Les Impacts du numérique sur le métier de bibliothécaire

14 450 vues

Publié le

Intervention lors de la journée d'étude "le nouveau rôle des professionnels à l'ère du numérique" - jeudi 4 juin 2015

Publié dans : Formation

Les Impacts du numérique sur le métier de bibliothécaire

  1. 1. LES IMPACTS DU NUMERIQUE SUR LE METIER DE BIBLIOTHECAIRE Anne-Gaëlle GAUDION Journée d'étude Le nouveau rôle des professionnels des bibliothèques à l'ère du numérique Maison de la Mutualité – jeudi 4 juin 2015
  2. 2. 1. Eléments de contexte - contexte des technologies émergentes, des cultures et des usages numériques - contexte du paradigme collaboratif et des nouveaux modèles culturels - contexte du développement des cultures scientifiques et de l'innovation 2. Quelles identité et compétences du bibliothécaire dans ce contexte ? - définition du métier de bibliothécaire - le bibliothécaire gestionnaire - le bibliothécaire médiateur - le bibliothécaire ingénieur-chercheur 3. Traduire ces évolutions - se doter d'un socle commun de compétences numériques et collaboratives - créer de nouveaux postes et développer de nouvelles missions - développer les contributions extérieures pour compléter les compétences des bibliothécaires
  3. 3. Un contexte de transformations intenses
  4. 4. « Petite Poucette est née au début des années 1980. Elle a une trentaine d'années aujourd'hui. Les gens comme moi, nés d'avant l'ordinateur, nous travaillons AVEC lui. Nous sommes en dehors de l'ordinateur. Petite Poucette, elle, vit DANS l'ordinateur. Pour elle, l'ordinateur n'est pas un outil, mais fait partie de ses conditions de vie. Elle est sur Facebook, les réseaux sociaux, son téléphone est branché avec elle… » Michel Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde"
  5. 5. L’information est un flux Source : http://www.flickr.com/photos/steve_steady64/1426454467/
  6. 6. La rareté du XXIe siècle c’est l’attention
  7. 7. L'économie de l'attention Sur le web, ce qui est rare, ce ne sont plus les contenus, mais le temps disponible pour les consulter… A lire : Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants. Affordance, 31/03/10
  8. 8. Image:Kek Les contenus culturels deviennent hybrides, évolutifs et sans support fixe
  9. 9. Le monde à travers mes amis : mode d'accès à l'information qui devient dominant
  10. 10. Source : Agence RETISS / Pascal Desfarges http://fr.slideshare.net/retiss/bibliothcaires-du-futur-et-futur-des-bibliothques
  11. 11. Source : http://habilomedias.ca/principes-fondamentaux/quest-ce-que-leducation-aux-medias La littératie numérique se définit comme « L’aptitude à comprendre et à utiliser les technologies de l'information et de la communication dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. »
  12. 12. Source : http://habilomedias.ca/principes-fondamentaux/quest-ce-que-leducation-aux-medias
  13. 13. Où est la bibliothèque dans mon environnement numérique ? Source : http://www.flickr.com/photos/21567553@N02/3536400038/
  14. 14. Avec le numérique Passage d’une économie de la rareté… http://www.flickr.com/photos/margotte05/2979721814/
  15. 15. http://www.flickr.com/photos/10024349@N08/777043967/ … à une économie de l’abondance Quelles conséquences pour les bibliothèques ?
  16. 16. « […] la bibliothèque campe fondamentalement sur un principe de rareté : rareté du stock, rareté des exemplaires, rareté des lieux et rareté des horaires. La bibliothèque est un univers de non-disponibilité, radicalement inverse de celui qui naît avec la logique du numérique. C’est pourquoi, bien que relevant d’un service public non marchand, elle est un avatar de l’économie de la rareté. La bibliothèque de l’abondance reste donc encore à inventer […] http://www.flickr.com/photos/automatt/117413934/ Dominique Lahary - http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article991
  17. 17. Une réponse, la bibliothèque hybride ? « On présente la bibliothèque hybride comme la fgure de l'avenir. Soit. Mais distinguons. La bibliothèque hybride est très facile à concevoir dans le domaine universitaire, où d'ailleurs le concept est né vers 1998 au Royaume-Uni. Parce que, dans ce contexte, y sont proposées à la fois des ressources matérielles et des ressources dématérialisées, ce qui peut entraîner une complexifcation de la mise en œuvre technique et juridique de l'ofre, le modèle économique demeure en partie le même. Un modèle classique : celui de la rareté. La bibliothèque achète des livres, denrée rare car chaque exemplaire repose sur une propriété exclusive. Elle achète des accès aux ressources, dont le fournisseur organise la rareté par contrat et mot de passe. La seule diférence, qui n'est pas mince, est celle qui fait passer de l'économie du stock, où on achète des objets, à l'économie de l'accès, décrite par Jeremy Rifkin (L'Âge de l'accès, éd. la Découverte). » Dominique Laharay - http://tinyurl.com/bok22yh
