Si nous savons tous que Réseau Ferré
de France est une grande entreprise,
combien d’entre nous sauraient
précisément en ex...
François Lamotte
W&Cie.
Directeur associé
pôle publicité.
« Nous accompa-
gnons la marque
Réseau Ferré de
France depuis 3 ...
ça bouge…
■ Nouvelle formule
Le Courrier Picard prépare sa mue.
Les lecteurs découvriront dans les
mois à venir
leur quoti...
Votre PQR à vous, c'est où ?
Je suis né près du Parc de la
Tête d’Or à Lyon et n’ai pas
attendu de grandir pour com-
mence...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter Impact n°28

276 vues

Publié le

<h3>Au sommaire :</h3>
La campagne RFF (Réseau Ferré de France) en PQR 66, le score d'impact de l'annonce EDF, la rubrique "Ça bouge..." en PQR et la PQR de Stéphane BERN.

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
276
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter Impact n°28

  1. 1. Si nous savons tous que Réseau Ferré de France est une grande entreprise, combien d’entre nous sauraient précisément en expliquer ses activités et sa problématique communication grand public ? Cette première prise de parole en PQR 66 nous apporte la réponse. Mais Christophe Piednoël nous en dit bien plus sur cette entreprise dont les activités, fondamentalement inscrites dans la proximité, relient autant les citoyens que les territoires. Réseau Ferré de France fait partie de ces grandes entreprises que l’on croit connaître et puis, quand il s’agit d’expliquer… Christophe Piednoël : Nous sommes en France habitués à la situation historique du “grand monopole” qui réunis- sait avec SNCF les deux activités complémentaires d’opérateur de transport et de gestionnaire de réseau ferroviaire. Réseau Ferré de France (RFF) est né en 1997 dans la fou- lée du mouvement européen d’ouverture à la concur- rence et dont le grand principe général exige (Directive Européenne) de séparer les transporteurs des gestion- naires d’infrastructures. La loi a décidé du nouveau modèle français. Pour son actif, RFF a “hérité” du réseau d’infrastructure ainsi que d’une partie du patrimoine foncier précédemment déte- nus par la SNCF. RFF possède ainsi le 2e patrimoine fon- cier de France après l’Armée. A son passif, RFF a pris dans ses comptes la dette de la SNCF (plus de 20 mil- liards d’euros en 1997), l’Etat ne pouvant porter cette charge (nous sommes à la veille de Maastricht). Aujourd’hui, avec l’Etat pour action- naire commun, SNCF et RFF agissent toutes deux en tant qu’EPIC* en l’ab- sence de liens juridiques entre elles, condition de l’impartialité vis-à-vis de tout autre opérateur étranger pré- sent, aujourd’hui ou demain, sur nos lignes. L’implication spontanée du grand public ne se porte-t-elle pas plutôt vers l’opérateur, en l’occurrence SNCF ? C. P. : En effet, les voyageurs ont du mal à comprendre et à dissocier les activités et apports respectifs des deux acteurs “gestionnaire de réseau” et “entreprise ferroviaire”. C’est pourquoi cette campagne se donne pour objectif premier de faire la pédagogie de ce qu’est RFF. Par des exemples types, nous expli- quons à grands traits comment notre activité de gestion- naire d’infrastructure ferroviaire apporte des réponses importantes et concrètes pour tous nos publics, y compris les “clients de nos clients”. Quelles sont nos missions ? “Fournisseur d’accès au transport de demain, RFF se veut un instrument exemplaire du développement durable” D’abord, gérer, rénover et moderniser le réseau existant, sachant que celui-ci en a grandement besoin. Ensuite, développer ce réseau, notamment avec le déve- loppement de lignes à grande vitesse (LGV). Enfin, valoriser l’accès à ce réseau, par la commercialisa- tion des droits d’accès (les sillons) aux différents opéra- teurs, dont la SNCF en premier lieu. RFF intervient ici en qualité de “fournisseur d’accès”, garant de l’équité entre les différents opérateurs ferroviaires concurrents. Ces missions s’inscrivent dans le contexte d’une politique