Université Hassan 1er de Settat
Ecole nationale de commerce et de gestion
Présenté par : M.ATANANE Youssef
Encadré par: Mr...
2
Remerciements
Nous voulons exprimer par ces quelques lignes nos remerciements, notre gratitude envers
tous ceux en qui p...
3
Dédicaces
Je dédie ce mémoire à :
Mes chers parents, que nulle dédicace ne puisse exprimer mes sincères sentiments, pour...
4
Table de matière
Chapitre 1 : Introduction générale........................................................................
5
Chapitre 3 : L'Etude de cas « EDI groupe ECAM »............................................................................
6
Chapitre 1 : Introduction générale
7
Introduction :
Les établissements scolaires privés ont un réel besoin d’échanger des informations avec leurs
partenaires...
8
2. Problématique
L’établissement scolaire doit s’adapter à son environnement. Celui-ci a donc un impact important
sur le...
9
3. Plan de lecture
Ce mémoire est structuré en trois grandes parties :
La première partie est consacrée pour positionner...
10
Chapitre 2 :
Echange des données
informatisées
11
1. Introduction
L'abréviation EDI signifie Electronic Data Interchange ou, en français, Echange de Données
Informatisé....
12
(Figure 2)
2. Secteurs d’activité
L’EDI est utilisé dans de nombreux cas :
Les universités s'en servent pour envoyer ra...
13
3. Fonctionnement de l’EDI
3.1. L’environnement de l’EDI
L’EDI est une technique qui permet d'automatiser les échanges ...
14
3.1.3. Le service transport
Finalement, un service de transport de messages est utilisé pour acheminer l'information
d'...
15
EDI permet d'automatiser les opérations commerciales. Dans le cadre de l'EDI, les ordinateurs ne
sont plus utilisés uni...
16
UN/EDIFACT est un langage normalisé à l’échelle internationale. Il constitue un ensemble
cohérent de principes, syntaxe...
17
* Le dictionnaire des segments et messages : Comme quatrième outil, notons le dictionnaire des
segments et messages. S'...
18
3.3 Documents / XML :
Un document XML peut être associé à :
 une DTD ou un schéma pour décrire les balises
 Une feuil...
19
3.3.2 XML : rappel des composants et mécanisme
(Figure 4)
 Un flux XML sera émis par un programme selon un format et u...
20
Avantages découlant de l'utilisation de la norme internationale EDIFACT/ONU :
Interfaçage unique avec tous les correspo...
21
5. Influence sur l’organisation du travail et sur les utilisateurs
5.1. Au niveau personnel
L’EDI permet de diminuer le...
22
* L’authentification :Elle peut se définir de façon abstraite par l’attribution sûre d’ "identités
électroniques". Dans...
23
pas être comprises par un intrus) : il y a deux clés, l’une privée, qui permet de signer les messages, l’autre
publique...
24
Chapitre 3 :
L'Etude de cas
« EDI groupe ECAM »
25
1. Introduction
Les établissements scolaires privés ont un réel besoin d’échanger des informations avec leur
partenaire...
26
4.Qu’est-ce qu’un EDI ECAM ?
Est une solution logicielle capable d’adresser tous les besoins en matière de contrôle, de...
27
Ce module d’échange EDI ECAM offre plusieurs avantages :
 Gain de temps : le fichier EDI des données des élèves est gé...
28
7.2 Détermination de la valeur ajoute
L’utilisation importante de l’EDI ne doit rien au hasard. Les avantages directs r...
29
7.4 Processus génération Fichier liste des inscriptions :
(Figure 5)
7.5 Processus génération fichier XML des notes
(Fi...
30
8. Mettre en œuvre d’un système EDI normalisé
Les étapes de mise en place : La mise en place de l’EDI se décompose en p...
31
8.2 Quel type d’EDI mettre en place ?
Plusieurs solutions pour faire de l’EDI coexistent. Désirez-vous faire de l’EDI i...
32
8.5 Pourquoi établir une convention d’interchange ?
La convention d’échangée entre les partenaires (E.C.A.M et le minis...
33
10.Bibliographie
* Le magazine « DECISION » n° 512 du 10 au 16 juin 2002
- article « le chiffrement » page 28.
- articl...
34
11.Webographie
- www.edifrance.fr
- www.bdbh.be
- www.edihealth.be
- www.eur-export.com
- www.sg-ecam.org
- www.tenorco...
