SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  44
Télécharger pour lire hors ligne
Pr. Saadia MAROUANE
ENCG-Casablanca
UH2C
S1 : GrA, GrB, GrC, GrD
Chapitre III
Quelques développements
sur l’entreprise
Introduction
au
Management
Séance
introductive :
Pourquoi l’étude
du Management
Ch. 1 : Concepts
du Management
Ch. 3 :
Développements
utiles sur
l’entreprise
(Environnement et
fonctions de l’Ese)
Ch. 4 : Processus du
Management Ch. 2 : Différentes
approches du
Management
Ch. 5 : Défis et
tendances du
Management
Contrôle
écrit
I. Notion d’entreprise
II. Classification des entreprises
III. Différentes approches de l’entreprise
IV. Environnement de l’entreprise
V. Fonctions essentielles de l’entreprise
I. Notion d’entreprise
 En économie : L’entreprise est définie comme étant une
organisation économique, de forme juridique déterminée,
réunissant des moyens humains, matériels, immatériels et
financiers, pour produire des biens ou des services destinés à
être vendus sur un marché pour réaliser un profit.
Son but : L’essence même de son existence et qui est souvent
confondu avec la nature du bien ou service qu’elle produit.
Les moyens qu’elle met en œuvre pour atteindre ce but:
Les objectifs de l’entreprise déterminent les moyens humains,
matériels, immatériels et financiers qu’elle va engager pour
produire.
La recherche du profit: Une entreprise ne peut exister que si
elle crée de la valeur ajoutée du fait même de sa fonction de
transformation.
 L’entreprise est aussi un ensemble d’aspects :
Une entité autonome : Lors de sa création, l’entreprise
acquiert une personnalité qui dépasse sa simple expression
juridique. Une entreprise naît, grandit, meure, agit avec morale
(entreprise citoyenne…) ;
Une entité qui modifie son environnement : Par son
action, une entreprise agit et réagit à son environnement. Elle
change constamment pour s’adapter aux évolutions de la
sphère économique, sociale, juridique… dans laquelle elle
évolue ;
Une organisation sociale : Elle est le reflet des individus qui
la composent. L’entreprise est au cœur des conflits sociaux, le
lieu de cristallisation des problèmes plus généraux de la
société ;
Un système complexe car ouvert : L’entreprise est en relation
avec des partenaires vers lesquels (et à partir desquels) elle
échange des biens, des services, des hommes, des
informations...
II. Classification des entreprises
Les typologies sont destinées à classer les entreprises à partir de
différents critères :
Classification par taille et impact économique2
Classification par statut juridique3
Classification par branche et secteur d’activités4
Classification par secteur économique1
 Secteur primaire : Il regroupe toutes les entreprises utilisant à
titre principal le facteur naturel (agriculture, sylviculture, pêche,
parfois mines). Lié à l'extraction des ressources de la terre :
La collecte et l’exploitation directe de ressources naturelles
 Secteur secondaire : Regroupe les entreprises ayant comme
activité la transformation de matières premières (issues du
secteur Iaire) en produits finis. Il englobe toutes les industries;
 Secteur tertiaire : Secteur produisant des services. Marchand et
non marchand, ce dernier comprenant la production de services
non échangeables comme la justice, la sécurité, etc.
 On distingue aussi parfois un secteur quaternaire comprenant
certaines activités nouvelles, à forte valeur ajoutée de matière
grise(recherche, développement et information).
Classification par secteur économique1
La taille de l’entreprise peut se mesurer de différentes façons.
 Les indicateurs les plus fréquemment utilisés sont l’effectif, le
capital immobilisé et la capacité de production et enfin les
résultats (CA annuel, valeur ajoutée, bénéfices).
 Selon la définition de la Commission européenne, les
entreprises sont classées comme suit :
 Les micro-entreprises : Sous-catégorie des TPE. Elles
disposent de pas plus de dix employés et d’une facturation
limitée. Une micro-entreprise peut s’encadrer au sein des
petites et des moyennes entreprises (PME). Il s’agit de
sociétés n’ayant pas d’incidence significative sur le marché
(qui ne vend pas de grands volumes) et dont les activités ne
requièrent pas de sommes importantes de capital (c’est
plutôt la main d’œuvre qui prédomine : commerçants,
artisans…).
Classification par taille et impact économique2
 Les très petites entreprises (TPE) : De 0 à 9 salariés avec soit
un chiffre d'affaires inférieur à 2 millions d'euros par an. Elles
se construisent autour d’une personne qui concentre sur elle
seule un métier et toute une pluralité de fonctions.
 Les petites entreprises (PE) : Entre 10 et 49 salariés avec soit
un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros par an, soit
un total bilan inférieur à 10 millions d'euros.
 Les moyennes entreprises (ME) : Entre 50 et 249 salariés
avec soit un chiffre d'affaires inférieur à 50 millions d'euros par
an, soit un total bilan inférieur à 43 millions d'euros.
 Les grandes entreprises : 250 salariés et plus ou à la fois un
chiffre d'affaires supérieur ou égal à 50 millions d'euros par an
et un total bilan supérieur ou égal à 43 millions d'euros.
 Le groupe d'entreprises : Comporte une société mère et des
filiales
Le régime juridique d’une entreprise dépend de plusieurs
paramètres comme l’activité, sa finalité et la propriété du capital.
La forme juridique a bien évidemment une incidence sur le
fonctionnement de l’entreprise.
En retenant comme paramètres celui de la propriété du capital et
de la finalité de l’entreprise, on peut distinguer les entreprises du
secteur privé, les entreprises du secteur public et enfin les
entreprises de l’économie sociale.
Classification par statut juridique3
Les entreprises étendues (ou en réseau, ou matricielle) :
ensemble d’entreprises et d’acteurs économiques associés pour
la réalisation de projets communs. Elle fonctionne
essentiellement sur la base d’alliances et partenariats.
A. Les entreprises du secteur privé (Individuelles et
sociétaires) :
Ont pour but de faire des bénéfices et de les partager ce qui
n’est pas le cas par exemple des associations. La société privée
se distingue également de la société publique par la propriété
du capital.
Parmi les entreprises privées, on distingue celles régies par le
droit civil (sociétés agricoles, sociétés civiles immobilières
« SCI») de celles régies par le droit commercial.
Les entreprises régies par le droit commercial se distinguent en
2 catégories d’une part, les entreprises individuelles (La
personnalité juridique de l’entreprise se confond avec celle de
l’entrepreneur : artisans, commerçants…)et d’autre part, les
sociétés.
 Les sociétés se subdivisent elles-mêmes en 3 catégories :
 Les sociétés par intérêts ou de personnes : Société en Nom
Collectif et société en Commandite Simple;
 Les sociétés par actions ou de capitaux : SA, SAS, Société
en Commandite par Actions;
 Les sociétés à responsabilité limitée : EURL et SARL.
 SNC : composée d’un groupe d’associés, tous responsables du passif,
c’est-à-dire qu’ils sont tenus de régler les dettes de la société aux
créanciers sur leur patrimoine propre, indépendamment de leurs
apports.
 SCS : composée de 2 types d’associés. Les commandités qui ont un
statut équivalent à celui des associés de la SNC et les commanditaires
qui ne sont tenus du passif qu’à concurrence de leurs apports. Forme
de société très rare de nos jours
 SCA : de plus en plus rare. Composée de 2 types d’associés. Les
commandités (même statut que dans la SCS) et les commanditaires.
 S.A : Société commerciale composée de 7 actionnaires au
minimum, dont le capital est divisé en actions. Les
actionnaires ne sont responsables des pertes que dans la
limite de leur apport, ce qui veut dire que, même en cas de
faillite de la société, ses actionnaires ne peuvent pas
perdre plus que ce qu’ils ont investi dans la société.
 SARL : Société commerciale dont le capital est divisé en
parts qui ne sont pas des actions et pas librement
cessibles. Les associés ne supportent les pertes
éventuelles qu'à hauteur de leurs apports.
B. Les entreprises du secteur public (Gérées par l’Etat) :
 L’Etat est le principal acteur des entreprises publiques, mais il y
a également les collectivités territoriales (régions,
départements, communes) qui peuvent aussi réaliser des
activités de nature commerciale dans le cadre de sociétés
(Société d’Economie Mixte ou SEM).
 L’entreprise publique est une entreprise à caractère
commercial, au sens juridique du terme, qui dépend de
personnes morales de droit public.
 L’intervention de l’Etat ou des collectivités territoriales dans les
entreprises peut prendre deux formes, soit être propriétaire du
capital de l’entreprise, soit contrôler l’entreprise par
l’intermédiaire de participations.
 Depuis 1993, l’Etat Marocain se désengage en privatisant soit
partiellement, soit totalement les entreprises publiques.
Exemples de privatisation
C. Les Sociétés coopératives :
Ce Sont des entreprises ou associations de l’économie sociale,
qui n’ont pas pour finalité la recherche du profit, mais sont
constituées dans le but de venir en aide aux personnes ou à
certains secteurs.
Sont des organisations dont les adhérents détiennent
collectivement la propriété. Le profit n’est pas recherché, les
bénéfices sont mis en réserve ou redistribués aux sociétaires
sous forme de ristournes. En dehors des coopératives agricoles,
il existe aussi des coopératives de production, de
consommation, de distribution, de pêcheurs, de transporteurs,
etc.
Entreprises
privées

