Le projet : Garki, historique et conséquences

316 vues

Publié le

Le projet : Garki, historique et conséquences - Présentation de la 3e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - FAYE Joseph - Institut Pasteur de Dakar - Sénégal - Gestion et analyse des données des cohortes de Dielmo et Ndiop - jfaye@pasteur.sn

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
316
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le projet : Garki, historique et conséquences

  1. 1. Le Projet Garki: Historique et conséquencesJoseph FAYE, UE, Institut Pasteur de Dakar SENEGAL
  2. 2. PLAN1/ Projets pilotes entrepris en Afrique tropicale avant le projet Garki.2/ Historique du projet Garki.3/ Objectifs du projet Garki.4/ Les différentes phases du projet Garki.5/ Conséquences immédiates et à long terme du projet Garki. • sur la lutte antipaludique • sur la planification de la lutte antipaludique
  3. 3. Projets pilotes entrepris en Afrique tropicale avant le projet Garki (1) Recommandations de la 1ère conférence du paludisme, Kampala 1950. Divers projet pilotes (pulvérisations intradomiciliaires d’insecticides àeffet rémanent, administrations massives de médicaments (A.M.M)) dansdifférentes situations épidémiologiques. Projet de Sokoto et de Kankiya (DDT et Diéldrine, Chloroquine etpyriméthamine) Ecarts considérables entre prévision du modèle et résultats terrain.
  4. 4. Historique du projet Garki. (1) Conclusions de la réunion d’un groupe consultatif à Genève enMai 1969: Un projet sur le terrain est un complément essentiel de l’actuelle politique d’amélioration des services sanitaires de base. Projet consacré essentiellement à des activités de recherche et d’observation. Construction de modèles mathématiques permettant d’identifier et de quantifier les facteurs jouant un rôle important dans la lutte antipaludique.
  5. 5. Historique du projet Garki.(suite) (1) Au vu de ces conclusions, a été organisé le projet Garki. Etude longitudinale pluridisciplinaire sur l’épidémiologie du paludisme et la lutte antipaludique dans une zone de savane soudanienne du Nigéria septentrional Initié par l’OMS et le gouvernement nigérian qui ont dépensé plus de 6 millions de dollars pour essayer d’éradiquer le paludisme dans 164 villages. (5) Février 1975 : un autre groupe consultatif pour recenser et analyserles résultats obtenus par le projet et délibérer sur la suite à luidonner.
  6. 6. Objectifs du projet Garki. (1) Mesure de l’effet des pulvérisations de propoxur seul ou associé àl’administration massive de médicaments (A.M.M) (Sulfalène et depyriméthamine) Etudier l’épidémiologie du paludisme dans les zones rurales de lasavane soudanienne de plaine. Mesurer les variations entomologiques,parasitologiques et sérologiques et en déterminer les relations. Construire et essayer un modèle mathématique pour établir un rapportentre les variables entomologiques et parasitologiques en particulierentre la capacité vectorielle et la prévalence de P. falciparum.
  7. 7. Les différentes phases du projet Garki. (2)Phase préparatoire, Septembre 1969 à Septembre 1970: Enquêtes entomologiques et Enquêtes parasitologiques préliminaires.Phase de référence, d’Octobre 1970 à Mars 1972: Collecte de données de référence dans les grappes de villages étudiés; Exécution des essais préliminaires d’insecticides et de médicaments.Phase d’intervention, d’Avril 1972 à Octobre 1973: Application des stratégies d’intervention; Poursuite de l’étude épidémiologique dans les grappes de villages traités et non traités.
  8. 8. (2) ZONE A1 ZONE A2ZONE B
  9. 9. Les différentes phases du projet Garki: Intervention (2)Zone Traitement Nb de Population Superficie Fréquence villages du TMMB Propoxur seul 104 32. 828 550A2 Propoxur + TMM 54 14. 129 350 10 Sem à faible fréquenceA1 Propoxur + TMM 6 1. 810 12 2 Sem / SP à haute 10 Sem fréquence /SSTMM = Traitement médicamenteux de masse SP = Saison des pluiesSem = Semaine SS = Saison sèche
  10. 10. Conséquences du projet Garki. (3)Conséquences immédiates sur la lutte antipaludique 1 Utilisation d’insecticides à effet rémanent Projets Effets sur la Causes de transmission l’échec Sokoto (1954- Ralentie mais Inconnues : 1964) non arrêtée hypothèses Garki (1969- Ralentie mais Connues : 1976) non arrêtée -niveau de transmission élevé -vecteurs partiellement exophiles
  11. 11. Conséquences du projet Garki.(suite) (3)Conséquences immédiates sur la lutte antipaludique 2 é é Projets Effets sur la Morbidité/Mortalité transmission Sokoto (1954- Ralentie mais ? 1964) non arrêtée Garki (1969- Ralentie mais Regression chez 1976) non arrêtée les enfants
  12. 12. Conséquences du projet Garki.(suite) (3)Conséquences à long terme sur la lutte antipaludique Dans l’avenir les pulvérisations à effet rémanent et A.M.M ne doivent pas être recommandées comme méthode de lutte antipaludique dans les zones rurales de savane soudanienne d’Afrique.
  13. 13. Conséquences du projet Garki.(suite) (3) Conséquences immédiates sur la planification de la lutteantipaludique Le modèle mathématique simulant assez fidèlement l’épidémiologie de P. falciparum peut calculer les conséquences parasitologiques de modifications déterminées de la capacité vectorielle, du traitement médicamenteux de masse. Grâce au projet le modèle a été mis à l’épreuve en comparant ses résultats aux observations faites sur le terrain.
  14. 14. Conséquences du projet Garki.(suite) (3) Conséquences à long terme sur la planification de la lutteantipaludique A l’avenir on peut grâce au modèle comparer les résultats de différents plans d’intervention. Le modèle peut servir d’instrument pour comprendre et enseigner l’épidémiologie du paludisme et pour planifier la lutte antipaludique.
  15. 15. Conclusions L’utilisation de médicaments et d’insecticides pourraitréduire l’incidence du paludisme à court terme mais n’était pasassez pour réaliser un succès à long terme. (5)
  16. 16. Bibliographie1- L. Molineaux et G. Gramiccia. Chapitre 1: Introduction. Genève, OMS, 1980. le22/03/2005.2- L. Molineaux et G. Gramiccia. Chapitre 2: Conception de l’étude et caractéristiquesde sa zone d’éxécution. Genève, OMS, 1980. le 22/03/20053- L. Molineaux et G. Gramiccia. Chapitre 11: Conclusions pratiques pour l’avenir de lalutte antipaludique. Genève, OMS, 1980. le 22/03/20054- John Luke Gallup, Jeffrey D. Sachs. The economic burden of malaria.Center forInternational Development at Harvard, October 1998. 21/03/2005.http://www.winterthurhealthforum.ch/PDF/economicburden.pdf5- Hamish Robertson. History of malaria. !"! #$ % !! & ! ! ! $ ( ( $
  17. 17. Merci de votre attention

×