Bienvenue	
  à	
  
Gaza	
  !	
  
Il	
  est	
  tellement	
  difficile	
  de	
  rentrer	
  dans	
  Gaza	
  que,	
  forcément,	
  la	
  visite	
  
d’étrangers	
...
On	
  trouve	
  très	
  peu	
  d’animaux	
  de	
  compagnie	
  chez	
  les	
  Gazaouis.	
  Ni	
  chats,	
  ni	
  chiens.	
...
Gaza.	
  Symbole	
  de	
  l’enfermement.	
  
Il	
  faut	
  s’imaginer	
  un	
  endroit	
  du	
  monde	
  où	
  les	
  vaca...
La	
  mer.	
  
Tout	
  à	
  la	
  fois	
  seul	
  lieu	
  
de	
  loisirs	
  pour	
  les	
  
Gazaouis	
  et	
  barrière	
  ...
Parce	
  que	
  Gaza	
  n’a	
  pas	
  les	
  
moyens	
  de	
  construire	
  une	
  
usine	
  de	
  traitement	
  des	
  
d...
Les	
  pêcheurs	
  de	
  Gaza.	
  Une	
  acQvité	
  à	
  risques.	
  Malgré	
  une	
  zone	
  de	
  pêche	
  définie	
  par...
En	
  arrivant	
  au	
  pouvoir,	
  le	
  Hamas	
  a	
  imposé	
  la	
  non-­‐mixité	
  dans	
  les	
  écoles	
  dès	
  l’...
En	
  dépit	
  de	
  ça,	
  l’éducaQon	
  des	
  filles	
  reste	
  une	
  priorité	
  à	
  Gaza.	
  
A	
  Gaza,	
  les	
  femmes	
  s’organisent	
  et	
  
s’entraident	
  pour	
  pouvoir	
  travailler.	
  Nous	
  
sommes	
 ...
Contrairement	
  à	
  ce	
  que	
  l’on	
  pourrait	
  croire,	
  Gaza	
  est	
  une	
  terre	
  ferQle,	
  autrefois	
  s...
Le	
  jardin	
  familial.	
  On	
  y	
  culQve	
  un	
  peu	
  de	
  tout,	
  notamment	
  de	
  la	
  menthe	
  en	
  qua...
Courir.	
  
	
  
Le	
  sport	
  reste	
  pour	
  beaucoup	
  
de	
  jeunes	
  Gazaouis	
  un	
  moyen	
  
d’évasion.	
  
	...
…	
  pourtant,	
  à	
  l’arrivée,	
  le	
  jeune	
  
vainqueur	
  de	
  la	
  course	
  du	
  jour	
  est	
  
incapable	
 ...
Certains	
  enfants,	
  traumaQsés	
  entre	
  autres	
  par	
  les	
  bombardements,	
  s'avèrent	
  incapables	
  de	
  ...
Une	
  nouvelle	
  ludothèque	
  vient	
  d'ouvrir	
  à	
  Khan	
  Younes,	
  grâce	
  à	
  l’aide	
  d’Evry	
  PalesQne.	...
Les	
  rires	
  joyeux	
  qui	
  
s’échappent	
  de	
  la	
  
ludothèque	
  aurent	
  vite	
  
d'autres	
  enfants.	
  
Partout,	
  l’innocence	
  de	
  l’enfance…	
  
…	
  et	
  partout,	
  les	
  sQgmates	
  de	
  la	
  guerre.	
  
Ici,	
  l’aéroport	
  internaQonal	
  Yasser	
  Arafat,	
  
détruit	
  par	
  Israël	
  en	
  2002.	
  
Quelqu’un	
  me	
  dit	
  :	
  “les	
  
Gazaouis	
  ont	
  vu	
  
tellement	
  de	
  morts	
  
qu’ils	
  connaissent	
  le...
Le	
  drapeau	
  palesQnien.	
  
	
  
Le	
  V	
  de	
  la	
  victoire	
  de	
  Yasser	
  Arafat.	
  
