LADIESNIGHT
_ Un des plus beaux                                _ 19 OOO                                          Merci pour l’excellen...
Ladies Night /   Distribution /                 Une pièce de Anthony McCarten, Stephen                 Sinclair et Jacques...
Ladies Night /La critique à la créationILS EN ONT SOUS LA                Est-ce le réchauffement climatique ou le         ...
Rosalia Cuevas /GlendaRosalia, le seul personnage féminin de la pièce.Contrairement aux mecs de la troupe est laseule qui ...
Georges Lini / Georges Georges Lini, ce serait Gaz (Robert Carlisle) dans le film : le meneur qui va lancer l’idée en rian...
Michel Hynderickx /Mimich voici Mimiche, le barman, celui qui va aider à réaliser le rêve de ses potes.“Je leur prête une ...
Frederik Haùgness /FredFred est le timide de l’équipe, celui qui habitechez maman, par choix ou par dépit de ne setrouver ...
Philippe Résimont /Philippe Phil, c’est le fan de rock genre Iron Maiden qui a de gros problèmes de couple : sa femme étan...
Pierre Pigeolet /PierrePierre va hésiter longuement à se glisser dansl’aventure. “Dans la pièce, mon personnage necomprend...
Bruce Ellison /BruceLe fêlé du groupe, c’est Bruce. S’il avait un peud’argent,il serait en forme mais là, il a surtout sa ...
Eric De Staercke /EricEric, c’est le bouboule de l’histoire. Cet homme-là n’est pas à l’aise avec son corps… Un rienlui pr...
Avant-papier à lacréation /                                                  Ladies Night ne devrait pas faire chavirer qu...
Ladies Night est           Contacts /disponible en tournée enmars-avril 2011Prix de cession pour unereprésentation: € 9 00...
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Ladies Night
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ladies Night

1 123 vues

Publié le

Ladies Night on tour

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 123
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ladies Night

  1. 1. LADIESNIGHT
  2. 2. _ Un des plus beaux _ 19 OOO Merci pour l’excellente soirée d’hier. Un bon bol de rire partagé...succès de la Comédie spectateurs ravis En souhaitant que la pièce rencontre le succès qu’elle mérite. _Emmanuelle L. (le 7de Bruxelles octobre 08) Un grand merci à toute la Compagnie pour_ Nos meilleurs la soirée d’hier. Rire de si bon coeur, ça fait vraiment du bien! Belle journée à vous.comédiens belges _ Anne P. (le 7 octobre 08)sortent le grand jeu. Ce fut génial !!!!!! Nous espérons sincèrement (mais en fait nous en sommes dores et déjà sûrs) que la pièce sera un succès. Superbe travail d’acteur, de mise en scène. Une soirée mémorable qui présage de nombreuses soirées mémorables _ Elizabeth M (le 7 octobre 08)Une belle soirée! confortables bourrelets ont, chez beaucoup, remplacés, les émoustillantes tablettes de cris (féminins) et de sifflements, découvrir les talents de chauffeur de salle de MichelEn bonne compagnie. chocolat et les solides biscoteaux. Des affriolants Chippendales aux prolos Hynderickx, le jeu de jambes de Philippe Résimont, la pugnacité de Georges Lini auxIls sont nombreux ces petits coins de Metallo Boys, il y a tout un monde. abdominaux, la crête jaune et l’accent deBelgique où l’usine a fermé, où s’est retrouvé Bruce Ellison, le visage rieur de Frederiksans emploi et sans avenir plus d’une Voilà donc le challenge doublé. Haùgness, les bouderies de Pierre Pigeolet,génération d’hommes. En plus d’oser enlever le dernier rempart, le côté attendrissant nounours d’Éric deA la Capac, en fin de droits, dépendants du l’habit protecteur, le képi salvateur, ces six Staercke et la poigne de fer de RosaliaCPAS, coincés entre Bobonne qui râle de copains affrontent une totale remise en Cuevas méritent eux aussi le détour.devoir faire bouillir la marmite et