Encadré par: Dr. Cherif WissalRéalisé par: Nahdi Adel
 Introduction Problématique Objectifs Méthodologie de l’enquête Résultats et Discussion Recommandations Conclusion
IntroductionMalgré l’évolution des soins, des systèmes et des politiques de santé relatives à lagestion de violence, les s...
ProblématiqueDans notre pratique quotidienne nous avons remarqué uneaugmentation de tous types de violence et aussi une co...
Objectifs Etudier la gestion des situations de violences par lepersonnel sanitaire.
Méthodologie de l’enquête Afin de répondre à notre problématique, nous avons opté pour uneétude descriptive, quantitative...
Résultats La population étudiée est composé 57% infirmières et 43% desinfirmiers. moyenne d’ancienneté de 10 ans. La mo...
La violence est présente dans les établissements sanitaires du grand Tunis pour 70.3%des soignants interrogés (réponses « ...
Par ailleurs, 83% des infirmiers interrogés avouent que le patient n’est pas le seulresponsable dans les manifestations de...
65.71%70%20%20%17.14%4.28%ne jamais répondre sur lemode agressifappel dun agent desécuritésortir de servicese défendre ver...
Après les situations de violence, la plupart des infirmiers sentent la nécessité de trouver untemps de calme, ce qui nous ...
Recommandations1/ La formation du personnel :2/ L’amélioration de la qualité de la relation avec le public3/ la mise en pl...
ConclusionL’établissement , principal pilier de cette violence, devrait désormais prendre encompte cette réalité sociale e...
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guide des soins selon les besoins des femmes

343 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
343
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide des soins selon les besoins des femmes

  1. 1. Encadré par: Dr. Cherif WissalRéalisé par: Nahdi Adel
  2. 2.  Introduction Problématique Objectifs Méthodologie de l’enquête Résultats et Discussion Recommandations Conclusion
  3. 3. IntroductionMalgré l’évolution des soins, des systèmes et des politiques de santé relatives à lagestion de violence, les structures de soin s’affirment encore comme un lieud’exposition pour les professionnels de la santé.Après la révolution tunisienne (décembres 2010, janvier2011), le ministère de la Santéa levé 795 cas dagressionKasserine 1er : 70 cas d’agressionTunis 2 eme : 68 cas d’agressionAu cours de janvier, février 2013 : 95 cas de violenceSoigner la violence est le soin le plus difficile, et ses conséquences semblent être néfastespour l’individu, son entourage et l’environnement, c’est pourquoi apprendre à gérer laviolence de façon éthique et juridique dans les soins est une façon pour les soignants delutter contre le stress, le brun-out...
  4. 4. ProblématiqueDans notre pratique quotidienne nous avons remarqué uneaugmentation de tous types de violence et aussi une conduiteinadéquate de la part de l’infirmer dans la gestion de cessituation.Comment l’infirmier se comporter face à cette violence ?
  5. 5. Objectifs Etudier la gestion des situations de violences par lepersonnel sanitaire.
  6. 6. Méthodologie de l’enquête Afin de répondre à notre problématique, nous avons opté pour uneétude descriptive, quantitative et transversale Notre enquête s’est déroulée aux établissements sanitaires de grandTunis, Hôpital La Rabta, Hôpital Charles Nicolle, Hôpitald’enfants, Hôpital Razi, Institut Mohamed Kassabd’Orthopédie, Institut Salah Azaiez et Centre de Santé de Base (CSB)9 Avril. Nous avons distribué un questionnaire comporte 24 questions auxinfirmières et infirmiers travaillant dans certains services des hôpitauxcités (urgences, réanimation, consultation externe, serviced’hospitalisation...). Elle s’est déroulé sur une période de 12 jours allant de 18 mars 2013jusqu’à 30 Mars 2013. L’objectif de questionnaire est à étudier la gestion des situationsde violences par le personnel sanitaire Le questionnaire est strictement anonyme.
  7. 7. Résultats La population étudiée est composé 57% infirmières et 43% desinfirmiers. moyenne d’ancienneté de 10 ans. La moyenne d’âge 35.7ans avec des extrêmes de 22 ans et de 57 ans.
  8. 8. La violence est présente dans les établissements sanitaires du grand Tunis pour 70.3%des soignants interrogés (réponses « toujours » et souvent »), elle prend différentesformes, verbales (93%), menaces (56%), physique (47%) et elle est le plus souventcausée par les accompagnantsParadoxalement, il s’emble que seulement 26% des victimes remplissent les feuillesde déclarations d’agressions physique ou verbales, même elles existent.Au fait la violence constitue, pour la grande majorité des infirmiers, unecomposante quotidienne de leur profession, réalité de leur environnement desoins. !!!!
  9. 9. Par ailleurs, 83% des infirmiers interrogés avouent que le patient n’est pas le seulresponsable dans les manifestations de violence.Le cadre hospitalier, le délai d’attente des soins parfois trop long ainsi que certainsgestes et comportements inadaptés des soignants peuvent entraver la relationthérapeutique, augmenter la tension relationnelle et contribuer à une exacerbationde la violence.Il convient ainsi à se demander sur les motifs qui amèneraientl’infirmier à adopter de tels comportements.
  10. 10. 65.71%70%20%20%17.14%4.28%ne jamais répondre sur lemode agressifappel dun agent desécuritésortir de servicese défendre verbalementnégocierse défendrephysiquement0% 20% 40% 60% 80%72.85%4.28%11.42%54.28%2.85%27.14%appel dun agent de sécuritévous ne vous en soucier passortire de serviceprend en charge le maladesympathiser avec linfirmièresympathiser avec le patient0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%Comportement face les violencesLes deux principales attitudes face à uncomportement potentiellement violent font d’appel àun agent de sécurité (70%) et le choix de ne jamaisrépondre sur le mode agressif (66%).Comportement face les violences envers lessoignantsla majorité des infirmiers (72.85%) choisissent defaire appel à un agent de sécuritéprès d’un infirmier sur deux opte pour prendre encharge le malade
  11. 11. Après les situations de violence, la plupart des infirmiers sentent la nécessité de trouver untemps de calme, ce qui nous donne une idée sur l’importance de la charge émotionnelle.Or, dans la plupart du temps, les conditions du service ne le permettent pas. Cecipourrait expliquer la difficulté des infirmiers à conserver un comportement exemplaire lereste de la journée en travail .De plus, certaines situations amènent les infirmiers à éprouver le sentiment de« ras-le-bol »Ce sentiment serait très dangereux, car il pourrait créer chez l’individu unehaine à l’égard de son travail et pourrait le conduire rapidement à l’épuisementprofessionnel.
  12. 12. Recommandations1/ La formation du personnel :2/ L’amélioration de la qualité de la relation avec le public3/ la mise en place de dispositifs de sécurité et de confort4/ Des mesures administratives
  13. 13. ConclusionL’établissement , principal pilier de cette violence, devrait désormais prendre encompte cette réalité sociale en mettant en place une stratégie préventive innovante etefficace, fondée à la fois sur une démarche participative et sur l’engagement de tousles acteurs et instances concernées.Par ailleurs, et malgré la diversité des formes de violence et des réponses qu’il estpossible d’apporter, la mise en place de mesures préventives vient aussi de l’intérieur desoi. Ainsi, si l’on manque de confiance en soi, d’assurance ou de sang-froid sur lessituations, les menaces continueront leurs œuvres destructrices en dépit de toutesmesures de protection.Dans cette optique, des programmes pédagogiques spécifiques doivent êtreaccessibles aux soignants, en vue de favoriser une prise en charge optimale descomportements agressifs et violents de certains patients ou/et accompagnants.

×