SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  24
Télécharger pour lire hors ligne
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2
L’Entre-nousAssociation des directions d’établissement scolaire retraitées de Montréal Version numérique : aderm.qc.ca
LE CONVENTUM
VOYAGE AUX PAYS BALTES
LE PLAISIR DE LIRE
INFORMATIONS AUX MEMBRES
5565, rue Sherbrooke Est
Montréal, QC H1N 1A2
Téléphone (514) 596-5156
DATE DE PARUTION
Le 19 décembre 2018
DANS CE NUMÉRO :
NOS CHRONIQUES
« Le roi Balthazar » carte de Noël de Marthe Desautels.
 LE PENSE-BÊTE
 ASSURANCES SSQ
 LE RECRUTEMENT : UNE
CAUSE COMMUNE
 LES CHRONIQUES
 LES NOUVEAUX MEMBRES
 LES PROCHAINES ACTIVITÉS
DE CULTURE ET COMPAGNIE
 LE VOYAGE AUX PAYS
BALTES
 SUGGESTIONS DE LECTURE
 CENTRE ÉPIC
L’Entre-nous, Vol. 26, no 22
Dans ce numéro :
Assurances/ Recrutement 5
Nouveaux membres 6/7
Plan d’action 2019-2021 8
Réalisations 9
Culture et Compagnie 10 à 13
De chaleureuses retrouvailles 14
Le plaisir de lire 15
Chronique des 90 ans 17
Ma grand-mère … 18/19
Heureux qui... 20/21
Centre Épic 23
Chers membres de l’ADERM,
En ce temps de réjouissances, de partage, d’entraide et de réflexion, permettez-
nous, comme membres du C.A., de vous offrir nos vœux sincères pour un Noël rem-
pli de paix et de joies. Que l’année nouvelle vous soit douce et vous apporte
d’innombrables bienfaits ainsi que la réalisation de vos rêves les plus chers.
Nouvelles de l’association
Notre secrétaire Mme Lucie Lacasse a décidé de profiter de sa retraite à plein
temps!
Nous la remercions chaleureusement pour les années consacrées à l’ADERM. Son
écoute attentive, son efficacité, sa disponibilité furent très appréciées. Nous lui
souhaitons que la santé et la joie fassent partie de son avenir! Bienvenue à notre
nouvelle secrétaire, Mme Hélène Blanchet!
Plan d’action
Nous avons revu les objectifs et la facture de notre plan d’action! Vous pouvez les
voir dans le journal et sur notre site. Avez-vous participé au concours pour le slogan
de notre association? Merci à ceux ou celles qui l’ont fait! Nous dévoilerons bien-
tôt, le slogan et le gagnant du concours sur la messagerie de l’ADERM.
Le recrutement des membres
« Le recrutement des membres est garant de la survie de l’association » voilà ce
que vous disait notre vice-présidente Mme Diane Mathieu-Paul. Elle y travaille très
activement avec sa formidable équipe. Un dossier vous est parvenu par la message-
rie dans lequel elle vous fournissait des arguments pour solliciter des membres de
direction ou des cadres que vous connaissez et qui n’ont pas adhéré à l’association.
Le recrutement va bon train, un peu plus d’une vingtaine de nouveaux membres,
anciens ou nouveaux retraités, viennent d’adhérer à notre association! Un cocktail
sera organisé pour eux le 15 janvier. Ce n’est qu’un début! (Voir l’article de Diane
dans le journal!) Nous avons besoin de votre participation!
Conventum des 70 ans
Cette rencontre joyeuse et festive a permis, encore cette année, à une soixantaine
de nos membres de se retrouver! Lire l’article de Monsieur Émile Robichaud.
Les cartes d’anniversaires
Il est de coutume à l’ADERM d’envoyer des cartes personnalisées et artistiques à
chaque membre pour son anniversaire. Dans un souci d’économie, nous ferons d’ici
juin l’expérience de cartes numériques pour certains membres branchés. Vos com-
mentaires seront appréciés!
Les voyages
Une invitation a été faite à tous nos membres voyageurs pour célébrer ensemble
notre 25e
voyage organisé par le comité Culture et Compagnie. Ce fut aussi l’occa-
sion de partager, de proposer, de recevoir des suggestions de voyages pour le fu-
tur. Notre prochaine destination vous sera bientôt révélée!
Régime RRPE (suivi)
Votre conseil d’administration est toujours actif dans ce dossier. À sa séance du
6 novembre 2018, le conseil a mandaté la présidente de l’ADERM, Mme Jocelyne
Poulin, pour rédiger une lettre au nouveau président du conseil du Trésor, M. Chris-
tian Dubé, afin de dénoncer d’une part, le gel de six ans de l’indexation des retrai-
tés participant au régime RRPE et d’autre part, les règles portant sur les pénalités
encourues par les retraités lors d’un retour au travail. Il a également chargé la pré-
sidente d’un autre mandat, celui d’écrire au nouveau ministre de l’Éducation,
M. Jean-François Roberge, pour dénoncer
cette même pénalité encourue par les re-
traités du RRPE lors d’un retour au travail.
M. Daniel Dubé, vice-président et Mme
Diane Mathieu Paul, vice-présidente ont
participé activement à la rédaction de ces
lettres. Pour plus d’informations, commu-
niquer avec le bureau de l’ADERM par
courriel aderm@aderm.qc.ca ou par télé-
phone au 514-596-5156. Un suivi vous sera
fait!
Bonne année 2019
à tous nos membres!
Un chaleureux merci aux nombreux béné-
voles qui travaillent pour nous et avec
nous!
Jocelyne Poulin,
Présidente
MESSAGE DU C.A.
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 3
Activité Date Endroit Responsable
Quilles Les lundis à 9 h 30 Salon Renaude-Lapointe André Legault
Pétanque Les mardis à 9 h Val-des-Arbres Ronald Rodier
Bridge Les mardis à 13 h 30 Le Rendez-vous A. Houle/Y. Grenier
Badminton Les mercredis à 13 h Saints-Martyrs-Canadiens Pierre Lamothe
Volley-ball Les jeudis de 9 h à 11 h 30 11121, rue Salk, Montréal-Nord Robert Sauvé
Mercredi des artistes Début le 24 octobre Le Rendez-vous Francine Robert
Galerie la Poste Le mercredi 16 janvier 2019 1700, rue Notre-Dame Ouest Mireille Martel
Les instruments
de musique
Le jeudi 7 février à 11 h
Musée des beaux-arts de
Montréal
Hélène Quinty
Déjeuner de l’amitié 14 ou 15 février 2019 Surveillez la messagerie À préciser
Thierry Mugler
Le mercredi 20 mars 2019
à 10 h 30
Musée des beaux-arts de
Montréal
Hélène Quinty
Directrice Jocelyne Poulin
Infographistes Jocelyne Villemaire
et Ginette Meunier
Publicité Robert Sauvé
Comité de communication
Jocelyne Poulin, Francine Ladouceur,
Monique Robert, Louise Godin, Jocelyne
Villemaire, Ginette Meunier
Rédactrice en chef
Jocelyne Villemaire
Saisie des textes Jocelyne Villemaire et
Ginette Meunier
Révision des textes Lise Dubuc, Monique
Grignon et Gisèle Émond
Correction d’épreuves
Monique Grignon
Expédition Robert Duquette
INFORMATIONS AUX MEMBRES
Nouvelle activité
Activité ski alpin 2018-2019
Une première activité de ski alpin a eu lieu
le 11 décembre.
Après la période des Fêtes, d’autres sorties vous seront
proposées.
Pour plus d’informations,
veuillez contacter
Marc Croteau.
Tél. : 450-465-0214
Courriel : croteaum1820@videotron.ca
L’Entre-nous, Vol. 26, no 24
Anniversairesdejanvier Anniversairesdefévrier
« Je me demande si fêter ses anniversaires ça ne fait pas vieillir.»
Nancy Astor
(28) Simone Gignac-Rheault (30) Jean-Paul Émard (31) Claude Arseneault, Jacques Rousseau.
Anniversairesdedécembre
(1) Robert Mathieu (3) Raymond Caron, Marc Croteau
(6) Jean Maheu (7) Roseline Rouad (10) Fernande
L.-Simoneau (11) Danielle Lacasse, Nicole Perreault
(13) Doris Richer (14) Jacqueline Saumure (15) Hélène
Du Berger Blouin (16) Pauline Prévost (17) Roch Four-
nier, Denis Langlois, Mario Langlois (19) Louise Del-
vigne (20) Louise Savard, Robert Picard, Francine La-
douceur (21) Lise Robitaille, Gérald Guilbault (22)
Françoise Brizard, Jeannine N.-La Chapelle (27) Da-
nielle Bouchard (30) Gilles Goyette
(1) Pauline Campeau, Alice De Grandmont, Yvon Pilon
(4) Michel Picard, Richard Vaillancourt (5) Jean-Claude
Rathé (6) Isabelle Lapierre, Marguerite Saint-Laurent
(8) Léontine Landry, Ralph Smith (9) Laure Sénécal
(Gérard) (10) Gavina Carboni-Blais, Monique Fredette,
Gisèle Émond, Hervé Leduc (13) Jean-Roch Lemay,
Anna-Maria Folco (16) Lucille Delisle (17) Jacques
Trottier (18) Laurent Portugais, Blanche Tremblay-
Gagnon, Manon Sénécal (20) Rolande Desjardins,
Jeannine Chagnon, Benoit Bussière (21) Pauline Marti-
neau, Marc Sabourin (22) Georgette Lévesque,
(23) Pauline Bessette, Germain Lamothe, Jean Gias-
son,(24) F.-Ange L.-Fortier (25) M.-Aurèle Quintal, J.-
Pierre Forcier (26) Jean-Guy Lachapelle, Jean-Clément
Girard, Paul Vanasse (Lafrance G.) (28) Monique La-
rouche, Jean-Paul Morin
NOUVEAUX MEMBRES
« Jeune, je rêvais d’être fildefériste. Au fil des années de travail, j’ai eu l’occasion
de pratiquer cette discipline, à la recherche d’un équilibre, non pas au-dessus du
sol, mais les deux pieds dans la réalité du milieu scolaire! À la retraite, je poursuis
mon apprentissage avec des gens que j’aime. »
Cécile Sachetelli
(suite à la page 6)
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 5
L’arrivée du mois de janvier annonce le renouvellement de notre police d’assurance SSQ. En octobre, comme porte-
parole du Comité consultatif des retraités (CCR), j’ai rencontré les représentants de SSQ Assurance, accompagné par
des représentants du Secrétariat du Conseil trésor, de notre actuaire conseil et de l’ex-porte-parole. Finalement, nous
nous sommes mis d’accord sur la tarification 2019, la mise en place de la mutualisation pour l’ensemble des retraités et
la possibilité pour les assurés de moins de 65 ans de modifier leur choix de régime (base vers enrichi) à leur 65e
anni-
versaire. De plus, les assurés de plus de 65 ans qui ont le régime de base pourront modifier leur régime vers le régime
enrichi durant une période déterminée par l’assureur. Nous croyons que la mutualisation (mise en commun) et la pos-
sibilité de modifier le choix du régime sont des bonnes nouvelles pour tous les assurés. Tous ces changements devront
être entérinés par le Conseil du trésor en décembre. Vous pourrez prendre connaissance de ces modifications dans la
parution du Retraité averti publié par les membres du CCR. Nous vous invitons, également, à consulter le site web:
ccr-québec.ca.
Daniel Dubé v-p.
INFORMATIONS AUX MEMBRES
SSQ ASSURANCE
Le recrutement : une cause commune
Depuis octobre, les membres du comité de recrutement sont actifs, créatifs et surtout généreux de leur temps. Ils re-
crutent et planifient des stratégies afin de travailler en amont.
En effet, nous avons pu constater que l’association n’est pas vraiment connue des futurs retraités. Malgré l’information
distribuée par l’ADERM à travers différents canaux, le message ne se rend pas nécessairement jusqu’à eux. Ou encore,
si l’information traverse la multitude de dossiers d’une dernière fin d’année de carrière, l’invitation est déposée sur la
pile à faire et l’ivresse de quitter fait oublier de prendre davantage d’informations. Ces futurs retraités partent sans
vraiment prendre connaissance des opportunités qu’offre l’ADERM.
Les membres du comité concluent qu’une présence plus active de l’association en amont est nécessaire. Cette année,
nous désirons, avec la collaboration des commissions scolaires, intervenir directement aux rencontres d’unités, faire
des offres de service de type « 5 à 7 » entre nouveaux membres et futurs retraités et assurer une présence significative
au congrès de l’AMDES.
Nous constatons que plusieurs nouveaux retraités se joignent à nous, d’autres reviennent après nous avoir quittés un
certain temps et des retraités de plusieurs années qui n’ont jamais été membres, s’ajoutent à la liste. Maintenant, il
faut s’en occuper sans oublier les membres fidèles depuis de nombreuses années. C’est dans nos plans.
Votre participation est importante. Nous devons rajeunir l’ADERM, lui permettre de vivre encore longtemps en solidi-
fiant sa base. Nous comptons sur chacun d’entre vous pour nous aider dans notre action.
L’association est «le seul chien de garde » de nos droits et intérêts.
Soyez assurés que nous travaillons vaillamment à les défendre. D’être conscients que vous êtes derrière
nous, comme force de frappe, nous encourage grandement. Merci.
Diane Mathieu-Paul
L’Entre-nous, Vol. 26, no 26
NOUVEAUX MEMBRES
À la retraite !
Une décision importante dans la vie de toute personne qui a donné de nombreuses
années pour une même organisation. Pour ma part, j’ai débuté ma carrière comme
professionnelle à l’éducation des adultes, j’ai poursuivie ma carrière au Service de
l’organisation scolaire, puis dans le réseau de la FP, pour terminer comme directrice
adjointe au Service de la gestion des personnes et du développement des compé-
tences. Ce fut une carrière extrêmement variée où j’ai eu la chance de rencontrer des
personnes stimulantes, intéressantes et généreuses. J’ai également su tisser des liens
avec des personnes passionnées par le monde de l’éducation. Je suis donc très en-
thousiaste à l’idée de retrouver certaines de ces personnes, maintenant membres de
l’Aderm.
Heureuse d’être nouvellement retraitée et très contente d’être parmi vous.
J'ai fait carrière à la CSDM durant 37 ans. J'ai débuté comme agente de bureau
puis quelques années plus tard, je suis devenue technicienne à la formation et ce
pendant de nombreuses années. Ceci m'a donné le bagage nécessaire pour occu-
per un poste d'encadrement, soit celui de responsable de budget au Service des
ressources humaines.
Il y a maintenant cinq ans que je suis retraitée et fière de l'être!
VIVE LA RETRAITE!
Anne Alexandre a dédié plus de 40 années de sa vie aux enfants en grande difficulté. Elle a
toujours été préoccupée par les mille et un défis que certains enfants doivent surmonter
dans la vie. Dès l'âge de treize ans, elle consacre ses heures de loisirs aux enfants malades
de l'hôpital Sainte-Justine à titre de bénévole. Elle inaugure notamment le service bénévole
ambulancier de l'hôpital et accompagne de nombreux enfants vers d'autres hôpitaux pour y
recevoir des traitements spécifiques.
Elle devient orthopédagogue pour rendre accessibles, compréhensibles et efficaces les ap-
prentissages des élèves ayant des difficultés multiples
Elle devient adjointe spéciale à la direction des écoles des Centres de Jeunesse Batshaw
puis au moment de la mutation des commissions scolaires, elle occupe le poste de direc-
trice adjointe de l'Académie Dunton (CSDM). Elle devient par la suite directrice des écoles
Maisonneuve, de la Lancée et Victor-Doré (école à mandat suprarégional pour enfants lour-
dement handicapés).
Elle consacre son temps libre à divers projets de théâtre depuis près de trente ans.
La retraite n'est pas synonyme de fin ou d'arrêt pour elle. C'est le moment privilégié de
faire des choix. Les siens continuent d'être l'accompagnement, la conseillance et bien en-
tendu ses petits enfants.
Sylvie Rivet
Ginette Côté
Anne Alexandre
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 7
Lutins de Noël
Saluons la générosité de nos
membres...
Depuis plusieurs années déjà, des membres de l’ADERM s’impliquent
afin d’apporter de la joie aux enfants de la DPJ à l’occasion de Noël.
Les artistes du Plaisir de l’art, à chaque exposition à laquelle ils partici-
pent, organisent des tirages et des collectes au profit de cette œuvre. Au
printemps dernier, ils ont ramassé quelques centaines de dollars au
cours d’une de ces expositions puis ils se sont réunis en novembre pour
fabriquer des sacs à bouteilles de vin. Ces sacs ont été vendus à l’occa-
sion de marchés de Noël et les profits seront également utilisés afin d’ai-
der les enfants de la DPJ et leur famille.
Vous pouvez faire des dons pour aider ces lutins de la DPJ en tout temps
en envoyant un chèque à l’ADERM en spécifiant « lutins de Noël » sur
votre chèque. Nous pouvons faire la différence pour beaucoup d’enfants.
Merci au nom de ces enfants.
...et soyons généreux!
NOUVEAUX MEMBRES (suite)
Ma retraite, après 40 ans de vie professionnelle!
Éducateur physique de formation, j’ai enseigné pendant 12 années aux niveaux secon-
daire et primaire. Par la suite, j’ai poursuivi ma carrière durant 7 ans comme conseiller
pédagogique suivis de 11 années à la direction d’établissement pour enfin terminer ma
carrière comme gestionnaire au service des technologies de l’information.
De jour en jour depuis ma retraite le 2 juillet dernier, un sentiment de liberté m’envahit
dans un tourbillon de nouvelles activités, pour moi et mes proches. Je me sens un peu
dans un déséquilibre qui je sais se veut temporaire. Je suis conscient aussi du temps qui
passe et des limites qui s’imposent désormais à la santé, à la vitalité, à la capacité de
m’engager ou à celle de tout recommencer. Mais la nécessité et le goût de bouger, le plai-
sir de créer de nouvelles relations, de maintenir des liens familiaux forts, de m’engager
dans une cause sont toujours bien présents.
Comme l’écoute de la musique fait partie de mon quotidien, la chanson « Le bonheur il est
où » de Christophe Maé est une belle inspiration. J’ai le sentiment et le temps de réfléchir
sur le moment présent, sur moi-même et les autres. Peut-être un peu de sagesse accumu-
lée avec les années m’amène à dire :
Le bonheur il est où, il est là, comme dit la chanson!
Au plaisir de vous rencontrer en ski, au golf, au volleyball, badminton …
Marc Croteau
L’Entre-nous, Vol. 26, no 28
Pland’action2018-2021
Notremission
Notreassociationapourmissionderassemblerlesdirectionsd’établissementetlescadresretraitésdescommis-
sionsscolairesfrancophonesdeMontréal(CSDM,CSPIetCSMB)etdedéfendreleursdroits.
Notrevision
Notrevisionestd’assurerlapérennitédenotreassociationenrecrutantleplusderetraitéspossible
etdeprotégerlesacquisdenosmembres.
Objectif1:
Défendrenosdroitscollectifs
Objectif2:
Recruteretstimulerlaparticipation
detouslesmembres
Objectif3:
Mainteniretcultiverunréseauactif
Stratégies
1.1Surveilleretprotégerlesrégimes
deretraiteetlesassurances
1.2Participeràtoutesactionsvisant
àprotégerlesrégimesderetraiteet
lesassurances.
Stratégies
2.1Formeruncomitéresponsable
durecrutement
2.2Encouragerlaparticipationdes
membresàlavieassociative
2.3Accroîtrenotrevisibilité
2.4Actualisernosmoyensdecom-
munication.
Stratégies
3.1Planifieretorganiserdesactivi-
téssociales,culturelles,sportiveset
d’entraidequifavorisentl’implica-
tiondesmembresdanslerespectde
l’environnement.
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 9
Nos réalisations de 2007 à 2018
****************
Visites culturelles
MBA : Art européen 2007 Cuba 2008 Cultures anciennes 2009 Tiffany 2010 Empereur de Chine 2011
Art canadien 2011 Médiathèque littéraire 2011 MBA : Jardin des sculptures 2012 Impressionnistes
2012 Arts décoratifs 2013 Chihuly 2013 Art méditerranéen 2013 Château Dufresne 2013 MBA : Fa-
bergé 2014 Portrait du Moyen-Âge 2015 Rodin 2015 Pompéi 2016 Grande bibliothèque 2016 Tou-
louse-Lautrec 2016 Observatoire Ville-Marie 2016 Revue et corrigée 2016 Chagall MBAM 2017 Es-
pace Go 2017 Napoléon MBAM 2018
Voyages (déjà le 25e
)
Québec 2007 Ottawa 2008 Vergers et Vignobles 2008 New York 1 2009 Canneberges 2009 Was-
hington 1 2010 Isle-aux-Grues 2010 Boston 2010 Washington 2 2011 Charlevoix 2011 Chicago 2011
Ottawa 2012 Californie 2012 Chine 2013 Mauricie 2013 Philadelphie 2013 Toronto 2014 Croatie
2014 New York 2 2015 Budapest 2015 Nouvelle-Angleterre 2016 Bas Saint-Laurent 2017 Allemagne
2017 Québec Giacometti 2018 Pays baltes 2018
Visites de quartier
Quartier des antiquaires 2010 Jardin botanique 2011 Notre-Dame-de-Grâce 2012 Plateau Mont-
Royal 2013 Mille Carré Doré 2014 Outremont Art Déco 2014 Vieux-Montréal 2015 Griffintown 2016
Lieux de cultes à Westmount 2017 Visite historique du métro 2018
Conférences et cours
Fabrication de cartes 2009 Caméra numérique 2010-2014 Souvenirs de Chine 2011 Conférences sur
les vins 2013 à 2018 Académie du chocolat 2015
Concerts
Noël en jazz 2014 Soir d’été de Schubert 2015 Noël celtique 2015 La belle époque MBAM 2016
