SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  40
Télécharger pour lire hors ligne
Une région renommée,
Des destinations singulières,
Des villes plurielles
Juin 2017
les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique
DESTINATION(S) BRETAGNE :
B R E S T  B R E T A G N E
Directeurs de la publication : Benjamin
Grebot, Kim Lafleur, Philippe Leblanche,
Laurent Queffurus, Henri-Noël Ruiz
Auteurs : Christine Boissonnot,
Guillaume Cherel, Vincent Corre, Nadine
Le Hir, Jérôme Malle
Cartographie : Guillaume Cherel, Johan
Poquet
Mise en page : Guillaume Cherel, Coralie
Coué
LE TOURISME URBAIN, UN MAILLON CLÉ DE L’ATTRACTIVITÉ DE LA
BRETAGNE ET DE SES DESTINATIONS.................................................. 4
LES VILLES EN BRETAGNE - POIDS TOURISTIQUE, SINGULARITÉS
ET DYNAMIQUES....................................................................................... 6
Les villes, moteur de croissance de l’activité touristique dans une Bretagne dominée par le
tourisme littoral................................................................................................................... 6
Un patrimoine riche mais non différenciant.............................................................................. 9
La complémentarité ville /arrière-pays : un atout majeur de nos villes.................................... 11
Une notoriété à conforter................................................................................................... 12
La mer, un puissant facteur d’attractivité............................................................................. 13
Festivals : une programmation riche et des évènements à forte notoriété................................ 14
Rencontres professionnelles : des politiques ambitieuses sur un marché très concurrentiel... 14
Un tourisme urbain aux contours pluriels............................................................................ 15
Illustration des singularités de nos villes............................................................................ 16
DÉFINIR UN CONCEPT DE DESTINATION URBAINE SPÉCIFIQUE À LA
BRETAGNE : LE « BREIZH CITY BREAK ».............................................18
Un modèle de « tourisme urbain » à inventer en Bretagne qui mixe ville, mer et nature............ 18
Au cœur des grandes politiques de tourisme urbain, la régénération urbaine et la culture..... 19
Des villes plurielles qui doivent proposer un récit singulier, un parcours touristique original
ou une expérience atypique................................................................................................... 19
Le numérique : clé de l’attractivité, de la découverte et de la réputation des villes................ 20
Le défi citoyen : faire des habitants et des acteurs de la ville des ambassadeurs de la
destination.......................................................................................................................... 20
FOCUS PAR VILLE................................................................................... 21
BREST............................................................................................................................... 22
LORIENT............................................................................................................................ 24
QUIMPER.......................................................................................................................... 26
RENNES............................................................................................................................ 28
SAINT-BRIEUC.................................................................................................................. 30
SAINT-MALO..................................................................................................................... 32
VANNES............................................................................................................................. 34
SOURCES, CRÉDITS IMAGES ET MÉTHODE....................................... 36
LES VILLES DE L’ÉTUDE ET LEURS UNITÉS URBAINES.................... 38
SOMMAIRE
Les villes d’Europe sont des destinations touristiques en croissance et le lieu privilégié par les
visiteurs avant la mer et la montagne. Simple marché de niches dans les années 80, les city break
sont aujourd’hui l’un des produits touristiques les plus dynamiques portés particulièrement par l’essor
des TGV et lignes aériennes low-cost.
En France, et notamment en Bretagne, la majorité des séjours en ville est motivée par la visite à
des parents et amis. Mais cette motivation familiale et amicale n’est pas unique : les atouts culturels,
festifs et de shopping prennent une dimension croissante. Le tourisme culturel est ainsi en plein essor
et il concerne de nombreux primo-visiteurs.
Le contenu des courts séjours en ville se répartit « entre déambulations de découverte, avec (mais
parfois sans) visites de musées et monuments et participations à des spectacles ; le shopping tient
une grande place, ainsi que les arrêts dans les bars et restaurants. Tout se passe comme si le
touriste urbain partait de façon informelle à la rencontre du patrimoine, des habitants, des offres
commerciales, et s’organisait sa propre déambulation selon ses envies1
 ». Ces aménités sont aussi
des atouts sur lesquels reposent des destinations d’affaires.
Certes, en comparaison des métropoles européennes, les villes bretonnes n’ont pas la même « force
de frappe » mais elles disposent néanmoins d’atouts intéressants et distinctifs à faire valoir : une
région Bretagne connue et reconnue, des destinations touristiques de proximité mixant ville, littoral
et nature… et à partir de juillet 2017, l’arrivée de Bretagne Grande Vitesse qui va considérablement
raccourcir les temps de transport entre la Bretagne et l’Île-de-France, un des premiers marchés
émetteurs français pour le tourisme. Cette nouveauté va faire de la Bretagne une alternative
intéressante au littoral normand pour les courts séjours.
Le défi pour les villes bretonnes est d’imaginer un récit singulier et d’offrir une expérience particulière
aux visiteurs. Pour proposer des parcours touristiques sur un court séjour, elles pourront s’appuyer
sur les aménités naturelles et maritimes, le patrimoine architectural, les équipements, l’offre
commerciale… Malgré des atouts maritimes et naturels évidents, l’offre urbaine doit être « musclée »
et aller au-delà du patrimoine et d’une addition d’équipements touristiques.