  18. 18. Une réponse, la bibliothèque hybride ? « La bibliothèque hybride est plus difcile à concevoir dans le domaine des bibliothèques publiques. C'est que les biens dématérialisés qui intéressent le grand public relèvent pour l'essentiel, légalement (l'internet gratuit) ou non (le téléchargement dit illicite) d'un univers de l'abondance, qui est aussi celui de la désintermédiation. » Dominique Laharay - http://tinyurl.com/bok22yh
  19. 19. 24 au 26 juin 2013 INSET Nancy - CC BY Renaud Aïoutz 22 Dans le domaine des biens culturels numériques, on peut dire qu'on observe un hiatus entre les services proposés et les services attendus, entre les usages réels et les usages prescrits. Alors devons-nous nous préoccuper uniquement des contenus ou réfléchir aux usages ?
  20. 20. 1. Eléments de contexte - contexte des technologies émergentes, des cultures et des usages numériques - contexte du paradigme collaboratif et des nouveaux modèles culturels - contexte du développement des cultures scientifiques et de l'innovation 2. Quelles identité et compétences du bibliothécaire dans ce contexte ? - définition du métier de bibliothécaire - le bibliothécaire gestionnaire - le bibliothécaire médiateur - le bibliothécaire ingénieur-chercheur 3. Traduire ces évolutions - se doter d'un socle commun de compétences numériques et collaboratives - créer de nouveaux postes et développer de nouvelles missions - développer les contributions extérieures pour compléter les compétences des bibliothécaires
  21. 21. Source : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-01-0005-001
  22. 22. L'identité du métier de bibliothécaire confrontée aux enjeux actuels des cultures numériques 3 figures du bibliothécaire semblent se dégager des différentes définitions : - le bibliothécaire comme gestionnaire Gestion des collections documentaires, de l'encadrement, de la conservation et de l'équipement de lecture publique. - le bibliothécaire comme médiateur Assurer l'accès et la diffusion de l'information et des savoirs, promouvoir la lecture dans un souci d'égalité et d'indépendance intellectuelle du citoyen. - le bibliothécaire comme ingénieur / chercheur Mettre en place des dispositifs et des processus d'accompagnement et de création permettant la créativité, l'imagination et l'évolution de l'individu. GESTION – MEDIATION - CREATION Au regard du contexte des cultures et des usages numériques, les compétences, les positionnements, les enjeux et les savoir-faire associés sont en profonde mutation.
  23. 23. Le bibliothécaire gestionnaire Les missions de gestion de la bibliothèque demandent de moins en moins d'interventions humaines et le bibliothécaire ne s'investit plus comme avant autour de ces compétences. L'automatisation des tâches de gestion passe par l'automate de prêt (RFID), la moindre importance du catalogage et de l'indexation, le web sémantique et la structuration des données par les algorithmes ou encore la robotisation et la domotisation dans la circulation des documents dans l'espace de la bibliothèque.
  24. 24. Le bibliothécaire médiateur L'automatisation des tâches de gestion associée aux enjeux des cultures numériques déplace le centre de gravité du bibliothécaire vers la médiation et la portée sociale de l'équipement sur un territoire. La mission et les compétences du bibliothécaire s'articulent alors dans la facilitation, la protection et la sensibilisation des publics à ces mutations. La lutte contre l'illectronisme, le développement de la littératie numérique et la transmission des communs deviennent alors les axes principaux du bibliothécaire médiateur, s'articulant autour du partage et de la contribution à la préservation des savoirs et des ressources communes à tous. Le bibliothécaire devient alors bibliothe-care. Joan Tronto, théoricien du mouvement care : « activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre monde, en reliant différents éléments (notre corps, nous-mêmes, notre environnement), en soutien à la vie ».
  25. 25. Le bibliothécaire ingénieur / chercheur Les tiers-lieux, lieux partagés et informels, porteurs de projets, émanants des acteurs locaux et de communautés actives sont articulés autour de démarches collaboratives et d'usages numériques émergents. De plus, la culture du DIY (do it yourself) et le mouvement des Makers forment des communautés créatives basées sur le partage des biens communs. Le bibliothécaire ingénieur / chercheur invente, expérimente, détourne et cherche à créer du sens à travers les savoirs hybrides associés aux technologies émergentes. Cette démarche s'effectue toujours dans le souci de développer des usages innovants et de créer du lien social, afin de construire du sens et faire émerger les enjeux liés à ces nouvelles pratiques auprès des populations. En ce sens, la bibliothèque devient un laboratoire d'innovation sociale et de médiation des cultures numériques et scientifiques.