35
12.Table des illustrations
Figure 1 : Représentation l’échange des donnée entre deux ERP de différente partenaire
Figur...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mémoire Fin d'étude EDI du groupe ecam

1 553 vues

Publié le

EDI

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 553
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
51
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire Fin d'étude EDI du groupe ecam

  1. 1. Université Hassan 1er de Settat Ecole nationale de commerce et de gestion Présenté par : M.ATANANE Youssef Encadré par: Mr. Mustapha Année Universitaire 2014- 2015 Sujet : ELABORATION D’un EDI E.C.A.M MEMOIRE DE FIN D’ETUDES Présenté en vue de l'obtention de Mastère en «Management des Système d'information et de communication »
  2. 2. 2 Remerciements Nous voulons exprimer par ces quelques lignes nos remerciements, notre gratitude envers tous ceux en qui par leur présence, leur soutien, leur disponibilité et leurs conseils, nous avons eu courage d’accomplir ce projet. Nous commençons par remercier Mr Mustapha BELAISSAOUI qui nous a fait l’honneur d’être notre encadrant. Nous le remercions profondément pour son encouragement continu et aussi d’être toujours là pour nous écouter, nous aider et nous guider à retrouver le bon chemin par ses précieux conseils. Ainsi que son soutien moral et sa preuve de compréhension, ce qui nous a donné la force et le courage d’accomplir ce projet. Nos remerciements spéciaux les plus sincères s’adressent de même à Chère Mme HOUSNI Fatiha, et qui m’aide, par leurs conseils intéressants, leur encouragement continu, ainsi que le temps qu’ils nous ont réservé malgré leurs occupations. Nous tenons à remercier également mes amis, et plus particulièrement, Monsieur Zougdane Abdelati, pour leur aide et leur soutien, en leur souhaitant une bonne continuation. Nous tenons d’autre part à remercier les respectables membres du jury pour bien vouloir nous accorder de leur temps précieux pour commenter, discuter et juger notre travail. En fin, nous ne pouvons achever ce mémoire sans exprimer notre gratitude à tous les professeurs de l’Ecole Nationale de commerce et de gestion de Settat, pour leur dévouement et leur assistance tout au long de nos études universitaires
  3. 3. 3 Dédicaces Je dédie ce mémoire à : Mes chers parents, que nulle dédicace ne puisse exprimer mes sincères sentiments, pour leur patience illimitée, leur encouragement continu, leur aide, en témoignage de mon profond amour et respect pour leurs grands sacrifices. Mes chers frères, pour leur grand amour et leur soutien qu’ils trouvent ici l’expression de ma haute gratitude. Ma très chère amie FATiha Mes chers amis qui sans leur encouragement ce travail n’aura jamais vu le jour. Et à toute ma famille et à tous ceux que j’aime. ATANANE Youssef
  4. 4. 4 Table de matière Chapitre 1 : Introduction générale................................................................................................................................ 6 Introduction : ............................................................................................................................................................. 7 1. Contexte .............................................................................................................................................................. 7 2. Problématique ........................................................................................................................................ 8 3. Plan de lecture………………………………………………………………………………………………………………………..……………………..9 Chapitre 2 : EDI…………………………………………………………………………………………………………………………………………………. 10 1. Introduction...................................................................................................................................................... 11 2. Secteurs d’activité ............................................................................................................................................ 12 3. Fonctionnement de l’EDI ................................................................................................................................ 13 3.1. L’environnement de l’EDI ............................................................................................................................... 13 3.1.1. Les applications propres............................................................................................................................. 13 3.1.2. L'interface EDI .............................................................................................................................................. 13 3.1.3. Le service transport ....................................................................................................................................... 14 3.2. Les normes EDIFACT…………………………………………………..…………………………………………………………………………….15 3.2.1 Définition………………………………….………………………………….…………………………………………………………………………16 3.2.2. Propriétés du langage EDI............................................................................................................................. 16 3 .2.3. Composition d’un message........................................................................................................................... 17 3.3 Documents / XML : ....................................................................................................................................... 18 3.3.1 Le standard d’échange XML...................................................................................................................... 18 3.3.2 XML : rappel des composants et mécanisme............................................................................................. 19 4. Intérêts et inconvénients.................................................................................................................................. 19 4.1 Intérêts............................................................................................................................................................... 19 4.2 Inconvénients ……………………………………………………………………………...………………….20 5. Influence sur l’organisation du travail et sur les utilisateurs....................................................................... 21 5.1. Au niveau personnel......................................................................................................................................... 21 5.2. Au niveau de la gestion de l’information . ...................................................................................................... 21 6. Intégrité et authentification................................................................................................................................. 21 6.1. L’identification................................................................................................................................................. 21 6.2. L’intégrité des données..................................................................................................................................... 22 6.3. La non répudiation............................................................................................................................................ 22 7. Conclusion ............................................................................................................................................................ 23
  5. 5. 5 Chapitre 3 : L'Etude de cas « EDI groupe ECAM »................................................................................................. 24 1. Introduction...................................................................................................................................................... 25 2. Présentation de l’ECAM.................................................................................................................................. 25 3. Les défis stratégiques de l ’ E.C.A.M ............................................................................................................. 25 4. Qu’est-ce qu’un EDI ECAM ?........................................................................................................................ 26 5. Les caractéristiques de l’EDI ECEM ............................................................................................................. 26 6. Les avantages de l’EDI ECAM ....................................................................................................................... 26 7. La mise en œuvre de l’EDI ECAM................................................................................................................. 27 7.1 Elaboration d’un cahier des prescriptions spéciales....................................................................................... 