massive d’investissement décidée dans le cadre du Grenelle de l’environnement. En encourageant et facili- tant le transport ferroviaire, RFF se veut un instrument exemplaire du développement durable, en répondant à des attentes tant sociales et citoyennes qu’économiques et écologiques. Nous devons pour cela répondre à la tri- ple exigence commerciale (accès à tous au réseau), tech- nique et industrielle (13 milliards d’ici 2015 pour la rénovation de l’outil de travail réseau), mais aussi écolo- gique, le train étant le mode de transport le moins consommateur de CO2. % Annonceur : EDF Dispositif PQR 66 : 3 x 1/2 page quadri Période : Août 2010 Responsable Annonceur : Anne Laure Meynial-Coumaros Agence conseil : Euro RSCG Responsable agence conseil : Guillaume Tallon Agence média : Havas Média Responsable agence média : Florence Destang LE SCORE 73 Stéphane Bern parle avec l’accent P4 strategieS & pqr Ça bouge… Les news de la Presse Quotidienne Régionale P3 L’origine de toute chose est locale NOVEMBRE 2010#28 Suite en page 2 Depuis 1997, fournisseur d’accès au réseau ferré.Christophe Piednoël Directeur des Relations extérieures et de la Communication RFF. Un très bon score pour cette campagne EDF, très largement supérieur aux scores habituellement observés pour une communication du secteur énergie Quelques chiffres • 30 000 kms de voies. C’est le réseau ferré Français, 2e d’Europe. Près d’un tour de la planète ! • 4 nouvelles lignes grande vitesse (LGV) auront été mises en service d’ici 2020. • Jamais la France n’a autant investi dans la rénovation depuis l’après-guerre : 2,8 milliards en 2008, 4 milliards d’euros en 2010. • RFF est passé de moins de 100 collaborateurs en 1997 à plus de 1 200 en 2010.
  2. 2. François Lamotte W&Cie. Directeur associé pôle publicité. « Nous accompa- gnons la marque Réseau Ferré de France depuis 3 ans et il s’agit d’une collaboration particulièrement pas- sionnante : créée il y a 10 ans, nous avons à faire à une jeune entreprise mais dotée d’un outil industriel d’exception et d’un réseau dense et maillé, auxquels chacun est atta- ché. Pour servir l’exigence de modernisation au service du déve- loppement durable, ce réseau doit évoluer, le tout sur fond d’ouverture du marché à la concurrence ! » « Dans un mar- ché du transport qui évolue de plus en plus vers un modèle multimodal, le ferroviaire est en train de redevenir LE moyen de transport moderne qu’il a été à son origine. Le réseau ferré est celui qui concilie le mieux les atten- tes des décennies à venir : mobilité, économie, écologie. Vous habitez Tours ? Il faut que tout soit simple, fluide et pratique pour rallier Bordeaux, Paris ou même Londres. Réseau Ferré de France est le “four- nisseur d’accès” à ce réseau. » « Le socle de notre travail repose sur le double contexte de la Loi Grenelle et du Contrat de perfor- mance signé avec l’Etat en 2008. La première phase a consisté à mettre en place tous les fondements de la marque. La refonte du logo puis, en cascade, le territoire graphique, la plateforme de marque, la présence Internet, la charte éditoriale et de messages… Nous démarrons désormais une seconde phase, RFF étant maintenant prête pour la publicité dans un contexte à la fois national et multi-local. » « Le client est désormais au centre de tout, RFF est une entreprise publique au service du public, qu’ils soient chargeurs et entreprises de fret, transporteurs et voyageurs finaux en bout de ligne. » « RFF entend assumer aujourd’hui son devoir de notoriété. Cette cam- pagne rend visi- ble les missions de RFF au quoti- dien. Pour cela, elle donne à voir le produit “réseau”, c’est à dire ses missions concrètes, visibles locale- ment. Pour cela la PQR était le média naturel. » « Nos publics sont à l’image du réseau ferré : extrêmement maillés ! Avec la puissance qu’on lui connait, le PQR 66 fait écho à la double logi- que géographique et sociologique qui nous intéresse. Sans avoir à segmenter ni cloisonner