Entreprises
 Entreprise du secteur
public
Entreprises
individuelles
Entreprises
sociétaires
Autres types
d’entreprises
Entreprises
semi-pub.
Entreprises publiques
- Sociétés
coopératives
- Sociétés
mutualistes
- Sociétés
d’économie
mixte
- Les
concessions
- Les entreprises
nationales
- Les établissements
publics, industriels et
commerciaux.
Sociétés de
personnes
SARL Sociétés de
capitaux
- Société en nom
collectif
- Société en
commandite simple
- Société en
commandite par action
- Société anonyme
 Le secteur : Ensemble des entreprises ayant la même activité
principale. Exemples : secteur de la construction, secteur de
l’éducation, de la santé…
 La branche : Ensemble des entreprises fabriquant le même
produit principal, la branche regroupe ainsi des unités de
production homogène. Ex : Branche des fruits et légumes
 La filière : Comprend toutes les activités qui participent
d’amont (matières premières) et en aval (commercialisation) à
la création et à la vente de certaines catégories de produits. En
général, les filières existent par des liens dues à des
technologies communes. Exemple : La filière micro-électrique,
La filière agro-alimentaire, La filière bois Ainsi, le produit est
mis à la disposition de l’utilisateur (client final) par une
succession d’opérations effectuées par des entreprises ayant des
activités diverses.
Classification par branche et secteur d’activités4
Le secteur d’activité classe les entreprises selon les actions
réalisées. On distingue quatre domaines d’activité :
 Entreprise artisanale : Elle vend une activité manuelle.
 Entreprise commerciale : Elle achète des biens qu’elle
revend sans transformation.
 Entreprise industrielle : Elle transforme la matière
première et vend des produits finis (ou semi-finis).
 Société de services : Elle revend un travail sans fabrication
d'objet physique.
III. Différentes approches de l’entreprise
« Boîte noire » centrée sur un seul objectif2
L’approche systémique de l’entreprise3
L’approche « managériale » de l’entreprise4
L’approche néo-classique de l’entreprise1
L’approche « behavioriste » de l’entreprise5
Dans l’optique néo-classique qui a longtemps dominé,
l’entreprise est une unité de fabrication qui transforme un
ensemble de biens en produits finis.
Dans cette vision mécaniste de l'entreprise, sa structure n’est pas
précisée, ou ne fait pas l’objet de développements importants.
L’entreprise est gérée par un individu ou un groupe homogène
d’individus ayant un comportement général d’optimisation. Pour
chaque problème (financier, organisationnel, de gestion, de
production, etc.), il existe une solution unique et préférable à
toute autre qu’il s’agit de rechercher.
Approche Néo classique de l’entreprise1
considère l’entreprise uniquement dans sa composante
économique qui est la recherche d’un profit maximal.
l’entrepreneur dispose d’un certain nombre de droits de propriété
sur et dans l’entreprise :
 Droit de percevoir le revenu réalisé grâce à l’activité de
production de l’entreprise (droit d’appropriation de la valeur
ajoutée produite).
 Droit d’accroître ou de réduire la force de travail utilisée
par l’entreprise dans son processus productif.
 Droit de céder les deux droits précédemment définis à un
tiers.
 Droit de contrôle sur l’entreprise, c'est-à-dire que le
propriétaire est aussi le décideur des actions à mener pour
maximiser le profit de l’entreprise.
L’entreprise « boîte noire » centrée sur un seul objectif2
On peut définir l’entreprise comme étant un système ayant les
caractéristiques suivantes:
 Concret : constitué d’un ensemble d’éléments concrets
(machines, terrain…) mais aussi abstrait (une histoire, une
culture).
 Organisé : doté d’une structure de fonctionnement
permettant d’assurer la coordination des éléments du système.
 Ouvert : donc en relation (flux entrants et sortants) avec son
environnement.
 Finalisé : c'est-à-dire ayant un objectif qui nécessite la mise en
place d’une stratégie.
 Dynamique : en constante évolution, du fait entre autre des
modifications de son environnement.
 Régulé : de manière à essayer d’atteindre constamment ses
objectifs grâce à la prise de décision.
L’approche systémique de l’entreprise3
 …organisé selon des Sous systèmes de 3 types essentiels :
1. Le sous-système d’information : défini par l’ensemble des
moyens et procédures destinés à fournir aux membres de
l’entreprise une représentation de l’état et du
fonctionnement de celle-ci face à son environnement.
2. Le sous-système de décision (ou de pilotage) : ensemble
de tous les éléments qui interviennent dans le processus de
décision.
3. Les sous-systèmes opérationnels : dont la fonction
principale est d’assurer le bon fonctionnement de
l’entreprise (système de production, système financier,
système de gestion du personnel…).
Cette approche reflète les évolutions du système capitaliste dans
lequel de nombreuses entreprises se trouvent confronter entre
la propriété de l’entreprise (détenue par les actionnaires), et la
gestion de l’entreprise (dévolue au « manager ») :
 Les actionnaires recherchent le profit.
 Les managers ont des motifs différents : obtention de la
rémunération (revenu) la plus importante possible, recherche
du pouvoir, recherche de reconnaissance (prestige), recherche
de la sécurité.
Cette approche se traduit par des effets qui éloignent l’entreprise
de son objectif premier définit par le courant classique :
L’approche « managériale » de l’entreprise4
 Les managers qui recherchent avant tout la maximisation du
chiffre d’affaire au détriment de la maximisation du profit.
 L’augmentation des dépenses de l’entreprise : dépenses de
personnel administratif (source de pouvoir et de prestige pour
le manager); les émoluments des managers (partie
discrétionnaire de la rémunération : avantages en nature,
prêts…) qui représentent leur pouvoir et leur prestige, des
dépenses d’investissement qui représentent des opérations de
prestige sans rapporter de profit.
Outre le groupe des actionnaires et celui du manager, les
théoriciens du comportement identifient de nouveaux groupes
qui vont agir sur les décisions de l’entreprise : les salariés, les
partenaires de l’entreprise.
A ce titre, le comportement des différents groupes sera alors
analysé selon le critère de la motivation (volonté d’agir pour
réaliser un objectif) :
 Motivation personnelle : Dépend de l’avantage pécuniaire
perçu en contrepartie du travail effectué pour l’entreprise.
 Motivation professionnelle : Possibilité d’accroître son
pouvoir ou d’obtenir une promotion au sein de l’entreprise.
le comportement de la firme n’est plus focalisé sur la recherche
d’un profit maximum, mais répond à des objectifs multiples
résultant d’un comportement global de satisfaction des
acteurs participant à la vie de l’entreprise.
L’approche « behavioriste » de l’entreprise5
1. Nature de l’environnement
L’entreprise est un système ouvert, elle entretient des relations
constantes avec son environnement. Ce dernier est constitué de
l’ensemble des forces extérieures à l’entreprise qui agissent et
réagissent au profit ou à l’encontre de l’entreprise :
 Macro-Environnement : C’est un environnement général de
l’entreprise qui intègre les aspects sociologiques, économiques,
juridiques, politique, techniques… tant nationaux
qu’internationaux.
 Micro-Environnement : C’est un environnement spécifique
de l’entreprise constitué de ses clients, ses fournisseurs, ses
sous-traitants, ses concurrents…
IV. Environnement de l’entreprise
2. Facteurs influençant de l’entreprise
Les facteurs géographiques et démographiques : climat, qualité de
l’environnement, proximité d’une zone urbaine…, la structure par âges
de la population…
Les facteurs socioculturels : les modes de vie des individus, les
valeurs esthétiques ou les modes de pensée ..
Les facteurs juridiques et institutionnels : déterminent les règles
du jeu en vigueur sur un marché qui vont encadrer, conditionner
l’activité des entreprises réglementation juridique, sociale, fiscale…
Les facteurs technologiques
Les facteurs concurrentiels
Les facteurs sociaux : motivation et de l’implication des personnels
Les facteurs économiques : l’évolution des variables économiques
(inflation, croissance économique, évolution du taux de change…)
3. Relation entre l’entreprise et son environnement
a) Relation d’adaptation
Les entreprises se doivent d’adapter leur stratégie en fonction de
l’évolution des composantes de l’environnement : la concurrence se
mondialise, la demande des consommateurs change rapidement, les
technologies, les sciences progressent, les événements politiques et
économiques s’enchaînent et la réglementation se modifie.
 Identifier les menaces que les évolutions de l’environnement
font peser sur l’entreprise;
 Identifier les opportunités qui peuvent en naître.
Ignorer les
modifications de
l’environnement
Absence de stratégie
Anticiper les
évolutions
Faire face aux
évolutions
défavorables
Stratégie offensive
Stratégie défensive
4. L’entreprise dans son environnement
a) L’entreprise dans le régime économique
  L’entreprise en économie libérale se caractérise par :
 la propriété privée des moyens de production ;
 la liberté d’entreprise;
 la recherche du profit individuel ;
 l’existence d’un marché où le prix est le mécanisme de l’activité
économique ;
 la concurrence.
  L’entreprise en économie socialiste se caractérise par :
 la primauté de l’intérêt collectif;
 la propriété collective des moyens de production;
 l’Etat dirige l’économie, le marché n’existe pas et le niveau des
échanges, les prix et les revenus sont fixés par l’Etat.