27 7.2 Détermination de la valeur ajoute .................................................................................................................. 28 7.3 Recensement des différentes parties prenantes.............................................................................................. 28 7.4 Processus génération Fichier liste des inscriptions :...................................................................................... 29 7.5 Processus génération fichier XML des notes .................................................................................................. 29 8. Mettre en œuvre d’un système EDI normalisé.............................................................................................. 30 8.1 Quels messages, quel langage ? ..................................................................................................................... 30 8.2 Quel type d’EDI mettre en place ?................................................................................................................. 31 8.3 Quel réseau choisir ?...................................................................................................................................... 31 8.4 L'interfaçage d'échange……………………………………………………………………………………………………………………………31 8.5 Pourquoi établir une convention d’interchange ?.............................................................................................. 32 9. Conclusion : ...................................................................................................................................................... 32 10. Bibliographie .................................................................................................................................................... 33 11. Webographie ……………………………………………….……………………………………………………………34 12. Table des illustrations………………………………………………………………………………………….35
  6. 6. 6 Chapitre 1 : Introduction générale
  7. 7. 7 Introduction : Les établissements scolaires privés ont un réel besoin d’échanger des informations avec leurs partenaires (MEN). Ces informations peuvent correspondre à des données scolaire (élève, parent). Pour communiquer, les moyens traditionnels peuvent être utilisés (téléphone, fax, courrier) mais ces moyens nécessitent une intervention humaine importante. Afin de réduire le temps de traitement des différents processus métiers, il a été pensé d’échanger des données de façon informatisée : EDI (Echange de données informatisées ou Electronic Data Interchange). L’EDI est un procédé permettant de transférer des données directement structurées d’un ordinateur à un autre , suivant une syntaxe et des messages préétablis via des réseaux de télécommunications. L’intérêt économique a poussé à la mise en place de systèmes communicants. L’EDI permet en effet de réaliser des économies par :  Suppression de certains échanges papier  Suppression des saisies manuelles dans le système informatique  Suppression des risques d’erreurs liées à la saisie manuelle.  facilité l’Archivage.  Réduction des délais de traitement.  Suppression d’une partie des litiges.  Faciliter l’accès à l’information. 1. Contexte Ce projet présent un cadre de travail pour l’élaboration d’un EDI dans les échanges entre les établissements Scolaires privés et le ministère de l’éducation nationale. Cette analyse contribue à établir un cadre conceptuel pour mettre en forme un outil apte à gérer de manière efficace la mise en place d’un EDI Particulièrement, le système MASSAR (MEN) et le Système de gestion scolaire (ECAM) des écoles de l’enseignement catholique au Maroc
  8. 8. 8 2. Problématique L’établissement scolaire doit s’adapter à son environnement. Celui-ci a donc un impact important sur le comportement de l’établissement scolaire. La stabilité, la complexité, la mondialisation dans lesquels évolue l’établissement vont influencer sa manière de fonctionner. La stratégie de ’établissement est donc en constant réalignement avec les modifications de l’environnement afin de définir les capacités de l’établissement dans le futur. La réussite d’un établissement dépend d'abord de sa capacité à adapter aisément et rapidement ses processus opérationnels aux mutations rapides de son environnement et de ses orientations stratégiques. Les besoins d'évolutions partielles du système de gestion scolaire sont fréquents et la gestion de l'évolution doit dorénavant être considérée comme une caractéristique permanente du système d'information. L'évolution constante de métiers et des techniques en a complexifié la gestion. Dans cette optique, il est nécessaire de se doter de méthodes et d'outils formels spécifiquement adaptés au métier de l’enseignement et servant de support à l'ingénierie du système d'information. Dans ce cadre, le mémoire a pour but de définir une méthodologie de la gestion d’échange de donnée informatisé adapté au besoin des écoles de l’ECAM prenant en compte son existant. La problématique centrale de ce travail de mémoire s’articule comme suit : Comment élaborer une solution EDI qui répond aux besoins stratégiques des écoles de l’ECAM ? Les principales questions qui découlent :  Quelle démarche adapter pour élaborer la solution EDI ECAM ?  Quelles sont les étapes à suivre pour la mise en œuvre d’une solution EDI ECAM ?  Quelles sont les moyens utilisés pour mettre en œuvre cette solution ?
  9. 9. 9 3. Plan de lecture Ce mémoire est structuré en trois grandes parties : La première partie est consacrée pour positionner la problématique de nos travaux. A partir de l’analyse du contexte scolaire, nous avons fait émerger la problématique de la gestion d’échange des données informatisées entre les établissements scolaire et le MEN. En s’appuyant sur l’existant, nous reviendrons sur les problématiques de la gestion de l’EDI afin de préciser notre positionnement et notamment vis-à-vis de méthodes d’échange des données informatisées. La deuxième partie est consacrée à la présentation de notre méthodologie d’échange des données informatisé et ses outils EDI. Il détaille les bases de notre approche en explicitant les étapes de la méthodologie. La troisième partie est consacrée à la mise en pratique de notre approche et de ces outils pour les écoles de l’ECAM. Cette étude de cas montre l’application des outils dans un contexte scolaire. La conclusion reprend le déroulement de notre démarche en souligner les apports et les limites ainsi que les perspectives de suites à nos travaux.
  10. 10. 10 Chapitre 2 : Echange des données informatisées
  11. 11. 11 1. Introduction L'abréviation EDI signifie Electronic Data Interchange ou, en français, Echange de Données Informatisé. L'EDI peut être défini comme l’échange, d’ordinateur à ordinateur, de données concernant des transactions en utilisant des réseaux et des formats normalisés. (Figure 1) Les informations issues du système informatique de l’émetteur transitent par l’intermédiaire de réseaux vers le système informatique du partenaire pour y être intégrées automatiquement. Ceci induit : • Echanger quoi ? Besoin de s’entendre sur ce que l’on échange et comment le modéliser • Echanger comment ? Besoin de transporter les informations via quel média, quels protocoles de communication ? Aujourd'hui, lorsque vous faites vos courses au supermarché, plus de 90% des produits que vous achetez ont été commandés par EDI, voire facturés après que l'avis d'expédition a été transféré de la même façon. Ce qui entraîne : • Gain de temps et d'argent. • Réduction des erreurs de saisie.
  12. 12. 12 (Figure 2) 2. Secteurs d’activité L’EDI est utilisé dans de nombreux cas : Les universités s'en servent pour envoyer rapidement des relevés de notes et des listes des élèves Les fabricants, pour transmettre des dessins techniques complexes, les consommateurs l'utilisent lorsqu'ils effectuent des transactions bancaires ou se servent de leur carte de crédit, les gouvernements commencent à y faire appel pour les déclarations d'impôt qui sont transmises par voie électronique. L’EDI concerne de nombreux secteurs d’activité : Le secteur des transports,  L’enseignement L’automobile,  La distribution des aliments,  La banque et la finance,  Le bâtiment,  La justice,  La grande distribution,  Le secteur social,  Le tourisme,  Les produits pharmaceutiques, la santé…  L'EDI est avant tout une procédure d'automatisation des opérations commerciales et administratives. Ce système affecte beaucoup d'aspects du commerce international, incluant le mouvement des marchandises, les documents qui les accompagnent, ainsi que les paiements. Prenons, par exemple, le Document Administratif Unique : il en existe une version électronique EDI avec possibilité de signature électronique.