le propos, le discours général de la marque y est reçu et partagé par les leaders d’opinion, les décideurs locaux (qui parfois cofinancent les projets), le tissu économique et social, le consommateur final. » verbateam strategieS & pqr “RFF entend assumer son devoir de notoriété” Christian Dubost Midi-Pyrénées, Réseau Ferré de France. Directeur régional. « Les conseils régionaux, les col- lectivités territoria- les et l’Etat sont les partenaires naturels de Réseau Ferré de France. La Loi Grenelle donne une place encore plus importante au mode ferroviaire et renforce l’exi- gence de concertation, et plus lar- gement de dialogue suivi avec le public et les acteurs locaux. Cela correspond parfaitement à notre conception des choses : la coopéra- tion est l’une de valeurs clés de notre entreprise publique. » « Avec l’arrivée de nouveaux opérateurs, il sera de plus en plus nécessaire, pour l’utilisateur final du service de transport, de com- prendre qui fait quoi et d’être plei- nement inclus dans le dialogue. » « Nous sommes ici en contact avec une centaine d’entreprises ou zones d’activités qui sont physiquement “branchées” à notre réseau ferro- viaire. Nous travaillons en direct avec elles pour développer des solu- tions nouvelles et adapter ce service d’acheminement de leur fret à leurs spécificités. » « Ce volet PQR de notre campagne institutionnelle dans la presse est important pour notre notoriété et gratifiante pour tous les collabora- teurs. » « Ce qui nous intéresse avec la PQR, c’est ce qu’elle est ! Potentiellement nous travaillons aux mêmes finalités : la pédagogie sur les rôles respectifs des acteurs institutionnels, la mise en lumière et le suivi des phases projet, de concertation puis de réalisation. L’important plan de communication que nous développons actuellement dans Sud Ouest et La Dépêche du Midi pour le GPSO* s’inscrivent exactement dans cette finalité. » « Cette actualité exceptionnelle GPSO sera je l’espère un bel exem- ple du rôle que le quotidien régional peut jouer à nos côtés sur ces enjeux d’infor- mation et de pédagogie, avec cet effet loupe qui lui permet de traiter des différentes composantes du projet : tracés, dessertes d’ag- glomérations, etc. » « Lorsqu’un terrain n’est définitive- ment plus utile au ferroviaire, nous le cédons dans un souci de valorisa- tion, en privilégiant toujours l’intérêt général, dans le cadre de projets urbains. En 2010, les produits de tel- les cessions de terrains se sont éle- vés nationalement à 150 millions, ce qui finance le renouvellement de 150 km de réseau ferré… » *Le GPSO - Grand Projet Sud-ouest - réunit deux gros projets LGV en cours : Bordeaux- Toulouse et Bordeaux-Espagne. verbatIm Où en est-on aujourd’hui de la concurrence des opérateurs ferroviaires sur le territoire Français ? C. P. : Elle est effective sur l’activité FRET, pour laquelle 18 % de PDM revient actuellement à des opérateurs autres que SNCF. Une des annonces de la campagne traite de cette acti- vité particulière, sur le thème de la multi- modalité des transports qui, pour le Fret, est un axe stratégique de travail. Pour l’activité voyageurs, la concurrence est ouverte depuis janvier 2010 pour les trafics internationaux. Les choses vont se développer progressivement dans les années à venir. A terme, un panneau de gare ressemblera à un panneau d’aéroport : sur telle ligne à telle heure, je voyage “sur” SNCF ou “sur” Deutsch Bahn par exemple ! “Demain, un panneau de gare ressemblera à un panneau d’aéroport” Bien entendu, cette concurrence va prioritaire- ment s’installer sur des axes les plus fréquen- tés… Quant à la concurrence des trains régionaux (TER), elle ne viendra que dans un deuxième temps. Un lecteur… multimodal aussi Le lecteur PQR, impliqué dans la vie locale et la société, est souvent soucieux de l’environnement et des réponses aux attentes sociales. Il est aussi le client des services de transport de sa région, pour des petits trajets quotidiens