Le tourisme urbain est ainsi un enjeu régional. Pour maintenir son attractivité touristique, rajeunir et
diversifier sa clientèle, la Bretagne doit disposer de villes ayant la capacité de renouveler une offre
touristique d’agrément mais aussi de capter le marché des rencontres professionnelles. À cet égard,
les agglomérations et leurs intercommunalités disposent d’une réelle opportunité avec la redéfinition
des compétences « développement touristique » entre villes et intercommunalités, qui induit la mise
en place de politiques cohérentes à l’échelle de leur destination.
Le tourisme urbain, un maillon clé de
l’attractivité de la Bretagne et de ses
destinations
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 20174
Le tourisme urbain concerne toute personne visitant une ville en dehors de
son environnement habituel à des fins de loisirs, d’affaires ou autres motifs. Le
visiteur recherche une dynamique de destination urbaine avec ses multiples
ressorts : le patrimoine, la culture, la vie sportive, l’architecture, les commerces, les
évènementiels…
Mais, à partir de quelle taille de ville peut-on parler de tourisme urbain ? Véritable
sujet de débat dans les travaux de recherche,cette question n’est pas tranchée.Le
choix réalisé dans la présente étude est de retenir les 7 villes bretonnes de plus de
45 000 habitants
La plupart des indicateurs sont présentés à l’échelle de l’unité urbaine (commune
ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu, sans coupure
de plus de 200 mètres entre deux constructions) ou de l’intercommunalité
1h
2h
3h
4h
5h
6h
Brest
Rennes
Nantes
Bordeaux
Limoges
Caen
Rouen
Lille
Nancy
Metz
Luxembourg
Bruxelles
Londres
Francfort
Munich
Zürich
Barcelone
Turin
Strasbourg
Lyon
Genève
Nice
Marseille
Montpellier
Toulouse
Valence
Toulon
Saint-
Nazaire
La Rochelle
Saint-Malo
Saint-Brieuc
Lorient
Quimper
Cherbourg
Le Havre
Amiens
Le Mans
Angers Tours
Orléans
Dunkerque
Charleville-
Mézières
Reims
Mulhouse
Besançon
Dijon
Avignon
Saint-
Etienne
Clermont-
Ferrand
Perpignan
Gap
Foix
Tarbes
Pau
Biarritz
Les Sables
d’Olonne
2017
2009
PARIS
PARIS
1h
2h
3h
4h
5h
6h
Brest
Rennes
Nantes
Bordeaux
Limoges
Caen
Rouen Lille
Nancy
Metz
Luxembourg
Bruxelles
Londres
Munich
Zürich
Barcelone
Turin
Lyon
Nice
Marseille
Montpellier
Toulouse
Valence
Toulon
Saint-
Nazaire
La Rochelle
Saint-Malo
Saint-Brieuc
Lorient
Quimper
Cherbourg Le Havre
Amiens
Le Mans
Angers Tours
Orléans
Dunkerque
Charleville-
Mézières
Reims
Mulhouse
Besançon
Dijon
Avignon
Saint-
Etienne
Clermont-
Ferrand
Perpignan
Gap
Foix
Tarbes
Pau
Biarritz
Les Sables
d’Olonne
Strasbourg
Genève
Francfort
Temps de parcours en TGV
depuis Paris en 2017
Zone accessible en moins d'une heure
Zone accessible en plus de 6 heures
Zone tampon d'une heure
Villes françaises
Ville bretonnes
Villes européennes
Réseau des agences d’urbanisme et de développement de Bretagne
Sources : SNCF, RFF, Audiar - 09.2010
Réalisation : Audiar, Quimper Cornouaille Développement
L'impact de l'arrivée de la Ligne à Grande Vitesse en Bretagne
Les temps d'accès en train depuis Paris en 2017 et 2009
Les villes, moteur de
croissance de l’activité
touristique dans une
Bretagne dominée par
le tourisme littoral
Avec 96 millions2
de nuitées en 2016, la
Bretagne est actuellement la quatrième
région touristique française. Elle est
surtout la première destination nationale
de tourisme balnéaire et est marquée par
une forte saisonnalité (54% des nuitées
en été). Sa façade maritime (2 700
kms de côtes, 42% du littoral français)
concentre 69% des nuitées.
La clientèle touristique « traditionnelle »
qui visite la Bretagne est constituée, pour
l’essentiel, de familles qui fréquentent
préférentiellement le littoral, au cours
de séjours d’une semaine lors des
vacances scolaires (printemps, été) et
qui privilégient les hébergements non
marchands, le camping ou les locations.
Le tourisme de courts séjours (deux à
quatre jours) s’est développé depuis
le début des années  2000. Il concerne
d’abord des couples qui résident à moins
de trois  heures de la Bretagne et qui
souhaitent passer un week-end en bord
de saison pour des activités de découverte
(nature, patrimoine, culture, gastronomie),
de promenade et de randonnée.
