Lui promettre monts et merveilles.
Jeter le trouble dans son esprit. Feindre
l’indifférence. Placer quelques obstacles
sur...
marque Aubade soit bien identifiée sur son ter-
ritoire de concurrence qui est celui du haut de
gamme voire du luxe. Les f...
Les ventes sur internet en hausse de 25 % au 1er
semestre
Menée sur plus de 50 000 sites, l’étude de la Fevad montre une p...
Votre PQR à vous, c’est…
Un condensé de rencontres
formidables que j’ai eu récem-
ment, en accompagnant en
régions la sort...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter Impact n°24

236 vues

Publié le

<h3>Au sommaire :</h3>
La campagne Aubade en PQR 66, le score d'impact de l'annonce Joker, les Français et le e-commerce et la PQR de Jean-Michel Ribes.

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
236
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter Impact n°24

  1. 1. Lui promettre monts et merveilles. Jeter le trouble dans son esprit. Feindre l’indifférence. Placer quelques obstacles sur son chemin. Détourner la conversation. Simuler la timidité… La Saint-Valentin aura été pour Aubade l’occasion de “faire la leçon” pour la première fois aux lecteurs et lectrices de la PQR. Cours particulier avec Claire Masson, Directrice de la Marque. Ces silhouettes à pâlir nous délivrent de bien pertinentes “leçons de séduction”, mais il nous manque toujours le visage de la “prof” : qui est vraiment Aubade ? Claire Masson : Cette saga des “leçons Aubade”, qui date déjà de 1992, traduit la double culture produit et commu- nication qui caractérise tant l’entreprise que la marque Aubade. Développée par la famille Pasquier dans les années 50, Aubade a été rachetée en 2005 par Calida. Nous avons gardé cette âme de la PME originelle et ce goût de l’ate- lier de couture. Nous sommes une équipe à taille humaine qui réunit les talents complémentaires néces- saires à cette activité très spécifique et exigeante qu’est la lingerie fine. C’est un métier de passion et nous nous sentons toutes et tous les héritiers de ces années 50 où Aubade accompagnait déjà en pionnière la beauté des femmes sur ce terrain de la séduction et de l’audace raffinée. Moins ça se voit et mieux c’est ! Il faut se souvenir qu’à l’époque, avec des coloris nacre ou chair qui traduisaient le fait que “moins ça se voyait et mieux c’était”, le marché se plaçait sur la seule valeur fonctionnelle de la lingerie ! Première marque à assu- mer pleinement le produit en tant que tel, Aubade a très vite osé ce regard esthétique et complice sur la lingerie, celui du plaisir pour soi comme pour l’autre. Cette vision s’est traduite par une politique produit assumée, avec des coordonnés (…haut et bas pour les non initiés !), des imprimés fleuris ou de couleurs vives, donnant et révélant la lingerie. Impertinence, innovation produit, sensualité revendi- quée, avec un glamour complice teinté d’humour… notre création publicitaire a donc toujours été le reflet d’une audace créative directement issue de notre ADN ! Entre le “Haut les mains - Bas les mains” d’hier et les “Lui promettre monts et merveilles” ou autre “Lui révéler l’usage de ses sens”, ce ne sont tout de même pas les mêmes messages ! C. M. : Les messages ont su évoluer avec leur temps, les modes et les comportements sans jamais tomber dans la vulgarité. Un jeu de mot en rapport au produit ou parfois plus de décalage… L’enjeu pour nous est toujours d’amuser et de surprendre. Ainsi, pour son homme, la femme Aubade est tour à tour romantique, provocante, délicate, coquine, douce, discrète, audacieuse, complice et élégante… Elle est maîtresse de sa séduction, veut en jouer et la partager avec son homme, victime consentante ! Si cette saga parle et plaît si bien aux femmes autant qu’aux hommes – ce qui est le cas -, c’est du fait de son ton uni- que pour traiter à l’infinitif de ce jeu de séduction, expli- cite ou latent, qui les réunit ! Avec un prix moyen de 120 euros la parure, la leçon de séduction est affaire de luxe : comment votre activité fonctionne-t-elle ? C. M. : Notre marché couvre un très large spectre de motivations d’achat : la lingerie comme banal besoin fonctionnel à un extrême ; pour l’autre extrême, un accessoire de mode et de raffinement intime, au service d’une féminité à souligner et sublimer ! L’offre est à l’image de cette étendue avec un nombre considérable d’acteurs. Du savoir-faire des corsetiers aux marques de mass market Les marques haut de gamme, issues comme nous de la pure tradition corsetière, côtoient les nombreuses mar- ques de mass market qui poursuivent des stratégies prix/volumes (souvent de simples customisations de pro- duits existants). Le marché a beaucoup évolué ces der- nières années, avec l’arrivée aussi des marques de luxe et de créateurs qui créent leur propres lignes. Sans faire le même métier, nous sommes concurrents. Le premier enjeu d’image consiste donc à ce que la % Annonceur : Eckes Granini Joker Dispositif PQR 66 : 6 pages quadri Période : Du 8 au 24 août 2009 Responsable Annonceur : Céline Mathia Agence conseil : BETC Euro RSCG Responsable agence conseil : Bernard Buono Agence média : Carat Responsable agence média : Christopher Boyle Un excellent score pour cette première campagne d'un nouvel annonceur en PQR 66 LE SCORE 70 Jean-Michel Ribes parle avec l’accent P4 strategieS & pqr DOSSIER Les Français et les achats en ligne P3 Claire Masson Directrice de la Marque. L’origine de toute chose est locale OCTOBRE 2009#24 Suite en page 2 L’insoutenable légèretédu Quotidien
  2. 2. marque Aubade soit bien identifiée sur son ter- ritoire de concurrence qui est celui du haut de gamme voire du luxe. Les femmes savent que cela renvoie à de solides réalités produit : la double exigence pour une qualité tant fonction- nelle qu’esthétique et de raffinement, ce qui passe nécessairement par nos talents et savoir-faire très spécialisés de corsetiers et de création. Vous êtes Directrice de la Marque. Quelle est votre responsabilité ? C. M. : Mon rôle est de garantir et de développer l’image de la marque, et cela de la conception produit jusqu’au point de vente. Ainsi, je gère les équipes Création, Marketing et Retail (bou- tiques exclusives Aubade). En regroupant ces trois fonctions, nous intégrons dès le départ dans le processus créatif tous les aspects mar- keting, communication, implantation et mer- chandising. C’est un métier riche et fort passionnant lorsqu’on travaille pour une si belle marque. Pour la Saint-Valentin, vous avez choisi d’être présent en PQR 66. C’était une première fois. Alors ? C. M. : Compte tenu de notre activité et de notre communication, la Saint-Valentin est bien sûr une étape clé - en parfaite affinité avec notre image et notre vision du couple - qu’il ne s’agit pas de rater commercialement. En venant en PQR pour la première fois à l’occasion de l’événement “Happy Men’s Hours”, nous avons touché 18 millions de personnes tout en leur démontrant notre audace ! Après l’expérience presse quotidienne de 2008 avec deux pleines pages dans Les Echos, nous souhaitions gagner en appropriation et mieux col- ler à notre réseau de boutiques et de revendeurs multimarques, présents à 70 % en province. PQR 66 et street marketing : le tandem gagnant de l’efficacité Cette idée de venir en PQR 66 est venue de notre conseil médias qui nous a proposé une approche globale médias et hors médias. L’annonce PQR 66 était relayée par une action de street marketing. Aux abords de notre ving- taine de boutiques exclusives, des jeunes fem- mes invitaient les Valentins à ne pas se tromper pour leur Valentine, à faire le premier pas vers une parure Aubade ! Nous savions que le journal régional associé à ce type de relation conviviale et directe ferait très bon ménage. Les résultats le prouvent : cette jolie opération à la fois