Méthodes d'évaluation de la transmission

679 vues

Publié le

Méthodes d'évaluation de la transmission - Présentation de la 4e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Grah Worro Elisabeth BEUGRE - Médecin/Chercheur - Institut Pasteur de Côte d'Ivoire - beugregrah@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Méthodes d'évaluation de la transmission

  1. 1. Elisabeth BEUGREInstitut Pasteur Côte d’IvoireMETHODES D’EVALUATIONDE LA TRANSMISSIONAtelier Paludisme 2006EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. RAPPEL1243Transmission complexe4 phases cycliques:1-développement chezhomme2-transmission homme-moustique3-Développementsporogonique4-Transmissionmoustique-homme+++Atelier Paludisme 2006
  3. 3. Comment évaluer la transmission?Intérêt des enquêtesentomologiques
  4. 4. Par pyrethrage1-Moustiques au repos (endophilie/exophilie)Récolte de moustiques sur undrap blanc après pulvérisationIntérieur des maisons Abris extérieursPar tube d’aspirationAutres méthodes:pièges lumineux, à odeur,àappâts animal etc…
  5. 5. 2-Moustiques agressifs (endophagie/exophagie)capture sur homme à l’intérieur et/ou à l’extérieurcapture sur volontaires humains demeuretechnique de référence d’échantillonnagedes moustiques +++Atelier Paludisme 2006
  6. 6. Transmission moustique-homme (1)– Niveau de transmission déterminé par un ensembled’indicateurs– Ross (1911) et MacDonald (1957)++: rôle importantdans évaluation quantitative de la transmission– Taux d’inoculation entomologique (T.I.E)++• paramètre reflétant le mieux la transmission et permettant desuivre les fluctuations saisonnières• fiable et simple• MAIS :– fastidieux à obtenir (capture sur homme)– réticences des comités éthiques (risque d’infection )– personnel, temps et coûtAtelier Paludisme 2006
  7. 7. Transmission moustique-homme (2)- Variations du T.I.E selon les situations épidémiologiques(densité et longévité des anophèles):• Exemples:– Djoumana (environs de Brazzaville): 1000 p/h/an– Podor (Sahel): < 10 p/h/an- Si le T.I.E ne peut pas être calculé, estimation de latransmission à partir d’indicateurs parasitairesAtelier Paludisme 2006
  8. 8. Détermination du T.I.E (formule de MacDonald)h = ma x sTaux d’inoculation entomologique(piqûres infectées/homme/unité detemps)hDissection des glandessalivairesdes anophèles capturésIndice sporozoïtique(taux d’anophèles infectés)sCaptures sur l’hommeDensité anophélienne agressivepour l’homme(piqûres/homme/unité de temps)maMéthodologieParamètresIndicesN.B: indice sporozoïtique (s) peut être également déterminé par la technique ELISA.détection Ag CSP spécifique de l’espèce plasmodiale infectant le moustiqueC.Boudin et col,1998Atelier Paludisme 2006
  9. 9. Transmission homme-moustique• Peu d’études approfondies• Existence d’indicateurs potentiels de l’infectivité humaine:Indice gamétocytaire ++– assez difficile à déterminer à partir de gouttes épaisses– mauvais marqueur de l’infectivité d’une population ou de l’homme pourles moustiquesProportion de sujets infectants pour les moustiques (Muirhead-Thomson 1957, Libéria et Rutledge et coll,1968).– études faites au Cameroun et au Burkina-Faso: estimation à 50%(V.Robert et coll,1995; C.Boudin et coll,1993)Probabilité de repas sanguins infectés (coefficient K)• MALHEUREUSEMENT, absence d’études comparatives et devalidation avec la réalité épidémiologiqueAtelier Paludisme 2006
  10. 10. Intérêts de l’évaluationde la transmissionMoustique- Homme• Essentielle pour comparer des zones écologiquement différentes• Evaluer les risques de transmission et prévoir d’éventuelles épidémies• Adapter les moyens de lutte anti-vectorielle(anthropophilie, endophagie ou exophagie, endophilie ou exophilie)• Estimer la protection conférée par intervention(chimioprophylaxie, MII etc…)Homme-moustique• Evaluation des candidats vaccins « transmission-bloquante »Atelier Paludisme 2006
  11. 11. En pratique….TaïEvaluation de la transmission en zone forestièrede Côte d’Ivoire de juillet 1995 à juillet 1996(I.Nzeyimana et col,2002)Cadre d’étude: 2 villages et 3 campements(région de Taï)Méthodologie:- 6enquêtes transversales entomologiques etparasitologiquesRécolte des moustiques:- bimensuelle, nocturne, sur sujets humains àl’intérieur des habitations- dissection glandes salivaires et examen micro étatfraisRésultats:- An.gambiae s.s++(85%), An.funestus- I.S moy: 7,6%; T.I.E:400 p/h/an (An.gam)Atelier Paludisme 2006Conclusion: transmission intense et permanente avec recrudescence ensaison pluvieuse
  12. 12. Conclusion• T.I.E excellent moyen d’évaluer la transmission• Zones de paludisme stable : transmission élevée, pérenne,identique d’une année à l’autre prémunition de lapopulation• Zones de paludisme instable: transmission faible et saisonnière,variant d’une année à l’autre peu ou pas d’immunité– Préférer autres méthodes (parasitologique ou clinique)• Nécessité d’établir et de valider des paramètres de la transmissionhomme-moustique évaluation du vaccin « transmissionbloquante »Atelier Paludisme 2006
  13. 13. Merci de votre aimable attention !!!Atelier Paludisme 2006
  14. 14. Bibliographie1- Boudin C, Bonnet S, Tchuinkam LC et al. L’évaluation des niveaux de transmissionpalustre:méthodologies et paramètres. Med Trop 1998;58(1):69-752- Boudin C et Robert V. Plasmodium falciparum :épidémiométrie de la transmission homme-moustique et de l’infection chez le vecteur. Bull Soc Pathol Exot 2003;96 (4):335-3403- Robert V et Boudin. Biologie de la transmission homme-moustique du Plasmodium. Bull Soc PatholExot 2003;96 (1):6-204- Meunier JY, Safeukui I, Fontenille D et Boudin C. Etude de la transmission du paludisme dans unefuture zone d’essai vaccinal en forêt équatorial du sud Cameroun. Bull Soc Pathol Exot 1999;92(5):309-3125- Nzeyimana I, Henry MC, Dossou-Yovo J et col.Epidémiologie du paludisme dans le sud-ouestforestier de la Côte d’Ivoire (Région de Taï). Bull Soc Pathol Exot 2002;95 (2):89-946- Mouchet J, Carnevale P, Mazier D et col.Les vecteurs et la transmission. In: Mouchet J etCarnevale P. Paludisme. Ed Ellipses/Aupelf ;1991, 35-397- Anonyme. Base de l’épidémiologie. In:Mouchet J, Carnevale P, Coosemans M et col. Biodiversitédu paludisme dans le monde. Paris: John Libbey Eurotext;2004;27-37.8- http:/ /www.impact-malaria.com/FR/EPS/Formations_et_cours_internationaux/For-mation_de_la_Liverpool_School_LSTMH/cours_liverpool/malaria_template_fr/Section_2/6f.1Atelier Paludisme 2006
  15. 15. METHODES D’EVALUATION DELA TRANSMISSIONElisabeth BEUGREInstitut Pasteur Côte d’IvoireAtelier Paludisme 2006

×