7ème C O N F E R E N C E B I E N N A L E DES
ASSOCIATIONS CHRETIENNES DE SANTE D’AFRIQUE
(A C H A P)
CONTRIBUTIONS DES ORG...
Plan de l’exposé :
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION
2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE, NEONATALE,
ET INFANTO-JUVENILE A...
I- CONTEXTE
1.1. Caractéristiques générales du pays
◦ Le Cameroun est un pays de l’Afrique Centrale, situé au centre de
la...
II- JUSTIFICATION
2.1. La Politique Nationale de Santé et l'Organisation du
Système de Santé camerounais
Le système de san...
JUSITIFICATION (fin)
Tous ces sous-secteurs, en 2014, comptaient au total 4 035
formations sanitaires toutes catégories et...
2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE,
NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE (suite)
Ce faisant, le pays s’est doté des instru...
2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE,
NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE (suite)
 II existe également des plans stratégiq...
2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE,
NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE (suite)
Ainsi, eu égard aux résultats obtenus, le...
2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE,
NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE ( suite et fin)
Créé le 11 novembre 2013 par Arrê...
2.1.Situation de la mortalité maternelle, néonatale
et infanto-juvénile (fin)
Il convient donc de signaler qu’à travers la...
2.2.Décès maternels
Force est de constater qu’il a fallu néanmoins un
certains temps pour inverser les tendances. C’est
ai...
2.3. Décès maternels (suite/fin)
 Les disparités importantes existent entre les régions du
Cameroun avec des données part...
2.3.1. Mortalité néonatale
Au Cameroun, la mortalité néonatale est passée
de 31% (en 1998) à 29 % (en 2004), soit un taux
...
2.3.2. Mortalité infanto juvénile (Suite)
 Le taux de mortalité des moins de 5 ans est passé
de 146% en 1998 à 144% en 20...
Mortalité infanto juvénile (suite)
Chez les enfants, ces principales causes sont le
Paludisme, les diarrhées, la pneumonie...
Mortalité infanto juvénile (FIN)
Par ailleurs, la prévalence du VIH chez les femmes
camerounaises en âge de procréer a trè...
Une analyse conduite par le Ministère de la Santé
Publique en 2013 a permis de classer les 10 régions
du Cameroun en fonct...
3.1 Goulots liés à la couverture, à la demande
et à l‘offre
3.1.1. Couverture des interventions
Couverture en services et...
Disponibilité des services : Discontinuité dans la
disponibilité des services.
Accessibilité financière : Pressions fina...
Disponibilité des ressources humaines
Insuffisance quantitative : En 2011, 101
Gynécologues Obstétriciens, 74 Pédiatres, 1...
CONCLUSION
Les organisations confessionnelles de santé au Cameroun
entendent jouer leur partition dans la réduction de la
...
CONCLUSION (suite)
mis sur en place une plate forme de dialogue et
de concertation pour adresser de façon
concertée les qu...
CONCLUSION (FIN)
- Un investissement accrue dans la rénovation des
équipements et des infrastructures, avec notamment
le r...
CONCLUSION (FIN)
◦ Equité dans l'accessibilité aux soins de
qualité tout au long du continuum des soins,
◦ Participation e...
