Examens
examen1
Examen 1
25 points1
124 - cent vingt-quatre
		 Compréhension de l’oral
Répondez aux questions en cochant (x) la bo...
examen1
Examen 1
cent vingt-cinq - 125
nts
1 point
1 point
points
1 point
1 point
1 point
n Exercice 2	 18 points
Vous all...
examen1
Examen 1
126 - cent vingt-six
Y Quelle institution appuie l’association ?	 1 point
..................................
examen1
Examen 1
25 points2
cent vingt-sept - 127
1 point
1 point
1 point
5 point
1 point
5 point
points
		 Compréhension ...
examen1
Examen 1
128 - cent vingt-huit
Q Le but de l’opération est de…	 1 point
	 	 louer un véhicule pendant moins de 24 ...
examen1
Examen 1
cent vingt-neuf - 129
1 point
points
1 point
1 point
5 point
1 point
éponse
n Exercice 2	 12 points
Des c...
examen1
Examen 1
130 - cent trente
Q L’Association du droit au logement est satisfaite parce qu’elle rêvait...	 1 point
	 ...
examen1
Examen 1
25 points3
25 points4
cent trente et un - 131
1 point
5 point
1 point
1 point
1 point
points
éponse
		 Pr...
examen1
Examen 1
25 points
132 - cent trente-deux
n Sujet 1
Journée nationale du sommeil : métro et boulot nuisent au dodo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

les-cles-du-nouveau-delf-b2-test

13 181 vues

Publié le

3 commentaires
8 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
13 181
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14
Actions
Partages
0
Téléchargements
873
Commentaires
3
J’aime
8
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

les-cles-du-nouveau-delf-b2-test

  1. 1. Examens
  2. 2. examen1 Examen 1 25 points1 124 - cent vingt-quatre Compréhension de l’oral Répondez aux questions en cochant (x) la bonne réponse, ou en écrivant l’information demandée. n Exercice 1 7 points Vous allez entendre une seule fois un enregistrement sonore de 2 minutes environ. Vous aurez tout d’abord 1 minute pour lire les questions. Après l’enregistrement, vous aurez ensuite 3 minutes pour répondre aux questions. Répondez en cochant (x) la bonne réponse ou en écrivant l’information demandée. Q Ce document est à caractère… 1 point informatif. polémique. dramatique. W La directrice générale a implanté dans son entreprise… 1 point un poste de responsable pour le traitement de l’égalité. un processus d’égalité raciale. des mesures pour que femmes et hommes aient les mêmes opportunités. E Mentionner deux autres postes qu’a occupés la directrice générale à Astor. 2 points Responsable des achats Directrice commerciale Responsable d’exploitation Directrice des expéditions Responsable des finances Directrice de l’entrepôt R Comment Anne Durin pense-t-elle instaurer le respect ? 1 point En le clamant haut et fort. En le transmettant par écrit dans une charte. En le laissant se diffuser progressivement. T L’anecdote du manœuvre dont la grue s’est bloquée sert à démontrer que la directrice générale… 1 point a dû se battre pour arriver à s’imposer en tant que femme. a eu des problèmes avec les manœuvres de son entreprise trois fois de suite. a peur de monter dans une grue. Y Que faut-il à une femme pour se faire reconnaître selon la directrice générale ? 1 point Une conscience de soi. Du courage. De l’expérience professionnelle. n V V p V V V Q W E e . . R . . T . .
