AGONVI A. M. Audrey
Plan de présentation
Cadre d’étude
Justification du sujet
Objectifs de recherche
 Démarche
Méthodologique
 Résultats
...
Communes côtières de Grand-Popo et Ouidah: sud-ouest Bénin
Sup : 653 km2
;Pop : 219034 hbts ;
Den : 336hbt/ km2
Activités ...
JUSTIFICATION DU SUJET
 En Afrique Sub-saharienne et particulièrement au Bénin, les populations locales
sont de plus en p...
 La côte béninoise est dans l'ensemble assez fragile (sables grossiers et
moyens), et est soumise à un fort transit que l...
 Au Bénin, une hausse du niveau de la mer aggraverait la plupart des formes de
dégradation physique déjà existantes (Djim...
OBJECTIFS DE RECHERCHE
Globalement ce travail vise à mieux appréhender les aspects biophysiques de la
vulnérabilité de la ...
Données et informations collectéesDonnées et informations collectées
 données climatologiques (hauteur de pluie, tempéra...
Recherche documentaireRecherche documentaire
Centres de documentation : FLASH, BIDOC, MEHU, BU et sites internet
Enquête...
Méthodes de traitement de donnéesMéthodes de traitement de données
- Données climatiques (analyses des mutations)
 Utilis...
-Caractérisation du niveau d’avancement de la mer et de
l’érosion de la côte
Analyse des images Google (2002, 2014);
Uti...
Mutations climatiques dans les communes de Grand-Popo etMutations climatiques dans les communes de Grand-Popo et
OuidahOui...
Rupture de stationnarité des séries pluviométriques en 1970 à Ouidah et en 1975 à Grand-
Popo (au seuil de 95 % à Ouidah e...
Mutations saisonnières :
régression des totaux
mensuels de juin à septembre
et une légère augmentation
des totaux pluviomé...
0
30
60
90
PA
PT
Pirr
PI
Ouidah Granpd-Popo
Perceptions des populations sur
l’instabilité pluviométrique
Les populations d...
Évolution des valeurs thermiques
TMax
T = +0,0187t + 29,693
29,00
29,50
30,00
30,50
31,00
31,50
1953
1956
1959
1962
1965
1...
Évolution des vitesses des vents
0
3
6
9
12
15
1953
1956
1959
1962
1965
1968
1971
1974
1977
1980
1983
1986
1989
1992
1995
...
Mais selon les populations, les vents
sont de plus en plus violents (85 % à
Grand-Popo et 55 % à Ouidah) et
emportent les ...
0
1
2
3
4
5
6
Janv
Févr
Mars
Avr
Mai
Juin
Juil
Août
Sept
Oct
Nov
Déc
Régime des vents
Faibles vitesses pendant la saison s...
Risques d’inondation dans les communes de Grand-Popo et OuidahRisques d’inondation dans les communes de Grand-Popo et Ouid...
Images d’inondations et ses effets socioéconomiques
Vulnérabilité = niveaux de risque combinés avec les capacités d’adaptation des populations
Vulnérabilité du milieu face à ...
Avancement de la mer et érosion côtière dans les communes deAvancement de la mer et érosion côtière dans les communes de
G...
Effet de la mer sur
l’habitation
Effet de l’érosion côtière
sur le couvert végétal
Le milieu est sujette à des mutations climatiques : instabilité pluviométrique, hausse
des températures surtout ;
La varia...
PERSPECTIVESPERSPECTIVES
 Prévoir pour les populations qui vivent dans la plaine des lieux de refuge en cas
d’inondation ...
Vulnérabilité de la zone côtière béninoise face aux changements climatiques : secteur Ouidah et Grand-Popo
Vulnérabilité de la zone côtière béninoise face aux changements climatiques : secteur Ouidah et Grand-Popo
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Vulnérabilité de la zone côtière béninoise face aux changements climatiques : secteur Ouidah et Grand-Popo

394 vues

Publié le

Présentation de Agonvi au cours de l'atelier régional sur l’adaptation aux changements climatiques en zones côtières

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
394
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Vulnérabilité de la zone côtière béninoise face aux changements climatiques : secteur Ouidah et Grand-Popo