Concert Valérie Milot, harpiste 2017 Magnificat de Bach 2017 Opéra La Tosca 2018
Comité Culture et Compagnie
L’Entre-nous, Vol. 26, no 210
Ehoui! chacun (e) revient avec des souvenirs personnels et une vie communautaire enrichie. Tel est
le constat de ce voyage pittoresque dans les pays baltes.
En compagnie de M. Laurier Tremblay de l’agence Humania, les 27 voyageurs ont vécu des moments féé-
riques où la chaleur humaine a favorisé les échanges, la complicité et la connaissance approfondie de l’his-
toire « baltique ».
Nos charmantes guides Zita, Anita et Véronica, toutes très professionnelles, nous ont instruits et communi-
qué l’amour de leur pays.
Tout au long du circuit, nous avons découvert de magnifiques trésors médiévaux, visité des musées, parcouru
les étals des marchés. Nous avons écouté des concerts dans les églises et assisté à l’opéra Don Carlos de Ver-
di. Marcher au cœur du quartier « art nouveau » de Riga... et combattre le vent sur les berges de la mer Bal-
tique furent également des plaisirs partagés par tous!...
Moment fort de notre voyage, la visite du 9 e
fort de Kaunas où la sculpture monumentale rappelle le camp
de la mort pendant l’occupation nazie. La visite de la colline des Croix était également un moment très émou-
vant! Une collègue a laissé parmi les 90,000 croix, la croix de son époux décédé...
Les voyageurs ont éprouvé beaucoup de plaisir à sillonner les rues étroites des vieilles villes, à fureter, à ma-
gasiner (souvent avec Laurier) afin de rapporter des petits souvenirs.
Dans les pays baltes la cuisine était savoureuse! Quelle cuisine! Quelle bonne bouffe!
Les mets du terroir et leurs fameuses bières furent un régal.
M. Ronald Rodier avec sa fameuse plume a accepté de vous relater notre voyage en Lituanie, Lettonie et Es-
tonie. Merci à toi Ronald et un chaleureux merci au groupe de voyageurs, pour votre participation, votre en-
thousiasme et votre complicité.
Louise Godin
Responsable du voyage pour le comité « Culture et compagnie »
VOYAGE AUX PAYS BALTES
Les trésors cachés des pays baltes
Louise Godin
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 11
« Visite de la Galerie La Poste »
Le comité Culture et Compagnie vous invite à visiter une galerie d’art ouverte seulement depuis cinq ans et qui offre
des expositions uniques dans un endroit magnifique à découvrir et à fréquenter.
Date :Le mercredi 16 janvier 2019
Heure :De 11 h à 12 h 30
Lieu :Galerie La Poste, 1700, rue Notre-Dame Ouest (Métro Lucien L’Allier ou Bonaventure)
Coût : Entièrement gratuit, places réservées pour l’ADERM
Description de l’activité : Visite guidée du bâtiment patrimonial, ancienne succursale postale transformée en galerie
d’exposition privée et de diffusion de l’art contemporain.
Cet édifice qui date de 1913 a été entièrement restauré grâce au financement privé de Madame de Mévius et à la vi-
sion singulière de feu l’architecte Luc Laporte qui signera sa dernière réalisation avec ce projet d’envergure.
Visite de l’exposition en cours :L’artiste ED Pien est un artiste multidisci-
plinaire qui vit et travaille à Toronto. Il s’inspire de mythes et de contes
occidentaux pour créer des dessins fantastiques rappelant certaines
œuvres de Jérôme Bosh et de Francisco Goya. L’artiste a exposé tant au
Canada qu’à l’étranger. Cette exposition sera l’occasion de découvrir et
de revoir près de vingt œuvres réalisées par Ed Pien entre 1997 et 2018.
Inscription :
Pour cette activité, nous vous demandons de vous inscrire le plus rapide-
ment possible, en téléphonant à l’ADERM au 514-596-5156 ou par cour-
riel à aderm@aderm.qc.ca avant le 8 janvier 2019.
Informations additionnelles : Mireille Martel
Culture et compagnie
Mireille Martel
L’Entre-nous, Vol. 26, no 212
Visite guidée originale au MBAM
« Les instruments de musique dans les tableaux des peintres
du Moyen Âge au 19e
siècle »
Le comité Culture et Compagnie de l’ADERM vous propose une rencontre culturelle inédite à partir d’un scénario conçu
par Danielle Delorme, guide professionnelle au MBAM.
Lieu : Musée des beaux-arts de Montréal
Activité : En parcourant quelques salles de la collection permanente du musée, Danielle nous fera découvrir les princi-
pales inspirations des peintres et la signification de la représentation des instruments de musique dans leurs tableaux,
selon les époques. Une présentation originale et créative durant laquelle vous entendrez réellement les instruments de
l’époque.
Quand : Le jeudi 7 février 2019 à 11 h
Point de rencontre : À l’entrée du Pavillon Jean-Noël Desmarais
(15 minutes avant la visite)
Coût : Membre et associé de l’ADERM contribution volontaire 2 $
Non-membre de l’ADERM contribution volontaire 3 $
(montant payable sur place)
Après la visite, l’accès aux salles de la collection permanente est gratuit les
jeudis pour les aînés de 65 ans et plus.
Inscriptions : Réservez dès maintenant ou avant le mardi 23 janvier au secrétariat de l’ADERM
au 514-596-5156 ou par courriel à
aderm@aderm.qc.ca
Informations additionnelles : Hélène Quinty 514-382-3826
GUITARE À LA GEORGES BRAQUE
LOUIS RUNEMBERG ARTISTE PEINTRE
Culture et compagnie
Hélène Quinty
Voyages de l’ADERM 2019
Le comité Culture et Compagnie vous fera connaître sous peu nos destinations voyages de
2019. Surveillez le prochain journal ainsi que la messagerie pour en savoir davantage. De
belles découvertes sont à venir. Voyager en compagnie des membres de l’ADERM est un
plaisir à chaque voyage.
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 13
Grande exposition au MBAM
« Thierry Mugler, couturissime »
Le comité Culture et Compagnie de l’ADERM vous invite à visiter cette grande exposition unique en son genre et présentée pour la
première fois en Amérique du Nord avec une scénographie de Michel Lemieux et de Philipp Fürhofer.
Lieu : Musée des beaux-arts de Montréal
Activité : Visite guidée de cette exposition majeure à Montréal. Des guides chevronnés seront sur place pour nous faire connaître
ce créateur français, acteur essentiel du milieu de la mode. Vous ferez la découverte de ce couturier visionnaire, metteur en scène,
photographe et parfumeur à partir de 140 tenues réalisées entre 1973 et 2001. Mugler a habillé plusieurs stars dont Céline Dion et
Diane Dufresne. Vous serez aussi informés sur l’histoire de la mode à partir de Christian Dior ainsi que sur les principaux aspects de
la mode.
Quand : Le mercredi 20 mars 2019
10 h 30, point de rencontre au 2075, rue Bishop, Pavillon pour la Paix
11 h précises, début de la visite
Coût : Membre de l’ADERM : 21 $
Membre avec carte VIP du musée : 3 $ (payable sur place)
Non-membre : 23 $
Non-membre avec carte VIP du musée : 4 $ (payable sur place)
Inscriptions : Réserver dès maintenant au 514-596-5156 ou à aderm@aderm.qc.ca en indiquant si vous êtes
VIP du MBAM. Pour les non-VIP. prière d’envoyer votre chèque à l’attention de l’ADERM avant le mardi 5 mars au secrétariat de
l’ADERM au 5565, rue Sherbrooke, Est, Montréal, QC ,
H1N 1A2.
Informations additionnelles : Hélène Quinty, 514-382-3826
Culture et compagnie
Hélène Quinty
Activité théâtre
LA FACE CACHÉE DE LA LUNE
Le comité Culture et Compagnie vous invite à assister à cette pièce de théâtre en compagnie d’amis et de collègues.
Lieu : Théâtre Jean-Duceppe à la Place des Arts (coin Sainte-Catherine et Saint-Urbain)
Texte et mise en scène de Robert Lepage. Production EX Machina
Interprétation : Yves Jacques
Argument de la pièce : Fin des années 50 : Soviétiques et Américains sont lancés dans une course folle pour la conquête de la lune.
Quarante ans plus tard, Philippe et André, deux frères à des années lumières l’un de l’autre, sont forcés de se rapprocher au décès
de leur mère. L’un est doctorant passionné de l’espace et l’autre annonceur vedette au Canal Météo. Le deuil va raviver de vieilles
blessures et fera ressurgir des souvenirs personnels et des événements historiques. Une question fondamentale émerge: Sommes-
nous seuls?
Quand : Le mercredi 10 avril 2019 à 19 h 30
Coût pour notre association : Membre : 58 $ Non-membre : 60 $
Inscription : Vous êtes invités à vous inscrire au secrétariat de l’ADERM au 514-596-5156 et à faire parvenir le coupon-réponse en
annexe ainsi que votre paiement par chèque au nom de l’ADERM au secrétariat de l’ADERM, au 5565, rue Sherbrooke Est, QC, HIN
1A2 .
Date limite pour l’inscription : avant le jeudi 14 février 2019. Votre inscription sera finalisée lors de la réception de votre chèque.
Votre billet vous sera remis sur place le soir même à partir de 18 h 45 à l’entrée du Théâtre Jean-Duceppe.
Attention : Stationnement à la Place des Arts et au Complexe Desjardins
Métro : Place des Arts
Informations additionnelles :Anna Maria Folco 514-985-0677
L’Entre-nous, Vol. 26, no 214
N ous étions, ce lundi 22 octobre, plus de soixante collègues à célébrer de confraternelles retrouvailles! Chaleu-
reux échanges, rappel de beaux souvenirs et de récents faits d’armes!
Notre association est bien vivante : c’est une belle famille, une chaleureuse famille comme je le soulignais à notre pré-
sidente dans la lettre que je lui ai fait parvenir pour remercier l’Association de l’hommage qu’elle m’a rendu à cette
occasion.
En juin dernier, le gouvernement du Québec a décoré de l’Ordre de l’excellence
en éducation du Québec 51 personnalités des milieux de l’éducation et de l’en-
seignement supérieur. Cet Ordre veut souligner le mérite de ceux et celles qui
ont joué ou qui jouent encore un rôle important dans le domaine de l’éduca-
tion au Québec. La devise de l’Ordre est : Leur réussite, notre devoir. L’Ordre
comprend trois grades : soit celui de membre, de membre distingué et de
membre émérite. J’ai eu l’honneur d’être désigné membre distingué.
L’Association m’a remis, à cette occasion, un document souvenir contenant
l’article publié dans le bulletin l’Entre-nous par mes consœurs Adrienne Bras-
seur et Hélène Quinty et les précieuses signatures de mes collègues présents à
cette rencontre.
Comme je l’ai souligné dans mes remerciements, cet honneur revient aussi à
toute notre profession. Le rôle des directions d’établissement, leur immense
responsabilité sont trop souvent méconnus : c’est, en effet, aux directions
d’établissement qu’incombe la responsabilité première de la qualité de l’éducation. Leur tâche est lourde et exigeante.
Il est heureux que leur métier soit enfin reconnu et souligné. C’est en notre nom à toutes et à tous que j’ai accepté cet
honneur.
Puisse l’ADERM témoigner encore longtemps de la riche vie professionnelle que nous avons partagée dans l’amitié et
l’entraide confraternelle!
À vous toutes et tous, ma profonde reconnaissance.
Émile Robichaud
Conventum
De chaleureuses retrouvailles!
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 15
LE PLAISIR DE LIRE
Ginette Meunier
De beaux livres à offrir ou à s’offrir pour les fêtes!
Joyeux Noël à tous, et que votre recherche du bon livre soit enrichissante, pour vous et pour ceux que vous aimez!
L’Entre-nous, Vol. 26, no 216
Notre système des noms de famille remonte au Moyen Âge.
Son implantation s’échelonne sur plusieurs siècles à un rythme variable.
Le nom de famille est associé à des origines très diversifiées telles que : lieu de résidence, métier,
testament, fleurs, traits physiques ou moraux.
Selon le livre : Les noms de famille du Québec, de Roland Jacob, il est écrit que :
POULIN, Jocelyne : Il peut paraître étonnant de constater que les mots poulain et poule se ressemblent beaucoup. En
fait, ils ont, pour ainsi dire, une étymologie commune. Le premier vient du latin pullamen, le second, du latin pulla.
L’un est un dérivé de pullus, l’autre en est le féminin. Pullus ou Poulain a désigné le petit d’un animal, quel qu’il soit,
avant de prendre le sens de « petit de la jument ». Appliqué à une personne, c’est un sobriquet qui évoque la fébrilité
du jeune animal, son caractère fringuant. Soulignons que la forme POULIN est plus fréquente au Québec. Ainsi, le nom
peut désigner un fief devenu nom de famille distinct qui relie l’ancêtre seigneur du lieu, en France ou ici dont Poulin de
Courval. (p.276 et 327)
DUBÉ, Daniel : Le surnom DUBÉ est probablement une graphie calquée sur la prononciation de Dubec. Le patronyme
DUBÉ est un exemple typique de la nécessité de recourir à l’étymologie et à la généalogie pour savoir précisément
quelle est la signification du nom. D’entrée de jeu, le nom original devait s’écrire DUBEC et se prononcer DUBÉ. Selon
l’origine du porteur, le patronyme DUBÉ peut s’appliquer de 4 façons différentes.
En Normandie, un bec est un ruisseau. On nommera donc DUBEC celui dont le domaine est caractérisé par la présence
d’un ruisseau ou dont l’habitation est située près d’un ruisseau.
BEC, en langue gauloise du nord becco, « pointe » désigne une pointe de rocher en hauteur. Dubec alors s’applique à
celui dont l’habitation est juchée sur une hauteur ou est construite à proximité.
Dans le Limousin, Bech et Le Bech se rencontrent à plusieurs reprises en France comme nom d’un village construit sur
une hauteur. Le patronyme DUBÉ serait alors une variante de DUBECH, surnom de celui qui vient d’un hameau por-
tant ce nom.
En Bretagne, le bec est un pigeon. Il s’agirait donc d’un sobriquet appliqué à un individu naïf et crédule. Un « bon pi-
geon », quoi! À moins que ce ne soit un surnom d’éleveur de pigeons.
Les DUBÉ ont donc le choix, d’autant plus que leur ancêtre, Mathurin Dubé, était originaire du Poitou. (p. 179, 301,
302)
MATHIEU-PAUL, Diane : Nom d’un des douze apôtres de Jésus et auteur d’un évangile, MATTHIEU, écrit plus souvent
MATHIEU, a formé sa famille de diminutifs à partir de 4 radicaux différents : math, mat, matt et mah. Voici les 4 séries :
Math: Mathel, Matheau, Mathot, Mathan, Mathon, Mathard et Mathy;
Mat : Matel, Mateau, Matet, Matas, Matan, Matin, Maton et Maty;
Matt : Mattel, Mattesau, Mattat, Mattas, Mattan, Mattin, Matton, Mattard et Matty;
Mah : Mahel, Mahot, Mahat, Mahan, Mahon et Mahy.
Si la toponymie a prêté à l’anthroponymie, le procédé n’a pas fonctionné à sens unique. Des personnes ont donné leur
nom à des lieux. Ainsi en est-il du nom MATHIEU. (p.82, 99, 162)
PAUL : Ce nom a été popularisé par l’apôtre PAUL. C’est lui qui a ouvert l’évangélisation aux gentils, c’est-à-dire aux
non-juifs. Paul est peu fréquent en français comme nom de famille. DEPAUL marque la filiation. Il se voit plutôt dans
ses dérivés sous 3 radicaux : 1. paul : Paulet ou Paulin; 2. pol : Polin ou Polet; 3. Poll : Pollet ou Pollard. (p. 46-48, 61,93,
100, 309, 328, 334, 335, 366) … (suite au prochain numéro)
Un peu d’histoire
Danielle Lacasse
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 17
CHRONIQUE DES 90 ANS
Ronald Rodier
ARMAND NADEAU - L’ÉPICURIEN
Armand est un Beauceron ! Un Beauceron est un être déterminé ! Armand est donc un être déterminé !
Après une confortable période de ¨cocooning ¨ au primaire dans l’environnement sécuritaire
de son village, il se retrouve en terre étrangère, l’Islet, Sainte-Foy, où il subit pendant son se-
condaire, le pénible ennui du pensionnaire exilé. Déterminé à poursuivre des études en péda-
gogie, il gagne la grande ville et ambitionne, le plus possible, l’atteinte de ses objectifs. Après
le bac à l’École normale Jacques-Cartier, ce fut la licence en pédagogie et en administration
scolaire à l’Université de Montréal et, pourquoi pas, un ajout d’études en sciences sociales et
politiques. On ne sait jamais!
Cette décision allait s’avérer judicieuse. Et les filles sont tellement belles à Montréal. Bardé de
ses diplômes, il attaque sa carrière. D’abord enseignant au primaire, obligatoire à l’époque car
c’est là qu’on apprenait à enseigner, il passe ensuite au secondaire puis, par intérim, adjoint à
l’école Arcand. Ce petit goût de direction le harponne et titille sa détermination d’aller plus
haut.
Un poste s’ouvre à Rivière-des-Prairies. C’est loin! Dernière école du Nord-Est! Qu’à cela ne tienne! La marche est plus haute et les
femmes sont belles aussi au bout de l’île.
Nommé directeur, par force de conviction, il s’entoure de plusieurs de ses camarades enseignants qu’il a convaincus de le suivre.
Coubertin énumérait trois comparatifs pour ses jeux mais n’ajoutait pas l’objectif d’Armand : Toujours plus gros ! ¨ Il n’est pas
homme à partir à vau-l’eau mais, pourquoi résister à la tentation? Le tapis se déroule sous lui pour la plus peuplée des polyvalentes
de la province : Calixa-Lavallée. Il est déterminé à s’assurer de la composition de son équipe d’adjoints et ses nombreuses dé-
marches auprès des autorités finissent par combler ses aspirations.
Pour bien décentraliser, ce qui ne veut pas dire essayer de trouver quelqu’un de notre avis mais...il vérifie les compétences, un peu
sûrement les affinités, d’un mode de gestion ressemblant probablement au sien. Alors il pourra s’assurer d’une cogestion, sa fierté.
Tout en gardant la main haute, il ne craindra pas la décentralisation.
C’est dans cette école renommée que se terminera sa carrière de pédagogue.
Yves Ryan, maire de Montréal-Nord, était reconnu pour être près de son monde, de ses organismes, de ses écoles qu’il fréquentait
souvent. Fin renard, il offre un poste d’échevin à qui s’était distingué comme hôte si chaleureux dans son royaume. Armand le re-
traité accepte bien sûr et met ses études en sciences sociales et politiques à profit pendant onze ans. En politique, les mots ont
beaucoup d’importance et notre homme sait bien les utiliser mais surtout, des dossiers importants lui sont confiés dont les poli-
tiques d’embauche, de centres d’accueil, de désinstitutionnalisation (ouf!).
1994, la vraie retraite!
Dans un gros livre intitulé ¨Montréal-Nord, d’hier à aujourd’hui ¨ on y retrouve la photo d’Armand ainsi qu’un texte élogieux sur
l’homme et son cheminement en tant que citoyen de cette ville. C’est un bon vivant! Reconnu pour son humour, il pouvait mani-
fester autant d’implication dans les affaires que dans sa vie sociale. Il faisait partie du C.A. lors de la fondation de la Caisse des en-
seignants devenue Éduco. Son entourage profitait beaucoup de ses invitations épicuriennes à son domaine du lac des Français.
Armand pouvait utiliser des méthodes d’approche très particulières telle celle de noliser toutes les passagères d’un voyage de
l’Aderm en Californie pour se faire mettre des gouttes dans ses pauvres yeux malades.
Il a su combler sa vie professionnelle, sociale et personnelle et atteindre par sa détermination ses nombreux buts. Les grands
hommes ne limitent pas leurs objectifs.
En plus de sa résidence à Montréal-Nord, il répartissait son temps entre son domaine du lac et son condo en Floride. Il a su s’enri-
chir de nombreux voyages, cultiver sa soif de culture par le théâtre, le cinéma, la musique classique et ses lectures sans négliger le
côté physique de sa personne par le golf et le ski alpin, par exemple.
Retiré maintenant dans un magnifique condo surplombant la rivière des Prairies, il vit seul depuis une décade. Pas tout à fait seul!
Une complice habitant le même immeuble, l’accompagne souvent dans ses déplacements, ses activités. Armand a encore peine à
être trop éloigné de la gent féminine. Elle fait partie de sa joie de vivre même après neuf décennies.
Aujourd’hui, le chêne plie un peu mais garde toujours la tête haute!
L’Entre-nous, Vol. 26, no 218
CHRONIQUE
Pierre Bélanger
Je n’ai pas eu le bonheur de connaître mes grands-parents. AUCUN. Ma grand-mère paternelle, Annie Hurtubise-Bélanger, est dé-
