COMPRENDRE
LA C RIS E E C O N O M IQ U E A C TU E LLE

Comment
de pauvres
emprunteurs américains
ont-ils pu être à l’origi...
BONJOUR

!

T A B L E

D E S

M A T I È R E S

PROLOGUE 1:
Voi c i le m od e d ’ e m p loi
de ce livre numérique:
✴ L’hist...
PROLOGUE 1

V O U S

A V E Z

D I T

C R I S E ?

Nous sommes plongés dans la pire crise économique
depuis le célèbre crac...
le
PROLOGUE 2

LE
CONTEXTE
DE LA
CRISE

4

LE CONTEXTE IDÉOLOGIQUE
Une crise économique majeure n’est pas “un coup de
tonn...
PROLOGUE 3 S P É C U L A T I O N F I N A N C I È R E

B a n q u e s , fon d s d e p e n s i on ( q u i g è r e n t l e s r...
PROLOGUE 4

Q U E

D E

L I Q U I D I T É S !

A chacune des crises américaines (1993, 2000, 2003)
des milliards de dollar...
Explication
technique

LES

BANQUES

CENTRALES

http://dailymotion.com/
video/x9i9u1_questcequune-banque-centraley_webcam
...
ACTE 1
SCÈNE 1

LA
CRISE
F
I
N
A
N
C
I
È
R
E

http://www.dailymotion.com/
video/x73o4s_crise-quandnicolas-sarkozyvantait_n...
ACTE 1
SCÈNE 2

LA
CRISE
F
I
N
A
N
C
I
È
R
E

http://
www.dailymotion.com/
video/x8ba5z_kezecola-titrisation_school

9

L ...
ACTE 1
SCÈNE 3

LA
CRISE
F
I
N
A
N
C
I
È
R
E

http://
www.dailymotion.com/
video/x78d8o_lesmecanismes-de-lacrise-financie_n...
ACTE 2
SCÈNE 1

LA
CRISE
B
A
N
C
A
I
R
E

http://
www.dailymotion.com/
video/x6t0w1_la-faillitede-lehmanbrothers_news

11
...
ACTE 2
SCÈNE 2

LA
CRISE
B
A
N
C
A
I
R
E

http://
www.dailymotion.com/
video/
x3040t_paniquebancairem
pg_business

12

P A...
Explications
techniques

P O U R Q U O I

...

L A PA N I Q U E B A N C A I R E

LA
CRISE

P O U R Q U O I M Ê M E U N E B...
ACTE 3
SCÈNE 1

CRISES,CRISES, CRISES...
•

Po u r é v i t e r l e s p a n i q u e s b a n c a i r e s l e s E t a t s s e...
ACTE 3
SCÈNE 2

Crise
Bancaire

Crise
systémique

http://
www.dailymotion.com/
video/x6uppb_le-planpaulson_news

http://
w...
ACTE 4
SCÈNE 1

D E L A S P H È R E F I NA N C I È R E
LA SPHÈRE RÉELLE

CRISE
E
C
O
N
O
M
I
Q
U
E
16

= mécanisme de l’ac...
ACTE 4
SCÈNE 2

MECANISMES ET ASPECTS DE LA CRISE

C R I S E

L a c r i s e a u ra i t p u s e c a n t o n n e r à l a c r...
ACTE 4
c
SCÈNE 2

A S P E C T S

D E

CRISE
E
C
O
N
M
I
Q
U
E

BAISSE DE LA CONSOMMATION
AU ETATS UNIS

FA I L L I T E D E...
ACTE 5
SCÈNE 1

DU LIBÉRALISME AU KEYNÉSIANISME
!

R
E
L
A
N
C
E
!
!
!
19

Depuis les années 80, les gouvernants en place ...
ACTE 5
SCÈNE 2

P O L I T I Q U E M O N É TA I R E ( 1 )

La lutte
contre la
crise:
LES
POLITIQUES
DE

R
E
L
A
N
C
E
http:...
ACTE 5
SCÈNE 3

P O L I T I Q U E M O N É TA I R E ( 2 )
Q U E L E S T L’ O B J E C T I F D E C E T T E P O L I T I Q U E ...
ACTE 5
SCÈNE 4
LE S P OLITIQU E S
MO N É TA I R E S E T
B U D G É TA I R E S

e

POLITIQUE BUDGÉTAIRE
C’est au Etats Unis,...
ACTE 5
SCÈNE 5

La relance française

LE S POLITIQU E S

Extrait du discours de Nicolas Sarkozy : la politique de la

MO N...
EPILOGUE

e

E T

M A I N T E N A N T ?

Nous sommes au coeur d’une crise majeure. Elle
a

provoqué

la

destruction

d’un...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La crise economique actuelle

2 723 vues

Publié le

La crise economique actuelle www.meilleur-master.ma

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 723
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 880
Actions
Partages
0
Téléchargements
43
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La crise economique actuelle

