier notamment :
   (1) le suivi des ravageurs notoires comme la chenille poilue du niébé dans la région de
       Louga, la cécidomyie du mil Geromyia penneseti dans la zone Séfa /Casamance ;
   (2) le suivi de la dynamique des populations d’insectes à travers le pays ;
   (3) l’identification et la collection des insectes ;
   (4) les essais en milieu paysan ;
   (5) les essais de résistance variétale ;
   (6) les essais de seuil économique de traitement sur le niébé ; et
   (7) le contrôle de la chenille mineuse de la chandelle du mil par un ennemi naturel, Bracon
       hebetor.
Tous ces travaux démarrés sous le magistère du Dr Mbaye NDOYE (à part le premier) ont été
poursuivis par Dr Amadou Bocar BALL entre 1986 et 1990 et à partir de 1992 par Mamadou
BALDE.

                                              _____________________
                      Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   vi
Tenant compte de tout cela entre autres, j’estime que les chercheurs africains, ceux des pays du
CILSS notamment et de l’ISRA singulièrement, ont le devoir de magnifier l’œuvre du
Scientifique Africain, du chercheur Sahélien et de l’entomologiste sénégalais.
                REPOSE EN PAIX APRES CETTE GRANDE ŒUVRE MBAYE !




                                              _____________________
                      Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   vii

                                              AVANT PROPOS
Ce dossier documentaire est produit dans le cadre de la formation en vue de l’obtention du
Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Moyen Technique et Professionnel (CAMTP) délivré par
l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de l’Université Cheikh Anta DIOP (UCAD) de Dakar.

Pour sa réalisation, il a été nécessaire de faire des investigations à l’Institut Sénégalais de
Recherches Agricoles (ISRA), à la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) du Ministère
de l’Agriculture et de l’Elevage, dans certains sites Internet dont celui de l’Académie
Canadienne de Protection des Végétaux.

Ces investigations ont été rendues possibles grâce à la disponibilité des responsables et agents de
ces structures. C’est pourquoi je voudrais confondre dans mes remerciements

   •   Momodou KEBE, formateur au Centre de Formation Professionnelle Horticole (CFPH)
       de Cambérène pour l’encadrement technique au métier d’enseignant ;

   •   Ngor DIAGNE et Ousseynou CISS du CNRA pour les informations et les copies de
       documents procurées ;

   •   Rosalie DIOUF responsable de la bibliothèque du CNRA pour la riche documentation
       fournie ;

   •   Mame Birame TOURE pour les facilités au sein de la DPV ;

Je voudrais rendre hommage à tous ceux qui ont participé à la réussite de ma formation. Je veux
nommer le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage (MAE), la Coopération Suisse, la Direction
du Centre de Formation Professionnelle Horticole, Corps Professoral de l’ESP/UCAD, mes amis
Yéro DE et Ibrahima Ciré ANNE pour leurs soutiens moral et matériel constants mais aussi
Fatimata, ma femme, mes enfants Hawa, Ramatoulaye, Maïmouna, Ngoné, Abdoulaye et celle
née en cours de formation Aminata pour les sacrifices consentis.

Enfin, si j’ai pu suivre les cours à l’ESP dans des conditions acceptables, une bonne part revient
à mon successeur au Service Départemental du Développement Rural (SDDR) de Matam,
Brahim Mamadou BA qui m’a permis de sécuriser la famille durant toute la formation.

Que tout ce monde trouve ici l’expression de ma gratitude et de ma reconnaissance.




                                              _____________________
                      Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   8

                                                  INTRODUCTION
L’homme dans sa quête de nourriture a toujours été confronté aux problèmes des ravageurs des
cultures dont les insectes sont des plus importants. Dans ce cadre il a développé des techniques et
méthodes de protection à l’aide de produits et outils divers.

L’objectif visé à travers ce dossier documentaire est de servir de prétexte à présenter l’évolution des
différentes méthodes de protection des cultures contre les insectes ravageurs à partir des travaux de
recherches publiées et disponibles sur le sujet. Le but recherché est de faire connaître les nouvelles
attitudes et philosophies dans les programmes de défense des cultures. Cette approche nécessite une
introduction à la connaissance de l’écologie en tant que base de gestion de lutte raisonnée contre les
ravageurs.

Car on attribue aux insectes avec le déclin de l’âge d’or en Grèce et la chute prématurée des empires
Romain et du Mali (trypanosomiase), les échecs des expéditions coloniales (paludisme, maladie du
sommeil, fièvre jaune, filariose, onchocercose). Aussi compte tenu de leur nombre impressionnant,
méritent-ils une attention toute particulière. Hill (1975, in BOSCH et all) a recensé 407 espèces très
importantes et 778 espèces d’importance moindre sévissant sur 48 grandes cultures tropicales.
Lamb (1974, in BOSCH et all) note 4098 espèces d’insectes sur le riz, alors que Hargreaves (1948,
in BOSCH et all) en enregistre 1326 espèces sur le coton dont 482 en Afrique au Sud du Sahara.
Plus de 130 espèces d’insectes sont présentes sur le niébé, le soja et le pois d’Angoles qui sont à
haute valeur nutritive du fait de leurs feuilles et gousses très riches en protéine. Enfin Raheja (1976,
in BOSCH et all) estime les pertes potentielles de rendement sur le niébé à plus de 90%, dues aux
insectes (dont 70% entre la floraison et la formation des gousses).

Eu égard à ce qui précède, il est alors impératif que l’homme trouve une forme de lutte adéquate
pour circonscrire les attaques de ces insectes. C’est dans cette optique, qu’il a expérimenté des
formes et méthodes de protection plus au moins adaptées aux circonstances. Actuellement, deux
façons principales de protection des cultures sont employées : Il s’agit des méthodes classique qui,
emploie surtout la lutte chimique (et les autres moyens accessoirement) et moderne de lutte
intégrée. Celle-ci encore appelée lutte aménagée, est la combinaison des différentes méthodes et
moyens de lutte. La présente contribution insistera principalement sur cette lutte intégrée, technique
d’avenir, avec ses différentes composantes administratives, physiques, chimiques, biologiques.




                          Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   9
I. LES          MESURES                      ADMINSITRATIVES :                                  REGLEMENTATION
   PHYTOSANITAIRE
Les ennemis des cultures étant souvent très cosmopolites, il est opportun de prévenir l’entrée et
l’établissement dans un pays de plantes étrangères et des insectes inféodés. Car les insectes
ravageurs dans une écologie étrangère peuvent perturber l’équilibre biologique préétabli et causer
ainsi de graves dégâts aux cultures plus que ceux qui sont exotiques. C’est ce qui justifie le contrôle
et la réglementation de l’introduction des animaux et plantes dans ce pays.

             A. LA PLANTE QUARANTAINE
Les premiers voyageurs ont ramenés chez eux des insectes ayant infesté les habitations, plantes et
animaux. Ce processus a été fortement accéléré par le commerce international. Pendant plusieurs
années, de faibles conditions légales d’introduction de plants et animaux ont été une réalité et
comme résultat, beaucoup parmi les plus importants insectes ravageurs d’aujourd’hui sont d’origine
étrangère.

En 1873, l’Allemagne établit la première mesure de réglementation en interdisant l’entrée des
produits en provenance des Amériques et ayant la capacité de diffuser le puceron de la vigne,
Phylloxera vitifoliae. Mais la première plus importante législation réglementaire a été instituée en
1877 dans 4 états américains. Cette dernière a été étendue à la Fédération par le Congrès Américain
en 1884 comme initiative et en 1905 comme loi. Mais la notion de Plante Quarantaine comme
acte est approuvée en 1912 (NAS, 1969).

Cette dernière est généralisée actuellement à travers le monde avec les mêmes philosophie, bases
biologiques et mécanismes ?

             1. La philosophie et l’action de quarantaine
Le but de la quarantaine est d’empêcher l’introduction de contaminations potentielles, de prévenir
une éventuelle dissémination et d’appuyer un programme d’éradication des insectes. Une action
individuelle isolée ne peut à elle seule prévenir les introductions et dissémination des insectes mais
plutôt une action concertée et coordonnée par l’administration.

La quarantaine est appliquée dans les ports, aéroports et toutes entrées dans un pays en vue de
contrôler toute introduction de végétal et d’animal. Aussi une attention particulière doit-elle être
faite aux autres moyens de transport d’insectes comme les véhicules, les bateaux et avions
personnels.




                          Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   10
Si un ravageur arrivait à s’introduire malgré les dispositions ci-dessus, d’autres mesures doivent
être édictées pour prévenir toute propagation dont celle de réduction de la population.

Les missions de la quarantaine sont :
   •   Les programmes d’éradication effectués contre les récents ravageurs ;

   •   La circonscription du ravageur dans une aire en attendant la conduction d’essais en vue de
       trouver des moyens de lutte efficaces ;

   •   La suppression du ravageur demandant la participation de l’Etat, des organisations
       paysannes, des organisations internationales et des privés (cas des criquets) ;

   •   La gestion des programmes de contrôle sur l’environnement en vue d’assurer une haute
       performance opérationnelle et une précaution d’emploi des nombreux insecticides sur les
       parcelles traitées, pour une protection de la santé publique, des agents du service de
       protection des végétaux, des animaux domestiques, des poissons, de la faune et des autres
       organismes.

   •   Le rôle de support de la recherche et de l’amélioration des méthodes par l’utilisation de
       ravageurs d’origines étrangères, introduits dans le but de développer les connaissances.
       Dans certains cas, les données de recherche pour le développement de la lutte et les mesures
       réglementaires peuvent ne pas être disponibles. Il faut alors de longues années de recherches
       au laboratoire et on ne peut en garantir le succès.

           2. Les bases biologiques de la quarantaine
Avant tout il est indispensable de déterminer les ravageurs d’importance économique et les actions
à garantir. Une quarantaine contre des espèces étrangères spécifiques ne doit pas s’appuyer sur leur
comportement dans d’autres écologies. Car la plupart les ravageurs ne sont pas introduits avec leurs
ennemis naturels et deviennent souvent d’importance économique notable.

La quarantaine est imposée à l’intérieur du pays seulement, là où les infestations peuvent être
possibles (aires de cultures). Une surveillance constante est nécessaire pour voir l’évolution
d’éventuels ravageurs.

           3. Les mécanismes de la quarantaine pour les nouveaux ravageurs
Quand un ravageur est localisé dans le pays et que des actions de quarantaine sont nécessaires, les
mesures suivantes sont généralement prises :

1. l’étendue de l’infestation est déterminée aussi rapidement que possible ;



                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   11
2. une écoute publique des individus et organisations est faite afin de tenir compte de leur opinion
   quant aux mesures à prendre. Souvent un état d’urgence peut être instauré immédiatement dans
   le but de prévenir une rapide dissémination du ravageur. La quarantaine spécifie le ravageur, la
   zone mise en cause, les produits et les sujets objets de la réglementation et les supports de
   transport du ravageur entre zones infestées et à partir de ces dernières ;

3. les possibilités de propagation pour chaque produit sont revues et des traitements sur la base des
   recherches effectuées sont faits pour la protection des produits en cause.

Malgré tout, des produits contrôlés peuvent circuler des zones infestées sur la base des conditions
suivantes :

1. un traitement insecticide est appliqué sur les produits ;

2. des inspections prouvant que les produits proviennent de portions non infestées ;

3. les produits sont examinés et reconnus exempts du ravageur ;

4. et les produits sont cultivés, protégés et entretenus de manière qu’aucune infestation ne soit
   possible. Ainsi seulement un certificat phytosanitaire est délivré pour permettre la circulation de
   ces produits. Cette tâche est sous l’autorité et la responsabilité légale du Ministère de
   l’Agriculture et de l’Elevage.

              B. LES    ACTIVITES                                  DE              LA              REGLEMENTATION
                 PHYTOSANITAIRE
La convention internationale pour la protection des plantes, signée à Rome le 6 décembre 1951
sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies (ONU), oblige chaque état contractant à :

   1. organiser un service officiel de la Protection des Végétaux (PV) pour :

              a. inspecter les végétaux sur pied en tous domaines, signaler l’existence éventuelle
                 d’ennemis et les moyens de lutte ;

              b. contrôler tout article faisant l’objet d’échanges internationaux pour empêcher la
                 propagation des ennemis de par le monde ;

              c. réaliser la désinfection des articles, conteneurs,… provenant d’échanges
                 internationaux ;

              d. délivrer les certificats phytosanitaires pour les produits sains.

   2. diffuser sur le plan national les renseignements concernant les ennemis et les moyens de
       lutte ;



                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   12
   3. diffuser les recherches et enquêtes dans le domaine de la protection des cultures.

Aussi, la conférence a-t-elle recommandé l’organisation des inspections phytosanitaires en
sections chargées :

   1. de la lutte contre les ennemis des cultures ;

   2. des avertissements agricoles ;

   3. des expérimentations des produits phytosanitaires ;

   4. de contrôle phytosanitaire ;

   5. du diagnostic, de la documentation (données biologiques et météorologiques), et de
       l’identification des ravageurs.

Ainsi le service de la PV assure le fonctionnement des stations d’avertissements agricoles. Ces
dernières accueillent les renseignements biologiques et météorologiques des postes d’observations
installés à travers le pays ; elles indiquent aux agriculteurs la nature des différents traitements anti-
ravageurs, le moment favorable à leur application.

Au Sénégal, la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) est organisée à quelques nuances
près de la sorte. Cependant le problème des inspections phytosanitaires avait connu une esquisse
d’application, mais depuis la réorganisation du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, il y a eu
comme un flottement. Les postes d’observations ne sont pas encore installés même si 5 bases
d’avertissement sont mises en place. Pourtant il est admis qu’une lutte contre les insectes ravageurs
des plantes ne peut être efficace qu’avec un réseau de postes d’observations au sein des stations
d’avertissements agricoles.


II. LES METHODES PHYSIQUES
Il s’agit d’une élimination du ravageur par des procédés physiques tels la chaleur, le feu, des
barrières, pièges ou adhésifs.

                        A. LA CHALEUR
La sensibilité à la chaleur des ravageurs varie en fonction de la durée du traitement, du stade
biologique du ravageur et de sa morphologie externe. Il est généralement admis que les insectes à
carapaces dures résisteraient mieux que ceux à carapaces molles.

On utilise la chaleur sèche (plus efficace, mais préjudiciable au pouvoir germinatif des semences)
ou la chaleur humide (sur les plantes vivantes sensibles à la déshydratation).

                        B. LE FEU

                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   13
Il consiste à l’incinération des tiges et fruits (résidus de récolte) afin de détruire les formes pré
imaginales (chrysalides, nymphes, larves) d’espèces nuisibles qui, souvent, passent une période de
leur vie dans ces organes végétaux.
                        C. LES BARRIERES MECANIQUES
Il s’agit de créer un barrage, obstacle ou écran entre le végétal et les nuisibles (progression d’une
bande de larves de sautériaux par exemple) par des ceintures ou bandes gluantes souvent adhésives,
des fossés ou tranchées, des récipients remplies d’eau…
                        D. LES CAPTURES
C’est le procédé le plus épuisant pour l’homme, car demandant une main d’œuvre importante.
L’écrasement et le ramassage des insectes n’ont d’intérêt que s’ils sont effectués par une main
d’œuvre gratuite (groupements de villages, de quartiers, d’enfants, talibés, élèves) et ce, dans le cas
d’une invasion accidentelle et localisée (celle de criquets de 1989).
En conclusion, on se rend compte des limites objectives des méthodes traditionnelles de lutte contre
les insectes. Cependant, il est possible dans certains cas, de régler des problèmes isolés telles la
désinfection des semences à la chaleur, l’incinération des organes végétaux infestés ou la
destruction de larves (d’Amsacta moloneyi) dans des surfaces limitées.
En tout état de cause, ces procédés ne peuvent pas résoudre les problèmes phytosanitaires qui se
posent à l’agriculture moderne en extension.