  1. 1. AGONVI A. M. Audrey
  2. 2. Plan de présentation Cadre d’étude Justification du sujet Objectifs de recherche  Démarche Méthodologique  Résultats  Conclusion-perspectives
  3. 3. Communes côtières de Grand-Popo et Ouidah: sud-ouest Bénin Sup : 653 km2 ;Pop : 219034 hbts ; Den : 336hbt/ km2 Activités : Agriculture, pêche, élevage, artisanat, commerce, etc. CADRE D’ÉTUDE
  4. 4. JUSTIFICATION DU SUJET  En Afrique Sub-saharienne et particulièrement au Bénin, les populations locales sont de plus en plus vulnérables et s’adaptent aux effets néfastes de ce phénomène du fait de leurs situations géo-climatiques, leur forte dépendance à l’égard des ressources naturelles et leurs capacités d’adaptation limitées à l’évolution du climat (Goulden et al., 2009 ; Zakzouk, 2010).  La zone côtière est un espace tant convoité et son usage inadéquat conduirait irrémédiablement à des dégradations irréversibles, car leurs ressources se gaspillent si leur gestion ne s’appuie pas sur une connaissance solide des mécanismes qui règlent leur équilibre dynamique instable.  La compréhension de la dynamique côtière au plan de son environnement physique et les divers facteurs et formes de dégradation qui la caractérisent sont essentiels pour comprendre sa vulnérabilité aux répercussions locales et au rehaussement global du niveau de la mer (IPCC 2001).
  5. 5.  La côte béninoise est dans l'ensemble assez fragile (sables grossiers et moyens), et est soumise à un fort transit que les houles du rivage marin provoquent un courant qui peut atteindre 1,5m/s. Ce qui représente un transport de sédiments de près de 1,5 millions de m3 par an. (Capo, 2008)  Dans les milieux côtiers l’élévation du niveau marin liée à la variabilité et aux changements climatiques à pour conséquence la forte salinisation des cours d’eau, la réduction de la faune avec l’apparition de nouvelles espèces ; la disparition de la mangrove suivie de la destruction des frayères naturelles, la modification écologique de la flore, etc. ( IPCC, 2007)
  6. 6.  Au Bénin, une hausse du niveau de la mer aggraverait la plupart des formes de dégradation physique déjà existantes (Djiman ,1998 ; MEHU, 1993 et 1997 ; Socio, 1998 ; PNUE, 1985 et Verstraete, 1989). Plus clairement l’érosion côtière causerait le recul du trait de côte, du stress subi par les écosystèmes littoraux de la perte de terres agricoles. Le rehaussement du niveau marin causerait également une intrusion de sel dans les nappes aquifères côtière. C’est pour apporter une contribution aux réflexions menées sur la question, que le sujet «Vulnérabilité de la zone côtière béninoise face aux changements climatiques : Secteur Grand-Popo-Ouidah» a été choisi.
  7. 7. OBJECTIFS DE RECHERCHE Globalement ce travail vise à mieux appréhender les aspects biophysiques de la vulnérabilité de la zone côtière du secteur Grand-Popo, Ouidah face aux changements climatiques. De façon spécifique il s’agit de : • étudier les mutations climatiques (pluie, température, vents) dans le secteur Grand-Popo-Ouidah ; • cartographier les risques d’inondations et corollaires dans le secteur d’étude; • caractériser le niveau d’avancement de la mer et de l’érosion de la côte à Grand- Popo et Ouidah ;
  8. 8. Données et informations collectéesDonnées et informations collectées  données climatologiques (hauteur de pluie, température et vent ) sur la période 1953-2013 obtenues à l’ASECNA; données démographiques obtenues à l’INSAE grâce aux résultats des recensements de 1992, 2002, 2013;  données planimétriques (cartes pédologique, géomorphologique, hydrographique)  des images Google 2002, 2014 relatives au traits de côtes;  images satellitaires (occupation du sol) Land sat de 1978 et 2014 pour la réalisation des cartes ;  données et informations ethno-climatologiques et socio-anthropologiques ;  des coordonnées géographiques des points à l’aide du GPS DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE
  9. 9. Recherche documentaireRecherche documentaire Centres de documentation : FLASH, BIDOC, MEHU, BU et sites internet Enquêtes de terrainEnquêtes de terrain Méthodes de collecte de données etMéthodes de collecte de données et informationsinformations Échantillon : 185 chefs Ménages, 40 élus locaux, 3 agents du CARDER Techniques : Entretiens individuels, entretiens de groupes et observations de terrain Outils : Questionnaires, guides d’entretiens, appareils photo, GPS, etc.
  10. 10. Méthodes de traitement de donnéesMéthodes de traitement de données - Données climatiques (analyses des mutations)  Utilisation de la moyenne arithmétique ;  Indice pluviométrique standardisé ;  Analyse de tendance (pluie, température et vent) par : régression linéaire ;  Détection de ruptures de stationnarité par les tests de Pettiit (1979) et méthode bayésienne de Lee et Heghinian (1977) ;  Illustrations graphiques.
  11. 11. -Caractérisation du niveau d’avancement de la mer et de l’érosion de la côte Analyse des images Google (2002, 2014); Utilisation des coordonnées géographiques et tracking par GPS et les informations/ témoignages de terrain ; Traitement cartographique. - Cartographie des risques d’inondations et corollaires Combinaison des données pluviométriques, hydrographiques, pédologiques, géomorphologiques, occupation du sol, informations de terrain, par une approche cartographique (Map info et Arc View).