  1. 1. COMPRENDRE LA C RIS E E C O N O M IQ U E A C TU E LLE Comment de pauvres emprunteurs américains ont-ils pu être à l’origine d’une crise économique MONDIALE ? POUR LE S É LÈ VE S D E TE RM INALE S E T POUR TOU S C E U X Q U I S ONT IN TÉ RE SSÉ S
  2. 2. BONJOUR ! T A B L E D E S M A T I È R E S PROLOGUE 1: Voi c i le m od e d ’ e m p loi de ce livre numérique: ✴ L’hist oire de la crise est racontée comme une pièce de théâtre en 5 actes dont la lecture vous permettra de m i e u x comprendre le déroulement et les mécanismes. Vous avez dit Crise? .....................................page 3 PROLOGUE 2: Le contexte idéologique de la crise..............page 4 PROLOGUE 3: La spéculation financière .............................page 5 PROLOGUE 4: Que de liquidités!..........................................page 6 Explication technique: le rôle des Banques Centrale....page 7 ACTE 1 : LA CRISE FINANCIÈRE SCÈNE 1: Les subprimes................................................page 8 SCÈNE 2: La titrisation..................................................page 9 SCÈNE 3 : La crise des subprimes..................................page 10 ACTE 2 : LA CRISE BANCAIRE SCÈNE 1: La faillite de Lehman Brothers.....................page 11 SCÈNE 2: Panique bancaire............................................page 12 Explication technique: pourquoi la panique bancair......page 13 ✴ L e s p a r t i e s p lu s techniques sont dans les encadrés qui peuvent être lu s sé pa ré me n t . ACTE 3 : CRISE DE CONFIANCE, CRISE DU CRÉDIT SCÈNE 1: Crise, crise, crise.............................................page 14 SCÈNE 2: Eviter la crise systémique...............................page 15 ACTE 4: LA CRISE ECONOMIQUE ✴ D an s la c olo nn e de gauche apparaissent des liens vers mon si t e web e t v ers des v idéos d’actualités ou des vidéos e x p li c a t i ve s, ve rs d e s M P 3. . . . SCÈNE 1 :De la sphère financière à la sphère réelle......page 16 SCÈNE 2: Mécanisme et aspects de la crise....................page 17 SCÈNE 3: Aspects de la crise économique......................page 18 ACTE 5: LES POLITIQUES DE RELANCE SCÈNE 1: Du libéralisme au Keynésianisme.................page 19 SCÈNE 2: Politique monétaire........................................page 20- 21 SCÈNE 3: Politique budgétaire.......................................page 22 SCÈNE 4: La relance française........................................page 23 EPILOGUE: Et maintenant?????................................................page 24 2
  3. 3. PROLOGUE 1 V O U S A V E Z D I T C R I S E ? Nous sommes plongés dans la pire crise économique depuis le célèbre crack de 1929. Faillites bancaires, chutes dramatiques des PIB, envolée du chômage, baisse incroyable des exportations allemandes, japonaises, et même chinoises, pays au bord de la faillite...Comment cela a-t-il pu arriver? Mais d’abord: qu’est-ce qu’une crise? C’est un processus de retournement du cycle économique en son point le plus haut, qui interrompt une phase d’expansion et précipite l’économie dans la dépression. Elle a des répercussions négatives au plan f i n a n c i e r, b a n c a i r e , é c o n o m i q u e e t s o c i a l . CRISE RECESSION EXPANSION DEPRESSION ! L’ é c o n o m i e e s t d o n c c y c l i q u e e t l e s c r i s e s réapparaissent régulièrement. On parle de “cycles de Juglar”. qui durent une dizaine d’années. En fait, la crise actuelle a déclenché, non pas une dépression, c’est à dire un effondrement de l’économie comme en 1929 mais une récession définie comme une baisse de l’activité économique sur au moins 2 trimestres consécutifs. La crise actuelle n’est donc pas la première depuis la crise de 1929, nous verrons qu’il y en a eu plusieurs (la principale est la crise de 1973, mais il y a eu aussi celle de 94/95 au Mexique, celle de 97/98 en Asie et en Russie, celles de 2000 et 2003 aux Etats Unis...), mais elles étaient de moindre ampleur et surtout elles n’étaient pas mondiales! Av e c l e c r i s e a c t u e l l e , n o u s s o m m e s e n p r é s e n c e d’une crise mondiale globale: financière, économique, écologique,géopolitique...... C’est la 1° crise de la mondialisation! 3 A travers l’histoire de cette crise et de ses mécanismes, nous allons pouvoir réviser une partie des cours de sciences économiques de 1° et de terminale!!!!! 3
  4. 4. le PROLOGUE 2 LE CONTEXTE DE LA CRISE 4 LE CONTEXTE IDÉOLOGIQUE Une crise économique majeure n’est pas “un coup de tonnerre dans un ciel serein”..Donc, pour comprendre une crise il est nécessaire de connaître le contexte dans lequel elle s’insère. Déréglementation financière, décloisonnement des marchés et des banques, globalisation financière sont les m a î t r e s - m o t s d e c e c o n t e x t e n é o - l i b é ra l .
  5. 5. PROLOGUE 3 S P É C U L A T I O N F I N A N C I È R E B a n q u e s , fon d s d e p e n s i on ( q u i g è r e n t l e s r e t r a i t e s ) , Edge Funds (fonds hautement spéculatifs), FMN (firmes M u lt i n a t i on a le s) , Fon d s d ’ i n ve st i sse m e n t . . . S P É C ULE N T. La spéculation financière L e u r s t rader s ut ilisent des mat hémat iques financières de p l u s e n p l u s c om p l e x e s , d e p l u s e n p l u s op a q u e s ; M a i s d e s profits somptueux les rendent attractives! Des bonus m i r i fi q u e s r é c om p e n s e n t l e s t r a d e r s l e s p l u s a v e n t u r e u x . D e s sa la ire s fa ra min e u x e t de con fort a ble s ” st ock opt ion s” fon t ou b li e r a u x d i ri ge a n t s la p lu s é lé m e n t a i re p ru d e n c e . . . La culture du risque imprègne l’ensemble du monde fi n an ci er qui S P É C ULE . Ces mathématiques servent aussi à fabriquer toutes sortes de nouveaux produits