Les mariages
internationaux en Corée
du Sud.
Albane Léonard
Directeur de mémoire : Mme Chabal
Co-directeur de mémoire : Mm...
Table des matières
Index des tableaux........................................................................................
Index des tableaux
Tableau 1: Ratio homme/femme selon l'âge et le milieu de résidence............................13
Tablea...
Avant propos
Ayant passé un an en Corée, j’ai eu la chance de pouvoir vivre une
multitude d’expériences qui ont aiguisé ma...
Par ailleurs, lorsque j’ai commencé ce travail j’avais dans l’idée
d’interviewer quelques couples bi-nationaux, ce qui s’e...
Introduction
L’homogénéité ethnique et culturelle, que l’on peut définir comme étant la
présence d’une seule ethnie et cul...
de résider en Corée du Sud, et d’autre part, ces couples et leur descendance
fragilisent l’homogénéité ethnique et culture...
Historique du mariage international en Corée du Sud
Selon la légende, le roi Kim Suro, fondateur du royaume de Geumgwan
Ga...
les troupes américaines ne sont pas toutes retournées aux États-Unis. Au contraire,
elles se sont installées dans différen...
commerce du sexe s’est développé autour des bases américaines, causant donc un
phénomène d’assimilation : les jeunes femme...
spontanément comme cela est le cas pour les mariages entre Coréennes et soldats
américains. Au contraire, les mariages des...
d’information sur le sujet, il est difficile d’étudier en profondeur l’intégration des
étrangers et les conséquences pour ...
Tableau 1: Ratio homme/femme selon l'âge et le milieu de résidence1314
.
Eup Myeon
1960 106.50 100.49 101.63 110.23
1970 1...
développement économique pour trouver du travail dans les industries puis dans
les services, quittant ainsi le milieu rura...
Tableau 2: Nombre de mariages internationaux 1991-200817
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
1991 416 872 411 770 98.8% 5 ...
Le début des années 1990 a donc marqué un tournant dans la conception
du mariage international en Corée dans la mesure où ...
conditions prévues par le visa. La manière la plus simple d’entrer en Corée pour
une femme Joseonjok était donc de se mari...
Le nombre d’intermédiaires entre l’homme et sa future épouse varie selon
les agences matrimoniales, pourtant un modèle de ...
Hyunmee20
, les célibataires âgés de 35 à 50 ans et travaillant dans les domaines de
la pêche et de l’agriculture peuvent ...
Pays 1991 1996 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Nombre 106 9271 3566 6977 7023 13 347 18489 20582 14566 14 484...
mesure où, dans la majorité des cas, les époux envoient chaque mois une petite
pension à la famille de leur femme. La seco...
Cette seconde partie traite donc du niveau d’intégration des conjoints
étrangers, et plus spécifiquement de celui des femm...
plusieurs mois sans se voir, le temps que les démarches administratives
nécessaires à l’entrée de l’épouse étrangère sur l...
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Pas d'éducation / Ecole
primaire
650 9.4% 11 8.2% 17 2.5% 59 11.8%
Collège / ...
leur arrivée en Corée, elles ne maîtrisent pas suffisamment la langue à leur arrivée
dans le pays et leur mari n’a général...
Dans certains cas, un autre facteur vient compliquer les relations entre les
deux époux. Il s’agit de la présence des pare...
intégrante de la vie des Coréens on trouve la famille, l’école et l’entreprise, entre
autres. Au dessus de tous ces cercle...
Tableau 7: Niveau d'éducation des femmes selon leur pays d'origine35
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Pas d'éd...
Tableau 8: Emploi des épouses étrangères selon leur pays d'origine36
.
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre...
personnes et son intégration sera facilitée dans la mesure où elle appartiendra à un
cercle. Cependant ces comportements v...
Tableau 9: Pourcentage d’utilisation des programmes de soutien aux couples
internationaux38
Oui Non Oui Non Oui Non
Assist...
déclarent avoir connu cette expérience, les épouses non-Joseonjok étant les plus
touchées.
La raison principale à cette ma...
arrivées en Corée par mariage arrangé, les Chinoises, notamment Joseonjok, sont
celles qui s’intègrent le plus facilement ...
Enjeux liés à la bonne intégration des épouses étrangères.
Avant toute chose, il convient de rappeler que la raison de cet...
Tableau 10: Pourcentage de cas d'avortement40
Chinoises
d'origine
coréenne
Autres
étrangères
Chinoises
d'origine
coréenne
...
Tableau 11: Raisons de l'avortement41
Chinoises
d'origine
coréenne
Autres
étrangères
Chinoises
d'origine
coréenne
Autres
é...
associations en Corée que dans les pays d’origine des épouses, comme le Vietnam
et le Cambodge. Le mauvais traitement des ...
vigueur et un nouveau ministère, le Ministry of Gender Equality and Family
(MGEF) a été créé. Ce ministère a pour rôle de ...
prévu que des changements soient apportés dans les livres scolaires quant aux
contenus qui impliquent une certaine discrim...
traiter sa femme et de mener à bien la vie de couple. Ces formations sont gratuites
et souvent obligatoires pour les homme...
l’accès des épouses étrangères lorsqu’elles ne maîtrisent pas la langue ou que leur
mari n’est pas assez informé. Le blog ...
ses parents. Son arrivée fut très remarquée et il profita de son statut pour soulever
la question de l’intégration des enf...
Conclusion
Phénomène relativement récent en Corée, le mariage international s’est
fortement développé à partir des années ...
Corée s’ouvre, les Coréens voyagent, les étrangers sont de plus en plus nombreux
à venir étudier ou travailler en Corée, a...
Annexes
Publicités d’agence matrimoniale
Publicité vantant les qualités des épouses Vietnamiennes : leur ressemblance avec...
Campagne gouvernementale pour l’intégration des épouses étrangères
Publicité montrant l’intégration des épouses étrangères...
Extrait de la note de synthèse publiée par l’ambassade de France en Corée.
L’original de la note de synthèse ainsi que la ...
Bibliographie
EPSTEIN Stephen, "The Brides(s) From Hanoi: South Korean Popular Culture,
Vietnam and "Asia" in the New Mill...
SEOL Donghoon, "Foreign Wives’ Life in Korea:Focusing on the Policy of
Welfare and Health", 2005
SEOL Donghoon, "Women Mar...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les mariages internationaux en corée du sud

1 555 vues

Publié le

Etude sur l'historique des mariages internationaux, leurs caractéristiques, et l'intégration des conjoints étrangers.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 555
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les mariages internationaux en corée du sud

  1. 1. Les mariages internationaux en Corée du Sud. Albane Léonard Directeur de mémoire : Mme Chabal Co-directeur de mémoire : Mme Travert Pôle International de Management, Master 1 Master Management International, parcours Echanges internationaux, option Echanges avec l’Asie Faculté des Affaires Internationales, Université du Havre 2011
  2. 2. Table des matières Index des tableaux.............................................................................................................3 Avant propos......................................................................................................................4 Introduction.......................................................................................................................6 Historique du mariage international en Corée du Sud.......................................................8 De 1953 au début des années 1990, les prémices du mariage international en Corée..8 La décennie 1990 ou l’apogée du mariage sino-coréen ..............................................12 Les années 2000 et le boom des agences matrimoniales.............................................17 Quel degré d’intégration pour les épouses étrangères ?.................................................21 Couple binational, couple en danger ?.........................................................................22 La difficile intégration à la société coréenne................................................................26 Le rapport aux institutions et aux services qu’elles proposent....................................30 Enjeux et solutions pour une meilleure intégration.........................................................33 Enjeux liés à la bonne intégration des épouses étrangères..........................................34 Les réponses gouvernementales aux problèmes d’intégration....................................37 Les initiatives individuelles à destination des familles internationales........................40 Conclusion .......................................................................................................................43 Annexes .........................................................................................................................................45 Bibliographie ...................................................................................................................48 2
  3. 3. Index des tableaux Tableau 1: Ratio homme/femme selon l'âge et le milieu de résidence............................13 Tableau 2: Nombre de mariages internationaux 1991-2008............................................15 Tableau 3: Evolution du nombre d'épouses étrangères, 1991-2008................................19 Tableau 4: Niveau d'éducation des hommes selon le pays d'origine de leur femme.......23 Tableau 5: Age des femmes selon leur pays d'origine......................................................25 Tableau 6: Age des hommes selon le pays d'origine de leur épouse................................25 Tableau 7: Niveau d'éducation des femmes selon leur pays d'origine.............................28 Tableau 8: Emploi des épouses étrangères selon leur pays d'origine..............................29 Tableau 9: Pourcentage d’utilisation des programmes de soutien aux couples internationaux..................................................................................................................31 Tableau 10: Pourcentage de cas d'avortement................................................................35 Tableau 11: Raisons de l'avortement...............................................................................36 3
  4. 4. Avant propos Ayant passé un an en Corée, j’ai eu la chance de pouvoir vivre une multitude d’expériences qui ont aiguisé ma curiosité à propos du fonctionnement de la société de ce pays. Parmi toutes ces expériences celle qui m’a le plus marqué a été que pour la première fois de ma vie j’ai été une « étrangère ». J’avais certes été une touriste dans plusieurs pays auparavant, mais cela ne m’avait jamais marqué dans la mesure où c’était une situation temporaire et que je me considérais moi-même comme une touriste. Quand je suis allée en Corée, les choses étaient différentes. J’étais partie seule, avec l’envie de découvrir ce pays qui m’attirait et persuadée que mon intégration ne serait qu’une question de semaines, d’un mois ou deux tout au plus. Une fois sur place, j’ai vite déchanté. Que ce soit à l’université où sur les listes d’élèves seuls mon prénom et la mention « étrangère » étaient inscrits, dans la rue où certaines personnes me montraient du doigt en s’écriant « oh une étrangère », ou même parmi mes camarades pour qui j’étais toujours « l’amie étrangère », j’ai compris que l’étiquette « étrangère » me collait à la peau et qu’il serait difficile de m’en débarrasser. Quand le temps du choix des sujets de mémoire est arrivé, c’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers un sujet traitant de l’intégration des étrangers en Corée. Ce thème étant trop large, je l’ai restreint en choisissant d’étudier le mariage international et l’intégration des conjoints étrangers. Le travail n’a pas été facile dans la mesure où le développement du mariage international est un phénomène récent en Corée. Il y n’y a donc encore que peu de documents – livres, thèses, articles, etc- traitant de ce sujet, et il est difficile de prendre du recul par rapport à ce phénomène. De plus la majorité de ces documents sont rédigés en coréen, ce qui a été le principal problème lors de mes recherches. En effet il existe des rapports ministériels et des études assez complètes sur ce sujet, mais ne maîtrisant pas la langue j’ai souvent été obligée de me contenter d’extraits en anglais, ou d’autres rapports moins étoffés, en anglais eux aussi. 4