puissante et affini- taire a très bien rempli ses objectifs. Image audacieuse et efficacité commerciale. Propos recueillis par Verbahuit. edechevigny@free.fr Isabelle Couturier Leca. Responsable de Clientèle. Easy Carat. « Aubade profite d’une complicité tel- lement exceptionnelle qu’elle émerge naturellement. Il n’y a pas un média qui ne sollicite sa présence ! » « C’est une entreprise dotée d’une vraie dimension humaine, forte d’une équipe d’exception à laquelle je suis parti- culièrement attachée depuis 1997. Malgré un savoir-faire à la pointe de la mode et l’incroyable succès de cette saga publicitaire, Aubade est tout sauf une marque prétentieuse ! » «La marque étant très offerte par les hommes, choisir le rendez-vous stra- tégique de la Saint-Valentin pour une première expérience du mix PQR 66- Street marketing était audacieux. Cela illustre aussi la confiance dont j’ai la grande chance de bénéficier. » « L’idée PQR 66 est antérieure à cette campagne, mais il fallait faire mûrir les choses et notamment s’as- surer de l’irréprochable qualité de reproduction. Grâce aux liens privilé- giés que nous avons développés avec la régie, le Républicain Lorrain a accepté de faire un test d’impression préalable qui s’est avéré très concluant. La qualité de repro est de grande qualité quels que soient les titres. Après, ce n’était plus qu’une question de décision et Aubade a su foncer… » « … nous avons aussi pu exprimer aux éditeurs notre souhait d’être placés en dernière page. Beaucoup ont réussi à satisfaire cette demande. J’ai ressenti une implication partagée à parfaire l’efficacité de cette campa- gne qui laisse un excellent souvenir à tous… Pour moi, c’est une vraie première gérée main dans la main, dans la confiance et l’écoute qui caractérisent la marque. » « Cette belle page N&B en PQR, c’était quelque chose ! 70 % de VU- LU pour cette première présence, avec 74 % des lecteurs déclarant que la campagne leur donne envie d’acheter des produits Aubade. Ça fait du monde, non ? » « Stratégiquement, les arguments ne manquaient pas : image, statut et efficacité sur le trafic ; affinité et proximité, contacts de masse et indi- viduel ; travail sur les mentalités masculines… et tout cela au pied des boutiques pour les accueillir et les conseiller en temps réel ! » verbateam Dans le prolongement de la création de son site internet dédié au vin, terredevins.com, le groupe Sud Ouest lance le magazine bimestriel national “Terres de Vins du jeune lecteur dans la catégorie “Liberté de la presse” Le Télégramme a remporté, pour la troisième fois, le prix du meilleur quotidien dans le cadre du Grand Pr “Un journal gratuit dès 18 ans” permet à tout jeune de 18 à 24 ans de bénéficier d’un abonnement gratuit un jour par semaine au Quotidien Régional de son choix p du Dimanche pour Nice Matin et Var Matin avec un contenu plus étoffé et une seule édition par département La Voix du Nord, Nord Eclair et Nord Littoral passe femmes du Nord/Pas de Calais avec des rubriques mode, beauté, santé etc. L’Yonne Républicaine prépare une nouvelle formule et une nouvelle maquette tout qu pages chaque lundi et son supplément sur internet avec Café des Sports. Bénédicte Clavaud Responsable du réseau Retail « Localisée à La Rochelle, je sillonne la France pour visiter nos 30 points de vente exclusifs. Respect de l’image, de l’homogénéité des boutiques et des politiques de merchandising, qualité des vitrines et pertinence de la mise en avant des collections, etc. je suis la madame réseau d’Aubade ! » « Ces happy Men’s Hours ont généré un public très diversifié. Les habitués et aficionados de la marque côtoient des hommes qui franchissent le ma- gasin parfois pour une première fois, grâce à la légitimité que leur apporte l’événement. Marque très offerte, c’est une date double- ment stratégique : pour le chiffre ins- tantané et parce qu’elle draine des clients nouveaux