SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  47
Télécharger pour lire hors ligne
Le Rétinoblastome (RB)
Du diagnostic au traitement.
Dr. Anass.M
Médecin résident- 1ère
année
Ophtalmologie.
INTRODUCTION
 Le RB est la tumeur maligne intra-oculaire la
plus fréquente de l’enfant, affectant le
nourrisson et le jeune enfant.
Tumeur maligne se développant à partir des
précurseurs embryonnaires des cellules
photoréceptrice (cônes) de la rétine.
 Origine Génétique.
 Très agressive – Décès
 Unilatéral chez 2/3 des cas, et bilatéral chez
1/3 des cas
• L’approche est pluridisciplinaire, et sa prise
en charge étant à vie, assuré par une équipe
de médecins: ophtalmologiste, oncologue-
pédiatre, radiothérapeute, un généticien,
psychologue, et un oculariste.
• Un diagnostic précoce permet la guérison
dans 90% des cas.
OBJECTIF
 Rapporter
 L’épidémiologie;
 La génétique;
 Circonstances et modalités de diagnostic;
 Les moyens thérapeutiques;
 Surveillance et pronostic;
 Conseil génétique.
EPIDEMIOLOGIE
• L’incidence est identique dans tous les pays : 1
cas pour 15 à 20000 naissances;
• Apparait avant l’âge de 3 ans  98% des cas;
• L’anomalie chromosomique à son origine
touchant le bras long du chromosome 13.
 Sporadique dans 90% des cas;
Familiale dans 10% des cas: autosomique dominante
Siège:
 60% = Unilatéral, âge médian de 2 ans au
moment de diagnostic  forme sporadique;
 40% = Bilatéral, qui est toujours héréditaire,
découverte à un âge moyen de 1 an. Dont:
 15% sont susceptible de développer d’autres cancers, tels que :
sarcomes (ostéo-sarcome, fibrosarcome, rhabdomyosarcome),
mélanome malin, pinéaloblastome.
Epidemiologie
GENETIQUE
• Le gène du RB est un anti-oncogène situé sur le
chromosome 13. Sa localisation et la mise en
évidence de sa fonction d’anti-oncogène à
constitué une découverte majeure en oncologie.
• Lorsque le gène est intact il empêche le
développement des cellules cancéreuse même si
un seule allèle est présente.
• L'oncogenèse du RB procède de l'inactivation
séquentielle des deux allèles au locus RB1 par
deux mutations successive: M1 et M2.
Génétique
• RB unilatéral est habituellement non
héréditaire;
• Les deux mutations de nature somatique
ciblent une seule et même cellule rétinienne
entrainant la formation d’un RB unilatéral et
unifocal. A savoir que 15% des enfants
porteurs de RB unilatéral sont porteurs du
gène et peuvent le transmettre à leur
descendance.
Génétique
• RB bilatéral et ou pluri-focals (plusieurs
tumeurs dans le même œil) sont d’origine
génétique. M1 prézygotique est transmise
par voie germinale a partir d'un patient atteint
(25%) ou non atteint (néomutation: 75%),
avec pour corollaire une prédisposition
tumorale frappant l'ensemble du tissu rétinien
et la survenue d'un RB bilatéral multifocal en
fonction du nombre de M2.
Génétique
Génétique
CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE
• Suspecté devant
 Leucocorie +++
 Strabisme ++
 Signe d’inflammation oculaire
 décollement rétinien
• Au fond d’œil (FO) : Tumeur rétinienne
 Forme exophytique décollement rétinien.
 Forme endophytique envahissement vitréen
Facteur de Gravité
60%
20%
20%
Echographie oculaire & TDM orbitaire
Diagnostic
Leucocorie: 60%
C'est un reflet blanc de la pupille remarqué par l'entourage,
parfois sur des photos prises avec flash .
Ophtalmoscopie
• Permet une évaluation correcte des lésions
intraoculaires;
• Une nouvelle classification internationale
(Tableau 1 et 2) est en cours et constitue une
aide pour l’orientation thérapeutique initiale;
• Elle est réalisée sous anesthésie générale
 lésion tumorale qui apparaît en relief, blanc-
jaunâtre, friable, et hypervascularisée.
FO
Sous AG
Tableau 1
FORMES ANATOMO-PATHOLOGIQUE
• Forme endophytique : la tumeur se développe à la surface
de la rétine puis se dissémine vers le vitré sous forme de
nodules flottants dispersés.
• Forme exophytique: expose à un envahissement précoce de
la choroïde et au risque de métastases hématogène.
• Forme infiltrante diffuse : est plus rare observée chez 12
grand enfant vers l‘âge de 7 ans, sous forme d’une masse
massive réalisant un tableau d’uvéite avec hypopion.
RB ENDOPHYTIQUE
RB endophytique
RB exophytique juxtapapillaire.
forme diffuse infiltrativae( nodule rétinien)
ASPECTS HISTOLOGIQUES
Rosettes Flexner-Winterstein
sont typiques de rétinoblastome
bien différenciée
Cellules moins différenciés
Rosette= tentation de former un photorécepteur  mais avortée
-Signe d’appel après la leucocorie
- Il traduit l'existence d'une tumeur
intéressant la macula et responsable