financiers, extrêmement c om p l e x e s , q u i s on t c e n s é s r é p a r t i r l e s r i s q u e s s u r u n p l u s grand nombre d’investisseurs ...et donc, théoriquement, d i m i n u e r c e s r i s q u e s ( m a i s qu i v o n t e n f a i t l e s pr o pa g e r d an s la s ph ère f in an cière m on d iale! ) http://www.youtube.com/ watch?v=B6pgDIc7i6w Quant aux traders, ils d oi v e n t p r e n d r e d e s d é c i s i on s e x t rê m e m e n t ra p i d e s a ve c c e s ou t i ls m a t h é m a t i q u e s d e t rè s h a u t n i ve a u q u e p e u c om p re n n e n t . D on c p ou r é vi t e r d e s e rre u rs fa t a le s i ls p ré fè re n t i m i t e r le s a u t re s t ra d e rs, ou le s “ g ou rou s d e la fi n a n c e ” . . . C e t t e st ra t é g i e d e “ m ou t on s d e Pa n u rge ” (t ou s a ch è t e n t e t ve n de n t le s mê me s produ it s e n même temps), déséquilibre les marchés qui connaissent tantôt une “folle exubérance”, tantôt une baisse ve rt i gi n e u se . Ce t t e st ra t é gi e qu e K eyn es a p p e la i t : “ les espr i t s an i m aux” p rovoq u e : LA F ORMATI ON DE B ULLES S PÉCULATI VES et . . . un e sér i e de cr i ses pon ct uelles: Mex i que, A si e, Russi e et aux US A : cr i se de 1 9 9 3 , 2 0 0 0 , 2003.. . 5
  6. 6. PROLOGUE 4 Q U E D E L I Q U I D I T É S ! A chacune des crises américaines (1993, 2000, 2003) des milliards de dollars s’évaporent !!! LE R ÔLE DE LA FED 1 - Vo i r l e s explications te c hn i q u e s p a g e suivante Alors, pour éviter un manque de liquidités qui freinerait l’économie, la banque centrale américaine: la Federal Reserve (FED), abaisse ses taux d’intervention, ce qui permet aux banques de se refinancer (se procurer de la monnaie fiduciaire) à bon prix et d’utiliser ces liquidités pour prêter à faibles taux d’intérêt (1). (Rassurez vous: ces taux d’intérêt bancaires sont supérieurs au taux d’intervention de la Banque centrale, ce qui permet aux banques de faire du profit!!!). Les Entreprises peuvent alors emprunter à faibles taux d’intérêt pour financer leurs investissements ce qui leur permet de se moderniser et/ou d’augmenter leur production. Les ménages empruntent pour acheter d e s b i e n s d u r a b l e s ( v o i t u r e s , T V, é l e c t r o n i q u e . . . ) o u pour acheter leur logement ce qui fait croître la demande...Ainsi la croissance économique perdure... Alan Greenspan , alors directeur de la FED, est considéré comme un génie de la finance et comme le sauveur de l’économie mondiale.......Est-ce bien le cas????? ...Grâce aux faibles taux d’intérêt, les spéculateurs, eux aussi, empruntent pour continuer à s p é c u l e r. L e s p r o f i t s d e l a s p é c u l a t i o n s s o n t j u t e u x . L a spéculation est donc relancée! E t l e s l i q u i d i t é s E N F L E N T, i l f a u t l e s f a i r e fructifier en spéculant ou en prêtant...Les banques cherchent donc de nouveaux emprunteurs... Mais tous ceux qui pouvaient emprunter l’ont déjà fait... 6
  7. 7. Explication technique LES BANQUES CENTRALES http://dailymotion.com/ video/x9i9u1_questcequune-banque-centraley_webcam Si les t aux d’int ervent ion de la Banque Cent rale bai ssen t , les t aux d’ i n t ér êt de l’ ar g en t au jour le jour sur le m ar ché i n t er ban cai r e bai ssen t , et i l en est de m êm e des t aux d’ i n t ér êt du cr édi t . 7
  8. 8. ACTE 1 SCÈNE 1 LA CRISE F I N A N C I È R E http://www.dailymotion.com/ video/x73o4s_crise-quandnicolas-sarkozyvantait_news http:// www.dailymotion.com/ video/x7opb7_le-babades-subprimes-lefilm_news 8 L E S S U B P R I M E S . . . Nous avons vu que les banques qui pouvaient se procurer des liquidités à très bon compte (taux d’intérêt du marché monétaire très faible), s’empressaient de les prêter à des taux d’intérêt plus élevés, faisant ainsi de confortables profits avec lesquels elles spéculaient a l l è g r e m e n t s u r l e m a r c h é f i n a n c i e r. . . M a l h e u r e u s e m e n t pour elles, tous les emprunteurs solvables (capables de rembourser) avaient déjà obtenu des crédits. Où trouver de nouveaux emprunteurs? Les banques se tournent alors vers des emprunteurs à risque qui veulent quand même devenir propriétaires de leur logement. Ces banques comptent sur la valorisation des logements puisque le prix de l’immobilier ne cesse de g r i m p e r. A i n s i , l o r s q u e l e s e m p r u n t e u r s f e r o n t d é f a u t , elles récupéreront le logement et le vendront à un prix t e l q u ’ e l l e s f e r o n t e n c o r e d u b é n é f i c e . ( Pe n s e n t - e l l e s ! ) . Les banques qui veulent rentabiliser encore plus de liquidités vont même jusqu’à prêter aux “NINJAS” (acronyme de: No Income, No Jobs, No asset) donc à des populations, qui n’ont ni revenus fixes (No income), ni travail (No jobs), ni patrimoine (No Asset)! quelle importance puisque ce sont des prêts hypothécaires, c’est-à-dire, reposant sur le logement d o n t l a v a l e u r n e c e s s e d ’ a u g m e n t e r. Ces nouveaux crédits sont des SUBPRIMES. En effet, les crédits normaux sont des PRIMES (crédits de premier choix). Les subprimes sont donc des crédits de 2° catégorie avec des taux d’intérêt variables, des remboursements qui ne commencent qu’après la seconde année pour attirer les clients...De plus, les banques, pour ce genre de crédits, utilisent souvent des intermédiaires payés à la commission qui cherchent donc à faire du chiffre sans se soucier des conséquences financières. To u t c e c h â t e a u d e c a r t e s r e p o s e s u r l ’ i d é e l ’ i m m o b i l i e r n e c e s s e r a p a s d e s e v a l o r i s e r. . . que