  5. 5. Par ailleurs, lorsque j’ai commencé ce travail j’avais dans l’idée d’interviewer quelques couples bi-nationaux, ce qui s’est révélé finalement difficile dans la mesure où ils sont très discrets et que là encore la barrière de la langue existait. J’ai donc renoncé à ce projet et ai préféré utiliser des interviews réalisées par des journalistes ou des professeurs d’université que j’ai trouvées dans différentes publications. Un peu déçue au début par la tournure qu’ont pris mes recherches, j’ai finalement réalisé que cette solution me permettait d’avoir un panel plus élargi et donc plus objectif que ce que j’aurai pu trouver par moi- même. J’ai néanmoins eu l’occasion de discuter avec quelques couples franco- coréens ou américano-coréens, mais cela n’a pas directement aidé à la rédaction de mon mémoire dans la mesure où les couples de ce genre sont extrêmement minoritaires en Corée et que leur expérience diffère radicalement de celle de la majorité des couples bi-nationaux. Enfin je voudrais remercier les personnes qui ont contribué, d’une manière où d’une autre à la réalisation de ce projet, en particulier Mr Yang qui m’a aidé à dans mes recherches dans les publications en coréen. 5
  6. 6. Introduction L’homogénéité ethnique et culturelle, que l’on peut définir comme étant la présence d’une seule ethnie et culture au sein d’un groupe d’individus donné, est une notion chère au peuple Coréen et qui semble encore bien le caractériser aujourd’hui. En effet au premier abord le nombre d’étrangers présents en Corée parait insignifiant et il est encore fréquent de passer plusieurs jours sans apparemment croiser d’étrangers dans les lieux publics. Cependant lorsqu’on s’attarde sur le sujet on s’aperçoit qu’en fait le nombre d’étrangers présents sur le territoire, bien que relativement faible par rapport à celui des autres pays de l’OCDE, est supérieur à ce que l’on pourrait croire. Selon un article du Chosun Ilbo paru en 20071 , la Corée compte maintenant plus d’un million d’étrangers sur son territoire, dont 724 967 présents avec un visa d’une durée supérieure à 90 jours, soit environ 18 fois plus qu’en 1980 où ils n’étaient que 40 519. Cela montre donc que le pays tend à s’ouvrir de manière constante sur l’extérieur en accueillant sur son territoire des personnes de pays et cultures différentes. Cependant cette transformation fulgurante soulève la question de l’intégration des étrangers à la population coréenne, accepter les étrangers sur un territoire est une chose, les intégrer à la population originelle en est une autre. Ce problème étant assez large du fait de la variété des raisons de migration et des circonstances de celle-ci, il était nécessaire de se concentrer sur une catégorie de migrants précise. En effet, il est difficile d’étudier de la même manière l’intégration d’un soldat américain et celle d’un ouvrier pakistanais, dans la mesure où ils ne sont pas du tout confrontés aux mêmes situations dans leur vie quotidienne et qu’ils n’ont pas non plus le même degré d’interaction avec les Coréens. Ce mémoire est donc centré sur la question du mariage international et de la place qui est accordée au conjoint étranger au sein de la famille et plus généralement de la société coréenne. Ce choix se justifie dans la mesure où, d’une part, de plus en plus d’étrangers décident de se marier avec un citoyen coréen et 1 http://english.chosun.com/site/data/html_dir/2007/08/27/2007082761012.html 6
  7. 7. de résider en Corée du Sud, et d’autre part, ces couples et leur descendance fragilisent l’homogénéité ethnique et culturelle du pays. L’étude se fonde principalement sur les recherches d’un certain nombre de sociologues coréens et américains dont les publications traitent, généralement, d’un point précis de la question des mariages internationaux en Corée, comme du fonctionnement des agences matrimoniales à portée internationale2 ou de l’implication de l’Etat coréen et des gouvernements locaux dans la formation et le suivi des mariages internationaux3 . Un rapport4 publié en 2010 par le Ministry of Gender Equality and Family (여성가족부) traitant des familles multiculturelles ainsi qu’une étude menée par le professeur Seol5 auprès de 945 familles, en 2005 ont servi de base pour les sources statistiques. La méthode utilisée pour ce mémoire consiste donc à dégager les informations principales de ces différentes publications et à les illustrer grâce à des exemples précis tirés d’articles de journaux, notamment, afin d’évaluer la situation actuelle des conjoints étrangers et de leur famille et d’étudier leurs perspectives d’avenir. Pour cela le mémoire est divisé en trois axes majeurs. Le premier consiste en une description de l’évolution de la nature du mariage international en Corée depuis la fin de la Guerre de Corée, en mettant en avant les raisons, aussi bien politiques qu’économiques et sociales, qui ont entraîné cette évolution. Le second axe est lui consacré aux problèmes liés à cette modification de la nature du mariage international, que les problèmes viennent du conjoint étranger ou coréen. Enfin, le dernier axe souligne les enjeux qui découlent de ces mariages internationaux et de leur mauvaise gestion ainsi que les réponses apportées par les différents gouvernements concernés et les individus eux même. 2 SEOL Donghoon, “International Matchmaking Agencies in Korea and Their Regulation Policies”, Asia Culture Forum 2006 3 LEE Hyekyung, “International Marriage and the State in South Korea” in Citizenship Studies, janvier 2008 4 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책과제, 2010 5 SEOL Donghoon, Foreign Wives’ Life in Korea:Focusing on the Policy of Welfare and Health, 2005 7
  8. 8. Historique du mariage international en Corée du Sud Selon la légende, le roi Kim Suro, fondateur du royaume de Geumgwan Gaya au second siècle après Jésus Christ6 , a pris pour épouse une princesse indienne. Pourtant, pendant les siècles qui ont suivi, on recense très peu de mariages internationaux et il n’y a pas eu de tradition « diplomatique » qui consistait, comme au sein des familles royales européennes, à marier les descendants royaux de deux pays afin de renforcer les liens entre les deux royaumes concernés. A l’exception de quelques mariages d’amour légendaires, comme celui du roi Kim Suro, ou celui du prince Hodong7 , le mariage avec des étrangers n’a pas été populaire en Corée jusqu’à une période récente. On peut expliquer cela par deux raisons principales, la première tenant de la volonté historique du peuple coréen et de son gouvernement de préserver l’homogénéité ethnique et culturelle du pays, et la seconde tenant justement du fait qu’à part quelques cas bien spécifiques, la majorité des unions entre un étranger et un Coréen ont eu lieu en temps de guerre, quand le pays était envahi, ce qui ne véhicule pas une image positive du mariage international. Les choses ont commencé à changer à partir de la fin de la guerre de Corée. On distingue donc trois périodes, la première allant de la fin de la guerre jusqu’au début des années 1990, la seconde couvrant les années 1990 et enfin la troisième commençant au début des années 2000 jusqu’à aujourd’hui. De 1953 au début des années 1990, les prémices du mariage international en Corée La première période étudiée débute donc avec la fin de la guerre de Corée et le mariage entre soldats américains et femmes coréennes. Au sortir de la guerre 6 Encyclopédie Nate : http://100.nate.com/dicsearch/pentry.html?s=B&i=119393&=42 7 Le prince Hodong était le fils du roi Deamushin de Koguryo au 1er siècle après JC. Lors d’un voyage dans le pays voisin de Nangnang, ennemi de Koguryo, il tomba amoureux de la princesse et se maria. Quelques années après son père lui demanda d’organiser avec l’aide de sa femme le sabotage du tambour magique qui servait à prévenir Nangnang des attaques ennemies, ce qu’il fit. Lorsque le roi de Nangnang s’aperçu de la trahison il tua sa fille, mais cela n’empêcha pas la victoire de Koguryo. 8
  9. 9. les troupes américaines ne sont pas toutes retournées aux États-Unis. Au contraire, elles se sont installées dans différentes bases aux quatre coins du pays, participant à la reconstruction et à la formation de l’armée nationale coréenne. Bien que rejetées par une certaine partie de la population aux sentiments nationalistes, les bases américaines ont attiré les Coréens dans la mesure où elles proposaient du travail, chose non négligeable dans un pays qui, en 1953, était totalement détruit et avait un niveau de développement comparable à celui de l’Ethiopie. C’est cet aspect de la présence américaine qui a permis le rapprochement entre les soldats et leurs futures épouses. En effet, comme l’explique le professeur Shin dans un article de l’International Journal of Korean studies 8 , beaucoup de femmes se sont soudainement retrouvées seules ou responsables du soutien financier de la famille, puisque beaucoup d’hommes –traditionnellement responsables- étaient morts, mutilés ou portés disparus à cause de la guerre. La présence des bases américaines a donc facilité l’accès au travail d’un grand nombre de femmes issues de milieux ruraux ou ouvriers. En effet, non seulement les bases américaines offraient du travail aux femmes coréennes, mais les soldats américains étant à l’époque plus riches que le reste de la population coréenne, une sorte de synergie se créait autour des bases facilitant ainsi le développement des petits commerces, notamment des bars et des restaurants, à proximité des quartiers américains. Bien que peu payés, ces emplois offraient de nombreux avantages, notamment le fait d’avoir accès au dollar et à des produits détaxés, entre autres choses. Cependant ces emplois étaient extrêmement mal vus par le reste de la population. Le statut social d’une travailleuse de « GI towns » était plus ou moins égal à celui d’un esclave. Cela s’explique par deux raisons. La première est que traditionnellement une femme doit limiter au maximum ses contacts avec les individus de sexe masculin, membres de la famille exceptés, or dans le cas des travailleuses des « GI towns » le contact avec des hommes, étrangers, était permanent. La seconde raison est que parallèlement au commerce traditionnel, le 8 SHIN Euihang, "Effects of the Korean War on Social Structures of the Republic of Korea", in International Journal of Korean studies, Spring/Summer 2001, p144 9
  10. 10. commerce du sexe s’est développé autour des bases américaines, causant donc un phénomène d’assimilation : les jeunes femmes travaillant autour de la base avaient, aux yeux des autres habitants, aussi peu de vertu que les prostituées, et ce quelque soit leur véritable emploi. Ces deux raisons ont eu pour effet d’apporter le déshonneur sur la famille quand il y en avait une, et de réduire les chances pour ces femmes de trouver un mari. Tout cela combiné fait que les soldats américains sont devenus pour ces femmes coréennes esseulées et plus ou moins déshonorées un moyen de se marier, de construire une famille, et d’échapper à la pauvreté puisque les soldats américains rentraient au pays une fois leur service terminé. Du côté des soldats américains, beaucoup ont d’abord vu les Coréennes comme des compagnes temporaires, des partenaires sexuelles. Cependant il s’est avéré pour un certain nombre de soldats américains non mariés qu’elles pourraient faire de bonnes épouses. En effet elles ne posaient pas beaucoup de questions à propos de la famille de soldats, et étaient, du fait de leur éducation très confucéenne, dociles. Le mariage entre Coréennes et soldats américains est donc devenu assez répandu. Entre 1941 et 1980, 45 551 femmes coréennes ont été admises sur le territoire américain en tant qu’épouse de citoyen des États-Unis9 . Cette pratique a continué après les années 1980 et on estime à environ un millier le nombre de mariages entre Coréennes et soldats américains10 célébrés chaque année. Cependant les couples quittent généralement la Corée assez rapidement, à la fin du service du mari. Les mariages entre soldats américains et femmes coréennes ont donc été les premiers mariages internationaux signifiants en Corée du Sud, cependant, il est difficile d’évaluer leur impact sur la société coréenne ainsi que le niveau d’intégration du conjoint étranger dans la mesure où les couples ne vivent pas, dans leur majorité, sur le territoire coréen. A partir des années 1980 c’est un autre type de mariages internationaux qui s’est développé, cependant cette fois ci les unions ne se sont pas faites 9 SHIN Euihang, "Effects of the Korean War on Social Structures of the Republic of Korea", in International Journal of Korean studies, Spring/Summer 2001, p147 10 Ibid, p50 10
