PALUDISME ET URBANISATION   REVUE GENERALEInstitut Pasteur de Madagascar      Unité d’épidémiologie
UrbanisationPhénomène majeur au niveau mondial 60 millions de nouveaux urbains/an                contre 20 millions de nou...
Urbanisation  Taux de croissance annuel         1995 - 2000:–au niveau mondial : 2,5%–au niveau européen : 0,7%–au niveau ...
Urbanisation%
UrbanisationEn 2003, près de 40% de la population    africaine vivait en zone urbaine
La situation n’est pas homogène sur tout le                  continent
UrbanisationAugmentation dans les prochaines            années  le taux annuel d’accroissement de la population          u...
UrbanisationCAUSES DE CET ACCROISSEMENT:           FLUX MIGRATOIRES   Zone                         Zone  rurale           ...
Caractéristiques de          l’urbanisation• Incontrôlée  – Zone périurbaine = bidonville• Non planifiée  – Absence de rés...
PARADIGME RURAL ANTHROPISATION DU MILIEUFAVORISE L’IMPLANTATION DES  VECTEURS DU PALUDISMEMAIS EN MILIEU URBAIN ?
Cycle du paludisme
Source V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp. 169–176
IMPACT DE L’URBANISATION      SUR LE PLAN    ENTOMOLOGIQUE
Urbanisation & Transmission Augmentation de la densité humaine                 = Facteurs défavorables aux vecteurs – Pres...
Urbanisation & Transmission La transmission anophélienne est globalement plus faible en zone urbaine qu’en zone rurale
Exemple               CONGO - Brazzaville• Urbanisation :    – Moins de 1 piqûre infectante par pers./ 3 ans    – 100 piqû...
Urbanisation & Transmission Hétérogénéité de la transmission – faciès épidémiologiques
Fasciés intermédiaire                       Fasciés stableSource V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp...
Urbanisation & Transmission Hétérogénéité     de la transmission  structure propre de l’agglomération
Source V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp. 169–176
Structure des quartiers                                                                                 Fasciés épidémiolo...
Exemple               CONGO - Brazzaville• Urbanisation ancienne :    – Moins de 1 piqûre infectante/pers./ 3 ans• Urbanis...
Exemple   BURKINA F. – Bobo-Dioulasso• Urbanisation ancienne    – Moins de 1 piqûre infectante par pers./ 7ans• Urbanisati...
Exemple        BURKINA F. – Ouagadougou• Urbanisation centrale (Saint Léon)     – 1 piqûre infectante/pers./ 3 ans• Urbani...
167.7                                                    45.8                                                             ...
Urbanisation & AnophèlesFaible mobilité des anophèles     EIR 20Xmoins                        DONNEES DE DAKAR      EIR 5X...
Vecteurs urbains
IMPACT  SUR LE PLANPARASITOLOGIQUE
Urbanisation & PrévalenceHétérogénéité de la transmission Hétérogénéité de la prévalence
Indice plasmodique chez les enfants de 1 à 15 ans             Congo• Zone rurale  – 79 à 94% selon les villages• Zone urba...
Indice plasmodique  chez les enfants de 0 à 5 ans         Ouagadougou• Zone rurale  – 62% pour villages limitrophes• Zone ...
Prévalence chez les consultants        à Abidjan - 2001La fraction estimée des fièvres attribuables au paludisme est modér...
Prévalence chez les consultants          à Ouagadougou - 2001          La fraction estimée des fièvres attribuables au pal...
Prévalence chez les enfants        scolarisés à Ouaga- 2001Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
Prévalence chez les enfants      scolarisés à Cotonou- 2001Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
Prévalence chez les enfants     scolarisés à Dar Es Salaam                2003Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
Prévalence chez les consultants à Tananarive - 2003• 2 ETUDES TRANSVERSALES (43 centres)• Population cible : tout consulta...
IMPACTSUR LE PLANBIOLOGIQUE
Urbanisation & Immunité• Moindre transmission     Acquisition  retardée de l’immunité :  – Brazzaville :    • 63% des enfa...