  9. 9. ACTE 1 SCÈNE 2 LA CRISE F I N A N C I È R E http:// www.dailymotion.com/ video/x8ba5z_kezecola-titrisation_school 9 L A T I T R I S A T I O N . . . Les banques, conscientes, malgré tout, des risques de non-remboursement des prêts, décident de diluer ces risques et .... de les faire supporter à d’autres! Elles vont créer des sociétés spécialisées, installées, d e p r é f é r e n c e , d a n s l e s p a ra d i s f i s c a u x , q u i , à l ’ a i d e d e mathématiques de plus en plus sophistiquées, “fabriquent” des “titres structurés”, mélangeant des crédits plus ou moins risqués dans des proportions variables. L e s g r a n d e s b a n q u e s d e Wa l l S t r e e t v o n t e n s u i t e vendre ces titres sur le marché. Les produits contenant le plus de crédits subprimes (donc les plus risqués) sont évidemment ceux qui rapportent le plus. Mais quel faible d’esprit, me direz vous, va investir dans des produits contenant des créances aussi douteuses que les subprimes??? Et bien... tout le monde! Les plus grandes banques internationales, des fonds de pensions (qui gèrent les retraites), des banques d’investissement...etc...Ces organismes vont ensuite vendre ces “tîtres” à leurs clients, mais aussi en conserver tant leur rendement est intéressant! Po u r q u o i c e t a v e u g l e m e n t ? D’abord, parce que la rémunération est très intéressante surtout si le titre contient beaucoup de subprimes, donc beaucoup de risque. L’appât du gain l’emporte sur la prudence. Et, surtout, parce que ces titres sont émis par des banques au-dessus de tout soupçon, mondialement célèbres et affublées d’un AAA (tripleA) par les agences de notation, ce qui signifie que leurs produits sont TO TA L E M E N T S Û R S ! ! ! A l o r s p o u r q u o i s ’ e n p r i v e r ! => Les banques du monde entier vont se jeter sur ces titres! En fait cette technique de “titrisation” semblait ne présenter que des avantages: Une fois les crédits “titrisés”, ils n’apparaissent plus dans les bilans des banques. Ils sont “hors bilan”! Les banques peuvent donc continuer à prêter en se moquant des règles prudentielles qui ne concernent que le bilan officiel... Ces titres représentaient de nouveaux placements pour les investisseurs qui cherchaient à faire fructifier toutes leurs liquidités.=> Le marché de ces créances titrisées atteint 11 000 milliards de $ en 2006. Les subprimes représentent environ 40% des crédits hypothécaires candidats à la titrisation! C e s o p é ra t i o n s d e t i t r i s a t i o n o n t p e r m i s d e t ra n s f é r e r 8 0 % des crédits subprimes vers d’autres investisseurs, et ce, d a n s l e m o n d e e n t i e r. . .
  10. 10. ACTE 1 SCÈNE 3 LA CRISE F I N A N C I È R E http:// www.dailymotion.com/ video/x78d8o_lesmecanismes-de-lacrise-financie_news 10 LA CRISE DES SUBPRIMES Les prix de l’immobilier ont atteint de tels sommets que la faiblesse des taux d’intérêt et l’allongement de la durée du crédit (50 ans en Espagne!) ne sont pas suffisants pour attirer de nouveaux clients...Les ménages hésitent de plus en plus à se lancer dans un investissement aussi lourd. Les gros programmes immobiliers trouvent difficilement preneurs... Entre-temps la FED avait voulu calmer le marché immobilier et donc les emprunteurs potentiels, en augmentant son taux d’intervention, donc les taux d’intérêt des crédits ...Ce que les ménages endettés à taux variables ressentent immédiatement; Les emprunteurs “subprimes” ne peuvent plus rembourser! Les banques commencent à expulser les ménages surendettés... mais , elles ne réussissent plus à revendre l e u r s l o g e m e n t s . O r, l e s “ s u b p r i m e s ” r e p o s a i e n t s u r l a possibilité pour les banques de revendre les logements saisis en faisant des plus values confortables. Ce n’est plus réalisable..... LA BULLE IMMOBILIÈRE en éclatant à déclenché LA CRISE DES SUBPRIMES (ÉTÉ 2008) Or avec l’éclatement de la bulle immobilière, les subprimes ne sont plus que des créances douteuses (crédits peu susceptibles d’être remboursés) et tous les titres qui en contiennent perdent immédiatement une grande partie de leur valeur et se transforment en “produits toxiques” Ces subprimes ont été habilement mélangés (restructurés) à d’autres créances plus respectables avant d’être revendus sur le marché financier; mais ces produits financiers restructurés sont si complexes que personne ne peut dire quelle part de produits toxiques contiennent ceux qui ont été achetés aux grandes banques américaines... La question qui se pose est: quelles banques ont été touchées par l’effondrement de la valeur des p r o d u i t s t o x i q u e s ? To u t e s , p r o b a b l e m e n t . . . m a i s à q u e l niveau? La réponse éclate comme un coup de tonnerre: le 15 septembre 2008 LEHMAN BROTHERS EST D É C L A R É E E N FA I L L I T E Si une banque aussi importante de Lehman brothers peut faire faillite, alors toutes les banques peuvent faire faillite....y compris la mienne!
  11. 11. ACTE 2 SCÈNE 1 LA CRISE B A N C A I R E http:// www.dailymotion.com/ video/x6t0w1_la-faillitede-lehmanbrothers_news 11 LA FAILLITE DE LEHMAN BROTHERS FAILLITE DE LEHMAN BROTHERS 15 septembre 2008 LEHMAN BROTHERS , 4° banque d’investissement américaine, créee en 1850, est un fleuron parmi les b a n q u e s d ’ a f f a i r e s d e Wa l l s t r e e t . . . C o m m e n t u n e b a n q u e , à priori aussi “honorable” a-t-elle pu faire faillite? Lehmann brothers est l’exemple même de la folie qui a envahi le monde bancaire. Son ex-vice-président, Lawrence Mc Donald, dans un livre récent intitulé judicieusement: ”un colossal fiasco du bon sens: effondrement de Lehman Brothers raconté de l’intérieur” affirme: “le risque, encore et encore: c’était ça du bas en haut de l’échelle”. Et, les bonus faramineux ne font que conforter cette culture du risque alors