La luxation congénitale de la hanche

8 536 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
1 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 536
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
757
Commentaires
1
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • fffffffffff
  • Il n’existe pas de politique de prévention définie une fois pour toute elle doit s’adapter aux contexte socio-économique, elle est basée surla répetition inlassable du message, une attention soutenue aux facteurs de risque, un examen clinique régulier et une échographie au moindre doutre
  • La luxation congénitale de la hanche

    1. 1. sujet toujours d’actualité Il concerne : La sage femme le pédiatre , le généraliste, le radiologue, l’ortho-pédiatre ……………………..un dépistage aussi précis que possible …………………… adopter une conduite cohérente. l’examen clinique ++++ l’essor considérable des techniques d’imagerie(échographie +++) . Une meilleure compréhension du substratum +++ remi.kohler@chu-lyon.fr (R. Kohler).Archives de pédiatrie 10 (2003) 913–926© 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS.
    2. 2. DIAGNOSTIC PRECOCE SI NON ……..
    3. 3. Environ le 30 % des pediatres ne peutEnviron le 30 % des pediatres ne peut pas differencier le signe d’ Ortolani et lepas differencier le signe d’ Ortolani et le signe de Barlowsigne de Barlow
    4. 4. 42 % des pediatres ont une notion42 % des pediatres ont une notion insuffisante de la “hanche à risque”insuffisante de la “hanche à risque” ??
    5. 5. Introduction/Définition La luxation : la tête fémorale est complètement sortie de la cavité cotyloïdienne.
    6. 6. Introduction/Définition La subluxation : la tête n’est pas normalement située au fond de la cavité cotyloïdienne sans être complètement sortie de l’acétabulum.
    7. 7. La dysplasie : défaut architectural du développement de la hanche, d’expression essentiellement radiologique.
    8. 8. ANATOMIE
    9. 9. 4 mois
    10. 10. Anatomie pathologique
    11. 11. Chez le fœtus et le nouveau-né  Partie théorique Anatomie pathologique
    12. 12. Anatomie pathologique Chez le fœtus et le nouveau-né 1-Hanches luxées et subluxées Déplacement de la tête fémorale La capsule est étirée La tête fémorale peut être déplacée  cotyle : déformée Le rebord cotyloïdien ou limbus est déformé La tête fémorale est un peu aplatie
    13. 13. Partie théorique Anatomie pathologique Chez le fœtus et le nouveau-né 2-Hanches dysplasiques sans luxation Elle n’a pas de signe clinique ni de traduction radiographique à cet âge
    14. 14. Anatomie pathologique Chez le fœtus et le nouveau-né Classification anatomique Classification de Dunn -grade I : subluxation avec limbus éversé ; -grade II : luxation intermédiaire avec limbus en partie éversé, en partie inversé ; - grade III : luxation complète avec limbus inversé.
    15. 15. Anatomie pathologique Chez l’enfant Chez le nourrisson Les anomalies paraissent plus évidentes Certaines formes sont devenues irréductibles
    16. 16. Anatomie pathologique Chez l’enfant Chez l’enfant à (et après) l’âge de la marche Ascension plus nette du fémur Néocotyle La luxation………..appuyée  non appuyée(tête dans les muscles fessiers)
    17. 17.  Fréquence : de 3 ‰ - 20‰  Sexe : 05F /1G  Facteur familial : 3- 12%  siège  Les luxations unilatérales +++ Épidémiologie
    18. 18.  Les facteurs génétiques   Les facteurs mécaniques : Primiparité - - siège,  -césarienne,  - gros poids de naissance,  - oligoamnios  - disproportion f-m Facteurs étiologiques
    19. 19. Étiopathogénie  In utero : la luxation est possible :T1(**)  À la naissance  Après la naissance Moment de la luxation la luxation est impossible (*)L’affection se constitue in utero en général tardivement (dernières semaines voire derniers jours de la grossesse) (**) Raphaël Seringe : Professeur à la faculté de médecine, chirurgien des Hôpitaux Service d'orthopédie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 74-82, avenue Denfert-Rochereau, 75674   Paris   cedex 14   France   EMC 4-007-E-10  (1999) (*)remi.kohler@chu-lyon.fr (R. Kohler).Archives de pédiatrie 10 (2003) 913–926© 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS.