FIN
 THANKYOU SO MUCH FORYOUR
KIND ATTENTION
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Experience de Cameroun par Leonard Onana, CEPCA

560 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
560
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Experience de Cameroun par Leonard Onana, CEPCA

  1. 1. 7ème C O N F E R E N C E B I E N N A L E DES ASSOCIATIONS CHRETIENNES DE SANTE D’AFRIQUE (A C H A P) CONTRIBUTIONS DES ORGANISATIONS CONFESSIONNELLES DE SANTE A L'AMELIORATION DU SYSTEME DE SANTE MATERNELLE ET INFANTILE AU CAMEROUN Présenté par: Léonard ONANA MBANGA AssistantTechnique – Département Santé Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun (CEPCA) Point Focal CEPCA - C2D MINSANTE UnitéTechnique d'Appui à la Contractualisation Dans le Secteur de la Santé (UTAC)
  2. 2. Plan de l’exposé : 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION 2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE, NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE AU CAMEROUN 3. ANALYSE DES PROBLEMES LIES À L'ACCESSIBILITE, AUX SERVICES ET AUX SOINS DE SANTE MATERNELLE, NEONATALE ET INFANTO JUVENILE DE QUALITE 4. PROLEMES LIES A LA COUVERTURE, A LA DEMANDE ET A L’OFFRE 5. CONLUSION
  3. 3. I- CONTEXTE 1.1. Caractéristiques générales du pays ◦ Le Cameroun est un pays de l’Afrique Centrale, situé au centre de la forêt équatoriale, et à revenu intermédiaire, ◦ Peuplé d’environ 22 000 000 habitants en 2014, selon les projections du dernier recensement général de la population, ◦ Le taux de croissance annuel est de 2.8 %, ◦ La population essentiellement jeune, se répartie de la manière suivante : 43,0 % ont moins de 15 ans, 13,7 % ont entre 0 et 35 mois et 19, 8 % ont un âge situé entre 0 et 59 mois, ◦ Le nombre des Femmes en âge de procréer est estimé à 24,6%, ◦ Le taux de fertilité est estimé à 5,2 % (Selon enquetes du MINSANTE) ◦ L’espérance de vie de la population générale est estimée à 55,1 ans (selon une étude récente du MINSANTE, réalisée en 2014.
  4. 4. II- JUSTIFICATION 2.1. La Politique Nationale de Santé et l'Organisation du Système de Santé camerounais Le système de santé s'articule en trois sous-secteurs, a savoir :  Un sous-secteur public qui comprend les structures sanitaires du Ministère de la Santé Publique et celles sous-tutelle d'autres départements ministériels à l'instar de ceux en charge de la Défense, du Travail et de la Sécurité Sociale (à travers la Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale), des Enseignements Secondaires, de l'Enseignement Supérieur, de l'Administration Pénitentiaire, de la Sureté Nationale, etc.  Un sous-secteur privé qui regroupe les structures sanitaires privées à but non lucratif (confessions religieuses, associations et diverses organisations non gouvernementales) et celles à but lucratif.  Un sous-secteur de la médecine traditionnelle.
  5. 5. JUSITIFICATION (fin) Tous ces sous-secteurs, en 2014, comptaient au total 4 035 formations sanitaires toutes catégories et tous secteurs confondus (MINSANTE). L'adoption consensuelle en 2001 du document de stratégie sectorielle de la santé (SSS) marque une ère nouvelle dans l'évolution de la politique sanitaire du Cameroun. Cette SSS traduisait la vision du futur et proposait un ensemble de réformes à mener face aux problèmes de santé des populations notamment en matière de Santé Maternelle, Néonatale et Infanto-juvénile.
  6. 6. 2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE, NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE (suite) Ce faisant, le pays s’est doté des instruments ci-dessous, pour lui permettre d’adresser efficacement cette problématique de la mortalité néonatale et infanto-juvénile :  Un plan stratégique de sécurisation des produits contraceptifs 2005 - 2010 ;  La politique nationale de santé de la reproduction qui a été révisée en 2012 ;  Un Plan Stratégique National de Santé de la Reproduction (PSN-SR) 2010 - 2015 a été élaboré vers la fin de la période d'expiration du 1er PNSR. Ce plan vient d’ailleurs d'être revisité dans l’optique de l’adapter véritablement au contexte actuel.
  7. 7. 2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE, NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE (suite)  II existe également des plans stratégiques thématiques spécifiques pour la vaccination, la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et de la lutte contre le paludisme. Les Plans Stratégiques Nutrition et Prise en Charge Mère et Enfant sont en cours de finalisation.  Malgré la détermination du Gouvernement à améliorer la santé des femmes et des enfants, les indicateurs nationaux montrent que leur situation demeure très préoccupante. Il est à noter que malgré le caractère multidimensionnel de la problématique, l'approche multisectorielle ainsi que la coordination des activités pourtant indiquées ont été jusqu'ici insuffisantes.
  8. 8. 2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE, NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE (suite) Ainsi, eu égard aux résultats obtenus, le Cameroun a décidé de prendre le problème à bras le corps. Le Président de la République, soucieux de la santé de ses populations et particulièrement de celle des mères et des enfants, a instruit le Gouvernement de mettre en place un programme multisectoriel spécialement dédié à la lutte contre la Mortalité Maternelle, Néonatale et Infanto-juvénile.