 la planification autoritaire : l’administration définit les niveaux
de tous les équilibres.
b) L’entreprise et le social
La dimension sociale a été introduite par les courants des
relations humaines
La prise en compte de cette dimension sociale de l’entreprise
conduit plusieurs entreprises, voulant être performantes, à
mettre en place une gestion des ressources humaines.
L’homme constitue ainsi la principale richesse des entreprises
modernes. L’ensemble des actions menées par l’entreprise en
faveur de son capital humain, traduit une situation sociale dans
l’entreprise qui apparaît à travers la lecture du bilan social.
Celui-ci récapitule en un document unique les principales
données chiffrées permettant d’apprécier la situation de
l’entreprise dans le domaine social.
c) L’entreprise et les capitaux
Pour exercer son activité, l’entreprise a besoin en plus du facteur
"travail", du facteur «capital» pour le financement de son activité.
Les sources de financement peuvent être nombreuses :
 sous forme d’apports des associés en nature ou en espèces pour
la constitution de la société ou l’augmentation du capital.
 Les emprunts obligataires : La dette obligataire ressort du long
terme. Sa durée de vie est comprise entre 8 et 15 ans.
 Les crédits bancaires : Ces crédits peuvent être à moyen et long
terme pour le financement des investissements réalisés par
l’entreprise, ou à court terme, pour assurer la solvabilité de
l’entreprise.
 Le crédit-bail ou "leasing" : le financement d’investissements
mobiliers ou immobiliers de l’entreprise puisque en mettant à
sa disposition les équipements dans le cadre d’un contrat de
longue durée qui prévoit le versement régulier de loyers.
 La bourse ou le marché financier.
Les multiples tâches effectuées par l’entreprise peuvent être
regroupées en ensembles homogènes du point de vue de leur
finalité. Ces regroupements de tâches interdépendantes
ayant le même objectif s’appellent fonctions.
Au début du siècle, Fayol, a analysé les fonctions de l’entreprise et
en a distingué 6 :
 La fonction technique (production, transformation…),
 La fonction commerciale (achats, vente…),
 La fonction financière (recherche gestion des capitaux),
 La fonction sécurité (protection des biens et des personnes),
 La fonction comptable (établissement des documents
comptables, calcul des coûts…),
 La fonction administrative (direction, prévision, coordination
et contrôle).
V. Principales fonctions de l’entreprise
 Fonction de Direction :
l’élément dynamique de l’entreprise et celui qui lui garantit la
coordination entre les divers services. Le Directeur est le
représentant de l'entreprise vis-à-vis de ses propriétaires
(actionnaires, société mère...), du fisc, de la Justice, des
syndicats, de l'administration, des collectivités locales...
 Prévoir;
 Organiser ;
 Commander ;
 Coordonner ;
 Contrôler de façon à ne pas dévier de l’objectif fixé.
 Fonction de Production :
la production de biens ou de services en respectant les
contraintes de production. Ces contraintes sont
essentiellement : la qualité du produit/service, le budget de
production, le coût de production et les délais de fabrication.
Le responsable production gère, supervise et coordonne les
ateliers, outils, agences et/ou lieux de production.
La fonction production vise ainsi à élaborer et à exécuter les
études et les projets de production, à choisir les équipements
adéquats et à prendre toute disposition nécessaire pour
produire dans les meilleures conditions de prix, de qualité et de
délais.
 Fonction financière :
La mise en œuvre d’une politique financière équilibrée est
l’objectif principal du responsable financier de l’entreprise. En
effet, une entreprise qui utilise plus de ressources financières
qu'elle n’en crée est amenée, à terme, à disparaître.
Comment évaluer et prévoir les besoins en financement ? Où
trouver les ressources nécessaires à la couverture de ces besoins ?
A quel coût ? Comment sécuriser les financements disponibles
afin d’optimiser la structure du capital de l’entreprise et en
garantir l'équilibre ? Comment utiliser au mieux les fonds
investis et en faire un usage efficient ? Quels sont les défis
financiers actuels et les moyens d'y faire face ? Les outils de
mesure sont-ils pertinents ou faut-il les renouveler ?
 Fonction Comptabilité et Gestion :
Elle gère les comptes et les ressources financières de
l'entreprise tout en assurant l'interface avec les banques,
l'administration fiscale, les clients et fournisseurs...
 Le Service de comptabilité générale établit le bilan et le compte
produits et charges ainsi que toutes les déclarations
obligatoires (TVA, ...) et archive tous les documents
comptables.
 Le Service de comptabilité analytique, analyse les dépenses
directement affectées aux produits fabriqués et calcule leurs
coût de revient à posteriori.
 Le Service de comptabilité fournisseur vérifie et règle les
factures relatives aux achats.
 Le Service de comptabilité client établit et envoie les factures
aux clients puis en vérifie les paiements.
 Fonction commerciale :
Responsable des ventes, assure la fonction marketing et
s'organise pour répondre aux questions du client. Il constitue
un lien important entre la direction de l'entreprise, le
Département des études, le Département de gestion, le
Département production... et le client. Il traite les problèmes de
facturation en collaboration avec le Département comptabilité
et entretient un réseau de représentants qui prospectent et
recherchent de nouveaux débouchés.
 La connaissance du marché : déterminer le marché potentiel
que l’on peut atteindre par une action commerciale et le marché
futur qui résulte des objectifs fixés.
 La commercialisation chargée des ventes et du service après
vente
 Fonction approvisionnement :
Cette fonction a une double mission : Réaliser les achats et gérer
les stocks
 La réalisation des achats c’est :
 La recherche des fournisseurs et le choix des fournisseurs,
 La détermination des produits à commander (qualité et
prix),
 La passation des commandes et le suivi de leur exécution,
 La réception des commandes et leur contrôle.
 La gestion des stocks comprend :
 La gestion physique du magasin,
 La gestion économique des stocks, relative à la
détermination optimale des dates de commandes et des
quantités à commander.
 Fonction Marketing :
 La politique de produit/service vise à définir la nature, les
composantes et le design du produit ou service au regard des
besoins du client ;
 La politique de prix est conçue compte tenu de la concurrence,
du pouvoir d’achat et du prix de revient du produit/service ;
 La politique de promotion est fixée avec divers moyens
d’attraction et de fidélisation de la clientèle (publicité, offres
promotionnelles, facilités, remises, etc.) ;
 La politique de distribution précise les modalités
d’acheminement du produit vers le client dans les meilleures
conditions, en déterminant les lieux et les circuits appropriés ;
 La politique de gestion de la force de vente permet à
l’entreprise de sélectionner, former, développer et conserver
une équipe commerciale performante et efficace.
 Fonction GRH :
Considérée comme l’une des fonctions cruciales de l’entreprise,
la Gestion des Ressources Humaines (GRH) prend en charge le
management du capital humain de l’entreprise. Le facteur
humain est aujourd’hui un élément déterminant dans
l’équation de compétitivité de l’entreprise. Sur des marchés
hyperconcurrentiels, les entreprises se démarquent désormais
par la compétence et l’intelligence que recèlent leurs ressources
humaines. La fonction GRH s’articule autour de trois
politiques clefs : l’acquisition, le développement et la
fidélisation du capital humain.
 Fonction R&D :
Pour survivre, l’entreprise doit être en état de veille permanent.
S’ouvrir à son environnement, en scruter les signaux et
s’informer de son évolution augmentent les chances de
pérennité de l’entreprise. Cependant, cette capacité de veille et
d’anticipation suppose la création d’une fonction recherche et
développement qui se consacre prioritairement à la collecte et
à l’analyse de toute information ou donnée, développant ainsi
une meilleure connaissance de ce qui se produit aujourd’hui et
de qui se prépare demain. Ainsi, l’entreprise parvient à
identifier et emprunter les meilleures voies pour sa croissance.
 Fonction Gestion de la Qualité :
 Constituer le dossier qualité du produit fabriqué en y incluant
tous les documents relatifs aux composants et matières,
processus de fabrication, certificats d'habilitation des sous-
traitants et de qualification des fournisseurs...;
 Gérer la bibliothèque des spécifications et normes de
l’organisation;
 Elaboration des procédures, instructions, manuel qualité;
 Pratiquer des audits internes pour vérifier l'application des
règles et procédures de l'entreprise, organiser les audits
externes dans le cas de certification de type ISO, traiter les
rapports de non conformité constatés en cours de fabrication
ou chez le client...
;
 Fonction Annexes :
 Les Services Généraux surveillent ou assurent l'entretien des
bâtiments, des véhicules et des réseaux (électricité, téléphone,
transmission de données, gaz, voies de circulation...) de
l'établissement.
 Le Service Informatique peut être très important s'il a en
charge le développement des applications informatiques
spécifiques à l'entreprise. Il gère le parc des ordinateurs et la
sauvegarde des données.
 Le Service Maintenance peut être rattaché à la production,
surtout s'il n'a en charge que l'installation et l'entretien de
l'outil de travail.
;