III.LES PRATIQUES CULTURALES
Il s’agit généralement de moyens prophylactiques tendant de rendre l’environnement défavorable
aux ravageurs et donc d’éviter les dégâts, ou tout au moins d’en limiter la gravité. Ce sont
généralement le respect du calendrier cultural et des systèmes culturaux.
   A. UN BON CHOIX ET RESPECT DU CALENDRIER CULTURAL
Le choix des dates de semis et de récolte pour qu’elles ne coïncident pas avec les périodes de
pullulations des ravageurs, est un moyen d’éviter les attaques de ces derniers. Ainsi « une culture de
niébé semée à la première pluie reçoit plus d’attaques d’Amsacta moloneyi que celle en dérobée
semée tardivement. De même, en récoltant tôt le niébé (juste à la maturité), on peut éviter une
attaque de bruches et de nombreux ravageurs de stockage » (NDOYE 1979, in DIOP 1982).

En plus, l’exploitation rationnelle dans le respect des normes et des pratiques dont la taille,
l’élimination des vielles feuilles, pousses, des mauvaises herbes, l’utilisation de semences
exemptes, la densité végétale (éclaircir ou démarier au besoin), l’apport d’engrais ou d’eau au
moment opportun sont autant de pratiques préventives participant à la bonne santé des plants.




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   14
                        B. LES SYSTEMES ET SOINS CULTURAUX
Il s’agit de pratiques comme la rotation, les cultures intercalaires, la polyculture qui ont un effet
physique de frein sur les insectes ou, ajournent la correspondance de leurs stades de développement
dans le temps et dans l’espace avec les périodes de culture.

L’adaptation aux conditions écologiques (respect de la carte variétale) et l’apport de fumure
équilibrée sont des pratiques qui aident la plante à mieux résister aux attaques des insectes.

La destruction des hôtes intermédiaires consiste à l’élimination des résidus de récoltes, des hôtes
de substitution (bordures de champs) et des repousses de plantes par le compostage ou le brûlis ; ce
pour casser la chaîne de transmission.

La rotation et l’assolement des cultures consistent en la répartition de l’exploitation en plusieurs
soles appelées à recevoir les cultures (assolement) et à faire succéder ces dernières sur les parcelles
(rotation) de manière à éviter le développement des ravageurs inféodés à une famille de plantes sur
le même sol.

Les labours d’enfouissement permettent soit d’entraîner en profondeur des larves de lépidoptères
comme en Casamance en 1982 (DIOP, 1982) ou d’exposer au soleil, à la lumière et au vent les
nymphes ou chrysalides de lépidoptères et coléoptères principalement.

Les cultures répulsives sont efficaces en raison de la puissance répulsive de certains de leurs
composants comme les phénols.

Les cultures pièges sont des plantes colonisées par les ravageurs mais n’étant pas l’objet
d’exploitation. Elles ont la possibilité de réduire de 20% des ravageurs si elles sont en bordure, 46%
si elles sont en plaques et 52 % dans le cas des intercalaires (NAS, 1969).

NB : Les cultures pièges sont très efficaces contre les gros insectes comme les scarabées, les
mouches généralement mobiles et plus attractifs sur l’environnement végétal.

Elles sont par contre inefficaces sur les petits arthropodes herbivores ayant un mode de colonisation
aérien, une capacité limitée de détection des plantes hôtes et une faible vitesse de déplacement.

IV. LES ACTIONS SUR L’ENVIRONNEMENT
Le premier principe en lutte contre les ravageurs devrait être la considération de l’écosystème,
principe autour duquel tous les autres peuvent graviter. Un écosystème étant dans ce cas comme une
zone incluant les êtres vivants et les facteurs abiotiques ayant tous des interactions produisant des
échanges entre les uns les autres. Dans ce cadre, un écosystème agricole peut être compris comme
le grand complexe des cultures, animaux dont l’homme, les ravageurs et leurs antagoniques, leurs

                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   15
alimentations, les plants autour, le sol, l’eau, les techniques culturales et tous les autres facteurs
environnants.

   A. LES ACTIONS SUR LE RAVAGEUR
Un ravageur ou « pest » = fléau est « une source de gêne ou de destruction, qu’il s’agisse d’une
personne, d’un animal ou d’une chose. « Le mot ravageur s’applique à tous les types de facteurs
biologiques qui diminuent la rentabilité des cultures : insectes, mauvaises herbes, maladies dues aux
champignons, aux bactéries et virus, nématodes etc.» selon Carlson (1973), in BOSCH et all.

Les insectes ont une facilité d’implantation et d’adaptation à différents habitats, une importante
faculté de reproduction et de se nourrir d’aliments en quantités variables et une aptitude à fuir
rapidement devant leurs ennemis.

Ils insectes sont des êtres vivants ayant des caractères morphologiques, biologiques,
comportementaux et des régimes alimentaires différents. Il importe dès lors de savoir à quel insecte
avons-nous affaire, d’où la nécessité de leur classification, mais aussi quelles manipulations sont
possibles et efficaces ?

             1. L’identification et classification des insectes
L’identification et la classification des insectes sont indispensables pour distinguer les insectes
ravageurs des insectes utiles. Car souvent les paysans et dans certains cas les techniciens,
appliquent les insecticides sans discernement à l’apparition d’insectes. On peut citer l’exemple de
techniciens d’une ancienne société de développement ayant traité une forte colonie de carabes
(insectes utiles) en 1982 dans la zone de Mbacké.

L’identification est aussi nécessaire pour une éventuelle demande d’assistance, car il ne faut pas se
tromper d’espèces, quand on fait appel à l’aide extérieure, sinon le remède apporté peut ne pas être
efficace.

L’autre importance de l’identification est quand il s’agit de faire passer les insectes en quarantaine.
En effet l’erreur sur la famille, l’espèce ou le nom, peut avoir des conséquences fâcheuses




                          Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   16
           2. La surveillance et la prévention
La prévention et la surveillance sont effectuées pour un suivi régulier des ravageurs. Dans ce
cadre il est fait un suivi de la dynamique des populations des insectes afin de déterminer les seuils
au-delà desquels les interventions sont nécessaires. Elles sont fonctions :

   •   Du stade de développement de la culture (stade phénologique) ;

   •   Du stade de développement du ravageur (modification du comportement selon le stade) ;

   •   Des facteurs liés à l’environnement (direction et vitesse du vent, pluie, lune, durée du jour,
       température et amplitudes thermiques).

Selon NDOYE (1976), les travaux de recherche menés par RISBEC et APPERT font ressortir que
les adultes de la chenille poilue du niébé Amsacta moloneyi DRC., avaient un monovoltinisme. Il
ajoute que les études de Vercambre (1975 et 1975) indiquaient un étalement du vol laissant
entrevoir une deuxième génération, ce qu’il confirmera lui même (NDOYE (1976). Aussi bien les
élevages en laboratoires que les dynamiques de populations de l’insecte à Louga et Bambey (à
l’aide des pièges lumineux) ont nettement mis en évidence l’existence des deux générations
(NDOYE 1979, in DIOP 1982).

Ces études ont montré par ailleurs que les dates des premières pluies, de même que leur volume, le
type de sol, que les quantités d’eau tombées avaient une influence sur les dates d’émergences des
adultes, la population et le nombre de générations (NDOYE 1979, in DIOP 1982).

           3. Les manipulations génétiques
C’est une forme relativement récente dans les progrès de l’entomologie économique, impliquant
l’utilisation de ravageurs diminués génétiquement ou de cultures « enrichies », afin de limiter la
reproduction et la survie de l’espèce au sein de populations naturelles de ces ravageurs. On note
dans ce registre les lâchers d’insectes stériles, la translocation chromosomique, les hybrides stériles,
l’incompatibilité cytoplasmique, les organismes génétiquement modifiés.

                        a. Les lâchers d’insectes stériles
   Il s’agit de lâcher des insectes mâles après un élevage en masse en laboratoire et ayant subi des
   mutations entraînant leur stérilité. L’intérêt de cette pratique c’est que les femelles ne perdent
   pas leur faculté d’accouplement. Ainsi on note la destruction de l’espèce du fait de la diminution
   des populations résiduelles. Cette forme de lutte est souvent appelée lutte autocide car l’insecte
   est lui-même utilisé pour la réduction de sa propre population à long terme. La stérilisation peut
   se peut se faire à l’aide rayons X, rayons Gamma ou les chimiostérilisants.



                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   17
                        b. La translocation chromosomique ou transfert génétique
   Elle consiste à casser l’arrangement normal des chromosomes par radiation ou traitement
   chimique dans le but de :

       rendre les insectes sujets aux produits chimiques ;

       éliminer leur caractère vecteur ;

       ou produire plus de mâles que de femelles dans la population.

                        c. La stérilité des hybrides
Elle consiste à des croisements de races, sous espèces ou espèces de la même fratrie (Heliothis
subflexa femelle et Heliothis virescens mâle) donnant des descendants mâles stériles. Ces derniers
sont lâchés en vue de s’accoupler à des femelles qui en fait ne pourront pas être fécondées.

                        d. L’incompatibilité cytoplasmique
Elle est le croisement de 2 populations de 2 espèces apparemment semblables entraînant une
insémination sans fertilisation, mais avec formation partielle d’un embryon dans certains œufs. Les
spermatozoïdes pénètrent dans le cytoplasme de l’œuf, mais il ne se produit pas de véritable fusion
entre le noyau spermatozoïque et l’œuf

                        e. Les organismes génétiquement modifiés (OGM)
Les OGM permettent (depuis le milieu des années 90) la possibilité d’améliorer considérablement
la production agricole, en plus des capacités de résistance des variétés créées. Aussi augmentent-ils
la qualité des cultures (arachide non allergène, maïs plus riche en acides gras essentiels, riz riche en
vitamine A).

Les OGM suscitent cependant des inquiétudes notamment par rapport aux effets secondaires des
produits utilisés aussi bien en alimentation humaine qu’animale.

   B. LES MANIPULATIONS DE L’ENVIRONNEMENT
Ce sont des actions sur l’environnement tendant à agir sur le comportement du ravageur dans le but
de le tuer, de gêner son développement ou inhiber sa croissance. Dans ce registre, on trouve
principalement la résistance variétale, les autres étant très marginaux




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   18
           1. La résistance variétale des plants hôtes
« Elle se mesure par les caractéristiques permettant à une plante d’éviter, de supporter, ou de se
remettre des attaques d’insectes, dans des conditions qui seraient plus préjudiciables à d’autres
plantes de la même espèce ».

Le terme résistance est relatif et ne peut être défini qu’en fonction de l’ensemble des variétés d’une
espèce : la résistance est la capacité inhérente à une variété culturale à restreindre, retarder ou
surmonter les infestations de ravageurs. Nous entendons par variétés résistantes de plantes celles
qui subissent le moins de dégâts ou d’infestations du fait des ravageurs que d’autres variétés
cultivées dans des conditions d’environnement et de stade de développement comparables. Il y a
donc lieu de saisir les différents degrés, les phénomènes, les mécanismes et les applications
pratiques de la résistance.

                        a. Le degré de résistance
Les différents degrés de résistance des plantes se manifeste selon :
   •   L’immunité qui est le cas d’une variété ne pouvant pas être atteinte du tout par des
       infestations ou par des dommages provoqués par une espèce spécifique d’insectes, dans
       n’importe quelle condition connue ;

   •   La grande résistance elle, s’applique aux variétés qui sont peu affectées par un insecte
       spécifique dans des conditions bien précises ;

   •   La faible résistance s’applique aux variétés d’une espèce qui subissent, du fait des
       ravageurs, des dégâts inférieurs à la moyenne des dégâts que subissent les récoltes des autres
       variétés cultivées ;

   •   La sensibilité est le cas des variétés qui, à l’inverse des variétés résistantes, présentent des
       dégâts moyens ou supérieurs à la moyenne, du fait des insectes ;

   •   La grande sensibilité se dit des variétés qui sont facilement infestées par un insecte, et
       auxquelles celui-ci inflige des dégâts très largement supérieurs à la moyenne de ceux qu’il
       provoque généralement.

                        b. Les phénomènes liés à la résistance
Les phénomènes liés à la résistance sont le défaut de plante hôte (variétés précoces), la résistance
induite par certains facteurs environnementaux ou le hasard.

Aussi, les facteurs biochimiques et morphologiques comme la couleur et forme de la plante,
l’épaisseur de la paroi cellulaire, le gossypol, les composés phénoliques, oryzonone,… perturbant



                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   19
les mécanismes d’alimentation et de ponte ; les facteurs liés à l’environnement ; certains
facteurs génétiques influent – ils sur la résistance.

                        c. Les mécanismes de la résistance
Les mécanismes de la résistance sont :
   •   La tolérance lorsqu’une plante résistante s’avère capable de supporter une population
       d’insectes sans perdre de sa vigueur, ou lorsque la plante est en mesure de se reproduire
       correctement, malgré une population d’insectes égale à celle qui cause des dommages aux
       hôtes sensibles de même espèce.

   •   L’antibiose quand les plantes résistantes entraînent des effets défavorables pour la biologie,
       c'est-à-dire la survie, le développement et la reproduction de l’insecte ;

   •   L’attrait ou non de la plante au moment de la ponte est un phénomène utilisé pour
       modifier les stimuli des femelles pour déposer au non les œufs sur telle plante ou partie de
       plante. Les facteurs qui interviennent dans le choix sont :

       o La coloration de la plante ou l’intensité de la lumière ;

       o La structure physique et la nature de la surface de la plante ;

       o L’odeur et la composition chimique des tissus.

                        d. Les applications pratiques
Les recherches doivent alors agir sur le degré, les phénomènes et mécanismes de la résistance pour
aboutir à un produit performant. Au sein de l’ISRA, les travaux de sélections avaient surtout porté
sur des variétés productives. Mais depuis la constitution des programmes autour de la culture, les
sélections génétiques de productivité, de caractères organoleptiques et de résistances à la
sécheresse, aux insectes et aux maladies vont de paire.

                        2. Les autres manipulations
Il s’agit de la manipulation des facteurs climatiques, de l’application de l’énergie
électromagnétique, l’énergie à grande onde, ou les rayonnements ionisants.


V. LA LUTTE CHIMIQUE
La lutte chimique consiste en l’utilisation de produits chimiques appelés pesticides comme les
insecticides (contre les insectes), les fongicides (contre les champignons), les bactéricides (contre
les bactéries), les rodenticides (contre les rongeurs), les avicides (contre les oiseaux).




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   20
Contre les insectes, elle implique - avec leurs limites - l’utilisation des insecticides, des anti
métabolites, des hormones.

       A. LES INSECTICIDES
Contre les ravageurs les Grecques, Romains et Chinois ont utilisés depuis plus de 3000 ans des
produits chimiques inorganiques tels le plomb et l’arsenic. La nicotine, le pyrèthre et la roténone
étaient connus mais leur usage était limité en raison de coûts de production élevés. Viennent ensuite
la génération des produits de synthèse. Les insecticides produits peuvent avoir 3 dénominations :

   1. des noms commerciaux, de marque, sous lesquels ils sont commercialisés ;

   2. un nom qui évoque la structure chimique (nom de la matière active) ;

   3. un nom commun approuvé par un organisme national ou international tel l’Organisation
      Internationale de Normalisation (ISO).
   1. Importance et succès des insecticides
Les insecticides sont utilisés à 47% sur le cotonnier, 17% sur les arbres fruitiers, 9% sur les cultures
de légumes, 4% sur le soja et 3% sur le tabac (NAS, 1969).

La rentabilité brute de l’investissement américain dans la lutte chimique est évaluée à 8,7 milliards
de dollars US voire davantage (Pinentel et Coll. 1978 in BOSCH et all). La plupart des experts
s’accordent sur le fait que le retrait des insecticides de la protection des cultures entraînerait la chute
immédiate des ressources alimentaires de 30% pour le bétail et les récoltes. En Grande Bretagne, on
assisterait à 45% de chute des céréales, 42% pour la pomme de terre et 67% pour la betterave
(Braunholtz, 1979, in BOSCH et all)

Dans 5 nations africaines au moins, la récolte de coton représente une part importante des bénéfices
d’exportation (Cunningham, 1973, in BOSCH et all) et les insecticides sont d’une importance
capitale pour la protection de cette culture.

Si les effets secondaires causés par l’utilisation de produits chimiques (empoisonnements de
l’environnement et création de nouvelles races résistantes) sont devenus une source de
préoccupation grave, 90% des insecticides utilisés dans le monde sont performants et atteignent,
rapidement et efficacement les objectifs de leur utilisation. Bien que l’on recherche activement des
méthodes de substitution pour la lutte contre les ravageurs, on imagine mal qu’il soit un jour
possible d’éliminer toute utilisation des insecticides du fait de leur poids économique.