    20. 20. Étiopathogénie Comment se constitue la luxation ?  La posture luxante  L’appui direct prolongé sur le grand trochanter d’un fémur en posture luxante  La faible résistance du limbus et de la capsule Fig.3 Postures luxantes chez le fœtus.
    21. 21. Chez le nouveau-né  Etude théorique Étude clinique
    22. 22. • Les conditions de cet examen sont essentielles : • aucune conclusion pertinente ne peut être tirée d’un examen trop rapide ou pratiqué sur un enfant agité. • Le bébé est examiné tout nu, • de préférence sur un plan dur • dans des bonnes conditions de relâchement (ce qui suppose qu’il n’a pas faim ! dans le cas contraire le biberon ou la tétée doivent être proposés avant l’examen). I • l faut expliquer aussi aux parents, dans le but de les rassurer, que les manoeuvres pratiquées sur leur bébé sont indolores (y compris la reproduction d’un ressaut franc). • Cet examen doit être répété remi.kohler@chu-lyon.fr (R. Kohler).Archives de pédiatrie 10 (2003) 913–926© 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS.
    23. 23. GALEAZZIGALEAZZI
    24. 24. Etude théorique Étude clinique Chez le nouveau-né Étude de l’abduction Regarder la position spontanée des cuisses Mesurer l’amplitude d’abduction Étudier le tonus des adducteurs Rechercher une rétraction des abducteurs Recherche de craquement Le craquement est presque toujours audible
    25. 25. LIMITATION DE L’ABDUCTION
    26. 26. Partie théorique Étude clinique Chez le nouveau-néRecherche de l’instabilité La manœuvre de Barlow
    27. 27. Manœuvre de Barlow  C'est la méthode la plus fiable.
    28. 28. Manœuvre d’ORTOLANI
    29. 29. BARLOWORTOLANI
    30. 30. Étude clinique Chez le nourrisson IDEM nouveau-né Chez l’enfant à partir de l’âge de la marche La boiterie Autres signes : la limitation de l’abduction,  le flessum de hanche  l’hyperlordose lombaire compensatrice
    31. 31. Dépistage Partie théorique
    32. 32. Dépistage la période néonatale………………… guérison traitement retardé,…………….. risque d’échec +complication La meilleure méthode de dépistage demeure l’examen clinique………………+ ECHO
    33. 33. Dépistage 4 idées fausses sont à supprimer (*)  faire une radiographie systématique à la naissance  faire une échographie systématique à la naissance  langer en abduction tous les nouveau-nés  croire que le ressaut disparaît au troisième jour (*) Raphaël Seringe : Professeur à la faculté de médecine, chirurgien des Hôpitaux Service d'orthopédie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 74-82, avenue Denfert-Rochereau, 75674   Paris   cedex 14   France   EMC 4-007-E-10  (1999)
    34. 34. Traitement Partie théorique
    35. 35. Traitement Obtenir la réduction de la tête dans le cotyle Stabiliser la hanche Corriger la dysplasie cotyloïdienne associée But du traitement
    36. 36. Partie théorique Traitement Méthodes ambulatoires Méthodes orthopédiques Méthodes orthopédiques
    37. 37. Partie théorique Traitement Méthodes orthopédiques Méthodes ambulatoiresAvec abduction immédiate Le langeage en abduction-flexion
    38. 38. Partie théorique Traitement Méthodes orthopédiques Méthodes ambulatoiresAvec abduction progressive Les attelles d’abduction à hanches libres de Petit
    39. 39. Partie théorique Traitement Méthodes orthopédiques Méthodes ambulatoiresAvec abduction progressive Le harnais de Pavlik