  11. 11. spontanément comme cela est le cas pour les mariages entre Coréennes et soldats américains. Au contraire, les mariages des années 1980 ont été l’initiative d’un homme, Moon Sunmyung, le chef de l’Église de l’Unification. L’Église de l’Unification est un mouvement religieux fondé en 1954 en Corée du Sud par le révérend Moon Sunmyung. Le mouvement s’est rapidement développé en Corée du Sud, puis à l’étranger, notamment au Japon et aux États- Unis grâce à l’envoi de missionnaires. Parmi les préceptes prêchés par le révérend, l’amour interracial et le pardon des erreurs du passé11 ont conduit à la deuxième vague de mariages internationaux en Corée du Sud. En effet, à partir des années 1980 le révérend Moon, déjà connu pour ses célébrations de mariage en masse, commença à organiser la rencontre, par l’intermédiaire de l’Église, de Japonais et Coréens par à des fins matrimoniales. Le point culminant de ce projet est le mariage de masse en 1988 de 2500 couples nippo-coréens à Séoul. Dans la majorité des cas les couples sont composés d’un homme coréen et d’une femme japonaise, tous les deux de niveau social et d’âge équivalents. Le but officiel de l’opération est de promouvoir la paix entre deux pays au passé conflictuel et douloureux. Selon un site consacré au révérend Moon12 , Le Japon et la Corée ont un long et douloureux passé de nations ennemies et ces couples ont ouvert la voie à une nouvelle manière de résoudre un conflit vieux comme le temps en gagnant le cœur de chacun d’entre eux, de leurs beaux parents et de leur famille étendue, en étant des modèles pour l’avenir d’un monde en paix. Ce modèle de mariage à des fins idéologiques a connu son apogée dans les années 1980 et s’est étendu à d’autres pays, principalement à la Thaïlande et aux Philippines dans les années 2000. Cependant leur nombre reste relativement limité dans la mesure où ce type de mariage ne concerne qu’un groupe religieux précis et minoritaire, aussi bien en Corée qu’au Japon. Pendant les quarante années qui suivirent la Guerre de Corée, le pays a donc connu l’apparition d’un nouveau type de mariage unissant un citoyen coréen à un citoyen étranger. Pourtant, du fait de leur nombre limité et du manque 11 http://www.reverendsunmyungmoon.org/works_family.html 12 Ibid 11
  12. 12. d’information sur le sujet, il est difficile d’étudier en profondeur l’intégration des étrangers et les conséquences pour le pays. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que le phénomène va se généraliser et devenir une préoccupation gouvernementale. La décennie 1990 ou l’apogée du mariage sino-coréen A partir du début des années 1990 un problème social de taille a commencé à se faire sentir dans une société où le mariage est une étape déterminante de la vie d’un individu : de nombreux jeunes hommes des milieux ruraux n’arrivaient plus à trouver de femmes pour se marier. En effet, dans certaines zones rurales on compte en 1990 plus de 187 hommes pour 100 femmes pour la classe d’âge 20-24 ans, pour les classes d’âges suivantes, le ratio homme/femme est certes moins élevé, mais toujours supérieur au taux naturel (voir Tableau 1). 12
  13. 13. Tableau 1: Ratio homme/femme selon l'âge et le milieu de résidence1314 . Eup Myeon 1960 106.50 100.49 101.63 110.23 1970 106.06 92.81 104.94 125.80 1980 104.12 89.49 109.72 151.61 1990 109.15 96.55 124.37 187.70 2000 111.44 105.84 122.66 161.82 1960 92.00 83.10 87.47 97.31 1970 99.04 99.63 93.04 99.57 1980 99.98 98.00 97.87 108.05 1990 99.46 96.49 99.23 123.15 2000 100.87 98.46 98.61 130.72 1960 87.68 85.96 85.12 89.05 1970 102.25 109.05 100.82 95.70 1980 105.53 105.79 106.15 104.44 1990 103.77 102.70 107.09 109.43 2000 102.13 100.61 102.80 117.60 1960 94.29 99.54 93.50 91.72 1970 97.44 103.77 98.59 91.86 1980 102.83 107.34 103.66 92.40 1990 106.13 105.72 111.55 105.60 2000 102.32 100.16 112.65 114.21 Age 20-24 Age 25-29 Age 34-39 Age 30-34 Rural Age Année Total Urbain Ce phénomène n’est pas nouveau, mais il est en constante aggravation par rapport aux décennies précédentes pour trois raisons. La première est que le déficit d’hommes causé par la guerre de Corée s’est résorbé. Ensuite, les couples coréens ont traditionnellement préféré avoir des garçons car ils restent avec la famille une fois mariés, ce qui n’est pas le cas de la fille qui va avec sa belle famille. Cette remarque est d’autant plus vraie dans les familles d’agriculteurs où le travail de la terre est considéré comme un travail d’homme. De plus les avancées de la médecine ont permis aux familles de connaître le sexe de l’enfant avant la naissance, engendrant des avortements sélectifs, ce qui a creusé le déficit de femmes. Enfin la dernière raison est d’ordre économique, le travail se faisant rare dans les campagnes, beaucoup de jeunes femmes ont profité du 13 SEOL Donghoon, "Women Marriage Immigrants in Korea: Immigration Process and Adaptation", 2005, p36 14 Eup : Villages ruraux, Myeon : Petites villes 13
  14. 14. développement économique pour trouver du travail dans les industries puis dans les services, quittant ainsi le milieu rural et se mariant en ville. Pour résoudre ce problème le gouvernement lança une politique d’ouverture, la « Getting Rural Bachelors Married »15 qui consistait à encourager – par des aides financières notamment- le mariage des célibataires de campagne avec des jeunes femmes étrangères. Cette politique a pris toute son ampleur à partir de 1992 quand le gouvernement coréen rétablit officiellement les relations diplomatiques avec la Chine. Le nombre mariages entre femmes chinoises et hommes coréens passa alors de 106 en 1991 à 9 271 en 1996, soit une augmentation de plus de 8600% en cinq ans16 . De ce fait, le schéma de base du mariage international en Corée changea, le nombre de couples homme coréen / femme étrangère mariés en 1995 étant de 10 365 contre 3 129 mariages entre femme coréenne et homme étranger. Ce nouveau schéma s’est installé durablement dans les années qui ont suivi et, depuis 1995, chaque année on célèbre environ trois fois plus de mariages Coréen/étrangère que de mariages Corénne/étranger (Tableau 2). 15 KIM Hyunmee, "The State and Migrant Women: Diverging Hopes in the Making of "Multicultural Families" in Contemporary Korea", 2007, p101 16 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책과제, 2010, p62 14
  15. 15. Tableau 2: Nombre de mariages internationaux 1991-200817 Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % 1991 416 872 411 770 98.8% 5 102 1.2% 0 663 13.0% 4 439 87.0% 1992 419 774 414 240 98.7% 5 534 1.3% 2 057 37.2% 3 477 62.8% 1993 402 593 396 048 98.4% 6 545 1.6% 3 109 47.5% 3 436 52.5% 1994 393 121 386 505 98.3% 6 616 1.7% 3 072 46.4% 3 544 53.6% 1995 398 484 384 990 96.6% 13 494 3.4% 10 365 76.8% 3 129 23.2% 1996 434 911 418 965 96.3% 15 946 3.7% 12 647 79.3% 3 229 20.2% 1997 388 591 376 143 96.8% 12 448 3.2% 9 266 74.4% 3 182 25.6% 1998 375 616 363 428 96.8% 12 188 3.2% 8 054 66.1% 4 134 33.9% 1999 362 673 352 103 97.1% 10 570 2.9% 5 775 54.6% 4 795 45.4% 2000 332 090 320 485 96.5% 11 605 3.5% 6 945 59.8% 4 660 40.2% 2001 318 407 303 884 95.4% 14 523 4.6% 9 684 66.7% 4 839 33.3% 2002 304 877 289 675 95.0% 15 202 5.0% 10 698 70.4% 4 504 29.6% 2003 302 503 277 727 91.8% 24 776 8.2% 18 751 75.7% 6 025 24.3% 2004 308 598 273 958 88.8% 34 640 11.2% 25 105 72.5% 9 535 27.5% 2005 314 304 271 948 86.5% 42 356 13.5% 30 719 72.5% 11 637 27.5% 2006 330 634 291 875 88.3% 38 759 11.7% 29 665 76.5% 9 094 23.5% 2007 343 559 305 999 89.1% 37 560 10.9% 28 580 76.1% 8 980 23.9% 2008 327 715 291 511 89.0% 36 204 11.0% 28 163 77.8% 8 041 22.2% Epoux étrangers Nombre total de mariages Année Mariages coréens Mariages binationaux Epouses étrangères 17 Ibid, p33-34 15
  16. 16. Le début des années 1990 a donc marqué un tournant dans la conception du mariage international en Corée dans la mesure où il devenait accessible aux hommes et où il était encouragé par le gouvernement. En ce qui concerne la nationalité des épouses, le choix s’est imposé naturellement. En effet afin de préserver l’homogénéité ethnique et culturelle du pays et de la famille, beaucoup d’hommes ont choisi de se marier à des Chinoises et principalement des Chinoises d’origine coréenne, les Joseonjok. Pour un Coréen, se marier à une Chinoise d’origine coréenne présentait trois avantages notables. D’abord dans beaucoup de cas la rencontre peut se faire par l’intermédiaire des réseaux familiaux et d’amis, en effet la majorité des Coréens ayant immigrés en Chine a gardé des liens très forts avec leur famille en Corée, ce qui facilite le rapprochement des célibataires des deux pays. De plus, la vie de couple est facilitée par le fait que beaucoup de Joseonjok maitrisent la langue coréenne et ont reçu une éducation coréenne. Les problèmes de la barrière linguistique et des incompréhensions d’origine culturelle ne se posent donc plus. Enfin, en ce qui concerne l’intégration au reste de la société, elle est également plus facile dans le cas d’un mariage avec une Joseonjok. Puisqu'elles sont physiquement très ressemblantes aux Coréennes, les discriminations dues à la différence physique sont limitées, aussi bien pour le couple que pour sa descendance. Les motivations des femmes étaient plutôt d’ordre économique. Les Chinoises d’origine coréenne se mariant à des Coréens venaient en général de milieux modestes et un mariage en Corée était vu comme une bonne opportunité d’améliorer leurs conditions de vie. Un autre élément qui a joué un rôle d’accélérateur du nombre de mariages entre Joseonjok et Coréens est la politique d’immigration du gouvernement. Dans le cadre de la politique visant à marier les hommes des campagnes, la Corée à ouvert ses portes en grand aux mariées Joseonjok, leur offrant même deux « invitations » destinées à faire venir deux membres de leur famille en Corée. En revanche, en ce qui concerne les Joseonjok désireux de venir travailler en Corée, il était très difficile d’obtenir des visa, la Corée fermant ses portes aux travailleurs Joseonjok non-qualifiés en répression de nombreux abus ayant eu lieu dans les années 1980 quand les Joseonjok allaient rendre visite à leur famille et restaient ensuite pour travailler au-delà des 16
