Association de Lutte
Contre le Sida
www.alcsmaroc.ma
5e
Conférence
Francophone
VIH/SIDA
Faculté de Médecine
et de Pharmaci...
Présentations orales
(Interventions en séances plénières, en sessions, satellites, ateliers ou autres)
Lundi 26 mars
Lundi 26 mars, 10 :30 – 12 :00, session dépistage 1
Intérêt du test rapide dans le dépistage de l'infection ...
Mardi 27 mars
Mardi 27 mars, 14 :00 – 15 :30, session transmission
Conclusion : L'introduction du TR dans les CIDAG a perm...
Introduction : L'Association marocaine de lutte contre le sida
(ALCS) a mis en place un programme de prévention de proxi-
...
Conclusion :
acteurs concernés et leur implication directe dans le plaidoyer
en faveur de l'adoption de la Recommandation ...
Méthodes : En 2010, l'ALCS a ouvert un centre de santé pour
HSH à Marrakech. Après une évaluation des besoins en matière
d...
Mardi 27 mars, 16 :00 – 17 :30, session recherches
à la recherche
Obstacles à l'accès au traitement du VIH en Afrique du N...
Mardi 27 mars, 16 :00 – 17 :30, session recherches
à la recherche
Prévalence et comportements vis-à-vis du VIH/SIDA des ho...
Objectif : Au Maroc, le manque de données sur la prévalence
et les comportementsdes hommes ayant des relations sexuelles
a...
Valeur ajoutée d'un programme de lutte contre la violence à
l'égard des professionnelles du sexe dans le cadre d'une préve...
la violence, en partenariat avec l'ONUFEMMES. Il a pour objectif
de renforcer les capacités des intervenantes en matière d...
Présentations affichées
(Posters)
Campagne de plaidoyer pour les droits humains des personnes
usagères de drogues au Maroc.
H. Himmich2 , O. Maguet1 , R. Ha...
des hommes se prostituent; 97% sont consommateurs d'héroïne,
les deux tiers étant injecteurs. 80% ont fait l'objet de viol...
Méthodologie : Préalablement au démarrage du programme
d'AQ, des normes concernant les structures, les ressources hum-
dur...
Lundi 26 mars, 9 :00 – 17 :30, session dépistages
La Journée nationale du dépistage VIH : cinquième édition,
mai 2011. Une...
de 31980 contacts ont été enregistrés, 64436 brochures
(43% de femmes) dont 28 positifs.
Conclusion : Le travail collabora...
formation, l'ALCS a suivi, prospectivement, entre 2009 et 2011,
20 mères vivant avec le VIH d'enfants séropositifs, ayant ...
Modérations
Coprésidence du symposium satellite UNITAID
par Pr. Hakima Himmich
Dimanche 25 mars, 15 :30 – 17 :00, symposium
satellite ...
Siège social
ôpitaux,
CP 20360, Casablanca, Maroc
Téléphone: (212) 5 22 22 31 13/14
Fax: (212) 5 22 22 28 59
E-mail: alcs@...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Abstracts de l'ALCS - 6ème conférence internationale francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012)

580 vues

Publié le

Abstracts présentés par l'ALCS à la 6ème conférence internationale francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012)
Du 25 au 28 mars 2012 - Genève, Suisse

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
580
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
129
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Abstracts de l'ALCS - 6ème conférence internationale francophone VIH/sida (AFRAVIH 2012)

  1. 1. Association de Lutte Contre le Sida www.alcsmaroc.ma 5e Conférence Francophone VIH/SIDA Faculté de Médecine et de Pharmacie Casablanca Maroc 28- 31 mars 2010 AFRAVIH 2012 6 Conférence Francophone VIH/SIDA Genève, Suisse 25 - 28 mars 2012 e
  2. 2. Présentations orales (Interventions en séances plénières, en sessions, satellites, ateliers ou autres)