    40. 40. UN AUTRE CAS
    41. 41. NE PAS OUBLIER DE DEMANDER UNE ECHOGRAPHIE DES HANCHES DE LA PETITE SOEUR
    42. 42. Partie théorique Traitement Méthodes nécessitant l’hospitalisation Méthodes orthopédiques
    43. 43. PLATRE …..06 MOIS
    44. 44. Méthodes chirurgicales
    45. 45. RADIOGRAPHIERADIOGRAPHIE
    46. 46. RADIOGRAPHIERADIOGRAPHIE
    47. 47. HANCHE DROITE OPEREE
    48. 48. TECHNIQUE CHIRURGICALETECHNIQUE CHIRURGICALE
    49. 49. INSTALLATIONINSTALLATION
    50. 50. INCISION: PEAU ET SOUS PEAUINCISION: PEAU ET SOUS PEAU
    51. 51. CRETE ILIAQUECRETE ILIAQUE
    52. 52. INCISIONINCISION DU CARTILAGE DE LA CRETE ILIAQUEDU CARTILAGE DE LA CRETE ILIAQUE
    53. 53. SECTION DU DROIT ANT
    54. 54. ALLONGEMENT DU PSOASALLONGEMENT DU PSOAS
    55. 55. REPERAGE DE LA PORTION REFLECHIE DU DROIT ANT
    56. 56. DISSECTION DE LA CAPSULEDISSECTION DE LA CAPSULE
    57. 57. CAPSULOTOMIE
    58. 58. SECTION DU LIG ROND
    59. 59. LA REDUCTION EST POSSIBLE
    60. 60. ABORD DE LA DIPHYSE FEMORALE
    61. 61. REPERAGE PAR BROCHES DANS LE PLAN DES CONDYLES FEMORAUX
    62. 62. DEGRE DE DEROTATION
    63. 63. REPERAGE DU COL FEMORAL
    64. 64. CONTRÔLE SCOPIQUE FACE
    65. 65. PREPATION DU TRAJET DE LA LAME
    66. 66. CHOIX DE LA LAME PLAQUE
    67. 67. OSTEOTOMIE DU FEMUR
    68. 68. CONTRÔLE SCOPIQUE
    69. 69. RACCORCISSEMENT DU FEMUR
    70. 70. DEROTATION - VARISATION MISE EN PLACE DE LA LAME PLAQUE
    71. 71. CONTRÔLE SCOPIQUE
    72. 72. REDUCTION DE LA TETE FEMORALE
    73. 73. CAPSULORHAPHIE
    74. 74. SUTURE DU CARTILAGE DE LA CRETE
    75. 75. FERMETURE PLATRE PELVI-PEDIEUX
    76. 76. traitement de la dysplasie ACETABULOPLASTIE DE DEGA
    77. 77. TECHNIQUE OPERATOIRE
    78. 78. voie de type bikini incision 1 cm sous le relief de la crête iliaque, incurvée vers le haut
    79. 79. Le point de début de l’ostéotomie était repéré avec l’amplificateur de brillance
    80. 80. Le trait d’ostéotomie est orienté en direction du cartilage tri-radié
    81. 81. mise en place de greffons
    82. 82. PLATRE PELVIPEDIEUX 6 SEMAINES
    83. 83. traitement de la dysplasie OSTEOTOMIE DE VARISATION
    84. 84. Cas :bonne ev après chirurgie
    85. 85. Hôpital lapeyrone montpellierHôpital lapeyrone montpellier 26 10 200726 10 2007
    86. 86. ANAMNESE • LANGEAGE EN ABDUCTION A L AGE DE 02 MOIS • RX DU 04 E MOIS Mm:NON FAITE • PREMIERE CONSULTATION : 05 04 1993
    87. 87. 27 07 199327 07 1993
    88. 88. 27 07 199327 07 1993
    89. 89. OPERE LE 27 07 1993OPERE LE 27 07 1993 OP Pr A DIMEGLIOOP Pr A DIMEGLIO P MASEAUP MASEAU
    90. 90. 09 09 1993 09 09 199309 09 1993
    91. 91. 25 03 199425 03 1994
    92. 92. 25 03 199425 03 1994
    93. 93. HANCHE GAUCHE 08 06 1994HANCHE GAUCHE 08 06 1994
    94. 94. 08 06 199408 06 1994
    95. 95. 15 06 199515 06 1995
    96. 96. 15 09 200415 09 2004
    97. 97. Savoir s’abstenirSavoir s’abstenir
    98. 98. Partie théorique Traitement Indications
    99. 99. Partie théorique Traitement Chez le nouveau-né Indications Indications
    100. 100. Partie théorique Traitement Chez le nouveau-né Indications En cas de hanche luxée réductible Le traitement par le langeage en abduction-flexion très strict, à deux personnes
    101. 101. Partie théorique Traitement Chez le nourrisson Indications Trt orthopédique
