Baromètre France Info - Semiocast
des municipales sur les réseaux sociaux
avec l’Observatoire du webjournalisme
Baromètre ...
LES POINTS SAILLANTS
À Paris, les deux principales candidates écrasent la concurrence avec 40 et 38% des tweets
récoltés. ...
ces messages évoquent la « trahison », le « félon », le « collabo » « la girouette », la « momie
Bayrou ». Les militants e...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Baromètre France Info / Semiocast avec Obsweb sur la campagne municipale 2014 sur Twitter

1 697 vues

Publié le

Voici l'analyse détaillée et complémentaire à celle publiée sur France Info, de notre 1er Baromètre municipale, daté du 23 janvier

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 697
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 360
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Baromètre France Info / Semiocast avec Obsweb sur la campagne municipale 2014 sur Twitter

  1. 1. Baromètre France Info - Semiocast des municipales sur les réseaux sociaux avec l’Observatoire du webjournalisme Baromètre 01, 23 janvier 2014 À RETENIR Cette première semaine, sans surprise (compte tenu du bassin de population) Paris se trouve en tête de notre baromètre, avec 44000 tweets recensés sur la campagne et les candidats. Viennent ensuite Marseille et Bordeaux, au-delà des 5000 tweets chacune. Pour les villes de moins de 150000 habitants, Pau tient la vedette (19200 tweets), du fait du soutien surprise et controversé de l’UMP à François Bayrou. Viennent ensuite Montreuil, Levallois-Perret et Corbeil-Essonnes qui agitent la twittosphère par des événements montés en polémique, puisque à chaque fois c’est la moralité d’un candidat qui est directement mise en cause.
  2. 2. LES POINTS SAILLANTS À Paris, les deux principales candidates écrasent la concurrence avec 40 et 38% des tweets récoltés. 58% des sujets évoquant Paris concernent directement la campagne. Les articles les plus retweetés proviennent, du coup, de la presse nationale, avec toutefois un lien vers le site d’Anne Hidalgo, ce qui prouve qu’une partie du trafic généré est le fruit de l’activisme des équipes de campagne qui se sont bien emparées de Twitter, tout comme le candidat UMP-Modem de Toulouse Jean-Luc Moudenc dont le lancement de campagne s’accompagne d’une bonne retombée sur le réseau : 55% des messages et les trois articles les plus partagés. Même chose pour la candidate UMP de Nantes, Laurence Garnier (59% du trafic) qui présente sa liste, avec une polémique étonnante sur le nombre précis de colistiers. On retrouve la même composition de conversation sociale à Marseille, numéro 2 du classement, Patrick Mennucci et Jean-Claude Gaudin cumulent 50 et 44% des tweets et la part dominante des messages concerne la campagne. Dans d’autres villes de notre top 10 (Bordeaux 3ème Lyon 4ème, Nice 6ème, Lille 9ème), le maire sortant est très confortablement installé en tête de la conversation sur Twitter avec environ 70% des messages. Les deux autres faits notables concernent la répartition, très contrastée, des liens URL partagés. Ces liens qui circulent le plus, proviennent de sources variées. Se dessine alors un cocktail improbable fait d’articles issus de la presse nationale, de la presse locale et régionale, de blogs locaux ou nationaux et de sites de certains candidats. Illustration du fait que Twitter donne une visibilité « égalitaire » à des sources d’information très disparates. Enfin, on constate l’importance des tweets que nous avons classés dans la catégorie « terrain ». Il s’agit souvent de messages de candidats ou de sympathisants qui se félicitent des expériences de campagne concrètes et utilisent ainsi les réseaux sociaux pour dynamiser leurs troupes : meetings, porte-à-porte, réunions d’appartement : @chdeveyrac « merci à tous pour votre présence nombreuse ce soir » (qui publie aussi de nombreuses photos) candidate à Toulouse @BarthasV « Moment de convivialité et d’échanges avec un cafetier autour d’1 verre. @saurel2014 à l’écoute et propose » (avec photo de Philippe Saurel, socialiste dissident à Montpellier) @davidhugo : porte à porte et marché @JrLecerf @UnAutreLille @#MUN59000 Pour les villes de moins de 150000 habitants, ce sont des polémiques qui font le buzz. Toujours directement liées à la personnalité d’un candidat. La ville de Pau figure cette semaine en tête de notre baromètre. À partir du 17 janvier, décolle le nombre de messages évoquant tout à la fois (dans différentes combinatoires possibles) Bayrou, Pau, Copé, UMP, accord électoral. Tout part de l’annonce officielle du soutien de l’UMP à la liste préparée par le dirigeant du Modem François Bayrou, qui s’était illustré en 2012 par son appel à voter Hollande au second tour de la présidentielle, contre Nicolas Sarkozy. Conséquence François Bayrou écrase la concurrence, puisqu’il génère à lui seul 95% des messages évoquant le nom d’un des candidats locaux, avec plus de 15000 messages intégrés à notre baromètre. Mais le fait majeur à noter est la violence des attaques et réprobations qui s’expriment. Les mots-clés de
  3. 3. ces messages évoquent la « trahison », le « félon », le « collabo » « la girouette », la « momie Bayrou ». Les militants et sympathisants UMP évoquent aussi leurs réactions quasi viscérales très liées à l’indigestion : « Ce BAYROU me fait vomir », « c'est pas une couleuvre qu'il faut avaler, mais un boa », « beurk », « La cuisine à PAU est indigne! », « merde », « fuck ». À Levallois-Perret, la nouvelle information judiciaire ouverte contre le maire Patrick Balkany suscite des tweets d’indignation comme par exemple : @guerin_apollo : qui est le #con qui a donné la #légion d’honneur à #Balkany ? Pour Montreuil, c’est une vidéo virale (plus de 170000 vues) prise il y a plusieurs mois via un smartphone, qui propulse la ville en deuxième position de notre top 10. On y voit le député Razzy Hammadi, candidat PS à la mairie, en pleine altercation, tenant des propos orduriers (« enculé de ta race » « fils de pute »). Notons que beaucoup de ces tweets proviennent de personnes visiblement très à droite, qui déplorent du coup le #2poids2mesures, en considérant que les médias n’ont pas assez parlé de cette affaire. Ils expriment leur frustration, estimant que le « casse toi pauvre con » de Nicolas Sarkozy avait trop suscité l’intérêt des médias. Dans beaucoup de villes, les internautes reprochent aux candidats sur Twitter, souvent les maires sortants, leurs prises de position sur des sujets sensibles comme le cumul des mandats, l’avortement, le mariage homosexuel. C’est d’ailleurs ce dernier sujet qui fait le buzz à Nîmes et classe la ville 6ème de notre baromètre. Enfin, signalons la bizarrerie de Sarcelles (5ème), grâce à un tweet à l’origine d’une rumeur délirante : le maire de la ville aurait été kidnappé. Les questions sur les faits, les motivations de ce crime ou encore la surenchère « d’informations » sur le lieu où il serait séquestré ont alimenté la conversation rumorale. Arnaud Mercier & Paul Guyot

×