  13. 13. 13 3. Fonctionnement de l’EDI 3.1. L’environnement de l’EDI L’EDI est une technique qui permet d'automatiser les échanges de données entre deux applications informatiques, et ceci, quel que soit le matériel informatique des établissements et partenaires administratif ou commerciaux qui y recourent. Pour que l'EDI soit exploitable, les membres de l'industrie doivent s'entendre sur une structure de message normalisée et sur une procédure d'application. Il n'est pas nécessaire que les systèmes des partenaires commerciaux soient identiques puisque la normalisation rend l'échange possible quel que soit le matériel ou le logiciel utilisé. Généralement, une architecture EDI se décompose en trois composants principaux :  Les applications propres.  Une interface EDI.  Un service de transport. 3.1.1. Les applications propres Le premier composant comprend les applications propres à chaque utilisateur. Presque tous les messages EDI sont issus d'une application ou arrivent à une application. Ces applications sont souvent propriétaires, c'est à dire développées pour les besoins spécifiques d'une organisation particulière. Les données traitées par l'application sont structurées selon un format propre à l'entreprise mais, normalement, la mise en place de l'EDI n'entraîne pas la modification du programme informatique. 3.1.2. L'interface EDI Le second composant est nécessaire aux partenaires pour pouvoir dialoguer. Une interface EDI est utilisée dans ce but et permet aux intervenants de parler un même langage. Celle-ci se compose d'un logiciel de traduction et d'un ensemble de standards de messages. Le logiciel sert à passer d'un type de représentation de l'information propriétaire à un autre qui est exploitable par tous les partenaires. Il construit des messages EDI à partir des données que les applications propriétaires lui fournissent en suivant un des standards disponibles et traduit les messages reçus d'une manière utilisable par ces applications spécifiques.
  14. 14. 14 3.1.3. Le service transport Finalement, un service de transport de messages est utilisé pour acheminer l'information d'une organisation à une autre. Ce service peut être assuré par : EDI direct ou point à point : Comme son nom l'indique, l'EDI direct assure une liaison directe entre deux ordinateurs. Une liaison directe via un réseau téléphonique suffit. Les partenaires commerciaux peuvent communiquer en temps réel, en s'envoyant directement les fichiers d'un ordinateur à l'autre. Réseau à valeur ajoutée (RVA) : (VAN - Value Added Network). Le VAN joue le rôle de serveur central. Chaque partenaire possède une adresse de réseau spécifique ou boîte aux lettres dans le VAN. Pour envoyer ses messages EDI, l'émetteur envoie ceux-ci dans le VAN sans entrer en communication avec son interlocuteur. Le VAN stocke les messages dans la boîte aux lettres électronique du destinataire jusqu'à ce que celui-ci en prenne connaissance. En plus du rôle de boîte aux lettres, le VAN offre généralement des services annexes et cible des secteurs spécifiques. Les frais de ces services peuvent être calculés selon l'utilisation. Ils peuvent également être forfaitaires. L'utilisation du RVA comme module de transmission simplifie beaucoup l'exploitation de l'EDI et constitue souvent un élément essentiel à son bon fonctionnement. C'est pourquoi le RVA est souvent recommandé comme méthode de livraison des messages transmis par EDI. Internet : Le réseau Internet constitue une méthode rapide et peu coûteuse à laquelle on pourrait éventuellement faire appel pour la livraison des messages par courrier électronique ou par transfert de fichiers. On étudie actuellement un certain nombre d'aspects du réseau, notamment l'authentification, le contrôle de l'accès, l'intégrité et la confidentialité des données. Et ce qui est obtenu aujourd’hui en EDI sur des réseaux semi-privés « à valeur ajoutée », devrait pouvoir l’être sur l’Internet grâce à la technique des VPN (Virtual Private Network) associée avec celle de l’intranet. (Figure 3)
  15. 15. 15 EDI permet d'automatiser les opérations commerciales. Dans le cadre de l'EDI, les ordinateurs ne sont plus utilisés uniquement pour recevoir de l'information, mais aussi pour l'interpréter, pour notifier à l'utilisateur des points spécifiques, et mettre à jour la base de données avec les nouvelles informations. 3.2. Les normes EDIFACT L'échange électronique de données est peut-être simple au niveau de sa conception, mais exige pour son exécution pratique un consensus approfondi en matière d'éléments de données, codes, règles de syntaxe et formatage. Cette technique est bâtie sur un langage commun, universel et multisectoriel, permettant une communication ouverte et fluide entre tous les acteurs économiques. Autrement dit, on peut transférer des données entre des systèmes hétérogènes dans la mesure où l'on utilise un format commun. En Amérique du Nord, on a adopté la norme ANSI X12 pour le trafic nord-américain et la norme UN / EDIFACT pour les transmissions internationales. Les données qui sont téléchargées à partir des systèmes locaux doivent généralement être interprétées par un logiciel de traduction. 3.2.1. Définition United Nations / Electronic Data Interchange For Administration, Commerce and Transport (Echange de données informatisé pour l’administration, le commerce et le transport).Norme des Nations Unies concernant l’échange de données informatisé pour l’administration, le commerce et le transport. Elle se compose d’un ensemble de normes approuvées à l’échelon international, de répertoires et de directives pour l’échange électronique de données structurées, en particulier celles concernant le commerce des biens et de services, d’applicatif à applicatif et entre entités indépendantes.