  17. 17. conditions prévues par le visa. La manière la plus simple d’entrer en Corée pour une femme Joseonjok était donc de se marier à un Coréen. Cependant, cette situation n’a pas duré. Le gouvernement s’est rapidement aperçu que le mariage n’était souvent qu’un prétexte pour venir en Corée et que beaucoup de femmes quittaient le domicile conjugal une fois indépendantes financièrement. Par ailleurs, il s’est avéré que beaucoup de femmes étaient impliquées dans un trafic des invitations. Au lieu d’en faire profiter leur famille, elles les vendaient en Chine. En conséquence, en 1996, les gouvernements coréen et chinois ont signé un mémorandum complexifiant la procédure du mariage entre Chinoises et Coréens. La conséquence directe de ce mémorandum est une chute du nombre de mariages entre Chinoises et Coréens de 9 271 en 1996 à 3 566 en 200018 . Les années 2000 et le boom des agences matrimoniales. Encouragé par les politiques gouvernementales comme moyen de résoudre un problème social national, le déficit du nombre de femmes dans les campagnes, le mariage international a connu une véritable impulsion dans les années 1990. Sa popularité a continué de croître dans les années 2000 bénéficiant du soudain développement des agences matrimoniales à portée internationale. Les agences matrimoniales ne sont pas un phénomène nouveau en Corée, cependant jusqu’aux années 1990 elles se limitaient aux rencontres nationales. A partir des années 1990 certaines agences ont commencé à s’ouvrir sur les mariages internationaux, principalement avec la Chine. Cependant comme beaucoup de mariages étaient arrangés par l’entourage des célibataires, leur portée était encore restreinte. A partir des années 2000, pour répondre à la demande croissante de femmes étrangères, les agences matrimoniales ont commencé à étendre leurs services à de nouveaux pays, principalement en Asie du Sud-Est et dans d’anciennes républiques soviétiques. 18 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책과제, 2010, p36 17
  18. 18. Le nombre d’intermédiaires entre l’homme et sa future épouse varie selon les agences matrimoniales, pourtant un modèle de base19 se dégage : Homme coréen – Agence matrimoniale en Corée - Agence matrimoniale étrangère locale – Recruteur – Femme étrangère En Corée, l’homme va contacter une agence matrimoniale qu’il va informer de ses préférences en matière de future épouse. Dans le pays cible, des jeunes femmes auront préalablement été recrutées et leur « fiche profil » aura été communiquée à différentes agences matrimoniales locales indépendantes. Les agences matrimoniales coréennes et locales sont en contact et partagent leurs informations afin que l’agence matrimoniale coréenne puisse proposer un certain nombre d’épouses potentielles à ses clients. A l’étranger, les agences matrimoniales qui proposent des mariages avec des Coréens sont souvent de petites structures gérées par des immigrants Coréens. Cela facilite la liaison et évite le recours à des traducteurs indépendants. En ce qui concerne le processus de rencontre à proprement parler, une fois inscrit à l’agence matrimoniale coréenne l’homme va avoir la possibilité d’effectuer un voyage dans le pays qu’il aura choisi, afin de trouver une femme. Le voyage dure quelques jours pendant lesquels l’homme va rencontrer un rencontrer un certain nombre de femmes, faire son choix, rencontrer les parents de sa future femme et finalement se marier. L’étape du mariage est indispensable pour pouvoir faire venir la femme en Corée. Le mari repart seul en Corée où il doit effectuer les formalités nécessaire à l’obtention d’un visa pour sa femme. Cela dure en général trois mois pendant lesquels la femme reste dans son pays et apprend le coréen. Ce système de rencontre s’est rapidement popularisé en Corée, notamment du fait que les gouvernements locaux favorisent cette pratique en distribuant des subventions aux célibataires répondant à certains critères. Selon une étude de Kim 19 SEOL Donghoon, “International Matchmaking Agencies in Korea and Their Regulation Policies”, Asia Culture Forum 2006, p3 18
  19. 19. Hyunmee20 , les célibataires âgés de 35 à 50 ans et travaillant dans les domaines de la pêche et de l’agriculture peuvent demander des aides allant de 3 à 8 millions de wons pour trouver une femme à l’étranger. Cette politique de subventions rend donc accessible le mariage international aux célibataires coréens les plus défavorisés. On constatealors (tableau 3) une forte diversification des pays d’origine des épouses à partir du début des années 2000. En effet, si les Chinoises représentaient 72% des épouses étrangères en 2001, en 2008 elles ne représentent plus que 46,3%. Leurs principales concurrentes sont les Vietnamiennes qui commencent à se marier aux Coréens à partir de l’an 2000 et qui en 2008 représentent 29,4 % des nouvelles épouses étrangères. D’autres pays, non- représentés dans les années 1990, fournissent aussi des épouses aux Coréens, rendant le mariage international de plus en plus diversifié. Tableau 3: Evolution du nombre d'épouses étrangères, 1991-200821 20 KIM Hyunmee, "The State and Migrant Women: Diverging Hopes in the Making of "Multicultural Families" in Contemporary Korea", in Korea Journal Hiver 2007, p110 21 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책과제, 2010, p36 19
  20. 20. Pays 1991 1996 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Nombre 106 9271 3566 6977 7023 13 347 18489 20582 14566 14 484 13203 % 16.0% 73.3% 51.3% 72.0% 65.6% 71.2% 73.6% 67.0% 49.1% 50.7% 46.9% Evolution 8646.2% 3264.2% -24.7% 0.7% 90.0% 38.5% 11.3% -29.2% -0.6% -8.8% Nombre 77 134 474 1402 2461 5822 10128 6 610 8282 % 0.0% 0.0% 1.1% 1.4% 4.4% 7.5% 9.8% 19.0% 34.1% 23.1% 29.4% Evolution 74.0% 253.7% 195.8% 75.5% 136.6% 74.0% -34.7% 25.3% Nombre 224 2370 819 701 690 844 809 883 1045 1 206 1162 % 33.8% 18.7% 11.8% 7.2% 6.4% 4.5% 3.2% 2.9% 3.5% 4.2% 4.1% Evolution 958.0% -65.4% -14.4% -1.6% 22.3% -4.1% 9.1% 18.3% 15.4% -3.6% Nombre 1174 502 838 928 947 980 1117 1 497 1857 % 0.0% 0.0% 16.9% 5.2% 7.8% 4.9% 3.8% 3.2% 3.8% 5.2% 6.6% Evolution -57.2% 66.9% 10.7% 2.0% 3.5% 14.0% 34.0% 24.0% Nombre 2 19 72 157 394 1 804 659 % 0.0% 0.0% 0.0% 0.0% 0.0% 0.1% 0.3% 0.5% 1.3% 6.3% 2.3% Evolution 278.9% 118.1% 151.0% 357.9% -63.5% Nombre 64 118 194 320 504 561 594 745 521 % 0.0% 0.0% 0.9% 1.2% 1.8% 1.7% 2.0% 1.8% 2.0% 2.6% 1.8% Evolution 84.4% 64.4% 64.9% 57.5% 11.3% 5.9% 25.4% -30.1% Nombre 240 182 327 345 324 266 271 524 633 % 0.0% 0.0% 3.5% 1.9% 3.1% 1.8% 1.3% 0.9% 0.9% 1.8% 2.2% Evolution -24.2% 79.7% 5.5% -6.1% -17.9% 1.9% 93.4% 20.8% Nombre 43 66 183 328 247 332 314 351 492 % 0.0% 0.0% 0.6% 0.7% 1.7% 1.7% 1.0% 1.1% 1.1% 1.2% 1.7% Evolution 53.5% 177.3% 79.2% -24.7% 34.4% -5.4% 11.8% 40.2% Nombre 333 1006 962 1002 969 1218 1252 1136 1236 1 359 1354 % 50.2% 8.0% 13.9% 10.3% 9.1% 6.5% 5.0% 3.7% 4.2% 4.8% 4.8% Evolution 202.1% -4.4% 4.2% -3.3% 25.7% 2.8% -9.3% 8.8% 10.0% -0.4% Nombre 663 12 647 6945 9684 10698 18 751 25105 30719 29685 28 580 28163 % 100.0% 100.0% 0.0% 100.0% 100.0% 100.0% 100.0% 100.0% 100.0% 100.0% 100.0% Thailande Ouzbékistan Autre Total Chine Vietnam Japon Philippines Cambodge Mongolie Intéressons nous maintenant aux raisons de la popularité des Vietnamiennes. Lorsqu’ils se marient à des étrangères les Coréens recherchent principalement des femmes obéissantes qui pourraient s’occuper de leurs parents et qui, physiquement, ressemblent à des Coréennes22 . Venant d’un pays où l’empreinte confucéenne est assez forte, les Vietnamiennes font donc partie des favorites des célibataires coréens, qui croient « acheter des femmes jeunes et obéissantes »23 . Du côté des Vietnamiennes, si le mariage avec des hommes coréens est intéressant, c’est pour deux raisons. La première est d’ordre économique, le Vietnam étant un pays économiquement moins développé que la Corée, on trouve beaucoup de candidates au mariage international dans les milieux ruraux ou dans les quartiers urbains défavorisés. C’est un moyen d’améliorer ses conditions de vies, mais aussi celles du reste de la famille dans la 22 LEE Hyekyung, "Family Migration Issues in North-East Asia", IOM 2010 World Migration Report, p9 23 KIM Kyounghee, "Change and Challenge of Korean Family in the Era of Globalization: Centering Transnational Families",2005, p177 20
  21. 21. mesure où, dans la majorité des cas, les époux envoient chaque mois une petite pension à la famille de leur femme. La seconde raison est, elle, d’ordre culturel. Ces dernières années la culture populaire coréenne –séries télévisées, films, musique- est devenue extrêmement populaire en Asie et particulièrement au Vietnam. Cela a permis de véhiculer auprès des jeunes filles une image très positive de la Corée, et des hommes coréens. Une jeune vietnamienne, sur le point de se marier à un Coréen, disait en 2007 au New York Times24 : « Pour être honnête, je ne sais pas grand-chose à propos de la Corée à part ce que j’ai vu à la télévision […] Mais les paysages coréens sont beaux. Les hommes coréens paraissent sophistiqués et tendres. Ils ont l’air d’être responsables et de vivre en harmonie avec les membres de leur famille et leurs collègues. » Le mariage international en Corée du Sud a donc connu des débuts timides des années 1950 aux années 1990 dans la mesure où il était associé à la présence militaire étrangère sur le territoire et à un groupe religieux sectaire. Il s’est ensuite rapidement développé dans les années 1990 et 2000 grâce aux politiques gouvernementales visant à marier les célibataires des campagnes et à l’influence de la « Vague coréenne » dans les pays voisins. Par ailleurs, au-delà de cette vague de mariages entre Coréens et femmes de pays moins avancés économiquement parlant, on trouve aussi en Corée de plus en plus de couples mixtes dont la rencontre s’est faite naturellement grâce à l’ouverture du pays. Tous modes de rencontre confondus, le mariage international représente aujourd’hui plus de 10% des mariages célébrés chaque année en Corée25 . La question de l’intégration du conjoint étranger est donc plus que jamais d’actualité. Quel degré d’intégration pour les épouses étrangères ? 24 http://www.nytimes.com/2007/02/21/world/asia/21iht-brides.4670360.html?pagewanted=3 25 http://coree.aujourdhuilemonde.com/un-mariage-sur-dix-est-international-en-coree 21
  22. 22. Cette seconde partie traite donc du niveau d’intégration des conjoints étrangers, et plus spécifiquement de celui des femmes qui ont immigré pour des raisons matrimoniales. Les autres conjoints, cadres occidentaux et travailleurs d’Asie du sud immigrés entre autres, existent mais sont proportionnellement peu représentatifs et présentent des profils trop différents les uns des autres pour pouvoir en tirer une étude significative au cours de ce mémoire. Cependant beaucoup de problèmes soulevés dans cette partie sont également des problèmes qui touchent ces époux exclus des statistiques. Quelle que soit l’origine du conjoint étranger, le défi de l’intégration se pose à trois niveaux différents. Au sein du couple d’abord et de la famille, où les questions de la communication et de la vie commune sont primordiales. Au sein de la société en général ensuite, où la perception par les autres et l’accès au travail sont autant de points délicats. Et enfin au niveau de l’interaction avec les institutions et les services qu’elles proposent, où la méconnaissance du système est un problème récurrent. Couple binational, couple en danger ? Le premier défi d’intégration pour une jeune épouse étrangère réside dans les relations qu’elle va entretenir avec son époux et avec la famille de celui-ci. En effet, comme cela a été expliqué dans la première partie, la plupart des jeunes épouses ne connaissent que très peu de choses au sujet de leur mari et n’ont pas eu l’occasion de le fréquenter et d’apprendre à le connaître avant le mariage. Au-delà des différences culturelles communes à tous les couples binationaux, la majorité des étrangères mariées à des coréens doit faire face à la découverte du mari et ce alors qu’elles sont dans une position de faiblesse, car loin de chez elles et de leur famille. La découverte du mari est donc une étape décisive dans la construction de ces couples binationaux et dans le processus d’intégration de l’épouse. Cette étape est d’autant plus décisive pour les couples qui se rencontrent par l’intermédiaire des agences matrimoniales, ils n’ont en effet passé que quelques jours ensemble avant le mariage, puis, une fois la cérémonie effectuée, les couples restent 22