cédée peu après ma naissance; elle s’est pieusement endormie dans le Seigneur, comme on disait à l’époque.
On m’a appris qu’elle était ma marraine. Quelle idée insolite de désigner pour marraine une dame
si âgée. Lors du baptême, sa fille aînée, la douce Léonie née en 1888, a signé le certificat religieux.
Grand-mère devait être mal en point.
Au début de mon adolescence, Léonie m’a donné à Noël un autel en carton, souhaitant sans doute
qu’il y ait un autre prêtre dans la famille. Au sortir de l’adolescence, cette dernière voulait entrer en
religion, mais mon grand-père lui a intimé de plutôt prendre soin de ses jeunes sœurs. Elle a obéi.
Instruite, contrairement aux autres filles de cette époque, elle a tâté de l’enseignement à Rigaud.
Lors de mes années de collège, elle m’a reçu à dîner. Après que la famille eût transféré ses pénates
de Rigaud à la Métropole, elle a travaillé comme bibliothécaire dans ce lieu culturel de la Ville de
Montréal. De mes cinq tantes, c’est d’elle dont je me sentais le plus proche. Après mon premier
mariage, je la revis peu. Elle avait fait son devoir de marraine et grand-mère substituts. « Le devoir
est une sorte d’affection » disait Gil Courtemanche.
À l'adolescence, j'ai pris conscience de ma famille paternelle en regardant une photo familiale chez
mes vieilles tantes. Y apparaissaient les deux parents et huit de leurs enfants. Mon père affirmait
être le quinzième de seize. Cherchons maintenant les huit absents.
Mon prof d’histoire de l’École normale disait qu’en ce cas, il faut se fier à des documents ou des photos. Pour ce faire, j’ai fait appel
à mon aînée, à deux amis passionnés de généalogie, à de vieux papiers de famille ainsi qu’à Élaine, la plus jeune cousine de la fra-
trie possédant la tradition orale et ayant hérité des photos et documents de la famille de mes grands-parents.
Je vous ai présenté Léonie, l’aînée des huit enfants vivants. Voilà que survint Juliette, elle aussi demeurée célibataire parce qu’un
de ses soupirants s’était permis de fréquenter une autre fille en même temps. Je la vois sur une photo, avec son bel uniforme de la
Croix-Rouge, être félicitée par nul autre que le major-général Georges Vanier. Un exemple de bénévolat à suivre.
Je vous fais connaître la troisième célibataire, Françoise-Yvonne, que mon père qualifiait de chattemite, c’est-à-dire de quelqu’un
qui prend des airs empressés pour mieux tromper. Elle avait tellement peur des hommes qu’elle n’osait prendre le bras que papa,
son frère, lui offrait galamment. Françoise travaillait à Hydro-Québec et c’est là qu’elle a connu un étudiant du collège Grasset, le
bien-nommé Michel Dubé qui deviendra président de l’ADEM. Michel m’a dit qu’elle était la victime des railleries des autres filles
du département. Elle œuvrait à une tâche difficile : recouvrer les créances des mauvais payeurs.
Pour démontrer l’importance de la religion chez ces gens nés à fin du 19e
siècle, voici quelques lignes du testament de Françoise :
« Payer à l’avance pour 20 ans le loyer d’un coffret de sûreté devant contenir la relique de la Vraie Croix avec authenticité présen-
tement déposée dans mon coffret à la banque X. Cette précieuse relique devra être remise au premier de mes petits-neveux qui
accédera au sacerdoce ». On peut lire aussi : « Je lègue à ma petite-nièce (protestante) la somme de 1000 $ pour servir à son ins-
truction dans la religion catholique ». Françoise se souvenait sans doute que sa propre grand-mère, Élizabeth Kirkbride, – mon ar-
rière-grand-mère – avait abjuré sa foi protestante pour épouser mon arrière-grand-père Pierre-Amable Hurtubise.
Si elle savait que moi, son neveu, je me suis marié en deuxièmes noces à la basilique St. James United Church parce que le clergé
catholique refuse le mariage à ses membres divorcés, elle se retournerait dans sa tombe. Il y a 25 ans, j’avais dit au révérend Bob
Hutcheson qui a béni notre union devenue légale : « Don’t we have all the same God ? ». Ce pasteur de l’Église Unie du Canada,
ouvert à la différence, a prononcé la messe de mariage en français même si cela a été laborieux, l’Épître a été lue en français par
Ma grand-mère , cette inconnue...
Pierre Bélanger
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 19
ma sœur, en anglais par un ami et en espagnol par ma bru mexicaine de l’époque. L’Église a même offert la communion sous les
deux espèces, un morceau de pain et du jus de raisin rouge. Malgré l’indifférence des protestants envers la Vierge, la chorale a
entonné, à ma demande, l’Ave Maria. Ma tante aurait été rassurée.
J’ai peu connu la quatrième tante, Émilienne, demeurée longtemps célibataire avant d’épouser le veuf Adéodat Major, l’oncle qui
nous promenait dans sa grosse Packard dans laquelle sept personnes pouvaient prendre place. Vu une ou deux fois l’oncle Léo-
pold, Père blanc d’Afrique, qui évangélisait les noirs dans ce continent lointain. Il est décédé dans la cinquantaine et a été inhumé à
Fort Portal. Je n’ai jamais entendu la voix d’oncle Roméo, devenu muet à la suite d’un accident. Grand-mère Bélanger a accouché
de sa plus jeune, Marie-Rose en 1913. Elle avait alors 48 ans, mon grand-père 63 ans. Tante Marie-Rose étudiait dans un couvent
avec celle qui deviendra ma mère. Elle a présenté cette dernière à son frère Henri-Paul, l’auteur de mes jours. Pour sa part, elle a
épousé, en 1942, M. Bissonnette, un jeune homme au port altier, mon oncle Paul-Émile. Grand-mère décédait peu après avoir ma-
rié sa benjamine. Elle avait accompli son devoir sur cette terre et rempli son rôle. Toute une force physique. Toute une vigueur
mentale.
Passé l’énumération des huit enfants, un ami m’a fourni un document internet émis par la société d'histoire de Rigaud et constaté
qu'il y avait 13 enfants au répertoire, donc 5 de plus que sur la photo. Un enfant né en 1890 est mort le lendemain, anonymement.
Henri a vu le jour en 1893 et est décédé à 7 ans d’une commotion cérébrale après avoir été bousculé par un camarade. Jean-Marie
Ovide a dit bonjour à la vie en 1895 et lui a dit adieu 9 jours après. En 1902, il y a eu un enfant mort-né. Catherine-Béatrice a connu
un sort plus cruel. Née en 1903, elle a été assassinée (sic) à l’âge de 12 ans par la fille du boucher, avec un croc. Si les trois avaient
vécu, ils auraient été l’oncle Ovide, la tante Béatrice et l’oncle Henri. Il y avait autrefois beaucoup de décès à la naissance dus à la
fièvre puerpérale, maladie infectieuse causée par le manque d'hygiène. J’en suis arrivé à 13 enfants. L’ami Gilles Pépin, féru de
généalogie, m'a dit que la mère avait subi vraisemblablement trois fausses couches. Le registre paroissial des baptêmes n'en parle
pas mais la mère les compte. Perdre un enfant demande beaucoup de force de caractère et est un véritable test pour la santé
mentale. Ma grand-mère a porté 16 enfants.
Pourquoi écrire sur ma grand-mère? Pour la sortir de l’ombre, elle qui était toujours en retrait sur les photos derrière ses filles et
ses hommes, pour démontrer le sort de ces femmes d’autrefois destinées à la procréation et encouragées et même poussées par
le clergé pour ce faire.
En faisant cette chasse vers l’inconnu, j’ai trouvé plus que ce que je cherchais soit mes arrière-grands-parents. Pierre-Amable Hur-
tubise, un cultivateur veuf, a épousé en 1866 en secondes noces (sur trois) Élizabeth Kirkbride qui lui a donné une fille, ma grand-
mère Annie. Sur le certificat de mariage, on note la dispense accordée par Mgr Bourget. On n’avait publié qu’un ban au lieu de
trois et je suppose qu’il était pressant que la nouvelle épouse prenne soin des cinq garçons issus de la première union. Le baptême
de la mariée a eu lieu le jour du mariage. Le document est signé, je vous le donne en mille : P. Bélanger, prêtre. Hélas! le mariage
n’a pas duré longtemps. Élizabeth est décédée peu après, en 1869, à l’âge de 36 ans. Grand-mère avait trois ans.
Et j’ai trouvé encore plus. Ma grand-mère avait deux neveux, donc mes petits-petits-cousins, qui ont marqué l’histoire de leur com-
munauté. J’en avais entendu parler dans ma jeunesse mais je ne les ai jamais rencontrés. Tous deux ont étudié à Bourget. Elzéar
Hurtubise a fait sa médecine à l’Université Laval qui, à cette époque, logeait à Montréal. Je n’en finirais pas d’énumérer toutes ses
charges. En 1923, il était le médecin-chef de la Commission de Transport de Montréal. Médecin-major du 65e
régiment des Fusi-
liers Mont-Royal, il devint lieutenant-colonel avec médaille de long service. Durant la guerre 14-18, il reçut la Croix de la Reconnais-
sance Française. Il était membre à vie de la Société Saint-Jean-Baptiste et du Club Canadien de Montréal.
Son frère Raoul Hurtubise fit sa médecine à l’Université Queen’s de Kingston. Chirurgien à Sudbury, il portait les Franco-Ontariens
en bandoulière. Il était membre de l’Ordre de Jacques-Cartier et président de l’Association canadienne-française de l’Éducation de
l’Ontario. Membre du parti libéral pendant 15 ans à titre de député du comté de Nipissing, il fut nommé sénateur en 1945. Son
décès en 1955 aura mis fin à tout un parcours.
J’ai donc retrouvé ma grand-mère à travers ses enfants tout en faisant un clin d’œil
à mes arrière-grands-parents et mes petits-cousins. Ma tâche est accomplie.
Pierre Bélanger
CHRONIQUE
Ma grand-mère , cette inconnue...suite
L’Entre-nous, Vol. 26, no 220
Le premier de trois.
Pour bien sentir un pays, il faut d’abord connaître son histoire, au moins les faits marquants qui ont forgé sa personnalité. Ainsi,
devons-nous retenir de prime abord que les trois états baltes ont sensiblement vécu les mêmes événements historiques. En rafale :
l’invasion de l’Ordre Teutonique, les guerres fratricides des seigneurs, les invasions pendant des siècles de la Pologne, de la Suède,
de la Prusse, de la Russie, de l’Allemagne et ce, jusqu’à l’indépendance en 1990. Et encore, les troupes russes n’ont quitté qu’en
1994!
Les traits de ces peuples sont empreints de misère et laissent peu de place aux sourires.
Sauf, si vous êtes nés après 1991. Les épreuves du passé ont forgé le présent. Les des-
tructions massives ont valorisé aujourd’hui l’écosystème, on s’accroche à la foi en temps
de malheurs, les guerres remplissent les églises, les scènes de ferveur religieuse sont
multiples. Par exemple, on embrasse, à la chaîne, les pieds de martyrs enchâssés (photo
1).
La Lituanie est le plus grand, le plus peuplé des trois états baltes. Vilnius, sa capitale, a
vu son centre historique épargné durant la dernière guerre ainsi que certaines de ses
murailles datant du XIIIe
siècle. Regroupés sur le parvis de la cathédrale, nous avons
éprouvé la même émotion que celle de notre accompagnateur, Laurier, qui nous expli-
qua que c’est de cet endroit précis que débu-
ta la grande chaîne révolutionnaire de 1989, regroupant plus de 2,5 millions de citoyens
répartis sur les 690 km traversant les trois états. Notre guide, sosie de Zsa Zsa Gabor,
encyclopédie ambulante, nous promène dans le quartier des artistes auquel on a accolé
le titre de Montmartre de la Lituanie. Arrêt à la chapelle de l’Université pour un petit
concert d’orgue spécialement préparé pour nous. Les Italiens sont fiers de l’église Saint-
Pierre-et-Saint-Paul dont le style baroque regorge de 200 statues. Normal, l’architecte
était italien.
En route vers Trakai pour la visite du château teutonique de l’île, bâti au XIIIe
siècle, dé-
truit puis rebâti au grand plaisir des touristes (photo 2). En ces lieux environnants, s’est
installée la communauté caraïte, regroupant à peine 280 membres dans toute la Litua-
nie. C’est la plus petite communauté du
pays, parlant encore une langue turque et suivant un rite religieux selon un courant du
judaïsme mais selon les préceptes de la Bible et rejetant ceux de la Torah. Leur mets
principal est le kibinai à base de mouton, rare au pays. Mais nous avons dégusté un
super pâté chaud au poulet à la croûte débordante du bol.
Kernavė offre un site historique important. Nous avons appris que nous étions reçus
dans un Kolkhoze, soit une ancienne commune agricole regroupant pour des fins pra-
tiques, locaux, installations de services et outillage servant à toute la communauté.
Mais le soir, chacun retournait dans son foyer. Les objectifs ressemblaient à ceux de
notre Flower Power sans la même finale (photo 3). Aujourd’hui, ce kolkhoze, le dernier
du pays, voudrait bien retenir la jeune génération qui émigre de plus en plus vers les
pays offrant de bons salaires. Pourtant, leur
scolarité est intéressante : 90% des étudiants terminent leur secondaire et 47% sont
des diplômés de l’université... sans travail. La population de la Lituanie baisse dramati-
quement.
À Rumšiškės, un écomusée, style village québécois, offre la possibilité de découvrir les
us et coutumes et habitations selon les classes sociales d’une ancienne époque. À
quelques kilomètres de Kaunas, nous nous retrouvons dans un lieu tristement identifié
comme le fort # 9, soit un camp de concentration où plus de 30,000, on parle même de
50,000 Juifs, c’est-à-dire 90% de leur population furent tués, massacrés par les nazis.
Sur les lieux, est érigé un immense monument bouleversant de symboles rendant hom-
mage à toutes ces victimes ainsi qu’aux 300,000 Lituaniens, tués, disparus, déportés en
CHRONIQUE
HEUREUX QUI COMME ULYSSE....Voyage en Lituanie
Ronald Rodier
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 21
Sibérie lors de l’occupation russe sous Staline. Le monument est composé de trois parties (photo 4). Celle de gauche montre un
peuple plié, courbé sous l’emprise de l’envahisseur. Celle de droite, la destruction, l’écrasement, la masse informe. Le centre, le
peuple révolutionnaire, poing en l’air, fier de sa libération.
La Lituanie est aussi un pays de contrastes. Les Lituaniens sont grands, forts. Leur équipe
de basket est championne d’Europe. Le service Internet est très efficace. Une bière blonde
s’est méritée une médaille d’or. Ce que certains d’entre nous n’avons pas manqué de tes-
ter. La population russophone est très minoritaire comparée aux deux autres états et pour-
tant, leur parti a remporté les élections pendant notre voyage au grand dam de notre
guide.
À Klaipėda, notre petite virée dans la vieille ville nous a permis d’admirer encore quelques
maisons à colombages (photo 5). Et hop, nous prenons le traversier pour l’isthme de Cour-
lande et sa bande sablonneuse entre la Lituanie et l’enclave russe à moins de 4 km dans la
mer Baltique.
À Juodkrantė, promenade dans les sentiers boisés de la Colline des Sorcières. En
1979, la municipalité a invité des artistes locaux, les a hébergés, fourni le matériel
pendant deux mois afin de leur permettre de réaliser une œuvre en bois selon le
folklore du pays, des légendes païennes. Depuis, des sculptures de démons, de
sorcières, de personnages bizarres accompagnent les touristes promeneurs dans
ces sentiers (photo 6). À Nida, nous nous installons à l’hôtel Juratė, endroit de
rêve qu’avaient déjà choisi l’impératrice Louise de Prusse et Frédéric Guillaume.
L’endroit est enchanteur avec ses maisons de bois le long de la lagune. Plusieurs
personnalités s’y installèrent dont Thomas Mann, prix Nobel de la littérature en
1929. Des krikstais, ça vous dit quelque chose? Ce sont des croix de bois aux
formes particulières parsemées dans le cimetière local.
Nos visites sont très variées. Homère avait déjà nommé les rives de la Baltique, la
Côte de l’Ambre. L’endroit est renommé pour cette résine durcie, retrouvée souvent
sur les rivages de cette mer et exploitée largement par la fabrication de bijoux, fort
populaires auprès de nos magasineuses. Dans une des boutiques, une jolie anima-
trice, un peu sorcière par ses pouvoirs de séduction, nous enseigna l’art de polir une
petite amulette que nous avons pu conserver. Cette station balnéaire regorge de
beautés naturelles dont les dunes de Parnidis. Certaines, du côté de la Baltique, sont
mouvantes à cause de la mer agitée. De l’autre côté de l’isthme, face à la lagune, des
dunes mortes forment de belles plages de sable blanc fort prisées par les nombreux
touristes surtout russes et allemands. Jean-Paul Sartre fut autorisé par Khrouchtchev
en 1965, à y séjourner pendant cinq jours. Moment mémorable (sic) on y a érigé une
statue en 2018 à la mémoire de ce communiste déclaré (photo 7).
Retour en traversier et route vers Šiauliai. Nous nous dirigeons alors vers une petite
colline, en fait une butte, sur la-
quelle sont plantées des milliers de croix de toutes grandeurs. Une forêt de
croix qui ne cesse de s’agrandir à tous les jours grâce aux vendeurs de croix qui
profitent de la manne dans leurs kiosques installés au pied de la butte. On en
dénombre aujourd’hui plus de 60 000 et des fidèles en rajoutent tous les jours
(photo 8). La croix symbolise la résistance, la résilience, la ténacité et le désir de
libération des Lituaniens. C’est un mémorial aux milliers de survivants de la Si-
bérie en 1953. La butte fut rasée à au moins trois reprises par les Russes mais
réapparaissait lors d’escapades nocturnes par les citoyens.
En 1993, le pape Jean-Paul II y planta une croix, la plus haute, la plus imposante,
l’Église pouvant bien se le permettre.
Une dernière visite dans cet état. Celle guidée du château Rundale dont le mo-
dèle ressemble à l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Dans les jardins du style de
Versailles, des personnages en costumes d’époque y circulent. On y tourne une
série de télé : Catherine II.
Des adieux à notre incomparable guide. Demain, nous serons en Lettonie.
L’Entre-nous, Vol. 26, no 222
Félicitations et meilleurs vœux à nos membres
qui ont eu 90 ans au mois d’octobre.
Madame Lucille Lagacé : 1er octobre
Monsieur Denis Perron : 4 octobre
Monsieur Guy Beauchemin : 14 octobre
Décès
Fernand Briard Roger Barette André Scully
1921-2018 1921-2018 1932-2018
L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 23
Entente entre le CENTRE ÉPIC de l’Institut de cardiologie et l’ADERM
Un privilège pour les membres
Le 29 novembre dernier, une entente a été conclue entre le Centre Épic de l’Institut de
cardiologie de Montréal et l’ADERM.
Le CENTRE ÉPIC est un gymnase pour tous. Plus de 140 cours en groupe, supervisés par des kinésio-
logues, spécialistes de l’activité physique et de la prévention, sont offerts chaque semaine. Gym-
nase, piscine, piste intérieure de course à pied, salle de musculation et activités libres : les lieux
sont vastes et fournissent de multiples possibilités d’entraînement.
Vous aurez accès à une équipe médicale et à une équipe multidisciplinaire pour vous aider à pren-
dre votre santé en main et à améliorer vos habitudes de vie. Vous profiterez d’une approche per-
sonnalisée et individuelle.
L’entente offre à tous les membres de l’association une réduction de 15% sur un abonnement à prix
régulier. Pour plus de détails, communiquez au 514 374-1480 poste 4230.
Pour profiter de ce rabais, une preuve doit être remise au CENTRE ÉPIC lors de votre inscription ou
réinscription affirmant que vous êtes membre de l’ADERM. Une lettre dûment signée par la prési-
dente sera exigée. Il suffit de communiquer avec le secrétariat de l’association au 514-596-5156 ou
à l’adresse courriel suivante : aderm@aderm.qc.ca pour en faire la demande. Nous verrons à vous
remettre le document en question.
Être en santé est un privilège. ÉPIC est un centre qui peut vous aider.
Diane Mathieu-Paul
L’Entre-nous, Vol. 26, no 224