le gamin qui question de leur apparence physique, de leursveut une console Wii, difficile d’avoir encore performances et de leur capacité à encore Ladies Night entremêle harmonieusementun peu de amour-propre. séduire.Tous suintent le drame, la déchéance l’humour, la tendresse, les considérationsDésoeuvrés, démoralisés, leur fierté dans les morale, l’alcoolisme, les problèmes financiers, réalistes sur la vie actuelle au théâtre, à lachaussettes, que leur reste-t-il ? les envies de suicide, l’incompréhension, le danse et au strip-tease.Le bistrot de Mimich, les copains, la sentiment d’inutilité. Même pour le fun, lescomplicité autour d’un verre de bière et … la spectatrices se pousseront-elles au portillon Daniel Hanssens et sa petite troupe lui ontfrime.Chacun essaie de cacher sa détresse s’ils ne parviennent pas à offrir leurs un insufflé une pointe supplémentaire de folie etsous des allures de matamore. peu de rêve, de magie et d’illusion, dans un de délire.Mais entre un fils qu’on ne peut plus voir, un quotidien très sombre ?taf au noir, une épouse à qui on arrive quasi Solidement ancré dans le réalisme et saplus à faire l’amour, orgueil viril et mâle Ladies Night est une pièce connue qui a cruauté, le dialogue est vif et moderne.prestance se transforment très vite en honte, eu également les honneurs du cinéma Mais derrière la difficulté physique deépaules voûtées et air de chien battu. avec le film Full Monty. certains rôles, le naturel est tel que les comédiens paraissent s’amuser et êtreAu détour d’une nouvelle et vaine plongée La casquette de metteur en scène solidement réellement une bande de potes.dans les offres d’emploi, le passage dans leur vissée sur la tête, Daniel Hanssens a choisi Cette sensation ajoutée au désopilant deville des Chippendales leur donne l’idée d’un des comédiens réputés. la pièce, aux instants gags et à ce zestepari fou. Faire la même chose, à leur échelle, d’extravagance qui semble flotter dansdans l’arrière-salle du bistrot. Gageure, folie ou clairvoyance ? l’air font de Ladies Night une bonneImpossible ? Que nenni ! Mais … à quel prix? soirée à passer… en bonne compagnie. Les habitués des grandes scènes risquentDevenir strip-teaseur, même pour un soir, il d’être étonnés de voir ainsi leurs acteurs _ Muriel Hubletfaut oser et avoir vraiment la gnac. Ils ont fétiches sans guère d’inhibitions (visibles).entre 30 et 50 ans, ne sont plus des Apollons. Si les dernières minutes valent leur pesantVentres dodus, poignées d’amour et d’ambiance, d’amusement, de rires, de
  3. 3. Ladies Night / Distribution / Une pièce de Anthony McCarten, Stephen Sinclair et Jacques Collard Adaptation française Alain Helle Glenda / Rosalia Cuevas Georges / Georges Lini Mimich / Michel Hynderickx Fred / Frederik Haùgness Philippe / Philippe Résimont Pierre / Pierre Pigeolet Bruce / Bruce Ellison Eric / Eric de Staercke Mise en scène / Daniel Hanssens Assistanat / Thomas Demaret Chorégraphies / Bruce Ellison Décor / Francesco Déleo et Yves Hauwaert Costumes / Cloé Xhauflaire Lumière / Yves Hauwaert et Laurent Kaye Direction technique / Yves Hauwaert Régie / Thibaut Godimus Construction décor / Thibaut Godimus et Yves Hauwaert L’équipe Argan42 Daniel Hanssens, direction Laurent Cools, Secrétaire général Sophie Sourdiaucourt, organisation Yves Hauwaert, régie générale Chaussé de Mons, 1256 1070 Bruxelles Presse / Agence CINNA Diffusion / www.argan42.be Graphisme / Coast (www.coastdesign.be) Site internet / Adrénaline (www.adrenaline.be)5 Photos / Luc Tourlouse © Argan42
