1
B@romètre France Info - Semiocast
des municipales sur les réseaux sociaux
avec l’Observatoire du webjournalisme
B@romètr...
2
LES POINTS SAILLANTS
Dans la capitale la tweet-campagne atteint des records avec plus de 115.000 tweets recensés.
Anne H...
3
Le principal sujet de dispute sur les réseaux, comme on a pu le voir cettes emaine dans
d’autres villes, c’est le pic de...
4
À Marseille, l’écart entre les deux rivaux PS et UMP continue d’être en faveur de P.
Mennucci qui draine 57% du trafic T...
5
À Nantes, ce sont les meetings des 3 candidates qui ont surtout permis d’alimenter la tweet-
campagne, mais avec une net...
6
À Angers le candidat UMP Christophe Béchu reprend le dessus dans la lutte d’influence sur
les réseaux socionumériques, a...
7
Bastia fait une belle percée dans notre B@romètre, grâce essentiellement au grand débat
organisé par France3 Corse, qui ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Baromètre 09b

1 240 vues

Publié le

Baromètre de la tweet campagne municipales 2014 en France, avec Semiocast, Obsweb et France Info

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 240
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
667
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Baromètre 09b

  1. 1. 1 B@romètre France Info - Semiocast des municipales sur les réseaux sociaux avec l’Observatoire du webjournalisme B@romètre 09, 20 mars 2014 À RETENIR Pour la dernière semaine du b@romètre France Info-Semiocast avant le premier tour, le podium des plus grandes villes varie un peu. Derrière Paris qui connaît sa semaine la plus active (115.000 tweets) Lyon et Marseille se tiennent dans un mouchoir (entre 18.000 et 19.000 tweets). Toulouse et Nantes complètent le top 5, devant Bordeaux et Montpellier (entre 8600 et 10.000 tweets). Pour les villes de moins de 150.000 habitants, le palmarès regroupe surtout des communes qui sont des habituées de ce classement depuis 2 mois : Levallois-Perret, encore à la première place, devant Angers (7000 tweets de campagne) et Boulogne-Billancourt (5900). Amiens et Bastia (5400) ferment la marche. Première présence d’une ville corse dans le top 5, devant Pau, qui a elle était très souvent sur le podium ! On voit aussi poindre, après, des villes qu’on a vues très rarement dans notre classement des 10 villes actives : Clermont-Ferrand, Caen, Metz.
  2. 2. 2 LES POINTS SAILLANTS Dans la capitale la tweet-campagne atteint des records avec plus de 115.000 tweets recensés. Anne Hidalgo et sa rivale UMP sont cette fois au coude à coude (40% & 43% des tweets recueillis). Le sujet qui a le plus fait de bruit sur les réseaux est le refus d’Anna Hidalgo de débattre sur France 3 (5% des tweets de la semaine). Il faut dire que tous les candidats accélèrent, avec deux ou trois meetings dans la même semaine, pour rallier les électeurs et surtout tous ceux, nombreux, tentés pour des raisons diverses par l’abstention. Cette fois, la maire-adjointe socialiste prend une vraie longueur d’avance face à sa rivale UMP : 46% contre 37% des tweets. Des candidats d’arrondissement émergent comme la Front de Gauche du 20è Danielle Simonnet ou l’UMP JJ. Giannesini dans le 19ème , avec 3% de trafic. Dans ce dernier cas, c’est encore l’illustration d’un de ces exercices aussi stériles que saugrenus de bourrage de tweets.
  3. 3. 3 Le principal sujet de dispute sur les réseaux, comme on a pu le voir cettes emaine dans d’autres villes, c’est le pic de pollution et le débat sur les responsbailités de chacun et l’art de réagir. Anne Hidalgo s’en est emparée pou montrer que bien que les écologistes ne soient pas sur ses listes, elle se préoccupe aussi beaucoup d’écologie. Elle a organisé un point presse, et remis en valeur sur son site de campagne ses propositions. Mais elle a tenu des propos qui ont déclenché la polémique, en essayant de « mouiller » les élus écologistes de la mairie dans les choix de transport public de Paris. L’élu vert mis en cause a très durement réagi, et tout ceci a fait 4% du trafic, le plus gros buzz de la semaine. Un autre tweet a beaucoup circulé et alimenté les discussions, celui d’un journaliste qui a souligné que l’association entre « gay » et « geek » fait par Anna Hidalgo semblait au mieux bizarre, au pire absurde.
  4. 4. 4 À Marseille, l’écart entre les deux rivaux PS et UMP continue d’être en faveur de P. Mennucci qui draine 57% du trafic Twitter des candidats contre 36% seulement au maire sortant. Et le candidat socialiste du 6è secteur continue à monter en puissance avec 11% des tweets. Le candidat FN, arrive à se hisser pour la première fois à 7%, ce qui semble indiquer que sa tweet-campagne décolle un peu. Cette fois un sondage donnant une avance à J.C Gaudin a fait le buzz, avec 4%. L’autre sujet prouve que Bernard Tapie a en partie réussi son coup médiatique, en s’attribuant la place d’intervieweur des principaux candidats sur la webTV de son journal La Provence. Dans la ville de Lyon, Michel Havard, UMP, reprend le dessus sur le maire sortant : 37% (soit 4700 tweets) contre 34% de la conversation sur twitter (2900 tweets). Cela s’explique par l’excellente stratégie d’auto-valorisation de son meeting tenu le 18 mars, ce que, bizarrement, tous les élus ne savent pas faire. Et comme le lendemain le journal Le Progrès organisait un débat, il a encore été question de lui sur les réseaux qui ont relayé cette joute oratoire. C’est la même logique qu’on retrouve à Toulouse, qui revient dans notre top 5, grâce notamment au débat de France3 Midi Pyrénées du 19 mars aussi. Dans la ville rose, un sondage a tourné sur les réseaux qui donne un avantage assez net au maire socialiste sortant. Pour autant le candidat UMP, Jean-Luc Moudenc ne s’avoue pas vaincu puisqu’il a au contraire été très actif cette semaine au point de refaire son retard et même dépasser Pierre Cohen 43% des tweets contre 27%.