  3. 3. Lundi 26 mars Lundi 26 mars, 10 :30 – 12 :00, session dépistage 1 Intérêt du test rapide dans le dépistage de l'infection à VIH. Quel bilan 8 ans après son introduction au Maroc ? M. Karkouri, C. Gonzalez, M. ElKhammas, T.Laalam,H. Himmich Association de lutte contre le SIDA, Casablanca, Maroc Objet de l'étude : L'Association marocaine de Lutte Contre le Sida (ALCS) a mis en place, dès 1992, des Centres d'Informa- tion et de Dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG) en recou- rant à des tests ELISA. En 2003, grâce à un lobbying auprès des autorités sanitaires, elle a réussi à introduire le test ra- pide (TR) dans ses CIDAG, entraînant un changement dans sa pratique du dépistage du VIH. Aujourd'hui,8ansaprèsl'introductionduTR,l'ALCSsouhaite évaluer l'apport des TR à sa stratégie de dépistage. Méthodes : Il s'agit d'une étude analytique des 8 ans d'utili- sation du TR dans les CIDAG de l'ALCS, se basant sur les don- nées issues des registres et bilans d'activité de l'ALCS. Résultats obtenus : disposer d'un laboratoire, son introduction a permis de dé- multiplier les CIDAG, passant de 5 en 2003 à 23 en 2010. La fréquentation des CIDAG a connu une hausse significa- tive, passant de 1445 tests en 2003 à 30800 en 2010. La ma- niabilité et la facilité d'utilisation du TR ont également permis à l'ALCS d'organiser, depuis 2007, une Journée Nationale du Dépistage, annuelle et qui, dans son édition de 2010, a enre- gistré 6284 dépistages. Le TR affranchissant de la contrainte de
  4. 4. Mardi 27 mars Mardi 27 mars, 14 :00 – 15 :30, session transmission Conclusion : L'introduction du TR dans les CIDAG a permis une augmentation sans précédent de de dépistage du VIH et une amélioration de sa couverture géographique; toutefois, le recours obligatoire a u test de constitue toujours une contrainte majeure et retarde, voire empêche, la référence vers les centres de prise en charge. Le passage à une selon un algo- rithme à 2 ou 3 TR - conformément aux recommandations de l'OMS - et d'ores et déjà sujet de plaidoyer de l'ALCS auprès des autorités sanitaires, devrait pouvoir lever cet obstacle. Mais d'autres pistes d'optimisation du TR sont également ex- plorées, comme le dépistage non médicalisé. Enoutre, il a été possible de transformer des bus en Unités Mobiles de Dépistage, qui sont aujourd'hui au nombre de 4, sillonnant le pays. Les autorités sanitaires marocaines obli- geant toujours à tout TR positif par un Western Blot, il n'a pas été noté, en revanche, de diminution du délai de référence des personnes séropositives au TR ni du nombre de perdus de vue au niveau des sites de prise en charge. Plaidoyer pour l'appropriation de la Recommandation n° 200 de l'Organisation Internationale du Travail concernant la lutte contrele VIH/sida dans le monde du travail au Maroc : un travail d'équipe. A. Douraidi, R. Aboutaieb, H. Himmich Association de lutte contre le SIDA (ALCS), Casablanca, Maroc des savoirs et formation significative confirmer l'offre confirmation confirmation
  5. 5. Introduction : L'Association marocaine de lutte contre le sida (ALCS) a mis en place un programme de prévention de proxi- mité du VIH à destination des employés et ouvriers, programme s'appuyant sur des partenariats avec les syndicats des travail- leurs, le patronat et les intervenants de la réglementation sociale. Plus récemment, l'ALCS et ses partenaires se sont engagés dans un plaidoyer en faveur de l'adoption, au Maroc, de la Recom- mandation N°200 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) prônant un engagement national dans la lutte contre Méthodologie : L'action de plaidoyer a consisté en un renforce- ment des partenariats déjà existants avec l'organisation de 6 séminaires régionaux de mobilisation des inspecteurs du travail, 2 rencontres nationales de mobilisation des centrales syndicales et des représentants de chefs d'entreprises. Ces ren- contres avaient pour but d'émettre une déclaration d'engage- ment national en faveur de l'adoption de la recommandation 200 de l'OIT. Parallèlement, l'ALCS continuait son programme de formation des éducateurs-pairs parmi les travailleurs et de les sensibiliser à l'importance du plaidoyer en faveur de la dite recommandation. Résultats : Au total, près de 230 éducateurs-pairs ont été formés dont 20% de syndicalistes et 96 inspecteurs du travail mobilisés. L'ALCS et ses partenaires ont réussi , à l'issue des rencontres prévues, à faire adopter un texte d'engagement, résumant des droits des travailleurs en matière de VIH. Cet engagement a été de ces acteurs a réussi à soumettre la Recommandation 200 au Parlement marocain en juin 2011 en vue de son adoption définitive. le sida sur les lieux de travail. cautionné âr 3 centrales syndicales sur 5. Enfin, l'ensemble
