Comment évaluer les effets d'une intervention antivectorielle

446 vues

Publié le

Comment évaluer les effets d'une intervention antivectorielle - Présentation de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Edith Christiane BOUGOUMA - Chercheur - Centre National de Recherche sur le Paludisme / CNRFP - Ouagadougou, Burkina Faso - eddycnrfp@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
446
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comment évaluer les effets d'une intervention antivectorielle

  1. 1. COMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESCOMMENT EVALUER LESEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONEFFETS D’UNE INTERVENTIONANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEANTIVECTORIELLEDr. BOUGOUMA EDITH CHRISTIANEDr. BOUGOUMA EDITH CHRISTIANECentre National de Recherche et de FormationCentre National de Recherche et de Formationsur le Paludisme (CNRFP),sur le Paludisme (CNRFP),Ouagadougou, Burkina FasoOuagadougou, Burkina FasoAtelier Paludisme Madagascar 2007Atelier Paludisme Madagascar 2007Institut Pasteur de MadagascarInstitut Pasteur de MadagascarEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. METHODES DE LUTTEMETHODES DE LUTTEANTIANTI--VECTORIELLEVECTORIELLERéduire le contact homme vecteurRéduire le contact homme vecteur→→→→→→→→ BarriBarrièère entre vecteur et lre entre vecteur et l’’hommehommeMoustiquaires imprégnésInstallation de grillageAmélioration de l’habitatUtilisation des produits répulsifsPort de vêtement de protection
  3. 3. METHODES DE LUTTEMETHODES DE LUTTEANTIANTI--VECTORIELLEVECTORIELLEContrôle larvaireContrôle larvaire→→Potentiel de transmissionPotentiel de transmissionAménagement de l’environnement (↓gîtes)Traitements larvicidesLutte biologique
  4. 4. METHODES DEMETHODES DELUTTELUTTEANTIANTI--VECTORIELLEVECTORIELLEContrôle des moustiques adultesContrôle des moustiques adultes→→RRééduction du taux de survie des vecteursduction du taux de survie des vecteursPulvérisation intra-domiciliaires a effet rémanentPulvérisations spatialesUtilisation communautaires MII → ↑ protection
  5. 5. METHODES DEMETHODES DELUTTELUTTEANTIANTI--VECTORIELLEVECTORIELLELes critères de choix pour une méthodeLes critères de choix pour une méthodede luttede luttePour être utilisable en santé publique, une méthode de lutte doitêtre:SimpleSélectiveTrès efficace(dieltrine, Cavernale P., 2000)DisponibleCoût abordableCulturellement acceptableCulturellement acceptableDurable
  6. 6. COMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERLESLESLESLESLESLESLESLES EFFETSEFFETS D’UNED’UNED’UNED’UNED’UNED’UNED’UNED’UNEINTERVENTION ??INTERVENTION ??INTERVENTION ??INTERVENTION ??INTERVENTION ??INTERVENTION ??INTERVENTION ??INTERVENTION ??Deux degrDeux degréés de comparaisons de comparaisonEvaluer l’impact ⇒⇒ comparaison situation avant et aprcomparaison situation avant et aprèèssTémoins non traité → évolution naturelle des populations.ConnaissanceConnaissance→→ ConnaConnaîître la situation avant pour pouvoir mesurer ltre la situation avant pour pouvoir mesurer l’’impactimpact ⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒Point 0Point 0Niveau de transmissionNiveau de transmission⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒ Basé sur échantillonnage des populations vectricesPartie représentative, refléter la situation réelleEtudier tout les facteurs liés a l’homme et aux vecteurs
  7. 7. COMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERLES EFFETS D’UNELES EFFETS D’UNEINTERVENTION ??INTERVENTION ??ConnaissanceConnaissanceBio écologie des espècesBio écologie des espècesEndophiles/Exophiles, Anthropophile/Zoophile/ Endo-ExophileComportement liés aux habitudes humain ⇒⇒⇒⇒ PlasmodiumImplication de l’hommeImplication de l’hommeAction de l’homme sur son milieu→ VecteursComportements et habitudes
  8. 8. COMMENT PEUT ON EVALUERCOMMENT PEUT ON EVALUERLES EFFETS D’UNELES EFFETS D’UNEINTERVENTION ??INTERVENTION ??EVALUATION APRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONIndicateursIndicateursEntomologiqueEntomologiqueIndicateursIndicateursEpidémiolgiqueEpidémiolgiqueIndicateursIndicateursParasitairesParasitairesLutte anti-vectorielle Mieux adaptéMieux adaptéEpidémiologiqueEpidémiologiqueBonne stratégieBonne stratégied’interventiond’intervention
  9. 9. METHODES D’EVALUATIONMETHODES D’EVALUATIONAPRES LES EFFETS D’UNEAPRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONINTERVENTIONLes indicateurs EntomologiquesLes indicateurs EntomologiquesTaux d’Inoculation EntomologiqueTaux d’Inoculation Entomologique⇒ Nbde piqûre infestées reçues par homme et par nuit⇒ Niveau de transmission: 2 éléments (Nb de piqûre infectantes= intensité et rythme annuelle de ces infections)⇒⇒ HHee = ma x= ma x isismama = Tx d’agressivité= densité agressive = Nb de piqûre reçus parune personne en 24 hISIS = indice sporozoitique = indice d’infestation= % d’anophèleporteurs de sporizoites dans leur glandes salivaire.
