Francisco Aguilar Rubio (5º)
Maman
Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable suite de pot...
Je ne suis pas sure si je saurai gérer ma vie, si vide sans elle, à milliers de kilomètres de distance, avec le
seul désir...
Córdova Alarcón, Gracia
UN RÊVE OU UNE RÉALITÉ
Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

2014 b2 en finale

663 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
663
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
216
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2014 b2 en finale

  1. 1. Francisco Aguilar Rubio (5º) Maman Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable suite de poteaux d’électricité défilant a perte de vue, un champ lointain de coquelicots dansants sous une brise printanière…Rien ne pouvait cependant me faire oublier ce doux sourire que je venais de quitter pour toujours à la gare malgré moi. Une tempête aurait pu se produire -ou même une éclipse de lune- que rien ne m’aurait détourné de ses yeux larmoyants. Une perle coula sur sa joue et un nœud se fit dans ma gorge. J’en eus le vertige. Un malaise en moi s’installa incessant. Ses pommettes pareilles à des pétales de roses rougirent derechef. Les rides de son front paraissaient sculptées dans sa peau couleur crème. Je lus au tréfonds de son âme meurtrie sa douleur, sa peine ; mais je perçus au-delà une immense fierté. Elle m'avait enseigné comment aimer, comment grandir et devenir un homme. Auprès d'elle, aucune peur ne m’assaillait, j'étais fort. La guerre avait déjà fait énormément de ravages, de morts, notamment chez les civiles. Je devais partir pour la protéger et accomplir le devoir d’un homme. Sous mon air nonchalant, j’avais là une atroce crainte, je savais au fond de moi que je tenais ce visage entre mes mains une dernière fois. Un dernier regard et j’entendis le train démarrer. Sous un épais brouillard de fumée obscure, je rapprochai mes lèvres de son oreille. La voix tremblante, je humai une ultime fois son doux parfum de miel. Plonger mes yeux dans ses prunelles noisette m’aurait cloué au sol. Je me contentai, donc, de lui murmurer ces dernières paroles : « Maman, tu as illuminé ma vie de ton soleil, à moi de défendre la tienne en me battant. Je t’aimerai pour toujours et à jamais » Manuel Sánchez Cano (6º) Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable suite de poteaux d’électricité défilant à perte de vue, un champ lointain de coquelicots dansants sous une brise printanière… Rien ne pouvait cependant me faire oublier ce doux sourire que je venais de quitter pour toujours à la gare malgré moi. Les larmes me montant aux yeux, j’ai décidé de détendre mon regard en me plongeant dans une profonde rêverie, où j’ai commencé à me rappeler les circonstances où j’avais fait la connaissance de cette femme souriante. Je me trouvais dans la forêt d’Atreros où le silence était seulement perturbé par les hurlements des chouettes. Il faisait nuit noire et la brume envahissait le sol. Soudain, une main tremblante s’est posée sur mon épaule et, immédiatement, une jolie femme, portable à la main, s’est évanouie juste avant de prononcer un mot. J’ai découvert, alors, la cause de l’évanouissement : un couteau enfoncé dans son dos. Tout de suite, j’ai pris son portable pour appeler les services d’urgence qui ont réussi, sur place, à maintenir son souffle. Au lendemain, après m’être entretenu avec l’inspecteur Clovis, j’ai retourné chez moi en m’apercevant que j’avais dans mon poche le portable de la femme blessée. Lorsque je l’ai pris, il s’est mis à vibrer et en le décrochant une voix grave m’a menacé de me tuer. Après une semaine, l’inspecteur a sonné à mon porte – il voulait que je l’accompagne jusqu’à l’hôpital car la victime étant sortie du coma, voulait m’agréer mon aide. Lorsque je l’ai vue, cela a été le coup de foudre en commençant une histoire d’amour jusqu’au moment où elle doit quitter le pays de peur d’être attaquée par son agresseur. Soudain, un coup de fil me fait sortir de mon rêve – c’est l’inspecteur -. Il m’informe que l’attaquant vient d’être arrêté. Lucía Curiel (6º) Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable suite de poteaux d’électricité défilant à perte de vue, un champ lointain de coquelicots dansants sous une brise printanière… Rien ne pouvait cependant me faire oublier ce doux sourire que je venais de quitter pour toujours à la gare malgré moi. Dans ces quinze fugaces mois que j'ai vécu a Paris, j'ai senti ce que jamais j'aurais pu imaginer quand j'ai découvert mon vrai âme soeur, celle d'Annaïs, avec qui le temps glissait doucement sans s'en I'apercevoir; son regard s'injectait dans la profondeur de ma peau, ses