comme pour des destinations élargies à l’Europe. Enfin, il est l’administré attaché à son cadre de vie et donc impliqué par la bonne valorisation de son patrimoine foncier local. En tant que gestionnaire d’infrastructure ferroviaire, quelle est la posture communica- tion de RFF vis-à-vis du grand public ? C. P. : Notre activité est fondamentalement une activité de proximité : nos métiers s’inscrivent au plus près du terrain, ils répondent à de for- tes attentes tant sociales que citoyennes, éco- nomiques qu’écologiques. L’importance et le nombre de sujets qui lient nos 12 Directions régionales au grand public font du dialogue et de la communication une mission à part entière de RFF. Nous nous devons d’expliquer ce que l’on fait, don- ner à partager nos projets et succès, donner sens et pers- pective, aussi, aux désagréments tem- poraires qu’occasion- nent des périodes de travaux par exemple… sachant que le sujet du train contient une forte charge affective. Avec cette campagne PQR 66, c’est la première fois que RFF communique réellement sur le grand public. Pourquoi ce choix de la presse régionale ? C. P. : Lorsqu’il s’agit par exemple d’informer localement de l’avancement d’un projet de Ligne à grande vitesse, d’un chantier de sécuri- sation ou de rénovation de voie qui va tempo- rairement perturber le trafic… quel média peut, mieux que le journal régional, concerner large- ment le public, ouvrir le dialogue, générer le débat et le faire vivre dans le temps ? Parallèlement au volet presse nationale de la campagne, la PQR nous permet d’intervenir là où le débat politique est porté et débattu entre l’administré et ses élus. Nous y sommes sur notre terrain d’action : au plus près de nos par- tenaires institutionnels naturels, de nos clients opérateurs d’aujourd’hui et de demain, et enfin de l’ensemble de nos bénéficiaires finaux indi- rects, entreprises et tous les clients du train. La presse régionale est aussi le bon média de masse pour nous faire entendre sur les trois volets qui, ensemble, résument notre vocation industrielle et de service : une mobilité optimisée, à moindre coût et en limitant l’émission de CO2. RFF va monter en puissance publicitaire, car il s’agit pour nous de répondre à une grande attente sociale… et durable. *Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial. En jargon RFF • NIMBY : Not In My Back Yard. Se dit d’un projet RFF pour lequel le citoyen et le consommateur sont aussi emballés que l’individu ne l’est pas… • NIMEY : Not In My Election Year. Se dit d’un projet local RFF pour lequel les nuisan- ces temporaires pour la population ne tombent pas très bien au regard du calendrier de l’Elu… “Ce qui nous intéresse avec la PQR, c’est ce qu’elle est !” Propos recueillis par Verbahuit. edechevigny@free.fr
  3. 3. ça bouge… ■ Nouvelle formule Le Courrier Picard prépare sa mue. Les lecteurs découvriront dans les mois à venir leur quotidien dans un nouveau format tabloïd, avec une nouvelle formule, et tout en quadri. Une campagne de lancement confiée à Nikita soutient ce projet. ■ Cap sur 2040 A l’occasion de son 40 000e numéro, l’Est Républicain s’est projeté sur les trente prochaines années à travers diverses analyses prospectives, pour tenter de deviner le monde de 2040. La presse quotidienne régionale se développe sur Twitter : 70 % des titres de presse quoti- dienne régionale et départementale sont présents sur le site de micro-blogging. Plus ou moins actifs, 7 quotidiens régionaux passent la barre des 1 000 follo- wers. Les plus actifs atteignent 2 557 pour la Voix du Nord et 2 317 pour Sud Ouest. ■ Lancement Midi Libre lance Midi Gourmand, un nouveau magazine consacré à l’actualité gastronomique des régions Languedoc/ Roussillon et Aveyron. Imprimé à 20 000 ex, le titre démarre avec 2 numéros par an accompagnés de hors séries thématiques. ■ Sur-couverture historique A l’occasion de son 20 000e numéro, la Nouvelle République a offert à ses lecteurs un numéro