d'une perte de la fonction visuelle
centrale.
STRABISME20%
Il est parfois très précoce et souvent
interprété à tort comme une
faiblesse passagère des muscles
oculomoteurs FO obligatoire à
tout enfant strabique.
AUTRES SIGNES OCULAIRES DU RB
• Dans les pays développés, la quasi-totalité des RB est
diagnostiquée lorsque la tumeur est encore endo-
oculaire.
• Dans des pays en développement sont diagnostiqués à
un stade plus avancé, avec extension extrasclérale
révélatrice, et sont responsable d’exophtalmie avec
leucocorie voire buphtalmie.
• Enfin, certaines formes rares peuvent se manifester
sous formes d'uvéites ou de cellulites orbitaires
aigues avec douleurs, chemosis et œdème des
paupières.
RB associé à une Cellulite
orbitaire.
RB associé à une Exophtalmie
Diagnostic différentiel (DD)
=
Autres causes de leucocorie
Unilatéral ou bilatéral
Persistance du vitré primitif
Unilatéral
Décollement de rétine (rétinopathie du prématuré
avancé)
Toujours bilatéral mais peut être asymétrique
Masse blanchâtre
Anticorps anti-Toxocara ++.
Positive dans l’humeur aqueuse++
Toxocarose : granulome du pôle
postérieur
Unilatéral ++
Maladie de Coats
Unilatéral ++
D.DMaladies inflammatoires
Maldie de Coats: télangiectasie des
vaisseaux rétiniens responsable
d’exsudats jaunâtres
Idiopathique mutation du gèna NDP ??!
AUTRE CIRCONSTANCE DE DIAGNOSTIC
A l’aide du dépistage des sujets à risque, est
aujourd’hui de plus en plus fréquent, grâce à
une meilleure information des patients
devenus adultes et traités dans l’enfance pour
rétinoblastome.
Surveillance du FO en ophtalmoscopie indirecte
sous AG afin de permettre un diagnostic
précoce.
IMAGERIE
Diagnostic
positif et
différentiel
Contrôle post-
thérapeutique
Bilan
d’extension
IMAGERIEIMAGERIE
ECHOGRAPHIE OCULAIRE
• Dans le même temps d’anesthésie pour
l’ophtalmoscopie, on réalise une échographie
oculaire qui permet de mesurer les
dimensions tumorales et de confirmer le
diagnostic de RB.
Dépôts considérables de calcium
Calcifications qui
remplissent toute la cavité
vitréenne
Echographie oculaire
Imagerie
Visualisation d’une tumeur oculaire
gauche calcifiée
TDM
Il est préférable pour le bilan d’extension,
car elle permet une meilleure visualisation
des nerfs optiques intraorbitaire.
DD. Des formes infiltrantes diffuses dont
le tableau clinique est proche de celui des
uvéites
IRM
Tout retard ou erreur de diagnostic peuvent
compromettre le pronostic vital
Si le doute persiste
Ne faut pas hésiter à faire une énucléation d'un
globe non voyant après consentement écrit
des parents, plutôt que de laisser évoluer un
RB.
TRAITEMENT
Le BUT est
Préserver la vie
Préserver la vue
ET
Le traitement du RB
s’est transformé
Du fait des progrès de
chimiothérapie +
traitements conservateurs
locaux qui ont remplacé
radiothérapie externe locale.
 Maladie uni ou bilatérale;
L ’âge de l’enfant;
L’extension de la maladie avec la dimension et
localisation de la tumeur;
Et présence d’un essaimage du vitré ou de la
rétine.
Traitement
Indications thérapeutiques
Enucléation:
 Lié à l'étendue de la maladie IRM++ préopératoire
afin d’éliminer les atteintes extraoculaires du nerf
optique.
Le volume du globe est remplace par une bille de
préférence bio-colonisable (implant en hydroxypatite)
Après 6 semaine l'oculariste peut confectionner une
Prothèse.
Traitement
Radiothérapie externe (RTE):
 Est efficace, permettant à de nombreux enfants de conserver la
vue utile, mais au prix de nombreuses séquelles Indiqué
quand la tumeur est inaccessible aux traitement conservateurs.
 Plaques isotopes radioactifs: 125 I (iod) : qui est actuellement le
plus utilisé  tumeur plus grande ou nombre limité de
tumeur de dimension modéré (<3)
 Autres radioactif: 192 Ir (Iridium), 106 Ru (Ruténium) , et 60 Co
(Cobalt)
Avantage = Traitement local, Rayonnement réduit sur le tissu normal
Inconvénient = Forte dose pour la sclérotique
Traitement
• Chimiothérapie:
 Les nouveaux médicaments tels que l'étoposide et le carboplatine, la
vincristine;
 Nouveaux agent chimiothérapique: Topotécan a montré des propriétés
anticancéreuses et la combinaison topotécan-carboplatine ont été
particulièrement efficaces;
 L'utilisation d'une chimiothérapie néo-adjuvante a l'avantage de réduire
la nécessité d'une radiothérapie externe;
 Ils sont utilisés comme traitement néoadjuvant afin de réduire la masse
de la tumeur et le rendre accessible à un traitement conservateur local;
 La chimiothérapie intra-artérielle pour le RB est une autre arme
thérapeutique,et cela doit être fait dans les établissements de soins