accolades toujours tendres, pures, pénétrantes...me transportaient dans un ciel infinit, ses baisers qui se posaient directement au centre de mon coeur me comblaient d'enthousiasme. Juste sa présence formait une aureole d'une énergie magique ou tout était présent, ou notre amour ne pouvait que se répandre dans la profondeur de I'univers. Rien ne pourra jamais de ma vie me faire oublier ces moments-la; sa lumiere sera pour toujours présent dans mon esprit... Maintenant, que j'ai été rapatrié a Ouganda, mon pay natal, et que probablement je ne la reverrai jamais, ici, dans la solitude du train, il me reste que subir son absence sans aucun espoir d'avenir. Des gouttes d'angoisse déchirent mon être peu à peu dans un silence accablant ou la souffrance m'empêche de respirer.
  2. 2. Je ne suis pas sure si je saurai gérer ma vie, si vide sans elle, à milliers de kilomètres de distance, avec le seul désir, avec la nécéssité absolue de I'avoir a mes côtés. Des larmes s'écoulent tristement par mon visage pendant que j'espère de toute mes forces pouvoir me réveiller et retourner à chanter notre amour.
  3. 3. Córdova Alarcón, Gracia UN RÊVE OU UNE RÉALITÉ Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable suite de poteaux d’électricité défilant à perte de vue, un champ lointain de coquelicots dansants sous une brise printaniére..Rien ne pouvait cependant me faire oublier ce doux sourire que je venais de quiter pour toujours à la gare malgré moi. - Maman! - Oui, ma puce? - Où as-tu gardé mon pantalon rouge? - Cherche-le dans ton placard. Le train doucement s’éloignait en laissant derrière moi une partie de mon coeur… - Ma chérie, est-ce que ma chémise est prête, j’en ai besoin! - Oui, bien sûr papa, tu la trouveras dans le placard. …Mon coeur… Son image, ses paroles, même sa douce peau, c’est un trésor que je garderai jusqu’au but de mes jours… - Maman! J’y ne trouve rien!. Viens m’aider, s’il te plait! - J’y arrive! …Un trésor que je garderai jusqu’au but de mes jours... Pourtant, en réalité j’avais l’espoir de le révoir quelque jour, quelque mois, quelqu’année. L’amour… - Maman! J’ai faim! - C’est suffi, j’en ai assez! - la femme a dit en se levant de son fauteuil- Où est l’amour? pourquoi il est si bien caché! Le père et la fille se regandaient sans rien comprendre. Qu’est-ce qu’il se passait?. C’est la première fois que sa mère, sa merveilleuse mère, parlait de telle façon. La mère s’est mise à genoux en cherchant l’amour sous la table, sous le fauteuil et quand finalement elle a trouvé le roman, elle a commencé à manger une feuille après l’autre. Leur mari appelle une ambulance. - Docteur, venez- vite! ma femme a devenue folle. Elle est en train de manger un roman en disant que tout ce qu’elle veut c’est de l’amour. Moi, je suis sûr que l’amour ne se mange pas. Federico Llopis (6º) UNE TRISTE HISTOIRE D’AMOUR Le soleil tout paresseux se levant à peine sur l’horizon, une interminable suite de poteaux d’électricité défilant à perte de vue, un champ lointain de coquelicots dansants sous une brise printanière… Rien ne pouvait cependant me faire oublier ce doux sourire que je venais de quitter pour toujours à la gare malgré moi. Permettez-moi vous expliquer mon histoire dès le début. Je m’appelle Jean Dufour. Je suis né dans un petit village du Sud-Est de la France il y a 28 ans. J’y vécu depuis ma naissance et j’y trouvé le plus grande bonheur qu’on pourrait imaginer : l’amour de ma vie, Bernadette, une très belle demoiselle que j’avais l’intention d’épouser à la fin de l’été, après avoir fini notre travail. Nous travaillions, tous les deux, dans l’entreprise que mes parents et ceux de Bernadette avaient établie en 1920, quand elle avait 3 ans et j’en avais 8. À cette époque-là, la Grande Guerre étant finie récemment, il était assez difficile de se gagner la vie mais, grâce à la connaissance de la viticulture que nos parents avaient acquise depuis leur enfance et à leur énorme effort, après deux décades les vins Dufour-Chevalier jouissaient d’une enviable célébrité. Néanmoins, depuis quelques mois les pays du monde semblent avoir tombé dans une épouvantable folie qui les amène à agir violemment les uns envers les autres. L’invasion de la Pologne par l’armée d’Hitler a déclenché ce qui pourrait devenir une énorme guerre. Et voilà la cause qui est à l’origine du voyage que je suis en train de faire. Je viens de quitter ma fiancée et toute la famille puisque le gouvernement français a recruté obligatoirement tous les hommes âgés de 18 ans jusqu’à 30 ans… Après six ans, la guerre étant finie, Bernadette attendait le retour de l’homme qu’elle aimait. Elle continue encore à l’attendre aujourd’hui.

×