                         Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   21
    2. Le seuil économique
Il s’agit de la densité de population la plus faible, capable de causer des dégâts économiques. Les
dégâts économiques correspondent au degré de préjudice justifiant le coût de mesures de luttes
artificielles. C’est pourquoi il faut évaluer les pertes de récoltes pour :

    1. établir le statut économique des ravageurs spécifiques ;

    2. déterminer l’intensité des infestations de ravageurs à laquelle des mesures de lutte doivent
        être appliquées ;

    3. apprécier l’efficacité des mesures de lutte ;

    4. mesurer les effets de facteurs liés à l’environnement sur la perte de rendements due à une
        attaque de ravageurs ;

    5. fournir de l’information aux techniciens effectuant les traitements pesticides, pour leur
        permettre de décider des mesures à prendre pour lutter contre les ravageurs ;

    6. évaluer l’utilisation des fonds publics dans le cadre d’études sur les ravageurs ;

    7. fournir une base pour orienter les futures recherches ainsi que la planification agricole.

Pinstrup Anderson et Coll. (1976, in BOSCH et all) font ressortir le fait que la connaissance de
l’importance relative des facteurs réducteurs de rendement permet de fixer de véritables priorités,
lors de l’attribution correcte des ressources de recherche et de vulgarisation, ainsi que pour corriger
les causes de perte de récolte.

Les méthodes d’évaluation sont fonction de la période de l’attaque, du stade du ravageur ou de la
culture et des conditions de croissance de celle-ci.

Ainsi, dans ce cadre des essais ont été menés au CNRA de Bambey sur les thrips du niébé. Il ressort
de ces travaux (BAL, 1988) que « les données disponibles pendant cette campagne sont
insuffisantes pour déterminer de façon précise et avec la méthode statistique, le seuil économique
des thrips » même si l’on constate une différente nette entre les parcelles traitées, des témoins. La
difficulté serait due à des « facteurs liés à la culture du niébé, à son infestation par les thrips et à la
bioécologie de ces insectes » :

       « il y’a au moins deux espèces de thrips qui infestent les organes floraux du niébé ;

       les thrips développent plusieurs générations pendant la floraison du niébé ;

       la présence simultanée des boutons floraux et des fleurs provoque une répartition des thrips
       dans ces organes, laquelle répartition ne semble pas être un hasard. »


                         Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   22
   3. Le développement et le marketing des insecticides
Au cours de la 2ème guerre mondiale, se développent les produits chimiques de synthèse comme les
organochlorés avec le DDT ; viennent ensuite l’aldrine et la dieldrine qui sont de la même famille.
Se développe l’industrie des produits de synthèse pour lesquels il faut un criblage de nombreux
composés pour arriver à un produit commercial. Ainsi en 1956, il en fallait 1800 contre 7400 en
1970 et 12000 en 1977. Cela nécessite 7 à 8 ans de recherche pour arriver à ce produit idéal (NAS,
1969).

   4. L’insecticide idéal
L’insecticide idéal est un produit chimique qui

   •     reste sur le lieu où il a été appliqué pendant la durée de sa période d’activité ;

   •     est toxique pour les ravageurs spécifiques ;

   •     est inoffensif pour d’autres êtres vivants et pour l’homme notamment ;

   •     est facile à utiliser ;

   •     a la propriété de se dégrader, relativement de façon rapide, en composés sans risques pour
         l’environnement ;

   •     a un coût de production également faible.

Il n’existe, à ce jour, aucun produit chimique remplissant toutes ces conditions. Cependant, de plus
en plus les recherches se rapprochent de cet idéal. C’est l’objet de la fabrication des produits
d’origines végétales ou assimilés. Ainsi, lors de la Conférence de Brighton (en Grande Bretagne) du
18 au 21 novembre 2002 sur l’ »Industrie Phytosanitaire Confrontée à l’Evolution des Concepts
de Sécurité des Aliments », un certain nombre de nouveaux produits a été présenté (Afrique
Agriculture mars 2003):

                  BSN2060 (Spiromesifen) est un insecticide acaricide efficace contre Bemisia,
                  Trialeurodes, Tetranychus sur de nombreuses cultures, dont le coton notamment ;

                  Clothianidine (Tl-435) est une néonicotinoïde pour le traitement des semences du
                  maïs, du colza. Elle pénètre par les racines et contrôle le ver du maïs (Diabrotica), le
                  ver fil de fer (Melanotus), le charançon des semences (Hylemia platura), les
                  scarabées volants (Chaetocnema pulicaria), la punaise des céréales (Blissus
                  leucopterus), les asticots blancs (Lacnosterna implica) ;

                  Le Spirodiclofène (Envidor), est un acaricide à large spectre aux propriétés
                  insecticides. Il est de la nouvelle classe chimique des Tétroniques ;

                          Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   23
                 Le neem est utilisé pour lutter contre les insectes des denrées stockées comme les
                 charançons (SECK Dogo, 1990) mais aussi les insectes du niébé en champ (BALDE
                 Mamadou, 2003 ;

                 La Pyridalyl (S-1812) est un insecticide pour le coton et les légumes ;

                 Le Spinosad est utilisé pour le contrôle de la mouche des fruits ;

                 Méthoxyfenozide est un insecticide des lépidoptères de la viticulture ;

                 OKW97 est un avicide à base de Clothianidine ;

                 Le Thiaclopid (Chloronicotinyle) est un insecticide à large spectre sur les insectes
                 des arbres fruitiers ;

                 Le Thiaméthoxam est un insecticide des arbres fruitiers et des légumes.

        B. LES ADDITIFS ALIMENTAIRES
    1. Les anti-métabolites
Ce sont des substances ajoutées aux aliments des insectes, bien appétées par ces derniers mais qui
inhibent l’action des métabolites et entraînent des phénomènes d’anorexie et de perte rapide de
poids corporel suivie de mort. Certains ont la possibilité d’agir sur deux ou plusieurs métabolites
d’où la rapidité de leur effet. Pour la plupart les anti-métabolites sont de faible toxicité pour les
mammifères et sans danger dans le cadre de la lutte contre les ravageurs.

Cette méthode est efficace et mérite toute notre attention

    2. Les hormones
Le processus de mue, de croissance et de métamorphose des insectes est régulé par des hormones.
Ce sont les hormones cérébrales, les hormones de la mue et les hormones juvéniles. Chacune d’elles
joue un rôle spécifique à un moment du développement de l’insecte. Elles sont actuellement
synthétisées et utilisées contre les insectes.

On sait que l’hormone juvénile intervient dans la croissance et non la maturation. Ainsi, appliquée
sur des insectes en dernière phase nymphale ou de pupe, cette hormone entraîne le blocage de la
phase de maturation, car ne devant être présente à cette phase.




                         Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   24
   3. Les barrières alimentaires
Il s’agit de la protection des cultures par des produits chimiques ayant la capacité de prévenir
l’alimentation du ravageur. Dans certains cas ils tuent le ravageur par malnutrition. Ils sont de faible
toxicité pour les mammifères. Leur dose létale pour 50% d’une population (DL50) est d’environ
510 mg/kg (NAS, 1969). Ils sont les plus souvent utilisés en couverture ou enduit.

       C. LES LIMITES DE LA LUTTE CHIMIQUE
La plupart des insecticides employés constituent des poisons violents pour les utilisateurs, les
plantes traitées, les animaux (insectes, oiseaux et mammifères dont l’homme). Il va soit donc que
des précautions sérieuses soient prises à tous les niveaux pour éviter les dangers que les insecticides
vont courir à l’humanité. C’est de là que résident les limites de l’emploi des insecticides, limites qui
ont pour noms :
   1. la sélection dans la population des ravageurs, des souches qui résistent à un ou plusieurs
      insecticides ;
   2. le phénomène de trophobiose (réaction faisant que la plante soit encore plus prisée par le
      ravageur suite au traitement) ;
   3. l’apparition nouveaux insectes nuisibles du fait de la destruction de leurs ennemis naturels ;
   4. l’empoisonnement direct des manipulateurs et des animaux ; de même que les dangers
      encourus par les enfants et les paysans pendant le stockage ;
   5. la phytotoxicité encourue par les plantes traitées du fait de leur fragilité ;
   6. les effets indésirables sur certains organismes utiles tels : les espèces pollinisatrices, les
      parasitoïdes des ravageurs des cultures, les poissons, les oiseaux, l’homme, le bétail, le
      gibier ;
   7. la contamination par accident (cas des périmètres de Podor en 1996) de l’écosystème ;
   8. l’application répétée des pesticides du fait qu’ils ne produisent qu’une réduction temporaire
      et partielle des insectes qui se multiplient à des allures vertigineuses.
   Bien que ces limites susnommées soient objectives, il n’en demeure pas moins vrai que la lutte
   chimique est, et restera encore un moyen auquel nous aurons recours principalement pour le
   contrôle des insectes ravageurs des cultures.
VI. LES TROPISMES
Les attractifs et produits associés comme les stimulants ont été utilisés largement pendant plusieurs
années dans l’étude du comportement des insectes. Ils ont été utilisés par exemple comme appâts
dans les pièges dans le but :

      d’échantillonner des populations d’insectes en vue de déterminer leur densité relative dans le
      temps et dans l’espace ;

      de tracer le mouvement des insectes marqués dans leur dispersion et leur migration ;

      d’étudier le pourcentage de survie dans leur environnement naturel ;



                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   25
      d’étudier le comportement lié à la recherche de copulation, nourriture et site de ponte.

Les tropismes déterminés par des terminaisons nerveuses particulières (chimiorécepteurs et
photorécepteurs) sont spécifiques. Leur intensité varie d’une espèce à l’autre et chez la même
espèce, suivant le stade biologique, quelque fois le sexe.

           C. LE PHOTOTROPISME

Bon nombre d’insectes est attiré par la lumière. Il s’agira de noyer par exemple les insectes capturés
dans l’eau ou à l’aide d’un diffuseur d’insecticides.

           D. LE CHIMIOTROPISME

L’utilisation des attractifs ou répulsifs constitue un champ d’investigation très important du fait de
leur rôle sur les comportements des insectes dans leurs différentes activités. Il s’agit généralement
de substances dont le goût ou l’odeur attire ou répugne les insectes.

   1. Les attractifs
Les attractifs sont des produits chimiques ou autres stimulants ayant la capacité d’orienter le
mouvement de l’insecte vers la source d’émission. Dans ce cas, ils sont associés à des pièges, aux
insecticides, à des pathogènes ou des stérilisants dans le but de détruire le ravageur.

   2. Les répulsifs
Dans sa course pour le développement, l’homme a appris que certains éléments, produits ou parties
de plantes ou d’origine animale, découragent les attaques des insectes et ravageurs associés. C’est
comme la fumée, le caoutchouc brûlant, et même les urines des chameaux. Depuis plus de 100 ans,
des huiles essentielles comme la citronnelle, sont réputées être des répulsifs des moustiques. Ces
répulsifs ont été remplacés par l’homme par des produits synthétisés en laboratoire, produits utilisés
pour la protection des plantes, animaux et de l’homme.

Un répulsif est un produit chimique ayant la faculté de repousser un insecte dans son orientation et
direction de déplacement. Leur intérêt est surtout qu’ils empêchent la consommation de la plante
contrairement à la plupart des autres produits qui agissent après attaque.




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   26

            E. L’EMISSION DE SON
Il s’agit d’émettre des sons qui attirent les insectes (son qui imitent ceux de la même espèce), ou qui
font fuir les insectes quand ils imitent ceux des espèces prédatrices.

            F. REMARQUES SUR LES INAPPETANTS
Certaines substances ont la faculté de bloquer les réflexes de mastication et de déglutition des
insectes. L’épandage de ces produits sur le végétal peut empêcher les dégâts des insectes.
VII. LA LUTTE BIOLOGIQUE
C’est la manipulation des ennemis naturels des ravageurs visant à réduire les populations de ces
derniers à des niveaux tolérables et les pertes économiques qu’ils entraînent. Les agents de lutte
biologique contre les insectes sont les prédateurs, les parasitoïdes, les agents pathogènes des
insectes tels que les virus, les champignons, les protozoaires, les nématodes.

   A. HISTORIQUE
Bien que remontant dans la nuit des temps, ce n’est qu’en 1890 que la lutte biologique est devenue
une technique de contrôle des ravageurs des cultures. En effet il y a des événements qui retracent
l’évolution fondamentale du concept de la lutte biologique. Ces événements montrent s’il en était
besoin le génie de l’homme pour surmonter les problèmes rencontrés. La lutte biologique a apporté
une contribution remarquable à la science moderne de l’environnement en insistant sur la nécessité
de l’équilibre de la nature.

En réalité l’application de la lutte biologique est une parfaite illustration de notre connaissance
croissante de l’écologie. Car durant le 19ème siècle, les idées et concepts qui sous-tendent la lutte
biologique ont beaucoup contribué au développement des théories et principes de l’écologie. En
retour, l’émergence des théories et principes de l’écologie ont renforcé la formulation pratique des
méthodes biologiques de lutte contre les insectes. En fait, la lutte biologique est par essence un
phénomène écologique et son application est un exemple pratique d’écologie appliquée.

Mais l’idée selon laquelle un insecte peut être utilisé intentionnellement pour en supprimer un autre
est très ancienne. Dans la Chine antique, les fourmis sont utilisées pour contrôler des insectes des
citronniers. C’est une pratique longtemps utilisée par les anciens agriculteurs avec un minimum
d’ingéniosité. Car il a fallu des observations pour distinguer les fourmis carnassières des
phytophages.

En effet, en Arabie médiévale, les planteurs de dattes transportaient des fourmis carnassières des
montagnes pour contrôler les fourmis ravageuses de dattiers. Cette pratique constitue le premier


                         Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   27
exemple connu du mouvement de l’homme vers des ennemis naturels des insectes déprédateurs
dans le but d’un contrôle biologique. Ceci atteste aussi s’il en était besoin la capacité des
arboriculteurs de l’Arabie médiévale à distinguer les espèces de la famille des fourmis sur la base de
leur habitude alimentaire.

C’est pourquoi, nous ne pouvons qu’admirer la clairvoyance de ces précurseurs.

La première idée selon laquelle le contrôle biologique contre les ravageurs peut être une solution
pratique au problème des insectes est européenne. En 1800, Erasmus Darwin réussit la destruction
des chenilles de chou pommé par « la petite mouche ichneumon » qui dépose sur elle ses œufs
(Doutt 1964, in BOSCH et all ). Selon BOSCH et all, « l’idée de la collecte et l’élevage des
chenilles parasitées dans le but de récolter des adultes du parasite à lâcher ultérieurement a été
proposée par Hartig en 1827 en Allemagne (Sweetman 1936). En France, Boisgiraud en 1840
collecte et libère un nombre important de carabes , Calasoma sycophanta (Linnaeus) pour la
destruction de la chenille mineuse de gypsy moth. En Italy, Villa propose en 1844 et démontre plus
tard, l’utilisation des insectes prédateurs comme les carabes et les staphylinides dans le contrôle des
insectes des jardins ».

En Europe, l’application première de la lutte biologique a concerné principalement l’utilisation de
parasites ou prédateurs locaux contre les déprédateurs locaux. En Amérique, avec le développement
rapide de l’agriculture notamment en Côte Est et les échanges intercontinentaux au cours du 19ème
siècle avec la multiplication des déprédateurs, l’importation des ennemis a été surtout
prépondérante. Ainsi par exemple la mouche du blé très vorace Sitodiplosis mosella (Gehin) est
connue comme venant d’Europe. Asa Fitch (1809 - 1879), entomologiste à New York établit que la
persistance du ravageur à un niveau de dégâts si élevé est due à l’absence de son ennemi naturel,
qui en Europe le maintien à un niveau raisonnable (BOSCH et all).

Bien qu’intéressante, la lutte biologique n’est pas simple dans la réalisation et nécessite souvent des
recherches conséquentes. Pratiquée seule, elle a l’avantage de réduire les résidus des pesticides dans
l’alimentation mais entraîne une réduction de 21% du rendement des cultures (BOSCH et all). En
Afrique et principalement dans la sous région, on peut citer des cas intéressants de lutte biologique.