  4. 4. Ladies Night /La critique à la créationILS EN ONT SOUS LA Est-ce le réchauffement climatique ou le strip-tease de ces messieurs ? Toujours est-il rock, sentimental caché sous des dehors de macho étouffé par une épouse nymphomane.CEINTURE ! que la température est montée de plusieurs degrés dans la salle du Pathé Palace mardi soir Fred, le timide, terrorisé par les filles. Bruce, le fêlé de la bande, blessé dans son amour-propre pour la première de Ladies Night, la pièce qui parce que sa mère et ses sœurs doivent leCatherine Makereel dans le Soir inspira le film The Full Monty. Sans faire durer nourrir. Pierre, pour qui les Chippendales sontSamedi 11 octobre 2008 le suspense plus longtemps, et puisque c’est des « tapettes » mais qui finira par se joindre là le clou du spectacle, disons-le tout net : oui, à l’aventure. Et Mimiche, le barman qui va leur ils ont osé ! Avec une aisance qu’on ne leur prêter sa salle, les financer et les présenter àSEPT COMéDIENS soupçonnait pas, Georges Lini, Eric De Staercke, Michel Hinderycks, Frederik Haugness, Philippe Glenda (Rosalia Cuevas), ancienne danseuse qui saura les mener à la baguette pour leurDéBALLENT TOUT LE Résimont, Pierre Pigeolet et Bruce Ellison ont apprendre à s’effeuiller.PAqUET… D’éNERGIE! déchaîné le public – surtout les filles – dans un savoureux numéro de flics en chaleur. Les décors mobiles nous entraînent du bar auLA TOTALE DE « Même la casquette a valsé !Pourtant, ce qui nous a séduit, ce n’est pas tant leur talent de minuscule appart de Georges, du gymnase au rideau de paillettes qui s’ouvrira sur nos mâles.LADIES NIGHT » vA Chippendales, mais la sincérité et la bonhomie Si les dialogues paraissent lourds et grossiersCARTONNER. de leur jeu tout au long de la pièce. Touchants de ringardise et joyeusement ridicules de au début, ils laissent bientôt percer la fragilité de ces êtres. De leur maladresse naissent de machisme, les comédiens font honneur à la nombreuses scènes hilarantes, entre l’arrivée bande de « losers » rendus mythiques par des huissiers lorsque les gars s’entraînent à Robert Carlyle et compagnie à l’écran. se mettre en caleçon et les premiers pas de danse de ces hommes empotés. Au final, le Apprendre à s’effeuiller très divertissant Ladies Night nous change des Bourses déprimées ! Se basant sur la pièce d’origine, Ladies Night, Daniel Hanssens met en scène cette histoire de chômeurs à la reconversion plutôt inattendue en s’attachant à leur personnalité plutôt qu’à leurs fesses. Dans un décor de café démodé, on fait connaissance avec la bande. Il y a Georges, la pile électrique qui cherche à se faire de l’argent pour payer la pension alimentaire et revoir son fils. Il y a Eric, le complexé du groupe, amoureux de sa femme et angoissé par une mécanique érectile trop performante. Philippe, le fan de
  5. 5. Rosalia Cuevas /GlendaRosalia, le seul personnage féminin de la pièce.Contrairement aux mecs de la troupe est laseule qui change son nom pour le spectacle.Elle est Glenda. Un «chic fille» comme ditMimich. L’ex-danseuse reconvertie en coachpour apprentis chippendales.Et c’est peu dire qu’il y a du travail...Elle hésitera beaucoup. Dira non d’abord, puisse laissera toucher par ce projet dingue.Pourquoi? Elle a peut-être besoin d’uneaventure comme ça aussi.En grande professionnelle, elle va leurapprendre à bouger mais surtout les encouragerà le faire et à y croire.
  6. 6. Georges Lini / Georges Georges Lini, ce serait Gaz (Robert Carlisle) dans le film : le meneur qui va lancer l’idée en riant puis se dire qu’après tout… pourquoi pas? Le comédien n’a pas revu le film pour ne pas se laisser influencer. Ce qui le marque dans“Ladies’Night” c’est que “dans les rires énormes qu’elle suscite, c’est une pièce profonde. On a tous ressenti qu’en dessous de ces scènes de danse désopilantes, il y a une détresse et par là une motivation extrême de ces hommes.J’aime l’atmosphère des pièces anglo-saxonnes comme celle-ci, où l’aspect social se mêle à un humour déconcertant.”