parmi lesquels de potentiels fidèles. » « Cette campagne a eu de grosses retombées, c’est certain. Je pense que 70 % des hommes qui sont venus avaient vu la campagne dans le jour- nal. Elle a fait venir une clientèle nouvelle d’après les remontées de nos boutiques. » « Nous sommes plus que ravis. Il y a eu un effet de surprise évident avec un impact super fort. On ne regarde pas le journal comme une affiche, c’est différent. C’était comme un message nouveau, plus intime, comme une invitation per- sonnalisée, avec en plus un effet de bouche à oreille évident. Nous avons constaté que beaucoup de personnes venaient avec leur jour- nal sous le bras ! » « Nos conseillères à la vente sont des professionnelles étonnantes, capables de photographier en un coup d’œil une morphologie de femme pour recommander les col- lections les plus compatibles avec son bien aller propre, dans le bon modèle et dans la bonne taille ! Pour les hommes, elles ont un gros travail rela- tionnel, en s’adaptant à de multiples attitu- des : cela va du timide qu’il faut rassurer et mettre à l’aise jusqu’au client qui, au contraire, en fait trop sur les com- mentaires ambigus et autres plaisan- teries douteuses ! » « Il ne faut pas croire, il y a aussi beaucoup de femmes qui viennent pour choisir leur cadeau elles- mêmes ! » « Avec les hommes, la question du choix peut être cocasse. Certains sont très au point quand d’autres sortent un soutien gorge de leur mal- lette pour toute indication de taille ! Il y a par la suite pas mal d’échanges sur cette période masculine ! » strategieS & pqr verbatIm Des lecteurs sans dessus dessous “Beaucoup de personnes venaient avec leur journal sous le bras !” “Aubade est tout sauf une marque prétentieuse !” Casting & Confidences “Nous avons toujours privilégié les valeurs de proximité et d’esthétisme. Mais avec nos moyens.” Pour la saga des Leçons de Séduction Aubade, dont le concept est décliné par l’agence Carlin International, 4 photographes se sont succédés : Bernard Matussière, Hervé Bruhat, Hervé Lewis et actuellement Michel Perez. Quant aux mannequins sans visage, n’y cher- chez pas de stars ou autres égéries éphémè- res. Sélectionnées pour leurs courbes généreu- ses, vous avez même pu voir un jour sans le savoir une jolie ban- quière de passage… De la création à la prise de vue “Très exigeant, notre métier est à la fois créatif et éminemment technique : un soutien gorge, ce sont plus de 20 pièces de couture différentes !” - Phases de création, de style… entre le moment où le produit est imaginé par les stylistes et sa sortie effective, il se passe entre un an et demi et deux ans. - 2 saisons par an, 2 collections de 12 lignes qui viennent compléter les 4 à 5 lignes intemporelles (Asako ; Fleur de Pommier ou Bahia)... - Une ligne veut dire 4 à 5 formes différentes de soutien-gorge (de 85 A au 95 E et F), idem pour les bas, et avec parfois des pièces complémen- taires comme un serre taille, un porte jarretelle… Fan Club : des leçons qui font école “Même privées de visage, ces femmes de corps et d’esprit ne font pas que donner des leçons de séduction : clients ou simples observateurs avisés des campagnes, c’est à un véritable Fan Club auquel Aubade doit faire face !” - Entre 20 à 30 % des affiches de mobilier urbain subtilisées par cam- pagne. - Des centaines de lettres et poèmes spontanément envoyés au Siège d’Aubade… Activité dans l’activité, l’édition accède à la panoplie de communica- tion : calendriers, agendas, collector “couture” “Leçons de Séduction”… présents chez les plus grands libraires. Dernier événement en date et pas des moindres le 24 septembre dernier à Paris : un événement grand public pour dévoiler la 100e Leçon Aubade ! En savoir plus sur www.aubade.com çabouge… Le 24 septembre dernier, Aubade levait le voile sur cette 100e Leçon de Séduction. Un anniversaire en beauté et en conscience avec Sidaction.