que d é j à , l e 1 6 m a r s , l a 5 ° b a n q u e d ’ a f f a i r e d e Wa l l S t r e e t : Bear Stearn a dû être rachetée par JP Morgan avec l’aide de la banque centrale américaine (FED ) pour éviter sa faillite. D é j à , l e 7 s e p t e m b r e , F r e d d i e M a c e t Fa n n y M a e , l e s 2 géants qui garantissent les prêts immobiliers pour environ 5300 milliards de $ sont mis sous tutelle de l’Etat e t l e Tr é s o r ( b a n q u e d e l ’ E t a t ) d o i t y i n v e s t i r 2 0 0 m i l l i a r d s de $ pour leur éviter la faillite! Lehman Brothers va mal mais elle compte sur l’aide l’Etat ; elle est “too big to fail”. Or l’Etat décide de faire un exemple. Le 15 septembre à 0h57 , la faillite de Lehman Brothers est officiellement a n n o n c é e . C ’ e s t u n v é r i t a b l e c o u p d e t o n n e r r e à Wa l l Street qui perd 4,4% en quelques heures... soit 700 m i l l i a r d s d e $ ! L e N e w Yo r k P o s t t i t r e : “ l a b a n q u e a s s a s s i n é e ” ; M a i s G e o r g e B u s h , c o r n a q u é p a r Pa u l s o n s e d i t “ confiant dans la capacité de résistance du marché et du système bancaire”. En fait, sa disparition provoque la plus grande panique financière mondiale depuis la crise de 1929, à New york, e n 3 j o u r s , 3 6 0 0 m i l l i a r d s d e $ s ’ é v a p o r e n t . “ Pe r s o n n e parmi nous n’avait anticipé la panique qui s’est emparée des marchés” avoue le gouverneur de la Banque d’Angleterre...Le système financier mondial est ébranlé Lehman Brothers gérait 600 milliards de $ avec toutes les autres grandes banques de la planète. Sa faillite peut donc déclencher des faillites en cascades et paralyser le financement de toute l’économie mondiale...C’est un véritable tsunami financier! entre septembre et octobre 2008, le CAC40 perdra 43%, le Nikei japonais 50% et le dow Jones plus de 36%! LA PA N I QUE B A N CA I RE ES T PROCHE
  12. 12. ACTE 2 SCÈNE 2 LA CRISE B A N C A I R E http:// www.dailymotion.com/ video/ x3040t_paniquebancairem pg_business 12 P A N I Q U E B A N C A I R E ! To u t e s l e s g r a n d e s b a n q u e s o n t d e s “ t i t r e s ” c o n t e n a n t des subprimes, mais elles ignorent, en fait, elles mêmes, à quel niveau elles sont exposées tant les produits financiers qu’elles ont achetés sont opaques. La plus grande banque du monde, la City group, pense avoir perdu 10 milliards de $, Bank of America doit r a c h e t e r M e r r i l Ly n c h q u i a p e r d u 5 7 m i l l i a r d s d e p u i s l’été 2007, Morgan Stanley doit accepter l’entrée de M i t s u b h i s h i B a n k d a n s s o n c a p i t a l . To u t e s l e s g r a n d e s b a n q u e s d e Wa l l S t r e e t s o n t t o u c h é e s e t a u b o r d d e l a faillite. Puis c’est le tour des banques européennes: Fortis en Belgique, Banco Santander en Espagne, Natixis en France, H y p o Re a l E s t a t e e n A l l e m a g n e e t 8 b a n q u e s b r i t a n n i q u e s ! On parle de crise systémique car tout le système bancaire mondial est touché. En Angleterre, pour la 1° fois depuis le XIX° siècle, la b a n q u e N O RT H E R N R O C K d o i t f a i r e f a c e à une panique bancaire. Les clients font la queue pour récupérer leur épargne... La banque ferme ses guichets...Cette panique peut se généraliser à l’ensemble du système bancaire et provoquer son effondrement. Face à ces risques de faillite, les banques refusent de se prêter de l’argent à court terme sur le marché monétaire. Le système se bloque alors complètement. C’est une crise de confiance. Même les banques saines ne peuvent plus se refinancer! De plus leur valeur en bourse s’effondre, laminant leurs fonds propres!
  13. 13. Explications techniques P O U R Q U O I ... L A PA N I Q U E B A N C A I R E LA CRISE P O U R Q U O I M Ê M E U N E B A N Q U E S E R I E U S E N E P E U T- E L L E PA S S AT I S FA I R E TO U S S E S C L I E N T S S ’ I L S V I E N N E N T E N M Ê M E T E M P S R É C L A M E R L E U R S AV O I R S ? B A N C Lorsque les clients d’une banque, pris de panique, font la queue aux guichets (comme dans le c a s d e N o r t h e r n Ro c k ) i l s e x i g e n t q u e c e t t e b a n q u e leur rende leurs économies, non pas en chèques mais en billets, c’est à dire en monnaie fiduciaire. O r, a u c u n e b a n q u e n e p o s s è d e e n M O N N A I E FIDUCIAIRE (monnaie centrale ou billets) la totalité des avoirs de ses clients. Po u r q u o i l a b a n q u e n e p o s s è d e - t - e l l e p a s c e s b i l l e t s ? A I R E 1. N o u s a v o n s v u q u e l o r s q u ’ e l l e a c c o r d e u n c r é d i t de 100 unités la banque n’a besoin que de très peu (une vingtaine) d’unités en monnaie fiduciaire...en temps normal elle ne prend alors aucun risque... 2. M ê m e e n d e h o r s d e c r é d i t s , l a b a n q u e n e p o s s è d e pas, en monnaie fiduciaire (centrale), ce qui est inscrit sur le compte du client: Pa r e x e m p l e l o r s q u e j e r e ç o i s m o n s a l a i r e , j e dépose le CHÈQUE sur mon compte. Ce chèque est de la monnaie scripturale (ou bancaire). Ce ne sont pas des billets qui sont déposés sur mon compte....Donc si je viens réclamer la totalité de ma paie en billets (monnaie fiduciaire), je réclame à ma banque ce qu’elle ne possède pas. 3. S i j e s u i s l e s e u l , p a s d e p r o b l è m e m a b a n q u e l e s empruntera sur le marché interbancaire. Mais si tous les clients réclament leurs avoirs en monnaie fiduciaire en même temps et si en plus le marché interbancaire ne fonctionne plus......la banque n’a plus qu’à fermer ses guichets... provoquant ainsi une panique encore plus grande...qui risque de toucher toutes les banques. 13