Contenu connexe

Tendances

Canard numero 6_15-09-2012
Canard numero 6_15-09-2012Canard numero 6_15-09-2012
Canard numero 6_15-09-2012Michel6041
 
Programmation hiver-printemps 2022
Programmation hiver-printemps 2022Programmation hiver-printemps 2022
Programmation hiver-printemps 2022Cybersolidaires
 
Programmation de l'automne 2021
Programmation de l'automne 2021Programmation de l'automne 2021
Programmation de l'automne 2021Cybersolidaires
 
Rêve-Elle-Action de l'été 2020
Rêve-Elle-Action de l'été 2020Rêve-Elle-Action de l'été 2020
Rêve-Elle-Action de l'été 2020Cybersolidaires
 
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021Cybersolidaires
 
Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002
Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002
Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002Hervé Piglowski
 
Les "Routes du Sud" : une campagne tout terrain
Les "Routes du Sud" : une campagne tout terrainLes "Routes du Sud" : une campagne tout terrain
Les "Routes du Sud" : une campagne tout terrainJeremie7
 
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019Cybersolidaires
 
Rêve-Elle-Action de l'été 2019
Rêve-Elle-Action de l'été 2019Rêve-Elle-Action de l'été 2019
Rêve-Elle-Action de l'été 2019Cybersolidaires
 
Idcc 1790 lettre adhesion sndll opco
Idcc 1790 lettre adhesion sndll opcoIdcc 1790 lettre adhesion sndll opco
Idcc 1790 lettre adhesion sndll opcoSociété Tripalio
 
Volume 23.4
Volume 23.4Volume 23.4
Volume 23.4aderm
 
Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...
Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...
Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...Cap'Com
 

Tendances (19)

Canard numero 6_15-09-2012
Canard numero 6_15-09-2012Canard numero 6_15-09-2012
Canard numero 6_15-09-2012
 
Esperance 88
Esperance 88 Esperance 88
Esperance 88
 
Bro lok n32
Bro lok n32Bro lok n32
Bro lok n32
 
PV du CM du 30/10/2014 - Waziers
PV du CM du 30/10/2014 - WaziersPV du CM du 30/10/2014 - Waziers
PV du CM du 30/10/2014 - Waziers
 
Programmation hiver-printemps 2022
Programmation hiver-printemps 2022Programmation hiver-printemps 2022
Programmation hiver-printemps 2022
 
Programmation de l'automne 2021
Programmation de l'automne 2021Programmation de l'automne 2021
Programmation de l'automne 2021
 
Bro lok n33 (1)
Bro lok n33 (1)Bro lok n33 (1)
Bro lok n33 (1)
 
Fcf 177
Fcf 177Fcf 177
Fcf 177
 
Rêve-Elle-Action de l'été 2020
Rêve-Elle-Action de l'été 2020Rêve-Elle-Action de l'été 2020
Rêve-Elle-Action de l'été 2020
 
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2021
 
Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002
Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002
Le Vent d'Autan n°5 - Année 2001-2002
 
Les "Routes du Sud" : une campagne tout terrain
Les "Routes du Sud" : une campagne tout terrainLes "Routes du Sud" : une campagne tout terrain
Les "Routes du Sud" : une campagne tout terrain
 
Esperance 95
Esperance 95 Esperance 95
Esperance 95
 
Gazette n°14 bat
Gazette n°14 batGazette n°14 bat
Gazette n°14 bat
 
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019
Rêve-Elle-Action de l'hiver 2019
 
Rêve-Elle-Action de l'été 2019
Rêve-Elle-Action de l'été 2019Rêve-Elle-Action de l'été 2019
Rêve-Elle-Action de l'été 2019
 
Idcc 1790 lettre adhesion sndll opco
Idcc 1790 lettre adhesion sndll opcoIdcc 1790 lettre adhesion sndll opco
Idcc 1790 lettre adhesion sndll opco
 
Volume 23.4
Volume 23.4Volume 23.4
Volume 23.4
 
Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...
Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...
Atelier - Comment renouveler la communication autour de la collecte sélective...
 