11,5 % des séjours touristiques dans
les villes d’Art et d’Histoire
La Bretagne, « région moins urbanisée
que la moyenne française3
 », n’est pas
identifiée naturellement comme une
destination de tourisme urbain. Pour
autant, l’étude Morgoat Tourisme4
a
montré que les neuf villes d’Art et d’Histoire
(Concarneau, Dinan, Dinard, Fougères,
Lorient, Quimper, Rennes, Vannes et
Vitré) représentent à elles seules 11,5 %
des séjours touristiques en région. Cette
clientèle est majoritairement constituée
de couples qui découvrent la Bretagne
pour la première fois (villes « portes
d’entrées ») à l’occasion d’un court séjour
(week-end, ponts), plutôt au printemps
ou en automne, avec une forte proportion
de clientèles étrangères (Anglais,
Belges, Nord-Américains, Espagnols,
Italiens). Ces primo-visiteurs séjournent
principalement en hébergements
marchands (près d’un tiers en hôtel) et
profitent de leur présence pour découvrir
plus largement la région.
Les villes bretonnes n’attirent pas les
touristes seulement pour la diversité et la
richesse de leur patrimoine architectural.
Elles tirent également profit de la qualité
de leurs pôles de services et équipements,
des accueils et activités qui y sont
développées tout au long de l’année et,
pour la majeure partie d’entre elles, de
leur situation littorale.
Près de 50 % des capacités hôtelières
régionales
Les sept principales unités urbaines
bretonnes représentent 28 % de la
population régionale mais concentrent
42 % des lits hôteliers, mode
d’hébergement privilégié des touristes
« urbains », notamment des touristes
d’affaires.
Certaines villes bretonnes se distinguent
par un parc d’hébergement relativement
mixte en lien avec la proximité du littoral :
les campings représentent 65 % des
lits touristiques pour Lorient, 32 % pour
Quimper, 24 % pour Saint-Malo. La
plupart des villes ont ainsi une auberge
de jeunesse, des résidences de tourisme
et des campings. Du point de vue du
nombre total d’hébergements, Rennes
est au premier plan, suivie de Saint-Malo
et Lorient.
Le taux d’occupation moyen des hôtels
dans les sept espaces urbains5
était de
57 % en 2015, supérieur de trois points aux
autres territoires bretons. Cette différence
Source : INSEE
Source : INSEE Bretagne, Réseau MORGOAT - Module hôtellerie
0 %
20 %
40 %
60 %
80 %
01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12
Taux d’occupation mensuel dans l’hôtellerie en 2016
Bretagne, hors espaces urbains Espaces urbains
mois
Capacités d’hébergement touristique en 2016
(en lits touristiques par unités urbaines)
Unités
urbaines
Hôtels Campings Villages
vacances
Résid.
tourisme
Auberge de
jeunesse
TOTAL
Brest 3 992 1 056 445 136 5 629
Lorient 1 792 4 572 580 100 7 044
Quimper 2 040 1 113 214 72 3 439
Rennes 8 074 474 2 828 99 11 475
St-Brieuc 2 154 552 120 2 826
St-Malo 5 466 2 355 198 1 399 285 9 703
Vannes 2 312 972 944 4 228
TOTAL 25 830 11 094 198 6 410 812 44 344
BRETAGNE 61 622 281 766 13 204 27 796 2 626 387 014
% BZH 42 % 4 % 1 % 23 % 31 % 11 %
Les villes en Bretagne - poids touristique,
singularités et dynamiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 20176
DESTINATION(S) BRETAGNE
s’explique par une forte activité touristique
d’agrément en bord de saison et par un
poids important du tourisme d’affaires hors-
saison. L’activité des hôtels urbains est plus
lissée sur l’année comparativement à celle
des hôtels de stations littorales, bien plus
saisonnière.
Le volume de nuitées progresse
fortement dans les villes
La fréquentation dans les hôtels urbains
a nettement progressé entre 2010 et
2015 (pour les sept unités urbaines de
l’étude  :  + 13 % en nombre de nuitées,
plus un point pour le taux d’occupation).
Les territoires de Rennes et Saint-Malo
dépassent chacun le million de nuitées en
2015 et représentent plus de la moitié des
nuitées hôtelières des espaces urbains
étudiés. La part de la clientèle étrangère
atteint en moyenne près de 16 %. Saint-
Malo se caractérise par une proportion
nettement plus forte (26 %) qui s’explique
par la présence de la gare maritime et des
liaisons avec la Grande-Bretagne et les
îles anglo-normandes.
51 % de clientèle d’affaires, mais des
différences selon les villes
Les hôtels des unités urbaines étudiées
sont de taille bien plus importante qu’en
moyenne régionale (40 chambres contre
28). Il s’agit pour l’essentiel de grands
hôtels de chaîne, souvent localisés en
périphérie des villes et qui accueillent
principalement des clientèles d’affaires
(une nuitée sur deux). Là encore, la
cité malouine se distingue puisqu’elle
héberge très majoritairement une clientèle
d’agrément. Pour autant, en volume
(200 000 nuitées d’affaires chaque
année), elle s’affirme comme la troisième
destination d’affaires en Bretagne.
Location entre particuliers et
économie collaborative : une
évaluation difficile
L’offre en location, plus difficile à
mesurer, est riche dans les espaces
urbains. En  2016, la part de marché
des hébergements proposés par des
particuliers, via des plateformes internet,
atteindrait 16 % des nuitées touristiques
en France selon l’Insee.
Que ce soit des locations et chambres
labellisées ou des pratiques issues de
l’économie collaborative et de partage, les
locations de chambres ou de logements,
le plus souvent par des particuliers, sont
devenues une solution simple d’usage. La
confiance s’appuie sur les avis, les profils
et la description des personnes et des
biens sur les plateformes de réservation.