  3. 3. examen1 Examen 1 cent vingt-cinq - 125 nts 1 point 1 point points 1 point 1 point 1 point n Exercice 2 18 points Vous allez entendre 2 fois un enregistrement sonore de 3 minutes environ. Vous aurez tout d’abord 1 minute pour lire les questions. Puis vous écouterez une première fois l’enregistrement. Concentrez-vous sur le document. Vous aurez ensuite 3 minutes pour commencer à répondre aux questions. Vous écouterez une deuxième fois l’enregistrement. Vous aurez encore 5 minutes pour compléter vos réponses. Q Quel est l’objet principal du document ? 1 point Présenter une association d’accompagnants de malades. Parler des malades et demander des témoignages. Informer les familles de victimes de la maladie de leurs droits. Illustrer la lutte contre la maladie. W Cochez VRAI ou FAUX et justifiez votre réponse. 3 points Vrai Faux 1. Il y a plus de 3 millions de malades en France. Justification : ..................................................................... 2. Les personnes qui s’occupent des malades risquent de voir leur santé s’affaiblir considérablement. Justification : ..................................................................... 3. Les femmes s’occupent plus des malades que les hommes. Justification : ..................................................................... E Expliquez quelle est l’attitude de certains hommes quand ils s’occupent des malades et pourquoi elle est peu appropriée. 2 points .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... R Quel est le but de l’association Alzheimer Loire-Atlantique ? 1 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... T Quel est le sens de « souffler » dans l’écoute ? 2 points .......................................................................................................................... ..........................................................................................................................
  4. 4. examen1 Examen 1 126 - cent vingt-six Y Quelle institution appuie l’association ? 1 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... U Expliquez ce qu’est une « halte-relais ». 1 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... I On peut aller aux haltes : 1 point le premier jeudi du mois. tous les lundis. le premier lundi du mois. O Quelles sont les deux choses qui ont changé depuis septembre ? 1,5 point 1. ....................................................................................................................... 2. ....................................................................................................................... P Que cherche l’animateur en fin d’écoute ? 1 point Demander aux auditeurs de l’argent. Casser le silence autour des malades et de leurs accompagnants. Appeler au bénévolat pour aider les familles. { Qui peut se joindre aux témoignages des conjoints et des enfants ? 1,5 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... } Quelle différence y a-t-il entre « accompagnants » et « aidants » ? 2 points Les accompagnants sont ...................................................................................... .......................................................................................................................... Les aidants sont ................................................................................................. .......................................................................................................................... n L
  5. 5. examen1 Examen 1 25 points2 cent vingt-sept - 127 1 point 1 point 1 point 5 point 1 point 5 point points Compréhension des écrits n Exercice 1 13 points Depuis mercredi 7 février, les Lil- lois peuvent se déplacer grâce à un système de voiture partagée. Lancée à l’initiative de la ville de Lille, une société coopérative permet de louer un véhicule pour une courte durée, d’une heure à une journée. Inspiré des modèles suisse et canadien, il offre une alternative à la voiture individuelle. « Tout est possible ou presque », explique Françoi- se de la Charlerie, gérante de la boutique Lilas Autopartage, qui s’occupe du parc et des lo- cations. « Les utilisateurs peuvent garder le véhicule plus de vingt- quatre heures. Ils peuvent quitter la métropole lilloise pour se rendre partout en France ou en Europe à des tarifs intéressants. Mais il est clair que l’objectif prioritaire vise à faire utiliser le même véhicule par plusieurs personnes dans la même