Urbanisation & Immunité  Niveau d’immunité faible   Absence de prémunition    Risque accru d’épidémie
IMPACTSUR LE PLAN CLINIQUE
Evolutions attendues• Point Positif : une diminution globale de  l’incidence du paludisme• Point Négatif : augmentation re...
Accès simples• 33% à 50% des cas de fièvres en  zone rurale (Brazzaville)• 2 fois moins en zone urbaine  – 24% dans les qu...
Accès simples• Age d’acquisition des premiers  accès retardé en zone urbaine  (5 à 10 ans)• Part des accès palustres dans ...
Formes gravesLe risque de formes graves chez l’enfantest plus bas dans les populations où lerisque de transmission est le ...
Formes graves                                                            ACCES SIMPLES                                    ...
Mortalité• Aucune différence entre zone urbaine et  zone rurale  – Meilleure prise en charge générale au cours    de ces d...
ORIGINEDE L’INFECTION   DES CAS
CAS AUTOCHTONES               EXEMPLE: ANTANANARIVO - MADAGASCAR20% des casconfirmés (5/26)Facteur de risque :proximité de...
CAS D’IMPORTATION• Antécédent de voyage en zone rurale :  – Antananarivo : 80% des cas(21/26)       (Source Rabarijaona LP...
CONCLUSION (1)paludisme en milieu urbain Plus faible transmission    qu’en milieu rural
CONCLUSION (2)Paludisme en milieu urbain     Mosaïque de profilsStratégie de prévention ciblée   Cartographie des zones
CONCLUSION (3)Paludisme en milieu urbain  Paludisme instable   Formes graves  Risque d’épidémie
CONCLUSION (4)Paludisme en milieu urbainPaludisme de demain ?
Merci pour votre attention
Urbanisation et paludisme
Urbanisation et paludisme
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Urbanisation et paludisme

613 vues

Publié le

Urbanisation et paludisme - Conférence de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Vincent RICHARD - Institut Pasteur de Madagascar - vrichard@pasteur.mg

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
613
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Urbanisation et paludisme

  1. 1. PALUDISME ET URBANISATION REVUE GENERALEInstitut Pasteur de Madagascar Unité d’épidémiologie
  2. 2. UrbanisationPhénomène majeur au niveau mondial 60 millions de nouveaux urbains/an contre 20 millions de nouveaux ruraux/an
  3. 3. Urbanisation Taux de croissance annuel 1995 - 2000:–au niveau mondial : 2,5%–au niveau européen : 0,7%–au niveau des PED : 3,3%–en Afrique : 4,3 %
  4. 4. Urbanisation%
  5. 5. UrbanisationEn 2003, près de 40% de la population africaine vivait en zone urbaine
  6. 6. La situation n’est pas homogène sur tout le continent
  7. 7. UrbanisationAugmentation dans les prochaines années le taux annuel d’accroissement de la population urbaine en Afrique est d’environ 6% un doublement de la population urbaine tous les 15 ans
  8. 8. UrbanisationCAUSES DE CET ACCROISSEMENT: FLUX MIGRATOIRES Zone Zone rurale rurale Milieu Urbain Zone Zone rurale rurale TAUX DE NATALITE
  9. 9. Caractéristiques de l’urbanisation• Incontrôlée – Zone périurbaine = bidonville• Non planifiée – Absence de réseau d’eau potable – Absence de réseau d’évacuation des eaux usées – Absence de ramassage des ordures ménagères
  10. 10. PARADIGME RURAL ANTHROPISATION DU MILIEUFAVORISE L’IMPLANTATION DES VECTEURS DU PALUDISMEMAIS EN MILIEU URBAIN ?