   B. QUELQUES CAS DE LUTTE BIOLOGIQUE
           1. Contre la chenille mineuse du mil
Dans le cadre du projet de lutte intégrée conduit par le CILSS dans les années 70, un programme de
contrôle de la chenille mineuse des chandelles du mil (Heliochelus albipuntella) a été initié au
Sénégal. Les élevages du parasitoïde, Bracon hebetor (Diptères, Braconidae) ont été bien menés et


                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   28
les lâchers d’adultes en champ paysan ont permis de contrôler une population importante de
chenilles, mais ces dernières sont souvent mortes après les dégâts. C’est ce qui explique les résultats
mitigés du programme.

           2. Contre la cochenille farineuse du manioc
   La cochenille farineuse du manioc, Phenacocus manihoti (Homoptère, Pseudococcidae) s’est
   propagée de manière extraordinaire de 1970 à 1990 en Afrique au Sud du Sahara. Elle a
   compromis la culture dans de nombreux pays. Un vaste programme de lutte biologique avec
   l’utilisation d’un parasitoïde Epidinocarsis lopezi et conduit par l’ITTA/PLB a donné des
   résultats satisfaisants.

           3. Contre la cochenille farineuse du manguier
   Signalée en 1981 au Ghana et au Togo, la cochenille farineuse du manguier Rastrococcus
   invadens, s’est étendue dans de nombreux pays en s’attaquant en réalité à près de 44 espèces
   végétales de 22 familles. Les attaques les plus significatives sont notées sur le manguier, les
   agrumes, le bananier et le goyavier.

   Plusieurs ennemis naturels tels des prédateurs et parasitoïdes ont été trouvés sur l’insecte. Mais
   les attaques les plus importantes qui ont été notées sont sans nul doute celles du parasitoïde
   primaire Gyranusoidea tebygi (Hyménoptère, Encyrtidae). L’IITA/PLB a entrepris les élevages
   et les lâchers en 1987 et a enregistré des résultats notables dans le contrôle du ravageur.

           4. Contre le Grand Capucin du maïs
Le Grand Capucin du Maïs, Prostephanus truncatus (Coléoptère, Bostrichidae), signalé en 1980 en
Tanzanie et 1982 au Togo s’est propagé rapidement au Kenya, Burundi, Bénin, Ghana. Parmi les
nombreux prédateurs et parasitoïdes s’attaquant à l’insecte, Teretriosoma nigrescens a été choisi par
IITA/PLB pour sa grande faculté de se nourrir des œufs et des larves du ravageur.

           5. Contre les sautériaux
Des études menées par l’IITA/PLB ont montré que les acridiens sont victimes d’une grande
prédation d’oiseaux et d’un parasitisme notoire de parasitoïdes. Ceux qui sont les plus attaqués sont
Schistocerca gregaria (Forskål), Zonocerus variegatus (Linné), Oedaleus senegalensis (Krauss),
Chortoicetes terminifera (Walker). On a noté entre 1.000 à 650.000 insectes ponctionnés
journalièrement par une horde de corbeaux, hérons ou cormorans.




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   29
   C. LE CAS DE LA LUTTE MICROBIOLOGIQUE
Il s’agit de l’utilisation de microorganismes par l’homme pour le contrôle des insectes. Les
champignons, les virus et bactéries sont les plus utilisés. Leur intérêt est d’être très virulents pour
les insectes sans causer de dégâts à l’homme. On dénombre 1.165 microorganismes ayant ces
capacités. On y trouve 90 espèces de bactéries (Bacillus thuringiensis thuringiensis (Berlinet), 260
espèces de virus et rickettsies, 460 espèces de champignons (Beauveria bassiana (Bals.), 255
espèces de protozoaires et 100 espèces de nématodes.

VIII. CONCLUSIONS
La protection des cultures passe nécessairement, aujourd’hui, par la combinaison harmonieuse de
plusieurs moyens et méthodes de lutte mis au point et permettant le contrôle des attaques des
ravageurs des plantes cultivées. Il est aujourd’hui – eu égard aux connaissances poussées dans le
domaine scientifique et technique- utopique de mener une quelconque lutte avec l’un des moyens
pris séparément, car, ou cette lutte s’avère inefficace, ou elle occasionne des catastrophes
immédiates ou à long terme sur l’environnement, la faune ou la flore.

Les stratégies (moyens de lutte) de contrôle relativement nouvelles, regroupant un nombre variable
d’éléments, comprennent l’utilisation des ennemis naturels, l’emploi sélectif des pesticides, les
procédés de pression et de contrôle des déprédateurs, ainsi que l’utilisation des variétés résistantes
ou tolérantes, et la modification des façons culturales. Ce dernier élément comprend par exemple la
destruction des tiges après la moisson, la restriction de la période de semis et les périodes
d’absences de plantes hôtes.

Un certain nombre de technologies nouvelles, récemment mises au point ou récemment utilisées
redonnent un regain d’intérêt à la protection des cultures. Il s’agit de la méthode de dissémination
d’insectes stériles, les stérilisants chimiques, la création d’un désordre par l’utilisation des
phéromones, l’emploi des appâts combinés aux pièges ou poisons, l’utilisation de régulateurs de
croissance, les produits répulsifs, les pièges lumineux, les composés anti-nutritifs, les extraits
végétaux comme les grains de neem et les manipulations génétiques tels les organismes
génétiquement modifiés (OGM)

Cet ensemble de technologies ainsi que d’autres technologies possibles (avec la découverte de
nouvelles molécules comme les tétragones) dans l’avenir ne devrait pas être considérées comme des
substituts aux méthodes actuelles de lutte contre les ravageurs, mais plutôt comme des éléments
supplémentaires que l’on intégrera plus tard rationnellement dans le système de lutte.




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   30
La lutte intégrée contre les ravageurs fonctionne le mieux quand elle fait partie de l’ensemble du
système de protection et de production agricole. Aucune partie de ce système ne peut fonctionner de
façon efficace si toutes les autres ne fonctionnent pas en même temps. Pour arriver à un bon
fonctionnement, il faut appliquer un système d’approche systématique et scientifique.

Par exemple, l’adaptation d’une culture à l’environnement et aux conditions appropriées de sol, de
température, de longueur de jour, de radiation solaire, d’humidité, de vent, est d’une importance
primordiale pour la lutte.

Souvent, on oublie ou on ignore l’importance de la connaissance de la biologie du déprédateur dans
la lutte contre les ennemis des cultures. C’est la connaissance parfaite de cette biologie et de
l’évolution du ravageur dans le temps et dans l’espace qui permettra de faire un meilleur choix
quant aux moments et moyens à utiliser pour avoir une meilleure efficacité avec le moins de frais.

En effet, quelque soit le procédé employé, celui-ci doit être rentable pour l’agriculture.

Dans un autre domaine, l’application des techniques agricoles est déterminée par le paysan et ceci
peut être un facteur extrêmement variable dans l’ensemble de la culture. En effet, le paysan peut
causer (ou aggraver) plus de dégâts à la culture que tout autre facteur par simple ignorance, mauvais
jugement, décision et exécution incorrectes.

Enfin, l’Etat doit coordonner toutes ces méthodes par des décisions opportunes reposant sur des
recherches appropriées dans le cadre d’une coopération internationale dynamique.

C’est sur tous ces problèmes que réside la complexité de la protection des végétaux.




                        Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003)   31

                                                 BIBLIOGRAPHIE
Afrique Agriculture 2003 l’Industrie Phytosanitaire Confrontée à l’Evolution des Concepts de
                         Sécurité des Aliments . Conférence de Brighton du 18 au 21 novembre
                         2002. AA . Mars 2003

BAL (A.B.), 1988                  Rapport analytique 1987 : ISRA/CNRA, novembre 1988 ;

BALDE (M), 2003                   Rapport annuel 2002 ISRA/CNRA mars 2003 ;

BOSCH    (R.V.D)      &           BIOLOGICAL CONTROL University of California, Berkeley 180 p
MESSENGER (P.S), 1973

DIOP (A.A.Y), 1982                La protection entomologique du niébé dans la zone centre du Sénégal
                                  Mémoire de fin de scolarité Ecole Nationale des Cadres Ruraux de
                                  Bambey, novembre 1982

IITA/PLB) /PNUD/FAO. Manuel de lutte biologique Tome 2 : Institut International d’Agriculture
                     Tropicale / Projet Lutte Biologique (IITA/PLB) /PNUD/FAO.

Lomer (C.J.)                      Lutte biologique contre les acridiens (compte rendu d’un atelier tenu à
et Prior (C), 1991                l’Institut International d’Agriculture Tropicale, Cotonou (Bénin), du 29
                                  avril au 1er mai 1991 ;

NATIONAL ACADEMY OF               PRINCIPLES OF ANIMAL PEST CONTROL, Volume 3 : Insect-Pest
SCIENCES                          Management and Control Washington 1969.; 508 p

NDOYE (Mb), 1976                  Situation des recherches sur les parasites entomologiques des
                                  légumineuses à graines (niébé, arachide) au Sénégal Présenté au
                                  Symposium International sur les déprédateurs des légumineuses à
                                  graines du 8 au 13 novembre 1976 IITA Ibadan – Nigeria. Multig.
                                  CNRA. 17p.

NDOYE (Mb), 1979                  Un facteur important limitant la productivité des céréales de cultures
                                  exondées dans le Sahel Africain : le problème des déprédateurs. 12 - 16
                                  février 1979. Dakar+. Multig. CNRA. 17p.

SECK (D), 1990                    Importance économique et développement d’une approche de lutte
                                  intégrée contre les insectes ravageurs des stocks de maïs, de mil, et de
                                  niébé en milieu paysan ; 1990




                         Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003

Contenu connexe

En vedette

la lautte biologique
la lautte biologique la lautte biologique
la lautte biologique
bazziwalid
 
Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_
Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_
Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_Dominique Pongi
 
Composicion visual aprendizaje
Composicion visual aprendizajeComposicion visual aprendizaje
Composicion visual aprendizaje
marielathomas
 
Estrategias Metodológicas a Distancia
Estrategias Metodológicas a DistanciaEstrategias Metodológicas a Distancia
Estrategias Metodológicas a Distancia
estherro07
 
Presentacion 19 jul2015
Presentacion 19 jul2015Presentacion 19 jul2015
Presentacion 19 jul2015
EsvinFranco92
 
programas online
programas onlineprogramas online
programas online
Yamilex Moyota
 
Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013
Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013
Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013Startup et Innovation
 
RSS
RSSRSS
Diapo2cuestionario
Diapo2cuestionarioDiapo2cuestionario
Diapo2cuestionario
Jnohemi
 
Tema 1 estadística descriptiva
Tema 1   estadística descriptivaTema 1   estadística descriptiva
Tema 1 estadística descriptiva
Tarik Natan Dos Santos
 
Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...
Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...
Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...Normandie Web Xperts
 
L'eau chaude et_le_coeur
L'eau chaude et_le_coeurL'eau chaude et_le_coeur
L'eau chaude et_le_coeurDominique Pongi
 
Las herramientas asíncronas del AulaIESA
Las herramientas asíncronas del AulaIESALas herramientas asíncronas del AulaIESA
Las herramientas asíncronas del AulaIESA
disenoinstruccionaliesa
 
Plantilla de plan_de_unidad-1
Plantilla de plan_de_unidad-1Plantilla de plan_de_unidad-1
Plantilla de plan_de_unidad-1
pyanez88
 
Trabajo control
Trabajo controlTrabajo control
Trabajo control
Andres Fernando
 
Diaporama camaret sur mer
Diaporama camaret sur merDiaporama camaret sur mer
Diaporama camaret sur merhachiko29
 

En vedette (20)

la lautte biologique
la lautte biologique la lautte biologique
la lautte biologique
 
Exposé culture
Exposé cultureExposé culture
Exposé culture
 
Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_
Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_
Vous croyez avoir_tout_vu_(rs)_
 
Composicion visual aprendizaje
Composicion visual aprendizajeComposicion visual aprendizaje
Composicion visual aprendizaje
 
Estrategias Metodológicas a Distancia
Estrategias Metodológicas a DistanciaEstrategias Metodológicas a Distancia
Estrategias Metodológicas a Distancia
 
Presentacion 19 jul2015
Presentacion 19 jul2015Presentacion 19 jul2015
Presentacion 19 jul2015
 
Photographe d-oiseaux
Photographe d-oiseauxPhotographe d-oiseaux
Photographe d-oiseaux
 
programas online
programas onlineprogramas online
programas online
 
Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013
Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013
Les clés du marketing smartphone et tablettes 2013
 
RSS
RSSRSS
RSS
 
Diapo2cuestionario
Diapo2cuestionarioDiapo2cuestionario
Diapo2cuestionario
 
Tema 1 estadística descriptiva
Tema 1   estadística descriptivaTema 1   estadística descriptiva
Tema 1 estadística descriptiva
 
Informatique en humour
Informatique en humourInformatique en humour
Informatique en humour
 
Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...
Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...
Conférence #nwxtech5 : Présentation du hacker space Jeanne d'Hack par Samir C...
 
Magasin d-hommes
Magasin d-hommesMagasin d-hommes
Magasin d-hommes
 
L'eau chaude et_le_coeur
L'eau chaude et_le_coeurL'eau chaude et_le_coeur
L'eau chaude et_le_coeur
 
Las herramientas asíncronas del AulaIESA
Las herramientas asíncronas del AulaIESALas herramientas asíncronas del AulaIESA
Las herramientas asíncronas del AulaIESA
 
Plantilla de plan_de_unidad-1
Plantilla de plan_de_unidad-1Plantilla de plan_de_unidad-1
Plantilla de plan_de_unidad-1
 
Trabajo control
Trabajo controlTrabajo control
Trabajo control
 
Diaporama camaret sur mer
Diaporama camaret sur merDiaporama camaret sur mer
Diaporama camaret sur mer
 

Similaire à Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop

Benoit Allard etude jatropha
Benoit Allard   etude jatrophaBenoit Allard   etude jatropha
Benoit Allard etude jatropha
beubeu1802
 
Bonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdf
Bonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdfBonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdf
Bonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdf
montassarkhedher
 
Rapport de stage Master 2_2014/2015
Rapport de stage Master 2_2014/2015Rapport de stage Master 2_2014/2015
Rapport de stage Master 2_2014/2015David THEBAULT
 
Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010
Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010
Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010
ExternalEvents
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciencesguest622dc7f
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciencesguest622dc7f
 
Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique
Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique
Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique
Nelly MITJA
 
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VFMémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VFYves Tindon
 
Simulation de la dynamique spatiale et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...
Simulation de la dynamique spatiale  et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...Simulation de la dynamique spatiale  et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...
Simulation de la dynamique spatiale et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...
Olivier Sadiot, PMP, ITIL Expert
 
2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf
2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf
2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf
yeslem1
 
100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1
100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1
100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1
Hery Zo Rakotondramanana
 
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en HydrauliqueMémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Charafa Olahanmi
 
CVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdfCVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdf
TianaRavoTi
 
rapport_stage_issame
rapport_stage_issamerapport_stage_issame
rapport_stage_issameAMAL Issame
 
Détermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciil
Détermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciilDétermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciil
Détermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciilAbdelali Dendouga
 
Rapport Lynxdrone
Rapport LynxdroneRapport Lynxdrone
Rapport Lynxdrone
VanessaPimentel27
 
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenanceMémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
sarmodou
 

Similaire à Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop (20)

Biochem_Symplice Kamgang
Biochem_Symplice KamgangBiochem_Symplice Kamgang
Biochem_Symplice Kamgang
 
Benoit Allard etude jatropha
Benoit Allard   etude jatrophaBenoit Allard   etude jatropha
Benoit Allard etude jatropha
 
Bonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdf
Bonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdfBonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdf
Bonnes_pratiques_de_culture_en_pepiniere.pdf
 
Rapport de stage Master 2_2014/2015
Rapport de stage Master 2_2014/2015Rapport de stage Master 2_2014/2015
Rapport de stage Master 2_2014/2015
 
Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010
Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010
Techniques de recolte et post-recolte-Cas du safran, Maroc, 2010
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences
 
Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique
Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique
Biodiversité, biopiraterie, brevetage du vivant et Afrique
 
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VFMémoire Yves Tindon 2012 VF
Mémoire Yves Tindon 2012 VF
 
Mémoire Fadel
Mémoire FadelMémoire Fadel
Mémoire Fadel
 
Simulation de la dynamique spatiale et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...
Simulation de la dynamique spatiale  et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...Simulation de la dynamique spatiale  et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...
Simulation de la dynamique spatiale et du piégeage d’insectes : Cas du vecte...
 