  6. 6. Conclusion : acteurs concernés et leur implication directe dans le plaidoyer en faveur de l'adoption de la Recommandation 200 de l'OIT a été à la base du succès de cette campagne de plaidoyer. du groupe de travail qui a conduit cette action de plaidoyer pour assurer le suivi de l'adoption de la norme puis son appli- cation. chez les hommes homosexuels et les femmes travailleuses du sexe (1) Expérience d'un centre de santé sexuelle destiné aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes au Maroc. Prévention/prise en charge/défense des droits des PVVIH, ALCS, Marrakech, Maroc Objectif : Au Maroc, pays de faible prévalence du VIH (<0,1%), cette dernière atteint entre 2,3% et 5% chez les HSH. Les prog- rammes de prévention ciblés ont certes permis d'améliorer l'accès des HSH aux services de prévention et de dépistage. Cependant, il est fréquent que certains repoussent , voire évitent, le moment de solliciter des informations, des soins ou des services sur la santé ou le VIH du fait de l'homophobie palpable dans les centres de soins. Les services disponibles res- tent focalisés sur le VIH et ne prennent pas en compte d'autres besoins de santé pourtant susceptibles d'augmenter la vulné- rabilité. La construction de partenariats avec les différents En attandant l'adoption définitive de la recommandation, l'ALCS et ses partenaires envisagent à présent d'officialiser l'existence Mardi27mars,14:00-15:30,sessionprévention M.Harri, O. Mellouk, Y. Yatine, N. Rafif, N. Amine, M. Zaghloul
  7. 7. Méthodes : En 2010, l'ALCS a ouvert un centre de santé pour HSH à Marrakech. Après une évaluation des besoins en matière de santé menée grâce à des focus group, le personnel a été formé et un package de services élaboré. Il comprend : des consultations médicales et de soins, le dépistage et conseil du VIH et de la syphilis, un conseil sur la sexualité et l'abus de substances, des séances d'éducation thérapeutique, un suivi psychologique et un soutien social pour les plus démunis, dans une démarche de suivi de cas permettant un meilleur suivi des consultants. Résultats : tants âgés entre 18 et 50 ans. Seuls 55% des consultants se sont présentés pour un motif lié au dépistage ou VIH. 50% d'entre eux ont des pratiques sexuelles à risque. L'état mental est 16% rapportent avoir subi un viol et acte de violence. 50 consul- tations généralistes ont été réalisés et 71 séances de conseil de conseil individualisé et 40 sont suivis par le psychologue. des soins dans le secteur privé. Conclusion : Notre expérience montre la faisabilité d'un centre mieux préparer le personnel et de garantir le non jugement. Le centre a mis en évidence des besoins de santé (santé men- tale, violence), jusque là ignorés. Le soin peut être une porte d'entrée à la prévention puisque, même quand la consultation initiale était d'ordre général ou mental, la majorité des consul- tants ont bénéficié de dépistage et de conseil sur la prévention. En 12 Mois, le centre a une file active de 107 consul- dégradé chez 63% qui souffrent d'anxiété et de dépression. de dépistage du VIH et de la syphilis. 60 HSH ont bénéficié 6 ont bénéficié d'un soutien social et d'une aide pour effectuer de santé pour HSH malgré le contexe difficile à condition de