  12. 12. Mutations climatiques dans les communes de Grand-Popo etMutations climatiques dans les communes de Grand-Popo et OuidahOuidah INSTABILITÉ PLUVIOMÉTRIQUE Ouidah I = -0,0025t + 0,0595 -2 -1 0 1 2 3 4 5 1965 1968 1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 2010 I= +0,0007t - 0,0173 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 1965 1968 1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 2010 Grand-Popo - Forte occurrence des années déficitaires avec survenance des années excédentaires plus fréquence entre 2006 et 2010. - Légère tendance à la baisse à Ouidah et absence de tendance à Grand-Popo.
  13. 13. Rupture de stationnarité des séries pluviométriques en 1970 à Ouidah et en 1975 à Grand- Popo (au seuil de 95 % à Ouidah et 90 % à Grand-Popo). Ce qui montre que l’instabilité est plus prononcée à Ouidah.
  14. 14. Mutations saisonnières : régression des totaux mensuels de juin à septembre et une légère augmentation des totaux pluviométriques mensuels entre septembre et octobre. Au total, les pluies sont irrégulières, forte occurrences d’années déficitaires et des mutations saisonnières Ouidah 0 70 140 210 280 350 Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc 1965-1970 1971-2010 Grand-Popo 0 70 140 210 280 350 Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc 1965-1975 1976-2010
  15. 15. 0 30 60 90 PA PT Pirr PI Ouidah Granpd-Popo Perceptions des populations sur l’instabilité pluviométrique Les populations de Grand-Popo sont plus sensibles aux mutations pluviométriques que celles de Ouidah et les pluies tardives et abondantes dominent les perceptions. Les réalités géographiques et les effets semblent donc influencées les perceptions plus que la mutations elles-mêmes.
  16. 16. Évolution des valeurs thermiques TMax T = +0,0187t + 29,693 29,00 29,50 30,00 30,50 31,00 31,50 1953 1956 1959 1962 1965 1968 1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 2010 Tmin T= +0,0257t + 23,709 23,00 23,50 24,00 24,50 25,00 25,50 26,00 1953 1956 1959 1962 1965 1968 1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 2010 Tendance à la hausse plus prononcée des températures minimales signe d’une augmentation continue des températures. 0 25 50 75 100 Granpd-Popo Ouidah T° aug T°bais Concordance avec les perceptions des populations
  17. 17. Évolution des vitesses des vents 0 3 6 9 12 15 1953 1956 1959 1962 1965 1968 1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 2010 Années Vitessedevent(m/s) Maxi Moy Mini Pas de tendance claire et les tests n’indiquent aucune rupture Les plus fortes valeurs comprises entre 6 et 14 m/s. Donc des vents ‘’modérés’’ et ‘’modérés-forts’’ selon l’échelle de Beaufort (1802) et priori peu dangereux pour l’homme et les habitations.
  18. 18. Mais selon les populations, les vents sont de plus en plus violents (85 % à Grand-Popo et 55 % à Ouidah) et emportent les toitures des habitations Quelques mesures adoptée pour sauver les toitures contre les vents
  19. 19. 0 1 2 3 4 5 6 Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Régime des vents Faibles vitesses pendant la saison sèche et les fortes valeurs en juillet, août et septembre mais sont peu menaçantes pour les hommes
  20. 20. Risques d’inondation dans les communes de Grand-Popo et OuidahRisques d’inondation dans les communes de Grand-Popo et Ouidah Risque fort : Presque tous les ans et dure au moins 2 semaines ; Risque modéré : 1 année sur 2 ; Risque faible : 1 années sur 4 et faible durée
  21. 21. Images d’inondations et ses effets socioéconomiques
  22. 22. Vulnérabilité = niveaux de risque combinés avec les capacités d’adaptation des populations Vulnérabilité du milieu face à l’inondation
  23. 23. Avancement de la mer et érosion côtière dans les communes deAvancement de la mer et érosion côtière dans les communes de Grand-Popo et OuidahGrand-Popo et Ouidah Djègbadji Djondji Avancée de la mer (26 et 48 m) avec destruction d’infrastructures, du couvert végétal et des plantations L’élaboration de la carte complète est en cours
  24. 24. Effet de la mer sur l’habitation Effet de l’érosion côtière sur le couvert végétal
  25. 25. Le milieu est sujette à des mutations climatiques : instabilité pluviométrique, hausse des températures surtout ; La variabilité pluviométrique associée aux facteurs géomorphologique, hydrographique, expose le milieu aux risques d’inondations aux conséquences socio-environnementales dans un contexte où la capacité d’adaptation des communautés est faibles ; l’élévation du niveau de la mer consécutive au réchauffement thermique associée au transit du littoral induit une forte érosion côtière.
  26. 26. PERSPECTIVESPERSPECTIVES  Prévoir pour les populations qui vivent dans la plaine des lieux de refuge en cas d’inondation ou changer leur habitation en habitat de pilotis. Etablir des cartes de sensibilité du littoral à l’érosion côtière de la zone. Etudier la redistribution des sédiments le long de la côte . Déterminer les taux d’érosion de la côte par segment en vue de mieux maîtriser l’ampleur du phénomène .

×