	
  
Et	
  des	
  cha...
L’intensité,	
  la	
  maturité,	
  la	
  lucidité	
  du	
  regard	
  des	
  enfants	
  de	
  Gaza	
  me	
  transperce…	
  
On	
  dit	
  qu’il	
  n’y	
  a	
  pas	
  une	
  famille	
  à	
  Gaza	
  qui	
  n’ait	
  perdu	
  un	
  ou	
  plusieurs	
  ...
Mahmoud	
  me	
  raconte	
  qu'il	
  a	
  
perdu	
  deux	
  frères.	
  En	
  2002,	
  
son	
  grand	
  frère	
  Mohamed	
 ...
Lorsque	
  je	
  demande	
  à	
  ceZe	
  réfugiée	
  de	
  1948	
  si	
  je	
  peux	
  photographier	
  sa	
  maison,	
  e...
Dans	
  les	
  camps	
  de	
  réfugiés,	
  la	
  
densité	
  est	
  telle	
  que	
  les	
  familles	
  
s’entassent	
  dan...
Difficile	
  retour.	
  C’est	
  la	
  gorge	
  serrée	
  que	
  nous	
  laissons	
  Gaza	
  derrière	
  nous.	
  Des	
  ami...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Reportage-photo "Regard neuf sur Gaza"

981 vues

Publié le

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
981
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
661
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Reportage-photo "Regard neuf sur Gaza"