AirBnB, emblématique de ce mouvement,
référence des logements majoritairement
danslesvilles,maisaussiprogressivement
dans les zones de vacances (stations
balnéaires, campagne, montagne…).
Ce phénomène, limitant l’intermédiation,
s’accélère en s’appuyant sur les outils
numériques. Selon l’observatoire AirBnB,
le nombre d’offres à Rennes est de 651 et
de 623 à Brest (octobre 2016).
Source : INSEE Bretagne,
Réseau MORGOAT - Module hôtellerie
0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %
St-Brieuc Agglomération
Baie d'Armor
St-Malo Agglomération
Golfe du Morbihan- Vannes
Agglomération
Lorient Agglomération
Quimper Communauté
Rennes Métropole
Brest Métropole
Nuitées hôtelières en 2016
Part affaires Part Agrément
DESTINATION(S) BRETAGNE
Le nombre de logements AirBnB semble
très lié à la taille de la ville, à son attractivité
(Bordeaux : 5 237 offres, Nantes : 1 785),
ainsi qu’à son rayonnement touristique
(Saint-Malo 3 000, La Rochelle : 1 796,
Tours : 638, Colmar : 528).
D’autres sites comme Couchsurfing
proposent un service d’hébergement
temporaire et gratuit, de personne à
personne. Ce type de services est une
pratique souvent urbaine, de même
que les greeters qui, bénévolement,
accueillent les touristes et organisent des
balades.
L’importance des villes
dans l’emploi touristique régional
Les sept agglomérations concentrent
19 700 emplois touristiques, soit 42,5 %
du total régional6
. 13,6 % de ces emplois
sont situés dans Rennes Métropole
et 6,6 % à Saint-Malo. Suivent les
agglomérations de Lorient (6,1 %), Brest
(6,0 %), Vannes (4,6 %), Quimper (2,9 %)
et Saint-Brieuc (2,7 %).
La diversité des fonctions remplies par les
villes (fonctions administratives, santé…)
ne permet pas à l’activité « tourisme »
de se démarquer : elle représente, selon
les villes, entre 3 et 13 % de l’emploi.
Cependant, cette part se situe à un assez
bon niveau par rapport à d’autres secteurs
économiques (en moyenne, le secteur de
la construction représente 6 % de l’emploi
des agglomérations).
Une croissance de l’emploi
concentrée à Rennes, Brest
et Saint-Malo
NB : Les commentaires qui suivent concernent
uniquement les emplois « 100 % touristiques » tels que
définis par l’INSEE (secteurs de l’hébergement et des
Offices de tourisme).
La croissance de l’emploi salarié 100  %
touristique a été de 2 % dans les
agglomérations, entre 2008 et 2014, à
comparer à l’évolution constatée hors de
ces agglomérations (-4,4 %) et à celle de
l’emploi salarié total (-1,4 %). Pour autant, les
différents pôles urbains ne sont pas animés
426
399
1 045
1 184
667
209
271
BREST
RENNES
VANNES
QUIMPERQUIMPER
LORIENT
SAINT-MALOSAINT-BRIEUC
LORIENT
VANNES
SAINT-MALO
RENNES
BREST
Une évolution inégale dans les villes des emplois « 100 % touristiques »
Sources : Acoss - Réalisation : Quimper Cornouaille Développement
Taux d'évolution annuel
entre 2008 et 2014
Nombre d’emplois 100 %
touristique en 2014
500
de -0,45 % à 0 %
de -0,47 % à -0,46 %
de 0,01 % à 0,87 %
Emplois dans les EPCI 2016 de Brest, Lorient, Quimper,
Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes
¯20 Km
Nombre d’emplois touristiques
INSEE en 2011
Source : INSEE n°24-juillet 2015 « Le tourisme emploie
57600 personnes en Bretagne » - EPCI 2013
St-BrieucAgglo.Baied'Armor
QuimperCommunauté
GolfeduMorbihan-VannesAgglo.
BrestMétropole
LorientAgglomération
St-MaloAgglomération
RennesMétropole
100020003000400050006000
0
DESTINATION(S) BRETAGNE
par les mêmes tendances. Positive à Brest
(+1,2 %), Rennes (+4,2 %) et à Saint-Malo
(+5,3 %), l’évolution de l’emploi salarié
« 100 % touristique » s’est avérée négative
pour les autres agglomérations (de -1 et
-2,8 %).
Un patrimoine riche mais
non différenciant
Les villes de Bretagne disposent d’un
socle porteur de valeur ajoutée en
termes de patrimoine, d’équipements et
d’évènements.
En 2014, la France comptait 181 villes
et Pays d’art et d’histoire, dont dix en
Bretagne. Parmi les agglomérations
étudiées, quatre sont d’ores et déjà
reconnues pour la qualité de leur
patrimoine architectural, historique et
culturel et ont obtenu le label « Ville
ou Pays d’art et d’histoire »   : Lorient,
Quimper, Rennes7
et Vannes. D’ici 2017-
2018, Brest et Saint-Brieuc ont pour
objectif d’obtenir également ce label,
Saint-Malo œuvrant à sa reconduction.
Ce label ne permet cependant pas de
singulariser les villes bretonnes des
autres destinations urbaines françaises.