  10. 10. METHODES D’EVALUATIONMETHODES D’EVALUATIONAPRES LES EFFETS D’UNEAPRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONINTERVENTION⇒ 2 types de capturesManuelleDifférents systèmes de piégeage⇒ Capture sur sujet humain ⇔⇔⇔⇔ car ! Permet decapturer des populations anophélienne quiviennent au contact de l’hommeTaux de ParitéTaux de Parité⇒% de femelle pare⇒Traduit la probabilité quotidienne de survied’une population d’anophèle⇒Durée de vie: durée du cycle et nombre de pont
  11. 11. METHODES D’EVALUEATIONMETHODES D’EVALUEATIONAPRES LES EFFETS D’UNEAPRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONINTERVENTION↓ du TIE 95,6% - 99,3%après interventionIllustrations : (Sirima. S. B; 2001)Mesure l’impact à court et long termes des rideaux traités à la perméthrinesur la prévalence de l’infection palustre en zone hyper-endémique au B.F
  12. 12. METHODES D’EVALUATIONMETHODES D’EVALUATIONAPRES LES EFFETS D’UNEAPRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONINTERVENTIONLes indicateursLes indicateurs EpidémiologiquesEpidémiologiquesMorbiditéMorbiditéRéduction de la morbidité globale (63 %, Snow et al, 1988; 20%,Rabarison et al, 1995)MortalitéMortalitéRéduction de la mortalité (63%, Alonso et al. 1991; 15%, Habluetzelet al 1997)Illustrations: (Lantoarila J. et coll 1997)Impact de la lutte anti-vectorielle sur la morbidité et mortalité palustresdans un district sanitaire des Hautes Terres de Madagascar (1989- 1994)366 décès évites ⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒ 40%40% prp aux décès attendus34 669 cas évités ⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒ 69%69% de cas de paludisme présumes prp aux casattendus 50 592
  13. 13. METHODES D’EVALUATIONMETHODES D’EVALUATIONAPRES LES EFFETS D’UNEAPRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONINTERVENTIONPaludisme grave évités :2538 cas évités ⇒ 86%86% prp aux casattendus 2940.↓ à partir de 1989- Traitement précoceCQ- PulvérisationLantoarilaLantoarila J. etJ. et collcoll 19971997
  14. 14. METHODES D’EVALUATIONMETHODES D’EVALUATIONAPRES LES EFFETS D’UNEAPRES LES EFFETS D’UNEINTERVENTIONINTERVENTIONLes indicateurs PLes indicateurs ParasitairesarasitairesPrévalencePrévalenceIncidenceIncidence↓↓ niveau de transmission à très court termeniveau de transmission à très court terme ⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒,, ↓↓↓↓↓↓↓↓ significative de la Prévalencesignificative de la Prévalence↑↑PrPréévalencevalence ⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒⇒ rebond Densité parasitaire, à la 4rebond Densité parasitaire, à la 4 iemeiemesaison de transmission, DPsaison de transmission, DPétait en moyenne 3 à 5 fois avant RIIétait en moyenne 3 à 5 fois avant RII.
  15. 15. CONCLUSIONCONCLUSIONL’intérêt de l’évaluation de la lutte:Bon suivitCibler les interventions grâce a une meilleure connaissancedes vecteurs, transmissionDéterminer les choix de priorité en santé publique! une association de plusieurs stratégies de lutte :↓ niveau detransmission, stimulation de l’immunité et une prise en chargeadéquate des cas, pourrait, si cela s’accompagnait d’une ↓sensible de la misère des populations, venir à bout du paludismeen Afrique.
  16. 16. JE VOUS REMERCIEJE VOUS REMERCIE
  17. 17. BIBLIOGRAPHIEBIBLIOGRAPHIELantoarilala. J. Champetier De Ribes .G. Mouchet. J. Impact de la lutte anti-vectorielle sur la morbidité et la mortalité dupalustre dans un district sanitaire des Hautes Terres de Madagascar.Cavernale.P. et Mouchet. J.Lutte antivectorielle au Cameroun. Passé- pressent- Avenir. Réflexion.Bull Soc Pathol Exot, 2001,94, 2 bis, 202-209.Entomologie médicale et lutte anti vectorielle : de la moustique imprégnée au génome.WHO communicable Diseases lutte anti-vectorielle :. de la moustiquaire imprégnée au génome. Journée de réflexion surl’entomologie médicale,. Montpellier 28/03/2003 ...wcentre.tours.inra.fr/sfpar/j-EntomologieMedicale/Guillet.pdfWHO / CDS/WHOPES. Prise de décisions en faveur d’une utilisation raisonnée des insecticides, guide du participant/2004 9aWHODéclaration finale sur utilisation du DDT pour la pulvérisation intradomicilière dans la région africaine, Brazzaville, République duCongo, 20-22 juin 2006Coosemans. M. et Alessandro. U. Pour : plaidoyer pour les moustiquaires imprégnées dans les programmes de lutte contre lepaludisme. Bull Soc Pathol Exot, 2001,94, 2 bis 169-173Trape. J.F. Contre : Les limites des moustiquaires impregnées dans la lutte contre le paludisme en Afrique tropicale.Bull SocPathol Exot, 2001, 94, 2 bis 174-179Mouchet J., Cavernale P., Coosemans Marc, Julvez J., Manguin S., Lenoble D.R. Sircoulon J. 2004 ,Biodiversité dupaludisme dans le monde,Jonn Libbey Eucotext, ParisWHO, 2003. Directive pour évaluer des besoins dans la lutte anti-vectorielle, bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, HarareZimbabwe.http://www.afro.who.int/vbc/framework-guidelines/vcna-french.pdfGuillet. P. La résistance aux insecticides chez les vecteurs du paludisme, Bull Soc Pathol Exot, 2001, 94,2 bis, 165-168

×