Similaire à Volume 26.2.

Similaire à Volume 26.2. (20)

Volume 24.2
Volume 24.2Volume 24.2
Volume 24.2
 
Canard numero 6_15-09-2012
Canard numero 6_15-09-2012Canard numero 6_15-09-2012
Canard numero 6_15-09-2012
 
Twideconews15
Twideconews15Twideconews15
Twideconews15
 
thalasso cabourg
thalasso cabourgthalasso cabourg
thalasso cabourg
 
Guide COS Hérault
Guide COS HéraultGuide COS Hérault
Guide COS Hérault
 
Volume 24.1.1
Volume 24.1.1Volume 24.1.1
Volume 24.1.1
 
Sm qcouleurmaquette n°30 internet saint marc 10
Sm qcouleurmaquette n°30 internet saint marc 10Sm qcouleurmaquette n°30 internet saint marc 10
Sm qcouleurmaquette n°30 internet saint marc 10
 
Saintmarcquoi 48 janvier 2021
Saintmarcquoi 48 janvier 2021Saintmarcquoi 48 janvier 2021
Saintmarcquoi 48 janvier 2021
 
P'tit chapellin numéro6
P'tit chapellin numéro6P'tit chapellin numéro6
P'tit chapellin numéro6
 
RFM n°1 - Année 2002-2003
RFM n°1 - Année 2002-2003RFM n°1 - Année 2002-2003
RFM n°1 - Année 2002-2003
 
Rcf Drôme lettres aux amis juin 2017
Rcf Drôme lettres aux amis juin 2017Rcf Drôme lettres aux amis juin 2017
Rcf Drôme lettres aux amis juin 2017
 
Brochure 2013
Brochure 2013Brochure 2013
Brochure 2013
 
Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3
 
Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3
 
Peo mai 2017
Peo mai 2017 Peo mai 2017
Peo mai 2017
 
Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3
 
Le Mag N°116
Le Mag N°116Le Mag N°116
Le Mag N°116
 
Programme | Colloque ressources humaines
Programme | Colloque ressources humainesProgramme | Colloque ressources humaines
Programme | Colloque ressources humaines
 
Page 1 a 16
Page 1 a 16Page 1 a 16
Page 1 a 16
 
Journal n°15
Journal n°15Journal n°15
Journal n°15
 

Dernier

PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfDafWafia
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Pedago Lu
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptBOULANORICHRAF
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsTechnologia Formation
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Technologia Formation
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"ArchivesdeLyon
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfOssamaLachheb
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024frizzole
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"tachakourtzineb
 

Dernier (12)

PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptxTraitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 

Volume 26.2.