Par ailleurs, aucune ville ne bénéficie
d’une inscription au patrimoine mondial
matériel de l’Unesco8
, marqueur d’excep-
tion qui joue un rôle d’accélérateur
de la fréquentation touristique. Des
sites peuvent cependant influer sur
l’attractivité de Saint-Malo et, dans une
moindre mesure, de Brest. ll s’agit du
Mont-Saint-Michel, situé à 47 kilomètres
de la cité malouine, et de la Tour Vauban
de Camaret-sur-Mer sur la presqu’île de
Crozon, un des douze sites appartenant
au réseau des sites majeurs Vauban
inscrit sur la liste du patrimoine mondial
de l’Unesco en 2008. Par ailleurs, toutes
les villes disposent de monuments
historiques classés ou inscrits, ainsi
que d’édifices labellisés au titre du
patrimoine du xxe
siècle.
0
20
40
60
80
100
120
140
Monuments historiques
classés et inscrits
Monuments historiques
inscrits
Monuments historiques
classés
Patrimoine du XXe
siècle9
Nombre de monuments historiques et édifices classés ou inscrits
patrimoine du XXe
siècle
Source : DRAC Bretagne - Conservation régionale des monuments historiques
19.11.2016 - Base Mérimée - Ministère de la Culture
Brest Lorient Quimper Rennes St-Brieuc St-Malo Vannes
BREST
RENNES
VANNES
QUIMPER
LORIENT
SAINT-
MALO
SAINT-
BRIEUC
326 661, Grand Aquarium
27 768, Musée d'histoire
et d'ethnographie
20 823, Fort national
11 685, Musée du Long
Cours - Cap Hornier
10 042, Mémorial 1939-1945
201 733, Espace des sciences (3)
73 413, Musée des beaux-arts
58 178, Comusée du pays de Rennes
52 608, Musée de Bretagne
26 693, Parlement de Bretagne
22 491, FRAC Bretagne
20 576, La Criée - Centre d'art cont.
Aquarium océanographique
et tropical*, 98 822
Jardin aux Papillons*, 39 112
La Cohue - Musée des
beaux-arts (1), 19 745
27 473, Musée
d’art et d’histoire
Musée des beaux-arts, 41 312
Musée départemental Breton, 71 306
Centre d'art le Quartier, 65 798
444 199, Océanopolis
71 113, Musée national de la Marine
24 752, Conservatoire botanique
national
23 452, Musée des beaux-arts
18 662, Centre Art Passerelle
15 406, Musée de la Tour Tanguy
12 744, Musée de la Fraise
(Plougastel-Daoulas)
70 222, Musée de la
Compagnie des Indes
71 306, Cité de la Voile (2)
65 798, Sous-marin Flore
Fréquentation des musées, centres d’art, centres scientifiques et parcs à thème en 2015
> 10 000 entrées dans les 7 principales villes bretonnes
Équipement scientifique et de loisirs
Musée, centre d'art et mémorial
* Données 2014
(1) La Cohue : le passage central et les entrées payantes totalisent
en 2015 une fréquentation de 139 070
(2) Cité de la Voile : le site a fermé du 15/10/2014 au 24/04/2015
(3) Nombre de visites
Sources : Insitutions 2015, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD 20 Km
¯
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
9
Peu de musées de plus de 100 000
entrées, mais des espaces culturels
qui évoluent
En dehors d’expositions temporaires
exceptionnelles, aucun musée breton
n’enregistre plus de 100 000 entrées
par an, Rennes étant la seule métropole
régionale française dans cette situation.
Lieux de culture et d’éducation, les
musées sont amenés à proposer
des stratégies de développement et
d’attractivité. L’organisation d’évènements
culturels est à cet égard un levier
déterminant à l’instar du Musée des
beaux-arts de Quimper et de l’exposition
« De Turner à Monet10
 » qui a généré
122 000 entrées sur cinq mois seulement
en  2011. Progressivement, le paysage
culturel évolue. Le développement de
fondations privées, telles que le Fonds
Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture
à Landerneau (25  kilomètres de Brest),
confirme le fait qu’un lieu touristique
majeur (140 000 visiteurs pour l’exposition
Giacometti en  2015, 160 000  visiteurs
pour Chagall en  2016) peut également
revendiquer un rôle de mission d’intérêt
général à caractère culturel. Tout l’enjeu
en matière touristique consiste à créer
une synergie avec les centres urbains
situés à proximité.
Le shopping touristique :
une composante inégale et discrète
Le shopping constitue une motivation
importante pour les clientèles touristiques
urbaines tant d’affaires que d’agrément, y
compris les croisiéristes, même si leurs
motivations premières se révèlent plutôt
être la culture et le patrimoine.
L’offre commerciale à vocation touris-
tique recouvre une grande diversité
d’enseignes : commerces de luxe, grands
magasins de centre-ville, marchés,
boutiques de souvenirs, concepts
stores... dont certaines agglomérations
de Bretagne s’avèrent mieux dotées que
d’autres. Rennes peut ainsi s’appuyer sur
son centre-ville, premier pôle commercial
de Bretagne par son chiffre d’affaires et
la diversité de son offre, sans compter le
marché des Lices parmi les plus réputés
de France. Saint-Malo se distingue avec
un centre intra-muros propice au « fun
shopping » (semaine et week-end)
avec des enseignes à l’aménagement
particulièrement soigné, de la décoration
intérieure et du marketing. À Brest, le
centre-ville conserve une part de marché
bien supérieure à la plupart des villes
bretonnes.