2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf
2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf
2018_ChaireAgroTIC_DeepLearning_VD2.pdf
 
100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1
100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1
100902 programme d’actions pour la conservation des tortues terrestres version 1
 
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en HydrauliqueMémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
 
CVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdfCVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdf
 
rapport_stage_issame
rapport_stage_issamerapport_stage_issame
rapport_stage_issame
 
Jecroij
JecroijJecroij
Jecroij
 
Détermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciil
Détermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciilDétermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciil
Détermination du réseau d'irrigation - Manuel ceciil
 
Rapport Lynxdrone
Rapport LynxdroneRapport Lynxdrone
Rapport Lynxdrone
 
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenanceMémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
 

Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop

  • 1. RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP Ecole Supérieure Polytechnique ESP Année universitaire 2002/2003 -o-o-o-o-o-o- DOSSIER DOCUMENTAIRE Pour l’obtention du Certificat d’Aptitude À l’Enseignement Moyen Technique et Professionnel -o-o-o-o-o-o- Spécialité : TECHNIQUES AGRICOLES -o-o-o-o-o-o- Thème :L’évolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs Présenté par : Abou Abdoulaye Yéro DIOP Mai 2003
  • 2. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) ii TABLE DE MATIERES République du Sénégal................................................................................................................ i Ecole Supérieure Polytechnique .............................................................................................. i DOSSIER DOCUMENTAIRE ................................................................................................ i SIGLES ..................................................................................................................................... iv À la mémoire de Feu Dr Mbaye NDOYE.................................................................................. v AVANT PROPOS.................................................................................................................... vii INTRODUCTION ..................................................................................................................... 8 I. LES MESURES ADMINSITRATIVES : REGLEMENTATION PHYTOSANITAIRE 9 A. LA PLANTE QUARANTAINE ......................................................................................... 9 1. La philosophie et l’action de quarantaine ..................................................................... 9 2. Les bases biologiques de la quarantaine ..................................................................... 10 3. Les mécanismes de la quarantaine pour les nouveaux ravageurs ............................... 10 B. LES ACTIVITES DE LA REGLEMENTATION PHYTOSANITAIRE ........................ 11 II. LES METHODES PHYSIQUES ................................................................................. 12 A. LA CHALEUR ................................................................................................................. 12 B. LE FEU ............................................................................................................................. 12 C. LES BARRIERES MECANIQUES ................................................................................. 13 D. LES CAPTURES .............................................................................................................. 13 III. LES PRATIQUES CULTURALES............................................................................. 13 A. UN BON CHOIX ET RESPECT DU CALENDRIER CULTURAL .............................. 13 B. LES SYSTEMES ET SOINS CULTURAUX .................................................................. 14 IV. LES ACTIONS SUR L’ENVIRONNEMENT ............................................................ 14 A. LES ACTIONS SUR LE RAVAGEUR ........................................................................... 15 1. L’identification et classification des insectes ............................................................. 15 2. La surveillance et la prévention .................................................................................. 16 3. Les manipulations génétiques ..................................................................................... 16 B. LES MANIPULATIONS DE L’ENVIRONNEMENT .................................................... 17 1. La résistance variétale des plants hôtes ...................................................................... 18 2. Les autres manipulations ............................................................................................ 19 V. LA LUTTE CHIMIQUE .............................................................................................. 19 A. LES INSECTICIDES ........................................................................................................ 20 1. Importance et succès des insecticides ......................................................................... 20 2. Le seuil économique ................................................................................................... 21 3. Le développement et le marketing des insecticides .................................................... 22 4. L’insecticide idéal ....................................................................................................... 22 B. LES ADDITIFS ALIMENTAIRES .................................................................................. 23 1. Les anti-métabolites .................................................................................................... 23 2. Les hormones .............................................................................................................. 23 3. Les barrières alimentaires ........................................................................................... 24 C. LES LIMITES DE LA LUTTE CHIMIQUE ................................................................... 24 VI. LES TROPISMES........................................................................................................ 24 C. LE PHOTOTROPISME .................................................................................................... 25 D. LE CHIMIOTROPISME .................................................................................................. 25 1. Les attractifs................................................................................................................ 25 2. Les répulsifs ................................................................................................................ 25 E. L’EMISSION DE SON ..................................................................................................... 26 F. REMARQUES SUR LES INAPPETANTS ..................................................................... 26 _____________________ Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 3. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) iii VII. LA LUTTE BIOLOGIQUE ......................................................................................... 26 A. HISTORIQUE ................................................................................................................... 26 B. QUELQUES CAS DE LUTTE BIOLOGIQUE ............................................................... 27 1. Contre la chenille mineuse du mil .............................................................................. 27 2. Contre la cochenille farineuse du manioc ................................................................... 28 3. Contre la cochenille farineuse du manguier ............................................................... 28 4. Contre le Grand Capucin du maïs ............................................................................... 28 5. Contre les sautériaux................................................................................................... 28 C. LE CAS DE LA LUTTE MICROBIOLOGIQUE ............................................................ 29 VIII. CONCLUSIONS .......................................................................................................... 29 BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 31 _____________________ Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 4. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) iv SIGLES CAEMTP Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Moyen Technique Professionnel CFPH Centre de Formation Professionnelle Horticole à Cambérène CILSS Comité Inter Etat de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel CNRA Centre National de Recherches Agronomiques à Bambey DPV Direction de la Protection des Végétaux ENCR Ecole Nationale des Cadres Ruraux à Bambey ESP Ecole Supérieure Polytechnique FAO Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation IITA Institut International de l’Agriculture Tropicale ISRA Institut Sénégalais de Recherches Agricoles MAE Ministère de l’Agriculture et l’Elevage OGM Organisme Génétiquement Modifié ONU Organisation des Nations Unies OUA Organisation de l’Unité Africaine PLB Projet de Lutte Biologique SDDR Service Départemental du Développement Rural UCAD Université Cheikh Anta DIOP de Dakar _____________________ Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 5. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) v À LA MÉMOIRE DE FEU DR MBAYE NDOYE Je voudrais profiter de l’occasion offerte par cette contribution pour rendre un hommage mérité à feu le Dr Mbaye NDOYE. Rendre hommage au Dr NDOYE en parlant de lutte contre les insectes ravageurs, c’est rendre à César ce qui appartient à César. En effet, il fut l’un des premiers docteurs es sciences, docteur d’État et pionnier dans le domaine notamment en dirigeant le Projet de Lutte Intégrée du CILSS au Sénégal. Dans ce cadre, il a participé à la coordination de la recherche en protection des cultures en Afrique de l’Ouest. Dans le même temps, il dirigeait le laboratoire d’entomologie du CNRA de Bambey dont je conduisais les travaux en tant qu’assistant de recherche. Je l’ai connu en septembre 1977 à Sakal quand il est venu installer un piège lumineux pour suivre la dynamique des populations de la chenille poilue du niébé, Amsacta moloneyi. Il était si content du suivi du piège qu’il m’a demandé de venir travailler à la recherche où je devrais, selon lui, avoir des prédispositions. J’ai travaillé sous sa direction d’abord comme observateur pendant un an avant de réussir à l’ENCR. Ensuite de 1982 à 1985, j’ai été son assistant de recherche direct en entomologie des cultures vivrières (mil, niébé) avant que le laboratoire d’entomologie ne soit sous la direction de Amadou Bocar BAL. Si je rends hommage à Dr Mbaye NDOYE, ce n’est pas pour cela, mais à cause de son œuvre grandiose reconnue par les universités américaines, la FAO dont il était consultant après avoir refusé de travailler exclusivement pour elle et l’OUA dont il fut le Sous Directeur Scientifique jusqu’à l’accident d’avion survenu en Côte d’Ivoire qui l’a ravi à notre affection en 1997. Chercheur chevronné, chef du Groupe IV (défense des cultures), chef des Programmes du mil et du niébé, Directeur de Recherches sur les Productions Végétales, Directeur Scientifique de l’ISRA, Directeur de l’Unité Nationale du Projet de Lutte Intégrée (CILSS), Mbaye fut un grand travailleur. À l’ISRA, à la FAO, au CILSS, au Ministère de l’Environnement où il fut le Directeur de Cabinet avant de démissionner pour l’OUA, comme à ce dernier poste, Dr NDOYE a fait preuve de rigueur et de curiosité scientifiques mais aussi et surtout d’ardeur au travail. C’est pour ces qualités que je l’ai toujours admiré car étant convaincu que sans ces vertus, il ne peut pas y’avoir de progrès. Ainsi sous sa direction, je me félicite aujourd’hui de l’expérience acquise grâce aux missions spéciales qu’il a eu à me confier notamment : (1) le suivi des ravageurs notoires comme la chenille poilue du niébé dans la région de Louga, la cécidomyie du mil Geromyia penneseti dans la zone Séfa /Casamance ; (2) le suivi de la dynamique des populations d’insectes à travers le pays ; (3) l’identification et la collection des insectes ; (4) les essais en milieu paysan ; (5) les essais de résistance variétale ; (6) les essais de seuil économique de traitement sur le niébé ; et (7) le contrôle de la chenille mineuse de la chandelle du mil par un ennemi naturel, Bracon hebetor. Tous ces travaux démarrés sous le magistère du Dr Mbaye NDOYE (à part le premier) ont été poursuivis par Dr Amadou Bocar BALL entre 1986 et 1990 et à partir de 1992 par Mamadou BALDE. _____________________ Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 6. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) vi Tenant compte de tout cela entre autres, j’estime que les chercheurs africains, ceux des pays du CILSS notamment et de l’ISRA singulièrement, ont le devoir de magnifier l’œuvre du Scientifique Africain, du chercheur Sahélien et de l’entomologiste sénégalais. REPOSE EN PAIX APRES CETTE GRANDE ŒUVRE MBAYE ! _____________________ Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 7. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) vii AVANT PROPOS Ce dossier documentaire est produit dans le cadre de la formation en vue de l’obtention du Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Moyen Technique et Professionnel (CAMTP) délivré par l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de l’Université Cheikh Anta DIOP (UCAD) de Dakar. Pour sa réalisation, il a été nécessaire de faire des investigations à l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), à la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, dans certains sites Internet dont celui de l’Académie Canadienne de Protection des Végétaux. Ces investigations ont été rendues possibles grâce à la disponibilité des responsables et agents de ces structures. C’est pourquoi je voudrais confondre dans mes remerciements • Momodou KEBE, formateur au Centre de Formation Professionnelle Horticole (CFPH) de Cambérène pour l’encadrement technique au métier d’enseignant ; • Ngor DIAGNE et Ousseynou CISS du CNRA pour les informations et les copies de documents procurées ; • Rosalie DIOUF responsable de la bibliothèque du CNRA pour la riche documentation fournie ; • Mame Birame TOURE pour les facilités au sein de la DPV ; Je voudrais rendre hommage à tous ceux qui ont participé à la réussite de ma formation. Je veux nommer le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage (MAE), la Coopération Suisse, la Direction du Centre de Formation Professionnelle Horticole, Corps Professoral de l’ESP/UCAD, mes amis Yéro DE et Ibrahima Ciré ANNE pour leurs soutiens moral et matériel constants mais aussi Fatimata, ma femme, mes enfants Hawa, Ramatoulaye, Maïmouna, Ngoné, Abdoulaye et celle née en cours de formation Aminata pour les sacrifices consentis. Enfin, si j’ai pu suivre les cours à l’ESP dans des conditions acceptables, une bonne part revient à mon successeur au Service Départemental du Développement Rural (SDDR) de Matam, Brahim Mamadou BA qui m’a permis de sécuriser la famille durant toute la formation. Que tout ce monde trouve ici l’expression de ma gratitude et de ma reconnaissance. _____________________ Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 8. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 8 INTRODUCTION L’homme dans sa quête de nourriture a toujours été confronté aux problèmes des ravageurs des cultures dont les insectes sont des plus importants. Dans ce cadre il a développé des techniques et méthodes de protection à l’aide de produits et outils divers. L’objectif visé à travers ce dossier documentaire est de servir de prétexte à présenter l’évolution des différentes méthodes de protection des cultures contre les insectes ravageurs à partir des travaux de recherches publiées et disponibles sur le sujet. Le but recherché est de faire connaître les nouvelles attitudes et philosophies dans les programmes de défense des cultures. Cette approche nécessite une introduction à la connaissance de l’écologie en tant que base de gestion de lutte raisonnée contre les ravageurs. Car on attribue aux insectes avec le déclin de l’âge d’or en Grèce et la chute prématurée des empires Romain et du Mali (trypanosomiase), les échecs des expéditions coloniales (paludisme, maladie du sommeil, fièvre jaune, filariose, onchocercose). Aussi compte tenu de leur nombre impressionnant, méritent-ils une attention toute particulière. Hill (1975, in BOSCH et all) a recensé 407 espèces très importantes et 778 espèces d’importance moindre sévissant sur 48 grandes cultures tropicales. Lamb (1974, in BOSCH et all) note 4098 espèces d’insectes sur le riz, alors que Hargreaves (1948, in BOSCH et all) en enregistre 1326 espèces sur le coton dont 482 en Afrique au Sud du Sahara. Plus de 130 espèces d’insectes sont présentes sur le niébé, le soja et le pois d’Angoles qui sont à haute valeur nutritive du fait de leurs feuilles et gousses très riches en protéine. Enfin Raheja (1976, in BOSCH et all) estime les pertes potentielles de rendement sur le niébé à plus de 90%, dues aux insectes (dont 70% entre la floraison et la formation des gousses). Eu égard à ce qui précède, il est alors impératif que l’homme trouve une forme de lutte adéquate pour circonscrire les attaques de ces insectes. C’est dans cette optique, qu’il a expérimenté des formes et méthodes de protection plus au moins adaptées aux circonstances. Actuellement, deux façons principales de protection des cultures sont employées : Il s’agit des méthodes classique qui, emploie surtout la lutte chimique (et les autres moyens accessoirement) et moderne de lutte intégrée. Celle-ci encore appelée lutte aménagée, est la combinaison des différentes méthodes et moyens de lutte. La présente contribution insistera principalement sur cette lutte intégrée, technique d’avenir, avec ses différentes composantes administratives, physiques, chimiques, biologiques. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 9. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 9 I. LES MESURES ADMINSITRATIVES : REGLEMENTATION PHYTOSANITAIRE Les ennemis des cultures étant souvent très cosmopolites, il est opportun de prévenir l’entrée et l’établissement dans un pays de plantes étrangères et des insectes inféodés. Car les insectes ravageurs dans une écologie étrangère peuvent perturber l’équilibre biologique préétabli et causer ainsi de graves dégâts aux cultures plus que ceux qui sont exotiques. C’est ce qui justifie le contrôle et la réglementation de l’introduction des animaux et plantes dans ce pays. A. LA PLANTE QUARANTAINE Les premiers voyageurs ont ramenés chez eux des insectes ayant infesté les habitations, plantes et animaux. Ce processus a été fortement accéléré par le commerce international. Pendant plusieurs années, de faibles conditions légales d’introduction de plants et animaux ont été une réalité et comme résultat, beaucoup parmi les plus importants insectes ravageurs d’aujourd’hui sont d’origine étrangère. En 1873, l’Allemagne établit la première mesure de réglementation en interdisant l’entrée des produits en provenance des Amériques et ayant la capacité de diffuser le puceron de la vigne, Phylloxera vitifoliae. Mais la première plus importante législation réglementaire a été instituée en 1877 dans 4 états américains. Cette dernière a été étendue à la Fédération par le Congrès Américain en 1884 comme initiative et en 1905 comme loi. Mais la notion de Plante Quarantaine comme acte est approuvée en 1912 (NAS, 1969). Cette dernière est généralisée actuellement à travers le monde avec les mêmes philosophie, bases biologiques et mécanismes ? 1. La philosophie et l’action de quarantaine Le but de la quarantaine est d’empêcher l’introduction de contaminations potentielles, de prévenir une éventuelle dissémination et d’appuyer un programme d’éradication des insectes. Une action individuelle isolée ne peut à elle seule prévenir les introductions et dissémination des insectes mais plutôt une action concertée et coordonnée par l’administration. La quarantaine est appliquée dans les ports, aéroports et toutes entrées dans un pays en vue de contrôler toute introduction de végétal et d’animal. Aussi une attention particulière doit-elle être faite aux autres moyens de transport d’insectes comme les véhicules, les bateaux et avions personnels. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 10. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 10 Si un ravageur arrivait à s’introduire malgré les dispositions ci-dessus, d’autres mesures doivent être édictées pour prévenir toute propagation dont celle de réduction de la population. Les missions de la quarantaine sont : • Les programmes d’éradication effectués contre les récents ravageurs ; • La circonscription du ravageur dans une aire en attendant la conduction d’essais en vue de trouver des moyens de lutte efficaces ; • La suppression du ravageur demandant la participation de l’Etat, des organisations paysannes, des organisations internationales et des privés (cas des criquets) ; • La gestion des programmes de contrôle sur l’environnement en vue d’assurer une haute performance opérationnelle et une précaution d’emploi des nombreux insecticides sur les parcelles traitées, pour une protection de la santé publique, des agents du service de protection des végétaux, des animaux domestiques, des poissons, de la faune et des autres organismes. • Le rôle de support de la recherche et de l’amélioration des méthodes par l’utilisation de ravageurs d’origines étrangères, introduits dans le but de développer les connaissances. Dans certains cas, les données de recherche pour le développement de la lutte et les mesures réglementaires peuvent ne pas être disponibles. Il faut alors de longues années de recherches au laboratoire et on ne peut en garantir le succès. 2. Les bases biologiques de la quarantaine Avant tout il est indispensable de déterminer les ravageurs d’importance économique et les actions à garantir. Une quarantaine contre des espèces étrangères spécifiques ne doit pas s’appuyer sur leur comportement dans d’autres écologies. Car la plupart les ravageurs ne sont pas introduits avec leurs ennemis naturels et deviennent souvent d’importance économique notable. La quarantaine est imposée à l’intérieur du pays seulement, là où les infestations peuvent être possibles (aires de cultures). Une surveillance constante est nécessaire pour voir l’évolution d’éventuels ravageurs. 3. Les mécanismes de la quarantaine pour les nouveaux ravageurs Quand un ravageur est localisé dans le pays et que des actions de quarantaine sont nécessaires, les mesures suivantes sont généralement prises : 1. l’étendue de l’infestation est déterminée aussi rapidement que possible ; Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 11. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 11 2. une écoute publique des individus et organisations est faite afin de tenir compte de leur opinion quant aux mesures à prendre. Souvent un état d’urgence peut être instauré immédiatement dans le but de prévenir une rapide dissémination du ravageur. La quarantaine spécifie le ravageur, la zone mise en cause, les produits et les sujets objets de la réglementation et les supports de transport du ravageur entre zones infestées et à partir de ces dernières ; 3. les possibilités de propagation pour chaque produit sont revues et des traitements sur la base des recherches effectuées sont faits pour la protection des produits en cause. Malgré tout, des produits contrôlés peuvent circuler des zones infestées sur la base des conditions suivantes : 1. un traitement insecticide est appliqué sur les produits ; 2. des inspections prouvant que les produits proviennent de portions non infestées ; 3. les produits sont examinés et reconnus exempts du ravageur ; 4. et les produits sont cultivés, protégés et entretenus de manière qu’aucune infestation ne soit possible. Ainsi seulement un certificat phytosanitaire est délivré pour permettre la circulation de ces produits. Cette tâche est sous l’autorité et la responsabilité légale du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. B. LES ACTIVITES DE LA REGLEMENTATION PHYTOSANITAIRE La convention internationale pour la protection des plantes, signée à Rome le 6 décembre 1951 sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies (ONU), oblige chaque état contractant à : 1. organiser un service officiel de la Protection des Végétaux (PV) pour : a. inspecter les végétaux sur pied en tous domaines, signaler l’existence éventuelle d’ennemis et les moyens de lutte ; b. contrôler tout article faisant l’objet d’échanges internationaux pour empêcher la propagation des ennemis de par le monde ; c. réaliser la désinfection des articles, conteneurs,… provenant d’échanges internationaux ; d. délivrer les certificats phytosanitaires pour les produits sains. 2. diffuser sur le plan national les renseignements concernant les ennemis et les moyens de lutte ; Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 12. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 12 3. diffuser les recherches et enquêtes dans le domaine de la protection des cultures. Aussi, la conférence a-t-elle recommandé l’organisation des inspections phytosanitaires en sections chargées : 1. de la lutte contre les ennemis des cultures ; 2. des avertissements agricoles ; 3. des expérimentations des produits phytosanitaires ; 4. de contrôle phytosanitaire ; 5. du diagnostic, de la documentation (données biologiques et météorologiques), et de l’identification des ravageurs. Ainsi le service de la PV assure le fonctionnement des stations d’avertissements agricoles. Ces dernières accueillent les renseignements biologiques et météorologiques des postes d’observations installés à travers le pays ; elles indiquent aux agriculteurs la nature des différents traitements anti- ravageurs, le moment favorable à leur application. Au Sénégal, la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) est organisée à quelques nuances près de la sorte. Cependant le problème des inspections phytosanitaires avait connu une esquisse d’application, mais depuis la réorganisation du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, il y a eu comme un flottement. Les postes d’observations ne sont pas encore installés même si 5 bases d’avertissement sont mises en place. Pourtant il est admis qu’une lutte contre les insectes ravageurs des plantes ne peut être efficace qu’avec un réseau de postes d’observations au sein des stations d’avertissements agricoles. II. LES METHODES PHYSIQUES Il s’agit d’une élimination du ravageur par des procédés physiques tels la chaleur, le feu, des barrières, pièges ou adhésifs. A. LA CHALEUR La sensibilité à la chaleur des ravageurs varie en fonction de la durée du traitement, du stade biologique du ravageur et de sa morphologie externe. Il est généralement admis que les insectes à carapaces dures résisteraient mieux que ceux à carapaces molles. On utilise la chaleur sèche (plus efficace, mais préjudiciable au pouvoir germinatif des semences) ou la chaleur humide (sur les plantes vivantes sensibles à la déshydratation). B. LE FEU Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 13. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 13 Il consiste à l’incinération des tiges et fruits (résidus de récolte) afin de détruire les formes pré imaginales (chrysalides, nymphes, larves) d’espèces nuisibles qui, souvent, passent une période de leur vie dans ces organes végétaux. C. LES BARRIERES MECANIQUES Il s’agit de créer un barrage, obstacle ou écran entre le végétal et les nuisibles (progression d’une bande de larves de sautériaux par exemple) par des ceintures ou bandes gluantes souvent adhésives, des fossés ou tranchées, des récipients remplies d’eau… D. LES CAPTURES C’est le procédé le plus épuisant pour l’homme, car demandant une main d’œuvre importante. L’écrasement et le ramassage des insectes n’ont d’intérêt que s’ils sont effectués par une main d’œuvre gratuite (groupements de villages, de quartiers, d’enfants, talibés, élèves) et ce, dans le cas d’une invasion accidentelle et localisée (celle de criquets de 1989). En conclusion, on se rend compte des limites objectives des méthodes traditionnelles de lutte contre les insectes. Cependant, il est possible dans certains cas, de régler des problèmes isolés telles la désinfection des semences à la chaleur, l’incinération des organes végétaux infestés ou la destruction de larves (d’Amsacta moloneyi) dans des surfaces limitées. En tout état de cause, ces procédés ne peuvent pas résoudre les problèmes phytosanitaires qui se posent à l’agriculture moderne en extension. III.LES PRATIQUES CULTURALES Il s’agit généralement de moyens prophylactiques tendant de rendre l’environnement défavorable aux ravageurs et donc d’éviter les dégâts, ou tout au moins d’en limiter la gravité. Ce sont généralement le respect du calendrier cultural et des systèmes culturaux. A. UN BON CHOIX ET RESPECT DU CALENDRIER CULTURAL Le choix des dates de semis et de récolte pour qu’elles ne coïncident pas avec les périodes de pullulations des ravageurs, est un moyen d’éviter les attaques de ces derniers. Ainsi « une culture de niébé semée à la première pluie reçoit plus d’attaques d’Amsacta moloneyi que celle en dérobée semée tardivement. De même, en récoltant tôt le niébé (juste à la maturité), on peut éviter une attaque de bruches et de nombreux ravageurs de stockage » (NDOYE 1979, in DIOP 1982). En plus, l’exploitation rationnelle dans le respect des normes et des pratiques dont la taille, l’élimination des vielles feuilles, pousses, des mauvaises herbes, l’utilisation de semences exemptes, la densité végétale (éclaircir ou démarier au besoin), l’apport d’engrais ou d’eau au moment opportun sont autant de pratiques préventives participant à la bonne santé des plants. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 14. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 14 B. LES SYSTEMES ET SOINS CULTURAUX Il s’agit de pratiques comme la rotation, les cultures intercalaires, la polyculture qui ont un effet physique de frein sur les insectes ou, ajournent la correspondance de leurs stades de développement dans le temps et dans l’espace avec les périodes de culture. L’adaptation aux conditions écologiques (respect de la carte variétale) et l’apport de fumure équilibrée sont des pratiques qui aident la plante à mieux résister aux attaques des insectes. La destruction des hôtes intermédiaires consiste à l’élimination des résidus de récoltes, des hôtes de substitution (bordures de champs) et des repousses de plantes par le compostage ou le brûlis ; ce pour casser la chaîne de transmission. La rotation et l’assolement des cultures consistent en la répartition de l’exploitation en plusieurs soles appelées à recevoir les cultures (assolement) et à faire succéder ces dernières sur les parcelles (rotation) de manière à éviter le développement des ravageurs inféodés à une famille de plantes sur le même sol. Les labours d’enfouissement permettent soit d’entraîner en profondeur des larves de lépidoptères comme en Casamance en 1982 (DIOP, 1982) ou d’exposer au soleil, à la lumière et au vent les nymphes ou chrysalides de lépidoptères et coléoptères principalement. Les cultures répulsives sont efficaces en raison de la puissance répulsive de certains de leurs composants comme les phénols. Les cultures pièges sont des plantes colonisées par les ravageurs mais n’étant pas l’objet d’exploitation. Elles ont la possibilité de réduire de 20% des ravageurs si elles sont en bordure, 46% si elles sont en plaques et 52 % dans le cas des intercalaires (NAS, 1969). NB : Les cultures pièges sont très efficaces contre les gros insectes comme les scarabées, les mouches généralement mobiles et plus attractifs sur l’environnement végétal. Elles sont par contre inefficaces sur les petits arthropodes herbivores ayant un mode de colonisation aérien, une capacité limitée de détection des plantes hôtes et une faible vitesse de déplacement. IV. LES ACTIONS SUR L’ENVIRONNEMENT Le premier principe en lutte contre les ravageurs devrait être la considération de l’écosystème, principe autour duquel tous les autres peuvent graviter. Un écosystème étant dans ce cas comme une zone incluant les êtres vivants et les facteurs abiotiques ayant tous des interactions produisant des échanges entre les uns les autres. Dans ce cadre, un écosystème agricole peut être compris comme le grand complexe des cultures, animaux dont l’homme, les ravageurs et leurs antagoniques, leurs Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 15. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 15 alimentations, les plants autour, le sol, l’eau, les techniques culturales et tous les autres facteurs environnants. A. LES ACTIONS SUR LE RAVAGEUR Un ravageur ou « pest » = fléau est « une source de gêne ou de destruction, qu’il s’agisse d’une personne, d’un animal ou d’une chose. « Le mot ravageur s’applique à tous les types de facteurs biologiques qui diminuent la rentabilité des cultures : insectes, mauvaises herbes, maladies dues aux champignons, aux bactéries et virus, nématodes etc.» selon Carlson (1973), in BOSCH et all. Les insectes ont une facilité d’implantation et d’adaptation à différents habitats, une importante faculté de reproduction et de se nourrir d’aliments en quantités variables et une aptitude à fuir rapidement devant leurs ennemis. Ils insectes sont des êtres vivants ayant des caractères morphologiques, biologiques, comportementaux et des régimes alimentaires différents. Il importe dès lors de savoir à quel insecte avons-nous affaire, d’où la nécessité de leur classification, mais aussi quelles manipulations sont possibles et efficaces ? 1. L’identification et classification des insectes L’identification et la classification des insectes sont indispensables pour distinguer les insectes ravageurs des insectes utiles. Car souvent les paysans et dans certains cas les techniciens, appliquent les insecticides sans discernement à l’apparition d’insectes. On peut citer l’exemple de techniciens d’une ancienne société de développement ayant traité une forte colonie de carabes (insectes utiles) en 1982 dans la zone de Mbacké. L’identification est aussi nécessaire pour une éventuelle demande d’assistance, car il ne faut pas se tromper d’espèces, quand on fait appel à l’aide extérieure, sinon le remède apporté peut ne pas être efficace. L’autre importance de l’identification est quand il s’agit de faire passer les insectes en quarantaine. En effet l’erreur sur la famille, l’espèce ou le nom, peut avoir des conséquences fâcheuses Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 16. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 16 2. La surveillance et la prévention La prévention et la surveillance sont effectuées pour un suivi régulier des ravageurs. Dans ce cadre il est fait un suivi de la dynamique des populations des insectes afin de déterminer les seuils au-delà desquels les interventions sont nécessaires. Elles sont fonctions : • Du stade de développement de la culture (stade phénologique) ; • Du stade de développement du ravageur (modification du comportement selon le stade) ; • Des facteurs liés à l’environnement (direction et vitesse du vent, pluie, lune, durée du jour, température et amplitudes thermiques). Selon NDOYE (1976), les travaux de recherche menés par RISBEC et APPERT font ressortir que les adultes de la chenille poilue du niébé Amsacta moloneyi DRC., avaient un monovoltinisme. Il ajoute que les études de Vercambre (1975 et 1975) indiquaient un étalement du vol laissant entrevoir une deuxième génération, ce qu’il confirmera lui même (NDOYE (1976). Aussi bien les élevages en laboratoires que les dynamiques de populations de l’insecte à Louga et Bambey (à l’aide des pièges lumineux) ont nettement mis en évidence l’existence des deux générations (NDOYE 1979, in DIOP 1982). Ces études ont montré par ailleurs que les dates des premières pluies, de même que leur volume, le type de sol, que les quantités d’eau tombées avaient une influence sur les dates d’émergences des adultes, la population et le nombre de générations (NDOYE 1979, in DIOP 1982). 