  3. 3. Les ventes sur internet en hausse de 25 % au 1er semestre Menée sur plus de 50 000 sites, l’étude de la Fevad montre une progression de 25 % des ventes sur Internet sur les périodes comparées des premiers semestres 2008 et 2009. Par rapport au second semestre 2008, ces ventes s’affichent en hausse de 2,5 % alors que, dans le même temps, la consommation des ménages n’a progressé que de 0,5 % selon l’INSEE. Le commerce électronique progresse donc à un rythme 5 fois plus élevé que la consommation. Ces échanges en ligne sont estimés à 11,3 milliards d’euros pour le premier semestre 2009. La Fevad prévoit qu’avec un même rythme de croissance de 25 %, l’année devrait atteindre un CA de 25 milliards. Progression de l’offre… Cette croissance continue de profiter du très fort développement du nombre de sites : +28 % au cours du premier semestre 2009, soit 56 000 sites marchands contre 43 700 il y a un an. La multiplication des offres de produits et services en ligne s’est donc poursuivie après une année 2008 record. 60 000 sites marchands devraient ainsi être actifs d’ici la fin de l’année. Parmi ces nouveauxsitesfigurentaujourd’huidenombreusesenseignesdemagasinsphysiquesquiouvrent “pignon sur web”, participant ainsi au développement des ventes en ligne. … et progression de la demande Ces nouveaux sites répondent aux attentes d’une clientèle de plus en plus portée sur l’achat en ligne. Les derniers chiffres publiés par la Fevad et Médiamétrie (observatoire des usages Internet) pour le 2e trimestre 2009 montrent la résistance de l’achat en ligne face à la crise. Sur la période comparée 2008, alors que le nombre d’internautes augmente de 2 %, on observe une progression de 7 % des cyber-acheteurs. Au total, 22,5 millions de personnes ont déjà acheté en ligne, soit un Français sur deux environ. La fracture sociale et générationnelle s’estompe progressivement, avec des croissances venues de catégories hier peu enclines à l’achat en ligne : les 50 ans et plus (+25 %) représentent plus d’un quart des acheteurs en ligne ; les CSP- (+16 %) pèsent désormais pour 1/3 des acheteurs. Enfin, les femmes (+11 %) sont désormais plus nombreuses que les hommes en proportion à acheter en ligne. Les Français préfèrent les ventes entre particuliers Au 2e trimestre 2009, près de 7 internautes sur 10 (68,7 %) ont consulté, en moyenne chaque mois, au moins un des sites du Top 15 e-commerce. Au total, ce sont près de 24 millions d’internautes qui ont consulté un de ces sites au cours de cette période. Devant les mastodontes du commerce en ligne comme les 3 Suisses, Amazon ou la FNAC, on retrouve en tête du classement eBay et PriceMinister, les deux spécialistes de la vente d’occasion. C’est la preuve que les Français, pour dénicher le meilleur prix, sont prêts à se passer d’intermédiaires et des circuits habituels de distribution. À la recherche de l’information pertinente Ce classement traduit également un autre phénomène : la confiance accordée par les internautes aux avis de consommateurs et, par rebond, la défiance accrue à l’égard des acteurs “traditionnels”. Près de 50 % des internautes s’appuient désormais sur l’avis d’internautes, contre 25 % en 2005, selon une enquête menée par le CREDOC pour eBay en mars 2009. 21 % ont déjà écrit des messages ou participé à des “chats” sur ce sujet. 30% recommandent des sites donnant des informations sur des produits. Ces échanges ont un impact sur la consommation : perçue comme objective, cette information satisfait la quasi- totalité des internautes l’ayant recherchée. La collaboration et l’échange d’informations en ligne nourrissent ainsi un sentiment de confiance propice à la consommation. Internet donne du pouvoir aux consommateurs par rapport aux marques Ce nouveau modèle d’information cristallise la crise de légitimité que traversent les grandes marques. Entre 2005 et 2008, l’indice de confiance en la marque pour inciter à l’achat chute nettement de 65 % à 53 %. Pour un nombre croissant de clients, l’écart de prix entre les produits de grandes marques et les produits de marque distributeur n’apparaît plus aujourd’hui fondé sur un avantage clairement perçu. 