  8. 8. Mardi 27 mars, 16 :00 – 17 :30, session recherches à la recherche Obstacles à l'accès au traitement du VIH en Afrique du Nord : résultats d'une recherche communautaire. A. Turki ITPC Afrique du Nord, Marrakech, Maroc Objectif : Selon l'OMS, la région MENA a le taux d'accès au traite- ment du VIH le plus faible au monde (11%). Il n'existe pas de Orient à plusieurs égards. Selon les pays, les traitements sont disponibles gratuitement pour tous les patients éligibles. Le faible couverture s'expliquerait par le manque de dépistage. Méthode : Entre juin et décembre 2011 , ITPC a entrepris ment dans 6 pays : Algérie, Egypte, Libye, Maroc, Mauritanie et Egypte. Des chercheurs communautaires par pays, dont les rapports et documents nationaux et internationaux.Des inter- views ont été réalisées avec les acteurs clés : ministère de la Santé, agences de coopération, personnel soignant et focus group avec des PVVIH. Résultats : Le taux de couverture de traitement des pays se situe entre 25 et 27%, l'Egypte enregistre celui le plus bas (12%). Le manque d'accès au dépistage est un obstacle majeur. Il est rarement adapté aux populations clés. Malgré l 'existence de recommandations nationales conformes à l'OMS, elles ne sont pas toujours respectées : la prescription des ARV est liée au cout économique. La gratuité se limite souvent au traitement ARV. O. Mellouk, F. Ball, S. Bensaid, R. Elgerzawy, N. Rafif, S. Soufi, données propres sur l'afrique du Nord qui diffère du Moyen une recherche pour identifier les barrières à l'accès au traite- des PVVIH, ont été identifiés et formés. Ils ont passé en revue communautaires et participation des communautés
  9. 9. Mardi 27 mars, 16 :00 – 17 :30, session recherches à la recherche Prévalence et comportements vis-à-vis du VIH/SIDA des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes à Marrakech et Agadir au Maroc. Le traitement des infections opportunistes et certains examens sont parfois à la charge des PVVIH ou des associations. Seuls le Maroc et la Tunisie assurent un suivi biologique satisfaisant. Les ruptures de stock (ARV et réactifs) sont très fréquentes entrainant des changements de traitement. La centralisation es soins engendre des couts de transports insurmontables, par- fois à l'origine d'arrêt de traitement. En Egypte, des ARV sont fournis sans aucun suivi médical avec le pharmacien comme seul contact. Les formulations pédiatriques manquent au Maroc où les enfants prennent des ARV pour adultes approximative- ment dosés. La stigmatisation et la discrimination dans le milieu de soin restent un obstacle commun avec des proportions très élevées en Egypte et en Libye. Conclusion : L'étude révèle une situation très critique de l'accès au traitement et un manque d'implication de la société civile les ONG et émet des recommandations pour améliorer l'accès dans le futur. Association de lutte contre le SIDA, Casablanca ²Association de lutte contre le SIDA, Marrakech ³Institut national de l'hygiène ⁴ONUSIDA ⁵Programme national de lutte contre le SIDA ⁶Unité de gestion du fonds mondial de lutte contre de le SIDA, la tuberculose et le paludisme, Rabat, Maroc A. Abadie2, L. Johnston4, O. Mellouk2 , M. Karkouri1 ,, H. Himmich1 , A. Bennani5 , Boutaina. El Omari6 , K. Alami4 , H. Oumzil3 dans ce domaine. Elle identifie des pistes de plaidoyer pour communautaires et participation des communautés ¹ N. Rafif2