    102. 102. Partie théorique Traitement Chez le nourrisson Indications En cas de dysplasie cotyloïdienne sans trouble du centrage Surveillance
    103. 103. Partie théorique Traitement Chez l’enfant après la marche Indications Trt chirurgical TRT ORTHOPEDIQUE
    104. 104. Partie théorique Traitement Complications du traitement
    105. 105. Partie théorique Traitement  Difficulté pour obtenir la réduction  Subluxation résiduelle  Reluxation  Fractures du fémur  Raideurs de hanche  Inégalité de longueur des membres inférieurs  L’ostéochondrite Complications
    106. 106. Matériel & méthodes Partie pratique REALITES ET PERSPECTIVES
    107. 107.  Étude rétrospective avec revue des malades;  service d’orthopédie - C.H.U Annaba-  LCH après échec de langeage ou jamais traitées  Exclus: LCH traitées en ambulatoire  Période : 11 ans (1995-2005)  68 malades…………88 hanches  34 enfants revus: …….27 traitement orthopédique 06 traitement chirurgical
    108. 108. 22,06% 77,94% masculin féminin SEX-RATIO 1G/4F
    109. 109. Côté atteint 38,24% 32,35% 29,41% gauche droit bilatéral Bilatérale :30 % (20 hanches / 68 ). GHANDOUR et MALLET (02/14) ……………… NAINA RANDRIAMANANJARA (03/20)…………
    110. 110. ATCD familiaux directs 23% Facteurs De Risque Majeurs Consanguinité parentale 1/3 Siège 10% Syndrome postural 06%
    111. 111. Primiparité ………………… 41.28% Facteurs De Risque MineursFacteurs De Risque Mineurs Poids de naissance > 4 Kg …… 05% PREMATURITE ……….03%
    112. 112. HYPERLAXITE LIG…………….26%
    113. 113. Âge de découverte de la maladie 19,12% 5,88% 50,00% 4,41% 20,59% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% à la naissance de la naissance à l'age de la marche à l'age de la marche aprés l'age de la marche non précisé Dépistage encore insuffisant AGE MOY A L’ADMISSION ……….16.6 MOIS
    114. 114. 1.Méconnaissance Des Risques Diagnostic TardifDiagnostic Tardif
    115. 115. Défaut De Communication gynécologue sage femme pédiatre famille médecin Diagnostic TardifDiagnostic Tardif
    116. 116. 58,82% 27,94% 13,24% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% <1 an >1an non précisé Délai entre l'age de découverte de la maladie et l'hospitalisation L’absence de services d’orthopédie pédiatrique laisse 3 / 10 attendre plus d’une année pour être hospitalisés.
    117. 117. Type de traitement 16.18% ……………..………….. chirurgie. 80.88% ………………… traitement orthopédique1
    118. 118. CONTREVERSES • COLEMAN S S : ………………..TRACTION INUTILE APRES 18 MOIS • EDITORIAL:DEVELOPMENTAL DISLOCATION OF THE HIP:EVOLUTIONARY CHANGES IN DIAGNOSIS AND TREATMENT.J PEDIATR ORTHOP 1994;14:1-2 • WEINSTEIN: ’’il n’est pas scientifiquement prouvé que la traction influence de facon positive dans le trt de la LCH • WEINSTEIN SL ;stuart l ;mubarek sj ;wenger r :development hip dysplasia and dislocation : j b j s 2 003 -85A9:1824-1832
    119. 119. A L ’opposé • DAOUD –SAIGHI B • LCH après 18 mois………..ROLE DE LA TRACTION AU ZENITH • 35 ENFANTS/50 HANCHES.AGE MOYEN 33 MOIS /……….LA REDUCTION ORTHOP EST EFFICACE 76%( 38/50). • CHIRURGIE COMPLEMENTAIRE ……..18/38 • DAOUD –SAIGHI B congenital dislocation of the hip in the older child :the effectiveness of overheard traction • J b j s Am 1996.78:30-40 • MORIN 1998 • PUBLIE L’éxpérience de MOREL ……188 HANCHES resultats tres satisfaisants • MOREL G the treatment of congenital dislocation and subluxation of the hip in older child…..ACTA ORTHOP SCANDINAVICA 1975 46 .364-399 • MORIN.C/ RABAY G /MOREL G :j pediatr orthop 1998.18.246-253