70 % des personnes soumises à l’évaluation des prix de produits de grandes marques les considèrent comme injustes, soupçonnant de payer très cher des innovations sans grand intérêt. Longtemps seules à diffuser leurs informations produit, les marques se voient aujourd’hui concurrencées par les consommateurs eux-mêmes. Désormais, leur communication ne constitue plus qu’une source d’information parmi d’autres, soumise à caution, alors que celle provenant des internautes est valorisée. Internet transforme donc fondamentalement la relation que les consommateurs entretiennent avec les marques en rééquilibrant le rapport de force. Le développement de l’achat malin Installation de la crise, augmentation significative des prix… en 2008, les consommateurs ont porté une plus forte attention aux prix (+17 points vs 2007). En 2009, 48 % déclarent comparer plus que d’habitude les prix entre les commerces, contre 24 % en 2005. Le foisonnement des sites de e-commerce dédiés à la vente de produits low cost ou provenant de collections passées, tombe à pic. Couplé à l’usage croissant de comparateurs de prix, il permet aux consommateurs d’accéder, beaucoup plus facilement et régulièrement, à des produits à bas prix et en promotion. 79 % des internautes estiment que les achats qu’ils réalisent sur Internet leur permettent de faire des économies car ils comparent plus facilement les offres. Cette opinion a crû de 20 points en 4 ans. Pour en savoir plus : jpraffoux@spqr.fr s”, tiré à 70 000 exemplaires au prix de 5 euros Le Journal des Enfants (groupe l’Alsace) diffusé chaque semaine à 45 000 exemplaires, vient de remporter le Prix mondial rix des Médias CB News. Par ailleurs, le quotidien approfondit l’information micro-locale en développant systématiquement l’utilisation de la vidéo sur son site L’opération pendant 1 an La Provence poursuit sa politique de hors-séries avec un numéro consacré au 70e anniversaire de la déclaration de la guerre 1939/1945 Nouvelle édition ent au tout couleur et inaugurent une nouvelle maquette laissant plus de place à l’illustration. Par ailleurs, La Voix du Nord lance lavoixdunordaufeminin.fr, site dédié aux uadri Le Progrès lancera une nouvelle formule avec un format plus petit dans le courant de l’année 2010 Midi Libre lance un nouveau cahier sport hebdomadaire de 12 in situ marketing Le e-commerce ne connaît pas la criseSelon une étude publiée récemment par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les ventes sur Internet continuent de progresser malgré une conjoncture difficile, à la faveur notamment d’une démocratisation de l’achat en ligne, qui touche désormais un Français sur deux. Explications sur une croissance pas si paradoxale. Chiffre d’affaires e-commerce En milliards d’euros + 25 % en 2008 0 10 20 30 40 Nb d’internautes (en millions) Nb d’acheteurs en ligne (en millions) 24,6 T1 2005 T1 2006 T1 2007 T1 2008 T1 2009 11,5 14,5 17,9 21 21,7 26,8 29,7 31,9 33,1 Évolution de la demande 65,4 65,9 49,0 79,2 72,9 65,0 78,4 66,8 63,6 66,3 65,5 Hommes Femmes <25ans 25-34ans 35-49ans 50ansetplus CSP+ CSP- Retraités ParisetR.P. Province Moyenne : 65,6 % 2008 20,0 2007 16,0 2006 11,9 2005 8,7 2004 5,7 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 2004 9 300 2005 15 200 2006 23 900 2007 36 900 2008 48 650 2009 - 6 mois 56 000 Progression du nombre de sites marchands actifs Source : Fevad, bilan e-commerce 2008 - Panel ICE-PSP / Fevad Source : etude ICE, bilan e-commerce 2008/Fevad/KPMG Taux d’acheteurs par cible parmi la population internaute Source : Médiamétrie - Observatoire des usages internet - 1er trimestre 2009 Classement des sites e-commerce les plus visités Moyenne mensuelle du 2e trimestre 2009 Brands ou channel Visiteurs uniques 1 eBay 12 501 000 2 PriceMinister 10 002 000 3 3 Suisses 8 347 000 4 Amazon 7 877 000 5 La Redoute 7 519 000 6 Fnac 7 326 000 7 Cdiscount 7 281 000 8 Voyages-sncf.com 7 195 000 9 Vente-privee.com 5 875 000 10 Kiabi.com 5 056 000 11 Pixmania 4 982 000 12 Rueducommerce 4 917 000 13 Carrefour 4 851 000 14 Spartoo 3 897 000 15 Quelle.fr 3 724 000 Source : Médiamétrie/NetRatings - Tous lieux de connexion - Applications Internet exclues Droits réservés. 49 % des internautes ont acheté ou vendu via des sites mettant en relation des particuliers au cours des 6 derniers mois. Plus d’1 internaute sur 4 a effectué un achat sur un site web marchand étranger au cours des 6 derniers mois. 78 % des internautes ont consulté Internet avant de réaliser leurs achats (on ou off line). 96 % des acheteurs en ligne sont satisfaits de leurs achats. 89 euros : montant moyen d’une transaction en ligne. Le comportement des cyber-acheteurs Source : Baromètre Fevad - Médiamétrie / NetRatings - mai 2009.