  11. 11. Cycle du paludisme
  12. 12. Source V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp. 169–176
  13. 13. IMPACT DE L’URBANISATION SUR LE PLAN ENTOMOLOGIQUE
  14. 14. Urbanisation & Transmission Augmentation de la densité humaine = Facteurs défavorables aux vecteurs – Pression foncière : diminution des gites naturels – Pollution du milieu : culicinés +/ anophèles- – Réduction du degré d’exposition : dilution dans une population humaine dense
  15. 15. Urbanisation & Transmission La transmission anophélienne est globalement plus faible en zone urbaine qu’en zone rurale
  16. 16. Exemple CONGO - Brazzaville• Urbanisation : – Moins de 1 piqûre infectante par pers./ 3 ans – 100 piqûres infectantes par pers./an• Zone rurale : – 200 à 1000 piqûres infectantes par pers./an(Source JF TRAPE et al - 1985)
  17. 17. Urbanisation & Transmission Hétérogénéité de la transmission – faciès épidémiologiques
  18. 18. Fasciés intermédiaire Fasciés stableSource V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp. 169–176
  19. 19. Urbanisation & Transmission Hétérogénéité de la transmission structure propre de l’agglomération
  20. 20. Source V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp. 169–176
  21. 21. Structure des quartiers Fasciés épidémiologiqueSource J KEISER et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 71(Suppl 2), 2004, pp. 118–127
  22. 22. Exemple CONGO - Brazzaville• Urbanisation ancienne : – Moins de 1 piqûre infectante/pers./ 3 ans• Urbanisation récente : – 100 piqûres infectantes par pers./an(Source JF TRAPE et al - 1985)
  23. 23. Exemple BURKINA F. – Bobo-Dioulasso• Urbanisation ancienne – Moins de 1 piqûre infectante par pers./ 7ans• Urbanisation ancienne + rivière – 1 piqûre infectante par pers/2 ans• Urbanisation récente – 5 piqûres infectantes par pers./an(Source V ROBERT et al - 1986)
  24. 24. Exemple BURKINA F. – Ouagadougou• Urbanisation centrale (Saint Léon) – 1 piqûre infectante/pers./ 3 ans• Urbanisation lotie Nord-Ouest (Gounghin Nord) – 1 piqûre infectante/pers/an• Urbanisation récente + marigots + barrage – 9 à 12 piqûres infectantes par pers./an(Source G. SABATINELLI et al - 1984)
  25. 25. 167.7 45.8 91.0 7.07 36.5 2.00Source V. ROBERT et al . Am. J. Trop. Med. Hyg., 68(2), 2003, pp. 169–176
  26. 26. Urbanisation & AnophèlesFaible mobilité des anophèles EIR 20Xmoins DONNEES DE DAKAR EIR 5Xmoins TAUX ANNUEL EIR ref ENTOMOLOGIQUE D’INOCULATION gite 20 fois inférieur – 500 à 700 m 0-100 m 5 fois inférieur – 200 à 300 m 200-300 m Versus taux de référence 0 – 100m 500-700 m
  27. 27. Vecteurs urbains
  28. 28. IMPACT SUR LE PLANPARASITOLOGIQUE
  29. 29. Urbanisation & PrévalenceHétérogénéité de la transmission Hétérogénéité de la prévalence
  30. 30. Indice plasmodique chez les enfants de 1 à 15 ans Congo• Zone rurale – 79 à 94% selon les villages• Zone urbaine – 3 à 81% selon les quartiers: • 81% à Massina • 66% à Talangaï • 40% à Bacongo • 9% à Moungali • 3% à Poto-Poto
  31. 31. Indice plasmodique chez les enfants de 0 à 5 ans Ouagadougou• Zone rurale – 62% pour villages limitrophes• Zone urbaine – 14,8% selon les quartiers: • 3% à Saint Léon • 9,5% à Gounghin Nord • 15,6% à St Camille • 20% à Kologh-Naba • 26,4% à Nongremassm
  32. 32. Prévalence chez les consultants à Abidjan - 2001La fraction estimée des fièvres attribuables au paludisme est modérée :0.12-0.24 Source SJ Wang et al –Malaria journal 2006