  23. 23. plusieurs mois sans se voir, le temps que les démarches administratives nécessaires à l’entrée de l’épouse étrangère sur le territoire coréen soient effectuées. L’arrivée en Corée et dans la maison du mari est souvent loin de ce que s’étaient imaginé les jeunes femmes. En effet, beaucoup d’agences tendent à présenter les hommes coréens comme des hommes attractifs, gentils, ayant une bonne situation financière, de façon à motiver les prétendantes. Cette image est d’autant plus ancrée dans l’esprit des jeunes femmes qu’elle correspond à l’image véhiculée par les séries télévisées coréennes diffusées dans les pays d’Asie. La réalité est tout autre. Dans la majorité des cas, les étrangères - à l’exception des Japonaises qui se marient par l’intermédiaire d’un organisme religieux et dont le mari n’a pas forcément été rejeté par les Coréennes avant de se tourner vers le mariage international - se marient à des Coréens au niveau d’éducation qui dépasse rarement le collège ou le lycée (tableau 4). Or, dans un pays comme la Corée où l’accent est donné sur l’éducation, l’absence de diplôme universitaire empêche d’accéder à des postes à responsabilité ou de rejoindre les grands groupes qui payent le mieux. Selon l’étude du professeur Seol, en 2005 le revenu mensuel moyen des couples binationaux étaient légèrement inférieur à 1 500 000 wons, soit environ 1000 euros26 . Les étrangères épousent donc souvent des hommes peu éduqués qui gagnent plutôt mal leur vie, et se voient contraintes dans plus de 50% des cas27 de vivre avec des revenus inférieurs au revenu minimum nécessaire pour vivre –ce revenu minimum nécessaire pour vivre est évalué officiellement par l’État coréen. Cette situation est loin de celle qui leur avait été décrite par les agences matrimoniales ou autres intermédiaires. Tableau 4: Niveau d'éducation des hommes selon le pays d'origine de leur femme. 26 SEOL Donghoon, "Foreign Wives’ Life in Korea:Focusing on the Policy of Welfare and Health", 2005, p14 27 Ibid, p15 23
  24. 24. Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Pas d'éducation / Ecole primaire 650 9.4% 11 8.2% 17 2.5% 59 11.8% Collège / Lycée 5401 78.5% 96 71.6% 354 51.3% 379 75.6% Université ou supérieur 828 12.0% 27 20.1% 319 46.2% 63 12.6% 2 100.0% Ensemble 6879 100.0% 134 100.0% 690 100.0% 501 100.0% 2 100.0% Pas d'éducation / Ecole primaire 964 6.9% 624 6.3% 6 0.6% 76 6.9% 25 6.5% Collège / Lycée 10719 76.6% 8131 81.9% 327 33.5% 748 68.2% 287 74.7% Université ou supérieur 2318 16.6% 1172 11.8% 643 65.9% 273 24.9% 72 18.8% Ensemble 14001 100.0% 9927 100.0% 976 100.0% 1097 100.0% 384 100.0% Pas d'éducation / Ecole primaire 918 6.5% 279 4.3% 11 1.0% 79 5.4% 103 5.7% Collège / Lycée 10473 74.7% 5411 82.6% 431 37.8% 1015 69.4% 1421 79.3% Université ou supérieur 2636 18.8% 860 13.1% 697 61.2% 368 25.2% 268 15.0% Ensemble 14027 100.0% 6550 100.0% 1139 100.0% 1462 100.0% 1792 100.0% Pas d'éducation / Ecole primaire 801 6.2% 292 3.6% 6 0.5% 89 4.9% 52 8.0% Collège / Lycée 9045 70.4% 6577 81.2% 355 31.9% 1220 66.7% 496 76.2% Université ou supérieur 2997 23.3% 1233 15.2% 752 67.6% 521 28.5% 103 15.8% Ensemble 12843 100.0% 8102 100.0% 1113 100.0% 1830 100.0% 651 100.0% 2001 Chine Vietman Japon Philippines Cambodge 2006 2007 2008 De plus, outre la situation économique et sociale des futurs maris, les agences cachent ou améliorent aussi la personnalité réelle du mari. Loin de l’image de prince charmant que l’on leur a donnée, il s’avère qu’un certain nombre de candidats au mariage international sont des hommes violents, alcooliques, handicapés ou instables28 . Il est difficile pour les jeunes femmes de se rendre compte de ces différents aspects avant de se marier. En effet, lors du processus de rencontre, elles ne choisissent pas l’homme, c’est l’homme qui les choisit parmi un certain nombre d’autres candidates. Elles acceptent ensuite de se marier avec lui, avec pour seules références celles données par l’agence –ou l’intermédiaire- et l’homme lui-même, références qui s’avèrent différentes de la réalité dans 20% des cas, 44% dans le cas des agences matrimoniales29 . Ce n’est donc qu’une fois en Corée qu’elles peuvent faire pleinement connaissance et découvrent les aspects cachés de la personnalité de leur mari. Au-delà du problème de la méconnaissance de leur mari et de sa situation économique, les jeunes épouses étrangères, Joseonjok mises à part, doivent également faire face à la barrière de la langue. En effet, bien que la majorité d’entre elles suive des cours de coréen entre le mariage dans leur pays d’origine et 28 http://www.nytimes.com/2005/06/23/world/asia/23iht-brides.html?_r=1&pagewanted=2 29 SEOL Donghoon, "Foreign Wives’ Life in Korea:Focusing on the Policy of Welfare and Health", 2005, p7 24
  25. 25. leur arrivée en Corée, elles ne maîtrisent pas suffisamment la langue à leur arrivée dans le pays et leur mari n’a généralement aucune connaissance de leur langue maternelle. Cela engendre de graves problèmes de communication quelque soit la personnalité et la situation économique de deux époux. Par ailleurs, la différence d’âge entre les deux époux ne facilite pas la communication. En effet les hommes en moyenne plus âgés que leur femme de 12 ans (chiffres de 2008 tableaux 5 et 6). Ce chiffre change selon l’origine de l’épouse et pour les Cambodgiennes par exemple, plus de 18 ans séparent les deux époux. Cette grande différence d’âge en faveur de l’époux place la femme dans une situation d’infériorité dans la mesure où culturellement les plus jeunes doivent respect et obéissance aux plus âgés. Dans les cas où le mari est conservateur, ce qui est fréquent en Corée chez les hommes d’une quarantaine d’années et peu éduqués, l’échange entre les deux parties est donc rendu difficile et la volonté de l’homme s’impose sur celle de la femme. Tableau 5: Age des femmes selon leur pays d'origine30 . Pays d'origine 2001 2006 2007 2008 Chine 31,5 34,2 33,3 32,5 Vietnam 26,0 21,4 22,2 22,2 Japon 30,1 31,7 32,2 32,3 Philippines 27,7 24,5 24,5 24,1 Cambodge 21,5 20,9 21,6 21,8 Ensemble 31,0 28,8 29,1 28,2 Tableau 6: Age des hommes selon le pays d'origine de leur épouse31 . Pays d'origine de l'épouse 1991 1996 2001 2006 2007 2008 Chine 30,99 37,82 39,73 42,46 42,32 41,67 Vietnam - - 36,65 39,14 39,25 39,44 Japon 31,29 32,60 32,53 32,66 33,17 33,11 Philippines - - 35,41 38,85 39,25 38,93 Cambodge - - 35,00 39,30 40,10 40,40 Ensemble 31 37 38,82 40,66 40,76 40,31 30 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책과제, 2010, p40 31 Ibid, p49 25
  26. 26. Dans certains cas, un autre facteur vient compliquer les relations entre les deux époux. Il s’agit de la présence des parents du mari dans le domicile conjugal. En effet, parmi les hommes mariés à des femmes étrangères, beaucoup -14% dans les zones urbaines et 45% dans les zones rurales32 - vivent au quotidien avec leurs parents. Dans la majorité des cas, il incombe à l’épouse de s’occuper de ses beaux-parents, beaux-parents qui la traitent souvent plus comme une domestique que comme un membre de la famille du fait de ses origines étrangères, de ses difficultés à maîtriser le coréen et de son jeune âge –une femme de 40 ans, même mère de plusieurs enfants, est considérée comme jeune par ses beaux parents, et donc leur devant respect et obéissance . L’adaptation à la vie conjugale et à la vie au sein de la belle famille est donc difficile pour les femmes étrangères mariées à des coréens. En effet, sur tous les plans évoqués précédemment elles sont en position de faiblesse, notamment du fait de la méconnaissance de la situation du mari avant le mariage et de la langue, mais aussi du fait de leur âge et de leur statut d’étrangère. Ces difficultés sont pour certains couples insurmontables, comme l’attestent de nombreux cas de divorces (11 692 en 200933 ). Aux cas de divorces s’ajoutent les fugues des épouses qui quittent leurs maris, de fréquentes tentatives de suicide, et plus récemment la tentative de meurtre dont a fait l’objet la mère d’un homme marié à une jeune Vietnamienne. Malgré cela, environ 57% des épouses étrangères se déclarent satisfaites de leur situation34 . La difficile intégration à la société coréenne. La société Coréenne est une société encore très attachées aux valeurs traditionnelles et notamment à la notion de communauté. Chaque Coréen appartient à différents cercles de tailles différentes, mais tous très solides et où la solidarité entre membres est primordiale. Parmi ces cercles qui font partie 32 LEE Hyekyung, “International Marriage and the State in South Korea” in Citizenship Studies, janvier 2008, p8 33 http://www.koreatimes.co.kr/www/news/nation/2011/01/117_80051.html 34 http://www.koreaherald.com/national/Detail.jsp?newsMLId=20100318000135 26
  27. 27. intégrante de la vie des Coréens on trouve la famille, l’école et l’entreprise, entre autres. Au dessus de tous ces cercles, celui commun à tous les Coréens, le pays, « notre pays » comme ils l’appellent communément. S’il est possible d’avoir des amis hors de son cercle, il est en revanche quasiment impossible de s’intégrer à un cercle quand on ne partage pas les mêmes caractéristiques que les membres (par exemple avoir étudié à telle ou telle université). A fortiori, pour les épouses étrangères, s’intégrer à la communauté Coréenne est donc extrêmement délicat. Les barrières à l’intégration sont nombres pour les épouses étrangères d’origine non coréenne. La première est la différence physique, facteur de discriminations au quotidien et frein à l’intégration dans la mesure où il est évident que la personne n’appartient pas au même cercle. Par exemple à l’école les mères étrangères auront plus de risques d’être maintenues à l’écart du groupe des autres mères qu’une mère coréenne. De plus les Coréens tendent à assumer que les étrangers ne parlent pas leur langue, ainsi, beaucoup d’entre eux n’iront pas vers la personne étrangère, non pas par volonté délibérée de laisser cette personne à l’écart, mais plutôt par peur de se trouver dans une situation embarrassante du fait de problèmes de communication liés à la langue. Ce phénomène est renforcé dans la mesure où, effectivement, pour les femmes non-Joseonjok, le problème de la langue est important, surtout dans les premiers mois, voire premières années après leur arrivée. En effet la majorité de ces femmes ont arrêté leurs études avant l’université –en 2008 84% des Chinoises, 96,2% des Vietnamiennes et 54,5% des Philippines (tableau 7) – et à l’exception des Joseonjok qui parlent coréen et de certaines Philippines qui parlent anglais, beaucoup ne parlent que leur langue maternelle, rendant ainsi la communication difficile avec les Coréens qu’elles côtoient au quotidien. 27
  28. 28. Tableau 7: Niveau d'éducation des femmes selon leur pays d'origine35 Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Pas d'éducation / Ecole primaire 472 6.9% 0.0% 7 1.0% 4 0.8% Collège / Lycée 5784 84.6% 102 79.1% 330 48.0% 208 42.1% Université ou supérieur 582 8.5% 27 20.9% 351 51.0% 282 57.1% 2 100.0% Ensemble 6838 100.0% 129 100.0% 688 100.0% 494 100.0% 2 100.0% Pas d'éducation / Ecole primaire 878 6.4% 431 4.5% 3 0.3% 18 1.7% 29 7.8% Collège / Lycée 11396 83.7% 8976 93.0% 324 33.7% 617 57.2% 335 89.6% Université ou supérieur 1342 9.9% 248 2.6% 635 66.0% 444 41.1% 10 2.7% Ensemble 13616 100.0% 9655 100.0% 962 100.0% 1079 100.0% 374 100.0% Pas d'éducation / Ecole primaire 811 6.0% 226 3.6% 7 0.6% 26 1.8% 111 6.4% Collège / Lycée 11254 83.1% 5952 93.7% 407 36.3% 854 59.7% 1602 92.2% Université ou supérieur 1476 10.9% 172 2.7% 706 63.0% 550 38.5% 25 1.4% Ensemble 13541 100.0% 6350 100.0% 1120 100.0% 1430 100.0% 1738 100.0% Pas d'éducation / Ecole primaire 741 6.0% 264 3.4% 0.0% 13 0.7% 39 6.4% Collège / Lycée 9672 78.5% 7167 92.8% 325 29.6% 951 53.8% 560 91.4% Université ou supérieur 1914 15.5% 294 3.8% 774 70.4% 805 45.5% 14 2.3% Ensemble 12327 100.0% 7725 100.0% 1099 100.0% 1769 100.0% 613 100.0% 2008 Chine Philippines Cambodge 2001 2006 2007 Vietman Japon Enfin, la majorité des épouses d’origine étrangère a un contact limité avec le monde extérieur. Dans beaucoup de cas les épouses étrangères ont été choisies pour s’occuper de la maison, des parents, et fournir une progéniture à leurs époux. Elles sont donc majoritairement cantonnées aux activités d’intérieur, et même si le taux d’emploi évolue positivement depuis 2001, la majorité d’entre elles (environ 78% des mariées de 2008) ne travaille pas. Cette tendance est notamment remarquable chez les Vietnamiennes et les Philippines qui présentent respectivement des taux d’inactivité de 85,4% et 81,9% en 2008 (tableau 8). En revanche les Japonaises, qui elles ont un niveau d’éducation plus élevé (tableau 7) sont elles plus indépendantes –environ 48% d’entre elles travaillent en 2008. Les Chinoises ont, elles aussi, plus de facilité à s’intégrer par le travail car elles bénéficient du soutient de leurs pairs qui forment une communauté assez soudée. 35 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책과제, 2010, p41-42 28