Contenu connexe

Tendances

Communication interne en entreprise
Communication  interne en entrepriseCommunication  interne en entreprise
Communication interne en entrepriseLotfi Mekouar
 
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreChapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreLotfi TALEB, ESSECT
 
Gestion de Projets
Gestion de Projets Gestion de Projets
Gestion de Projets Said Sadik
 
Cours de gestion_de_production
Cours de gestion_de_productionCours de gestion_de_production
Cours de gestion_de_productionOULAAJEB YOUSSEF
 
Fiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azzioui
Fiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azziouiFiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azzioui
Fiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azziouiIlyas Azzioui
 
cours Management Stratégique Version Finale.pptx
cours  Management Stratégique Version Finale.pptxcours  Management Stratégique Version Finale.pptx
cours Management Stratégique Version Finale.pptxNawalOuzellal1
 
Influence de la GPEC sur la gestion des carrières Le cas du.docx
Influence de la GPEC sur la gestion des carrières  Le cas du.docxInfluence de la GPEC sur la gestion des carrières  Le cas du.docx
Influence de la GPEC sur la gestion des carrières Le cas du.docxMeryemImourig
 
environnement de l'entreprise
environnement de l'entreprise environnement de l'entreprise
environnement de l'entreprise mustapha el hafi
 
Les systèmes d'information
Les systèmes d'informationLes systèmes d'information
Les systèmes d'informationOumaima Karim
 
Cours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprisesCours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprisesM0os
 
2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise
2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise
2.Partie I _ Cours gestion de l'entrepriseNebil MRABET
 
Projet de fin d'etude de mr imad rassib
Projet de fin d'etude de mr imad rassibProjet de fin d'etude de mr imad rassib
Projet de fin d'etude de mr imad rassibimad rassib
 
Marketing des ressources humaines
Marketing des ressources humainesMarketing des ressources humaines
Marketing des ressources humainesabdelaziz afkir
 
21.la gestion de la production
21.la gestion de la production21.la gestion de la production
21.la gestion de la productionOULAAJEB YOUSSEF
 
Principes de l’intelligence économique
Principes de l’intelligence économiquePrincipes de l’intelligence économique
Principes de l’intelligence économiqueBAHLOUL LOTFI
 
S2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COM
S2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COMS2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COM
S2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COMJamal Yasser
 
Marketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCGMarketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCGISMAIEL KUN
 
Les secteurs et les branches
Les secteurs et les branchesLes secteurs et les branches
Les secteurs et les branchesZakaria Hajir
 

Tendances (20)

Communication interne en entreprise
Communication  interne en entrepriseCommunication  interne en entreprise
Communication interne en entreprise
 
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie FinancièreChapitre i : cours Ingénierie Financière
Chapitre i : cours Ingénierie Financière
 
Gestion de Projets
Gestion de Projets Gestion de Projets
Gestion de Projets
 
TD GES.pdf
TD GES.pdfTD GES.pdf
TD GES.pdf
 
Cours de gestion_de_production
Cours de gestion_de_productionCours de gestion_de_production
Cours de gestion_de_production
 
Fiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azzioui
Fiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azziouiFiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azzioui
Fiche lecture résumé mintzberg management des organisations ilyas_azzioui
 
cours Management Stratégique Version Finale.pptx
cours  Management Stratégique Version Finale.pptxcours  Management Stratégique Version Finale.pptx
cours Management Stratégique Version Finale.pptx
 
Influence de la GPEC sur la gestion des carrières Le cas du.docx
Influence de la GPEC sur la gestion des carrières  Le cas du.docxInfluence de la GPEC sur la gestion des carrières  Le cas du.docx
Influence de la GPEC sur la gestion des carrières Le cas du.docx
 
environnement de l'entreprise
environnement de l'entreprise environnement de l'entreprise
environnement de l'entreprise
 
Les systèmes d'information
Les systèmes d'informationLes systèmes d'information
Les systèmes d'information
 
Cours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprisesCours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprises
 
2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise
2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise
2.Partie I _ Cours gestion de l'entreprise
 
Projet de fin d'etude de mr imad rassib
Projet de fin d'etude de mr imad rassibProjet de fin d'etude de mr imad rassib
Projet de fin d'etude de mr imad rassib
 
Marketing des ressources humaines
Marketing des ressources humainesMarketing des ressources humaines
Marketing des ressources humaines
 
21.la gestion de la production
21.la gestion de la production21.la gestion de la production
21.la gestion de la production
 
Principes de l’intelligence économique
Principes de l’intelligence économiquePrincipes de l’intelligence économique
Principes de l’intelligence économique
 
S2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COM
S2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COMS2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COM
S2.cours management WWW.LEARNECONOMIE.BLOGSPOT.COM
 
Marketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCGMarketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCG
 
Les secteurs et les branches
Les secteurs et les branchesLes secteurs et les branches
Les secteurs et les branches
 
Communication interne
Communication interneCommunication interne
Communication interne
 

En vedette

Scéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementScéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementAmjad Soltani
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Amjad Soltani
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtAmjad Soltani
 
Responsabilité sociale des entreprises(rse)
Responsabilité sociale des entreprises(rse)Responsabilité sociale des entreprises(rse)
Responsabilité sociale des entreprises(rse)Anastasia Golban
 
Cout variable et seul de rentabilite
Cout variable et seul de rentabiliteCout variable et seul de rentabilite
Cout variable et seul de rentabilitehassan1488
 
La méthode des couts partiels mac (controle de gestion par activité)
La méthode  des couts partiels mac (controle de gestion par activité)La méthode  des couts partiels mac (controle de gestion par activité)
La méthode des couts partiels mac (controle de gestion par activité)karim lkhal
 
Chapitre 1 l entreprise-definition-classification et fonctions
Chapitre 1  l entreprise-definition-classification et fonctionsChapitre 1  l entreprise-definition-classification et fonctions
Chapitre 1 l entreprise-definition-classification et fonctionsAnass Elhabti Idrissi
 
Chapitre 4 les structures organisationnelles
Chapitre 4  les structures organisationnellesChapitre 4  les structures organisationnelles
Chapitre 4 les structures organisationnellesAnass Elhabti Idrissi
 