  4. 4. Votre PQR à vous, c’est… Un condensé de rencontres formidables que j’ai eu récem- ment, en accompagnant en régions la sortie de mon film Musée Haut Musée Bas. J’ai été extrêmement frappé par la qualité des journalistes que j’y ai rencontrés. Aux DNA, notamment, c’était étonnant… à Bordeaux c’était magnifique, mais je ne peux pas tous les citer bien sûr. À chaque fois, un journalisme culturel pertinent et neuf, débarrassé du parisianisme blasé, à l’abri des petites hai- nes et autres coteries… Une main tendue au créateur, un vrai désir de communication, avec des questions et échan- ges qui sortaient vraiment de l’ordinaire, qui relevaient de la vraie curiosité, du rebond, de la cocasserie… Dans ce monde ambiant en mouvement, qu’est-ce que la PQR aurait de spécifique à défendre pour ses lecteurs ? J’aime bien cette définition qui dit que le journaliste est quelqu’un qui apprend que monsieur John est mort à quelqu’un qui ne sait pas qui est monsieur John… Parce qu’elle a la capacité à connaître les gens, en les reliant et faisant passer leur réalité au premier plan, la PQR nous montre et nous fait connaître ce fameux monsieur John. Quelqu’un d’unique ce monsieur John ; dommage qu’il soit mort. L’approche de l’humain per- met ainsi de trouver aussi importante Jacqueline que Madona, aussi passionnante la réunion du conseil munici- pal que le G20. Pourquoi le local serait forcément moins intéressant que le global ? Foires agricoles, vide-gre- niers, départ du Maire… La proximité n’engage pas forcé- ment un rapport de banalité et il y a un regard propre à avoir sur le micro-événement. Quand il est bien fait, on s’aperçoit que ce micro-scoop que l’on observe dans une ville ou un village est finale- ment très important. C’est Balzac, Flaubert… Il n’y a pas de “grande histoire” sans petite histoire et Madame Bovary était dans la PQR. N’y a-t-il pas ici un parallèle entre l’écriture PQR et vos Brèves de Comptoir ? Les “Brèves de comptoir”, ce n’est rien d’autre que d’aller plus loin dans l’écoute du quidam. C’est savoir se mettre sur la bonne fréquence pour entendre la singularité de son humanité à lui : “la campagne c’est bien parce que quand on sort on est dehors”. La capacité de rapproche- ment de la PQR lui permet de traiter l’information avec les bonnes fréquences d’écoute de l’humain. Sur le pont d’Avignon, tout le monde sait qu’on y danse, certes, et puis ? Non contrainte à la globalisation de l’information, la PQR offre ainsi de pouvoir regarder derrière le pont d’Avignon et d’y découvrir, peut être, une merveille de créativité ou de poésie. En nous invitant derrière le décor banal du cliché touristi- que, le journal local détient un dire de l’humain qui lui est propre. En cela, l’info y est plus forte et va plus loin que ce qu’on trouve analysé dans les journaux nationaux, contraints à la globalisation et donc à une forme de banali- sation de l’information. Si vous étiez face à un président de journal, que lui diriez-vous ? J’aime bien apprendre mais pas donner de leçon. Mais le re-lancement du Théâtre du Rond-Point, après deux ans de fermeture, m’a conforté dans une conviction que l’on pourrait partager : il faut faire comprendre aux gens que l’objet qu’on leur propose, s’il est certes “culturel et intelligent”, n’en est pas pour autant une “punition”… Il