  7. 7. Michel Hynderickx /Mimich voici Mimiche, le barman, celui qui va aider à réaliser le rêve de ses potes.“Je leur prête une salle, j’achète les costumes et finalement, je les rejoins, convaincu par leur démarche. Il y a un souffle d’énergie terrible dans cette histoire qui se passe dans une région industrielle dévastée où plus rien ne se passe. Destination naufrage… Et là un jour, Georges a un projet. Il y croit tellement, il a une telle force de persuasion, il donne tellement d’énergie que chacun ne peut plus que dire “oui”. Je trouve ça beau cette reconquête de soi, Cette scène marque l’avant et l’après…”
  8. 8. Frederik Haùgness /FredFred est le timide de l’équipe, celui qui habitechez maman, par choix ou par dépit de ne setrouver personne, on ne sait pas trop…“La scène qui me marque le plus, c’est celleoù notre petite équipe regarde la célèbreaudition de “Flashdance”. Nos personnagesse disent qu’ils vont trouver là ce qu’ils doiventfaire… Il y a de tels silences, de tels échangesde regards durant cette scène ! C’est lemoment où ces bonhommes vont se dire queça n’est finalement pas si facile de faire lechippendale…J’aime cette pièce pour son côté tellementhumain : ces six-là, ce sont moins deschômeurs que des hommes qui vont peu à peuse retrouver une identité grâce à un boulot, quelqu’il soit finalement.”
  9. 9. Philippe Résimont /Philippe Phil, c’est le fan de rock genre Iron Maiden qui a de gros problèmes de couple : sa femme étant plutôt nymphomane. Mais il l’adore alors qu’elle le considère comme un minable. Alors se joindre au groupe, pour lui, c’est aller au bout d’une idée pour une fois et du même coup retrouver de la fierté… plus que la fortune d’ailleurs.“La scène qui me secoue c’est quand Bruce lui avoue qu’il se sent sale de faire ce qu’il fait alors que son père et son grand-père étaient, eux, mineurs. Un travail difficile mais qu’ils faisaient avec cœur pour nourrir la famille…”“On les a en nous ces personnages, on doit être100 % sincère pour jouer cette pièce. Ce qui ne nous empêche pas d’être dans une ambiance“vestiaire de foot” durant les répétitions parfois et c’est assez… extraordinaire !
  10. 10. Pierre Pigeolet /PierrePierre va hésiter longuement à se glisser dansl’aventure. “Dans la pièce, mon personnage necomprend pas ce qui les pousse vers ça, il n’estpas pris dans le mouvement, c’est une questiond’orgueil pour lui.Complètement rejeté et seul, il va ouvrir lesyeux sur le but de ce projet : retrouver une viesociale normale, s’en sortir ensemble… EtPierre se mettra à danser sous les ordres deGlenda, comme ses autres potes !”“Jouer cettepièce, c’est un bonheur de comédien total. Elleest intelligente, drôle, poignante… Et on formeune bande comme cela se passe rarement authéâtre. quel plaisir fou !”
  11. 11. Bruce Ellison /BruceLe fêlé du groupe, c’est Bruce. S’il avait un peud’argent,il serait en forme mais là, il a surtout sa placeau bar et une brioche en pleine croissance.Bruce Ellison, lui, comédien et chorégraphes’est occupé de la chorégraphie de “Ladies’Night”. “Il y a du boulot mais j’ai l’habitudede faire danser les foules lors de balspopulaires alors ces six-là, vous pensez ! Etpuis j’ai des trucs et astuces pour les aidermais globalement, ils sont à fond dans leurpersonnage quand ils dansent !La scène qui mereste en tête ? Lorsque Glenda nous demandede faire des pompes… C’est vraiment physique,on arrive à peine à dix, c’est crevant !”
  12. 12. Eric De Staercke /EricEric, c’est le bouboule de l’histoire. Cet homme-là n’est pas à l’aise avec son corps… Un rienlui provoque une érection alors, pensez… unefoule de femmes en délire et sa femme qui plusest ! D’un autre côté, il est tellement désespéré,il a tellement envie de montrer à celle-ci qu’ilpeut arriver à quelque chose dans la vie qu’il selance dans l’aventure.Sa scène de prédilection :quand il s’ouvre de son “problème” auprès d’unde ses potes, celui-ci lui conseille de penser àdes choses basiques genre moteur… ou chasseet pêche. “Et là mon personnage hausse lesépaules. quoi, même ça ?, lui répond l’autre.Oui… Mais attention, c’est médical, je répondsgêné.”