  5. 5. 5 À Nantes, ce sont les meetings des 3 candidates qui ont surtout permis d’alimenter la tweet- campagne, mais avec une nette avance prise, à ce jeu là, pour l’adjointe au maire socialiste qui 45% des tweets contre 28% à la rivale de droite. Notons que Montpellier se maintient dans le top 10 de notre baromètre, passant de 6è à 7è. Le sujet qui fait débat est celui de l’accès à la mer et de la pollution, le prolongement du tramway jusqu’aux plages lointaines étant mis sur la table. Notons aussi que celui qui fait le plus de buzz est le candidat classé divers gauche, surtout ancien adjoint de Georges Frêche, Philippe Saurel, qui bien qu’outsider rassemble 3900 tweets (avec un portrait plutôt élogieux sur un site local) soit 45%, contre 27% au candidat officiel du PS et 11% à celui de l’UMP. Notons enfin que la place de 10è pour Dijon provient notamment du débat sur les emprunts toxiques lancé par l’enquête publiée par le journal Le Monde. Du coup, 6% de la tweet- campagne dans la capitale bourguignonne porte sur la dette de la ville et ses emprunts si coûteux. Pour les villes de moins de 150000 habitants. Encore et encore, la ville de Levallois-Perret caracole en tête, avec plus de 8000 tweets. Une fois encore une polémique agite Twitter. Une fois encore elle concerne le maire sortant Patrick Balkany ; Il s’agit de la suite de celle déclenchée la semaine dernière sur le clip militant de soutien au maire qui détournait une chanson de J.J. Goldman. Indigné, ce dernier a demandé en Justice le retrait de ce clip et l’arrêt de l’exploitation de sa chanson. Ayant obtenu gain de cause, cela fait le buzz, avec 18% de tous les tweets de campagne de la ville là-dessus. @libe: Jean-Jacques Goldman obtient le retrait d'un clip de soutien à Balkany http://bit.ly/1dU5Afj Autre petite polémique qui a animé la campagne locale, celle d’un tract anonyme visant à ternir l’image du rival dissident UMP, A. de Courson. Une plainte est déposée, et les soupçons se portent sur quelqu’un qui serait proche du maire. RT @jcastanie: #Levallois:le Procureur de la République de Nanterre saisi au sujet du tract anonyme & honteux de #Balkany http://www.levalloisiens.fr/?p=17473 #mun92300 RT @JacquesVP7: Un haut fonctionnaire proche de @Patrick_Balkany pris sur le fait de tracts anonymes calomnieux contre @2courson à #Levallois. Illégal ! Sinon, quelques tweets ont bien marché, parce qu’ils étaient décalés, originaux, plutôt drôles.
  6. 6. 6 À Angers le candidat UMP Christophe Béchu reprend le dessus dans la lutte d’influence sur les réseaux socionumériques, avec le maire sortant. Un débat organisé par Le Courrier de l’Ouest a entretenu une active tweet-campagne, puisque ce débat à lui seul a généré 17% du trafic. À Boulogne Billancourt, la campagne reste active sur le terrain et sur Twitter. C’est la lutte fratricide à droite qui occupe l’essentiel de la conversation, d’autant que des leaders UMP comme Alain Juppé ou Xavier Bertrand viennent soutenir ouvertement, publiquement, le dissident. Pour Amiens, qui recule d’une place, on reste toutefois dans une dynamique de tweet- campagne régulière, où les candidats et leurs équipes sont actifs pour valoriser leurs actions de terrain. Comme depuis le début de la campagne, les Amiennois parlent d’abord du tramway quand il s’agit de polémiquer sur les grands travaux pour la ville. Et ce d’autant plus qu’un blogueur du site du Monde a publié un article sur « le top 10 des pires projets pour les transports » dont Amiens fait partie à cause de l’idée de gratuité totale avancée par Alain Gest. La tête liste UMP-UDI Brigitte Fouré est a quasi égalité avec le socialiste Thierry Bonté, avec respectivement 45% et 38% des tweets.
  7. 7. 7 Bastia fait une belle percée dans notre B@romètre, grâce essentiellement au grand débat organisé par France3 Corse, qui occupe à lui seul 13% des tweets de la campagne locale. On voit là une nouvelle illustration de la forte incidence entre activité médiatique et commentaires sur les réseaux sociaux. Et en réunissant 7 candidats, le média s’assure une forte visibilité puisque tous les camps ont intérêt à valoriser le même événement. Pour conclure, signalons la bonne polémique à Pau, autour de l’annonce de non-candidature de François Bayrou en 2017 mais avec la réservation supposée du nom de domaine bayrou2017.fr, ce qui ressemblerait fort à une contradiction, puisque l’intéressé déclare partout qu’il ne se consacrera qu’à sa ville, qu’il ne tentera même pas la députation, s’il est élu. Arnaud Mercier

×