  1. 1. Bienvenue  à   Gaza  !  
  2. 2. Il  est  tellement  difficile  de  rentrer  dans  Gaza  que,  forcément,  la  visite   d’étrangers  ne  passe  pas  inaperçue…  
  3. 3. On  trouve  très  peu  d’animaux  de  compagnie  chez  les  Gazaouis.  Ni  chats,  ni  chiens.   Mais  des  oiseaux  en  cage,  oui.  Etrange  métaphore  de  la  vie  à  Gaza.  
  4. 4. Gaza.  Symbole  de  l’enfermement.   Il  faut  s’imaginer  un  endroit  du  monde  où  les  vacances  sont  synonymes  d’ennui.  A  Gaza,  être  en  vacances,  c’est  ne  pas  pouvoir   aller  au  cinéma  depuis  que  les  islamistes  ont  décrété  le  7ème  art  contraire  aux  bonnes  moeurs  ;  c’est  ne  pas  pouvoir  se  baigner   dans  une  mer  polluée  par  les  égouts  d’Israël  ;  c’est  l’impossibilité  d’être  dépaysé,  ne  pas  pouvoir  sorQr  de  ce  territoire  de  40   kilomètres  sur  6  que  l’on  connaît  déjà  par  coeur.  Des  murs.  Partout,  des  murs.  AZendre  que  le  temps  passe,  et  les  fasse   s’écrouler.  
  5. 5. La  mer.   Tout  à  la  fois  seul  lieu   de  loisirs  pour  les   Gazaouis  et  barrière   infranchissable  qui   nourrit  bien  des   fantasmes.  
  6. 6. Parce  que  Gaza  n’a  pas  les   moyens  de  construire  une   usine  de  traitement  des   déchets,  nombreuses  sont   les  plages  qui  font  office  de   décharge  à  ciel  ouvert.     Coincée  entre  des  eaux   polluées  par  les  égouts   qu’Israël  y  déverse  et  des  tas   d’ordures  isalubres,  la  plage   reste,  faute  de  mieux,  le  lieu   de  loisirs  préféré  des   Gazaouis.  
  7. 7. Les  pêcheurs  de  Gaza.  Une  acQvité  à  risques.  Malgré  une  zone  de  pêche  définie  par  les  accords  d'Oslo  à  20   milles  marins,  ceZe  distance  est  sans  cesse  changée,  de  manière  unilatérale  et  kabaïenne  par  Israël.   Lors  de  notre  séjour,  ceZe  distance  avait  été  ramenée  à  3  milles  marins.  Or  il  n'y  a  quasiment  rien  à  pêcher  à  3   milles  marins  des  côtes.  À  peine  quelques  sardines,  celles  qui  n'ont  pas  encore  compris  qu'un  peu  plus  loin  la   vie  est  belle.   Au  loin,  les  "gunships"  israéliens  marquent  matériellement  une  fronQère  mouvante  et  terrifiante.  Nombreux   sont  les  récits  de  pêcheurs  bombardés  pour  s'être  approchés  un  peu  trop  près  des  profondeurs  où  ils  avaient   encore  le  droit  de  pêcher  la  veille,  sur  leurs  peQtes  barques  qu'Israël  leur  confisque  après  les  avoir  fait  se   déshabiller  et  regagner  la  rive  à  la  nage.  Une  embarcaQon  qu'ils  devront  racheter  à  Israël  pour  espérer   conQnuer  à  travailler.  Jusqu'à  la  prochaine  fois.  Un  pêcheur  palesQnien  nous  racontait  ainsi  qu'il  avait  déjà   racheté  son  bateau  4  fois  et  ne  pourrait  pas  le  faire  une  cinquième.  
  8. 8. En  arrivant  au  pouvoir,  le  Hamas  a  imposé  la  non-­‐mixité  dans  les  écoles  dès  l’âge  de  9  ans.  Dans   quelques  années,  ces  jeunes  filles  seront  également  contraintes  à  porter  le  voile.    
  9. 9. En  dépit  de  ça,  l’éducaQon  des  filles  reste  une  priorité  à  Gaza.  
  10. 10. A  Gaza,  les  femmes  s’organisent  et   s’entraident  pour  pouvoir  travailler.  Nous   sommes  dans  les  locaux  d’une  coopéraQve   agricole  qui  n’accepte  que  les  femmes.  Sur   la  table,  un  tas  de  zaatar,  délicieuse  épice   du  Moyen-­‐Orient.     Derrière  ceZe  femme,  au-­‐dessus  de  son   épaule,  le  trou  dans  la  tôle  qu’une  balle  a   laissé  en  venant  se  figer  dans  le  mur   derrière  moi,  lors  de  l’opéraQon  Plomb   Durci  en  2008.  
  11. 11. Contrairement  à  ce  que  l’on  pourrait  croire,  Gaza  est  une  terre  ferQle,  autrefois  surnommée  “grenier  à  grains   de  l’empire  romain”.  Malgré  le  nombre  croissant  de  ses  habitants  et  la  raréfacQon  des  terres  agricoles,  Gaza   produit  certains  aliments  en  quanQté  supérieure  à  ce  qu’elle  consomme.  Elle  gagnerait  à  exporter  ses   marchandises,  si  Israël  n’empêchait  pas  tout  commerce  avec  l’extérieur  qui  ne  passe  par  elle.  