  29. 29. Tableau 8: Emploi des épouses étrangères selon leur pays d'origine36 . Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Cadre 90 1.3% 7 5.5% 48 7.1% 17 3.4% 0.0% 162 2.0% Employée de bureau 209 3.1% 5 3.9% 99 14.7% 19 3.8% 0.0% 332 4.1% Vente / services 135 2.0% 5 3.9% 40 5.9% 12 2.4% 0.0% 192 2.4% Agriculture/pêche 77 1.1% 3 2.3% 3 0.4% 6 1.2% 0.0% 89 1.1% Ouvrière 24 0.4% 8 6.3% 2 0.3% 5 1.0% 0.0% 39 0.5% Travail manuel simple 21 0.3% 7 5.5% 2 0.3% 3 0.6% 0.0% 33 0.4% Inactif 6167 91.7% 93 72.7% 481 71.3% 433 87.5% 2 100.0% 7176 89.4% Ensemble 6723 100.0% 128 100.0% 675 100.0% 495 100.0% 2 100.0% 8023 100.0% Cadre 194 1.5% 7 0.1% 82 8.7% 40 3.8% 3 0.8% 326 1.3% Employée de bureau 832 6.3% 187 2.0% 192 20.4% 76 7.3% 15 4.0% 1302 5.2% Vente / services 678 5.1% 90 0.9% 67 7.1% 29 2.8% 45 12.0% 909 3.6% Agriculture/pêche 214 1.6% 981 10.3% 1 0.1% 9 0.9% 99 26.4% 1304 5.2% Ouvrière 101 0.8% 43 0.5% 8 0.9% 12 1.2% 4 1.1% 168 0.7% Travail manuel simple 140 1.1% 34 0.4% 3 0.3% 12 1.2% 7 1.9% 196 0.8% Inactif 11146 83.8% 8184 85.9% 588 62.5% 862 82.9% 202 53.9% 20982 83.3% Ensemble 13305 100.0% 9526 100.0% 941 100.0% 1040 100.0% 375 100.0% 25187 100.0% Cadre 252 1.9% 27 0.4% 93 8.6% 54 3.9% 3 0.2% 429 1.8% Employée de bureau 1022 7.8% 167 2.7% 244 22.6% 99 7.2% 33 1.9% 1565 6.7% Vente / services 759 5.8% 65 1.0% 89 8.2% 60 4.4% 201 11.6% 1174 5.0% Agriculture/pêche 193 1.5% 457 7.3% 2 0.2% 9 0.7% 416 24.0% 1077 4.6% Ouvrière 130 1.0% 42 0.7% 10 0.9% 14 1.0% 11 0.6% 207 0.9% Travail manuel simple 162 1.2% 28 0.4% 3 0.3% 8 0.6% 16 0.9% 217 0.9% Inactif 10578 80.8% 5454 87.4% 638 59.1% 1126 82.2% 1051 60.7% 18847 80.1% Ensemble 13096 100.0% 6240 100.0% 1079 100.0% 1370 100.0% 1731 100.0% 23516 100.0% Cadre 346 2.9% 46 0.6% 137 12.9% 78 4.6% 3 0.5% 610 2.6% Employée de bureau 937 7.7% 177 2.3% 269 25.4% 124 7.4% 17 2.7% 1524 6.6% Vente / services 913 7.5% 121 1.6% 90 8.5% 70 4.2% 75 12.0% 1269 5.5% Agriculture/pêche 252 2.1% 645 8.4% 0.0% 8 0.5% 99 15.9% 1004 4.3% Ouvrière 165 1.4% 79 1.0% 10 0.9% 14 0.8% 7 1.1% 275 1.2% Travail manuel simple 189 1.6% 52 0.7% 1 0.1% 10 0.6% 7 1.1% 259 1.1% Inactif 9315 76.9% 6530 85.4% 552 52.1% 1379 81.9% 416 66.7% 18192 78.6% Ensemble 12117 100.0% 7650 100.0% 1059 100.0% 1683 100.0% 624 100.0% 23133 100.0% 2006 2007 2008 EnsembleChine Vietnam Japon Philippines Camboge 2001 L’intégration des épouses étrangères consiste donc en un processus long et compliqué. Face à cela, toutes les épouses ne sont pas égales : selon leur origine et leur niveau d’études, entre autres, elles doivent faire face à des situations différentes. L’endroit où elles habitent, la personnalité du mari, de la belle famille et l’appartenance à un groupe religieux sont d’autres éléments qui influent également sur la facilité d’intégration pour les épouses. Un mari qui retient sa femme prisonnière et garde ses papiers pour qu’elle ne s’enfuie pas n’aidera pas autant à l’intégration de sa femme qu’un mari attentionné qui présentera sa femme aux femmes de ses amis et à sa famille. De même, une femme accompagnant son mari à l’église, par exemple, aura plus d’occasions de rencontrer d’autres 36 Ibid, p44 29
  30. 30. personnes et son intégration sera facilitée dans la mesure où elle appartiendra à un cercle. Cependant ces comportements varient sensiblement d’un couple à l’autre et il est donc difficile d’en tirer une règle générale. Le rapport aux institutions et aux services qu’elles proposent. Le dernier élément permettant d’évaluer le niveau d’intégration des conjointes étrangères est leur rapport aux instituions et leur facilité d’accès aux services proposés par ces institutions, notamment les services de santé et les services de conseil. Cette partie sera principalement fondée sur l’étude réalisée en 2005 sous la direction du professeur Seol auprès de 945 couples binationaux37 . Comme il a été montré dans les parties précédentes, beaucoup de couples binationaux sont dans une situation précaire. A ce titre, ils peuvent bénéficier, au même titre que les couples coréens en situation précaire, de services mis en place par l’État afin d’améliorer leurs conditions de vie. Selon l’étude du professeur Seol il ressort cependant que la majorité de ces couples n’ont pas effectué les démarches nécessaires à l’inscription sur les listes de bénéficiaires de ces aides. En ce qui concerne l’aide financière qu’offre l’assistance publique comme complément de revenu pour les ménages dont le revenu est inférieur au coût minimum de la vie, tel qu’il a été estimé officiellement, seuls 10,2% des ménages interrogés déclaraient en être bénéficiaire (tableau 9). Or dans la même étude, plus de 50% des ménages interrogés ont déclaré avoir des revenus inférieurs à ce coût minimum de la vie. La mauvaise utilisation des services proposés ne se limite pas à l’assistance publique. En effet, de nombreuses formations et services de conseils sont aussi mis en place par les municipalités, les régions et autres institutions. Cependant, là encore, seule une petite minorité de femmes et de couples bénéficient de ces services. 37 SEOL Donghoon, "Foreign Wives’ Life in Korea:Focusing on the Policy of Welfare and Health", 2005 30
  31. 31. Tableau 9: Pourcentage d’utilisation des programmes de soutien aux couples internationaux38 Oui Non Oui Non Oui Non Assistance publique (support financier) 10,2 89,8 3,9 96,1 16,7 83,3 Assistance médicale 11,6 88,4 7,3 92,7 16,2 83,8 Assistance matérielle (nourriture, vêtements,etc.) 7,2 92,8 2,9 97,1 11,8 88,2 Service d'aide à la personne (ménage, repassage, etc.) 5,9 94,1 3,6 96,4 8,4 91,6 Service de livraison de repas 16,3 83,7 9,9 90,1 23,3 76,7 Service relatif au logement (réparations, peinture, etc.) 12,0 88,0 4,5 95,2 19,7 80,3 Conseil pour l'emploi, formations 12,9 87,1 7,2 92,8 18,8 81,2 Service d'aide (psychologue, etc.) 9,7 90,3 8,1 91,9 11,5 88,5 Service d'aide pour l'alcool et autres drogues 4,4 95,6 1,6 98,4 7,4 92,6 Service d'aide pour les violences domestiques 7,5 92,5 6,6 93,4 8,4 91,6 Cours de compréhension du couple/relations familiales 8,6 91,4 2,4 97,6 15,0 85,0 Formation aux techniques parentales 8,5 91,5 3,0 97,0 14,3 85,7 Formation à l'adaptation culturelle 22,4 77,6 7,6 92,4 36,6 63,4 Autres étrangères Chinoises d'origine coréenne Total Le problème de l’utilisation de la sécurité sociale, non illustré dans le tableau 9, est également un problème récurent chez les femmes étrangères mariées à des Coréens. Selon l’étude du professeur Seol, il ressort que 22% des femmes paient la totalité de leur frais médicaux, ce pourcentage est plus élevé (30% environ) chez les étrangères qui ne sont pas des Chinoises d’origine coréenne39 . En ce qui concerne l’utilisation des centres médicaux gratuits, seul 10% des femmes interrogées en bénéficient. Il ressort ainsi de cette étude qu’en totalité 30% des femmes ne sont pas couvertes par le système de sécurité social officiel. En conséquence il est fréquent que les épouses étrangères doivent se passer de soins faute de moyens. Au total 18% des femmes ayant répondu au sondage 38 Ibid, p16 39 Ibid, p17 31
  32. 32. déclarent avoir connu cette expérience, les épouses non-Joseonjok étant les plus touchées. La raison principale à cette mauvaise utilisation du système d’aide sociale et de santé est la mauvaise connaissance des aides proposées et de leur fonctionnement. En effet, pour bénéficier de ces aides il faut effectuer soi-même la démarche de l’inscription auprès du service concerné. Il est donc nécessaire d’avoir une bonne connaissance des offres d’aides disponibles ainsi que des services qui les proposent et de la procédure à suivre pour s’inscrire. Dans de nombreux cas les femmes ignorent simplement l’existence de tels services. Dans d’autre cas, en particulier celui de la sécurité sociale, les femmes en ont une image déformée. En effet, beaucoup d’entre elles croient que ce service est réservé aux Coréens et que les étrangers en sont exclus. De ce fait elles n’entament pas les démarches nécessaires à l’inscription et se retrouvent exclue d’un service auquel elles auraient pourtant droit. Dans d’autres cas, comme celui du revenu complémentaire de l’assistance publique, la nationalité est effectivement une barrière à l’obtention de l’aide et après avoir rempli les dossiers nécessaire beaucoup de familles, bien que pauvres, ne sont pas considérées comme éligibles. Enfin l’intégration par la naturalisation est restée un problème jusqu’à 2010. En effet jusqu’à cette date la nationalité coréenne était exclusive, c'est-à- dire que si un étranger souhaitait se faire naturaliser, il devait rejeter sa nationalité d’origine. De ce fait la majorité des épouses étrangères ne se sont pas fait naturaliser. Outre les difficultés supplémentaires pour obtenir certaines aides sociales, cette situation entraînait également une certaine dépendance vis-à-vis du mari de qui dépend le renouvellement de leur visa. Les rapports aux institutions et aux aides sociales sont donc compliqués pour les femmes étrangères du fait de leur mauvaise connaissance du système et de leur statut d’étrangères. Ces deux éléments limitent sensiblement les aides que pourraient recevoir les familles et les mettent donc dans une situation où l’intégration au système n’est partielle, voire inexistante dans certains cas. Comme pour ce qui concerne l’intégration au sein du couple et de la société, ces éléments dépendent toutefois de l’origine du conjoint étranger. Parmi les épouses 32
  33. 33. arrivées en Corée par mariage arrangé, les Chinoises, notamment Joseonjok, sont celles qui s’intègrent le plus facilement bénéficiant du soutien leur communauté. Les Vietnamiennes, Philippines et autres ressortissantes des pays d’Asie du Sud, sont elles plus dépendantes de leur mari et mettent plus de temps à s’intégrer. En ce qui concerne les couples qui se sont rencontrés naturellement et dont le conjoint étranger vient de pays occidentaux, la question n’a pas été traitée dans cette partie mais on peut dire que l’intégration est plus facile dans la mesure où ils sont généralement plus éduqués et évoluent dans des milieux plus aisés. Ils ne sont donc pas confrontés aux mêmes problèmes et ont l’avantage de connaître leur conjoint avant le mariage. Enjeux et solutions pour une meilleure intégration Face au nombre croissant de mariages internationaux et aux enjeux que représentent une intégration réussie pour les épouses étrangères et leur famille, le gouvernement coréen a commencé à prendre des mesures destinées à favoriser l’adaptation de ces épouses étrangères à la société coréenne. L’étude menée par le professeur Seol en 2005, réalisée sur demande du Ministry of Health and Welfare a été la première à souligner les problèmes d’intégration et les difficiles conditions de vie des épouses étrangère. Cette étude a servi de point de départ à une certaine remise en cause du système existant en 2005. En conséquence, même si certaines mesures prises depuis 2005 peuvent bénéficier à tous les couples binationaux quelque soit le sexe et le pays d’origine du conjoint étranger, la majorité est quand même principalement, voire exclusivement, destinée aux couples dont l’épouse est étrangère et est arrivée en Corée dans le cadre d’une migration pour mariage. Cette partie consiste donc à définir dans un premier temps les enjeux liés à l’intégration des épouses étrangères et de leur famille avant de voir quelles ont été les mesures mises en œuvre pour faciliter cette intégration. 33