tertiaires;
 Combinaison de la chimiothérapie avec d’autres techniques:
 Chimiothérapie + RTE pour augmenter l'efficacité du traitement (étude de Kingston et
al);
 Chimiothérapie + cryothérapie, photocoagulation, et 125 I (étude Shields et al;
 injection artérielle sélective comportant un cathéter à ballonnet et le melphalan. Il
atteint 98,8% de réussite et ont moins d'effets secondaires (étude Suzuki et al).
Traitement
• Traitement local:
 Est plus performant depuis l'avènement de la thermo-chimiothérapie
qui consiste a réaliser une perfusion de carboplatine suivie, dans les deux
heures, par un traitement de la tumeur par le laser- diode qui ca
entrainer une hyperthermie au niveau de la tumeur et renforcer l'action
de la carboplatine;
 Autres traitements locaux:
 La cryothérapiecryothérapie qui consiste a geler la tumeur par une cryode et
s'applique aux petites tumeurs antérieures
 La curiethérapiecuriethérapie qui est utilisée pour les tumeurs periphériques
non accessibles à une cryothérapie.
Traitement
• RB Unilatéral:
• L'énucléationL'énucléation est souvent le moyen thérapeutique de choix.
L'examen histopathologique ,il conditionne ensuite le pronostic et
l'attitude thérapeutique. Trois situationsTrois situations peuvent se présenter:
 Pas d'envahissement du nerf optique (NO) oui envahissement de sa portion
prélaminaire et/ou envahissement choroïdien minime ou absent : pas de
traitement adjuvant.
 Envahissement choroïdien massif et/ou de la chambre antérieure et
envahissement du nerf optique retrolaminaire : nécessité d'une
chimiothérapie adjuvante par 2 cycles alternés Carboplatine - Etoposide et
CAD0 (vincristine, cyclophosphamide, adriamycine 1).
 Envahissement de la tranche de section du NO et/ou de ses gaines méningées
et/ou envahissement extra-scléral : radiothérapie orbitaire en plus de la
chimiothérapie.
Traitement
RB Bilatéral:
 Il faut essayer de conserver au moins un oeil.
 La thermo-chimiothérapie associée aux autres techniques
locales permet de conserver une fonction visuelle utile
dans la majorité des cas .
 Le pronostic vital est bon dans les formes endooculaires ;
 Le pronostic fonctionnel dépend du type de traitement
conservateur utilisé et de la taille et du siège de la tumeur
par rapport a la macula.
Traitement
RB bilatéralbilatéral multifocale chez un nouveau-né de 18 mois,
Chimiothérapie
RB bilatéral avant (A
et B) et 27 jours après
le traitement (C et D)
Régression de la tumeur
Traitement
Chimio-thermothérapie Traitement
Fille de 5 mois avec RB bilatérale
Œil gauche énuclée (Groupe Vb classification de Reese et Ellsworth)
OD
Tumeur réduit
après le traitement
2.A: RB parapapillair inférieure
2.B: Etat après trois cycles de
chimiothermothérapie
2.C: Résultat final après deux séances de
photocoagulation au xénon
Tumeur détruite transformé en cicatrices
pigmentées
Facteurs de mauvais pronostic dans le RB
Atteinte du nerf optique;
Envahissement choroïdien;
Masse tumorale (grosse tumeur);
Localisation tumorale (Pôle antérieure);
Différenciation cellulaire(indifférencié);
L’âge de l’enfant (grand enfant).
Surveillance et Conseil génétique
• FO - nécessaire de surveiller les cicatrices
tumorales et leur stabilité après le traitement;
• Dans RB bilatérale- surveillance à long terme
pour prévenir une récidive ou une complication
• Dans RB unilatérale – contrôle de œil
controlatéral
• Le conseil génétique est d'informer les
personnes concernées et le risque pour les
enfants.
• Formes familiales:
Pour un sujet avec un parent ou un premier enfant - le risque pour
la descendance est de 45%.
Pour un sujet atteint d'un parent et la probabilité d'être porteur
asymptomatique est de 9% - le risque pour la descendance est
d'environ 4%.
• Les formes sporadiques:
Bilatérale: sujet atteint, Le risque pour sa descendance est de 45%,
et famille ayant un enfant atteint: il existe le risque pour qu'un
des parents soit porteur d'une mutation non exprimée avec un
risque pour une grossesse ultérieure de 5%.
Unilatérale: Pour un sujet atteint, le risque pour la descendance
est estime à 5%, et parents ayant un enfant atteint, le risque pour
une grossesse ultérieure pourrait être de l'ordre de 1%.
Surveillance et Conseil génétique
DEPISTAGE
• Présence d’une Leucocorie chez un enfant doit
attirer l'attention des parents et le personnel
médical;
• L'importance d'un programme de sensibilisation,
par exemple, lors des journées nationales de
vaccination
• Les études chromosomiques confirment la
présence ou l'absence d'anomalies génétiques.
MERCIMERCI