  10. 10. Objectif : Au Maroc, le manque de données sur la prévalence et les comportementsdes hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH) vis-à-vis de l'infection au VIH/SIDA constitue un obstacle à l'accès à la prévention et aux soins, bien vulnérable au VIH/SIDA par le plan national stratégique de lutte contre le SIDA. Méthodes : de Lutte Contre le SIDA, en partenariat avec le ministère de la Santé, l'ONUSIDA, l'Unité de gestion du Fonds Mondial et l'Institut National d'hygiène, a conduit une étude bio-compor- tementale auprès des HSH de 18 ans et plus, habitant dans le site d'étude depuis au moins 6 mois, et ayant eu au moins une relation sexuelle avec un homme dans les six mois précé- dents. Entre novembre 2010 et mars 2012, 669 HSH, recrutés selon la méthode Respondent Driven Sampling, d'échantillon orientée par le répondant, adaptée pour étudier les populations un prélèvement sanguin. Résultats : 5,6% des HSH enquêtés à Agadir et 2,8% à Marrakech étaient infectés au VIH/SIDA et 7% à Agadir et 10,8% à Marra- kech à la syphilis. Les HSH déclarent de nombreux partenaires les six derniers mois de l'argent dans le cadre de relations sexu- elles. Seulement 27,6% des HSH à Agadir et 17,4% à Marrakech déclarent avoir toujours utilisé le préservatif avec leurs partenaires sexuels pendant les 6 derniers mois. Plus de 80% des HSH ont eu des relations sexuelles avec plusieurs femmes dans les 6 derniers mois, et 75% des HSH enquêtés à Marrakech disent qu'ils n'utilisent jamais ou rarement le préservatif pour ces rapports. Bien que 95% disent savoir où obtenir des informations sur le VIH, moins de 40% des HSH enquêtés que cette population soit identifiée comme particulièrement Afin de disposer de données fiables, l'Association difficiles à atteindre, ont répondu à un questionnaire et fait sexuels et plus de 60% d'entre eux affirment avoir reçu dans
  11. 11. Valeur ajoutée d'un programme de lutte contre la violence à l'égard des professionnelles du sexe dans le cadre d'une préven- tion de proximité spécifique : l'exemple de l'ALCS au Maroc. N. Majjad, H. Himmich ALCS, Casablanca, Maroc ont des connaissances correctes en matière de prévention. Conclusion : La bisexualité reste très fréquente assimilant les HSH à une « population passerelle ». Or, leurs connaissances sur le VIH/SIDA et les infections sexuellement transmissibles sont insuffisantes et ils déclarent des comportements à risques. Ils doivent donc être ciblés en priorité dans nos programmes de prévention, qui doivent être réorientés sur la base des résul- tats de notre étude. Mercredi 28 mars chez les hommes homosexuels et les femmes travailleuses du sexe (2) Introduction : La violence à l'égard des femmes professionnelles du sexe (PS) constitue un important facteur de vulnérabilité de cette population à l'infection à VIH. Ces femmes sont subissent la violence infligée par leurs clients (le plus souvent) et, étant dans l'illégalité, L'article 490 du Code Pénal du Maroc interdisant le travail du sexe, elles subissent en silence les conséquences de cette violence au lieu de réclamer réparation. Méthodologie : L'Association marocaine de Lutte Contre le Sida (ALCS) a mis en place, dès 1993, un programme de prévention de proximité auprès des PS basé sur l'approche par les pairs. Depuis juin 2010, ce programme comporte, en plus des presta- tions médicales et éducatives, un programme de lutte contre Mercredi 28 mars, 8 : 30 - 10 : 00, session prévention
  12. 12. la violence, en partenariat avec l'ONUFEMMES. Il a pour objectif de renforcer les capacités des intervenantes en matière d'écoute active, de la relation d'aide et de la violence fondée sur le genre. Des conventions avec des associations féminines actives dans le domaine du droit des femmes ont été signées pour assurer une prise en charge psychosociale et juridique des femmes battues. Résultats : professionnelles du sexe ont été réalisés (pour la première fois au Maroc), dont un CD audiovisuel contenant des témoignages. Sa visualisation a encouragé les femmes à parler librement de organisées mensuellement et encadrées par des avocates et femmes dont 80 ont été orientées vers des centres d'écoute spécialisés. Le programme a permis également le dévelop- pement d'un véritable travail collaboratif avec des associations féminines pour mettre en place un accompagnement juridique Conclusion : L'intégration de la question de la violence fondée sur le genre, la mobilisation des intervenants du projet et le tra- vail en collaboration avec les associations féminines ont permis des solutions de protection aux professionnelles du sexe malgré un environnement socioculturel et juridique défavorables. leurs souffrances et des violences lors des séances thématiques et social des bénéficiaires victimes de violence. septembre 2011, 45 séances ont été réalisées au profit de 510 des militantes féministes. Depuis juin 2010 et jusqu'à fin Des outils spécifiques d'information, destinés aux de répondre à un besoin réel des bénéficiaires et de proposer
  13. 13. Présentations affichées (Posters)
  14. 14. Campagne de plaidoyer pour les droits humains des personnes usagères de drogues au Maroc. H. Himmich2 , O. Maguet1 , R. Hasnouni Alaoui4 , A. Kandil3 1Médecins du monde, Paris, France 2Casablanca 3Nador 4Association de lutte contre le SIDA, Tétouan, Maroc Lundi 26 mars, 9 :00 – 17 :30, session toxicomanie et addiction Lundi 26 mars Problématique : Des études récentes font état d'une augmenta- tion du nombre de personnes usagères de drogues (PUD) au Nord du Maroc et de taux de prévalence du VIH entre 7% et 38%. Les PUD souffrent de l'application de la loi les crimina- lisant et d'un environnement répressif et hostile. C'est pourquoi l'Association de Lutte contre le Sida, en complément d'un programme d'échanges de seringue (PES), a mis en place, avec le support de l'Open Society Foundation, une action de plaidoyer sur la question des droits humains (DH) des PUD. Méthodologie : Une enquête a été menée dans 3 villes du nord graphique, consommation de drogues, parcours en prison, violations des DH par la police, système de santé et famille), administré à des PUD recrutées en proximité de PES. Une confé- rence nationale a été organisée le 26 octobre 2011 pour communiquer sur les résultats de l'enquête et d'un rapport sur droit et usage de drogue au Maroc. Résultats : Sur les 300 personnes interviewées, 91% étaient de sexe masculin. 31% vivent à la rue et seuls, 4% avaient une activité professionnelle f ormelle; 96% des femmes et 8% du pays avec un questionnaire (explorant : profil sociodémo-
  15. 15. des hommes se prostituent; 97% sont consommateurs d'héroïne, les deux tiers étant injecteurs. 80% ont fait l'objet de violence et de harcèlement de la part de la police, 62% de la part de leur environnement. 82% ont été incarcérées entre une et 30 fois (médiane : 3 fois), 50% ont subi des refus de soins. Ces résultats et le rapport juridique ont été largement médiatisés à l'occasion d'une conférence nationale, organisée en partenariat avec le Conseil National des Droits de l'Homme , en présence de représentants des ministères concernés et d'associations de DH. Ces dernières ont signé la« Déclaration de Rabat » appelant au respect des droits des PUD Conclusion : Cette campagne a permis d'obtenir l'implication des institutions et associations de DH dans la poursuite du plai- des DH soit inscrite dans toutes les politiques de réduction des risques (RDR). Sa médiatisation auprès du grand public faci- lite d'ores et déjà l'acceptation du travail de proximité en RDR. de partager cette expérience avec les acteurs régionaux. Lundi 26 mars, 9 :00 – 17 :30, session dépistages Programme d'assurance-qualité dans les centres de conseil et test volontaire. M. El Khammas, M. Karkouri, T. Laalam, H. Himmich Association de lutte contre le SIDA (ALCS), Casablanca, Maroc Objectif : L'Association marocaine de Lutte Contre le Sida (ALCS) a mis en place un programme-pilote d'Assurance-Qualité (AQ) de l'activité du dépistage dans l'ensemble de ses Centres d'Infor- mobiles. L'objectif du programme est l'amélioration de la qualité des prestations et donc de l'attractivité de ces centres. doyer auprès des administrations concernées afin que le respect Enfin, il est programmée une conférence maghrébine afin mation et de dépistage Anonyme et Gratuit (CIDAG), fixes et