Enfin, malgré des taux de vacance de
locaux commerciaux en progression
ces dernières années dans les villes
moyennes en France, les centralités
commerciales des autres villes restent
très denses (de 6,5 commerces pour
1  000 habitants à Saint-Brieuc à 8,7
pour Vannes, 7,2 pour Lorient et 8,4
pour Quimper) avec des particularités
concernant Vannes et Quimper dont le
cœur marchand à l’opportunité d’être
animé en période dominicale grâce au
classement en « zone touristique ».
0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %
Quimper
Musée des beaux-arts
2015
Rennes
Espace des sciences
2015
Brest
Océanopolis
2014
Département
Bretagne
France
International
Attractivité des premiers équipements culturels et touristiques des villes
Sources : Institutions (selon données disponibles)
DESTINATION(S) BRETAGNE
La complémentarité
ville/arrière-pays :
un atout majeur de
nos villes
47 % des sites remarquables bretons
à moins de 30 minutes des villes
Le pouvoir d’attraction des villes bretonnes
est indissociable et souvent corrélé aux
ressources touristiques et patrimoniales
situées dans leur proche environnement.
47 % des « sites remarquables » bretons
et près de la moitié des 107 sites naturels,
patrimoniaux, emblématiques, insolites,
îles et presqu’îles recensés par le Comité
régional du tourisme sont situés à
25 kilomètres ou moins de 30 minutes des
villes qui constituent le champ d’étude.
Les villes de plus petite taille (hormis
Saint-Brieuc) comptent davantage de sites
touristiques emblématiques dans ce rayon
de 30 minutes (huit sites autour de Vannes,
Lorient et Quimper). Ils sont, à l’inverse,
plus rares autour de Rennes.
Cette offre de proximité, multiple et souvent
riche de nature et de patrimoine, est un
atout pour des agglomérations qui, à elles
seules, ne disposent pas des ressources
suffisantes pour s’inscrire sur la carte
nationale et internationale des destinations
urbaines pour des week-ends ou des
courts séjours. Hormis Rennes, chaque
ville, dans son rayon de 30 minutes ou de
25 kilomètres, peut compter au minimum
sur deux types de sites touristiques parmi
les six catégories répertoriées, les plus
fréquents étant les sites liés au patrimoine
(13 sites sur 50) ou à la nature (11 sites).
Saint-Malo fait figure d’exception et profite
d’une renommée internationale qui en fait
une destination touristique à part entière.
Pour les autres cités bretonnes, les
offres maritime, patrimoniale et urbaine
doivent être conjuguées à l’échelle de la
destination.
Ainsi, le positionnement des villes
étudiées, en tant que destination urbaine
à part entière, semble moins évident
(prédominance du tourisme littoral, taille
moyenne des villes). Pour attirer des
Diversité des sites touristiques situés
à 30 minutes de la ville centre
Source : CRT Bretagne 2016
Équipements
de loisirs/Musées
Sites
insolites
Îles &
presqu'îles
Sites
emblématiques
Nature
Patrimoine
Nombre de sites touristiques situés
à 30 minutes de la ville centre
Source : CRT Bretagne 2016
0
2
4
6
8
10
12
Rennes
St-Brieuc
Brest
St-Malo
Vannes
Lorient
Quimper
BREST
RENNES
VANNES
QUIMPER
LORIENT
SAINT-
MALO
SAINT-
BRIEUC
Type de site touristique
Zone accessible à moins de 30 minutes (route)
Zone tampon de 25 kilomètres
Sites touristiques en Bretagne
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Équipements de loisirs / Musées
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sources : CRT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Sites hors ville de Brest, Lorient, Quimper,
Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes
20 Km
¯
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
11
clientèles nouvelles (city breakers…), à fort
pouvoir d’achat et originaires par exemple
d’Ile-de-France, les villes bretonnes
doivent soit densifier considérablement
leur offre touristique, en adéquation avec
leur capacité financière, soit travailler en
bonne intelligence avec le littoral et les
sites « nature » et emblématiques proches.
Cela implique de rendre plus lisible les
liaisons entre les centres urbains et les
différents sites touristiques de proximité.
Par exemple, pour répondre à des city
breakers qui arriveront en juillet 2017 avec
la future LGV, le territoire doit pouvoir offrir
des modes de déplacement et intégrer
les mobilités durables, tout en mettant
l’accent sur l’information (offre, pratiques
intermodales possibles…).
Une notoriété à
conforter
Les villes représentent une porte d’entrée
de la Bretagne comme en atteste
leur niveau de notoriété (Cf. carte ci-
dessous). Sur le web, le constat est le
même. Selon Tripadvisor11
, les villes
sont les destinations les plus prisées de
Bretagne  : Rennes, Saint-Malo, Brest,
Vannes, Quimper et Lorient occupent
les premières places ; Saint-Brieuc est
en 11ème
position, devancée par Dinard,
Carnac et Concarneau. Les espaces
urbains devancent ainsi la plupart des
stations balnéaires et sites touristiques
emblématiques (Pointe-du-Raz…).
https://www.tripadvisor.fr/Tourism-
g187094-Brittany-Vacations.html
Pour autant, seule Saint-Malo bénéficie
d’une réelle popularité, la ville faisant
partie du « top 10 » des destinations
françaises les plus prisées.