  • 1. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 L’Entre-nousAssociation des directions d’établissement scolaire retraitées de Montréal Version numérique : aderm.qc.ca LE CONVENTUM VOYAGE AUX PAYS BALTES LE PLAISIR DE LIRE INFORMATIONS AUX MEMBRES 5565, rue Sherbrooke Est Montréal, QC H1N 1A2 Téléphone (514) 596-5156 DATE DE PARUTION Le 19 décembre 2018 DANS CE NUMÉRO : NOS CHRONIQUES « Le roi Balthazar » carte de Noël de Marthe Desautels.  LE PENSE-BÊTE  ASSURANCES SSQ  LE RECRUTEMENT : UNE CAUSE COMMUNE  LES CHRONIQUES  LES NOUVEAUX MEMBRES  LES PROCHAINES ACTIVITÉS DE CULTURE ET COMPAGNIE  LE VOYAGE AUX PAYS BALTES  SUGGESTIONS DE LECTURE  CENTRE ÉPIC
  • 2. L’Entre-nous, Vol. 26, no 22 Dans ce numéro : Assurances/ Recrutement 5 Nouveaux membres 6/7 Plan d’action 2019-2021 8 Réalisations 9 Culture et Compagnie 10 à 13 De chaleureuses retrouvailles 14 Le plaisir de lire 15 Chronique des 90 ans 17 Ma grand-mère … 18/19 Heureux qui... 20/21 Centre Épic 23 Chers membres de l’ADERM, En ce temps de réjouissances, de partage, d’entraide et de réflexion, permettez- nous, comme membres du C.A., de vous offrir nos vœux sincères pour un Noël rem- pli de paix et de joies. Que l’année nouvelle vous soit douce et vous apporte d’innombrables bienfaits ainsi que la réalisation de vos rêves les plus chers. Nouvelles de l’association Notre secrétaire Mme Lucie Lacasse a décidé de profiter de sa retraite à plein temps! Nous la remercions chaleureusement pour les années consacrées à l’ADERM. Son écoute attentive, son efficacité, sa disponibilité furent très appréciées. Nous lui souhaitons que la santé et la joie fassent partie de son avenir! Bienvenue à notre nouvelle secrétaire, Mme Hélène Blanchet! Plan d’action Nous avons revu les objectifs et la facture de notre plan d’action! Vous pouvez les voir dans le journal et sur notre site. Avez-vous participé au concours pour le slogan de notre association? Merci à ceux ou celles qui l’ont fait! Nous dévoilerons bien- tôt, le slogan et le gagnant du concours sur la messagerie de l’ADERM. Le recrutement des membres « Le recrutement des membres est garant de la survie de l’association » voilà ce que vous disait notre vice-présidente Mme Diane Mathieu-Paul. Elle y travaille très activement avec sa formidable équipe. Un dossier vous est parvenu par la message- rie dans lequel elle vous fournissait des arguments pour solliciter des membres de direction ou des cadres que vous connaissez et qui n’ont pas adhéré à l’association. Le recrutement va bon train, un peu plus d’une vingtaine de nouveaux membres, anciens ou nouveaux retraités, viennent d’adhérer à notre association! Un cocktail sera organisé pour eux le 15 janvier. Ce n’est qu’un début! (Voir l’article de Diane dans le journal!) Nous avons besoin de votre participation! Conventum des 70 ans Cette rencontre joyeuse et festive a permis, encore cette année, à une soixantaine de nos membres de se retrouver! Lire l’article de Monsieur Émile Robichaud. Les cartes d’anniversaires Il est de coutume à l’ADERM d’envoyer des cartes personnalisées et artistiques à chaque membre pour son anniversaire. Dans un souci d’économie, nous ferons d’ici juin l’expérience de cartes numériques pour certains membres branchés. Vos com- mentaires seront appréciés! Les voyages Une invitation a été faite à tous nos membres voyageurs pour célébrer ensemble notre 25e voyage organisé par le comité Culture et Compagnie. Ce fut aussi l’occa- sion de partager, de proposer, de recevoir des suggestions de voyages pour le fu- tur. Notre prochaine destination vous sera bientôt révélée! Régime RRPE (suivi) Votre conseil d’administration est toujours actif dans ce dossier. À sa séance du 6 novembre 2018, le conseil a mandaté la présidente de l’ADERM, Mme Jocelyne Poulin, pour rédiger une lettre au nouveau président du conseil du Trésor, M. Chris- tian Dubé, afin de dénoncer d’une part, le gel de six ans de l’indexation des retrai- tés participant au régime RRPE et d’autre part, les règles portant sur les pénalités encourues par les retraités lors d’un retour au travail. Il a également chargé la pré- sidente d’un autre mandat, celui d’écrire au nouveau ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge, pour dénoncer cette même pénalité encourue par les re- traités du RRPE lors d’un retour au travail. M. Daniel Dubé, vice-président et Mme Diane Mathieu Paul, vice-présidente ont participé activement à la rédaction de ces lettres. Pour plus d’informations, commu- niquer avec le bureau de l’ADERM par courriel aderm@aderm.qc.ca ou par télé- phone au 514-596-5156. Un suivi vous sera fait! Bonne année 2019 à tous nos membres! Un chaleureux merci aux nombreux béné- voles qui travaillent pour nous et avec nous! Jocelyne Poulin, Présidente MESSAGE DU C.A.
  • 3. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 3 Activité Date Endroit Responsable Quilles Les lundis à 9 h 30 Salon Renaude-Lapointe André Legault Pétanque Les mardis à 9 h Val-des-Arbres Ronald Rodier Bridge Les mardis à 13 h 30 Le Rendez-vous A. Houle/Y. Grenier Badminton Les mercredis à 13 h Saints-Martyrs-Canadiens Pierre Lamothe Volley-ball Les jeudis de 9 h à 11 h 30 11121, rue Salk, Montréal-Nord Robert Sauvé Mercredi des artistes Début le 24 octobre Le Rendez-vous Francine Robert Galerie la Poste Le mercredi 16 janvier 2019 1700, rue Notre-Dame Ouest Mireille Martel Les instruments de musique Le jeudi 7 février à 11 h Musée des beaux-arts de Montréal Hélène Quinty Déjeuner de l’amitié 14 ou 15 février 2019 Surveillez la messagerie À préciser Thierry Mugler Le mercredi 20 mars 2019 à 10 h 30 Musée des beaux-arts de Montréal Hélène Quinty Directrice Jocelyne Poulin Infographistes Jocelyne Villemaire et Ginette Meunier Publicité Robert Sauvé Comité de communication Jocelyne Poulin, Francine Ladouceur, Monique Robert, Louise Godin, Jocelyne Villemaire, Ginette Meunier Rédactrice en chef Jocelyne Villemaire Saisie des textes Jocelyne Villemaire et Ginette Meunier Révision des textes Lise Dubuc, Monique Grignon et Gisèle Émond Correction d’épreuves Monique Grignon Expédition Robert Duquette INFORMATIONS AUX MEMBRES Nouvelle activité Activité ski alpin 2018-2019 Une première activité de ski alpin a eu lieu le 11 décembre. Après la période des Fêtes, d’autres sorties vous seront proposées. Pour plus d’informations, veuillez contacter Marc Croteau. Tél. : 450-465-0214 Courriel : croteaum1820@videotron.ca
  • 4. L’Entre-nous, Vol. 26, no 24 Anniversairesdejanvier Anniversairesdefévrier « Je me demande si fêter ses anniversaires ça ne fait pas vieillir.» Nancy Astor (28) Simone Gignac-Rheault (30) Jean-Paul Émard (31) Claude Arseneault, Jacques Rousseau. Anniversairesdedécembre (1) Robert Mathieu (3) Raymond Caron, Marc Croteau (6) Jean Maheu (7) Roseline Rouad (10) Fernande L.-Simoneau (11) Danielle Lacasse, Nicole Perreault (13) Doris Richer (14) Jacqueline Saumure (15) Hélène Du Berger Blouin (16) Pauline Prévost (17) Roch Four- nier, Denis Langlois, Mario Langlois (19) Louise Del- vigne (20) Louise Savard, Robert Picard, Francine La- douceur (21) Lise Robitaille, Gérald Guilbault (22) Françoise Brizard, Jeannine N.-La Chapelle (27) Da- nielle Bouchard (30) Gilles Goyette (1) Pauline Campeau, Alice De Grandmont, Yvon Pilon (4) Michel Picard, Richard Vaillancourt (5) Jean-Claude Rathé (6) Isabelle Lapierre, Marguerite Saint-Laurent (8) Léontine Landry, Ralph Smith (9) Laure Sénécal (Gérard) (10) Gavina Carboni-Blais, Monique Fredette, Gisèle Émond, Hervé Leduc (13) Jean-Roch Lemay, Anna-Maria Folco (16) Lucille Delisle (17) Jacques Trottier (18) Laurent Portugais, Blanche Tremblay- Gagnon, Manon Sénécal (20) Rolande Desjardins, Jeannine Chagnon, Benoit Bussière (21) Pauline Marti- neau, Marc Sabourin (22) Georgette Lévesque, (23) Pauline Bessette, Germain Lamothe, Jean Gias- son,(24) F.-Ange L.-Fortier (25) M.-Aurèle Quintal, J.- Pierre Forcier (26) Jean-Guy Lachapelle, Jean-Clément Girard, Paul Vanasse (Lafrance G.) (28) Monique La- rouche, Jean-Paul Morin NOUVEAUX MEMBRES « Jeune, je rêvais d’être fildefériste. Au fil des années de travail, j’ai eu l’occasion de pratiquer cette discipline, à la recherche d’un équilibre, non pas au-dessus du sol, mais les deux pieds dans la réalité du milieu scolaire! À la retraite, je poursuis mon apprentissage avec des gens que j’aime. » Cécile Sachetelli (suite à la page 6)
  • 5. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 5 L’arrivée du mois de janvier annonce le renouvellement de notre police d’assurance SSQ. En octobre, comme porte- parole du Comité consultatif des retraités (CCR), j’ai rencontré les représentants de SSQ Assurance, accompagné par des représentants du Secrétariat du Conseil trésor, de notre actuaire conseil et de l’ex-porte-parole. Finalement, nous nous sommes mis d’accord sur la tarification 2019, la mise en place de la mutualisation pour l’ensemble des retraités et la possibilité pour les assurés de moins de 65 ans de modifier leur choix de régime (base vers enrichi) à leur 65e anni- versaire. De plus, les assurés de plus de 65 ans qui ont le régime de base pourront modifier leur régime vers le régime enrichi durant une période déterminée par l’assureur. Nous croyons que la mutualisation (mise en commun) et la pos- sibilité de modifier le choix du régime sont des bonnes nouvelles pour tous les assurés. Tous ces changements devront être entérinés par le Conseil du trésor en décembre. Vous pourrez prendre connaissance de ces modifications dans la parution du Retraité averti publié par les membres du CCR. Nous vous invitons, également, à consulter le site web: ccr-québec.ca. Daniel Dubé v-p. INFORMATIONS AUX MEMBRES SSQ ASSURANCE Le recrutement : une cause commune Depuis octobre, les membres du comité de recrutement sont actifs, créatifs et surtout généreux de leur temps. Ils re- crutent et planifient des stratégies afin de travailler en amont. En effet, nous avons pu constater que l’association n’est pas vraiment connue des futurs retraités. Malgré l’information distribuée par l’ADERM à travers différents canaux, le message ne se rend pas nécessairement jusqu’à eux. Ou encore, si l’information traverse la multitude de dossiers d’une dernière fin d’année de carrière, l’invitation est déposée sur la pile à faire et l’ivresse de quitter fait oublier de prendre davantage d’informations. Ces futurs retraités partent sans vraiment prendre connaissance des opportunités qu’offre l’ADERM. Les membres du comité concluent qu’une présence plus active de l’association en amont est nécessaire. Cette année, nous désirons, avec la collaboration des commissions scolaires, intervenir directement aux rencontres d’unités, faire des offres de service de type « 5 à 7 » entre nouveaux membres et futurs retraités et assurer une présence significative au congrès de l’AMDES. Nous constatons que plusieurs nouveaux retraités se joignent à nous, d’autres reviennent après nous avoir quittés un certain temps et des retraités de plusieurs années qui n’ont jamais été membres, s’ajoutent à la liste. Maintenant, il faut s’en occuper sans oublier les membres fidèles depuis de nombreuses années. C’est dans nos plans. Votre participation est importante. Nous devons rajeunir l’ADERM, lui permettre de vivre encore longtemps en solidi- fiant sa base. Nous comptons sur chacun d’entre vous pour nous aider dans notre action. L’association est «le seul chien de garde » de nos droits et intérêts. Soyez assurés que nous travaillons vaillamment à les défendre. D’être conscients que vous êtes derrière nous, comme force de frappe, nous encourage grandement. Merci. Diane Mathieu-Paul
  • 6. L’Entre-nous, Vol. 26, no 26 NOUVEAUX MEMBRES À la retraite ! Une décision importante dans la vie de toute personne qui a donné de nombreuses années pour une même organisation. Pour ma part, j’ai débuté ma carrière comme professionnelle à l’éducation des adultes, j’ai poursuivie ma carrière au Service de l’organisation scolaire, puis dans le réseau de la FP, pour terminer comme directrice adjointe au Service de la gestion des personnes et du développement des compé- tences. Ce fut une carrière extrêmement variée où j’ai eu la chance de rencontrer des personnes stimulantes, intéressantes et généreuses. J’ai également su tisser des liens avec des personnes passionnées par le monde de l’éducation. Je suis donc très en- thousiaste à l’idée de retrouver certaines de ces personnes, maintenant membres de l’Aderm. Heureuse d’être nouvellement retraitée et très contente d’être parmi vous. J'ai fait carrière à la CSDM durant 37 ans. J'ai débuté comme agente de bureau puis quelques années plus tard, je suis devenue technicienne à la formation et ce pendant de nombreuses années. Ceci m'a donné le bagage nécessaire pour occu- per un poste d'encadrement, soit celui de responsable de budget au Service des ressources humaines. Il y a maintenant cinq ans que je suis retraitée et fière de l'être! VIVE LA RETRAITE! Anne Alexandre a dédié plus de 40 années de sa vie aux enfants en grande difficulté. Elle a toujours été préoccupée par les mille et un défis que certains enfants doivent surmonter dans la vie. Dès l'âge de treize ans, elle consacre ses heures de loisirs aux enfants malades de l'hôpital Sainte-Justine à titre de bénévole. Elle inaugure notamment le service bénévole ambulancier de l'hôpital et accompagne de nombreux enfants vers d'autres hôpitaux pour y recevoir des traitements spécifiques. Elle devient orthopédagogue pour rendre accessibles, compréhensibles et efficaces les ap- prentissages des élèves ayant des difficultés multiples Elle devient adjointe spéciale à la direction des écoles des Centres de Jeunesse Batshaw puis au moment de la mutation des commissions scolaires, elle occupe le poste de direc- trice adjointe de l'Académie Dunton (CSDM). Elle devient par la suite directrice des écoles Maisonneuve, de la Lancée et Victor-Doré (école à mandat suprarégional pour enfants lour- dement handicapés). Elle consacre son temps libre à divers projets de théâtre depuis près de trente ans. La retraite n'est pas synonyme de fin ou d'arrêt pour elle. C'est le moment privilégié de faire des choix. Les siens continuent d'être l'accompagnement, la conseillance et bien en- tendu ses petits enfants. Sylvie Rivet Ginette Côté Anne Alexandre
  • 7. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 7 Lutins de Noël Saluons la générosité de nos membres... Depuis plusieurs années déjà, des membres de l’ADERM s’impliquent afin d’apporter de la joie aux enfants de la DPJ à l’occasion de Noël. Les artistes du Plaisir de l’art, à chaque exposition à laquelle ils partici- pent, organisent des tirages et des collectes au profit de cette œuvre. Au printemps dernier, ils ont ramassé quelques centaines de dollars au cours d’une de ces expositions puis ils se sont réunis en novembre pour fabriquer des sacs à bouteilles de vin. Ces sacs ont été vendus à l’occa- sion de marchés de Noël et les profits seront également utilisés afin d’ai- der les enfants de la DPJ et leur famille. Vous pouvez faire des dons pour aider ces lutins de la DPJ en tout temps en envoyant un chèque à l’ADERM en spécifiant « lutins de Noël » sur votre chèque. Nous pouvons faire la différence pour beaucoup d’enfants. Merci au nom de ces enfants. ...et soyons généreux! NOUVEAUX MEMBRES (suite) Ma retraite, après 40 ans de vie professionnelle! Éducateur physique de formation, j’ai enseigné pendant 12 années aux niveaux secon- daire et primaire. Par la suite, j’ai poursuivi ma carrière durant 7 ans comme conseiller pédagogique suivis de 11 années à la direction d’établissement pour enfin terminer ma carrière comme gestionnaire au service des technologies de l’information. De jour en jour depuis ma retraite le 2 juillet dernier, un sentiment de liberté m’envahit dans un tourbillon de nouvelles activités, pour moi et mes proches. Je me sens un peu dans un déséquilibre qui je sais se veut temporaire. Je suis conscient aussi du temps qui passe et des limites qui s’imposent désormais à la santé, à la vitalité, à la capacité de m’engager ou à celle de tout recommencer. Mais la nécessité et le goût de bouger, le plai- sir de créer de nouvelles relations, de maintenir des liens familiaux forts, de m’engager dans une cause sont toujours bien présents. Comme l’écoute de la musique fait partie de mon quotidien, la chanson « Le bonheur il est où » de Christophe Maé est une belle inspiration. J’ai le sentiment et le temps de réfléchir sur le moment présent, sur moi-même et les autres. Peut-être un peu de sagesse accumu- lée avec les années m’amène à dire : Le bonheur il est où, il est là, comme dit la chanson! Au plaisir de vous rencontrer en ski, au golf, au volleyball, badminton … Marc Croteau
  • 8. L’Entre-nous, Vol. 26, no 28 Pland’action2018-2021 Notremission Notreassociationapourmissionderassemblerlesdirectionsd’établissementetlescadresretraitésdescommis- sionsscolairesfrancophonesdeMontréal(CSDM,CSPIetCSMB)etdedéfendreleursdroits. Notrevision Notrevisionestd’assurerlapérennitédenotreassociationenrecrutantleplusderetraitéspossible etdeprotégerlesacquisdenosmembres. Objectif1: Défendrenosdroitscollectifs Objectif2: Recruteretstimulerlaparticipation detouslesmembres Objectif3: Mainteniretcultiverunréseauactif Stratégies 1.1Surveilleretprotégerlesrégimes deretraiteetlesassurances 1.2Participeràtoutesactionsvisant àprotégerlesrégimesderetraiteet lesassurances. Stratégies 2.1Formeruncomitéresponsable durecrutement 2.2Encouragerlaparticipationdes membresàlavieassociative 2.3Accroîtrenotrevisibilité 2.4Actualisernosmoyensdecom- munication. Stratégies 3.1Planifieretorganiserdesactivi- téssociales,culturelles,sportiveset d’entraidequifavorisentl’implica- tiondesmembresdanslerespectde l’environnement.
  • 9. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 9 Nos réalisations de 2007 à 2018 **************** Visites culturelles MBA : Art européen 2007 Cuba 2008 Cultures anciennes 2009 Tiffany 2010 Empereur de Chine 2011 Art canadien 2011 Médiathèque littéraire 2011 MBA : Jardin des sculptures 2012 Impressionnistes 2012 Arts décoratifs 2013 Chihuly 2013 Art méditerranéen 2013 Château Dufresne 2013 MBA : Fa- bergé 2014 Portrait du Moyen-Âge 2015 Rodin 2015 Pompéi 2016 Grande bibliothèque 2016 Tou- louse-Lautrec 2016 Observatoire Ville-Marie 2016 Revue et corrigée 2016 Chagall MBAM 2017 Es- pace Go 2017 Napoléon MBAM 2018 Voyages (déjà le 25e ) Québec 2007 Ottawa 2008 Vergers et Vignobles 2008 New York 1 2009 Canneberges 2009 Was- hington 1 2010 Isle-aux-Grues 2010 Boston 2010 Washington 2 2011 Charlevoix 2011 Chicago 2011 Ottawa 2012 Californie 2012 Chine 2013 Mauricie 2013 Philadelphie 2013 Toronto 2014 Croatie 2014 New York 2 2015 Budapest 2015 Nouvelle-Angleterre 2016 Bas Saint-Laurent 2017 Allemagne 2017 Québec Giacometti 2018 Pays baltes 2018 Visites de quartier Quartier des antiquaires 2010 Jardin botanique 2011 Notre-Dame-de-Grâce 2012 Plateau Mont- Royal 2013 Mille Carré Doré 2014 Outremont Art Déco 2014 Vieux-Montréal 2015 Griffintown 2016 Lieux de cultes à Westmount 2017 Visite historique du métro 2018 Conférences et cours Fabrication de cartes 2009 Caméra numérique 2010-2014 Souvenirs de Chine 2011 Conférences sur les vins 2013 à 2018 Académie du chocolat 2015 Concerts Noël en jazz 2014 Soir d’été de Schubert 2015 Noël celtique 2015 La belle époque MBAM 2016 Concert Valérie Milot, harpiste 2017 Magnificat de Bach 2017 Opéra La Tosca 2018 Comité Culture et Compagnie