  16. 16. Méthodologie : Préalablement au démarrage du programme d'AQ, des normes concernant les structures, les ressources hum- dures avaient été adoptées par un comité ad hoc. Le programme comporte une autoévaluation interne pour chaque site ainsi que des missions de supervision menées par le Coordinateur des CIDAG de l'ALCS. Ce dernier mène des entretiens avec les médecins conseillers et les responsables locaux des sections de l'ALCS dont chaque CIDAG dépend, ainsi qu'une enquête de satisfaction auprès des usagers. Le pilotage du programme est assuré par un comité de suivi constitué de médecins conseil- lers, de politiques et du Coordinateur des CIDAG. . Résultat : Depuis le démarrage du programme en 2010, au programme. Trois sites ont été reconstruits et 2 autres ont en conformité avec les normes. L'ensemble des CIDAG a été mis à niveau en termes d'équipements et tialité et l'éthique sont respectées. Le système d'aiguillage vers les centres de prise en charge est généralement respecté Conclusion : Ce programme a permis d'instaurer une culture de la qualité dans les CIDAG de l'ALCS et de construire des liens normes établies , notamment en termes d'aménagement des sites, permettant de mobiliser des fonds pour leur mise en conformité, garantissant, à terme, une meilleure attractivité vis- à-vis des populations cibles. Ce programme sera désormais reconduit annuellement. bénéficié de gros travaux de réaménagement pour leur mise et efficace. les usagers interviewés semblent satisfaits de la qualité des prestations services offerts. 27 CIDAG fixes et 4 unités mobiles de dépistage ont participé de confiance entre les différents intervenants du dépistage. Il a également permis de pointer des insuffisances par rapport aux de matériels. La confiden- aines et matérielles et différents aspects de gestion et de procé-
  17. 17. Lundi 26 mars, 9 :00 – 17 :30, session dépistages La Journée nationale du dépistage VIH : cinquième édition, mai 2011. Une action à pérenniser. M. El Khammas, A. Douraidi, M. Karkouri, H. Himmich Association de lutte contre le SIDA (ALCS), Casablanca, Maroc Introduction : ciation marocaine de Lutte Contre le Sida (ALCS) a organisé, en 2011, la cinquième édition de la Journée Nationale du Dépis- tage (JND). Celle-ci est également l'occasion de tisser des liens solides avec différents partenaires, de communiquer autour de la thématique VIH/SIDA et de combattre la stigmatisation qui y est liée. Les éléments de réussite et les pistes d'améliora- tion encouragent à la pérennisation de cette journée. Description : L'organisation de la JND a nécessité de mettre en communautaires, autorités locales, cabinet médical privé). La logistique était assurée par le Coordinateur du dépistage de l'ALCS. Une vaste opération de mobilisation des volontaires de l'ALCS assurant l'encadrement de l'action, ainsi que des mé- decins sonseillers a été également mené.Enfin, le système de suivi de la journée comportait 3 niveaux d'information, points de dépistage, section locale de l'ALCS puis Siège National. Résultats : Seize régions furent (39 villes et 14 villages) par 81 points de dépistage dont 12 points par les 4 unités mobiles de dépistage de l'ALCS, 9 centres de santé gouvernementaux, 5 maisons de jeunes, 33 locaux associatifs d'associations théma- tiques partenaires (féminines, droits humains, développement,…) et un cabinet médical privé. Les tests étaient assurés par 83 médecins conseillers, avec le support de 307 volontaires. Près Afin d'améliorer l'accessibilité du test VIH, l'Asso- place des partenariats avec différents partenaires (associations dépistage; les 69 points fixes étaient repartis sur 21 centres de