Le numérique est devenu le principal
vecteur de promotion des destinations,
via divers outils (sites internet, réseaux
sociaux..), une politique éditoriale
construite et l’implication des citoyens
(avis, blogs, vidéos…). Car les acteurs
institutionnels ne sont plus les seuls à
construire la notoriété des destinations.
Les blogueurs, par exemple, sont actifs
pour informer, commenter et faire rayonner
la réputation des destinations sur internet.
Depuis 2015, le blog #MaCornouaille.bzh
regroupe des récits d’expériences
touristiques de la Destination Quimper
Cornouaille.Ce blog est un lieu de partage
des bons plans des Cornouaillais et donc
des Quimpérois. Il se positionne comme
une façon moins institutionnelle de mettre
en scène, en récit, les offres touristiques
du territoire.
QUIMPERQUIMPER
BRESTBREST
MORLAIXMORLAIX
CONCARNEAUCONCARNEAU
QUIMPERLÉQUIMPERLÉ
GUINGAMPGUINGAMP
DINARDDINARD
DINANDINAN
BELLE-ILE-EN-MERBELLE-ÎLE-EN-MER
QUIBERONQUIBERON
LA TRINITÉ-SUR-MERLA TRINITÉ-SUR-MER
CARNACCARNAC
RENNESRENNES
VANNESVANNES
LORIENTLORIENT
SAINT-
MALO
SAINT-
MALO
SAINT-
BRIEUC
SAINT-
BRIEUC
Niveau de notoriété supérieur à 80 %
Notoriété des villes de Bretagne
Sources : TOLUNA/Pôle observatoire CRT Bretagne, Enquête réalisée en 10/2011 - Réalisation : Quimper Cornouaille Développement
¯20 Km
Enquête relative à la connaissance des
Français sur la Bretagne et ses
destinations, réalisée auprès de 3 000
internautes en 2011. Les internautes
étaient amenés à se prononcer sur les
lieux connus, ne serait-ce que de nom.
Sur la carte, sont représentées les villes
connues par 80 % à 100 % des enquêtés.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201712
DESTINATION(S) BRETAGNE
La mer, un puissant
facteur d’attractivité
Le caractère maritime de la Bretagne a
naturellement influencé les thématiques
à l’origine des « grands équipements »
ludiques et touristiques, les évènements,
les parcours urbains…
Océanopolis à  Brest, consacré aux
océans, est l’un des plus importants
centres français de culture scientifique,
technique et industrielle (CCSTI). Avec
le Grand Aquarium de Saint-Malo, le
parc à thème brestois est l’un des dix
aquariums les plus fréquentés au niveau
national. À cela s’ajoutent l’Aquarium de
Vannes et la Cité de la voile Éric Tabarly
à Lorient dédiée à la voile et la course
au large. Citons encore les Musées de la
Marine à Brest et de la Compagnie des
Indes à Port-Louis (agglomération de
Lorient), les autres musées maritimes,
localisés à Saint-Malo, bénéficiant d’une
fréquentation plus confidentielle. Mais, la
ville de Saint-Malo ambitionne de créer
un musée d’histoire maritime à l’horizon
2022, représentant un investissement de
30 millions d’euros.
L’océan est le théâtre de grands
évènements sportifs : Volvo Ocean Race
à Lorient avec une édition 2012 ayant
rassemblé près de 250 000 visiteurs et
généré 22,6 millions d’€ de retombées
économiques ; Brest, port des records,
avec le départ et l’arrivée de courses
comme le Trophée Jules Verne ou le
Tour du Monde à la Voile.... À Saint-
Malo, l’édition 2014 de la Route du Rhum
a eu un véritable impact touristique.
472 000 excursions à la journée à Saint-
Malo ont été comptabilisées pendant les
dix jours de l’évènement, en provenance
principalement de l’ouest, de même que
227 000  nuitées touristiques en Ille-et-
Vilaine, dont 70 % dans un rayon de
20 kilomètres12
.
Les fêtes et rassemblements, tels que
la Semaine du Golfe à Vannes ou les
Fêtes maritimes de Brest, le Festival
interceltique de Lorient, le festival de
Cornouaille à Quimper font aussi partie
de l’ADN des villes.
De même, les ports de plaisance
et fluviaux constituent un facteur
de développement économique et
touristique. Après la Provence-Alpes-
Côtes-d’Azur, la Bretagne est la région
qui compte le plus grand nombre
d’emplacements : 43 800 places en 2015
dans les 114 ports littoraux bretons, soit
23 % des emplacements nationaux. Les
septprincipalesagglomérationsbretonnes
concentrent un tiers des emplacements
(ports de plaisance en situation de
cœur d’agglomération ou d’estuaire).
Un grand nombre d’équipements et de
services sont directement liés à ces
activités portuaires avec des retombées
économiques multiples13
.
Le tourisme fluvial, quant à lui, se structure
autour de trois grands parcours de plus
de 675 kilomètres de voies navigables. Il
constitue une valeur touristique d’appoint
pour Saint-Malo, Rennes et Lorient.
Enfin, la mer est également au cœur des
balades urbaines, avec des points de
vue et des paysages, un accès facilité
aux plages ainsi qu’à certaines iles, qui
séduisent les touristes. Le spectacle des
grandes marées à Saint-Malo, avec les
vagues qui viennent s’échouer sur la
digue du sillon, illustre la puissance de
cette attractivité.
