LA CONTRIBUTION DE LA LUTTEANTI-LARVAIRE DANS LECONTRÔLE DU PALUDISMECheick Papa Oumar SANGARE MDMalaria Research and Trai...
Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou c...
LA CONTRIBUTION DE LA LUTTEANTI-LARVAIRE DANS LECONTRÔLE DU PALUDISMECheick Papa Oumar SANGARE MDMalaria Research and Trai...
PLANDéfinitionCycle biologique du moustiqueLes méthodes de lutteHistorique de la lutte anti larvaireLutte anti larvaireLes...
La lutte anti-larvaire seffectue au niveau des gîtes et consisteà détruire les larves ou empêcher quelles ne deviennent de...
2-Cycle de l’Anophèlehttp:// www.ilm.fr
Gites larvaires
LUTTE ANTI-LARVAIRE: son histoireet ses histoires1889, Ross définit et recommande les premières luttesanti-larvaires1939, ...
Les méthodes de lutteTrois catégories:1- la méthode physiqueL’aménagement de l’environnement: travaux de drainage, hygiène...
3-La Méthode biologique•La lutte biologique est plus élégante et présuméeplus respectueuse de l’environnement•N’est pas en...
Le contrôle du paludismeTrois composantesAttaquer leparasite dansl’organismeEliminerl’insectevecteurEmpêcher lecontact ent...
-Introduction desprédateurs-Insecticides microbiens-Agents attracteurs-Agents répulsifsInsecticidesModification del’enviro...
Lutte anti larvaireDiminution de latransmissionElimination dupaludismeLarvicidesLarvivoresSurveillanceentomologiquePartici...
En Tunisie……Avant éliminationAprès éliminationToujours présence du vecteur. Arrêt de la lutte anti vectorielle depuis quel...
A l’ile de la Réunion………Prédominance de la méthode chimiquewhqlibdoc.who.int/offset/WHO_OFFSET_1_(part1)_fre.pdf
TanzanieLutte Biologique: BacillusthuringiensisDar-es-salam (periurbain)Participation de la communautéRéduction discrète d...
InconvénientsApplicable dans les zones de paludisme instableGites: limités en nombre, facilement identifiables et facile d...
ConclusionElle implique une participation communautaireLa lutte anti vectorielle: un enjeu majeur de santé publiqueUn des ...
Bibliographie(1)-J. Louis and J. Albert, Le paludisme en République de Djibouti; stratégie de contrôle par la lutteantilar...
Bibliographie(2)-Yvonne Geissbuhler and all. Microbial Larvicide Application by a Large-Scale,Community-BasedProgram Reduc...
MERCI
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La contribution de la lutte anti-larvaire dans le contrôle du paludisme

1 167 vues

Publié le

La contribution de la lutte anti-larvaire dans le contrôle du paludisme - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Sangare Cheick Papa Oumar - Mali - Oumar@MRTCBKO.org

Publié dans : Santé & Médecine
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 167
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
33
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La contribution de la lutte anti-larvaire dans le contrôle du paludisme