  • 10. L’Entre-nous, Vol. 26, no 210 Ehoui! chacun (e) revient avec des souvenirs personnels et une vie communautaire enrichie. Tel est le constat de ce voyage pittoresque dans les pays baltes. En compagnie de M. Laurier Tremblay de l’agence Humania, les 27 voyageurs ont vécu des moments féé- riques où la chaleur humaine a favorisé les échanges, la complicité et la connaissance approfondie de l’his- toire « baltique ». Nos charmantes guides Zita, Anita et Véronica, toutes très professionnelles, nous ont instruits et communi- qué l’amour de leur pays. Tout au long du circuit, nous avons découvert de magnifiques trésors médiévaux, visité des musées, parcouru les étals des marchés. Nous avons écouté des concerts dans les églises et assisté à l’opéra Don Carlos de Ver- di. Marcher au cœur du quartier « art nouveau » de Riga... et combattre le vent sur les berges de la mer Bal- tique furent également des plaisirs partagés par tous!... Moment fort de notre voyage, la visite du 9 e fort de Kaunas où la sculpture monumentale rappelle le camp de la mort pendant l’occupation nazie. La visite de la colline des Croix était également un moment très émou- vant! Une collègue a laissé parmi les 90,000 croix, la croix de son époux décédé... Les voyageurs ont éprouvé beaucoup de plaisir à sillonner les rues étroites des vieilles villes, à fureter, à ma- gasiner (souvent avec Laurier) afin de rapporter des petits souvenirs. Dans les pays baltes la cuisine était savoureuse! Quelle cuisine! Quelle bonne bouffe! Les mets du terroir et leurs fameuses bières furent un régal. M. Ronald Rodier avec sa fameuse plume a accepté de vous relater notre voyage en Lituanie, Lettonie et Es- tonie. Merci à toi Ronald et un chaleureux merci au groupe de voyageurs, pour votre participation, votre en- thousiasme et votre complicité. Louise Godin Responsable du voyage pour le comité « Culture et compagnie » VOYAGE AUX PAYS BALTES Les trésors cachés des pays baltes Louise Godin
  • 11. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 11 « Visite de la Galerie La Poste » Le comité Culture et Compagnie vous invite à visiter une galerie d’art ouverte seulement depuis cinq ans et qui offre des expositions uniques dans un endroit magnifique à découvrir et à fréquenter. Date :Le mercredi 16 janvier 2019 Heure :De 11 h à 12 h 30 Lieu :Galerie La Poste, 1700, rue Notre-Dame Ouest (Métro Lucien L’Allier ou Bonaventure) Coût : Entièrement gratuit, places réservées pour l’ADERM Description de l’activité : Visite guidée du bâtiment patrimonial, ancienne succursale postale transformée en galerie d’exposition privée et de diffusion de l’art contemporain. Cet édifice qui date de 1913 a été entièrement restauré grâce au financement privé de Madame de Mévius et à la vi- sion singulière de feu l’architecte Luc Laporte qui signera sa dernière réalisation avec ce projet d’envergure. Visite de l’exposition en cours :L’artiste ED Pien est un artiste multidisci- plinaire qui vit et travaille à Toronto. Il s’inspire de mythes et de contes occidentaux pour créer des dessins fantastiques rappelant certaines œuvres de Jérôme Bosh et de Francisco Goya. L’artiste a exposé tant au Canada qu’à l’étranger. Cette exposition sera l’occasion de découvrir et de revoir près de vingt œuvres réalisées par Ed Pien entre 1997 et 2018. Inscription : Pour cette activité, nous vous demandons de vous inscrire le plus rapide- ment possible, en téléphonant à l’ADERM au 514-596-5156 ou par cour- riel à aderm@aderm.qc.ca avant le 8 janvier 2019. Informations additionnelles : Mireille Martel Culture et compagnie Mireille Martel
  • 12. L’Entre-nous, Vol. 26, no 212 Visite guidée originale au MBAM « Les instruments de musique dans les tableaux des peintres du Moyen Âge au 19e siècle » Le comité Culture et Compagnie de l’ADERM vous propose une rencontre culturelle inédite à partir d’un scénario conçu par Danielle Delorme, guide professionnelle au MBAM. Lieu : Musée des beaux-arts de Montréal Activité : En parcourant quelques salles de la collection permanente du musée, Danielle nous fera découvrir les princi- pales inspirations des peintres et la signification de la représentation des instruments de musique dans leurs tableaux, selon les époques. Une présentation originale et créative durant laquelle vous entendrez réellement les instruments de l’époque. Quand : Le jeudi 7 février 2019 à 11 h Point de rencontre : À l’entrée du Pavillon Jean-Noël Desmarais (15 minutes avant la visite) Coût : Membre et associé de l’ADERM contribution volontaire 2 $ Non-membre de l’ADERM contribution volontaire 3 $ (montant payable sur place) Après la visite, l’accès aux salles de la collection permanente est gratuit les jeudis pour les aînés de 65 ans et plus. Inscriptions : Réservez dès maintenant ou avant le mardi 23 janvier au secrétariat de l’ADERM au 514-596-5156 ou par courriel à aderm@aderm.qc.ca Informations additionnelles : Hélène Quinty 514-382-3826 GUITARE À LA GEORGES BRAQUE LOUIS RUNEMBERG ARTISTE PEINTRE Culture et compagnie Hélène Quinty Voyages de l’ADERM 2019 Le comité Culture et Compagnie vous fera connaître sous peu nos destinations voyages de 2019. Surveillez le prochain journal ainsi que la messagerie pour en savoir davantage. De belles découvertes sont à venir. Voyager en compagnie des membres de l’ADERM est un plaisir à chaque voyage.
  • 13. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 13 Grande exposition au MBAM « Thierry Mugler, couturissime » Le comité Culture et Compagnie de l’ADERM vous invite à visiter cette grande exposition unique en son genre et présentée pour la première fois en Amérique du Nord avec une scénographie de Michel Lemieux et de Philipp Fürhofer. Lieu : Musée des beaux-arts de Montréal Activité : Visite guidée de cette exposition majeure à Montréal. Des guides chevronnés seront sur place pour nous faire connaître ce créateur français, acteur essentiel du milieu de la mode. Vous ferez la découverte de ce couturier visionnaire, metteur en scène, photographe et parfumeur à partir de 140 tenues réalisées entre 1973 et 2001. Mugler a habillé plusieurs stars dont Céline Dion et Diane Dufresne. Vous serez aussi informés sur l’histoire de la mode à partir de Christian Dior ainsi que sur les principaux aspects de la mode. Quand : Le mercredi 20 mars 2019 10 h 30, point de rencontre au 2075, rue Bishop, Pavillon pour la Paix 11 h précises, début de la visite Coût : Membre de l’ADERM : 21 $ Membre avec carte VIP du musée : 3 $ (payable sur place) Non-membre : 23 $ Non-membre avec carte VIP du musée : 4 $ (payable sur place) Inscriptions : Réserver dès maintenant au 514-596-5156 ou à aderm@aderm.qc.ca en indiquant si vous êtes VIP du MBAM. Pour les non-VIP. prière d’envoyer votre chèque à l’attention de l’ADERM avant le mardi 5 mars au secrétariat de l’ADERM au 5565, rue Sherbrooke, Est, Montréal, QC , H1N 1A2. Informations additionnelles : Hélène Quinty, 514-382-3826 Culture et compagnie Hélène Quinty Activité théâtre LA FACE CACHÉE DE LA LUNE Le comité Culture et Compagnie vous invite à assister à cette pièce de théâtre en compagnie d’amis et de collègues. Lieu : Théâtre Jean-Duceppe à la Place des Arts (coin Sainte-Catherine et Saint-Urbain) Texte et mise en scène de Robert Lepage. Production EX Machina Interprétation : Yves Jacques Argument de la pièce : Fin des années 50 : Soviétiques et Américains sont lancés dans une course folle pour la conquête de la lune. Quarante ans plus tard, Philippe et André, deux frères à des années lumières l’un de l’autre, sont forcés de se rapprocher au décès de leur mère. L’un est doctorant passionné de l’espace et l’autre annonceur vedette au Canal Météo. Le deuil va raviver de vieilles blessures et fera ressurgir des souvenirs personnels et des événements historiques. Une question fondamentale émerge: Sommes- nous seuls? Quand : Le mercredi 10 avril 2019 à 19 h 30 Coût pour notre association : Membre : 58 $ Non-membre : 60 $ Inscription : Vous êtes invités à vous inscrire au secrétariat de l’ADERM au 514-596-5156 et à faire parvenir le coupon-réponse en annexe ainsi que votre paiement par chèque au nom de l’ADERM au secrétariat de l’ADERM, au 5565, rue Sherbrooke Est, QC, HIN 1A2 . Date limite pour l’inscription : avant le jeudi 14 février 2019. Votre inscription sera finalisée lors de la réception de votre chèque. Votre billet vous sera remis sur place le soir même à partir de 18 h 45 à l’entrée du Théâtre Jean-Duceppe. Attention : Stationnement à la Place des Arts et au Complexe Desjardins Métro : Place des Arts Informations additionnelles :Anna Maria Folco 514-985-0677
  • 14. L’Entre-nous, Vol. 26, no 214 N ous étions, ce lundi 22 octobre, plus de soixante collègues à célébrer de confraternelles retrouvailles! Chaleu- reux échanges, rappel de beaux souvenirs et de récents faits d’armes! Notre association est bien vivante : c’est une belle famille, une chaleureuse famille comme je le soulignais à notre pré- sidente dans la lettre que je lui ai fait parvenir pour remercier l’Association de l’hommage qu’elle m’a rendu à cette occasion. En juin dernier, le gouvernement du Québec a décoré de l’Ordre de l’excellence en éducation du Québec 51 personnalités des milieux de l’éducation et de l’en- seignement supérieur. Cet Ordre veut souligner le mérite de ceux et celles qui ont joué ou qui jouent encore un rôle important dans le domaine de l’éduca- tion au Québec. La devise de l’Ordre est : Leur réussite, notre devoir. L’Ordre comprend trois grades : soit celui de membre, de membre distingué et de membre émérite. J’ai eu l’honneur d’être désigné membre distingué. L’Association m’a remis, à cette occasion, un document souvenir contenant l’article publié dans le bulletin l’Entre-nous par mes consœurs Adrienne Bras- seur et Hélène Quinty et les précieuses signatures de mes collègues présents à cette rencontre. Comme je l’ai souligné dans mes remerciements, cet honneur revient aussi à toute notre profession. Le rôle des directions d’établissement, leur immense responsabilité sont trop souvent méconnus : c’est, en effet, aux directions d’établissement qu’incombe la responsabilité première de la qualité de l’éducation. Leur tâche est lourde et exigeante. Il est heureux que leur métier soit enfin reconnu et souligné. C’est en notre nom à toutes et à tous que j’ai accepté cet honneur. Puisse l’ADERM témoigner encore longtemps de la riche vie professionnelle que nous avons partagée dans l’amitié et l’entraide confraternelle! À vous toutes et tous, ma profonde reconnaissance. Émile Robichaud Conventum De chaleureuses retrouvailles!
  • 15. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 15 LE PLAISIR DE LIRE Ginette Meunier De beaux livres à offrir ou à s’offrir pour les fêtes! Joyeux Noël à tous, et que votre recherche du bon livre soit enrichissante, pour vous et pour ceux que vous aimez!
  • 16. L’Entre-nous, Vol. 26, no 216 Notre système des noms de famille remonte au Moyen Âge. Son implantation s’échelonne sur plusieurs siècles à un rythme variable. Le nom de famille est associé à des origines très diversifiées telles que : lieu de résidence, métier, testament, fleurs, traits physiques ou moraux. Selon le livre : Les noms de famille du Québec, de Roland Jacob, il est écrit que : POULIN, Jocelyne : Il peut paraître étonnant de constater que les mots poulain et poule se ressemblent beaucoup. En fait, ils ont, pour ainsi dire, une étymologie commune. Le premier vient du latin pullamen, le second, du latin pulla. L’un est un dérivé de pullus, l’autre en est le féminin. Pullus ou Poulain a désigné le petit d’un animal, quel qu’il soit, avant de prendre le sens de « petit de la jument ». Appliqué à une personne, c’est un sobriquet qui évoque la fébrilité du jeune animal, son caractère fringuant. Soulignons que la forme POULIN est plus fréquente au Québec. Ainsi, le nom peut désigner un fief devenu nom de famille distinct qui relie l’ancêtre seigneur du lieu, en France ou ici dont Poulin de Courval. (p.276 et 327) DUBÉ, Daniel : Le surnom DUBÉ est probablement une graphie calquée sur la prononciation de Dubec. Le patronyme DUBÉ est un exemple typique de la nécessité de recourir à l’étymologie et à la généalogie pour savoir précisément quelle est la signification du nom. D’entrée de jeu, le nom original devait s’écrire DUBEC et se prononcer DUBÉ. Selon l’origine du porteur, le patronyme DUBÉ peut s’appliquer de 4 façons différentes. En Normandie, un bec est un ruisseau. On nommera donc DUBEC celui dont le domaine est caractérisé par la présence d’un ruisseau ou dont l’habitation est située près d’un ruisseau. BEC, en langue gauloise du nord becco, « pointe » désigne une pointe de rocher en hauteur. Dubec alors s’applique à celui dont l’habitation est juchée sur une hauteur ou est construite à proximité. Dans le Limousin, Bech et Le Bech se rencontrent à plusieurs reprises en France comme nom d’un village construit sur une hauteur. Le patronyme DUBÉ serait alors une variante de DUBECH, surnom de celui qui vient d’un hameau por- tant ce nom. En Bretagne, le bec est un pigeon. Il s’agirait donc d’un sobriquet appliqué à un individu naïf et crédule. Un « bon pi- geon », quoi! À moins que ce ne soit un surnom d’éleveur de pigeons. Les DUBÉ ont donc le choix, d’autant plus que leur ancêtre, Mathurin Dubé, était originaire du Poitou. (p. 179, 301, 302) MATHIEU-PAUL, Diane : Nom d’un des douze apôtres de Jésus et auteur d’un évangile, MATTHIEU, écrit plus souvent MATHIEU, a formé sa famille de diminutifs à partir de 4 radicaux différents : math, mat, matt et mah. Voici les 4 séries : Math: Mathel, Matheau, Mathot, Mathan, Mathon, Mathard et Mathy; Mat : Matel, Mateau, Matet, Matas, Matan, Matin, Maton et Maty; Matt : Mattel, Mattesau, Mattat, Mattas, Mattan, Mattin, Matton, Mattard et Matty; Mah : Mahel, Mahot, Mahat, Mahan, Mahon et Mahy. Si la toponymie a prêté à l’anthroponymie, le procédé n’a pas fonctionné à sens unique. Des personnes ont donné leur nom à des lieux. Ainsi en est-il du nom MATHIEU. (p.82, 99, 162) PAUL : Ce nom a été popularisé par l’apôtre PAUL. C’est lui qui a ouvert l’évangélisation aux gentils, c’est-à-dire aux non-juifs. Paul est peu fréquent en français comme nom de famille. DEPAUL marque la filiation. Il se voit plutôt dans ses dérivés sous 3 radicaux : 1. paul : Paulet ou Paulin; 2. pol : Polin ou Polet; 3. Poll : Pollet ou Pollard. (p. 46-48, 61,93, 100, 309, 328, 334, 335, 366) … (suite au prochain numéro) Un peu d’histoire Danielle Lacasse
  • 17. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 17 CHRONIQUE DES 90 ANS Ronald Rodier ARMAND NADEAU - L’ÉPICURIEN Armand est un Beauceron ! Un Beauceron est un être déterminé ! Armand est donc un être déterminé ! Après une confortable période de ¨cocooning ¨ au primaire dans l’environnement sécuritaire de son village, il se retrouve en terre étrangère, l’Islet, Sainte-Foy, où il subit pendant son se- condaire, le pénible ennui du pensionnaire exilé. Déterminé à poursuivre des études en péda- gogie, il gagne la grande ville et ambitionne, le plus possible, l’atteinte de ses objectifs. Après le bac à l’École normale Jacques-Cartier, ce fut la licence en pédagogie et en administration scolaire à l’Université de Montréal et, pourquoi pas, un ajout d’études en sciences sociales et politiques. On ne sait jamais! Cette décision allait s’avérer judicieuse. Et les filles sont tellement belles à Montréal. Bardé de ses diplômes, il attaque sa carrière. D’abord enseignant au primaire, obligatoire à l’époque car c’est là qu’on apprenait à enseigner, il passe ensuite au secondaire puis, par intérim, adjoint à l’école Arcand. Ce petit goût de direction le harponne et titille sa détermination d’aller plus haut. Un poste s’ouvre à Rivière-des-Prairies. C’est loin! Dernière école du Nord-Est! Qu’à cela ne tienne! La marche est plus haute et les femmes sont belles aussi au bout de l’île. Nommé directeur, par force de conviction, il s’entoure de plusieurs de ses camarades enseignants qu’il a convaincus de le suivre. Coubertin énumérait trois comparatifs pour ses jeux mais n’ajoutait pas l’objectif d’Armand : Toujours plus gros ! ¨ Il n’est pas homme à partir à vau-l’eau mais, pourquoi résister à la tentation? Le tapis se déroule sous lui pour la plus peuplée des polyvalentes de la province : Calixa-Lavallée. Il est déterminé à s’assurer de la composition de son équipe d’adjoints et ses nombreuses dé- marches auprès des autorités finissent par combler ses aspirations. Pour bien décentraliser, ce qui ne veut pas dire essayer de trouver quelqu’un de notre avis mais...il vérifie les compétences, un peu sûrement les affinités, d’un mode de gestion ressemblant probablement au sien. Alors il pourra s’assurer d’une cogestion, sa fierté. Tout en gardant la main haute, il ne craindra pas la décentralisation. C’est dans cette école renommée que se terminera sa carrière de pédagogue. Yves Ryan, maire de Montréal-Nord, était reconnu pour être près de son monde, de ses organismes, de ses écoles qu’il fréquentait souvent. Fin renard, il offre un poste d’échevin à qui s’était distingué comme hôte si chaleureux dans son royaume. Armand le re- traité accepte bien sûr et met ses études en sciences sociales et politiques à profit pendant onze ans. En politique, les mots ont beaucoup d’importance et notre homme sait bien les utiliser mais surtout, des dossiers importants lui sont confiés dont les poli- tiques d’embauche, de centres d’accueil, de désinstitutionnalisation (ouf!). 1994, la vraie retraite! Dans un gros livre intitulé ¨Montréal-Nord, d’hier à aujourd’hui ¨ on y retrouve la photo d’Armand ainsi qu’un texte élogieux sur l’homme et son cheminement en tant que citoyen de cette ville. C’est un bon vivant! Reconnu pour son humour, il pouvait mani- fester autant d’implication dans les affaires que dans sa vie sociale. Il faisait partie du C.A. lors de la fondation de la Caisse des en- seignants devenue Éduco. Son entourage profitait beaucoup de ses invitations épicuriennes à son domaine du lac des Français. Armand pouvait utiliser des méthodes d’approche très particulières telle celle de noliser toutes les passagères d’un voyage de l’Aderm en Californie pour se faire mettre des gouttes dans ses pauvres yeux malades. Il a su combler sa vie professionnelle, sociale et personnelle et atteindre par sa détermination ses nombreux buts. Les grands hommes ne limitent pas leurs objectifs. En plus de sa résidence à Montréal-Nord, il répartissait son temps entre son domaine du lac et son condo en Floride. Il a su s’enri- chir de nombreux voyages, cultiver sa soif de culture par le théâtre, le cinéma, la musique classique et ses lectures sans négliger le côté physique de sa personne par le golf et le ski alpin, par exemple. Retiré maintenant dans un magnifique condo surplombant la rivière des Prairies, il vit seul depuis une décade. Pas tout à fait seul! Une complice habitant le même immeuble, l’accompagne souvent dans ses déplacements, ses activités. Armand a encore peine à être trop éloigné de la gent féminine. Elle fait partie de sa joie de vivre même après neuf décennies. Aujourd’hui, le chêne plie un peu mais garde toujours la tête haute!