Contenu connexe

Tendances

NEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptxNEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptxMarieChhim1
 
Conduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJ
Conduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJConduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJ
Conduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJDr Riyadh Essefi
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireDr. Kerfah Soumia
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfMarieChhim1
 
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Nouhoum L Traore
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]benkourdel mohamed
 
Urographie intraveineuse
Urographie intraveineuseUrographie intraveineuse
Urographie intraveineuseimma-dr
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)Med Achraf Hadj Ali
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelkillua zoldyck
 
Prise en charge neurochirurgicale des AVC
Prise en charge neurochirurgicale des AVCPrise en charge neurochirurgicale des AVC
Prise en charge neurochirurgicale des AVCMichel Triffaux
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguëdrchamadi
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprungHana Hanouna
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leila Ali
 

Tendances (20)

NEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptxNEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptx
 
Conduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJ
Conduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJConduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJ
Conduite à tenir devant une thrombopénie. Pr Hatem BELLAAJ
 
La Ponction biopsie rénale
La Ponction biopsie rénaleLa Ponction biopsie rénale
La Ponction biopsie rénale
 
Le kyste hydatique du poumon
Le kyste hydatique du poumonLe kyste hydatique du poumon
Le kyste hydatique du poumon
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
 
Les cataractes
Les cataractesLes cataractes
Les cataractes
 
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
Nodule thyroïdien
Nodule thyroïdienNodule thyroïdien
Nodule thyroïdien
 
Urographie intraveineuse
Urographie intraveineuseUrographie intraveineuse
Urographie intraveineuse
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Aspergilloses
AspergillosesAspergilloses
Aspergilloses
 
Prise en charge neurochirurgicale des AVC
Prise en charge neurochirurgicale des AVCPrise en charge neurochirurgicale des AVC
Prise en charge neurochirurgicale des AVC
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
 
C3 nephrpathy
C3 nephrpathyC3 nephrpathy
C3 nephrpathy
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 

En vedette

HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)
HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)
HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)Jean-Francois GIRMENS
 
[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)Fédération Rétine de Paris
 
[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)Fédération Rétine de Paris
 
Oedèmes papillaires purs
Oedèmes papillaires pursOedèmes papillaires purs
Oedèmes papillaires pursHoussem Selmi
 
Programme définitif pdf
Programme définitif pdfProgramme définitif pdf
Programme définitif pdfAmira Kallel
 
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.Khadija Moussayer
 
Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)
Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)
Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)Jean-Francois GIRMENS
 
MANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDS
MANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDSMANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDS
MANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDSDr Samarth Mishra
 
Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)
Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)
Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)Jean-Francois GIRMENS
 
Un piège ophtalmologique
Un piège ophtalmologiqueUn piège ophtalmologique
Un piège ophtalmologiqueall-in-web
 
Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"Jean-Francois GIRMENS
 
Perles Du Maroc
Perles Du MarocPerles Du Maroc
Perles Du Maroctatouer
 
Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014Urgencehsj
 
Présentation trauma Abdominale
Présentation trauma AbdominalePrésentation trauma Abdominale
Présentation trauma AbdominaleUrgencehsj
 
Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)Urgencehsj
 
L expertise medicale en ophtalmologie
L expertise medicale en ophtalmologieL expertise medicale en ophtalmologie
L expertise medicale en ophtalmologierebas
 