  34. 34. Enjeux liés à la bonne intégration des épouses étrangères. Avant toute chose, il convient de rappeler que la raison de cette rapide augmentation du nombre de mariages entre homme coréen et femme étrangère – originaire d’un pays moins développé que la Corée- est principalement due à diverses politiques nationales ou locales dont le but est de marier les célibataires des régions rurales qui ne peuvent pas trouver d’épouse coréenne. Cette intervention de l’Etat dans la sphère privée s’est faite, non pas pour augmenter le bien être des citoyens, mais à des fins nationalistes. En facilitant le mariage avec des étrangères, l’Etat coréen cherche principalement à protéger des régions qui se dépeuplent et des secteurs d’activité qui n’attirent plus les étudiants. Le principal enjeu d’une bonne intégration des épouses étrangères est donc la réussite de ce projet gouvernemental. En effet, cette politique ne peut donc être un succès que si les épouses étrangères s’intègrent à leur environnement et font des enfants. Dans le cas où l’intégration ne se fait pas de manière concluante, l’une des conséquences peut être l’absence de désir d’avoir des enfants pour les couples binationaux. Un des outils pour mesurer cette absence de désir d’avoir des enfants est le taux d’avortement et l’étude des raisons pour lesquelles l’avortement a été pratiqué. Les tableaux suivants, extraits de l’étude de 2005 menée par le professeur Seol montre que l’avortement est un acte assez répandu chez les couples binationaux dans la mesure où 20,2 % des répondants on déclaré avoir déjà eu recours à l’avortement (tableau 10). Les couples sino-coréens vivant en milieu urbain sont les plus touchés par ce phénomène. Cependant le taux d’avortement n’est pas négligeable non plus dans les couples dont l’épouse est d’une autre origine. Et bien que les couples ruraux, ceux visés par les politiques du gouvernement, soient les moins enclins à avorter, 14% d’entre eux répondent avoir déjà eu recours à ce procédé. 34
  35. 35. Tableau 10: Pourcentage de cas d'avortement40 Chinoises d'origine coréenne Autres étrangères Chinoises d'origine coréenne Autres étrangères 825 324 288 75 138 Oui (%) 20,2 22,2 21,1 19,1 14,0 Non (%) 79,8 77,8 78,9 80,9 86,0 (Unité: personnes, pourcentage) Milieu ruralMilieu urbain Total En ce qui concerne les causes de ces avortements, l’avortement spontané est la raison principale. Cependant, si l’on s’intéresse aux couples vivant dans les milieux ruraux et dont l’épouse n’est pas d’origine coréenne, on s’aperçoit que la seconde raison d’avorter est la peur d’avoir un enfant métisse (tableau 11). Ce phénomène est d'autant plus alarmant qu'il sous entend que le choix d’avorter dépend directement de la mauvaise intégration des étrangers à la société coréenne et de la peur qu’ont les parents ont pour leurs futurs enfants du fait de leurs origines étrangères. On peut relativiser ce fait en soulignant que sur la totalité des avortements pratiqués chez les couples binationaux cela ne représente qu’une petite proportion. Cependant, en mesurant l’avortement, on ne prend en compte que les cas où la femme est déjà tombée enceinte. Il est fort probable que de nombreux couples partagent la même peur mais que grâce à l’utilisation de moyens de contraception ou pour des raisons religieuses où autres, ils n’aillent pas jusqu’à avorter. 40 Ibid, p20 35
  36. 36. Tableau 11: Raisons de l'avortement41 Chinoises d'origine coréenne Autres étrangères Chinoises d'origine coréenne Autres étrangères 198 94 64 14 26 Avortement spontané 29,0 25,8 31,3 48,2 24,7 Choix du mari 4,3 3,8 4,7 0,0 7,2 Choix de la famille 1,6 1,9 0,0 0,0 4,9 Pas le bon moment 21,0 19,1 29,0 7,2 15,5 Déjà trop d'enfants 2,8 1,4 5,9 3,6 0,0 Peur d'avoir un enfant métisse 3,4 1,9 0,0 0,0 18,6 Raisons de santé 5,9 6,0 3,2 26,6 1,0 Fœtus déformé 5,6 6,4 3,2 7,2 7,6 Autres raisons 26,5 33,6 22,7 7,2 20,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 (Unité: personnes, pourcentage) Total Milieu urbain Milieu rural On remarque aussi qu’au sein de ces mêmes couples vivant en milieu rural, la décision d’avorter a été prise dans plus de 12% des cas par le mari ou la belle famille (tableau 11). Cela donne une idée de la place qu’est celle de l’épouse étrangère au sein de son couple et de sa belle famille. Les couples ruraux, principalement concernés par les politiques gouvernementales, sont donc ceux pour qui l’avortement est le plus influencé par les mauvaises conditions d’intégration de la femme étrangère au sein de sa famille et de la société coréenne. Il est donc indispensable que leur intégration soit facilitée pour ne pas freiner la réussite des politiques visant à re-dynamiser les régions rurales par l’augmentation du nombre de naissance. L’autre enjeu principal de l’intégration des épouses étrangères et du bon déroulement du mariage international dans sa globalité est la poursuite de ce phénomène. En effet le système de mariage par l’intermédiaire des agences matrimoniales commence à être remis en cause, aussi bien par certaines 41 Ibid, p20 36
  37. 37. associations en Corée que dans les pays d’origine des épouses, comme le Vietnam et le Cambodge. Le mauvais traitement des femmes, qui ont plus tendance à être traitées comme de la marchandise que comme des êtres humains, ainsi que leurs difficultés à s’intégrer dans leur pays d’accueil sont les principales raisons de cette remise en cause du système. Le point d’orgue de cette contestation a été la décision de l’Etat cambodgien d’interdire, à partir de Mars 2010 et pour une durée indéterminée, les mariages entre Cambodgiennes et ressortissants coréens qui se feront par l’intermédiaire des agences matrimoniales. Cette décision a été prise suite à l’arrestation d’une entremetteuse qui avait aligné 25 jeunes mariées potentielles pour un célibataire coréen venu spécialement dans le but de se marier. L’État cambodgien a justifié cette mesure par le non respect des hommes coréens de l’obligation de passer un mois complet au Cambodge avant de se marier –la majorité des tours de sélection d’une mariée durent en effet moins d’une semaine42 . Afin d’éviter que de telles mesures soient prises dans d’autres pays, notamment au Vietnam d’où viennent la majorité des épouses étrangères des célibataires des milieux ruraux, il est donc nécessaire que des régulations plus strictes soient prises en ce qui concerne le marché du mariage à l’étranger. Les réponses gouvernementales aux problèmes d’intégration Pour répondre à ces problèmes l’État coréen a progressivement mis en place des mesures destinées à favoriser l’intégration des épouses étrangères à leur environnement. L’objectif principal est donc de favoriser l’intégration de l’épouse étrangère en lui donnant les moyens de comprendre la culture coréenne et de s’y adapter. En 2006, une réunion nationale a eu lieu entre le président de l’époque Roh Moohyun et quatorze branches des différentes administrations gouvernementales. A l’issue de cette réunion le « Grand Plan » est entré en 42 http://english.chosun.com/site/data/html_dir/2010/03/22/2010032200462.html 37
  38. 38. vigueur et un nouveau ministère, le Ministry of Gender Equality and Family (MGEF) a été créé. Ce ministère a pour rôle de coordonner les différentes politiques touchant les couples binationaux et leurs enfants. La mission de ce nouveau ministère se divise en sept parties. La première consiste en une régulation des agences matrimoniales et la protection des futures épouses avant leur entrée en Corée. La transparence des pratiques des agences matrimoniales, notamment au niveau des informations sur le mari données aux futures épouses, ainsi que la prévention des atteintes aux droits de l’homme sont les priorités définies par le « Grand Plan » en matière de régulation des agences matrimoniales. La seconde partie consiste à soutenir les victimes de violence domestiques. Jusqu’à l’instauration de cette mesure il était facile pour les maris d’établir une sorte de chantage à la carte de séjour43 , notamment en cas de séparation. Désormais en cas de divorce les épouses étrangères peuvent rester sur le territoire si elles prouvent que la séparation est liée à une faute du mari. Elles ne sont plus considérées comme sans-papiers jusqu’à ce que la cour rende ses conclusions. Parallèlement à cela, un système de refuges et de service téléphonique ont été mis en place pour les femmes battues. Le troisième point du « Grand Plan » consiste à l’aide à l’installation et à l’adaptation pour les épouses récemment arrivées. Dans les faits cela consiste principalement à la mise en place de formations culturelles et linguistiques aussi bien dans le cadre de cours classique que par l’intermédiaire de la télévision et notamment de l’EBS (Educational Broadcasting System). Dans certains quartiers des programmes de tutorat sont aussi mis en place, et les jeunes mariées sont confiées à des familles du quartier pour faciliter leur intégration. La quatrième politique est elle consacrée à l’intégration des enfants de ces couples binationaux et vise à les protéger des discriminations. Pour cela il est 43 Pour obtenir le visa destiné aux époux étrangers (Residency Visa, F2), visa qui doit être renouvelé régulièrement, la personne doit non seulement prouver son mariage avec un ressortissant Coréen, mais elle doit également être soutenue par son époux lors de sa demande de visa –soutient écrit et signé. 38
  39. 39. prévu que des changements soient apportés dans les livres scolaires quant aux contenus qui impliquent une certaine discrimination raciale. Des programmes destinés spécialement aux enfants des familles binationales vont également être mis en place. La cinquième étape consiste à améliorer l’accès des épouses étrangères au système de sécurité sociale. Ainsi, depuis le 1er janvier 2007, les femmes étrangères mariées à des coréens pauvres et ayant des enfants en bas âge peuvent recevoir les aides de base prévues par l’Etat telles le revenu complémentaire et l’accès gratuit aux soins. Pour les femmes répondant à ces critères, la question de la nationalité ne se pose plus puisque ces services leur sont accessibles sans qu’elles se fassent naturaliser. La sixième politique est une politique de grande ampleur dans la mesure où son objectif est de faire prendre conscience au peuple coréen de l’importance de devenir une société multiculturelle. Dans les faits, des campagnes publicitaires ont été menées pour montrer que de plus en plus de couples comportaient un membre étranger. Les expressions « biracial » et « mixed blood » jusqu’à lors communément employés même dans les textes du gouvernement, sont désormais jugée comme impliquant une certaine discrimination raciale et ont été remplacés par d’autres plus politiquement corrects. La septième et dernière mesure du « Grand Plan » consiste étudier d’avantage les familles binationales et à prendre les mesures nécessaires pour faire en sorte que le nombre de familles exclues des programmes d’aide diminue. Par exemple le MGEF disposait en août 2006 de 21 centres destiné à l’aide aux familles internationales. En moins de six mois 30 nouveaux centres ont été créés à travers le pays afin de servir plus de personnes.44 De plus à l’initiative de certaines municipalités, les candidats au mariage international par l’intermédiaire des agences matrimoniales doivent à présent effectuer une courte formation théorique sur le mariage international, la façon de 44 LEE Hyekyung, “International Marriage and the State in South Korea” in Citizenship Studies, janvier 2008, p18 39