  33. 33. Prévalence chez les consultants à Ouagadougou - 2001 La fraction estimée des fièvres attribuables au paludisme est faible :0.04Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
  34. 34. Prévalence chez les enfants scolarisés à Ouaga- 2001Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
  35. 35. Prévalence chez les enfants scolarisés à Cotonou- 2001Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
  36. 36. Prévalence chez les enfants scolarisés à Dar Es Salaam 2003Source SJ Wang et al –Malaria journal 2005
  37. 37. Prévalence chez les consultants à Tananarive - 2003• 2 ETUDES TRANSVERSALES (43 centres)• Population cible : tout consultant présentant une température axillaire >37.5° – en février et mars : 1.9% des fièvres Palu+ – en Juin et Juillet : 1.5% des fièvres Palu+ Source L Rabarijoana et al –Malaria journal 2006
  38. 38. IMPACTSUR LE PLANBIOLOGIQUE
  39. 39. Urbanisation & Immunité• Moindre transmission Acquisition retardée de l’immunité : – Brazzaville : • 63% des enfants de 6 à 7 ans n’avaient pas d’anticorps antipaludiques (1986) – Zone rurale : • 100% des enfants avaient des Ac avant l’âge de 5 ans
  40. 40. Urbanisation & Immunité Niveau d’immunité faible Absence de prémunition Risque accru d’épidémie
  41. 41. IMPACTSUR LE PLAN CLINIQUE
  42. 42. Evolutions attendues• Point Positif : une diminution globale de l’incidence du paludisme• Point Négatif : augmentation relative des formes graves de paludisme et risque de développement d’épidémie
  43. 43. Accès simples• 33% à 50% des cas de fièvres en zone rurale (Brazzaville)• 2 fois moins en zone urbaine – 24% dans les quartiers périphériques (Bobo) – 13% dans les quartiers centraux (Bobo)
  44. 44. Accès simples• Age d’acquisition des premiers accès retardé en zone urbaine (5 à 10 ans)• Part des accès palustres dans la pathologie fébrile maximum à 10- 14 ans : 50%
  45. 45. Formes gravesLe risque de formes graves chez l’enfantest plus bas dans les populations où lerisque de transmission est le plus élevé. (Source : RW SNOW et al . Lancet 1997)
  46. 46. Formes graves ACCES SIMPLES DANS LES QUARTIERS PERIPHERIQUES IMPORTANCE DES FORMES GRAVES DANS LES QUARTIERS ANCIENSSource : SEVEROV MV et al . Médecine d’Afrique noire 2000
  47. 47. Mortalité• Aucune différence entre zone urbaine et zone rurale – Meilleure prise en charge générale au cours de ces dernières années?• Meilleure accessibilité aux soins en milieu urbain
  48. 48. ORIGINEDE L’INFECTION DES CAS
  49. 49. CAS AUTOCHTONES EXEMPLE: ANTANANARIVO - MADAGASCAR20% des casconfirmés (5/26)Facteur de risque :proximité desrizières
  50. 50. CAS D’IMPORTATION• Antécédent de voyage en zone rurale : – Antananarivo : 80% des cas(21/26) (Source Rabarijaona LP et al. Malaria j 2006) – Antananarivo : • OR = 1,36 (IC à 95% : [1,02 – 1,80]) (Source Domarle O et al. Malaria j 2006) – Abidjan : Atcd de séjour en zone rurale au cours des 3 derniers mois : • OR = 1,75 (IC à 95% : [1,25-2,45]) (Source SJ Wang et al –Malaria journal 2006)
  51. 51. CONCLUSION (1)paludisme en milieu urbain Plus faible transmission qu’en milieu rural
  52. 52. CONCLUSION (2)Paludisme en milieu urbain Mosaïque de profilsStratégie de prévention ciblée Cartographie des zones
  53. 53. CONCLUSION (3)Paludisme en milieu urbain Paludisme instable Formes graves Risque d’épidémie
  54. 54. CONCLUSION (4)Paludisme en milieu urbainPaludisme de demain ?
  55. 55. Merci pour votre attention

×