collector. L’édition du jour est insérée dans une sur-couverture et reprend quelques Unes ayant marqué l’histoire de notre pays, depuis le 1er septembre 1944. Par ailleurs, la dernière page reproduit le premier numéro de la NR. ■ Résultats d’Etudes Les résultats intermédiaires de l’étude EPIQ 2009/2010, réalisée par Audipresse, enregistrent une stabilité de l’audience du PQR 66 à 17 139 000 lecteurs LNM. Ils montrent également la très forte pénétration de la Presse Quotidienne Régionale dans sa globalité puisque chaque semaine, 31 148 000 personnes sont en contact avec une marque de PQR au travers de leurs éditions print et des sites web. Les résultats complets de l’étude sont disponibles sur pqr.org ■ Les Locaux-Moteurs Les régies Com Quotidiens et Quotidiens Associés ont lancé une étude inédite : Les locaux-Moteurs, influence et leadership en régions, dont les résultats ont été présentés lors d’une conférence de presse le 14 octobre. Cette nouvelle étude quanti/quali, orchestrée par l’institut Ipsos, a été menée auprès d’une cible novatrice et originale, les Locaux Moteurs, construite à partir de critères allant bien au-delà des seuls critères socio-économiques. L’ambition de cette étude est d’évaluer le rôle, le statut et la légiti- mité de la PQR en tant que relais d’influence auprès de ces leaders d’opinion en régions et de comparer ses atouts avec ceux des autres grands médias d’information. Contacts : Marylène Guérard, Com Quotidiens, 01 55 38 21 35. Laure Klotchkoff, Quotidiens Associés, 01 53 96 35 67. ■ Mon Journal offert L’opération “Mon Journal offert” destinée à faire découvrir aux jeunes de 18 à 24 ans la Presse Quotidienne Régionale est recon- duite pour cette nouvelle année scolaire 2010/2011. L’ensemble des titres de Presse Quotidienne Régionale et Départementale proposent 200 000 abonnements qui permettent à tout jeune de 18 à 24 ans de recevoir chez lui un jour par semaine, pendant 1 an, le quotidien régional de son choix. ■ Chaque mois, l’Alsace, en association avec le club vosgien, propose à ses lecteurs une balade dans les Vosges. Depuis l’été, le quotidien régional complète l’article papier par un volet internet multimédia. Les lecteurs sont invités à se rendre sur la page d’accueil du site lalsace.fr via un code barre pour accéder à toute une série d’informations complémentaires comme des indications historiques, photographiques et topographiques sur la randonnée proposée. ■ Régie Télévisions Locales La régie publicitaire des télévisions en régions (RTR) est désor- mais opérationnelle. 17 télévisions locales ou régionales rejoi- gnent le groupement permettant ainsi à toutes les grandes villes de France d’être représentées. L’objectif à 3 ans est de générer un volume de 10 millions d’euros de recettes publicitaires. ■ La Charente Libre a mis en ligne une nouvelle édition de son site www.charentelibre.fr avec géolocalisation des contenus et pages pour les communes du département. ■ Innovations pour Ouest France Le groupe veut lancer neuf nouvelles éditions papier en 2011, notamment dans la métropole rennaise, ce qui portera l’ensemble des éditions de 44 à 53. L’objectif est de proposer aux lecteurs un journal toujours plus proche. Par ailleurs, la publication sur Internet des annonces immobiliè- res ou automobiles est désormais gratuite pour les particuliers sur les sites ouestfrance-auto.com et ouestfrance-immo.com. En outre, il sera possible lors du dépôt de l’annonce gratuite sur le web de profiter de l’option de publication dans le journal Ouest France (à partir de 8 euros selon le nombre d’éditions et la durée de parution). Enfin, le quotidien lance la série Collections d’Arts en partenariat avec Arts magazine pour attirer ses lecteurs vers l’Art avec un fascicule à la fois détaillé mais accessible. La collection entend répondre à des questions simples sur un artiste et son œuvre. Le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale lance un kiosque iPad pour les