  14. 14. ACTE 3 SCÈNE 1 CRISES,CRISES, CRISES... • Po u r é v i t e r l e s p a n i q u e s b a n c a i r e s l e s E t a t s s e portent caution des avoirs bancaires des ménages (sans que le niveau de cette garantie soit vraiment c l a i r. . ) . I l s l a i s s e n t e n t e n d r e q u ’ i l s n e l a i s s e r o n t p a s les grands organismes bancaires faire faillite...Ce qui atténue un peu l’inquiétude des ménages...MAIS CE N ’ E S T PA S S U F F I S A N T, I L FA U T Q U E L E S B A N Q U E S C E N T R A L E S I N T E RV I E N N E N T. • Intervention des Banques Centrales comme prêteur en dernier ressort: Puisque les banques refusent de se prêter entre elles sur le marché interbancaire, et qu’il y a donc Crise Bancaire Crise CRISE DE CONFIANCE il faut que les banques centrales (FED, BCE, Banque d’Angleterre, du Japon...) interviennent, car elles sont le “prêteur en dernier ressort”. Ces banques centrales, en faisant de la création monétaire par centaines de milliards de $ (planche à billets), prêtent aux banques en prenant en contrepartie des titres (par exemple des bons du trésor) que les banques commerciales “mettent en pension”. Les banques se refinancent donc directement à la Banque Centrale. de confiance et crise • Intervention des banques centrales qui se portent caution: Les banques commerciales continuent à refuser de se prêter entre elles sur le marché interbancaire,les Banques Centrales décident, alors, d’apporter leur garantie aux banques qui accepteraient de prêter pour tenter de relancer ce marché interbancaire, Rien n’y fait. du crédit • http:// www.dailymotion.com/ video/x9i1yf_actualitedes-marchesfinanciers_news Le système est complètement bloqué. Les banques a y a n t d e s d i f f i c u l t é s à s e r e f i n a n c e r, r e f u s e n t d’accorder de nouveaux crédits aux entreprises ou aux particuliers, engendrant, alors, UNE CRISE DU CREDIT Il faut s’attaquer aux créances immobilières pourries.. 14
  15. 15. ACTE 3 SCÈNE 2 Crise Bancaire Crise systémique http:// www.dailymotion.com/ video/x6uppb_le-planpaulson_news http:// www.dailymotion.com/ video/x75auw_lagardeannonce-laide-auxbanques-f_news 15 EVITER LA CRISE SYSTÉMIQUE Il est visible que tout le problème vient des “produits toxiques” contenant des subprimes . Il faut donc “débarrasser” les banques de ces produits financiers à haut risque pour éviter les faillites en cascades (risque systémique) et permettre aux banques de reprendre la distribution de crédits aux entreprises et aux particuliers. L E S P L A N PA U L S O N L e p l a n Pa u l s o n 1 : E n s e p t e m b r e , H e n r i Pa u l s o n , s e c r é t a i r e a u Tr é s o r d e s E t a t s U n i s , p r e n d u n e d é c i s i o n radicale. Il propose que l’Etat rachète tous les titres financiers liés aux créances immobilières pourries soit environ 700 milliards de $!!!!! ...qui viendront directement de la poche du contribuable américain! c’est ce que certains ont appelé “la socialisation des pertes” (face à la privatisation du profit). Les banques ont joué à l’économie “casino”, leur cupidité a déclenché la plus grave crise depuis celle de 1929, et c’est le contribuable qui doit payer!!!!! Les députés, aussi bien démocrates que républicains ont du mal à accepter cette solution... La bourse, elle, semble apprécier et se redresse légèrement mais les marchés restent fébriles. Ces 700 milliards de $ seront-ils suffisants? Quant aux victimes de la crise: les ménages expulsés de l e u r l o g e m e n t p a r l e s b a n q u e s , i l s s o n t o u b l i é s ! Pe u t être auraient-on pu les aider pour qu’ils redeviennent solvables et qu’ils puissent ainsi rembourser leur crédits... E n s a u v a n t Wa l l S t r e e t , l ’ E t a t e s p è r e s ’ a t t a q u e r à l a ra c i n e d u m a l : s a u v e r l e s b a n q u e s p o u r l e u r p e r m e t t r e d’offrir de nouveau des crédits et ainsi relancer l’économie... L e p l a n Pa u l s o n 2 s t i p u l e q u ’ u n e p a r t i e d e s 7 0 0 milliards de $ doit servir à recapitaliser les banques (augmenter leurs fonds propres). En effet, leurs actions ayant perdu beaucoup de leur valeur en bourse (elles représentent l’élément essentiel des fonds propres), le ratio: fonds propres/ engagements (crédits) est devenu inférieur aux critères exigés pour que ces banques puissent allouer des crédits... L E S A U T R E S PAY S d o i v e n t s u i v r e l ’ e x e m p l e a m é r i c a i n en octobre 2008, C’est le 1° ministre britannique, Gordon Brown, qui a lancé le mouvement de recapitalisation. En Angleterre, les banques recapitalisées ont été partiellement nationalisées, ce qui permet à l’Etat d’avoir un certain contrôle.. En France, i l n ’ e n f u t r i e n . L’ E t a t s ’ e s t c o n t e n t é d e prêter : 3 milliards au Crédit Agricole,, 1,7 milliards à la Socièté Générale, 7 milliards aux caisses d’épargnes / banques populaires, et 2,55 milliards à la BNP! Les milliards des contribuables sauvent des banques qui ont fait preuve de cupidité d’arrogance et de négligence.
  16. 16. ACTE 4 SCÈNE 1 D E L A S P H È R E F I NA N C I È R E LA SPHÈRE RÉELLE CRISE E C O N O M I Q U E 16 = mécanisme de l’accélérateur voir le site: http://www.cours- seko.com/economie-BAC/eco-fiches-1/ assets/Investissement_2.pd À