  1. 1. LA CONTRIBUTION DE LA LUTTEANTI-LARVAIRE DANS LECONTRÔLE DU PALUDISMECheick Papa Oumar SANGARE MDMalaria Research and Training Center. MaliEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
  3. 3. LA CONTRIBUTION DE LA LUTTEANTI-LARVAIRE DANS LECONTRÔLE DU PALUDISMECheick Papa Oumar SANGARE MDMalaria Research and Training Center. MaliEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  4. 4. PLANDéfinitionCycle biologique du moustiqueLes méthodes de lutteHistorique de la lutte anti larvaireLutte anti larvaireLes résultats positifsConclusion
  5. 5. La lutte anti-larvaire seffectue au niveau des gîtes et consisteà détruire les larves ou empêcher quelles ne deviennent desadultes capables de transmettre la maladie.1- Définition
  6. 6. 2-Cycle de l’Anophèlehttp:// www.ilm.fr
  7. 7. Gites larvaires
  8. 8. LUTTE ANTI-LARVAIRE: son histoireet ses histoires1889, Ross définit et recommande les premières luttesanti-larvaires1939, découverte de la DDT, la guerre chimique contreles insectes a commencéSuccès: Etats-Unis, Brésil, Grèce, Corse, Italie, Asie…D’où lancement du programme mondial d’éradication dupaludisme ,19601962, Echecs à cause des« régions à problèmes »: zonesà paludisme stableF. Pagesa,*, E. Orlandi-Pradinesb, V. CorbelcVecteurs du paludisme :biologie, diversité,contrôle et protection individuelle. Médecine et maladie infectieuse 37(2007)153-161
  9. 9. Les méthodes de lutteTrois catégories:1- la méthode physiqueL’aménagement de l’environnement: travaux de drainage, hygiène péridomestique2-La lutte chimiqueTraitement des gites larvaires avec des insecticides chimiques:-Temephos1% ,G/L; commercialisé sous le nom de Abate ou LarvivoxDiflubenzuron 25 % (Dimex 25 WP ou Dimilin).
  10. 10. 3-La Méthode biologique•La lutte biologique est plus élégante et présuméeplus respectueuse de l’environnement•N’est pas encore bien maîtrisée•Nombreuses expériences positives, mais à petiteéchelleExemples : Poissons larvivores, Gambusia affinisBactérie Bacillus thuringensis israeli•Espoirs pour le paludisme, la dengue, l’encéphalitejaponaise
  11. 11. Le contrôle du paludismeTrois composantesAttaquer leparasite dansl’organismeEliminerl’insectevecteurEmpêcher lecontact entre lemoustique etl’hommeCOMPLEMENTAIRES
  12. 12. -Introduction desprédateurs-Insecticides microbiens-Agents attracteurs-Agents répulsifsInsecticidesModification del’environnement-Mesures sanitaires debase-Barrières mécaniquesbiologique ChimiqueenvironnementalContrôle intégréContrôle desvecteurs
  13. 13. Lutte anti larvaireDiminution de latransmissionElimination dupaludismeLarvicidesLarvivoresSurveillanceentomologiqueParticipation des villageoisStratégie du contrôle« horizontal »
  14. 14. En Tunisie……Avant éliminationAprès éliminationToujours présence du vecteur. Arrêt de la lutte anti vectorielle depuis quelques annéesPrédominance de la méthode physiqueCHADLI A. - Le paludisme en Tunisie : historique et état actuel. Bull. Soc. Pathol.Exot. 1985 ; 78 : 844-851.
  15. 15. A l’ile de la Réunion………Prédominance de la méthode chimiquewhqlibdoc.who.int/offset/WHO_OFFSET_1_(part1)_fre.pdf
  16. 16. TanzanieLutte Biologique: BacillusthuringiensisDar-es-salam (periurbain)Participation de la communautéRéduction discrète de laprévalence du paludismeYvonne Geissbuhler and all. Mars 2009 ( Plos one)Des études sont en cours en Somali et en Djibouti
  17. 17. InconvénientsApplicable dans les zones de paludisme instableGites: limités en nombre, facilement identifiables et facile d’accèsProblèmes posés par les insecticides chimiques de 1ère génération :•toxicité humaine•toxicité environnementaleLa lutte biologique a un impact mal connu sur l’environnement
  18. 18. ConclusionElle implique une participation communautaireLa lutte anti vectorielle: un enjeu majeur de santé publiqueUn des maillons de contrôle et d’élimination paludismePas pour concurrencer les autres moyens de lutte mais lescompléterLa lutte biologique doit être intégrée aux autres méthodesde lutte
  19. 19. Bibliographie(1)-J. Louis and J. Albert, Le paludisme en République de Djibouti; stratégie de contrôle par la lutteantilarvaire biologique par des poissons autochtones (Aphaenurus dispar) et toxines bactériennes,Med. Trop. 48 (1988), pp. 127–131-Alio I, Delfini M. Field trial on the impact of Oreichromis spiluris on malaria transmission in Somalia.WHO/MAL/85 10 13: 18 p-P.K. Mittal, Biolarvicides in vector control: challenges and prospects, J. Vector Borne Dis. 40 (2003),pp. 20–32-LA Lacey, BK Orr. The roleofbiologicalcontrol ofmosquitoesinintegrated vectorcontrol.AmJ TropMedHyg1994;50, suppl. 97-115.-B.Kay, VSNam. New strategy against Aedes aegyptiin Vietnam. Lancet2005;365:613-7.-CHADLI A. - Le paludisme en Tunisie : historique et état actuel. Bull. Soc. Pathol. Exot. 1985 ; 78 : 844-851.-F. Pagesa,*, E. Orlandi-Pradinesb, V. CorbelcVecteurs du paludisme :biologie, diversité, contrôle etprotection individuelle. Médecine et maladie infectieuse 37(2007)153-161-http:// www.ilm.fr
  20. 20. Bibliographie(2)-Yvonne Geissbuhler and all. Microbial Larvicide Application by a Large-Scale,Community-BasedProgram Reduces Malaria Infection Prevalence in Urban Dar Es Salam, Tanzania PLoS ONE 4(3):5107- Mars 2009-Contributions of Anopheles larval control to malaria suppression in tropical Africa: review ofachievements and potential Medical and Veterinary Entomology (2007) 21, 2–21
  21. 21. MERCI

×