  26. 26. Source : Agence RETISS / Pascal Desfarges http://fr.slideshare.net/retiss/bibliothcaires-du-futur-et-futur-des-bibliothques
  27. 27. La médiation numérique «La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de nature techniques, éditoriaux ou interactifs pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire.» Source : Silvère Mercier
  28. 28. 37 Médiation numérique : une méthode SilvèreMercierhttp://www.bibliobsession.net/
  29. 29. la médiation numérique par un responsable documentaire, qui  connaît les contenus  pratique la veille  est formé à l'écriture web + animation d'ateliers pour des services (du local au distant)  production/médiation de contenus  recommandations  produits docs  médiation d'accompagnement < de formation qui maîtrise les outils  d'éditorialisation  de mutualisation  de dissémination (flux RSS, réseaux sociaux)
  30. 30. 1. Eléments de contexte - contexte des technologies émergentes, des cultures et des usages numériques - contexte du paradigme collaboratif et des nouveaux modèles culturels - contexte du développement des cultures scientifiques et de l'innovation 2. Quelles identité et compétences du bibliothécaire dans ce contexte ? - définition du métier de bibliothécaire - le bibliothécaire gestionnaire - le bibliothécaire médiateur - le bibliothécaire ingénieur-chercheur 3. Traduire ces évolutions - se doter d'un socle commun de compétences numériques et collaboratives - créer de nouveaux postes et développer de nouvelles missions - développer les contributions extérieures pour compléter les compétences des bibliothécaires
  31. 31. Le numérique au service de l'action globale de la bibliothèque
  32. 32. Le numérique a aussi besoin de toutes les compétences internes
  33. 33. http://www.flickr.com/photos/bobydimitrov/3634524601/sizes/l/ Se doter d'un socle commun de compétences numériques et collaboratives
  34. 34. La veille : une activité incontournable - Pour connaître son environnement (technique, humain, institutionnel) - Pour entretenir et développer ses connaissances et compétences - Pour être conscient des tendances et les anticiper - Pour rencontrer, communiquer, échanger Développer son univers numérique professionnel
  35. 35. http://www.flickr.com/photos/drunkprincess/2271274458 Inciter à la formation professionnelle continue
  36. 36. Dans ce monde de plus en plus numérisé, il est devenu indispensable de maîtriser le numérique dans le monde professionnel. Ceci dit, un professionnel ne doit pas se limiter à apprendre des outils ou des logiciels utilisés dans son activité et ne rien savoir en dehors de ça, il faut qu'il soit capable de s'adapter avec l'évolution du numérique dans un domaine large et sortant même du cadre de son travail quotidien afin d'assurer sa polyvalence et son efficacité où qu'il aille travailler. Des formations au numérique ne peuvent donc qu'être très bénéfiques pour les employés, leur permettant de faciliter parfois leur travail en l'informatisant, d'acquérir de nouvelles compétences valorisantes et d'avoir confiance en soi, et ainsi de trouver plus facilement du travail où qu'ils aillent. Formation des professionnels et littératie numérique Source : http://movilab.org/index.php?title=Faire_de_la_litt%C3%A9ratie_pour_tous_le_socle_d%27une_soci%C3
  37. 37. - réaliser une enquête sur le niveau d'information, de formation et d'attente des collègues - diffuser une newsletter de veille sur le numérique - alimenter une veille collective (scoop.it / blog) - organiser des temps de formation interne - inciter les agents à suivre des formations externes - organiser des conférences / journées d'étude sur des thèmes de l'actualité numérique en intra plusieurs fois par an - rédiger et diffuser des synthèses de lectures professionnelles, de journées d'études ou de formations Comment développer la culture numérique au sein des équipes ?
  38. 38. Créer de nouveaux postes et développer de nouvelles missions animateur multimédia médiateur numérique rédacteur web applithécaire bibliomaker Community manager webmaster Coordinateur numérique jeuxvidéothécaire bidouilleur code-thécaire veilleur Bibliothécaire système
  39. 39. Source : http://www.flickr.com/photos/markameleon/2154130293 Le coordinateur numérique
  40. 40. Source : Renaud Aioutz http://fr.slideshare.net/aioutz/management-numerique
  41. 41. Développer les contributions extérieures pour compléter les compétences des bibliothécaires

×