  17. 17. ACTE 4 SCÈNE 2 MECANISMES ET ASPECTS DE LA CRISE C R I S E L a c r i s e a u ra i t p u s e c a n t o n n e r à l a c r i s e f i n a n c i è r e et bancaire. C’est la crise du crédit qui fut le vecteur de contagion entre la sphère financière et la sphère réelle, celle de la production et de la consommation. E O En effet, les entreprises ne réussissant pas à obtenir les crédits nécessaires à leur fonctionnement, cherchent à faire baisser leurs coûts, surtout salariaux et limitent leurs investissements. Le chômage augmente et les entreprises, anticipant une baisse de la consommation, donc de la demande, décident de baisser leur production. La récession s’installe. N La baisse du crédit à la consommation fait baisser les achats à crédit et donc la demande. .... O Et le cercle vicieux se met en marche: la demande et la p r o d u c t i o n b a i s s e n t , l e c h ô m a g e a u g m e n t e , e n t ra î n a n t une nouvelle baisse de la demande et donc de la production. C M I C’est la CRISE ÉCONOMIQUE! Q U taux de variation en % E CHÔMAGE RÉCESSION 17
  18. 18. ACTE 4 c SCÈNE 2 A S P E C T S D E CRISE E C O N M I Q U E BAISSE DE LA CONSOMMATION AU ETATS UNIS FA I L L I T E D E G E N E R A L M O TO R S HAUSSE BRUTALE DU CHÔMAGE EN FRANCE RECESSION GÉNÉRALISÉE http://www.youtube.com/ http://www.youtube.com/ watch?v=g2fcXB2ltLY watch?v=g2fcXB2ltLY CHOMAGE http://www.dailymotion.com/ video/x8i43e_telezapping-lechomage-grimpe-les-p_news L A C R I S E
  19. 19. ACTE 5 SCÈNE 1 DU LIBÉRALISME AU KEYNÉSIANISME ! R E L A N C E ! ! ! 19 Depuis les années 80, les gouvernants en place sont imprégnés d’idéologie libérale. Ils sont persuadés que le marché est le meilleur et le seul fondement de l’économie. Ils ont accepté, comme le veulent les é c o n o m i s t e s n é o - l i b é ra u x , d e l i b é r a l i s e r l e s m a r c h é s , e n déréglementant (suppression des législations ou des r è g l e m e n t s c o n t r a i g n a n t s ) , e n aux USA p r i v a t i s a n t , e t e n favorisant la globalisation financière qui a engendré une kyrielle de nouveaux instruments financiers et un incessant mouvement d e c a p i t a u x . . . . L’ E t a t s ’ e s t p r o g r e s s i v e m e n t désengagé laissant agir les marchés considérés comme plus efficaces. La crise remet en cause ces convictions. To u s l e s g o u v e r n e m e n t s , p o u r t a n t d i r i g é s p a r d e s libéraux, vont se lancer sans état d’âme, dans des politiques de relance keynésienne! Et pourtant ces mêmes dirigeants considéraient l’analyse économique de Keynes comme étant totalement dépassée. En effet, contrairement aux libéraux, les keynésiens affirment que le marché, à lui seul, ne peut faire fonctionner efficacement l’économie, et qu’il est parfois nécessaire que l’Etat intervienne au nom de l’Intérêt Général. En cas de crise, préconisent-ils, il faut • Que l’Etat par sa politique budgétaire, relance la consommation et l’investissement (c’est à dire la demande effective), pour éviter l’effondrement de la production, même au risque d’un déficit budgétaire...(bête noire des libéraux) • Que les banques Centrales, appliquent une politique monétaire basée sur la réduction des taux d’intérêt pour augmenter la consommation à crédit et l’investissement, même au risque de déclencher de l’inflation.....(2° bête noire des même libéraux!) Ces 2 politiques conjoncturelles: politique budgétaire, et politique monétaire vont être appliquées, à des degrés divers, dans tous les pays.
  20. 20. ACTE 5 SCÈNE 2 P O L I T I Q U E M O N É TA I R E ( 1 ) La lutte contre la crise: LES POLITIQUES DE R E L A N C E http:// www.dailymotion.com/ video/x9v6nk_2avril-2009-bce-d_news LES B A N Q U E S C E N T R A L E S V O N T B A I S S E R L E U R TA U X D ’ I N T E RV E N T I O N E N L E S R A P P R O C H A N T D E 0 % J.C TRICHET directeur de la BCE 20 L E S 2 F L È C H E S R O U G E S I N D I Q U E N T L A B R U TA L E B A I S S E D E S TA U X D ’ I N T E RV E N T I O N d e l a F E D d ’ a b o r d , c a r chronologiquement elle fut la 1° à proposer un taux très proche de 0% (1), puis ce fut le tour de la BCE (2).
  21. 21. ACTE 5 SCÈNE 3 P O L I T I Q U E M O N É TA I R E ( 2 ) Q U E L E S T L’ O B J E C T I F D E C E T T E P O L I T I Q U E M O N É TA I R E ? L’ a c t i o n d e s B a n q u e s C e n t r a l e s c o r r e s p o n d à l a p o l i t i q u e monétaire, une des POLITIQUES CONJONCTURELLES (agissant sur le court terme) qui permet aux Etats de relancer l’économie. En abaissant leur taux d’intervention, les Banques Centrales espèrent faire baisser le taux de crédit ET DONC AUGMENTER LA QUANTITÉ DE CRÉDITS DISTRIBUÉS. • Ceci devrait permettre, en théorie, d’arrêter la c h u t e d ra m a t i q u e d e l ’ i n v e s t i s s e m e n t : En théorie, si le taux d’intérêt du crédit est vraiment faible, les entreprises vont se rendre compte qu’emprunter pour investir ne peut être que rentable puisque les profits tirés de ce nouvel investissement ne peuvent être que supérieurs aux frais de remboursement de l’emprunt. Dans ce cas, la profitabilité est “positive” , ce qui produit un” effet de levier” qui devrait favoriser l’investissement. E n p ra t i q u e , l e s e f f e t s d ’ u n e b a i s s e d e s t a u x d’intérêt des emprunts n’attirent pas mécaniquement les entreprises si elles anticipent une demande stagnante, ou pire, en baisse... De plus, les entreprises peuvent en profiter pour faire des investissements de productivité (achat d’équipements plus performants) qui leur permettront de supprimer des postes de travail et donc d’abaisser leur coût salarial.....Ce qui augmentera alors le taux de chômage, enclenchant le cercle vicieux: + de chômage => moins de demande => baisse de la production => + de chômage!!!!! Seule, une anticipation de l’ augmentation de la demande pourrait pousser les entreprises à faire des i n v e s t i s s e m e n t s d e c r o i s s a n c e e t a i n s i e m b a u c h e r. • Ceci devrait permettre, aussi, d’augmenter les achats à crédit des ménages et donc la demande. La plupart des biens durables (automobiles, appareils ménagers ou électroniques...) sont achetés grâce au crédit à la consommation. Or on sait que l’augmentation de la demande des ménages est le moteur essentiel de la croissance économique. Là encore, rien n’est automatique car les ménages craignant le chômage peuvent hésiter à s’engager dans un crédit ... http://www.dailymotion.com/ relevance/search/ POLITIQUE+MONÉTAIRE/ video/x51alk_politiquemonetaire_school 21 Une politique monétaire “laxiste” n’est donc pas suffisante à elle seule pour relancer l’économie...