    120. 120. Durée de la traction 3,64% 7,27% 9,09% 30,91% 14,55%16,36% 9,09% 9,09% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 10 jours 2 Sem 3 Sem 4 Sem 5 Sem 6 Sem 7Sem Non précisée60%
    121. 121. Problèmes rencontrés lors de la traction 14.55% ………………..des lésions cutanées, 10.91% ………………..des oedèmes des membres inférieurs 03.64%......................... des infections respiratoires. Aucun problème ……….. 70.91%
    122. 122. TRT ORTHOTRT CHIR La LCH ………… onéreuse durée moyenne d’hospitalisation de ……37 j. COUT/mde………….35 MILLIONS CENT. ALG
    123. 123. Cas clinique 01 Admission : 2002 Hanche droite à la revue Hanche gauche à la revue Age=16 mois R. RAYANE Recul :04 ans Age=05 ans et 7 mois
    124. 124. Cas clinique 02 Admission: 2000 à la revueC. NOR EL HOUDA Recul =06 ans Age : 27 mois Age : 08 ans
    125. 125. Cas clinique 03 Admission :2004 à la revue Age :22 mois A.TAKOUA RECUL :23 mois
    126. 126. Cas cliniques 05 Admission :2004 Hanche droite à la revue Age :21 mois Age :04 ans D. KATRE NADA RECUL : 02ans
    127. 127. Cas clinique 07 Admission 2001 à la revue Age :25 mois Age :07ans K. ISLAM RECUL : 05 ANS
    128. 128. Cas clinique 04 à la revueAdmission 1995 DYSPLASIE Age :28 mois H. NOURA RECUL :11 ANS Age 13 ans
    129. 129. Complicati onsOstéochondrites ……………...02 Reluxations …………………..05 Nécrose post réductionnelle……00 DAOUD-SAIGHI B …………………...02/38 RAIDEUR………………………………00
    130. 130. Cas clinique 06 Admission 2004 Hanche droite à la revue Age :20 mois Age :04 an S. THORAYA RECUL :02 ANS Ostéochondrite POST REDUCTIONNELLE
    131. 131. Dépistage de la LCH ……… très insuffisant . Retard diagnostique ...considérable . Délais de la prise en charge …..+++++ La LCH ………… onéreuse et très astreignante. Conclusion Le traitement orthopédique ……….. 50% de bons résultats. CHIRURGIE COMPLEMENTAIRE +++
    132. 132. • répéter le messagerépéter le message • répéter l ’examen cliniquerépéter l ’examen clinique • les facteurs de risqueles facteurs de risque • dans le doutedans le doute échographieéchographie • La radiographie du quatrième mois Dysplasia dislocation of the hip:: conservative treatment and open reduction.conservative treatment and open reduction. Editions Scientifiques et Medicales Elsevier SAS (Paris). Surgical tecniques in Orthopaedics andEditions Scientifiques et Medicales Elsevier SAS (Paris). Surgical tecniques in Orthopaedics and Traumatology, 55-410-D-10,2001, 9p.Traumatology, 55-410-D-10,2001, 9p. Dimeglio A and Moukoko D.Dimeglio A and Moukoko D.
    133. 133. LE FUTURLE FUTUR Tirer les lecons du presentTirer les lecons du present Investir dans la preventionInvestir dans la prevention Faire mieux: agir plus totFaire mieux: agir plus tot diminuer la chrurgiediminuer la chrurgie
    134. 134. ““Prevention:Prevention: gagner la guerre avec élégance,gagner la guerre avec élégance, sans perte de sang”sans perte de sang” Alain DimeglioAlain Dimeglio
    135. 135. HISTOIRE RESPONSABILITE
    136. 136. SUIVI /UN PEDIATRE DEPUIS J2 PAS D’EXAMEN DES HANCHES PAS D’ECHOGRAPHIE DES HANCHES MARCHE :13 MOIS PRESCRIPTION D’UNE ECHARPE RX BASSIN A L-AGE DE 18 MOIS
    137. 137. RX à l’age de 18 mois
    138. 138. RESPONSABILITE MORALE ETHIQUE MEDICO LEGALE
    139. 139. L.C.H

    ×