journée. » Comment accéder à ce service ? Concrètement, la société Lilas demande un justi- ficatif de domicile, le permis de conduire, un chèque de caution de 350 e (450 e pour les jeunes conducteurs) qui ne sera encais- sé qu’en cas d’accident. Les frais d’inscription s’élèvent à 15 e par personne, ramenés à 10 e si l’on possède un titre de transport collectif annuel. L’abonnement revient à 5 e par mois. Pour disposer d’un véhicule, les abonnés doivent le réserver par téléphone, via Internet ou se présenter à la boutique. Ils peuvent s’y pren- dre sept jours sur sept, à toute heure du jour ou de la nuit. La location est facturée 3,50 e de l’heure. Le conducteur dispose d’une carte à puce avec un nu- méro de code qui lui permet de faire démarrer le véhicule. Il lui suffit alors de prendre livraison de celui-ci dans l’une des neuf stations réparties sur le territoire lillois et de l’y ramener une fois qu’il n’en a plus besoin. Première cible : les couples Les stations, avec places de par- king réservées sont situées en surface, ce qui donne d’autant plus de visibilité à l’autopartage. Seize véhicules sont actuelle- ment disponibles : des Renault Kangoo, Twingo et Clio (en motorisation à essence). D’ici quatre à cinq ans, selon la de- mande, le parc devrait être por- té à une cinquantaine d’unités. Plus tard, des véhicules au gaz ou électriques pourraient être envisagés. « Notre premier objectif est de faire évoluer les comportements », assu- re Mme de la Charlerie. Les cou- ples possédant deux, voire trois véhicules, constituent l’une des premières cibles. Les conduc- teurs qui effectuent moins de 10 000 km par an, les allocatai- res du RMI, les étudiants, ceux qui, de manière générale, n’ont pas les moyens de s’acheter un véhicule, sont autant concernés par ce système qui entend évo- luer vers la « vraie voiture commu- ne » : cette opération est réalisée à travers une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) réunis- sant fonds publics et privés. Le capital de 75 000 e a été réuni par la société Kéolis (26 000 e), l’opérateur privé Caisse commu- ne, la ville de Lille (15 000 e) et trois structures d’économie solidaire. L’Agence de l’envi- ronnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) contribue également au projet à hau- teur de 90 000 e sur trois ans. Clients et salariés de l’entreprise peuvent participer à la SCIC en acquérant des parts sociales de 20 e chacun. La création d’un groupe de réflexion des usagers est prévue afin de préconiser des améliorations et des investisse- ment nouveaux. Source : Philippe Allienne, Le Monde, février, 2007 LILLE EXPÉRIMENTE LA COMMUNE ET SOLIDAIRE
  6. 6. examen1 Examen 1 128 - cent vingt-huit Q Le but de l’opération est de… 1 point louer un véhicule pendant moins de 24 heures. permettre aux étudiants d’avoir une voiture. faciliter l’essor de la voiture partagée. W Cochez VRAI ou FAUX et justifiez votre réponse en citant un passage du texte. 3 points Vrai Faux 1. On peut rouler hors de Lille. Justification : ……………………………….……….………. 2. On prend la voiture dans une station, mais on peut la rendre où l’on veut. Justification : ……………………………….……….………. 3. L’entreprise qui gère les voitures dépend uniquement de la ville de Lille. Justification : ……………………………….……….………. E Qu’est-ce qui permet de minorer le montant du dépôt initial ? 1 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... R Cette initiative se perçoit d’autant mieux… 1 point qu’il y a eu une campagne de promotion. qu’il y a des boutiques spécialisées pour louer les voitures. qu’on peut voir les parkings où sont garées les voitures. T À l’avenir, combien de véhicules prévoit-on d’installer et de quel type ? 1,5 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... Y Quel est le public prioritaire visé par cette mesure ? 1 point .......................................................................................................................... .......................................................................................................................... U Expliquez les expressions ou mots soulignés. 4,5 points ; 1,5 point par réponse « l’autopartage »: ................................................................................................. « les allocataires du RMI » : .................................................................................. « préconiser des améliorations » : .......................................................................... n DA j d s p J t c p « m B j l i « t d m t l f l O d b m d d m L e s l g c c f p LE T m