  16. 16. 16 UN/EDIFACT est un langage normalisé à l’échelle internationale. Il constitue un ensemble cohérent de principes, syntaxe, messages et de définitions permettant la communication de données, quel que soit l’équipement informatique des partenaires et à travers tous les réseaux. Il est né en 1986 des travaux de l’ONU qui souhaitait une norme internationale et multisectorielle. En 1987, l’ISO a approuvé la syntaxe et les directives de conception des messages sous la dénomination « ISO 9735 ». Un répertoire des éléments d’informations commerciales des Nations Unies (United Nations Trade Data Elements Directory – UN/TDED) est également approuvé, c’est la norme ISO 7372. La norme EDIFACT est maintenue et coordonnée par le CEFAC (Centre for Trade Facilitation and Electronic Business), un organisme relevant des Nations Unies. Construit de manière analogue à un langage, EDIFACT/ONU possède huit niveaux de regroupements ou d’éléments constitutifs : une ponctuation, des règles d’identification, une qualification fonctionnelle des niveaux de structure et des règles de mise en forme (syntaxe). Un langage est constitué de différents éléments : un vocabulaire, une grammaire, des règles de style, etc. Les éléments du langage EDIFACT/ONU ont été inventés pour répondre aux besoins d'une communication banalisée, multipartenaires, multisectorielle, multinationale. 3.2.2. Propriétés du langage EDI L'EDIFACT compte donc cinq outils totalement compatibles et articulés entre eux. * Le vocabulaire : Le vocabulaire ou "Trade Data Elements Directory" (TDED), comporte quelque six cents concepts-types, fréquemment rencontrés dans les transactions commerciales, les opérations logistiques ou les formalités administratives (déclarations en douane, enregistrement statistique, relevé fiscal, etc.). Chaque élément de données fait l'objet de règles de représentation (type de caractères, etc.). * La grammaire : La grammaire contient les règles de syntaxe pour la composition des messages (regroupement des données, assemblées en segments). * Les règles pour la confection des messages standards :Les règles pour la confection des messages standard ont également fait l'objet de prescriptions et ce, à chaque étape de la transaction: appel d'offres, commande, confirmation et/ou correctif à la commande, facturation, colisage, expédition, instruction au banquier, au transitaire, au transporteur, à l'agent d'assurance, etc.
  17. 17. 17 * Le dictionnaire des segments et messages : Comme quatrième outil, notons le dictionnaire des segments et messages. S'il est aisé de faire la collecte des données nécessaires pour répondre aux besoins de deux partenaires dans le cadre d'une tâche précise, le travail d'agencement des données entre elles (segmentation) est moins quand on prétend couvrir toutes les tâches accomplies à l'occasion d'une transaction avec de multiples partenaires. Les regroupements de données prévus dans un tel message doivent inspirer tel autre message et ne pas induire de nouveaux retraitements. * Les règles d’affichage : Viennent enfin les règles d'affichage. Il s'agit des prescriptions de la "Formule cadre pour les documents commerciaux" (norme ISO 6422) ; elles se révèlent utiles chaque fois que se produit, à un moment ou à un autre, une rupture dans la chaîne de transmission des données et qu'une interface entre la machine et l'homme s'avère indispensable. Si l'échange automatique de données vise à réduire la communication par l'écrit, il faut prendre en considération les aspects sociologiques (persistance de l'attachement des opérateurs aux traces écrites) et envisager une migration par étapes vers la "société sans papier". 3 .2.3. Composition d’un message. Le composant fondamental du message EDIFACT/ONU est l'élément de donnée. Chaque élément de donnée, qui est la plus petite entité d'information commerciale, à été identifiée et inventoriée dans l'EDED. Par exemple : numéro de contrat, monnaie de paiement, date de livraison... Un segment est composé d'éléments de données associés habituellement de façon fonctionnelle et donc manipulés en tant que tels dans une base de données. Chacun de ces blocs d'éléments de données est standardisé et se trouve reproduit de manière identique dans tous les messages. Par exemple : conditions de paiement, nom et adresse... Finalement, les segments sont regroupés pour former des messages standard qui correspondent à des fonctions commerciales précises et couvrant les besoins de différents secteurs d'activité économique (commande, facture, ordre de paiement...). Les messages sont identifiés par six caractères alphabétiques, par exemple : INVOIC (facture), ORDERS (commande), PAYORD (ordre de paiement)... Un secteur particulier n'utilisera, bien entendu, dans la transmission de son message que la partie des éléments de données correspondant à la pratique commerciale de son activité. Dans ce cas, il crée, suivant des règles établies, un sous-ensemble (sub-set) EDIFACT/ONU.
  18. 18. 18 3.3 Documents / XML : Un document XML peut être associé à :  une DTD ou un schéma pour décrire les balises  Une feuille de style pour présenter les données  DTD ou/et schéma permettent de définir son propre langage basé sur XML  Vocabulaire (balises)  Grammaire (imbrications) Dialecte ou Jargon 3.3.1 Le standard d’échange XML  XML est un standard de description de documents  Normalisé par le W3C début 98,  Utilisé au départ au même niveau que l’EDI,  Etendu à l’échange de données entre environnements hétérogènes,  Soutenu par des acteurs majeurs du marché : Microsoft, IBM, SAP, …  Nombreux dérivés métiers (initiatives non standard).  Des ajouts permettent de passer de la description de document à celle d’un flux de données :  XSL (validé) : transformation de documents par application d’un modèle,  XML Schema (validé) : typage de données,  Xpath, XPointer : accès à des parties de documents,  XLink : liens multi-cibles,  XML Query : intégration de SQL dans le document,  XSL FO, SVG : formatage de documents paginés (pdf par exemple),  Domaines d’application :  commerce électronique B2B, EDI - Intégration d’applications hétérogènes -  Gestion de contenu de type GED - Interfaces Web – BPEL (Business process Execution Language).