Presentation pfe gestion parc informatique et help desk
Presentation pfe gestion parc informatique et help deskPresentation pfe gestion parc informatique et help desk
Presentation pfe gestion parc informatique et help deskRaef Ghribi
 
Exercice corrige comptabilite analytique
Exercice corrige comptabilite analytiqueExercice corrige comptabilite analytique
Exercice corrige comptabilite analytiqueAchraf Ourti
 

En vedette (13)

Scéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementScéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au management
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementt
 
Responsabilité sociale des entreprises(rse)
Responsabilité sociale des entreprises(rse)Responsabilité sociale des entreprises(rse)
Responsabilité sociale des entreprises(rse)
 
Cout variable et seul de rentabilite
Cout variable et seul de rentabiliteCout variable et seul de rentabilite
Cout variable et seul de rentabilite
 
La méthode des couts partiels mac (controle de gestion par activité)
La méthode  des couts partiels mac (controle de gestion par activité)La méthode  des couts partiels mac (controle de gestion par activité)
La méthode des couts partiels mac (controle de gestion par activité)
 
Chapitre 1 l entreprise-definition-classification et fonctions
Chapitre 1  l entreprise-definition-classification et fonctionsChapitre 1  l entreprise-definition-classification et fonctions
Chapitre 1 l entreprise-definition-classification et fonctions
 
Chapitre 4 les structures organisationnelles
Chapitre 4  les structures organisationnellesChapitre 4  les structures organisationnelles
Chapitre 4 les structures organisationnelles
 
Presentation pfe gestion parc informatique et help desk
Presentation pfe gestion parc informatique et help deskPresentation pfe gestion parc informatique et help desk
Presentation pfe gestion parc informatique et help desk
 
Fiscalite part 2
Fiscalite part 2Fiscalite part 2
Fiscalite part 2
 
Fiscalite part 1
Fiscalite part 1Fiscalite part 1
Fiscalite part 1
 
Dossier de l'entreprise 2015 GlobalNET Solutions
Dossier de l'entreprise 2015 GlobalNET SolutionsDossier de l'entreprise 2015 GlobalNET Solutions
Dossier de l'entreprise 2015 GlobalNET Solutions
 
Exercice corrige comptabilite analytique
Exercice corrige comptabilite analytiqueExercice corrige comptabilite analytique
Exercice corrige comptabilite analytique
 

Similaire à Ch.iii du00 e9veloppements sur l entreprise

Economie et-organisation-des-entreprises
Economie et-organisation-des-entreprisesEconomie et-organisation-des-entreprises
Economie et-organisation-des-entreprisesMike Saya Kukwi's
 
Fiche sur les structures
Fiche sur les structuresFiche sur les structures
Fiche sur les structuresabdellah nasser
 
Partie i e.o.a.e(mr seddiki)
Partie i e.o.a.e(mr seddiki)Partie i e.o.a.e(mr seddiki)
Partie i e.o.a.e(mr seddiki)FSJEST13
 
economie et organisations des entreprises- s1
economie et organisations des entreprises- s1economie et organisations des entreprises- s1
economie et organisations des entreprises- s1Abdlhakim Fallatte
 
Entreprenariat cours
Entreprenariat coursEntreprenariat cours
Entreprenariat courshoudajob
 
S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01
S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01
S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01Almoustapha Elhadji Dourfaye
 
S1 isg - economie et organisations des entreprises
S1   isg - economie et organisations des entreprisesS1   isg - economie et organisations des entreprises
S1 isg - economie et organisations des entreprisesAbdeslam ELMOUDEN
 
chapitre IS première partie.pdf
chapitre IS première partie.pdfchapitre IS première partie.pdf
chapitre IS première partie.pdfRyanKchikach
 
Oulhaj droit commercial
Oulhaj droit commercialOulhaj droit commercial
Oulhaj droit commercialoulhadjbadia
 
Formes – types classification
Formes – types   classificationFormes – types   classification
Formes – types classificationaminios
 
Résumé approche globale complet 12 pages
Résumé approche globale complet 12 pagesRésumé approche globale complet 12 pages
Résumé approche globale complet 12 pagesSaid Saadan
 
537f4804e4b8b.pdf
537f4804e4b8b.pdf537f4804e4b8b.pdf
537f4804e4b8b.pdfaniss25
 
Eléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIEléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIDaniel Dufourt
 
Eléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIEléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIddufourt
 
Eléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIEléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIddufourt
 

Similaire à Ch.iii du00 e9veloppements sur l entreprise (20)

Economie et-organisation-des-entreprises
Economie et-organisation-des-entreprisesEconomie et-organisation-des-entreprises
Economie et-organisation-des-entreprises
 
Fiche sur les structures
Fiche sur les structuresFiche sur les structures
Fiche sur les structures
 
Partie i e.o.a.e(mr seddiki)
Partie i e.o.a.e(mr seddiki)Partie i e.o.a.e(mr seddiki)
Partie i e.o.a.e(mr seddiki)
 
economie et organisations des entreprises- s1
economie et organisations des entreprises- s1economie et organisations des entreprises- s1
economie et organisations des entreprises- s1
 
Entreprenariat cours
Entreprenariat coursEntreprenariat cours
Entreprenariat cours
 
S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01
S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01
S1 isg-economieetorganisationsdesentreprises-120927164916-phpapp01
 
Chap I l'entreprise
Chap I l'entrepriseChap I l'entreprise
Chap I l'entreprise
 
Management
ManagementManagement
Management
 
Economie et-organisation-des-entreprises
Economie et-organisation-des-entreprisesEconomie et-organisation-des-entreprises
Economie et-organisation-des-entreprises
 
S1 isg - economie et organisations des entreprises
S1   isg - economie et organisations des entreprisesS1   isg - economie et organisations des entreprises
S1 isg - economie et organisations des entreprises
 
chapitre IS première partie.pdf
chapitre IS première partie.pdfchapitre IS première partie.pdf
chapitre IS première partie.pdf
 
Oulhaj droit commercial
Oulhaj droit commercialOulhaj droit commercial
Oulhaj droit commercial
 
Formes – types classification
Formes – types   classificationFormes – types   classification
Formes – types classification
 
COURS-FORMATION-ESS.pdf
COURS-FORMATION-ESS.pdfCOURS-FORMATION-ESS.pdf
COURS-FORMATION-ESS.pdf
 
Résumé approche globale complet 12 pages
Résumé approche globale complet 12 pagesRésumé approche globale complet 12 pages
Résumé approche globale complet 12 pages
 
537f4804e4b8b.pdf
537f4804e4b8b.pdf537f4804e4b8b.pdf
537f4804e4b8b.pdf
 
Eléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIEléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale II
 
Eléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIEléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale II
 
Eléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale IIEléments d'économie générale II
Eléments d'économie générale II
 
M02 TSD automat-wd.info l'entreprise et son environnement
M02 TSD automat-wd.info l'entreprise et son environnementM02 TSD automat-wd.info l'entreprise et son environnement
M02 TSD automat-wd.info l'entreprise et son environnement
 