Perle clinique 17
Perle clinique 17Perle clinique 17
Perle clinique 17Urgencehsj
 
Miami j collar
Miami j collarMiami j collar
Miami j collarUrgencehsj
 

En vedette (20)

HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)
HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)
HTA et pathologie oculaire (JF.Girmens)
 
[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)
[DES1 Urgences] Oedeme papillaire / Dr C.Lamirel (23 mars 2013)
 
cours 4mai2009 OVR OAR NOIA
cours 4mai2009 OVR OAR NOIAcours 4mai2009 OVR OAR NOIA
cours 4mai2009 OVR OAR NOIA
 
[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Urgences vitréo-rétiniennes / Pr R.Tadayoni (17 mars 2012)
 
Oedèmes papillaires purs
Oedèmes papillaires pursOedèmes papillaires purs
Oedèmes papillaires purs
 
Programme définitif pdf
Programme définitif pdfProgramme définitif pdf
Programme définitif pdf
 
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
 
Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)
Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)
Vaisseaux rétiniens de l'hypertendu (M.Paques)
 
Occlusions vasculaires retiniennes
Occlusions vasculaires retiniennesOcclusions vasculaires retiniennes
Occlusions vasculaires retiniennes
 
MANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDS
MANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDSMANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDS
MANAGEMENT OF RETINOBLASTOMA & CURRENT TRENDS
 
Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)
Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)
Diabete, pathologies vasculaires et IVT (JRO 2007)
 
Un piège ophtalmologique
Un piège ophtalmologiqueUn piège ophtalmologique
Un piège ophtalmologique
 
Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"
 
Perles Du Maroc
Perles Du MarocPerles Du Maroc
Perles Du Maroc
 
Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014Ow! that hurts nov 2014
Ow! that hurts nov 2014
 
Présentation trauma Abdominale
Présentation trauma AbdominalePrésentation trauma Abdominale
Présentation trauma Abdominale
 
Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)Lacération en pédiatrie (Français)
Lacération en pédiatrie (Français)
 
L expertise medicale en ophtalmologie
L expertise medicale en ophtalmologieL expertise medicale en ophtalmologie
L expertise medicale en ophtalmologie
 
Perle clinique 17
Perle clinique 17Perle clinique 17
Perle clinique 17
 
Miami j collar
Miami j collarMiami j collar
Miami j collar
 

Similaire à Le rétinoblastome (rb)

Similaire à Le rétinoblastome (rb) (20)

Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
Démarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaire
Démarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaireDémarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaire
Démarche diagnostic devant une image radioclaire mandibulaire
 
Chu Fort de France!!!
Chu Fort de France!!!Chu Fort de France!!!
Chu Fort de France!!!
 
P64
P64P64
P64
 
P14
P14P14
P14
 
P87
P87P87
P87
 
Complications dégénératives et suivi du diabete
Complications dégénératives et suivi du diabeteComplications dégénératives et suivi du diabete
Complications dégénératives et suivi du diabete
 
Herpes 2015 poly
Herpes 2015 polyHerpes 2015 poly
Herpes 2015 poly
 
P16
P16P16
P16
 
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfantTumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
 
P91
P91P91
P91
 
Poster 60 hematologie
Poster 60 hematologiePoster 60 hematologie
Poster 60 hematologie
 
document 1 cours generalites PhnomPenh.ppt
document 1 cours generalites PhnomPenh.pptdocument 1 cours generalites PhnomPenh.ppt
document 1 cours generalites PhnomPenh.ppt
 
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
Formes Rares et Particulières du Kyste hydatique
 
P80
P80P80
P80
 
P73
P73P73
P73
 
Polypectomie
PolypectomiePolypectomie
Polypectomie
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
 
TEP TDM du cou
TEP TDM du couTEP TDM du cou
TEP TDM du cou
 
Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)
 

Dernier

Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 37
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 37
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 

Dernier (18)

Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 

Le rétinoblastome (rb)