  19. 19. 19 3.3.2 XML : rappel des composants et mécanisme (Figure 4)  Un flux XML sera émis par un programme selon un format et une syntaxe convenus  A la réception, il sera dépouillé, décodé, contrôlé par un «parser» qui en extraira les données utiles. 4. Intérêts et inconvénients 4.1 Intérêts Avantages inhérents à la technique de l'EDI : Accélération du cycle de la transaction commerciale et des règlements Réduction des coûts administratifs Fidélisation du partenaire commercial Liens plus étroits entre fournisseurs et donneurs d'ordre Élargissement de l'offre de produits Meilleure correspondance entre flux physiques et flux d'informations Meilleure réponse à l'événement Suivi logistique de bout en bout Optimisation de la gestion des stocks Optimisation de la gestion de trésorerie Accès plus commode à l'information Archives mieux structurées Statistiques plus fiables Gain de place et de temps
  20. 20. 20 Avantages découlant de l'utilisation de la norme internationale EDIFACT/ONU : Interfaçage unique avec tous les correspondants Partenaires commerciaux, banques, transporteurs Limitation du nombre de tables de conversion Intégration des traitements de l'information Saisie unique pour tout le cycle de la transaction Interfaçage automatique avec les applications de l'entreprise Neutralité des outils télématiques. Indépendance vis-à-vis des réseaux de télécommunications Communication possible avec tout partenaire même à l'étranger Mise en œuvre plus rapide grâce au standard international 4.2 Inconvénients De façon générale, l'installation d'un logiciel de traduction EDI dans l'environnement informatique d'un organisme exige d'importantes connaissances techniques. Les dépenses de formation sont conséquentes. De plus, il faut souvent affecter une personne à plein temps pour superviser l’EDI. Cependant, comme cette méthode est considérablement moins coûteuse que les autres, on y fait souvent appel lorsque le nombre de commandes à traiter est élevé. Le coût reste assez élevé pour les PME : Les PME n’ont pas forcément un trafic de données informatisées suffisant pour justifier des dépenses en EDI. Cependant, avec Internet, on peut espérer une simplification de l’EDI. Toutefois, si Internet constitue une interface informatique intéressante pour les donneurs d’ordres, les petites entreprises seront en fait souvent amenées à réaliser la saisie des données informatiques manuellement, directement sur le site du client. Ainsi, seules les grosses structures éviteront des temps de saisie superflus. Influence sur l’organisation du travail et sur les utilisateurs
  21. 21. 21 5. Influence sur l’organisation du travail et sur les utilisateurs 5.1. Au niveau personnel L’EDI permet de diminuer les tâches de bureautique, ce qui se traduit par un allègement du personnel administratif. Par ailleurs, il faut créer des procédures strictes garantissant la sécurité des données. Cela demande la mise en place d’une gestion spécifique pour les partenaires utilisant l’EDI. Ainsi, il faut habiliter certaines personnes dans l’entreprise pour gérer les documents entrant, ou les documents sortant avec toutes les autorisations et mots de passe nécessaires. Cela se traduit par l’apparition de nouvelles compétences. 5.2. Au niveau de la gestion de l’information L’EDI nécessite une démarche plus rigoureuse en ce qui concerne le traitement de l’information. Par exemple, les opérations commerciales devront être pensées avec une parfaite rigueur de manière à ne rien omettre, la moindre erreur risquant d’invalider une opération. Tout le personnel participant à l’élaboration et à l’utilisation de l’information véhiculée par l’EDI doit être sensibilisé et formé. 6. Intégrité et authentification Sur le plan juridique, un certain nombre de problèmes doit être résolu pour que l’EDI puisse être utilisé : 6.1. L’identification Le correspondant connecté est-il bien le correspondant annoncé ? En effet, comment être certain de l'identité de l'émetteur et du récepteur ? Comment être certain qu'il s'agit d'une personne habilitée à émettre ou à recevoir ? L’identification est possible grâce à l’intervention d’un tiers capable de garantir l’authentification et la certification. * La certification : La sécurité induit donc que l'émetteur soit certain que l'information transmise par voie électronique d'un point à un autre a été effectivement reçue, dans son intégralité, par son destinataire et personne d'autre. Il doit être certain que ce destinataire ne niera pas avoir reçu l'information. Le destinataire, quant à lui, doit pouvoir vérifier l'identité de l'émetteur. Et tous deux doivent pouvoir s'assurer que le système est resté étanche.
  22. 22. 22 * L’authentification :Elle peut se définir de façon abstraite par l’attribution sûre d’ "identités électroniques". Dans la mise en œuvre de la signature électronique, elle permet la correspondance entre l’identité électronique et l’identité réelle, en garantissant la réunion entre une clé et l’identité de son possesseur. La forme technique de cette union s’appelle un certificat. Les certificats peuvent être de plusieurs types : simple identité, ou identité avec attributs (habilitation à signer dépendante de diverses vérifications).Donc l'authentification permet de vérifier si la personne connectée est bien celle qu'elle affirme être. 6.2. L’intégrité des données Elle constitue une priorité. Comment s'assurer que l'information reçue, constitue bien la totalité de l’information ? On peut dire que l'intégrité d'une donnée est assurée lorsqu'il est possible de démontrer qu'elle n'a pas été altérée au cours de son traitement informatique et administratif. Il s'agit donc d'une garantie essentielle contre les risques d'erreur et de fraude, tout particulièrement dans les processus entraînant directement ou indirectement des flux financiers. 6.3. La non répudiation Elle constitue, enfin, une troisième priorité. On distingue deux types de non-répudiation :  La non-répudiation à l'origine des données, qui fournit au récepteur une preuve ou attestation empêchant l’émetteur de contester l'envoi ou le contenu d'un message effectivement reçu.  La non-répudiation de la remise qui fournit à l'émetteur une preuve empêchant le récepteur de contester la réception ou le contenu d'un message effectivement remis. La signature électronique : la signature électronique est promise à un développement considérable dans le domaine de l’EDI. La signature électronique garantit 3 niveaux de sécurité (authentification, Intégrité et non-répudiation). La signature électronique se fonde sur le chiffrement asymétrique (c’est l'opération qui consiste à transformer tout ou une partie d'un texte dit clair en cryptogramme, message chiffré et protégé, grâce à une fonction intermédiaire paramétrable dite clé de cryptage. Si une ligne utilise des dispositifs de chiffrement, les données sont transmises sous forme brouillée, de manière à ce qu'elles ne puissent
  23. 23. 23 pas être comprises par un intrus) : il y a deux clés, l’une privée, qui permet de signer les messages, l’autre publique, qui permet de vérifier l’authenticité de la signature. Confidentialité des informations : Ceci est de nature à sécuriser les échanges informatiques, notamment sur Internet. Cela va dans le sens du développement de l’EDI puisqu’elle garantit la confidentialité des données contractuelles sensibles. 7. Conclusion L’EDI est un thème porteur depuis plusieurs décennies. Il permet d’automatiser les relations entre les entreprises. Il constitue un gisement de productivité important. Il a pour but d’éviter des saisies d’informations inutiles et redondantes dans le cadre des relations d’affaires. Au départ réservé aux gros donneurs d’ordres, l’EDI est amené à se démocratiser. D’une part, les particuliers l’utilisent grâce à l’Internet (achats en ligne avec la carte de crédit, …), et à la carte vitale. D’autre part, on constate l’émergence des normes EDI dans les logiciels standards de gestion des petites et moyennes entreprises.