  7. 7. examen1 Examen 1 cent vingt-neuf - 129 1 point points 1 point 1 point 5 point 1 point éponse n Exercice 2 12 points Des coups comme ça, ils en rêvaient depuis longtemps au DAL (Droit au Logement). Après vingt-sept ans de lutte, il était temps de ra- jeunir un peu les troupes. Les Macaq leur en ont donné l’occasion. Ces artistes et troubadours se sont fait une spécialité des « réquisitions » d’es- paces publics inoccupés. Il ne manquait plus que Jeudi-Noir, un collectif de jeunes précaires qui traquent les propriétaires trop gourmands de la capitale, pour compléter le tableau. Et en avant pour un squat géant de 1 000 mètres carrés ! Une « occupation citoyenne pour placer le dossier du loge- ment au cœur du débat présidentiel », selon Julien Boucher, président des Macaq. Depuis bientôt dix jours, une cinquantaine de personnes habitent l’ancien immeuble de la Lyonnaise de Banque inoccupé depuis trois ans et aussitôt rebaptisé « ministère de la Crise du Logement ». L’opéra- tion coup de poing menée à la hussarde au len- demain du réveillon a fait mouche. La preuve : même la chaîne Al-Jazira a envoyé une équipe de tournage au squat du 24, rue de la Banque. Parmi les occupants, huit familles et une vingtaine d’en- fants qui courent entre les étages. Sur les paliers, les portes claquent, ça rentre et ça sort sans arrêt. On s’interpelle : « Hep ! Y a un plombier qui propose de nous réparer le chauffage ! », « Où est la peinture bleue pour les banderoles ? » (...) Au premier étage, le QG du « ministère », tout le monde s’agite. On annonce la venue d’un huissier d’un moment à l’autre. Leïla, de Jeudi-Noir, tente de faire une liste de tous les occupants. « Ici il y a même quelqu’un qui gagne 2 000 euros par mois ! » Lionel, qui travaille dans les assurances, dénote en costard : « Moi, je suis d’abord militant. Pas un squatteur de base : j’ai un appart dont je paie cher le loyer. Mais je sais pas encore si je vais pouvoir le garder. » Roukiya Sako, 15 ans, n’a pas cette chan- ce. Au troisième étage, dans une pièce nue sans chauffage, elle entasse des couvertures pour s’en faire un matelas. En octobre dernier, elle a été ex- pulsée avec son père et sa petite sœur de leur ap- partement par le propriétaire. Depuis, elle a habi- té chez une copine avant d’échouer ici. « On nous dit toujours d’attendre. Attendre quoi ? Qu’on meure de froid ? Si encore on avait des problèmes de sans-pa- piers ! Mais on est légal, on payait le loyer… » Dans la pièce à côté, un chaudron fumant de chorba accueille les visiteurs, don quotidien d’une asso- ciation. « On n’a pas encore de quoi cuisiner, lance Néné, malienne et maman de deux enfants. Vous en voulez ? » Le deuxième étage est mieux équipé. Tapis, poufs sur le sol, minifour électrique. Bienvenue chez les artistes de Macaq. Squatteurs profession- nels ? Ça fait râler Marie-Hélène, cette étiquette. « Ils sont bien gentils, les DAL, mais entre l’extrême précarité et les difficultés de logement, il y a un mon- de, explique cette ancienne podologue devenue plas- ticienne. Les artistes aussi ont droit à un lieu pour animer le quartier. » Au rez-de chaussée, l’huissier fait son entrée. Il serre des mains. « Vous le consta- tez, je suis venu sans la force publique, sans serrurier. Tout va bien se passer en bonne compagnie » assure- t-il tout sourire. Vient enfin l’heure du debriefing, ce qui a été fait, ce qu’il reste à faire. Installer des douches, un chauffe-eau, mettre des cloisons en- tre les pièces… Les idées fusent : « Et si on récupé- rait le slogan du CIC : « Parce que le monde bouge » Ça ferait une belle banderole ! » Au troisième étage, Sadek Adefa, déléguée des familles, rouspète. « Y a des mamans qui laissent traîner leurs enfants à pas d’heure. Moi, mon fils, à 9 heures je le mets au lit, quoi qu’il arrive ! » Minuit. David, sculpteur, a pris son tour de garde derrière la porte d’entrée pour empêcher les intrusions. La nuit dernière, une maman est restée deux heures à supplier avec son bébé dans les bras. « C’était un crève-cœur, mais on a dû la ren- voyer au Samu. On est complet maintenant. » Source : Marie Vaton, Le Nouvel Observateur, 11 janvier, 2007 LE MINISTÈRE AMER DES MAL-LOGÉS Trois associations réinventent la lutte collective dans un squat au cœur de Paris. Entre militantisme et happening, elles réclament le droit au logement pour tous. Efficace.