Quotidiens Régionaux. Ainsi, les possesseurs d’iPad ont la possibilité d’acquérir l’édition du jour du quotidien régional de leur choix. Ils peuvent consulter gratuite- ment les Unes de la PQR, recher- cher un titre via une carte de France, acheter des éditions locales, et accéder aux chemins de fer des quotidiens pour se rendre directement à la rubrique souhaitée. Pour bénéficier de cette offre, il suffit de télécharger l’application - gratuite - Presse Régionale sur l’AppStore et de choisir ensuite son quotidien régional. Le lancement de ce nouveau kiosque bénéficie en outre d’un partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations qui offre, pendant un mois,jusqu’àfinnovembre,unquoti- dien de presse régionale au choix. Chaque lecteur peut ainsi bénéficier de son édition numérique gratuite- ment pendant 30 jours. Au-delà de cette période, tous les quotidiens seront disponibles au tarif unique de 0,79 centimes le numéro. Par ailleurs, La Voix du Nord qui va lancerd’iciàlafindel’annéeunenou- velle application iPad enrichie avec des fonctionnalités multimédias, va égalementproposeràseslecteursde participer à l’effort d’achat de la tablette à travers une offre de rem- boursement à hauteur de 150 €. ■ Toute la PQR sur l’Ipad
  4. 4. Votre PQR à vous, c'est où ? Je suis né près du Parc de la Tête d’Or à Lyon et n’ai pas attendu de grandir pour com- mencer mes journées en dévorant du papier ! Après le Progrès des temps bambins, j’ai découvert l’Est Républicain à Nancy, où nous nous étions installés, et le Républicain Lorrain pour nos passages réguliers au Luxembourg d’où est originaire ma mère. Plus tard, j’ai redécouvert plus en profondeur Le Progrès quand j’ai intégré l’EM Lyon. Une anecdote avec Le Progrès ? Tout jeune étudiant, j’avais monté “les Amis de la Maison de France”, une petite asso- ciation royaliste qui soutenait le comte de Paris. Un peu pro- vocateur déjà, j’envoyais des communiqués de presse au Progrès en précisant bien être étudiant à l’EM Lyon. Que, dans le journal, l’image de l’Ecole puisse être associée à la cause royaliste énervait prodigieusement le Directeur : “C’est qui ce mec de 20 ans qui non seulement fait des réunions publiques plutôt que d’être en cours et qui, en plus, donne de l’école une image pitoyable” ? Ce jeu du chat et de la souris me mettait en joie ! En tant que journaliste, quel regard portez-vous sur la PQR ? Mon émission “Le Fou du Roi” se pose une fois par mois dans une ville de France. C’est toujours un rendez-vous d’exception, tant avec les journalistes qu’avec leurs lecteurs. Quand je vois par exemple l’Opéra de Nancy enthousiaste et noir de monde, je me dis que la PQR fait mieux que son travail. Elle a non seulement su informer mais aussi concerner, faire venir, enthousiasmer et ensuite rendre compte de l’in- térieur avec des papiers de qualité, vrais et souvent d’une grande justesse. Il y a un accueil et une efficacité exclu- sifs à cette forme de presse qui a décidé de porter un regard bienveillant sur les gens et les événements cou- rants, sans jamais se pincer le nez devant quelque chose qui plait ou qui marche… Et puis, il y a une juste place qui est don- née au plaisir et à la futilité. Tout cela est très important à mon sens. Partout où nous passons avec mon équipe, c’est la séance rituelle du décou- page des articles qui dicte la meil- leure des conduites pour l’animation de l’émission ! Je suis amateur et reconnaissant de chacun des titres que je rencontre, même si Le Progrès reste mon titre chouchou, et même peut-être ma Madeleine de Proust ! Une pointe de nostalgie ? Pour nous qui vivons dans le rythme et les codes parisiens, ce n’est pas neutre si l’évocation de la PQR nous ramène à une certaine vision affective. C’est je pense l’ex- pression d’un manque, on a tous besoin d’être “PQRisés”. Il y a un an, j’ai eu un plaisir tout particulier à rencontrer les lecteurs au siège du Progrès. Evoquer ce journal, c’était immanqua- blement