Ch.iii du00 e9veloppements sur l entreprise

  • 1. Pr. Saadia MAROUANE ENCG-Casablanca UH2C S1 : GrA, GrB, GrC, GrD Chapitre III Quelques développements sur l’entreprise
  • 2. Introduction au Management Séance introductive : Pourquoi l’étude du Management Ch. 1 : Concepts du Management Ch. 3 : Développements utiles sur l’entreprise (Environnement et fonctions de l’Ese) Ch. 4 : Processus du Management Ch. 2 : Différentes approches du Management Ch. 5 : Défis et tendances du Management Contrôle écrit
  • 3. I. Notion d’entreprise II. Classification des entreprises III. Différentes approches de l’entreprise IV. Environnement de l’entreprise V. Fonctions essentielles de l’entreprise
  • 4. I. Notion d’entreprise  En économie : L’entreprise est définie comme étant une organisation économique, de forme juridique déterminée, réunissant des moyens humains, matériels, immatériels et financiers, pour produire des biens ou des services destinés à être vendus sur un marché pour réaliser un profit. Son but : L’essence même de son existence et qui est souvent confondu avec la nature du bien ou service qu’elle produit. Les moyens qu’elle met en œuvre pour atteindre ce but: Les objectifs de l’entreprise déterminent les moyens humains, matériels, immatériels et financiers qu’elle va engager pour produire. La recherche du profit: Une entreprise ne peut exister que si elle crée de la valeur ajoutée du fait même de sa fonction de transformation.
  • 5.  L’entreprise est aussi un ensemble d’aspects : Une entité autonome : Lors de sa création, l’entreprise acquiert une personnalité qui dépasse sa simple expression juridique. Une entreprise naît, grandit, meure, agit avec morale (entreprise citoyenne…) ; Une entité qui modifie son environnement : Par son action, une entreprise agit et réagit à son environnement. Elle change constamment pour s’adapter aux évolutions de la sphère économique, sociale, juridique… dans laquelle elle évolue ; Une organisation sociale : Elle est le reflet des individus qui la composent. L’entreprise est au cœur des conflits sociaux, le lieu de cristallisation des problèmes plus généraux de la société ; Un système complexe car ouvert : L’entreprise est en relation avec des partenaires vers lesquels (et à partir desquels) elle échange des biens, des services, des hommes, des informations...
  • 6. II. Classification des entreprises Les typologies sont destinées à classer les entreprises à partir de différents critères : Classification par taille et impact économique2 Classification par statut juridique3 Classification par branche et secteur d’activités4 Classification par secteur économique1
  • 7.  Secteur primaire : Il regroupe toutes les entreprises utilisant à titre principal le facteur naturel (agriculture, sylviculture, pêche, parfois mines). Lié à l'extraction des ressources de la terre : La collecte et l’exploitation directe de ressources naturelles  Secteur secondaire : Regroupe les entreprises ayant comme activité la transformation de matières premières (issues du secteur Iaire) en produits finis. Il englobe toutes les industries;  Secteur tertiaire : Secteur produisant des services. Marchand et non marchand, ce dernier comprenant la production de services non échangeables comme la justice, la sécurité, etc.  On distingue aussi parfois un secteur quaternaire comprenant certaines activités nouvelles, à forte valeur ajoutée de matière grise(recherche, développement et information). Classification par secteur économique1
  • 8. La taille de l’entreprise peut se mesurer de différentes façons.  Les indicateurs les plus fréquemment utilisés sont l’effectif, le capital immobilisé et la capacité de production et enfin les résultats (CA annuel, valeur ajoutée, bénéfices).  Selon la définition de la Commission européenne, les entreprises sont classées comme suit :  Les micro-entreprises : Sous-catégorie des TPE. Elles disposent de pas plus de dix employés et d’une facturation limitée. Une micro-entreprise peut s’encadrer au sein des petites et des moyennes entreprises (PME). Il s’agit de sociétés n’ayant pas d’incidence significative sur le marché (qui ne vend pas de grands volumes) et dont les activités ne requièrent pas de sommes importantes de capital (c’est plutôt la main d’œuvre qui prédomine : commerçants, artisans…). Classification par taille et impact économique2
  • 9.  Les très petites entreprises (TPE) : De 0 à 9 salariés avec soit un chiffre d'affaires inférieur à 2 millions d'euros par an. Elles se construisent autour d’une personne qui concentre sur elle seule un métier et toute une pluralité de fonctions.  Les petites entreprises (PE) : Entre 10 et 49 salariés avec soit un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros par an, soit un total bilan inférieur à 10 millions d'euros.  Les moyennes entreprises (ME) : Entre 50 et 249 salariés avec soit un chiffre d'affaires inférieur à 50 millions d'euros par an, soit un total bilan inférieur à 43 millions d'euros.  Les grandes entreprises : 250 salariés et plus ou à la fois un chiffre d'affaires supérieur ou égal à 50 millions d'euros par an et un total bilan supérieur ou égal à 43 millions d'euros.  Le groupe d'entreprises : Comporte une société mère et des filiales
  • 10. Le régime juridique d’une entreprise dépend de plusieurs paramètres comme l’activité, sa finalité et la propriété du capital. La forme juridique a bien évidemment une incidence sur le fonctionnement de l’entreprise. En retenant comme paramètres celui de la propriété du capital et de la finalité de l’entreprise, on peut distinguer les entreprises du secteur privé, les entreprises du secteur public et enfin les entreprises de l’économie sociale. Classification par statut juridique3 Les entreprises étendues (ou en réseau, ou matricielle) : ensemble d’entreprises et d’acteurs économiques associés pour la réalisation de projets communs. Elle fonctionne essentiellement sur la base d’alliances et partenariats.
  • 11. A. Les entreprises du secteur privé (Individuelles et sociétaires) : Ont pour but de faire des bénéfices et de les partager ce qui n’est pas le cas par exemple des associations. La société privée se distingue également de la société publique par la propriété du capital. Parmi les entreprises privées, on distingue celles régies par le droit civil (sociétés agricoles, sociétés civiles immobilières « SCI») de celles régies par le droit commercial. Les entreprises régies par le droit commercial se distinguent en 2 catégories d’une part, les entreprises individuelles (La personnalité juridique de l’entreprise se confond avec celle de l’entrepreneur : artisans, commerçants…)et d’autre part, les sociétés.
  • 12.  Les sociétés se subdivisent elles-mêmes en 3 catégories :  Les sociétés par intérêts ou de personnes : Société en Nom Collectif et société en Commandite Simple;  Les sociétés par actions ou de capitaux : SA, SAS, Société en Commandite par Actions;  Les sociétés à responsabilité limitée : EURL et SARL.  SNC : composée d’un groupe d’associés, tous responsables du passif, c’est-à-dire qu’ils sont tenus de régler les dettes de la société aux créanciers sur leur patrimoine propre, indépendamment de leurs apports.  SCS : composée de 2 types d’associés. Les commandités qui ont un statut équivalent à celui des associés de la SNC et les commanditaires qui ne sont tenus du passif qu’à concurrence de leurs apports. Forme de société très rare de nos jours  SCA : de plus en plus rare. Composée de 2 types d’associés. Les commandités (même statut que dans la SCS) et les commanditaires.
  • 13.  S.A : Société commerciale composée de 7 actionnaires au minimum, dont le capital est divisé en actions. Les actionnaires ne sont responsables des pertes que dans la limite de leur apport, ce qui veut dire que, même en cas de faillite de la société, ses actionnaires ne peuvent pas perdre plus que ce qu’ils ont investi dans la société.  SARL : Société commerciale dont le capital est divisé en parts qui ne sont pas des actions et pas librement cessibles. Les associés ne supportent les pertes éventuelles qu'à hauteur de leurs apports.
  • 14. B. Les entreprises du secteur public (Gérées par l’Etat) :  L’Etat est le principal acteur des entreprises publiques, mais il y a également les collectivités territoriales (régions, départements, communes) qui peuvent aussi réaliser des activités de nature commerciale dans le cadre de sociétés (Société d’Economie Mixte ou SEM).  L’entreprise publique est une entreprise à caractère commercial, au sens juridique du terme, qui dépend de personnes morales de droit public.  L’intervention de l’Etat ou des collectivités territoriales dans les entreprises peut prendre deux formes, soit être propriétaire du capital de l’entreprise, soit contrôler l’entreprise par l’intermédiaire de participations.  Depuis 1993, l’Etat Marocain se désengage en privatisant soit partiellement, soit totalement les entreprises publiques. Exemples de privatisation
  • 15. C. Les Sociétés coopératives : Ce Sont des entreprises ou associations de l’économie sociale, qui n’ont pas pour finalité la recherche du profit, mais sont constituées dans le but de venir en aide aux personnes ou à certains secteurs. Sont des organisations dont les adhérents détiennent collectivement la propriété. Le profit n’est pas recherché, les bénéfices sont mis en réserve ou redistribués aux sociétaires sous forme de ristournes. En dehors des coopératives agricoles, il existe aussi des coopératives de production, de consommation, de distribution, de pêcheurs, de transporteurs, etc.