  40. 40. traiter sa femme et de mener à bien la vie de couple. Ces formations sont gratuites et souvent obligatoires pour les hommes qui reçoivent une aide financière de la ville ou de la région pour payer les frais d’agence et de voyage dans le pays de leur épouse. Enfin l’une des mesures les plus symboliques a été prise en mai 2010, il s’agit d’une révision du Code de la Nationalité. Cette modification, applicable depuis le 1er janvier 2011 constitue une avancée considérable pour les épouses étrangères et leurs enfants. Jusqu’à la modification de cette loi, la nationalité coréenne relevait du droit du sang et était exclusive, l’étranger marié à un Coréen pouvait donc devenir Coréen –après deux ans de résidence dans le pays- à la condition de se défaire de sa nationalité d’origine. Les enfants des couples binationaux avaient eux la double nationalité jusqu’à leur majorité. A cette date ils devaient renoncer à l’une des deux nationalités. Depuis le 1er janvier 2011, les époux étrangers de ressortissants coréens ont la possibilité de demander la nationalité coréenne sans renoncer à leur nationalité d’origine, à condition de ne jamais se prévaloir de cette dernière sur le territoire coréen. Il en est de même pour les enfants des couples binationaux qui n’ont plus à choisir lors de leur majorité. Les initiatives individuelles à destination des familles internationales. Au-delà des mesures prises par l’Etat coréen pour faciliter l’intégration des épouses étrangères et des enfants des couples binationaux, de nombreuses initiatives individuelles ont également œuvré dans le même sens. Grâce à la facilité d’accès à internet, de nombreuses épouses étrangères ont créé leur blog sur la toile. Dans ces blogs elles font part de leurs conditions de vie, des difficultés d’intégration, débattent de la situation des mariées étrangères en général et surtout dispensent des conseils destinés aux nouvelles arrivées. Ces blogs sont ainsi un moyen efficace de faire connaître les services gouvernementaux au sein des communautés d’expatriés et ainsi d’en faciliter 40
  41. 41. l’accès des épouses étrangères lorsqu’elles ne maîtrisent pas la langue ou que leur mari n’est pas assez informé. Le blog Surviving Korea45 , écrit en anglais par une femme originaire des Philippines et mère d’un enfant, est un bon exemple du genre d’informations que s’échangent les épouses étrangères. A travers ses expériences personnelles, cette femme informe régulièrement se compatriotes et les autres épouses étrangères des nouveautés en matière de services ou de législation. Une autre Philippine fait parler d’elle en Corée. Il s’agit de Jasmine Lee, mariée en 1995 à un marin coréen qu’elle avait rencontré un an et demi auparavant alors qu’il était en escale dans sa ville natale alors qu’elle était encore étudiante. Arrivée sur le territoire coréen l’année de son mariage, elle a du faire face au rejet de sa belle famille qui ne comprenait pas pourquoi leur fils s’était marié à une étrangère. Devenue mère peu de temps après le mariage elle a passé les dix premières années de sa vie en Corée à s’occuper de sa famille. Connue pour avoir participé au programme télévisé « Love in Asia » qui suit des familles internationales dans leur quotidien, elle a également donné des cours de coréen en tagalog à la télévision sur la chaîne EBS. Aujourd’hui elle est membre de l’association Waterdrop - association fondée par des épouses étrangères pour aider leurs pairs à s’intégrer - et donne régulièrement des conférences sur le sujet des familles internationales et s’attache à démontrer l’importance que d’intégrer ces familles à la société coréenne. Elle a notamment participé au G20 en Novembre 2010 et est régulièrement consultée par le gouvernement sur les questions liées au mariage international. Parmi ces personnes qui contribuent à faire entendre la voix des familles multinationales en Corée, le footballeur Hines Ward est sans doute celui qui a réalisé la plus grosse performance médiatique. Né à Séoul d’un père afro- américain et d’une mère coréenne, il a passé sa vie aux États-Unis. En 2006, grâce à la victoire de son équipe au Superbowl, il est devenu le premier Coréen- américain à remporter cette compétition, étendant ainsi sa célébrité à son pays natal. Cette année là, il retourna en Corée pour la première fois depuis le départ de 45 http://www.chersurvivingkorea.blogspot.com/ 41
  42. 42. ses parents. Son arrivée fut très remarquée et il profita de son statut pour soulever la question de l’intégration des enfants nés de parents de deux nationalités en Corée. Il choisit d’encourager le débat et la réforme politique, et son action fut l’un des facteurs ayant poussé à la création du « Grand Plan » en 2006. Avant son retour aux États-Unis il créa aussi la fondation qui porte son nom et dont le but est d’œuvrer à l’intégration des enfants binationaux en Corée. Ces trois cas d’initiatives individuelles ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Que ce soit à travers des associations caritatives, des programmes au sein de groupes religieux, ou en faisant du bénévolat dans les services gouvernementaux destinés aux étrangers, l’implication des femmes étrangères dans l’amélioration des conditions de vie de leurs semblables est grandissante. En effet la solidarité entres membres d’une même communauté est un facteur décisif de l’intégration des épouses étrangères et contribue bien souvent à sortir ces femmes et leurs enfants de la solitude et à les aider à surmonter les difficultés qu’ils peuvent rencontrer au quotidien en leur donnant des conseils tirés d’expériences vécues. 42
  43. 43. Conclusion Phénomène relativement récent en Corée, le mariage international s’est fortement développé à partir des années 1990 pour répondre à un problème social : le déficit de femmes dans les campagnes. Encouragé par des politiques gouvernementales, le développement des réseaux d’agences matrimoniales, ajouté à l’attrait économique généré par la Corée dans les pays voisins, le mariage international a pris un aspect commercial où le Coréen se retrouve en position d’acheteur et l’étrangère tient lieu de produit. Ces pratiques, souvent peu respectueuses de la dignité humaine et peu soucieuses des conditions de réussite d’un mariage heureux, la méconnaissance de la langue coréenne par les épouses étrangères, ainsi que la réticence de la société coréenne à l’accueil des étrangers, constituent autant de barrières à l’intégration des épouses étrangères. Depuis 2005 environ, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer ces abus. De ce fait, progressivement, le Gouvernement coréen met en œuvre des mesures visant à réguler le marché du mariage international et à favoriser l’intégration des épouses étrangères à leur nouvel environnement. En outre, les étrangères mariées aux Coréens s’organisent aussi en communautés soudées où règne l’entraide. Si aujourd’hui le mariage international est un phénomène connu des Coréens, il n’en demeure pas moins une exception palliative à connotation négative. Les hommes ayant recours aux agences matrimoniales sont souvent considérés avec mépris car n’ayant pas réussi à épouser une Coréenne. De plus, les Coréens se mariant avec une étrangère rencontrée naturellement doivent eux aussi affronter les critiques d’une population qui ne comprend pas que l’on puisse délibérément se marier à un étranger. Cette situation a-t-elle vocation à perdurer ? Il est fort probable que dans les années à venir le mariage international parvienne progressivement à être reconnu comme une situation respectable : la 43
  44. 44. Corée s’ouvre, les Coréens voyagent, les étrangers sont de plus en plus nombreux à venir étudier ou travailler en Corée, ainsi des couples binationaux se forment de plus en plus fréquemment en dehors des réseaux d’agences matrimoniales, améliorant l’image du mariage international en Corée. En parallèle à l’intégration des épouses étrangères, le principal challenge en la matière pour la Corée sera donc, à l’avenir, de percevoir le mariage international comme un élément porteur d’opportunités pour le pays. Il faudra donc réussir à passer du mariage international au mariage multiculturel, où la culture étrangère est valorisée au même titre que la culture coréenne. 44
  45. 45. Annexes Publicités d’agence matrimoniale Publicité vantant les qualités des épouses Vietnamiennes : leur ressemblance avec les Coréennes, leur beauté, leur jeune âge, leur bonne odeur… Publicité déclarant que les Vietnamiennes ne s’enfuient jamais. 45
  46. 46. Campagne gouvernementale pour l’intégration des épouses étrangères Publicité montrant l’intégration des épouses étrangères à la société coréenne affichée à la station de métro de la gare de Séoul en 2011. Note de synthèse concernant les modifications du code de la nationalité coréen. 46
  47. 47. Extrait de la note de synthèse publiée par l’ambassade de France en Corée. L’original de la note de synthèse ainsi que la version en langue anglaise du texte de loi sont disponibles sur le site de l’ambassade de France en Corée : http://www.ambafrance-kr.org/spip.php?article1108 « 2) Révision du 4 mai 2010 : introduction de la possibilité de conserver deux Nationalités 2.a. Cas des étrangers qui acquièrent ou sont réintégrés dans la nationalité coréenne La révision du code de la nationalité introduit à l’article 10 la possibilité d’être binational, pour les catégories de personnes suivantes, à la condition qu’elles prêtent serment par écrit de ne pas se prévaloir de leur autre nationalité lorsqu’elles évoluent sur le territoire coréen. Ce serment doit être prêté dans l’année qui suit l’obtention de la nationalité coréenne. Il est reçu uniquement en Corée, dans les bureaux des services de l’Immigration. Catégories de personnes concernées : - Les étrangers ayant acquis la nationalité coréenne à raison du mariage et de la résidence en Corée ;[…] 2.b. Cas des enfants binationaux Les enfants de couples mixtes auront désormais la possibilité de conserver les nationalités de leurs deux parents. En effet les articles 12 et 13 du code de la nationalité prévoient qu’une personne ayant acquis plusieurs nationalités avant l’âge de 20 ans peut, au choix : - comme avant la réforme, renoncer à son autre nationalité avant d’atteindre l’âge de 22 ans, - ou bien, avant l’âge de 22 ans, déclarer son intention de choisir la nationalité coréenne auprès du ministère de la Justice, après avoir prêté serment de ne pas se prévaloir de son autre nationalité en territoire coréen. => le fait d’exprimer ce choix de faire primer la nationalité coréenne dispense l’intéressé de renoncer à son autre nationalité. » 47
  48. 48. Bibliographie EPSTEIN Stephen, "The Brides(s) From Hanoi: South Korean Popular Culture, Vietnam and "Asia" in the New Millennium", Victoria University of Wellington EUN Kisoo, "Family values changing but still conservative", in Social Change in Korea, Seoul, Jimoondang, 2007 GRIFFIS William Elliot, Corea: the Hermit Nation, New York, Scribner's Sons, 1882 KIM Hyunmee, "The State and Migrant Women: Diverging Hopes in the Making of "Multicultural Families" in Contemporary Korea", in Korea Journal Hiver 2007 KIM Kyounghee, "Change and Challenge of Korean Family in the Era of Globalization: Centering Transnational Families",2005 LEE Hyekyung, "Family Migration Issues in Northe-East Asia", IOM 2010 World Migration Report LEE Hyekyung, “International Marriage and the State in South Korea” in Citizenship Studies, janvier 2008 LEE Yeanju, "International Marriages in South Korea: the Significance of Nationality and Ethnicity", in Journal of Population Research, 2006 Ministry of Gender Equality and Family, 다문화가족의 해체 문제와 정책제, 2010 NHO Choong Rai, "Trends of Studies on Southeast Asian Women married to Korean Men", Ewha University, 2009 PARK Yeongran, "Gender Dimensions of Family Policy in Korea", Canada- Korea Social Policy Symposium II, Janvier 2005 48
  49. 49. SEOL Donghoon, "Foreign Wives’ Life in Korea:Focusing on the Policy of Welfare and Health", 2005 SEOL Donghoon, "Women Marriage Immigrants in Korea: Immigration Process and Adaptation", 2005 SEOL Donghoon, “International Matchmaking Agencies in Korea and Their Regulation Policies”, Asia Culture Forum 2006 SHIN Euihang, "Effects of the Korean War on Social Structures of the Republic of Korea", in International Journal of Korean studies, Spring/Summer 2001 WITT David, "Parental Influence on Mate Selection and Romantic Ideals in the United States and Korea: a Cross Cultural Comparison", University of Akron, 1992 YANG Jangae, SHIN Kyoungho, “Vulnerability, Resilience and Well-being of Intermarriage: An Ethnographic Approach to Korean Women”, in Journal of International Women’s Studies, Novembre 2008 49

×