  9. 9. 2. ETAT DES LIEUX DE LA SANTE MATERNELLE, NEONATALE, ET INFANTO-JUVENILE ( suite et fin) Créé le 11 novembre 2013 par Arrêté NO 09/CAB/PM, le Programme National Multisectoriel de Lutte contre la Mortalité Maternelle, Néonatale et Infanto-juvénile est actuellement le principal instrument pour l'accélération de la réduction de cette mortalité. Il offre un cadre pour la coordination, la promotion et le renforcement de l'engagement multisectoriel pour une plus grande synergie dans l'action visant l'amélioration de la situation.
  10. 10. 2.1.Situation de la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile (fin) Il convient donc de signaler qu’à travers la mise en place de ce cadre réglementaire par les plus hautes autorités de la République, les Organisations Confessionnelles de la Santé dont font partie intégrante, le Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun (CEPCA,) l’Organisation Catholique pour la Santé au Cameroun (OCASC), la Fondation Médicale Ad Lucem au Cameroun (FALC) et le Réseau National des Formations Sanitaires d’Obédience Musulmane (RENAFSOM) dont l’ensemble de l’offre, des soins au Cameroun est évaluée à 40 %, pour une centaine d’hôpitaux, plus de 500 Centres de Sante de diverses catégories et plus de 5 000 RHS, toutes catégories confondues également se sont véritablement investies dans la problématique de la diminution de la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile, contribuant ainsi de façon significative à la réduction des statiques de morbidité comme l’illustrent fort à propos des chiffres ci-dessous
  11. 11. 2.2.Décès maternels Force est de constater qu’il a fallu néanmoins un certains temps pour inverser les tendances. C’est ainsi que l’on a continué à observer au Cameroun, que le ratio de mortalité maternelle s'est plutôt dégradé allant de 430 décès pour 100 000 naissances vivantes en 1998, à 669 en 2004 puis à 782 en 2011. En d'autres termes, selon une étude du MINSANTE, menée en 2011, la mortalité maternelle a presque doublé entre 1998 et 2011 au Cameroun, passant de 430 à 782 décès pour 100 000 naissances vivantes alors que la cible fixée pour 2015 est de 350 décès.
  12. 12. 2.3. Décès maternels (suite/fin)  Les disparités importantes existent entre les régions du Cameroun avec des données particulièrement préoccupantes dans les régions septentrionales.  Près de 80% des décès maternels sont directement imputables aux causes suivantes : l'hémorragie, les infections du post partum, la prééclampsie/éclampsie, les complications des avortements et les grossesses ectopiques.  Les causes indirectes des décès maternels sont principalement le paludisme, les anémies sévères, les affections liées au VIH/Sida et les maladies cardio- pulmonaires.
  13. 13. 2.3.1. Mortalité néonatale Au Cameroun, la mortalité néonatale est passée de 31% (en 1998) à 29 % (en 2004), soit un taux de réduction annuel (TRA) de 2%, pour remonter à 31% de décès pour 1000 naissances vivantes (2011). Actuellement, elle représente 50% de la mortalité infantile. 2.2.3. Mortalité infanto juvénile  Au Cameroun, selon les enquêtes successives, le taux de mortalité infantile est passé de 77% en 1998 à 74% (TRA 0,5%) en 2004 puis à 62% (TRA 1,7%) en 2011, la cible que le pays s'est fixée en 2010 est de 22%.
  14. 14. 2.3.2. Mortalité infanto juvénile (Suite)  Le taux de mortalité des moins de 5 ans est passé de 146% en 1998 à 144% en 2004 (TRA 0,33%) puis à 122% en 2011, (TRA 3,14%) alors que la cible était et reste fixée à 76% en 2015.  Les principales causes de mortalité néonatale sont représentées par la prématurité, l'asphyxie, les infections, les malformations congénitales entre autres…
  15. 15. Mortalité infanto juvénile (suite) Chez les enfants, ces principales causes sont le Paludisme, les diarrhées, la pneumonie et le SIDA. Ces affections meurtrières sont favorisées par la sous- nutrition qui à elle seule est responsable d'au moins un tiers de la mortalité des enfants de moins de cinq ans (OMS 2010). La prévalence de la malnutrition reste préoccupante avec 33%. Le taux d'allaitement maternel exclusif reste très faible. En 2011, seuls 20% d'enfants de moins de 6 mois étaient exclusivement allaités.
