Les langues de spécialité commepolitique linguistique en Europe                        Anne-Marie Barrault-Méthy          ...
Introduction- Importance de connaître les politiques linguistiques européennes- pour des raisons politiques, pratiques et ...
I - Méthode- Spolsky (Language Management, 2009) : « la politique linguistique   s’intéresse aux choix. Le but d’une théor...
- Double aspect des langues de spé : national (Petit 2006) et   international (Shohamy 2006, Seidlhofer, Cogo & Dewey 2012...
II - Résultats1) Les organisations supranationalesa) Le Conseil de lEurope- forte implication- sadresse à une multiplicité...
b) LUE- Thème dintervention = le multilinguisme- Rhétorique de l’effort (Barrault-Méthy, 2012)- Les langues de spécialité ...
- Les projets UE langues de spé lient souvent langue et culture- Souvent, un partenaire universitaire + plusieurs partenai...
- importance du réseau, de la veille- importance des guides- évaluation des projets au moyen de « cadres logiques » :   rh...
4) LEtat- cf Petit 2004- les langues mentionnées dans larrêté du 1/8/2011 au titre des    compétences5) Les régions : elle...
III – Discussion: la langue des  projets, une langue de spécialité?- Fragmentation du paysage des LSP- langue des projets ...
Conclusion- Le développement de la recherche et des pratiques en langue   de spécialité fait partie des politiques linguis...
- Pour répondre aux appels à projets, combiner deux types de   discours :                 •    - politique, des différents...
Merci
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les langues de spécialité comme politique linguistique en Europe

917 vues

Publié le

Communication Congrès de l'Apliut Strasbourg 31 mai 2012

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
917
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les langues de spécialité comme politique linguistique en Europe