3. Les manipulations génétiques C’est une forme relativement récente dans les progrès de l’entomologie économique, impliquant l’utilisation de ravageurs diminués génétiquement ou de cultures « enrichies », afin de limiter la reproduction et la survie de l’espèce au sein de populations naturelles de ces ravageurs. On note dans ce registre les lâchers d’insectes stériles, la translocation chromosomique, les hybrides stériles, l’incompatibilité cytoplasmique, les organismes génétiquement modifiés. a. Les lâchers d’insectes stériles Il s’agit de lâcher des insectes mâles après un élevage en masse en laboratoire et ayant subi des mutations entraînant leur stérilité. L’intérêt de cette pratique c’est que les femelles ne perdent pas leur faculté d’accouplement. Ainsi on note la destruction de l’espèce du fait de la diminution des populations résiduelles. Cette forme de lutte est souvent appelée lutte autocide car l’insecte est lui-même utilisé pour la réduction de sa propre population à long terme. La stérilisation peut se peut se faire à l’aide rayons X, rayons Gamma ou les chimiostérilisants. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 17. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 17 b. La translocation chromosomique ou transfert génétique Elle consiste à casser l’arrangement normal des chromosomes par radiation ou traitement chimique dans le but de : rendre les insectes sujets aux produits chimiques ; éliminer leur caractère vecteur ; ou produire plus de mâles que de femelles dans la population. c. La stérilité des hybrides Elle consiste à des croisements de races, sous espèces ou espèces de la même fratrie (Heliothis subflexa femelle et Heliothis virescens mâle) donnant des descendants mâles stériles. Ces derniers sont lâchés en vue de s’accoupler à des femelles qui en fait ne pourront pas être fécondées. d. L’incompatibilité cytoplasmique Elle est le croisement de 2 populations de 2 espèces apparemment semblables entraînant une insémination sans fertilisation, mais avec formation partielle d’un embryon dans certains œufs. Les spermatozoïdes pénètrent dans le cytoplasme de l’œuf, mais il ne se produit pas de véritable fusion entre le noyau spermatozoïque et l’œuf e. Les organismes génétiquement modifiés (OGM) Les OGM permettent (depuis le milieu des années 90) la possibilité d’améliorer considérablement la production agricole, en plus des capacités de résistance des variétés créées. Aussi augmentent-ils la qualité des cultures (arachide non allergène, maïs plus riche en acides gras essentiels, riz riche en vitamine A). Les OGM suscitent cependant des inquiétudes notamment par rapport aux effets secondaires des produits utilisés aussi bien en alimentation humaine qu’animale. B. LES MANIPULATIONS DE L’ENVIRONNEMENT Ce sont des actions sur l’environnement tendant à agir sur le comportement du ravageur dans le but de le tuer, de gêner son développement ou inhiber sa croissance. Dans ce registre, on trouve principalement la résistance variétale, les autres étant très marginaux Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 18. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 18 1. La résistance variétale des plants hôtes « Elle se mesure par les caractéristiques permettant à une plante d’éviter, de supporter, ou de se remettre des attaques d’insectes, dans des conditions qui seraient plus préjudiciables à d’autres plantes de la même espèce ». Le terme résistance est relatif et ne peut être défini qu’en fonction de l’ensemble des variétés d’une espèce : la résistance est la capacité inhérente à une variété culturale à restreindre, retarder ou surmonter les infestations de ravageurs. Nous entendons par variétés résistantes de plantes celles qui subissent le moins de dégâts ou d’infestations du fait des ravageurs que d’autres variétés cultivées dans des conditions d’environnement et de stade de développement comparables. Il y a donc lieu de saisir les différents degrés, les phénomènes, les mécanismes et les applications pratiques de la résistance. a. Le degré de résistance Les différents degrés de résistance des plantes se manifeste selon : • L’immunité qui est le cas d’une variété ne pouvant pas être atteinte du tout par des infestations ou par des dommages provoqués par une espèce spécifique d’insectes, dans n’importe quelle condition connue ; • La grande résistance elle, s’applique aux variétés qui sont peu affectées par un insecte spécifique dans des conditions bien précises ; • La faible résistance s’applique aux variétés d’une espèce qui subissent, du fait des ravageurs, des dégâts inférieurs à la moyenne des dégâts que subissent les récoltes des autres variétés cultivées ; • La sensibilité est le cas des variétés qui, à l’inverse des variétés résistantes, présentent des dégâts moyens ou supérieurs à la moyenne, du fait des insectes ; • La grande sensibilité se dit des variétés qui sont facilement infestées par un insecte, et auxquelles celui-ci inflige des dégâts très largement supérieurs à la moyenne de ceux qu’il provoque généralement. b. Les phénomènes liés à la résistance Les phénomènes liés à la résistance sont le défaut de plante hôte (variétés précoces), la résistance induite par certains facteurs environnementaux ou le hasard. Aussi, les facteurs biochimiques et morphologiques comme la couleur et forme de la plante, l’épaisseur de la paroi cellulaire, le gossypol, les composés phénoliques, oryzonone,… perturbant Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 19. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 19 les mécanismes d’alimentation et de ponte ; les facteurs liés à l’environnement ; certains facteurs génétiques influent – ils sur la résistance. c. Les mécanismes de la résistance Les mécanismes de la résistance sont : • La tolérance lorsqu’une plante résistante s’avère capable de supporter une population d’insectes sans perdre de sa vigueur, ou lorsque la plante est en mesure de se reproduire correctement, malgré une population d’insectes égale à celle qui cause des dommages aux hôtes sensibles de même espèce. • L’antibiose quand les plantes résistantes entraînent des effets défavorables pour la biologie, c'est-à-dire la survie, le développement et la reproduction de l’insecte ; • L’attrait ou non de la plante au moment de la ponte est un phénomène utilisé pour modifier les stimuli des femelles pour déposer au non les œufs sur telle plante ou partie de plante. Les facteurs qui interviennent dans le choix sont : o La coloration de la plante ou l’intensité de la lumière ; o La structure physique et la nature de la surface de la plante ; o L’odeur et la composition chimique des tissus. d. Les applications pratiques Les recherches doivent alors agir sur le degré, les phénomènes et mécanismes de la résistance pour aboutir à un produit performant. Au sein de l’ISRA, les travaux de sélections avaient surtout porté sur des variétés productives. Mais depuis la constitution des programmes autour de la culture, les sélections génétiques de productivité, de caractères organoleptiques et de résistances à la sécheresse, aux insectes et aux maladies vont de paire. 2. Les autres manipulations Il s’agit de la manipulation des facteurs climatiques, de l’application de l’énergie électromagnétique, l’énergie à grande onde, ou les rayonnements ionisants. V. LA LUTTE CHIMIQUE La lutte chimique consiste en l’utilisation de produits chimiques appelés pesticides comme les insecticides (contre les insectes), les fongicides (contre les champignons), les bactéricides (contre les bactéries), les rodenticides (contre les rongeurs), les avicides (contre les oiseaux). Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 20. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 20 Contre les insectes, elle implique - avec leurs limites - l’utilisation des insecticides, des anti métabolites, des hormones. A. LES INSECTICIDES Contre les ravageurs les Grecques, Romains et Chinois ont utilisés depuis plus de 3000 ans des produits chimiques inorganiques tels le plomb et l’arsenic. La nicotine, le pyrèthre et la roténone étaient connus mais leur usage était limité en raison de coûts de production élevés. Viennent ensuite la génération des produits de synthèse. Les insecticides produits peuvent avoir 3 dénominations : 1. des noms commerciaux, de marque, sous lesquels ils sont commercialisés ; 2. un nom qui évoque la structure chimique (nom de la matière active) ; 3. un nom commun approuvé par un organisme national ou international tel l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO). 1. Importance et succès des insecticides Les insecticides sont utilisés à 47% sur le cotonnier, 17% sur les arbres fruitiers, 9% sur les cultures de légumes, 4% sur le soja et 3% sur le tabac (NAS, 1969). La rentabilité brute de l’investissement américain dans la lutte chimique est évaluée à 8,7 milliards de dollars US voire davantage (Pinentel et Coll. 1978 in BOSCH et all). La plupart des experts s’accordent sur le fait que le retrait des insecticides de la protection des cultures entraînerait la chute immédiate des ressources alimentaires de 30% pour le bétail et les récoltes. En Grande Bretagne, on assisterait à 45% de chute des céréales, 42% pour la pomme de terre et 67% pour la betterave (Braunholtz, 1979, in BOSCH et all) Dans 5 nations africaines au moins, la récolte de coton représente une part importante des bénéfices d’exportation (Cunningham, 1973, in BOSCH et all) et les insecticides sont d’une importance capitale pour la protection de cette culture. Si les effets secondaires causés par l’utilisation de produits chimiques (empoisonnements de l’environnement et création de nouvelles races résistantes) sont devenus une source de préoccupation grave, 90% des insecticides utilisés dans le monde sont performants et atteignent, rapidement et efficacement les objectifs de leur utilisation. Bien que l’on recherche activement des méthodes de substitution pour la lutte contre les ravageurs, on imagine mal qu’il soit un jour possible d’éliminer toute utilisation des insecticides du fait de leur poids économique. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 21. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 21 2. Le seuil économique Il s’agit de la densité de population la plus faible, capable de causer des dégâts économiques. Les dégâts économiques correspondent au degré de préjudice justifiant le coût de mesures de luttes artificielles. C’est pourquoi il faut évaluer les pertes de récoltes pour : 1. établir le statut économique des ravageurs spécifiques ; 2. déterminer l’intensité des infestations de ravageurs à laquelle des mesures de lutte doivent être appliquées ; 3. apprécier l’efficacité des mesures de lutte ; 4. mesurer les effets de facteurs liés à l’environnement sur la perte de rendements due à une attaque de ravageurs ; 5. fournir de l’information aux techniciens effectuant les traitements pesticides, pour leur permettre de décider des mesures à prendre pour lutter contre les ravageurs ; 6. évaluer l’utilisation des fonds publics dans le cadre d’études sur les ravageurs ; 7. fournir une base pour orienter les futures recherches ainsi que la planification agricole. Pinstrup Anderson et Coll. (1976, in BOSCH et all) font ressortir le fait que la connaissance de l’importance relative des facteurs réducteurs de rendement permet de fixer de véritables priorités, lors de l’attribution correcte des ressources de recherche et de vulgarisation, ainsi que pour corriger les causes de perte de récolte. Les méthodes d’évaluation sont fonction de la période de l’attaque, du stade du ravageur ou de la culture et des conditions de croissance de celle-ci. Ainsi, dans ce cadre des essais ont été menés au CNRA de Bambey sur les thrips du niébé. Il ressort de ces travaux (BAL, 1988) que « les données disponibles pendant cette campagne sont insuffisantes pour déterminer de façon précise et avec la méthode statistique, le seuil économique des thrips » même si l’on constate une différente nette entre les parcelles traitées, des témoins. La difficulté serait due à des « facteurs liés à la culture du niébé, à son infestation par les thrips et à la bioécologie de ces insectes » : « il y’a au moins deux espèces de thrips qui infestent les organes floraux du niébé ; les thrips développent plusieurs générations pendant la floraison du niébé ; la présence simultanée des boutons floraux et des fleurs provoque une répartition des thrips dans ces organes, laquelle répartition ne semble pas être un hasard. » Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 22. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 22 3. Le développement et le marketing des insecticides Au cours de la 2ème guerre mondiale, se développent les produits chimiques de synthèse comme les organochlorés avec le DDT ; viennent ensuite l’aldrine et la dieldrine qui sont de la même famille. Se développe l’industrie des produits de synthèse pour lesquels il faut un criblage de nombreux composés pour arriver à un produit commercial. Ainsi en 1956, il en fallait 1800 contre 7400 en 1970 et 12000 en 1977. Cela nécessite 7 à 8 ans de recherche pour arriver à ce produit idéal (NAS, 1969). 4. L’insecticide idéal L’insecticide idéal est un produit chimique qui • reste sur le lieu où il a été appliqué pendant la durée de sa période d’activité ; • est toxique pour les ravageurs spécifiques ; • est inoffensif pour d’autres êtres vivants et pour l’homme notamment ; • est facile à utiliser ; • a la propriété de se dégrader, relativement de façon rapide, en composés sans risques pour l’environnement ; • a un coût de production également faible. Il n’existe, à ce jour, aucun produit chimique remplissant toutes ces conditions. Cependant, de plus en plus les recherches se rapprochent de cet idéal. C’est l’objet de la fabrication des produits d’origines végétales ou assimilés. Ainsi, lors de la Conférence de Brighton (en Grande Bretagne) du 18 au 21 novembre 2002 sur l’ »Industrie Phytosanitaire Confrontée à l’Evolution des Concepts de Sécurité des Aliments », un certain nombre de nouveaux produits a été présenté (Afrique Agriculture mars 2003): BSN2060 (Spiromesifen) est un insecticide acaricide efficace contre Bemisia, Trialeurodes, Tetranychus sur de nombreuses cultures, dont le coton notamment ; Clothianidine (Tl-435) est une néonicotinoïde pour le traitement des semences du maïs, du colza. Elle pénètre par les racines et contrôle le ver du maïs (Diabrotica), le ver fil de fer (Melanotus), le charançon des semences (Hylemia platura), les scarabées volants (Chaetocnema pulicaria), la punaise des céréales (Blissus leucopterus), les asticots blancs (Lacnosterna implica) ; Le Spirodiclofène (Envidor), est un acaricide à large spectre aux propriétés insecticides. Il est de la nouvelle classe chimique des Tétroniques ; Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 23. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 23 Le neem est utilisé pour lutter contre les insectes des denrées stockées comme les charançons (SECK Dogo, 1990) mais aussi les insectes du niébé en champ (BALDE Mamadou, 2003 ; La Pyridalyl (S-1812) est un insecticide pour le coton et les légumes ; Le Spinosad est utilisé pour le contrôle de la mouche des fruits ; Méthoxyfenozide est un insecticide des lépidoptères de la viticulture ; OKW97 est un avicide à base de Clothianidine ; Le Thiaclopid (Chloronicotinyle) est un insecticide à large spectre sur les insectes des arbres fruitiers ; Le Thiaméthoxam est un insecticide des arbres fruitiers et des légumes. B. LES ADDITIFS ALIMENTAIRES 1. Les anti-métabolites Ce sont des substances ajoutées aux aliments des insectes, bien appétées par ces derniers mais qui inhibent l’action des métabolites et entraînent des phénomènes d’anorexie et de perte rapide de poids corporel suivie de mort. Certains ont la possibilité d’agir sur deux ou plusieurs métabolites d’où la rapidité de leur effet. Pour la plupart les anti-métabolites sont de faible toxicité pour les mammifères et sans danger dans le cadre de la lutte contre les ravageurs. Cette méthode est efficace et mérite toute notre attention 2. Les hormones Le processus de mue, de croissance et de métamorphose des insectes est régulé par des hormones. Ce sont les hormones cérébrales, les hormones de la mue et les hormones juvéniles. Chacune d’elles joue un rôle spécifique à un moment du développement de l’insecte. Elles sont actuellement synthétisées et utilisées contre les insectes. On sait que l’hormone juvénile intervient dans la croissance et non la maturation. Ainsi, appliquée sur des insectes en dernière phase nymphale ou de pupe, cette hormone entraîne le blocage de la phase de maturation, car ne devant être présente à cette phase. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 24. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 24 3. Les barrières alimentaires Il s’agit de la protection des cultures par des produits chimiques ayant la capacité de prévenir l’alimentation du ravageur. Dans certains cas ils tuent le ravageur par malnutrition. Ils sont de faible toxicité pour les mammifères. Leur dose létale pour 50% d’une population (DL50) est d’environ 510 mg/kg (NAS, 1969). Ils sont les plus souvent utilisés en couverture ou enduit. C. LES LIMITES DE LA LUTTE CHIMIQUE La plupart des insecticides employés constituent des poisons violents pour les utilisateurs, les plantes traitées, les animaux (insectes, oiseaux et mammifères dont l’homme). Il va soit donc que des précautions sérieuses soient prises à tous les niveaux pour éviter les dangers que les insecticides vont courir à l’humanité. C’est de là que résident les limites de l’emploi des insecticides, limites qui ont pour noms : 1. la sélection dans la population des ravageurs, des souches qui résistent à un ou plusieurs insecticides ; 2. le phénomène de trophobiose (réaction faisant que la plante soit encore plus prisée par le ravageur suite au traitement) ; 3. l’apparition nouveaux insectes nuisibles du fait de la destruction de leurs ennemis naturels ; 4. l’empoisonnement direct des manipulateurs et des animaux ; de même que les dangers encourus par les enfants et les paysans pendant le stockage ; 5. la phytotoxicité encourue par les plantes traitées du fait de leur fragilité ; 6. les effets indésirables sur certains organismes utiles tels : les espèces pollinisatrices, les parasitoïdes des ravageurs des cultures, les poissons, les oiseaux, l’homme, le bétail, le gibier ; 7. la contamination par accident (cas des périmètres de Podor en 1996) de l’écosystème ; 8. l’application répétée des pesticides du fait qu’ils ne produisent qu’une réduction temporaire et partielle des insectes qui se multiplient à des allures vertigineuses. Bien que ces limites susnommées soient objectives, il n’en demeure pas moins vrai que la lutte chimique est, et restera encore un moyen auquel nous aurons recours principalement pour le contrôle des insectes ravageurs des cultures. VI. LES TROPISMES Les attractifs et produits associés comme les stimulants ont été utilisés largement pendant plusieurs années dans l’étude du comportement des insectes. Ils ont été utilisés par exemple comme appâts dans les pièges dans le but : d’échantillonner des populations d’insectes en vue de déterminer leur densité relative dans le temps et dans l’espace ; de tracer le mouvement des insectes marqués dans leur dispersion et leur migration ; d’étudier le pourcentage de survie dans leur environnement naturel ; Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 25. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 25 d’étudier le comportement lié à la recherche de copulation, nourriture et site de ponte. Les tropismes déterminés par des terminaisons nerveuses particulières (chimiorécepteurs et photorécepteurs) sont spécifiques. Leur intensité varie d’une espèce à l’autre et chez la même espèce, suivant le stade biologique, quelque fois le sexe. C. LE PHOTOTROPISME Bon nombre d’insectes est attiré par la lumière. Il s’agira de noyer par exemple les insectes capturés dans l’eau ou à l’aide d’un diffuseur d’insecticides. D. LE CHIMIOTROPISME L’utilisation des attractifs ou répulsifs constitue un champ d’investigation très important du fait de leur rôle sur les comportements des insectes dans leurs différentes activités. Il s’agit généralement de substances dont le goût ou l’odeur attire ou répugne les insectes. 1. Les attractifs Les attractifs sont des produits chimiques ou autres stimulants ayant la capacité d’orienter le mouvement de l’insecte vers la source d’émission. Dans ce cas, ils sont associés à des pièges, aux insecticides, à des pathogènes ou des stérilisants dans le but de détruire le ravageur. 2. Les répulsifs Dans sa course pour le développement, l’homme a appris que certains éléments, produits ou parties de plantes ou d’origine animale, découragent les attaques des insectes et ravageurs associés. C’est comme la fumée, le caoutchouc brûlant, et même les urines des chameaux. Depuis plus de 100 ans, des huiles essentielles comme la citronnelle, sont réputées être des répulsifs des moustiques. Ces répulsifs ont été remplacés par l’homme par des produits synthétisés en laboratoire, produits utilisés pour la protection des plantes, animaux et de l’homme. Un répulsif est un produit chimique ayant la faculté de repousser un insecte dans son orientation et direction de déplacement. Leur intérêt est surtout qu’ils empêchent la consommation de la plante contrairement à la plupart des autres produits qui agissent après attaque. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 26. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 26 E. L’EMISSION DE SON Il s’agit d’émettre des sons qui attirent les insectes (son qui imitent ceux de la même espèce), ou qui font fuir les insectes quand ils imitent ceux des espèces prédatrices. F. REMARQUES SUR LES INAPPETANTS Certaines substances ont la faculté de bloquer les réflexes de mastication et de déglutition des insectes. L’épandage de ces produits sur le végétal peut empêcher les dégâts des insectes. VII. LA LUTTE BIOLOGIQUE C’est la manipulation des ennemis naturels des ravageurs visant à réduire les populations de ces derniers à des niveaux tolérables et les pertes économiques qu’ils entraînent. Les agents de lutte biologique contre les insectes sont les prédateurs, les parasitoïdes, les agents pathogènes des insectes tels que les virus, les champignons, les protozoaires, les nématodes. A. HISTORIQUE Bien que remontant dans la nuit des temps, ce n’est qu’en 1890 que la lutte biologique est devenue une technique de contrôle des ravageurs des cultures. En effet il y a des événements qui retracent l’évolution fondamentale du concept de la lutte biologique. Ces événements montrent s’il en était besoin le génie de l’homme pour surmonter les problèmes rencontrés. La lutte biologique a apporté une contribution remarquable à la science moderne de l’environnement en insistant sur la nécessité de l’équilibre de la nature. En réalité l’application de la lutte biologique est une parfaite illustration de notre connaissance croissante de l’écologie. Car durant le 19ème siècle, les idées et concepts qui sous-tendent la lutte biologique ont beaucoup contribué au développement des théories et principes de l’écologie. En retour, l’émergence des théories et principes de l’écologie ont renforcé la formulation pratique des méthodes biologiques de lutte contre les insectes. En fait, la lutte biologique est par essence un phénomène écologique et son application est un exemple pratique d’écologie appliquée. Mais l’idée selon laquelle un insecte peut être utilisé intentionnellement pour en supprimer un autre est très ancienne. Dans la Chine antique, les fourmis sont utilisées pour contrôler des insectes des citronniers. C’est une pratique longtemps utilisée par les anciens agriculteurs avec un minimum d’ingéniosité. Car il a fallu des observations pour distinguer les fourmis carnassières des phytophages. En effet, en Arabie médiévale, les planteurs de dattes transportaient des fourmis carnassières des montagnes pour contrôler les fourmis ravageuses de dattiers. Cette pratique constitue le premier Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 27. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 27 exemple connu du mouvement de l’homme vers des ennemis naturels des insectes déprédateurs dans le but d’un contrôle biologique. Ceci atteste aussi s’il en était besoin la capacité des arboriculteurs de l’Arabie médiévale à distinguer les espèces de la famille des fourmis sur la base de leur habitude alimentaire. C’est pourquoi, nous ne pouvons qu’admirer la clairvoyance de ces précurseurs. La première idée selon laquelle le contrôle biologique contre les ravageurs peut être une solution pratique au problème des insectes est européenne. En 1800, Erasmus Darwin réussit la destruction des chenilles de chou pommé par « la petite mouche ichneumon » qui dépose sur elle ses œufs (Doutt 1964, in BOSCH et all ). Selon BOSCH et all, « l’idée de la collecte et l’élevage des chenilles parasitées dans le but de récolter des adultes du parasite à lâcher ultérieurement a été proposée par Hartig en 1827 en Allemagne (Sweetman 1936). En France, Boisgiraud en 1840 collecte et libère un nombre important de carabes , Calasoma sycophanta (Linnaeus) pour la destruction de la chenille mineuse de gypsy moth. En Italy, Villa propose en 1844 et démontre plus tard, l’utilisation des insectes prédateurs comme les carabes et les staphylinides dans le contrôle des insectes des jardins ». En Europe, l’application première de la lutte biologique a concerné principalement l’utilisation de parasites ou prédateurs locaux contre les déprédateurs locaux. En Amérique, avec le développement rapide de l’agriculture notamment en Côte Est et les échanges intercontinentaux au cours du 19ème siècle avec la multiplication des déprédateurs, l’importation des ennemis a été surtout prépondérante. Ainsi par exemple la mouche du blé très vorace Sitodiplosis mosella (Gehin) est connue comme venant d’Europe. Asa Fitch (1809 - 1879), entomologiste à New York établit que la persistance du ravageur à un niveau de dégâts si élevé est due à l’absence de son ennemi naturel, qui en Europe le maintien à un niveau raisonnable (BOSCH et all). Bien qu’intéressante, la lutte biologique n’est pas simple dans la réalisation et nécessite souvent des recherches conséquentes. Pratiquée seule, elle a l’avantage de réduire les résidus des pesticides dans l’alimentation mais entraîne une réduction de 21% du rendement des cultures (BOSCH et all). En Afrique et principalement dans la sous région, on peut citer des cas intéressants de lutte biologique. B. QUELQUES CAS DE LUTTE BIOLOGIQUE 1. Contre la chenille mineuse du mil Dans le cadre du projet de lutte intégrée conduit par le CILSS dans les années 70, un programme de contrôle de la chenille mineuse des chandelles du mil (Heliochelus albipuntella) a été initié au Sénégal. Les élevages du parasitoïde, Bracon hebetor (Diptères, Braconidae) ont été bien menés et Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 28. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 28 les lâchers d’adultes en champ paysan ont permis de contrôler une population importante de chenilles, mais ces dernières sont souvent mortes après les dégâts. C’est ce qui explique les résultats mitigés du programme. 2. Contre la cochenille farineuse du manioc La cochenille farineuse du manioc, Phenacocus manihoti (Homoptère, Pseudococcidae) s’est propagée de manière extraordinaire de 1970 à 1990 en Afrique au Sud du Sahara. Elle a compromis la culture dans de nombreux pays. Un vaste programme de lutte biologique avec l’utilisation d’un parasitoïde Epidinocarsis lopezi et conduit par l’ITTA/PLB a donné des résultats satisfaisants. 3. Contre la cochenille farineuse du manguier Signalée en 1981 au Ghana et au Togo, la cochenille farineuse du manguier Rastrococcus invadens, s’est étendue dans de nombreux pays en s’attaquant en réalité à près de 44 espèces végétales de 22 familles. Les attaques les plus significatives sont notées sur le manguier, les agrumes, le bananier et le goyavier. Plusieurs ennemis naturels tels des prédateurs et parasitoïdes ont été trouvés sur l’insecte. Mais les attaques les plus importantes qui ont été notées sont sans nul doute celles du parasitoïde primaire Gyranusoidea tebygi (Hyménoptère, Encyrtidae). L’IITA/PLB a entrepris les élevages et les lâchers en 1987 et a enregistré des résultats notables dans le contrôle du ravageur. 4. Contre le Grand Capucin du maïs Le Grand Capucin du Maïs, Prostephanus truncatus (Coléoptère, Bostrichidae), signalé en 1980 en Tanzanie et 1982 au Togo s’est propagé rapidement au Kenya, Burundi, Bénin, Ghana. Parmi les nombreux prédateurs et parasitoïdes s’attaquant à l’insecte, Teretriosoma nigrescens a été choisi par IITA/PLB pour sa grande faculté de se nourrir des œufs et des larves du ravageur. 5. Contre les sautériaux Des études menées par l’IITA/PLB ont montré que les acridiens sont victimes d’une grande prédation d’oiseaux et d’un parasitisme notoire de parasitoïdes. Ceux qui sont les plus attaqués sont Schistocerca gregaria (Forskål), Zonocerus variegatus (Linné), Oedaleus senegalensis (Krauss), Chortoicetes terminifera (Walker). On a noté entre 1.000 à 650.000 insectes ponctionnés journalièrement par une horde de corbeaux, hérons ou cormorans. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 29. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 29 C. LE CAS DE LA LUTTE MICROBIOLOGIQUE Il s’agit de l’utilisation de microorganismes par l’homme pour le contrôle des insectes. Les champignons, les virus et bactéries sont les plus utilisés. Leur intérêt est d’être très virulents pour les insectes sans causer de dégâts à l’homme. On dénombre 1.165 microorganismes ayant ces capacités. On y trouve 90 espèces de bactéries (Bacillus thuringiensis thuringiensis (Berlinet), 260 espèces de virus et rickettsies, 460 espèces de champignons (Beauveria bassiana (Bals.), 255 espèces de protozoaires et 100 espèces de nématodes. VIII. CONCLUSIONS La protection des cultures passe nécessairement, aujourd’hui, par la combinaison harmonieuse de plusieurs moyens et méthodes de lutte mis au point et permettant le contrôle des attaques des ravageurs des plantes cultivées. Il est aujourd’hui – eu égard aux connaissances poussées dans le domaine scientifique et technique- utopique de mener une quelconque lutte avec l’un des moyens pris séparément, car, ou cette lutte s’avère inefficace, ou elle occasionne des catastrophes immédiates ou à long terme sur l’environnement, la faune ou la flore. Les stratégies (moyens de lutte) de contrôle relativement nouvelles, regroupant un nombre variable d’éléments, comprennent l’utilisation des ennemis naturels, l’emploi sélectif des pesticides, les procédés de pression et de contrôle des déprédateurs, ainsi que l’utilisation des variétés résistantes ou tolérantes, et la modification des façons culturales. Ce dernier élément comprend par exemple la destruction des tiges après la moisson, la restriction de la période de semis et les périodes d’absences de plantes hôtes. Un certain nombre de technologies nouvelles, récemment mises au point ou récemment utilisées redonnent un regain d’intérêt à la protection des cultures. Il s’agit de la méthode de dissémination d’insectes stériles, les stérilisants chimiques, la création d’un désordre par l’utilisation des phéromones, l’emploi des appâts combinés aux pièges ou poisons, l’utilisation de régulateurs de croissance, les produits répulsifs, les pièges lumineux, les composés anti-nutritifs, les extraits végétaux comme les grains de neem et les manipulations génétiques tels les organismes génétiquement modifiés (OGM) Cet ensemble de technologies ainsi que d’autres technologies possibles (avec la découverte de nouvelles molécules comme les tétragones) dans l’avenir ne devrait pas être considérées comme des substituts aux méthodes actuelles de lutte contre les ravageurs, mais plutôt comme des éléments supplémentaires que l’on intégrera plus tard rationnellement dans le système de lutte. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 30. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 30 La lutte intégrée contre les ravageurs fonctionne le mieux quand elle fait partie de l’ensemble du système de protection et de production agricole. Aucune partie de ce système ne peut fonctionner de façon efficace si toutes les autres ne fonctionnent pas en même temps. Pour arriver à un bon fonctionnement, il faut appliquer un système d’approche systématique et scientifique. Par exemple, l’adaptation d’une culture à l’environnement et aux conditions appropriées de sol, de température, de longueur de jour, de radiation solaire, d’humidité, de vent, est d’une importance primordiale pour la lutte. Souvent, on oublie ou on ignore l’importance de la connaissance de la biologie du déprédateur dans la lutte contre les ennemis des cultures. C’est la connaissance parfaite de cette biologie et de l’évolution du ravageur dans le temps et dans l’espace qui permettra de faire un meilleur choix quant aux moments et moyens à utiliser pour avoir une meilleure efficacité avec le moins de frais. En effet, quelque soit le procédé employé, celui-ci doit être rentable pour l’agriculture. Dans un autre domaine, l’application des techniques agricoles est déterminée par le paysan et ceci peut être un facteur extrêmement variable dans l’ensemble de la culture. En effet, le paysan peut causer (ou aggraver) plus de dégâts à la culture que tout autre facteur par simple ignorance, mauvais jugement, décision et exécution incorrectes. Enfin, l’Etat doit coordonner toutes ces méthodes par des décisions opportunes reposant sur des recherches appropriées dans le cadre d’une coopération internationale dynamique. C’est sur tous ces problèmes que réside la complexité de la protection des végétaux. Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003
  • 31. Evolution des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs (Extrait du Dossier Documentaire ENSETP 2003) 31 BIBLIOGRAPHIE Afrique Agriculture 2003 l’Industrie Phytosanitaire Confrontée à l’Evolution des Concepts de Sécurité des Aliments . Conférence de Brighton du 18 au 21 novembre 2002. AA . Mars 2003 BAL (A.B.), 1988 Rapport analytique 1987 : ISRA/CNRA, novembre 1988 ; BALDE (M), 2003 Rapport annuel 2002 ISRA/CNRA mars 2003 ; BOSCH (R.V.D) & BIOLOGICAL CONTROL University of California, Berkeley 180 p MESSENGER (P.S), 1973 DIOP (A.A.Y), 1982 La protection entomologique du niébé dans la zone centre du Sénégal Mémoire de fin de scolarité Ecole Nationale des Cadres Ruraux de Bambey, novembre 1982 IITA/PLB) /PNUD/FAO. Manuel de lutte biologique Tome 2 : Institut International d’Agriculture Tropicale / Projet Lutte Biologique (IITA/PLB) /PNUD/FAO. Lomer (C.J.) Lutte biologique contre les acridiens (compte rendu d’un atelier tenu à et Prior (C), 1991 l’Institut International d’Agriculture Tropicale, Cotonou (Bénin), du 29 avril au 1er mai 1991 ; NATIONAL ACADEMY OF PRINCIPLES OF ANIMAL PEST CONTROL, Volume 3 : Insect-Pest SCIENCES Management and Control Washington 1969.; 508 p NDOYE (Mb), 1976 Situation des recherches sur les parasites entomologiques des légumineuses à graines (niébé, arachide) au Sénégal Présenté au Symposium International sur les déprédateurs des légumineuses à graines du 8 au 13 novembre 1976 IITA Ibadan – Nigeria. Multig. CNRA. 17p. NDOYE (Mb), 1979 Un facteur important limitant la productivité des céréales de cultures exondées dans le Sahel Africain : le problème des déprédateurs. 12 - 16 février 1979. Dakar+. Multig. CNRA. 17p. SECK (D), 1990 Importance économique et développement d’une approche de lutte intégrée contre les insectes ravageurs des stocks de maïs, de mil, et de niébé en milieu paysan ; 1990 Par Abou DIOP Techniques Agricoles/ ENSETP/UCAD Dakar 2003