Inauguration Aire de Service de la Dentelle d’Alençon.
Lundi 24 Avril 2006, à 14 h.
- Saluer toutes les personnalités prés...
Alençon est née, il y a quelques millénaires (les experts en discutent encore),
d’un gué sur la Sarthe permettant le passa...
imprimer l’exigence de qualité et d’excellence que nous avons, tous ensemble,
essayé de porter au sein de notre agglomérat...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Inauguration aire de service de la dentelle d'Alençon

448 vues

Publié le

L'Aire de la Dentelle d'Alençon. #Orne

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
448
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
39
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Inauguration aire de service de la dentelle d'Alençon

  1. 1. Inauguration Aire de Service de la Dentelle d’Alençon. Lundi 24 Avril 2006, à 14 h. - Saluer toutes les personnalités présentes (élues et professionnelles) ; Plus particulièrement le Préfet dont c’est la 1ère inauguration dans le département où il prend ses fonctions. A- Une naissance improbable. - Cette inauguration occupe une place toute particulière dans l’échelle affective de mon engagement au service de notre agglomération depuis plus de 20 ans : - Cette aire de service, je l’ai voulue obstinément et je suis allé la chercher en utilisant tous les ressorts classiques du genre politique, de la séduction à l’autorité, en empruntant le chemin chaotique du labyrinthe administratif dont notre beau pays à le secret . - Aussi je veux bien vite remercier tous mes compagnons de voyage pour avoir permis de réussir cette gageure. - Remercier les deux concessionnaires autoroutier ALIS et Cofiroute puisqu’il fallu transférer la réalisation de cette aire de l’une à l’autre. Et remercier tout particulièrement 2 personnes Xavier Rigo pour Alis et André Broto pour Cofiroute sans lesquels cette gageure eut été impossible. - Remercier aussi Claude de Martel qui, au sein de mon cabinet à Bercy, fût l’interface infatigable entre toutes les parties prenantes. - Puis remercier la Direction des Routes, MMs Gandil et Parizet, Directeurs successifs qui nous apportèrent leur soutien et René Cornec qui, en sa qualité de DDE, veillait à la faisabilité sur place. - Sans cette conjonction exemplaire des bonnes volontés, nous n’aurions jamais pu surmonter les obstacles administratifs qui rendaient impossible, en théorie, cette idée folle de déplacer d’un département à un autre une aire de service et ensuite d’en modifier le positionnement afin qu’elle soit accessible tout à la fois du réseau concédé et aussi des routes nationales et départementales qui la jouxtent. - Cette aire est un modèle de ce que l’on sait, ce que l’on peut faire, en France, pour peu que l’on soit habité d’une totale détermination et que l’on ait la chance de ne rencontrer sur sa route que des personnalités aux responsabilités éminents attachées en priorité aux résultats avant les procédures ! B- Saluer et féliciter les entreprises - Celles qui sont acteurs du site (Total) et Elior. Le concessionnaire Alis. Et Celles qui ont réalisé les travaux qui allient respect et valorisation de notre environnement. - C - Le noyau à partir duquel se structurera la nouvelle agglomération Alors, me direz-vous, pourquoi avoir fondé autant d’espoir dans cette réalisation ? Tout simplement parce qu’elle symbolise la naissance d’un nouvel Alençon, d’une nouvelle agglomération.
  2. 2. Alençon est née, il y a quelques millénaires (les experts en discutent encore), d’un gué sur la Sarthe permettant le passage d’une voie reliant le nord de l’Europe à la péninsule ibérique. Elle connu à compter du moyen âge des heures de gloire et des moments plus difficiles. Aujourd’hui, elle est une petite ville moyenne, belle, dont le riche passé se lit sur ses principaux édifices, tous aujourd’hui réhabilités, ambitieuse puisqu’elle parvint à se glisser subrepticement dans le cercle étroit des Communautés Urbaines, et forte des 18 communes qui ont bien voulu unir à elle leur destin, au 1er rang desquelles Valframbert sur le territoire de laquelle nous nous trouvons. Les échanges de voyageurs et de marchandises que l’autoroute A 28 renforcée demain par l’autoroute A 88 vont engendrer, dans les décennies qui viennent, offrent à notre agglomération une nouvelle chance. Une chance dont nous ne mesurons pas encore la portée car n’avions jamais connu sur notre territoire d’infrastructure offrant un impact de cette importance. Si nous voulons en tirer tous les fruits, il est souhaitable que cette porte nouvelle d’Alençon délivre un message à tous les visiteurs, à tous ceux qui passent, à ceux qui pourraient s’y installer, y créer des activités, ou simplement résider. Ce message doit se distinguer des autres. Nous ne sommes pas la seule agglomération à accueillir une autoroute et une aire de service. Il y en a des centaines et leur discours est le même, elles sont les plus belles, les plus accueillantes, les plus agréable à vivre. Notre différence doit donc se marquer non pas dans le discours (dont les ressources sont, on le sait, inépuisables) mais dans les actes. Et nos actes doivent attester de l’idée de la vie que nous souhaitons proposer en partage à tous ceux qui cherchent à s’installer ou à séjourner. Cette idée de la vie est la qualité ! Non pas la qualité, labellisée selon les codes classiques de tous les guides, mais l’excellence ! Chaque centimètre carré ouvert à l’accueil d’activités ou résidentiels doit être traité, frappé du sceau de l’excellence minérale ou végétale, architecturale ou paysagère. La relation humaine doit aussi être nouée dans le même esprit. La beauté des paysages, l’élégance du bâti, la qualité du service, le sourire des habitants doivent éclairer, dégager un art de vivre particulier qui devienne la signature de notre agglomération. C’est l’occasion pour moi de vous confirmer combien j’entends consacrer le nouveau mandat de conseiller général de ce canton qui m’a été confié pour y
  3. 3. imprimer l’exigence de qualité et d’excellence que nous avons, tous ensemble, essayé de porter au sein de notre agglomération. C’est pourquoi je souhaite qu’en étroite coopération avec les principaux acteurs de cette aire de service nous poursuivions la réflexion pour parfaire encore son esthétique et son offre de service. S’agissant de l’esthétique, je pense, par exemple, qu’une ambition paysagère unique en France s’exprime avec éclat. S’agissant des services, je n’imagine pas que le plus haut débit numérique ne soit pas à la disposition de ceux qui font escale sur cette aire. Enfin, la centaine d’hectare qui nous environne doit être dessinée, au cours des 10 années qui viennent pour y réussir la meilleure composition urbanistique suburbaine que le nouveau siècle nous invite à inventer. Vaste programme me direz-vous. Certes. Mais je n’ai jamais pensé que notre agglomération était née pour les destins ordinaires. Elle court les siècles avec une soif d’avenir que seules les plus belles ambitions ne sauraient satisfaire. Alain Lambert ancien Ministre

×