  • 1. Le Rétinoblastome (RB) Du diagnostic au traitement. Dr. Anass.M Médecin résident- 1ère année Ophtalmologie.
  • 2. INTRODUCTION  Le RB est la tumeur maligne intra-oculaire la plus fréquente de l’enfant, affectant le nourrisson et le jeune enfant. Tumeur maligne se développant à partir des précurseurs embryonnaires des cellules photoréceptrice (cônes) de la rétine.  Origine Génétique.  Très agressive – Décès  Unilatéral chez 2/3 des cas, et bilatéral chez 1/3 des cas
  • 3. • L’approche est pluridisciplinaire, et sa prise en charge étant à vie, assuré par une équipe de médecins: ophtalmologiste, oncologue- pédiatre, radiothérapeute, un généticien, psychologue, et un oculariste. • Un diagnostic précoce permet la guérison dans 90% des cas.
  • 4. OBJECTIF  Rapporter  L’épidémiologie;  La génétique;  Circonstances et modalités de diagnostic;  Les moyens thérapeutiques;  Surveillance et pronostic;  Conseil génétique.
  • 5. EPIDEMIOLOGIE • L’incidence est identique dans tous les pays : 1 cas pour 15 à 20000 naissances; • Apparait avant l’âge de 3 ans  98% des cas; • L’anomalie chromosomique à son origine touchant le bras long du chromosome 13.  Sporadique dans 90% des cas; Familiale dans 10% des cas: autosomique dominante
  • 6. Siège:  60% = Unilatéral, âge médian de 2 ans au moment de diagnostic  forme sporadique;  40% = Bilatéral, qui est toujours héréditaire, découverte à un âge moyen de 1 an. Dont:  15% sont susceptible de développer d’autres cancers, tels que : sarcomes (ostéo-sarcome, fibrosarcome, rhabdomyosarcome), mélanome malin, pinéaloblastome. Epidemiologie
  • 7. GENETIQUE • Le gène du RB est un anti-oncogène situé sur le chromosome 13. Sa localisation et la mise en évidence de sa fonction d’anti-oncogène à constitué une découverte majeure en oncologie. • Lorsque le gène est intact il empêche le développement des cellules cancéreuse même si un seule allèle est présente. • L'oncogenèse du RB procède de l'inactivation séquentielle des deux allèles au locus RB1 par deux mutations successive: M1 et M2.
  • 9. • RB unilatéral est habituellement non héréditaire; • Les deux mutations de nature somatique ciblent une seule et même cellule rétinienne entrainant la formation d’un RB unilatéral et unifocal. A savoir que 15% des enfants porteurs de RB unilatéral sont porteurs du gène et peuvent le transmettre à leur descendance. Génétique
  • 10. • RB bilatéral et ou pluri-focals (plusieurs tumeurs dans le même œil) sont d’origine génétique. M1 prézygotique est transmise par voie germinale a partir d'un patient atteint (25%) ou non atteint (néomutation: 75%), avec pour corollaire une prédisposition tumorale frappant l'ensemble du tissu rétinien et la survenue d'un RB bilatéral multifocal en fonction du nombre de M2. Génétique
  • 12. CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE • Suspecté devant  Leucocorie +++  Strabisme ++  Signe d’inflammation oculaire  décollement rétinien • Au fond d’œil (FO) : Tumeur rétinienne  Forme exophytique décollement rétinien.  Forme endophytique envahissement vitréen Facteur de Gravité 60% 20% 20% Echographie oculaire & TDM orbitaire
  • 13. Diagnostic Leucocorie: 60% C'est un reflet blanc de la pupille remarqué par l'entourage, parfois sur des photos prises avec flash .
  • 14. Ophtalmoscopie • Permet une évaluation correcte des lésions intraoculaires; • Une nouvelle classification internationale (Tableau 1 et 2) est en cours et constitue une aide pour l’orientation thérapeutique initiale; • Elle est réalisée sous anesthésie générale  lésion tumorale qui apparaît en relief, blanc- jaunâtre, friable, et hypervascularisée.
  • 17.
  • 18.
  • 19. FORMES ANATOMO-PATHOLOGIQUE • Forme endophytique : la tumeur se développe à la surface de la rétine puis se dissémine vers le vitré sous forme de nodules flottants dispersés. • Forme exophytique: expose à un envahissement précoce de la choroïde et au risque de métastases hématogène. • Forme infiltrante diffuse : est plus rare observée chez 12 grand enfant vers l‘âge de 7 ans, sous forme d’une masse massive réalisant un tableau d’uvéite avec hypopion. RB ENDOPHYTIQUE
  • 20. RB endophytique RB exophytique juxtapapillaire. forme diffuse infiltrativae( nodule rétinien)
  • 21. ASPECTS HISTOLOGIQUES Rosettes Flexner-Winterstein sont typiques de rétinoblastome bien différenciée Cellules moins différenciés Rosette= tentation de former un photorécepteur  mais avortée