  • 18. L’Entre-nous, Vol. 26, no 218 CHRONIQUE Pierre Bélanger Je n’ai pas eu le bonheur de connaître mes grands-parents. AUCUN. Ma grand-mère paternelle, Annie Hurtubise-Bélanger, est dé- cédée peu après ma naissance; elle s’est pieusement endormie dans le Seigneur, comme on disait à l’époque. On m’a appris qu’elle était ma marraine. Quelle idée insolite de désigner pour marraine une dame si âgée. Lors du baptême, sa fille aînée, la douce Léonie née en 1888, a signé le certificat religieux. Grand-mère devait être mal en point. Au début de mon adolescence, Léonie m’a donné à Noël un autel en carton, souhaitant sans doute qu’il y ait un autre prêtre dans la famille. Au sortir de l’adolescence, cette dernière voulait entrer en religion, mais mon grand-père lui a intimé de plutôt prendre soin de ses jeunes sœurs. Elle a obéi. Instruite, contrairement aux autres filles de cette époque, elle a tâté de l’enseignement à Rigaud. Lors de mes années de collège, elle m’a reçu à dîner. Après que la famille eût transféré ses pénates de Rigaud à la Métropole, elle a travaillé comme bibliothécaire dans ce lieu culturel de la Ville de Montréal. De mes cinq tantes, c’est d’elle dont je me sentais le plus proche. Après mon premier mariage, je la revis peu. Elle avait fait son devoir de marraine et grand-mère substituts. « Le devoir est une sorte d’affection » disait Gil Courtemanche. À l'adolescence, j'ai pris conscience de ma famille paternelle en regardant une photo familiale chez mes vieilles tantes. Y apparaissaient les deux parents et huit de leurs enfants. Mon père affirmait être le quinzième de seize. Cherchons maintenant les huit absents. Mon prof d’histoire de l’École normale disait qu’en ce cas, il faut se fier à des documents ou des photos. Pour ce faire, j’ai fait appel à mon aînée, à deux amis passionnés de généalogie, à de vieux papiers de famille ainsi qu’à Élaine, la plus jeune cousine de la fra- trie possédant la tradition orale et ayant hérité des photos et documents de la famille de mes grands-parents. Je vous ai présenté Léonie, l’aînée des huit enfants vivants. Voilà que survint Juliette, elle aussi demeurée célibataire parce qu’un de ses soupirants s’était permis de fréquenter une autre fille en même temps. Je la vois sur une photo, avec son bel uniforme de la Croix-Rouge, être félicitée par nul autre que le major-général Georges Vanier. Un exemple de bénévolat à suivre. Je vous fais connaître la troisième célibataire, Françoise-Yvonne, que mon père qualifiait de chattemite, c’est-à-dire de quelqu’un qui prend des airs empressés pour mieux tromper. Elle avait tellement peur des hommes qu’elle n’osait prendre le bras que papa, son frère, lui offrait galamment. Françoise travaillait à Hydro-Québec et c’est là qu’elle a connu un étudiant du collège Grasset, le bien-nommé Michel Dubé qui deviendra président de l’ADEM. Michel m’a dit qu’elle était la victime des railleries des autres filles du département. Elle œuvrait à une tâche difficile : recouvrer les créances des mauvais payeurs. Pour démontrer l’importance de la religion chez ces gens nés à fin du 19e siècle, voici quelques lignes du testament de Françoise : « Payer à l’avance pour 20 ans le loyer d’un coffret de sûreté devant contenir la relique de la Vraie Croix avec authenticité présen- tement déposée dans mon coffret à la banque X. Cette précieuse relique devra être remise au premier de mes petits-neveux qui accédera au sacerdoce ». On peut lire aussi : « Je lègue à ma petite-nièce (protestante) la somme de 1000 $ pour servir à son ins- truction dans la religion catholique ». Françoise se souvenait sans doute que sa propre grand-mère, Élizabeth Kirkbride, – mon ar- rière-grand-mère – avait abjuré sa foi protestante pour épouser mon arrière-grand-père Pierre-Amable Hurtubise. Si elle savait que moi, son neveu, je me suis marié en deuxièmes noces à la basilique St. James United Church parce que le clergé catholique refuse le mariage à ses membres divorcés, elle se retournerait dans sa tombe. Il y a 25 ans, j’avais dit au révérend Bob Hutcheson qui a béni notre union devenue légale : « Don’t we have all the same God ? ». Ce pasteur de l’Église Unie du Canada, ouvert à la différence, a prononcé la messe de mariage en français même si cela a été laborieux, l’Épître a été lue en français par Ma grand-mère , cette inconnue... Pierre Bélanger
  • 19. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 19 ma sœur, en anglais par un ami et en espagnol par ma bru mexicaine de l’époque. L’Église a même offert la communion sous les deux espèces, un morceau de pain et du jus de raisin rouge. Malgré l’indifférence des protestants envers la Vierge, la chorale a entonné, à ma demande, l’Ave Maria. Ma tante aurait été rassurée. J’ai peu connu la quatrième tante, Émilienne, demeurée longtemps célibataire avant d’épouser le veuf Adéodat Major, l’oncle qui nous promenait dans sa grosse Packard dans laquelle sept personnes pouvaient prendre place. Vu une ou deux fois l’oncle Léo- pold, Père blanc d’Afrique, qui évangélisait les noirs dans ce continent lointain. Il est décédé dans la cinquantaine et a été inhumé à Fort Portal. Je n’ai jamais entendu la voix d’oncle Roméo, devenu muet à la suite d’un accident. Grand-mère Bélanger a accouché de sa plus jeune, Marie-Rose en 1913. Elle avait alors 48 ans, mon grand-père 63 ans. Tante Marie-Rose étudiait dans un couvent avec celle qui deviendra ma mère. Elle a présenté cette dernière à son frère Henri-Paul, l’auteur de mes jours. Pour sa part, elle a épousé, en 1942, M. Bissonnette, un jeune homme au port altier, mon oncle Paul-Émile. Grand-mère décédait peu après avoir ma- rié sa benjamine. Elle avait accompli son devoir sur cette terre et rempli son rôle. Toute une force physique. Toute une vigueur mentale. Passé l’énumération des huit enfants, un ami m’a fourni un document internet émis par la société d'histoire de Rigaud et constaté qu'il y avait 13 enfants au répertoire, donc 5 de plus que sur la photo. Un enfant né en 1890 est mort le lendemain, anonymement. Henri a vu le jour en 1893 et est décédé à 7 ans d’une commotion cérébrale après avoir été bousculé par un camarade. Jean-Marie Ovide a dit bonjour à la vie en 1895 et lui a dit adieu 9 jours après. En 1902, il y a eu un enfant mort-né. Catherine-Béatrice a connu un sort plus cruel. Née en 1903, elle a été assassinée (sic) à l’âge de 12 ans par la fille du boucher, avec un croc. Si les trois avaient vécu, ils auraient été l’oncle Ovide, la tante Béatrice et l’oncle Henri. Il y avait autrefois beaucoup de décès à la naissance dus à la fièvre puerpérale, maladie infectieuse causée par le manque d'hygiène. J’en suis arrivé à 13 enfants. L’ami Gilles Pépin, féru de généalogie, m'a dit que la mère avait subi vraisemblablement trois fausses couches. Le registre paroissial des baptêmes n'en parle pas mais la mère les compte. Perdre un enfant demande beaucoup de force de caractère et est un véritable test pour la santé mentale. Ma grand-mère a porté 16 enfants. Pourquoi écrire sur ma grand-mère? Pour la sortir de l’ombre, elle qui était toujours en retrait sur les photos derrière ses filles et ses hommes, pour démontrer le sort de ces femmes d’autrefois destinées à la procréation et encouragées et même poussées par le clergé pour ce faire. En faisant cette chasse vers l’inconnu, j’ai trouvé plus que ce que je cherchais soit mes arrière-grands-parents. Pierre-Amable Hur- tubise, un cultivateur veuf, a épousé en 1866 en secondes noces (sur trois) Élizabeth Kirkbride qui lui a donné une fille, ma grand- mère Annie. Sur le certificat de mariage, on note la dispense accordée par Mgr Bourget. On n’avait publié qu’un ban au lieu de trois et je suppose qu’il était pressant que la nouvelle épouse prenne soin des cinq garçons issus de la première union. Le baptême de la mariée a eu lieu le jour du mariage. Le document est signé, je vous le donne en mille : P. Bélanger, prêtre. Hélas! le mariage n’a pas duré longtemps. Élizabeth est décédée peu après, en 1869, à l’âge de 36 ans. Grand-mère avait trois ans. Et j’ai trouvé encore plus. Ma grand-mère avait deux neveux, donc mes petits-petits-cousins, qui ont marqué l’histoire de leur com- munauté. J’en avais entendu parler dans ma jeunesse mais je ne les ai jamais rencontrés. Tous deux ont étudié à Bourget. Elzéar Hurtubise a fait sa médecine à l’Université Laval qui, à cette époque, logeait à Montréal. Je n’en finirais pas d’énumérer toutes ses charges. En 1923, il était le médecin-chef de la Commission de Transport de Montréal. Médecin-major du 65e régiment des Fusi- liers Mont-Royal, il devint lieutenant-colonel avec médaille de long service. Durant la guerre 14-18, il reçut la Croix de la Reconnais- sance Française. Il était membre à vie de la Société Saint-Jean-Baptiste et du Club Canadien de Montréal. Son frère Raoul Hurtubise fit sa médecine à l’Université Queen’s de Kingston. Chirurgien à Sudbury, il portait les Franco-Ontariens en bandoulière. Il était membre de l’Ordre de Jacques-Cartier et président de l’Association canadienne-française de l’Éducation de l’Ontario. Membre du parti libéral pendant 15 ans à titre de député du comté de Nipissing, il fut nommé sénateur en 1945. Son décès en 1955 aura mis fin à tout un parcours. J’ai donc retrouvé ma grand-mère à travers ses enfants tout en faisant un clin d’œil à mes arrière-grands-parents et mes petits-cousins. Ma tâche est accomplie. Pierre Bélanger CHRONIQUE Ma grand-mère , cette inconnue...suite
  • 20. L’Entre-nous, Vol. 26, no 220 Le premier de trois. Pour bien sentir un pays, il faut d’abord connaître son histoire, au moins les faits marquants qui ont forgé sa personnalité. Ainsi, devons-nous retenir de prime abord que les trois états baltes ont sensiblement vécu les mêmes événements historiques. En rafale : l’invasion de l’Ordre Teutonique, les guerres fratricides des seigneurs, les invasions pendant des siècles de la Pologne, de la Suède, de la Prusse, de la Russie, de l’Allemagne et ce, jusqu’à l’indépendance en 1990. Et encore, les troupes russes n’ont quitté qu’en 1994! Les traits de ces peuples sont empreints de misère et laissent peu de place aux sourires. Sauf, si vous êtes nés après 1991. Les épreuves du passé ont forgé le présent. Les des- tructions massives ont valorisé aujourd’hui l’écosystème, on s’accroche à la foi en temps de malheurs, les guerres remplissent les églises, les scènes de ferveur religieuse sont multiples. Par exemple, on embrasse, à la chaîne, les pieds de martyrs enchâssés (photo 1). La Lituanie est le plus grand, le plus peuplé des trois états baltes. Vilnius, sa capitale, a vu son centre historique épargné durant la dernière guerre ainsi que certaines de ses murailles datant du XIIIe siècle. Regroupés sur le parvis de la cathédrale, nous avons éprouvé la même émotion que celle de notre accompagnateur, Laurier, qui nous expli- qua que c’est de cet endroit précis que débu- ta la grande chaîne révolutionnaire de 1989, regroupant plus de 2,5 millions de citoyens répartis sur les 690 km traversant les trois états. Notre guide, sosie de Zsa Zsa Gabor, encyclopédie ambulante, nous promène dans le quartier des artistes auquel on a accolé le titre de Montmartre de la Lituanie. Arrêt à la chapelle de l’Université pour un petit concert d’orgue spécialement préparé pour nous. Les Italiens sont fiers de l’église Saint- Pierre-et-Saint-Paul dont le style baroque regorge de 200 statues. Normal, l’architecte était italien. En route vers Trakai pour la visite du château teutonique de l’île, bâti au XIIIe siècle, dé- truit puis rebâti au grand plaisir des touristes (photo 2). En ces lieux environnants, s’est installée la communauté caraïte, regroupant à peine 280 membres dans toute la Litua- nie. C’est la plus petite communauté du pays, parlant encore une langue turque et suivant un rite religieux selon un courant du judaïsme mais selon les préceptes de la Bible et rejetant ceux de la Torah. Leur mets principal est le kibinai à base de mouton, rare au pays. Mais nous avons dégusté un super pâté chaud au poulet à la croûte débordante du bol. Kernavė offre un site historique important. Nous avons appris que nous étions reçus dans un Kolkhoze, soit une ancienne commune agricole regroupant pour des fins pra- tiques, locaux, installations de services et outillage servant à toute la communauté. Mais le soir, chacun retournait dans son foyer. Les objectifs ressemblaient à ceux de notre Flower Power sans la même finale (photo 3). Aujourd’hui, ce kolkhoze, le dernier du pays, voudrait bien retenir la jeune génération qui émigre de plus en plus vers les pays offrant de bons salaires. Pourtant, leur scolarité est intéressante : 90% des étudiants terminent leur secondaire et 47% sont des diplômés de l’université... sans travail. La population de la Lituanie baisse dramati- quement. À Rumšiškės, un écomusée, style village québécois, offre la possibilité de découvrir les us et coutumes et habitations selon les classes sociales d’une ancienne époque. À quelques kilomètres de Kaunas, nous nous retrouvons dans un lieu tristement identifié comme le fort # 9, soit un camp de concentration où plus de 30,000, on parle même de 50,000 Juifs, c’est-à-dire 90% de leur population furent tués, massacrés par les nazis. Sur les lieux, est érigé un immense monument bouleversant de symboles rendant hom- mage à toutes ces victimes ainsi qu’aux 300,000 Lituaniens, tués, disparus, déportés en CHRONIQUE HEUREUX QUI COMME ULYSSE....Voyage en Lituanie Ronald Rodier
  • 21. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 21 Sibérie lors de l’occupation russe sous Staline. Le monument est composé de trois parties (photo 4). Celle de gauche montre un peuple plié, courbé sous l’emprise de l’envahisseur. Celle de droite, la destruction, l’écrasement, la masse informe. Le centre, le peuple révolutionnaire, poing en l’air, fier de sa libération. La Lituanie est aussi un pays de contrastes. Les Lituaniens sont grands, forts. Leur équipe de basket est championne d’Europe. Le service Internet est très efficace. Une bière blonde s’est méritée une médaille d’or. Ce que certains d’entre nous n’avons pas manqué de tes- ter. La population russophone est très minoritaire comparée aux deux autres états et pour- tant, leur parti a remporté les élections pendant notre voyage au grand dam de notre guide. À Klaipėda, notre petite virée dans la vieille ville nous a permis d’admirer encore quelques maisons à colombages (photo 5). Et hop, nous prenons le traversier pour l’isthme de Cour- lande et sa bande sablonneuse entre la Lituanie et l’enclave russe à moins de 4 km dans la mer Baltique. À Juodkrantė, promenade dans les sentiers boisés de la Colline des Sorcières. En 1979, la municipalité a invité des artistes locaux, les a hébergés, fourni le matériel pendant deux mois afin de leur permettre de réaliser une œuvre en bois selon le folklore du pays, des légendes païennes. Depuis, des sculptures de démons, de sorcières, de personnages bizarres accompagnent les touristes promeneurs dans ces sentiers (photo 6). À Nida, nous nous installons à l’hôtel Juratė, endroit de rêve qu’avaient déjà choisi l’impératrice Louise de Prusse et Frédéric Guillaume. L’endroit est enchanteur avec ses maisons de bois le long de la lagune. Plusieurs personnalités s’y installèrent dont Thomas Mann, prix Nobel de la littérature en 1929. Des krikstais, ça vous dit quelque chose? Ce sont des croix de bois aux formes particulières parsemées dans le cimetière local. Nos visites sont très variées. Homère avait déjà nommé les rives de la Baltique, la Côte de l’Ambre. L’endroit est renommé pour cette résine durcie, retrouvée souvent sur les rivages de cette mer et exploitée largement par la fabrication de bijoux, fort populaires auprès de nos magasineuses. Dans une des boutiques, une jolie anima- trice, un peu sorcière par ses pouvoirs de séduction, nous enseigna l’art de polir une petite amulette que nous avons pu conserver. Cette station balnéaire regorge de beautés naturelles dont les dunes de Parnidis. Certaines, du côté de la Baltique, sont mouvantes à cause de la mer agitée. De l’autre côté de l’isthme, face à la lagune, des dunes mortes forment de belles plages de sable blanc fort prisées par les nombreux touristes surtout russes et allemands. Jean-Paul Sartre fut autorisé par Khrouchtchev en 1965, à y séjourner pendant cinq jours. Moment mémorable (sic) on y a érigé une statue en 2018 à la mémoire de ce communiste déclaré (photo 7). Retour en traversier et route vers Šiauliai. Nous nous dirigeons alors vers une petite colline, en fait une butte, sur la- quelle sont plantées des milliers de croix de toutes grandeurs. Une forêt de croix qui ne cesse de s’agrandir à tous les jours grâce aux vendeurs de croix qui profitent de la manne dans leurs kiosques installés au pied de la butte. On en dénombre aujourd’hui plus de 60 000 et des fidèles en rajoutent tous les jours (photo 8). La croix symbolise la résistance, la résilience, la ténacité et le désir de libération des Lituaniens. C’est un mémorial aux milliers de survivants de la Si- bérie en 1953. La butte fut rasée à au moins trois reprises par les Russes mais réapparaissait lors d’escapades nocturnes par les citoyens. En 1993, le pape Jean-Paul II y planta une croix, la plus haute, la plus imposante, l’Église pouvant bien se le permettre. Une dernière visite dans cet état. Celle guidée du château Rundale dont le mo- dèle ressemble à l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Dans les jardins du style de Versailles, des personnages en costumes d’époque y circulent. On y tourne une série de télé : Catherine II. Des adieux à notre incomparable guide. Demain, nous serons en Lettonie.
  • 22. L’Entre-nous, Vol. 26, no 222 Félicitations et meilleurs vœux à nos membres qui ont eu 90 ans au mois d’octobre. Madame Lucille Lagacé : 1er octobre Monsieur Denis Perron : 4 octobre Monsieur Guy Beauchemin : 14 octobre Décès Fernand Briard Roger Barette André Scully 1921-2018 1921-2018 1932-2018
  • 23. L’Entre-nous, Vol. 26, no 2 23 Entente entre le CENTRE ÉPIC de l’Institut de cardiologie et l’ADERM Un privilège pour les membres Le 29 novembre dernier, une entente a été conclue entre le Centre Épic de l’Institut de cardiologie de Montréal et l’ADERM. Le CENTRE ÉPIC est un gymnase pour tous. Plus de 140 cours en groupe, supervisés par des kinésio- logues, spécialistes de l’activité physique et de la prévention, sont offerts chaque semaine. Gym- nase, piscine, piste intérieure de course à pied, salle de musculation et activités libres : les lieux sont vastes et fournissent de multiples possibilités d’entraînement. Vous aurez accès à une équipe médicale et à une équipe multidisciplinaire pour vous aider à pren- dre votre santé en main et à améliorer vos habitudes de vie. Vous profiterez d’une approche per- sonnalisée et individuelle. L’entente offre à tous les membres de l’association une réduction de 15% sur un abonnement à prix régulier. Pour plus de détails, communiquez au 514 374-1480 poste 4230. Pour profiter de ce rabais, une preuve doit être remise au CENTRE ÉPIC lors de votre inscription ou réinscription affirmant que vous êtes membre de l’ADERM. Une lettre dûment signée par la prési- dente sera exigée. Il suffit de communiquer avec le secrétariat de l’association au 514-596-5156 ou à l’adresse courriel suivante : aderm@aderm.qc.ca pour en faire la demande. Nous verrons à vous remettre le document en question. Être en santé est un privilège. ÉPIC est un centre qui peut vous aider. Diane Mathieu-Paul