y a clairement à réinventer sur la question du désir et du plaisir. Un petit slogan pour la PQR ? Allez, juste un… Pourquoi mettre une étiquette ? J’essaierais justement de ne pas la réduire à un slogan, parce que je la vois comme la presse par nature riche de sa diversité, libre et qui échappe ainsi à la définition d’une presse sclérosée. En tout cas, je lui souhaite ça ! Propos recueillis par Verbahuit. Emmanuel de Chevigny. edechevigny@free.fr • Journée Internationale de la Tolérance 16 novembre 2009 • Journée Internationale des droits de l’Enfant 20 novembre 2009 • Hiver 21 décembre 2009 • Noël 24 décembre 2009 • Jour de l’An 1er janvier 2010 • Épiphanie 3 janvier 2010 …Toutes les dates sur demande à votre régie. 20 décembre 2008 : Noël Le CNC, en cette fin d’année, fait la promotion des huîtres puisqu’à Noël ou au jour de l’An, elles sont incontournables ! stabilo dates ma pqr a moi Jean-Michel Ribes Théâtre, cinéma, télévision… Auteur, réalisateur, metteur en scène… Directeur du Théâtre du Rond-Point depuis 2002. Lui, c’est en tournée 21 décembre 2008 : Hiver Henkel saisit l’occasion de communiquer le 21 décembre, jour de l’hiver, pour promouvoir son produit Mir Laine, avec la promesse d’un hiver plein de douceur. 22 décembre 2008 : Fête de Noël A l’occasion des Fêtes de fin d’année, Val’hor prend la parole pour rappeler qu’à chaque fête on peut offrir des fleurs. NDCEditingencollaborationavecVERBAHUIT,créditphotos:Gettyimages.fr. Avec sa nouvelle offre ACCESS EVENEMENT, PQR 66 propose à tous les annonceurs un tarif exceptionnel de 195 K€ net, s’ils communiquent en pleine page quadri sur une des dates référencées. Photo:MarcCHAUMEIL Brèves de tournée “Madame Bovary était dans la PQR” en direct sur www.pqr.org Mesures d’audience et média marchés • Audipresse PREMIUM 2009. Les tout premiers chiffres de la nouvelle étude d’audience de référence menée par Audipresse auprès des populations ACTIV (Décideurs Économiques) et EASY (Foyers à haut pouvoir d’achat). PQR 66 touche 2/3 de ces populations chaque semaine. • EPIQ 2008/2009. Les derniers chiffres d’audience du PQR 66, de la PQN, de la PQG et de la PHR (accès gratuit, réservé aux agences & annonceurs). Tendance à la stabilité pour PQR 66. • EPIQ 2006-2008 (cumul – 75 000 itw). Tous les chiffres d’audience et les cartographies associées de 40 titres et 19 groupes de PQR. Mesures d’audience sur cibles Décideurs • Les Décideurs de la Grande Distribution (Ipsos). • Les Décideurs des Collectivités Territoriales (Ipsos). Mesures de l’efficacité • Suivi Impact 66 : plus de 3000 post-tests d’impact (IFOP). Base enrichie chaque année (IREP : “la Persistance Mémorielle” ; IREP 2009 : “Efficacité court terme et long terme”). • PQR-PRO : post-tests d’impact (TNS Sofrès) sur la cible des décideurs en entreprise (IREP : “CAWI & décideurs”). • PQR-SCAN : post-tests sur les ventes, marchés tests (Consoscan, Marketing Scan…). Autres infos sur www.pqr.org Les Unes du jour chaque matin, les études, les standards d’impact, les tarifs, les diffusions, les événements, les contacts commerciaux, les créations... Accès libre & newsletter. Contactez directement votre régie : • Com> Quotidiens 01 55 38 21 00 • Quotidiens Associés 01 41 34 97 26 Pour tout contact avec la Rédaction d’IMPACT PQR : 01 40 73 85 90 impact@spqr.fr

×