  • 16. Entreprises privées  Entreprises  Entreprise du secteur public Entreprises individuelles Entreprises sociétaires Autres types d’entreprises Entreprises semi-pub. Entreprises publiques - Sociétés coopératives - Sociétés mutualistes - Sociétés d’économie mixte - Les concessions - Les entreprises nationales - Les établissements publics, industriels et commerciaux. Sociétés de personnes SARL Sociétés de capitaux - Société en nom collectif - Société en commandite simple - Société en commandite par action - Société anonyme
  • 17.  Le secteur : Ensemble des entreprises ayant la même activité principale. Exemples : secteur de la construction, secteur de l’éducation, de la santé…  La branche : Ensemble des entreprises fabriquant le même produit principal, la branche regroupe ainsi des unités de production homogène. Ex : Branche des fruits et légumes  La filière : Comprend toutes les activités qui participent d’amont (matières premières) et en aval (commercialisation) à la création et à la vente de certaines catégories de produits. En général, les filières existent par des liens dues à des technologies communes. Exemple : La filière micro-électrique, La filière agro-alimentaire, La filière bois Ainsi, le produit est mis à la disposition de l’utilisateur (client final) par une succession d’opérations effectuées par des entreprises ayant des activités diverses. Classification par branche et secteur d’activités4
  • 18. Le secteur d’activité classe les entreprises selon les actions réalisées. On distingue quatre domaines d’activité :  Entreprise artisanale : Elle vend une activité manuelle.  Entreprise commerciale : Elle achète des biens qu’elle revend sans transformation.  Entreprise industrielle : Elle transforme la matière première et vend des produits finis (ou semi-finis).  Société de services : Elle revend un travail sans fabrication d'objet physique.
  • 19. III. Différentes approches de l’entreprise « Boîte noire » centrée sur un seul objectif2 L’approche systémique de l’entreprise3 L’approche « managériale » de l’entreprise4 L’approche néo-classique de l’entreprise1 L’approche « behavioriste » de l’entreprise5
  • 20. Dans l’optique néo-classique qui a longtemps dominé, l’entreprise est une unité de fabrication qui transforme un ensemble de biens en produits finis. Dans cette vision mécaniste de l'entreprise, sa structure n’est pas précisée, ou ne fait pas l’objet de développements importants. L’entreprise est gérée par un individu ou un groupe homogène d’individus ayant un comportement général d’optimisation. Pour chaque problème (financier, organisationnel, de gestion, de production, etc.), il existe une solution unique et préférable à toute autre qu’il s’agit de rechercher. Approche Néo classique de l’entreprise1
  • 21. considère l’entreprise uniquement dans sa composante économique qui est la recherche d’un profit maximal. l’entrepreneur dispose d’un certain nombre de droits de propriété sur et dans l’entreprise :  Droit de percevoir le revenu réalisé grâce à l’activité de production de l’entreprise (droit d’appropriation de la valeur ajoutée produite).  Droit d’accroître ou de réduire la force de travail utilisée par l’entreprise dans son processus productif.  Droit de céder les deux droits précédemment définis à un tiers.  Droit de contrôle sur l’entreprise, c'est-à-dire que le propriétaire est aussi le décideur des actions à mener pour maximiser le profit de l’entreprise. L’entreprise « boîte noire » centrée sur un seul objectif2
  • 22. On peut définir l’entreprise comme étant un système ayant les caractéristiques suivantes:  Concret : constitué d’un ensemble d’éléments concrets (machines, terrain…) mais aussi abstrait (une histoire, une culture).  Organisé : doté d’une structure de fonctionnement permettant d’assurer la coordination des éléments du système.  Ouvert : donc en relation (flux entrants et sortants) avec son environnement.  Finalisé : c'est-à-dire ayant un objectif qui nécessite la mise en place d’une stratégie.  Dynamique : en constante évolution, du fait entre autre des modifications de son environnement.  Régulé : de manière à essayer d’atteindre constamment ses objectifs grâce à la prise de décision. L’approche systémique de l’entreprise3
  • 23.  …organisé selon des Sous systèmes de 3 types essentiels : 1. Le sous-système d’information : défini par l’ensemble des moyens et procédures destinés à fournir aux membres de l’entreprise une représentation de l’état et du fonctionnement de celle-ci face à son environnement. 2. Le sous-système de décision (ou de pilotage) : ensemble de tous les éléments qui interviennent dans le processus de décision. 3. Les sous-systèmes opérationnels : dont la fonction principale est d’assurer le bon fonctionnement de l’entreprise (système de production, système financier, système de gestion du personnel…).
  • 24. Cette approche reflète les évolutions du système capitaliste dans lequel de nombreuses entreprises se trouvent confronter entre la propriété de l’entreprise (détenue par les actionnaires), et la gestion de l’entreprise (dévolue au « manager ») :  Les actionnaires recherchent le profit.  Les managers ont des motifs différents : obtention de la rémunération (revenu) la plus importante possible, recherche du pouvoir, recherche de reconnaissance (prestige), recherche de la sécurité. Cette approche se traduit par des effets qui éloignent l’entreprise de son objectif premier définit par le courant classique : L’approche « managériale » de l’entreprise4
  • 25.  Les managers qui recherchent avant tout la maximisation du chiffre d’affaire au détriment de la maximisation du profit.  L’augmentation des dépenses de l’entreprise : dépenses de personnel administratif (source de pouvoir et de prestige pour le manager); les émoluments des managers (partie discrétionnaire de la rémunération : avantages en nature, prêts…) qui représentent leur pouvoir et leur prestige, des dépenses d’investissement qui représentent des opérations de prestige sans rapporter de profit.
  • 26. Outre le groupe des actionnaires et celui du manager, les théoriciens du comportement identifient de nouveaux groupes qui vont agir sur les décisions de l’entreprise : les salariés, les partenaires de l’entreprise. A ce titre, le comportement des différents groupes sera alors analysé selon le critère de la motivation (volonté d’agir pour réaliser un objectif) :  Motivation personnelle : Dépend de l’avantage pécuniaire perçu en contrepartie du travail effectué pour l’entreprise.  Motivation professionnelle : Possibilité d’accroître son pouvoir ou d’obtenir une promotion au sein de l’entreprise. le comportement de la firme n’est plus focalisé sur la recherche d’un profit maximum, mais répond à des objectifs multiples résultant d’un comportement global de satisfaction des acteurs participant à la vie de l’entreprise. L’approche « behavioriste » de l’entreprise5
  • 27. 1. Nature de l’environnement L’entreprise est un système ouvert, elle entretient des relations constantes avec son environnement. Ce dernier est constitué de l’ensemble des forces extérieures à l’entreprise qui agissent et réagissent au profit ou à l’encontre de l’entreprise :  Macro-Environnement : C’est un environnement général de l’entreprise qui intègre les aspects sociologiques, économiques, juridiques, politique, techniques… tant nationaux qu’internationaux.  Micro-Environnement : C’est un environnement spécifique de l’entreprise constitué de ses clients, ses fournisseurs, ses sous-traitants, ses concurrents… IV. Environnement de l’entreprise
  • 28. 2. Facteurs influençant de l’entreprise Les facteurs géographiques et démographiques : climat, qualité de l’environnement, proximité d’une zone urbaine…, la structure par âges de la population… Les facteurs socioculturels : les modes de vie des individus, les valeurs esthétiques ou les modes de pensée .. Les facteurs juridiques et institutionnels : déterminent les règles du jeu en vigueur sur un marché qui vont encadrer, conditionner l’activité des entreprises réglementation juridique, sociale, fiscale… Les facteurs technologiques Les facteurs concurrentiels Les facteurs sociaux : motivation et de l’implication des personnels Les facteurs économiques : l’évolution des variables économiques (inflation, croissance économique, évolution du taux de change…)
  • 29. 3. Relation entre l’entreprise et son environnement a) Relation d’adaptation Les entreprises se doivent d’adapter leur stratégie en fonction de l’évolution des composantes de l’environnement : la concurrence se mondialise, la demande des consommateurs change rapidement, les technologies, les sciences progressent, les événements politiques et économiques s’enchaînent et la réglementation se modifie.  Identifier les menaces que les évolutions de l’environnement font peser sur l’entreprise;  Identifier les opportunités qui peuvent en naître. Ignorer les modifications de l’environnement Absence de stratégie Anticiper les évolutions Faire face aux évolutions défavorables Stratégie offensive Stratégie défensive
  • 30. 4. L’entreprise dans son environnement a) L’entreprise dans le régime économique   L’entreprise en économie libérale se caractérise par :  la propriété privée des moyens de production ;  la liberté d’entreprise;  la recherche du profit individuel ;  l’existence d’un marché où le prix est le mécanisme de l’activité économique ;  la concurrence.   L’entreprise en économie socialiste se caractérise par :  la primauté de l’intérêt collectif;  la propriété collective des moyens de production;  l’Etat dirige l’économie, le marché n’existe pas et le niveau des échanges, les prix et les revenus sont fixés par l’Etat.  la planification autoritaire : l’administration définit les niveaux de tous les équilibres.