  • 22. -Signe d’appel après la leucocorie - Il traduit l'existence d'une tumeur intéressant la macula et responsable d'une perte de la fonction visuelle centrale. STRABISME20% Il est parfois très précoce et souvent interprété à tort comme une faiblesse passagère des muscles oculomoteurs FO obligatoire à tout enfant strabique.
  • 23. AUTRES SIGNES OCULAIRES DU RB • Dans les pays développés, la quasi-totalité des RB est diagnostiquée lorsque la tumeur est encore endo- oculaire. • Dans des pays en développement sont diagnostiqués à un stade plus avancé, avec extension extrasclérale révélatrice, et sont responsable d’exophtalmie avec leucocorie voire buphtalmie. • Enfin, certaines formes rares peuvent se manifester sous formes d'uvéites ou de cellulites orbitaires aigues avec douleurs, chemosis et œdème des paupières.
  • 24. RB associé à une Cellulite orbitaire. RB associé à une Exophtalmie
  • 25. Diagnostic différentiel (DD) = Autres causes de leucocorie Unilatéral ou bilatéral Persistance du vitré primitif Unilatéral Décollement de rétine (rétinopathie du prématuré avancé) Toujours bilatéral mais peut être asymétrique
  • 26. Masse blanchâtre Anticorps anti-Toxocara ++. Positive dans l’humeur aqueuse++ Toxocarose : granulome du pôle postérieur Unilatéral ++ Maladie de Coats Unilatéral ++ D.DMaladies inflammatoires Maldie de Coats: télangiectasie des vaisseaux rétiniens responsable d’exsudats jaunâtres Idiopathique mutation du gèna NDP ??!
  • 27. AUTRE CIRCONSTANCE DE DIAGNOSTIC A l’aide du dépistage des sujets à risque, est aujourd’hui de plus en plus fréquent, grâce à une meilleure information des patients devenus adultes et traités dans l’enfance pour rétinoblastome. Surveillance du FO en ophtalmoscopie indirecte sous AG afin de permettre un diagnostic précoce.
  • 29. ECHOGRAPHIE OCULAIRE • Dans le même temps d’anesthésie pour l’ophtalmoscopie, on réalise une échographie oculaire qui permet de mesurer les dimensions tumorales et de confirmer le diagnostic de RB.
  • 30. Dépôts considérables de calcium Calcifications qui remplissent toute la cavité vitréenne Echographie oculaire
  • 31. Imagerie Visualisation d’une tumeur oculaire gauche calcifiée TDM Il est préférable pour le bilan d’extension, car elle permet une meilleure visualisation des nerfs optiques intraorbitaire. DD. Des formes infiltrantes diffuses dont le tableau clinique est proche de celui des uvéites IRM
  • 32. Tout retard ou erreur de diagnostic peuvent compromettre le pronostic vital Si le doute persiste Ne faut pas hésiter à faire une énucléation d'un globe non voyant après consentement écrit des parents, plutôt que de laisser évoluer un RB.
  • 33. TRAITEMENT Le BUT est Préserver la vie Préserver la vue ET Le traitement du RB s’est transformé Du fait des progrès de chimiothérapie + traitements conservateurs locaux qui ont remplacé radiothérapie externe locale.
  • 34.  Maladie uni ou bilatérale; L ’âge de l’enfant; L’extension de la maladie avec la dimension et localisation de la tumeur; Et présence d’un essaimage du vitré ou de la rétine. Traitement Indications thérapeutiques
  • 35. Enucléation:  Lié à l'étendue de la maladie IRM++ préopératoire afin d’éliminer les atteintes extraoculaires du nerf optique. Le volume du globe est remplace par une bille de préférence bio-colonisable (implant en hydroxypatite) Après 6 semaine l'oculariste peut confectionner une Prothèse. Traitement
  • 36. Radiothérapie externe (RTE):  Est efficace, permettant à de nombreux enfants de conserver la vue utile, mais au prix de nombreuses séquelles Indiqué quand la tumeur est inaccessible aux traitement conservateurs.  Plaques isotopes radioactifs: 125 I (iod) : qui est actuellement le plus utilisé  tumeur plus grande ou nombre limité de tumeur de dimension modéré (<3)  Autres radioactif: 192 Ir (Iridium), 106 Ru (Ruténium) , et 60 Co (Cobalt) Avantage = Traitement local, Rayonnement réduit sur le tissu normal Inconvénient = Forte dose pour la sclérotique Traitement
  • 37. • Chimiothérapie:  Les nouveaux médicaments tels que l'étoposide et le carboplatine, la vincristine;  Nouveaux agent chimiothérapique: Topotécan a montré des propriétés anticancéreuses et la combinaison topotécan-carboplatine ont été particulièrement efficaces;  L'utilisation d'une chimiothérapie néo-adjuvante a l'avantage de réduire la nécessité d'une radiothérapie externe;  Ils sont utilisés comme traitement néoadjuvant afin de réduire la masse de la tumeur et le rendre accessible à un traitement conservateur local;  La chimiothérapie intra-artérielle pour le RB est une autre arme thérapeutique,et cela doit être fait dans les établissements de soins tertiaires;  Combinaison de la chimiothérapie avec d’autres techniques:  Chimiothérapie + RTE pour augmenter l'efficacité du traitement (étude de Kingston et al);  Chimiothérapie + cryothérapie, photocoagulation, et 125 I (étude Shields et al;  injection artérielle sélective comportant un cathéter à ballonnet et le melphalan. Il atteint 98,8% de réussite et ont moins d'effets secondaires (étude Suzuki et al). Traitement