  13. 13. Avant-papier à lacréation / Ladies Night ne devrait pas faire chavirer que pour eux comme une nouvelle naissance,UNE BANDE DE POTES les dames. une manière de se refaire une place dans la société. A l’heure où le taux de chômage neAU CHôMAGE SE Alors que retentit le « Hot Stuff » de Donna Summer, voilà que le pied de Georges Lini cesse de grimper, cette pièce est terriblement actuelle. »TRANSFORMENT EN se met à battre la cadence, que le genou Pour son casting de rêve, Daniel HanssensCHIPPENDALES. d’Eric de Staercke gigote, que Philippe Résimont laisse échapper un déhanchement a fait appel à des familles théâtrales très différentes, de Pierre Pigeolet, abonné auxSEPT COMéDIENS communicatif, pour finir dans une chorégraphie des plus sexy. Impossible alors Galeries, à Georges Lini, meneur du Zone Urbaine Théâtre.SE LA JOUENT FULL d’éviter un sourire ou de battre du pied à sonMONTY. tour. On aura reconnu la scène des apprentis stripteaseurs dans la file des pointeurs au « On était tout courbaturés » chômage, même si elle est transposée ici Même Philippe Résimont, encore dans leLadies Night », à Bruxelles et à Namur dans un bar. « La pièce diffère un peu du film, plâtre cet été suite à une chute alors qu’ilPar Catherine Makereel, Le Soir, 1er octobre précise le metteur en scène. Mais on retrouve jouait Le Bossu à Villers-la-Ville, a accéléré sa2008. la même intrigue, que nous avons adaptée au rééducation pour pouvoir rejoindre la bande. contexte belge, avec l’Orbem, le CPAS et le Il n’aurait manqué ça pour rien au monde. EtVont le faire ? Vont pas le faire ? Ce qui est café de quartier comme on en trouve dans la aujourd’hui, ses collègues le placent numéro 1sûr, c’est que les places aux premiers rangs banlieue de Bruxelles. » pour ce qui est du rythme dans la peau. C’estvont s’arracher comme des petits pains pour que chaque jour, entraînés par Bruce Ellison,Ladies Night, la pièce qui inspira The Full L’histoire est connue. Dans une ville ouvrière, les comédiens peaufinent leur « choré ».Monty au cinéma. Au-delà des corps virils de une bande de copains se lance un défi : fairenos comédiens belges, le spectacle recèle un strip-tease pour « gagner de la thune » « A la fin des premiers entraînements, ond’autres atouts de taille. Dont la présence aux et se prouver qu’ils sont encore capables était tout courbaturés ; on aurait dit la scènemanettes de Daniel Hanssens, grand habitué d’exister. Qui dit strip-tease dit voyeurisme ; du film », se souvient Michel Hinderyckx. «des versions théâtrales de succès télévisés : l’affiche joue d’ailleurs là-dessus. On s’est beaucoup servi de nos propreson lui doit notamment la mise en scène des Nombreux sont ceux qui viendront voir expériences, renchérit le metteur en scène.mémorables Dîner de cons et La Cage aux avant tout six hommes se mettre à nu, et Le théâtre est un milieu précaire, et on a tousFolles. c’est justement là que Daniel Hanssens veut vécu l’humiliation des files du chômage. Et surprendre : « Si on joue ça uniquement sur puis, en mars, pour faire l’affiche, j’ai dû leurAujourd’hui, cet artiste hyperkinétique – le le strip-tease, on se plante. La nudité n’est dire : “Allez les gars, à poil !” Ils ne pouvaientsoir, il joue dans Hygiène de l’assassin au pas le propos. Ce sont avant tout des paumés plus reculer, exactement comme dans laPublic – met en scène une comédie de qui veulent s’en sortir. Ils sont à bout, ne pièce ! »renommée internationale. Et il suffit d’assister savent plus payer leurs traites, craignent queaux répétitions pour comprendre que ce leur femme les quitte. Se mettre à nu sera
  14. 14. Ladies Night est Contacts /disponible en tournée enmars-avril 2011Prix de cession pour unereprésentation: € 9 000Ce spectacle bénéficiede la reconnaissanceArt&vie. L’équipe Argan42 Daniel Hanssens, direction Chaussé de Mons, 1256 1070 Bruxelles 02 523 37 70 0475 673 880 danielhanssens@argan42.be Photos et autres infos sur le spectacle sur www.argan42.be Photos / Luc Tourlouse © Argan4220

×