  24. 24. 24 Chapitre 3 : L'Etude de cas « EDI groupe ECAM »
  25. 25. 25 1. Introduction Les établissements scolaires privés ont un réel besoin d’échanger des informations avec leur partenaire MEN (Ministère de l'éducation nationale) et dans ce cadre l’ECAM (Enseignement catholique au Maroc) a élaboré un EDI (Echange de données informatisées) qui lui permet d’échanger des données de façon informatisée avec leur partenaire MEN basé sur la norme XML-EDI afin de :  Réduire le temps de traitement  Supprimer certains échanges de papier  Eviter les risques d’erreurs liées à la saisie manuelle.  Faciliter l’Archivage.  Supprimer d’une partie des litiges.  Faciliter l’accès à l’information. 2. Présentation de l’ECAM L’E.C.A.M. réunit des établissements d’enseignement qui relèvent de l’Eglise Catholique Au Maroc –Diocèse de Rabat et dont les responsables veulent s’entraider en toute occasion pour une meilleure animation pédagogique, au service d’un projet éducatif commun, défini par des documents internes qui constituent les caractéristiques de l’Education ECAM. Au niveau de l’Organisation Internationale de l’Enseignement Catholique (OIEC), nous faisons partie de la Région MENA (Proche-Orient / Afrique du Nord) dont le secrétariat régional se trouve au Liban, à Beyrouth 3. Les défis stratégiques de l ’ E.C.A.M La stratégie durable de développement durable s’articule autour de quatre défis stratégiques :  Développer l’usage des technologies de l’information et de la communication dans ses établissements scolaires.  Le développement continu des éducateurs afin d’aider l’enfant à devenir une personne faisant appel à l’intelligence et à l’esprit de recherche, participer activement, opter pour la droiture et la franchise.  Animation de la communauté éducative, en entretenant le goût de la recherche pédagogique, en ayant le souci de garantir les valeurs qui constituent l’esprit de son établissement.
  26. 26. 26 4.Qu’est-ce qu’un EDI ECAM ? Est une solution logicielle capable d’adresser tous les besoins en matière de contrôle, de traitement et de transmission des données conformément aux normes EDI/XML. Cette solution vise à faciliter l’interfaçage du logiciel de gestion scolaire de l’ECAM (SGSECAM) Avec le système de gestion scolaire de MEN (MASSAR) en mode EDI/XML sans procéder à la double saisie des données. Ce module d’échange de SGS ECAM permet de formater les données des élèves de manière automatique et les sécurisée avant de les transmettre à le SGS MASSAR conformément aux normes et selon le format XML demandé par le MEN. 5. Les caractéristiques de l’EDI ECEM Le Module d’échange des données informatisées est intégré en natif à l’interface utilisateur du SGS ECAM. Techniquement, le module EDI ECAM vers MASSAR Permet de générer les données des élèves (nom, prénom, date de naissance, lieu de naissance, notes des contrôles) et autre information scolaire sous format XML pour l’échangé avec MASSAR de MEN selon les spécifications saisies. Le module EDI ECAM contient toutes les interfaces nécessaires pour la génération des données scolaire sous format EDI et les contrôler pour le transférer vers MASSAR .Les interfaces de bases sont :  Intégration des codifications des modèles et tableaux des données des élèves.  Intégration du référentiel  Génération du fichier EDI/XML à transmettre  Contrôle des données avant leurs transmissions vers portail MASSAR 6.Les avantages de l’EDI ECAM Grâce au module de EDI ECAM, on peut générer l’ensemble des documents des élèves de manière simple et en toute sécurité. L’interface est intuitive et il guide pas à pas depuis le traitement jusqu’à génération du fichier EDI pour le transférer vers MASSAR. Ce module EDI permet d’automatiser la totalité du processeur de production des données des élèves sous format EDI. Pour générer les fichiers des données des élèves EDI au format XML selon les spécifications exigé par le Système MASSAR quelque clic suffit. Aucune intervention manuelle n’est nécessaire (pas de procédure d’import/export de données) réduisant ainsi au strict minimum les interventions utilisateurs sources d’erreurs et chronophages.
  27. 27. 27 Ce module d’échange EDI ECAM offre plusieurs avantages :  Gain de temps : le fichier EDI des données des élèves est généré rapidement et toute simplicité grâce à l’interface intuitive du système de gestion scolaire de l’ECAM  Fiabilité : les données pour renseigner le fichier EDI des données des élèves sont récupérées directement du classeur d’EDI ECAM, ce qui élimine le risque d’erreurs. En outre, des contrôles sont faits par le programme pour s’assurer non seulement de la cohérence des données mais aussi de leurs validités.  Efficacité : fini les pertes de temps dans les procédures d’import/export inutiles. 7.La mise en œuvre de l’EDI ECAM 7.1 Elaboration d’un cahier des prescriptions spéciales Le CPS présente un cadre de travail pour l’établissement d’un EDI dans les échanges entre l’E.C.A.M et les différentes parties prenantes. Cette analyse contribue à établir un cadre conceptuel pour mettre en forme un outil apte à gérer de manière efficace la mise en place d’un EDI. L’E.C.A.M souhaite s’équiper d’une infrastructure EDI dont les objectifs sont :  Augmentation de l’efficience par une meilleure gestion du temps et des ressources humaines  Réduction des couts d’archivage  Le principe de fonctionnement de la procédure EDI est le suivant :  Un fichier au format normalisé contient les éléments de la demande d’inscription.  Le fichier est ensuite envoyé à la direction pédagogique, selon un mode d'échange fixé.  Le demandeur reçoit différents niveaux de retour (accusé de réception, fichier au format normalisé contenant les comptes rendus applicatifs des demandes d’inscription,…).