pour moi respirer les 1000 mots, senteurs, ima- ges et ambiances qui m’ont construit : La Croix Rousse, Caluire (où Jean Moulins a été arrêté), Chazay d’Azergue – là où ma famille s’est réfu- giée pendant la guerre… La PQR fait bien plus que parler de ses lecteurs, elle traite chaque jour de ce qui les constitue en profondeur, de ce qui jalonne et donne sens à leur vie réelle. Voilà com- ment chacun est amené un jour où l’autre à découper et garder un article qui l’a tou- ché, comme une trace pré- cieuse de son histoire. Un petit slogan pour finir ? Allez, juste un… “C’est arrivé près de chez vous”. Il n’y pas le fracas et le tumulte du monde d’un côté et une vie paisible fantasmée de l’autre. Qu’est-ce que cela veut dire ? La PQR ne met pas la poussière sous le tapis ; elle nous rappelle que tout arrive près de chez nous, tout nous concerne. C’est pour cela que la lecture d’un quoti- dien reste LA colonne verté- brale du citoyen… Propos recueillis par Verbahuit. Emmanuel de Chevigny. edechevigny@free.fr • Semaine de la Solidarité Internationale 13 au 21 novembre 2010 • Semaine de l’Emploi des Handicapés 15 au 21 novembre 2010 • Journée Internationale des Droits de l’Enfant 20 novembre 2010 • Semaine de la Réduction des Déchets 20 au 28 novembre 2010 • Noël 25 décembre 2010 • Jour de l’An 1er janvier 2011 …Toutes les dates sur demande à votre régie. Décembre 2009 Fêtes de fin d’année : Les Arts de la Table saisissent l’occasion des Fêtes de fin d’année pour communiquer sur leurs produits et rappeler que la vaisselle, c’est comme la mode, c’est bien quand ça change ! stabilo dates ma pqr a moi Stéphane Bern Journaliste, homme de radio et de télévision. Lui, c’est Lyon novembre 2009 13e Semaine de l’Emploi des Handicapés : A cette occasion, le Crédit Agricole communique sur l’engagement de ses caisses régionales de mener une politique volontariste de recrutement, d’intégration et de formation des collabo- rateurs handicapés. Décembre 2009 Noël : Sephora s’habille d’or et de paillettes pour les fêtes de Noël et propose toute une gamme de cadeaux entièrement “gold” ! CSAencollaborationavecVERBAHUIT. Avec sa nouvelle offre ACCESS EVENEMENT, PQR 66 propose à tous les annonceurs un tarif exceptionnel de 195 K€ net, s’ils communiquent en pleine page quadri sur une des dates référencées. Photo:MarcChaumeil en direct sur www.pqr.org Mesures d’audience et média marchés • Audipresse PREMIUM 2010. Les tout premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience de référence menée par Audipresse auprès des populations ACTIV (Décideurs Économiques) et EASY (Foyers à haut pouvoir d’achat). PQR 66 touche 2/3 de ces populations chaque semaine. • EPIQ 2009-2010. Les derniers chiffres d’audience du PQR 66, de la PQN, de la PQG et de la PHR (accès gratuit, réservé aux agences & annonceurs). Tendance à la stabilité pour PQR 66. • EPIQ 2007-2009 (cumul – 75 000 itw). Tous les chiffres d’audience et les cartographies associées de 40 titres et 19 groupes de PQR. Mesures d’audience sur cibles Décideurs • Les Décideurs de la Grande Distribution (Ipsos). • Les Décideurs des Collectivités Territoriales (Ipsos). Mesures de l’efficacité • Suivi Impact 66 : plus de 3000 post-tests d’impact (IFOP). Base enrichie chaque année (IREP : “la Persistance Mémorielle” ; IREP 2009 : “Efficacité court terme et long terme”). • PQR-PRO : post-tests d’impact (TNS Sofrès) sur la cible des décideurs en entreprise (IREP : “CAWI & décideurs”). • PQR-SCAN : post-tests sur les ventes, marchés tests (Consoscan, Marketing Scan…). Autres infos sur www.pqr.org Les Unes du jour chaque matin, les études, les standards d’impact, les tarifs, les diffusions, les événements, les contacts commerciaux, les créations... Accès libre & newsletter. Contactez directement votre régie : • Com> Quotidiens 01 55 38 21 17 • Quotidiens Associés 01 53 75 78 20 Pour tout contact avec la rédaction d’IMPACT PQR : 01 40 73 85 90 impact@spqr.fr Le Fou du Progrès

×