  22. 22. ACTE 5 SCÈNE 4 LE S P OLITIQU E S MO N É TA I R E S E T B U D G É TA I R E S e POLITIQUE BUDGÉTAIRE C’est au Etats Unis, épicentre de la crise, que fut lancée la plus importante politique de relance sous l e m a n d a t d u Pr é s i d e n t n é o - l i b é r a l G e o r g e s B u s h m a i s aussi et surtout sous celui d’Obama. Plus de 1000 milliards de $ furent consacrés au sauvetage ou à la création d’emplois, au lancement d’une “croissance verte”, à la modernisation des i n f r a s t r u c t u r e s . . . . Vo i c i l e d é t a i l d e s a i d e s d e l ’ E t a t fédéral: 300 http:// www.dailymotion.com/ 200 video/x7mb1v_unerelance-necessairemais-pas-suf_news 100 Il faut ajouter à cela l’impulsion pour la renégociation des prêts hypothécaires pour éviter l’effondrement du marché immobilier et les aides pour l’achat d’automobile pour que la faillite de General Motors ne soit pas suivie par celle de Chrysler et de Ford... Po u r l e s é c o n o m i s t e s d e N a t i x i s l e m o n t a n t c u m u l é d e s mesures de soutien représente 23,8 points de PIB (!!!) pour les années 2008, 2009, 2010. E n F ra n c e , c e s a i d e s r e p r é s e n t e n t 7 , 8 % d u P I B , e n Allemagne 8,8% du PIB 22 L’ E u r o p e n ’ a p a s r é u s s i à c o o r d o n n e r l e s d i f f é r e n t e s relances et son apport à été minime: 200 milliards d’euros
  23. 23. ACTE 5 SCÈNE 5 La relance française LE S POLITIQU E S Extrait du discours de Nicolas Sarkozy : la politique de la MO N É TA I R E S E T relance (écouter le discours mis en “compléments”) « La meilleure politique de relance possible, c’est celle qui soutient l’activité d’aujourd’hui et qui prépare la compétitivité de demain. " B U D G É TA I R E S e Po u r s o u t e n i r l a p r o d u c t i o n , N i c o l a s S a r k o z y a d é v o i l é u n plan de relance essentiellement ciblé sur l’investissement. • L’ E t a t v a a c c é l é r e r l a m i s e e n c h a n t i e r d e p r o j e t s d’infrastructures publiques pour l’essentiel déjà programmés. Le chef de l'Etat a cité notamment l ' e n t r e t i e n d e s r é s e a u x ( é l e c t r i c i t é , g a z , R AT P, Po s t e ) , la construction ou rénovation des maisons de retraite, h ô p i t a u x , c r è c h e s . Pa r m i l e s t r a v a u x e n v i s a g é s : l a réalisation du canal Seine-Nord et l'avance en parallèle d e q u a t r e l i g n e s d e T G V. • Le chef de l’Etat a également annoncé des aides ciblées destinées aux secteurs de l’automobile et du logement, ébranlés par la crise. Un fonds de 300 millions d’euros pour la filière automobile. La fameuse prime à la casse. Autre secteur favorisé : le bâtiment. Les ventes de logements neufs en France c o n t i n u e n t d e r e c u l e r. L e s m i s e s e n c h a n t i e r e t l e s permis de construire ont également baissé. Dans ce contexte, le prêt à taux zéro (PTZ) va être doublé pour l'achat du logement neuf. • des mesures concernent la trésorerie des entreprises. Ces dernières semaines, de nombreuses PME ont fait part de leurs difficultés à accéder au c r é d i t . L’ E t a t v a a l o r s r e m b o u r s e r p a r a n t i c i p a t i o n s e s dettes à hauteur de 11,5 milliards d’euros : crédit d’impôt recherche, remboursement d’acompte de l ’ i m p ô t s u r l e s s o c i é t é s o u d e T VA . Po u r s o u t e n i r l a d e m a n d e • 23 Du côté des ménages les plus démunis, Nicolas Sarkozy a annoncé le versement par l’Etat, fin mars 2009, d’une prime de 200 euros. Ce montant qui représente 760 millions d'euros, anticipe la mise en place, en juin, du revenu de solidarité active (RSA). On peut remarquer qu’il s’agit surtout d’une relance de “l’offre” plus que de la demande!
  24. 24. EPILOGUE e E T M A I N T E N A N T ? Nous sommes au coeur d’une crise majeure. Elle a provoqué la destruction d’une année de PIB mondial, soit quelques 50 000 milliards de $!!!... Les banques, responsables de cette crise, ont renoué avec les bénéfices. Les bonus et les stock options sont de r e t o u r. . . M a i s les économies sont- elles sauvées? Les politiques de relance ont permis d’éviter le pire... Mais quelles vont être les conséquences de ces déficits budgétaires qui caracolent à des niveaux jamais atteints en temps de paix? Après la faillite des banques et des entreprises, va-t-on a s s i s t e r à l a f a i l l i t e d e s E t a t s ? L’ I s l a n d e , l a H o n g r i e la Lettonie Grèce, et sont proches l’Espagne l’Irlande et vont l’Italie de la banqueroute; mal. Même sont aux La l’Angleterre, limites de l’étranglement. En fait, la crise de la dette privée (les subprimes) est en train de faire place à une crise de la dette publique (les déficits). Et sur le plan social, le modèle de l’Etat providence va-t-il survivre à la tourmente? Pour faire face à ces problèmes, il est nécessaire d’analyser cette crise en profondeur en se posant la question: D’une crise de quelle crise s’agit-il?... essentiellement financière qu’une simple régulation suffirait à stopper? D’une crise du capitalisme neo-libéral? D’une crise de la mondialisation?... Des trois en même temps??? Faut-il complètement changer notre manière de c o n s o m m e r, d e v i v r e ? Nous essayerons d’approfondir ces questions dans la prochaine brochure: “com prendre la crise: 2 ” 24

×