  28. 28. 28 7.2 Détermination de la valeur ajoute L’utilisation importante de l’EDI ne doit rien au hasard. Les avantages directs reconnus par les utilisateurs sont les suivants : • La suppression des ressaisies • La réduction des coûts papier (impression, courriers, fax, mise sous pli…) • La fiabilisation des données • L’automatisation des processus • Des gains de productivité • Un meilleur suivi des échanges Les gains liés à l’EDI pour l’E.C.A.M sont estimés à 27 000 Dhs 7.3 Recensement des différentes parties prenantes  Le demandeur d’inscription toute personne apte à compléter les formalités d’inscription en cas de validation de la demande.  L’école E.C.A.M est l’organisation responsable du traitement, suivi, validation des demandes et des notes des élèves ainsi la coordination avec les différentes parties prenantes  Le ministère de l’éduction a de rôle de superviseur et d’être avisé de la situation des demandes d’inscription
  29. 29. 29 7.4 Processus génération Fichier liste des inscriptions : (Figure 5) 7.5 Processus génération fichier XML des notes (Figure 6)
  30. 30. 30 8. Mettre en œuvre d’un système EDI normalisé Les étapes de mise en place : La mise en place de l’EDI se décompose en plusieurs phases : 8.1 Quels messages, quel langage ? Il est nécessaire de répondre aux questions suivantes préalablement à toute mise en œuvre : - Quel(s) message(s) mettre en place ? La fiche d’inscription, la demande, la réponse… ? - Selon quel langage ? GS1 ou XML ? Pour être rigoureux et optimiser la mise en place de l’EDI, il est recommandé de démarrer par les messages d’échange de données de base. Parfois les choix internes ne respectent pas forcément les scénarios types d’échange, ce qui limite L’automatisation des liens entre les messages.
  31. 31. 31 8.2 Quel type d’EDI mettre en place ? Plusieurs solutions pour faire de l’EDI coexistent. Désirez-vous faire de l’EDI intégré ou par le biais d’un portail mutualisé ? Ce choix se fera en fonction du besoin et du budget. Dans le cadre de l’EDI intégré deux solutions sont possibles :  L’EDI local qui implique l’installation des outils EDI en interne et donc des coûts humains et matériels importants mais permet d’avoir la maitrise de ces outils.  L’EDI hébergé permet de bénéficier des avantages de l’EDI intégré sans avoir à gérer directement les outils EDI qui sont externalisés auprès d’un prestataire. Le portail mutualisé est dédié aux entreprises ayant peu de flux en EDI. Cette solution est plus économique mais n’apporte aucune automatisation des échanges. Elle permet de répondre rapidement à la demande d’un partenaire et peut être un premier pas vers l’EDI intégré. 8.3 Quel réseau choisir ? Dans le cas du choix de l’EDI local, Le choix du réseau peut se faire en fonction du partenaire, de la volumétrie de messages échangés… Et en s’appuyant sur le réseau internet, cela n’impliquent pas de coût d’échanges cependant il nécessite la mise en place d’outils spécifiques (certificats électroniques…..) 8.4 L’interfaçage d’échange : L’échange de donnée entre le système de gestion scolaire de l’ECAM et le système de gestion Scolaire (MASSAR) de MEN il va être par interfaçage comme la figure ci-dessus (Figure 7)
  32. 32. 32 8.5 Pourquoi établir une convention d’interchange ? La convention d’échangée entre les partenaires (E.C.A.M et le ministre de l’éducation nationale) indépendante des contrats souscrits avec le prestataire EDI, dans lequel on fixe les conditions générales des échanges en EDI. Elle contient une annexe technique qui reprend tous les éléments concernant la mise en œuvre opérationnelle des échanges électroniques entre les partenaires tels que les réseaux, les adresses réseaux, les procédures de secours, les horaires et le fréquence d’envoi et une annexe fonctionnelle qui définit les messages et leur utilisation. 9.Conclusion : L’EDI est un mode d’échange des documents informatisés le plus efficace pour les établissements (entreprise, université, administration….) avec leur partenaire grâce à ses avantages économiques et opérationnelles mais il reste un mode qui ‘a besoin d’adaptation au niveau de la technologie utilisée et aussi il est indispensable de sensibiliser les acteurs économiques surtout au Maroc de l’intérêt de ce mode d’échange.
  33. 33. 33 10.Bibliographie * Le magazine « DECISION » n° 512 du 10 au 16 juin 2002 - article « le chiffrement » page 28. - article « signature électronique » page 64. * Le magazine « INFORMATIQUE MAGAZINE » du 19 octobre 2001 - article « EDI pour PME, une enquête d'Edifrance » pages 8 et 10. * Presses Universitaires de France - Claude Charmot, « L'échange de données informatisé (EDI) » * Soutenance du projet de fin d’étude, Ecole hassania des travaux publics, juin 2008. « Conception et mise en œuvre d’une nouvelle plateforme EDI » * L’observateur de L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques, OCDE, Octobre 2001. « Le Commerce Electronique » * Didier DONSEZ « Echange de données informatisés »,
  34. 34. 34 11.Webographie - www.edifrance.fr - www.bdbh.be - www.edihealth.be - www.eur-export.com - www.sg-ecam.org - www.tenorconseil.fr/
  35. 35. 35 12.Table des illustrations Figure 1 : Représentation l’échange des donnée entre deux ERP de différente partenaire Figure 2 : Représentation de l’achat des produits commandé par EDI Figure 3 : EDI sur des réseaux semi-privés Figure 4 : Processus génération fichier liste des inscriptions Figure 5 : Processus génération fichier XML des notes Figure 6 : L’interfaçage d’échange

×