  8. 8. examen1 Examen 1 130 - cent trente Q L’Association du droit au logement est satisfaite parce qu’elle rêvait... 1 point d’avoir une troupe de comédiens. d’incorporer des gens jeunes en son sein. de s’unir à d’autres associations. W Les trois associations dont parle le texte sont : 1. ........................................................................................ 2. ........................................................................................ 1,5 point 3. ........................................................................................ E Donnez une des raisons fondamentales du squat de l’immeuble avec vos propres mots. 1 point .......................................................................................................................... R L’occupation… 1 point a été perçue favorablement. n’a pas su convaincre tout le monde. laisse chacun dubitatif quant à sa continuité. T Quelle sensation donne le squat ? 1 point Une fourmilère. Un havre de paix. Un terrain de jeu. Y Hormis les gens démunis, citez deux catégories sociales qui réclament le droit au logement. 2 points ........................................................................................ ........................................................................................ U Expliquez les expressions ou mots soulignés. 4,5 points ; 1,5 point par réponse « Le Ministère amer des mal-logés »........................................................................ .......................................................................................................................... « entre l’extrême précarité et le droit au logement, il y a un monde » ......................... .......................................................................................................................... « un crève-cœur » ................................................................................................ .......................................................................................................................... n A b V m s ( P d D 2 3 2 V V d A
  9. 9. examen1 Examen 1 25 points3 25 points4 cent trente et un - 131 1 point 5 point 1 point 1 point 1 point points éponse Production écrite n Demande argumentée Avec des collègues, vous êtes de plus en plus inquiets de voir que rien ne se fait de bien concret dans votre entreprise dans le domaine du développement durable. Vous écrivez au directeur général pour lui demander de prendre des mesures en lui montrant quels en sont les avantages à long terme et le prestige que pourrait en tirer sa société. (250 mots environ) Vous disposerez d’une feuille entière pour réaliser l’épreuve de production écrite le jour de l’examen. Production orale Présenter et défendre un point de vue construit et argumenté à partir d’un court texte déclencheur. Débat avec l’examinateur. 25 points 30 min de préparation 20 min de passation Vous dégagerez le problème soulevé par le document donnée par l’examinateur. Vous présenterez votre opinion sur le sujet de manière argumentée et vous la défendrez. Au choix, sujet 1 ou sujet 2.
  10. 10. examen1 Examen 1 25 points 132 - cent trente-deux n Sujet 1 Journée nationale du sommeil : métro et boulot nuisent au dodo On dort chaque jour en moyenne une heure et demie de moins qu’il y a 50 ans: à l’occasion de la 7e Journée nationale du sommeil, mercredi, les spécialistes insistent sur l’importance d’être à l’écoute de ses besoins pour dormir suffisamment. Horaires de travail et temps de trajet sont les facteurs majeurs qui poussent à réduire le temps consacré au sommeil. Les changements de mode de vie, avec la multiplication des « tentations » à rester éveillé, comme la télévision ou Internet, ont aussi leur part de responsabilité. Extrait de metrofrance.com, mars, 2007 n Sujet 2 La Militaire Academy On se frotte les yeux, on se pince, on se demande si l’on tourne, dans ce somptueux château de Montry, ancienne propriété du baron de Reilhac, un téléfilm sur le service militaire… Non, c’est ici, à deux pas d’Euro Disney, que la République expérimente sa dernière trouvaille pour sauver la jeunesse : « le centre Défense seconde chance. Un camp militaire destiné à redonner le goût et l’ardeur de travailler. » […] « Les premières promotions donnent des résultats vraiment encourageants », annonce Nathalie Mouillet, la directrice de communication de l’Épide, l’organisme chargé par le ministère de la Défense de développer l’opération. « Environ 60% des volontaires auraient décroché, à l’issue de leur stage, un contrat d’apprentissage, de formation, un CDD ou un CDI. » Extrait de Sophie des Déserts, Le Nouvel Observateur, nº 2198, janvier, 2007

×