  18. 18. de 31980 contacts ont été enregistrés, 64436 brochures (43% de femmes) dont 28 positifs. Conclusion : Le travail collaboratif avec l es partenaires gouver- nementaux et les ONG partenaires, la dynamique et la mobi- lisation interne engendrée ont sans doute contribués à la réus- site de la journée qui est aussi l'occasion de communiquer sur le VIH et de lutter contre la stigmatisation et la discrimination qui y sont liées. Accompagnement des mères vivant avec le VIH face à l'annonce de la séropositivité de leur enfant : option ou nécessité ? H. Setti, F. Rhoufrani, M. Karkouri, H. Himmich Association de lutte contre le SIDA, Casablanca, Maroc Mardi 27 mars, 9 :00 – 17 :30, session observance Mardi 27 mars Objet de l'étude : L'Association marocaine de Lutte Contre le Sida (ALCS) dispose d'un programme d'accompagnement té vécue et exprimée de mères vivant avec le VIH de gérer la séropositivité de leur enfant, l'association a mis en place un programme d'accompagnement des mères séropositives, pour les accompagner face à l'annonce de la séropositivité à leur enfant et la gestion de celle-ci. Méthodes : Le programme a consisté en une formation spécia- lisée de médiateurs thérapeutiques sur l'accompagnement des mères à faire l'annonce et la préparation des enfants à l'annonce, avec production d'un matériel pédagogique et 31612 préservatifs distribués. Enfin, 6938 tests ont été réalisés psychosocial des personnes vivant avec le VIH. Face à la difficul- spécifique et adapté à l'enfant. Pour évaluer l'impact de cette
  19. 19. formation, l'ALCS a suivi, prospectivement, entre 2009 et 2011, 20 mères vivant avec le VIH d'enfants séropositifs, ayant toutes refusé initialement d'annoncer à leur enfant son infection par le VIH. Le suivi consistait en des entretiens semi-directifs, de questionnaires et de consultations psychiatriques. Résultats obtenus : La moyenne d'âge des enfants était de 6ans [4-11 ans]. Les 20 femmes étaient issues de milieux socioéco- 6 étaient dépressives, 8 anxieuses et 15 rapportaient un très fort de compte,16 femmes sur 20 ont accepté d'annoncer à leur enfant sa séropositivité mais l'annonce n'a été faite qu'à et leurs enfants continuent de poursuivre leurs séances de médiation thérapeutique. Conclusion : L'accompagnement des mères vivant avec le VIH face à l'annonce et la gestion de la séropositivité de leur enfant doit faire partie des services proposés aux familles concernées. Cet accompagnement peut être fait lors de séances de média- tion thérapeutique par une équipe formée, il permet non seule- ment l'amélioration de la prise en charge médicale des enfants, mais également l'amélioration du bien-être psychologique des mamans. nomiques différénts. Avant le démarrage du programme, sentiment de culpabilité. A la fin de l'étude, le sentiment de culpabilité a cédé à un sentiment de responsabilité et d'affection chez 12 femmes, 4 mères étaient moins dépressives et , en fin 12 enfants, facilitant ainsi leur prise en charge. Enfin, 19 mères
  20. 20. Modérations
  21. 21. Coprésidence du symposium satellite UNITAID par Pr. Hakima Himmich Dimanche 25 mars, 15 :30 – 17 :00, symposium satellite organisé par UNITAID, les nouveaux défis Dimanche 25 mars Modération de la plénière par Pr. Hakima Himmich Mardi 27 mars Co-animation de la session par Pr. Hakima Himmich Lundi 26 mars, 10 :30 – 12 :00, session genre Lundi 26 mars Co-modération de la session par Dr. Mehdi Karkouri Mercredi 28 mars, 8 :30 – 10 :00, session dépistage (2) Mercredi 28 mars Co-animation de la session par Dr. Othoman Mellouk Lundi 26 mars, 10 :30 – 12 :00, session santé sexuelle Mardi 27 mars, 8 : 30 – 10 :30, Plénière 2 de l'accès aux traitements et diagnostics
  22. 22. Siège social ôpitaux, CP 20360, Casablanca, Maroc Téléphone: (212) 5 22 22 31 13/14 Fax: (212) 5 22 22 28 59 E-mail: alcs@menara.ma Site web: www.alcsmaroc.ma Ligne d'écoute: Allo...Info sida: 0801002525

×