  1. 1. Les langues de spécialité commepolitique linguistique en Europe Anne-Marie Barrault-Méthy Université de Bordeaux EA 4140 LACES
  2. 2. Introduction- Importance de connaître les politiques linguistiques européennes- pour des raisons politiques, pratiques et théoriques- Politique linguistique = champ théorique en plein essor- Le lien entre politiques linguistiques et langues de spé = encore peu exploré- Objet de cette présentation : faire le lien entre – - travaux de lAPLIUT sur la démarche projet en langues – - les politiques linguistiques universitaires européennes – - partager mon expérience de chef de projets langues : PEL, ePEL accrédité, LILAMA, etc.Postulat : on peut parler dune politique linguistique universitaireeuropéenne qui se structureLes langues de spécialité = une politique linguistique en soi par défaut … oupas
  3. 3. I - Méthode- Spolsky (Language Management, 2009) : « la politique linguistique s’intéresse aux choix. Le but d’une théorie de la politique linguistique est de rendre compte des choix opérés par les locuteurs individuels sur la base de schémas établis selon des règles et reconnus par la ou les communautés linguistiques dont ils sont membres »- Théorie critique: Shohamy (2005), Pennycook- Swales (1990), Blommaert (2011)- Définition retenue de langue de spécialité : cf Commission formation de la SAES (2011) « une langue de spécialité (LSP) est l’expression d’un domaine spécialisé dans une langue »- Définition de domaine spécialisé : cf Van Der Yeught (2012) « Un domaine spécialisé est défini comme un ensemble de connaissances et/ou de pratiques mis au service d’une même finalité. La spécificité des connaissances et/ou des pratiques en question constitue la spécialité du domaine. » 
  4. 4. - Double aspect des langues de spé : national (Petit 2006) et international (Shohamy 2006, Seidlhofer, Cogo & Dewey 2012, Jenkins etc.) cf world Englishes, ELF, linguae francae ...- corpus : documents programmatiques relatifs à des politiques linguistiques universitaires européennes, par exemple recommandations, législation, etc.- Thèmes : l’anglais, le bilinguisme, le CECRL, l’identité, le PEL, l’intercompréhension, la mobilité, le plurilinguisme et le multilinguisme, la traduction, etc.- sources : compendia de lUE de projets Leonardo et KA2, cf projet LILAMA- Je vais analyser les politiques linguistiques relatives aux langues de spé par type d’institution en suivant les catégories inspirées par la classification des acteurs de politique linguistique de Spolsky appliquée à l’enseignement supérieur
  5. 5. II - Résultats1) Les organisations supranationalesa) Le Conseil de lEurope- forte implication- sadresse à une multiplicité dacteurs- thème majeur : le plurilinguisme- finance des projets relatifs aux langues de spé- ex : Maggic, Language Rich Europe- partenaire de ces projets- programme 2012-2015 de l’ECML intitulé « Le marché de l’emploi et les langues »- 4 projets en cours : LINCQ (qualité des langues dans l’entreprise), Language for Work (migrants en entreprise), More DOTS (ressources) et PRO-Signs, sur les langues des signes de spécialité.
  6. 6. b) LUE- Thème dintervention = le multilinguisme- Rhétorique de l’effort (Barrault-Méthy, 2012)- Les langues de spécialité sont promues à travers divers sous-programmes : EuroCatHos Comenius (enseignement scolaire, IUFM), Erasmus (université), Grundtvig (adultes), Leonardo (VET) + KA2 et Jean Monnet- A paysage linguistique européen complexe, programmes et dispositifs complexes- La Commission européenne (EACEA) valorise le pragmatisme- Après 2012, les langues seront à intégrer dans dautres projets- le financement des projets langues évolue- les langues de spé promues bien au-delà dErasmus. Ex : Vinolingua, MarEng EuroCatHos, Europass
  7. 7. - Les projets UE langues de spé lient souvent langue et culture- Souvent, un partenaire universitaire + plusieurs partenaires issus des milieux professionnels- les projets financés ne se limitent pas à langlais- les projets visent à résoudre un problème et à proposer des étapes- principe du cofinancement- la posture du rédacteur du projet est très proche de celle du chercheur : - références à la « littérature » - des chercheurs participent à des projets qui incluent de la recherche documentaire (« deskresearch ») - porosité des milieux des projets européens et de ceux de la recherche - washback effect
  8. 8. - importance du réseau, de la veille- importance des guides- évaluation des projets au moyen de « cadres logiques » : rhétorique de la raison- succès (ou pas) de certaines thématiques2) Les sociétés savantes- A visée thématique/programmatique (Barrault-Méthy 2011)- A audience plutôt nationale / internationale- un cas à part : le CEL/ELC (mais aussi, dans une certaine mesure, CercleS)
  9. 9. 4) LEtat- cf Petit 2004- les langues mentionnées dans larrêté du 1/8/2011 au titre des compétences5) Les régions : elles financent plutôt des projets- intégrés : métaprojets- à envergure internationale- orientés mobilité- favorisant le développement de compétences professionnelles- importance du CECRL, qui apporte de la lisibilité aux cursus donc pro- mobilité6) Etudiants et enseignants- cf Vaillant-Sirdey (2008), Hascoët (2011), Vaillant-Sirdey & Terrier (2011), Puren (2011), Taillefer (2004, 2007, 2008)
  10. 10. III – Discussion: la langue des projets, une langue de spécialité?- Fragmentation du paysage des LSP- langue des projets = souvent langlais mais pas seulement- caractéristique: terminologie spécifique, acronymes, noms dautres projets, utilisation du passif, tolérance à légard des fautes de langue- PLUS tous les traits pragmatiques décrits par Cogo & Dewey (2011): backchannelling, prise de parole simultanée, finir les phrases de linterlocuteur- ELF, FLF, DLF, SLF
  11. 11. Conclusion- Le développement de la recherche et des pratiques en langue de spécialité fait partie des politiques linguistiques universitaires européennes- ces politiques sont largement financées sur projet- les enseignants de LSP sont en position favorable pour répondre aux appels à projet :  ils connaissent les LSP  ils sont capables de définir les besoins linguistiques de leurs étudiants et dy répondre  ils sont capables danalyser et de pratiquer la langue des projets
  12. 12. - Pour répondre aux appels à projets, combiner deux types de discours : • - politique, des différents acteurs - scientifique, par thème- La langue des projets en Europe possède des caractéristiques discursives, linguistiques et culturelles qui fait delle une langue de spécialité à lintersection de la recherche et de la pratique- montrer que le problème a été identifié et circonscrit, que ses dimensions théoriques ont été perçues mais que lexistant ne permet pas de le résoudre, quune démarche pragmatique et réflexive est possible- du modèle Creating A Research Space (Swales 1990) au modèle Creating A Project Space ?
  13. 13. Merci

×