  12. 12. Le  jardin  familial.  On  y  culQve  un  peu  de  tout,  notamment  de  la  menthe  en  quanQtés   astronomiques  pour  parfumer  ce  thé  délicieux  que  l’on  boit  en  toutes  circonstances  et  à  toute   heure  de  la  journée.  
  13. 13. Courir.     Le  sport  reste  pour  beaucoup   de  jeunes  Gazaouis  un  moyen   d’évasion.     Courir  et  se  senQr  pousser  des   ailes…  
  14. 14. …  pourtant,  à  l’arrivée,  le  jeune   vainqueur  de  la  course  du  jour  est   incapable  de  se  réjouir  de  sa  victoire.     Il  se  laissera  photographier  avec  sa   médaille,  mais  sans  jamais  se  déparQr   de  ceZe  expression  grave.     Que  se  passe-­‐t-­‐il  dans  sa  tête  à  ce   moment-­‐là  ?  
  15. 15. Certains  enfants,  traumaQsés  entre  autres  par  les  bombardements,  s'avèrent  incapables  de   sourire,  s'accrochant  à  leurs  jouets  comme  à  une  bouée  de  sauvetage.  
  16. 16. Une  nouvelle  ludothèque  vient  d'ouvrir  à  Khan  Younes,  grâce  à  l’aide  d’Evry  PalesQne.   Une  vraie  bouffée  d'air  frais  pour  les  enfants.  Ici,  une  parQe  endiablée  de  chaises  musicales.  
  17. 17. Les  rires  joyeux  qui   s’échappent  de  la   ludothèque  aurent  vite   d'autres  enfants.  
  18. 18. Partout,  l’innocence  de  l’enfance…  
  19. 19. …  et  partout,  les  sQgmates  de  la  guerre.  
  20. 20. Ici,  l’aéroport  internaQonal  Yasser  Arafat,   détruit  par  Israël  en  2002.  
  21. 21. Quelqu’un  me  dit  :  “les   Gazaouis  ont  vu   tellement  de  morts   qu’ils  connaissent  le   sens  de  la  vie.”     Saisissant  paradoxe  que   ceZe  irrépressible  joie   de  vivre  au  milieu  des   décombres.  
  22. 22. Le  drapeau  palesQnien.     Le  V  de  la  victoire  de  Yasser  Arafat.     Et  des  chants  de  luZe  fesQfs.     L’enthousiasme  sans  faille  de  Gaza  la   résistante…  
  23. 23. L’intensité,  la  maturité,  la  lucidité  du  regard  des  enfants  de  Gaza  me  transperce…  
  24. 24. On  dit  qu’il  n’y  a  pas  une  famille  à  Gaza  qui  n’ait  perdu  un  ou  plusieurs  de  ses  membres  sous  une   bombe  ou  une  balle  israélienne.  Les  garçons  se  retrouvent  parfois  propulsés  chefs  de  famille  bien   avant  l’âge.  
  25. 25. Mahmoud  me  raconte  qu'il  a   perdu  deux  frères.  En  2002,   son  grand  frère  Mohamed  est   mort  dans  un  bombardement   israélien.     Peu  après,  ses  parents  ont  eu   un  autre  enfant  à  qui  ils   donnèrent  le  même  nom.     Le  peQt  Mohamed  sera  tué  en   2009  lors  de  l'opéraQon  Plomb   Durci.  
  26. 26. Lorsque  je  demande  à  ceZe  réfugiée  de  1948  si  je  peux  photographier  sa  maison,  elle  me  répond  :  “Prends  autant  de   photos  que  tu  veux.  Mais  souviens-­‐toi  que  ce  n’est  pas  ma  maison.  Ma  maison  m’aZend  depuis  1948  de  l’autre  côté  du   mur.”  Et  me  montrant  l’enfant  qu’elle  Qent  dans  les  bras  :  “Un  jour,  il  retrouvera  notre  maison,  inch’allah.”  
  27. 27. Dans  les  camps  de  réfugiés,  la   densité  est  telle  que  les  familles   s’entassent  dans  les  logements.   Pour  se  faire  une  idée,  le  camp   de  réfugiés  de  Khan  Younes   compte  plus  de  75.000   habitants  sur  2kms  carrés.     Ici,  ce  garçon  pose  à  côté  du  lit   de  ses  grands-­‐parents,  installé   dehors  sous  un  préau  en  tôle   parce  que  toutes  les  chambres   à  l’intérieur  sont  occupées.  
  28. 28. Difficile  retour.  C’est  la  gorge  serrée  que  nous  laissons  Gaza  derrière  nous.  Des  amiQés  se  sont  créées,  des  liens   qui  rendent  d’autant  plus  difficile  notre  retour  à  la  vie  quoQdienne.  Nos  nouveaux  amis  nous  envient  de   pouvoir  parQr  si  facilement,  eux  qui,  pour  la  plupart,  n’ont  jamais  pu  sorQr  de  la  bande  de  Gaza  et  de  ses   difficultés.  

×