  • 38. • Traitement local:  Est plus performant depuis l'avènement de la thermo-chimiothérapie qui consiste a réaliser une perfusion de carboplatine suivie, dans les deux heures, par un traitement de la tumeur par le laser- diode qui ca entrainer une hyperthermie au niveau de la tumeur et renforcer l'action de la carboplatine;  Autres traitements locaux:  La cryothérapiecryothérapie qui consiste a geler la tumeur par une cryode et s'applique aux petites tumeurs antérieures  La curiethérapiecuriethérapie qui est utilisée pour les tumeurs periphériques non accessibles à une cryothérapie. Traitement
  • 39. • RB Unilatéral: • L'énucléationL'énucléation est souvent le moyen thérapeutique de choix. L'examen histopathologique ,il conditionne ensuite le pronostic et l'attitude thérapeutique. Trois situationsTrois situations peuvent se présenter:  Pas d'envahissement du nerf optique (NO) oui envahissement de sa portion prélaminaire et/ou envahissement choroïdien minime ou absent : pas de traitement adjuvant.  Envahissement choroïdien massif et/ou de la chambre antérieure et envahissement du nerf optique retrolaminaire : nécessité d'une chimiothérapie adjuvante par 2 cycles alternés Carboplatine - Etoposide et CAD0 (vincristine, cyclophosphamide, adriamycine 1).  Envahissement de la tranche de section du NO et/ou de ses gaines méningées et/ou envahissement extra-scléral : radiothérapie orbitaire en plus de la chimiothérapie. Traitement
  • 40. RB Bilatéral:  Il faut essayer de conserver au moins un oeil.  La thermo-chimiothérapie associée aux autres techniques locales permet de conserver une fonction visuelle utile dans la majorité des cas .  Le pronostic vital est bon dans les formes endooculaires ;  Le pronostic fonctionnel dépend du type de traitement conservateur utilisé et de la taille et du siège de la tumeur par rapport a la macula. Traitement
  • 41. RB bilatéralbilatéral multifocale chez un nouveau-né de 18 mois, Chimiothérapie RB bilatéral avant (A et B) et 27 jours après le traitement (C et D) Régression de la tumeur Traitement
  • 42. Chimio-thermothérapie Traitement Fille de 5 mois avec RB bilatérale Œil gauche énuclée (Groupe Vb classification de Reese et Ellsworth) OD Tumeur réduit après le traitement 2.A: RB parapapillair inférieure 2.B: Etat après trois cycles de chimiothermothérapie 2.C: Résultat final après deux séances de photocoagulation au xénon Tumeur détruite transformé en cicatrices pigmentées
  • 43. Facteurs de mauvais pronostic dans le RB Atteinte du nerf optique; Envahissement choroïdien; Masse tumorale (grosse tumeur); Localisation tumorale (Pôle antérieure); Différenciation cellulaire(indifférencié); L’âge de l’enfant (grand enfant).
  • 44. Surveillance et Conseil génétique • FO - nécessaire de surveiller les cicatrices tumorales et leur stabilité après le traitement; • Dans RB bilatérale- surveillance à long terme pour prévenir une récidive ou une complication • Dans RB unilatérale – contrôle de œil controlatéral • Le conseil génétique est d'informer les personnes concernées et le risque pour les enfants.
  • 45. • Formes familiales: Pour un sujet avec un parent ou un premier enfant - le risque pour la descendance est de 45%. Pour un sujet atteint d'un parent et la probabilité d'être porteur asymptomatique est de 9% - le risque pour la descendance est d'environ 4%. • Les formes sporadiques: Bilatérale: sujet atteint, Le risque pour sa descendance est de 45%, et famille ayant un enfant atteint: il existe le risque pour qu'un des parents soit porteur d'une mutation non exprimée avec un risque pour une grossesse ultérieure de 5%. Unilatérale: Pour un sujet atteint, le risque pour la descendance est estime à 5%, et parents ayant un enfant atteint, le risque pour une grossesse ultérieure pourrait être de l'ordre de 1%. Surveillance et Conseil génétique
  • 46. DEPISTAGE • Présence d’une Leucocorie chez un enfant doit attirer l'attention des parents et le personnel médical; • L'importance d'un programme de sensibilisation, par exemple, lors des journées nationales de vaccination • Les études chromosomiques confirment la présence ou l'absence d'anomalies génétiques.