  • 31. b) L’entreprise et le social La dimension sociale a été introduite par les courants des relations humaines La prise en compte de cette dimension sociale de l’entreprise conduit plusieurs entreprises, voulant être performantes, à mettre en place une gestion des ressources humaines. L’homme constitue ainsi la principale richesse des entreprises modernes. L’ensemble des actions menées par l’entreprise en faveur de son capital humain, traduit une situation sociale dans l’entreprise qui apparaît à travers la lecture du bilan social. Celui-ci récapitule en un document unique les principales données chiffrées permettant d’apprécier la situation de l’entreprise dans le domaine social.
  • 32. c) L’entreprise et les capitaux Pour exercer son activité, l’entreprise a besoin en plus du facteur "travail", du facteur «capital» pour le financement de son activité. Les sources de financement peuvent être nombreuses :  sous forme d’apports des associés en nature ou en espèces pour la constitution de la société ou l’augmentation du capital.  Les emprunts obligataires : La dette obligataire ressort du long terme. Sa durée de vie est comprise entre 8 et 15 ans.  Les crédits bancaires : Ces crédits peuvent être à moyen et long terme pour le financement des investissements réalisés par l’entreprise, ou à court terme, pour assurer la solvabilité de l’entreprise.  Le crédit-bail ou "leasing" : le financement d’investissements mobiliers ou immobiliers de l’entreprise puisque en mettant à sa disposition les équipements dans le cadre d’un contrat de longue durée qui prévoit le versement régulier de loyers.  La bourse ou le marché financier.
  • 33. Les multiples tâches effectuées par l’entreprise peuvent être regroupées en ensembles homogènes du point de vue de leur finalité. Ces regroupements de tâches interdépendantes ayant le même objectif s’appellent fonctions. Au début du siècle, Fayol, a analysé les fonctions de l’entreprise et en a distingué 6 :  La fonction technique (production, transformation…),  La fonction commerciale (achats, vente…),  La fonction financière (recherche gestion des capitaux),  La fonction sécurité (protection des biens et des personnes),  La fonction comptable (établissement des documents comptables, calcul des coûts…),  La fonction administrative (direction, prévision, coordination et contrôle). V. Principales fonctions de l’entreprise
  • 34.  Fonction de Direction : l’élément dynamique de l’entreprise et celui qui lui garantit la coordination entre les divers services. Le Directeur est le représentant de l'entreprise vis-à-vis de ses propriétaires (actionnaires, société mère...), du fisc, de la Justice, des syndicats, de l'administration, des collectivités locales...  Prévoir;  Organiser ;  Commander ;  Coordonner ;  Contrôler de façon à ne pas dévier de l’objectif fixé.
  • 35.  Fonction de Production : la production de biens ou de services en respectant les contraintes de production. Ces contraintes sont essentiellement : la qualité du produit/service, le budget de production, le coût de production et les délais de fabrication. Le responsable production gère, supervise et coordonne les ateliers, outils, agences et/ou lieux de production. La fonction production vise ainsi à élaborer et à exécuter les études et les projets de production, à choisir les équipements adéquats et à prendre toute disposition nécessaire pour produire dans les meilleures conditions de prix, de qualité et de délais.
  • 36.  Fonction financière : La mise en œuvre d’une politique financière équilibrée est l’objectif principal du responsable financier de l’entreprise. En effet, une entreprise qui utilise plus de ressources financières qu'elle n’en crée est amenée, à terme, à disparaître. Comment évaluer et prévoir les besoins en financement ? Où trouver les ressources nécessaires à la couverture de ces besoins ? A quel coût ? Comment sécuriser les financements disponibles afin d’optimiser la structure du capital de l’entreprise et en garantir l'équilibre ? Comment utiliser au mieux les fonds investis et en faire un usage efficient ? Quels sont les défis financiers actuels et les moyens d'y faire face ? Les outils de mesure sont-ils pertinents ou faut-il les renouveler ?
  • 37.  Fonction Comptabilité et Gestion : Elle gère les comptes et les ressources financières de l'entreprise tout en assurant l'interface avec les banques, l'administration fiscale, les clients et fournisseurs...  Le Service de comptabilité générale établit le bilan et le compte produits et charges ainsi que toutes les déclarations obligatoires (TVA, ...) et archive tous les documents comptables.  Le Service de comptabilité analytique, analyse les dépenses directement affectées aux produits fabriqués et calcule leurs coût de revient à posteriori.  Le Service de comptabilité fournisseur vérifie et règle les factures relatives aux achats.  Le Service de comptabilité client établit et envoie les factures aux clients puis en vérifie les paiements.
  • 38.  Fonction commerciale : Responsable des ventes, assure la fonction marketing et s'organise pour répondre aux questions du client. Il constitue un lien important entre la direction de l'entreprise, le Département des études, le Département de gestion, le Département production... et le client. Il traite les problèmes de facturation en collaboration avec le Département comptabilité et entretient un réseau de représentants qui prospectent et recherchent de nouveaux débouchés.  La connaissance du marché : déterminer le marché potentiel que l’on peut atteindre par une action commerciale et le marché futur qui résulte des objectifs fixés.  La commercialisation chargée des ventes et du service après vente
  • 39.  Fonction approvisionnement : Cette fonction a une double mission : Réaliser les achats et gérer les stocks  La réalisation des achats c’est :  La recherche des fournisseurs et le choix des fournisseurs,  La détermination des produits à commander (qualité et prix),  La passation des commandes et le suivi de leur exécution,  La réception des commandes et leur contrôle.  La gestion des stocks comprend :  La gestion physique du magasin,  La gestion économique des stocks, relative à la détermination optimale des dates de commandes et des quantités à commander.
  • 40.  Fonction Marketing :  La politique de produit/service vise à définir la nature, les composantes et le design du produit ou service au regard des besoins du client ;  La politique de prix est conçue compte tenu de la concurrence, du pouvoir d’achat et du prix de revient du produit/service ;  La politique de promotion est fixée avec divers moyens d’attraction et de fidélisation de la clientèle (publicité, offres promotionnelles, facilités, remises, etc.) ;  La politique de distribution précise les modalités d’acheminement du produit vers le client dans les meilleures conditions, en déterminant les lieux et les circuits appropriés ;  La politique de gestion de la force de vente permet à l’entreprise de sélectionner, former, développer et conserver une équipe commerciale performante et efficace.
  • 41.  Fonction GRH : Considérée comme l’une des fonctions cruciales de l’entreprise, la Gestion des Ressources Humaines (GRH) prend en charge le management du capital humain de l’entreprise. Le facteur humain est aujourd’hui un élément déterminant dans l’équation de compétitivité de l’entreprise. Sur des marchés hyperconcurrentiels, les entreprises se démarquent désormais par la compétence et l’intelligence que recèlent leurs ressources humaines. La fonction GRH s’articule autour de trois politiques clefs : l’acquisition, le développement et la fidélisation du capital humain.
  • 42.  Fonction R&D : Pour survivre, l’entreprise doit être en état de veille permanent. S’ouvrir à son environnement, en scruter les signaux et s’informer de son évolution augmentent les chances de pérennité de l’entreprise. Cependant, cette capacité de veille et d’anticipation suppose la création d’une fonction recherche et développement qui se consacre prioritairement à la collecte et à l’analyse de toute information ou donnée, développant ainsi une meilleure connaissance de ce qui se produit aujourd’hui et de qui se prépare demain. Ainsi, l’entreprise parvient à identifier et emprunter les meilleures voies pour sa croissance.
  • 43.  Fonction Gestion de la Qualité :  Constituer le dossier qualité du produit fabriqué en y incluant tous les documents relatifs aux composants et matières, processus de fabrication, certificats d'habilitation des sous- traitants et de qualification des fournisseurs...;  Gérer la bibliothèque des spécifications et normes de l’organisation;  Elaboration des procédures, instructions, manuel qualité;  Pratiquer des audits internes pour vérifier l'application des règles et procédures de l'entreprise, organiser les audits externes dans le cas de certification de type ISO, traiter les rapports de non conformité constatés en cours de fabrication ou chez le client... ;
  • 44.  Fonction Annexes :  Les Services Généraux surveillent ou assurent l'entretien des bâtiments, des véhicules et des réseaux (électricité, téléphone, transmission de données, gaz, voies de circulation...) de l'établissement.  Le Service Informatique peut être très important s'il a en charge le développement des applications informatiques spécifiques à l'entreprise. Il gère le parc des ordinateurs et la sauvegarde des données.  Le Service Maintenance peut être rattaché à la production, surtout s'il n'a en charge que l'installation et l'entretien de l'outil de travail. ;