  16. 16. Mortalité infanto juvénile (FIN) Par ailleurs, la prévalence du VIH chez les femmes camerounaises en âge de procréer a très rapidement augmenté, passant de 1% (1990) à 6,8% (2004), avec une baisse enregistrée en 2011 (5,6 %). Dans ce contexte, le taux de prévalence chez les femmes enceintes est de 7,6%, ce qui représente environ 70 000 femmes enceintes séropositives attendues chaque année.
  17. 17. Une analyse conduite par le Ministère de la Santé Publique en 2013 a permis de classer les 10 régions du Cameroun en fonction de leurs performances. Il en ressort que les besoins en matière d'interventions de santé maternelle, néonatale et infanto-juvénile (SMNI) sont beaucoup plus ressentis dans cinq régions du Cameroun (Extrême- Nord, Adamaoua, Nord, Centre et Est) ainsi que dans les villes de Douala etYaoundé.
  18. 18. 3.1 Goulots liés à la couverture, à la demande et à l‘offre 3.1.1. Couverture des interventions Couverture en services et soins : Besoins insuffisamment couverts ◦ Taux de prévalence contraceptive pour les méthodes modernes : 16% ◦ Besoins non couverts en PF : 9,6% (1998), 14,5% (2004), 16,6% (201 1) ◦ Césariennes conduites : 4% ◦ Accouchement assisté : 63%
  19. 19. Disponibilité des services : Discontinuité dans la disponibilité des services. Accessibilité financière : Pressions financières liées à l'absence d'une tarification harmonisée, affectant notamment les pauvres. Accessibilité géographique : En 2010, la couverture géographique en formations sanitaires était loin de répondre au minimum requis dans les sept régions enquêtées : 2,99 FOSA, au lieu des 5 recommandées pour 500 000 habitants.
  20. 20. Disponibilité des ressources humaines Insuffisance quantitative : En 2011, 101 Gynécologues Obstétriciens, 74 Pédiatres, 167 Sage Femmes/Maïeuticiens, avec une répartition inégale, inéquitable et inadéquate, et une forte concentration àYaoundé et Douala. Insuffisance qualitative : Le personnel ne dispose pas toujours des capacités requises pour reconnaître et prendre en charge les complications chez la parturiente et le nouveau-né lorsqu'elles surviennent.
  21. 21. CONCLUSION Les organisations confessionnelles de santé au Cameroun entendent jouer leur partition dans la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infanto juvénile. Elles ont pour cela, de concert avec le Gouvernement et en accord avec Le Programme National de Lutte contre la Mortalité Maternelle, Néonatale et Infanto juvénile (PNLMMI) dont la vision vise à « Faire du Cameroun une Nation où l'accès universel aux soins et services de qualité pour les femmes et les enfants est une réalité, où les décès maternels, néonataux et infantiles évitables sont éliminés ».
  22. 22. CONCLUSION (suite) mis sur en place une plate forme de dialogue et de concertation pour adresser de façon concertée les questions de santé publique majeures qui se poseraient au pays. Deux axes majeurs ont été retenus pour cela et portent notamment sur la formation des RHS compétentes et qualifiées, avec : - la création et l’ouverture deux Universités Confessionnelles formant des médecins généralistes et spécialisés, en plus des écoles de formation des personnels intermédiaires,
  23. 23. CONCLUSION (FIN) - Un investissement accrue dans la rénovation des équipements et des infrastructures, avec notamment le relèvement du Plateau Technique, grâce aux appuis du Ministère de la Santé Publique et des Partenaires au Développement, le tout encadré par des mesures fortes des différentes parties prenantes à savoir : ◦ Engagement politique durable et leadership national du Ministère de la Santé Publique, ◦ Coordination effective des interventions et complémentarité, ◦ Multi-sectorialité et partenariats innovants, ◦ Redevabilité et bonne gouvernance,
  24. 24. CONCLUSION (FIN) ◦ Equité dans l'accessibilité aux soins de qualité tout au long du continuum des soins, ◦ Participation et implication optimales de la communauté y compris les bénéficiaires et les hommes, ◦ Communication et mobilisation effectives.
  25. 25. FIN  THANKYOU SO MUCH FORYOUR KIND ATTENTION

×