NC
BREST
RENNES
VANNES
QUIMPER
LORIENT
SAINT-
MALO
SAINT-
BRIEUC
712 000, Brest 2016
47 000, Festival Européen
du Film Court
20 000, Astropolis
Fêtes d’Arvor, 175 000
Fêtes Historiques, 130 000
Semaine du Golfe du Morbihan, NC
Festival Interceltique, 750 000
Volvo Ocean Race 2015, 155 000
Festival de Cornouaille, 200 000
150 000, Les Tombées de la Nuit
60 000, Trans Musicales
55 000, Les Arts du Feu
53 000, Les Ateliers de
Rennes 2014
35 000, Mythos
35 000, Travelling
1 à 2 000 000, La Route du
Rhum 2014
60 000, Étonnants voyageurs
32 000, Quai des Bulles
25 000, Folklore du Monde
24 900, La Route du Rock
Art Rock, 75 000
Coupe Florio, 60 000
Les Nocturnes, 15 000
Principaux festivals et manifestations en bretagne (7 principales villes)
Non exhaustif - offre urbaine dans les sept principales villes bretonnes
Évènements 2015 - Chiffres non-communiqués
Évènements 2015
Évènements tous les 2 ou 4 ans
200 000
100 000
20 000
Sources : festivals et de la presse régionale, synthèse CRT Bretagne, Agences d’urbanisme de Bretagne,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Fréquentation
20 Km
¯
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
13
Festivals :
une programmation
riche et des évènements
à forte notoriété
Davantage encore que les équipements,
c’est bien l’organisation de grands
évènements qui distingue la Bretagne de
la plupart des autres régions françaises.
La mer n’est pas l’unique facteur
d’attractivité touristique et culturelle.
Chaque année, l’identité bretonne et
celtique est très largement mise en valeur
à travers trois festivals urbains parmi les
plus fréquentés de France : le Festival
interceltique à Lorient et de Cornouaille à
Quimper, les Fêtes historiques à Vannes.
Les musiques actuelles sont également
bien présentes dans nos villes avec une
notoriété nationale, voire internationale
pour certaines manifestations : les Trans
Musicales à Rennes, La Route du Rock
à Saint-Malo, Art Rock à Saint-Brieuc,
Astropolis à Brest, les Indisciplinées à
Lorient, le festival de Jazz à Vannes.
Le cinéma, les arts de la rue, le livre,
l’art contemporain complètent ce
foisonnement d’évènements.
Rennes se démarque par un agenda
culturel rythmé par les festivals. Si
contrairement aux principales villes
bretonnes, la capitale régionale peut
difficilement jouer la carte maritime, sa
taille,sonstatutetsespolitiquesculturelles
génèrent une offre d’évènements tout au
long de l’année dont quelques festivals
de renommée internationale à l’instar des
Trans Musicales (musiques actuelles),
de Mettre en Scène (théâtre et danse),
mais également d’une pléthore de
manifestations plus intimistes. L’écueil de
ce rythme dense est d’être davantage un
atout pour les résidents de la métropole
que pour les touristes.
Rencontres
professionnelles : des
politiques ambitieuses
sur un marché très
concurrentiel
Pour trouver leur place sur un marché
international où la concurrence est
vive, les villes françaises se dotent
d’équipements d’accueil de rencontres
professionnelles.
L’offre en direction des entreprises ne
cesse en effet de se développer et de
se diversifier : des équipements toujours
plus technologiques, confortables et
polyvalents (MICE - meetings, incentives,
conferences et exhibitions -, spectacles,
expositions, salons…), des bâtiments
« totem »signésparfoispardesarchitectes
de renom et construits sur des sites et
dans un environnement exceptionnels…
Autrement dit, la qualité, le « charme et
Centre des congrès
Équipement dédié
Centre des congrès
Équipement mixte Congrès
Culture
Parc expo
Grande salle multifonctions
Accueil de rencontres
professionelles
Rennes
COUVENT DES JACOBINS
Ouverture : 2018
1 200 et 400 places
25 salles de commission
LE TRIANGLE
Inauguration : 1985
619 places
PARC DES EXPOSITIONS DE
RENNES
Inauguration : 1963
Rénovation : 1972
54 000 m² couverts
11 halls
(Musikhall 4 000 places assises)
« ARÉNA »
Étude de préfiguration : 2017
(jauges, fonctionnalités, attentes
du marché)
St-Malo
LE GRAND LARGE
Inauguration : 1984
Rénovation : 2018
1 030 places + 2 rotondes de 350
et 400 places
8 salles de commission
LE QUAI DE SAINT-MALO
Rénovation : 2014
2 400 m² couverts
3 halls
St-Brieuc
PALAIS DES CONGRÈS ET DES EXPOSITIONS DE LA BAIE DE SAINT-BRIEUC
1 200 et 390 places
11 salles de commission
17 891 m² couvert
6 halls
Auditorium
1 200 et 390 places
Brest
LE QUARTZ
Inauguration : 1988
Rénovation : d’ici 2020
3 500 m² couverts
1 500 et 320 places
BREST EXPO
Restructuration : 1992
16 748 m² couverts
2 halls
BREST ARENA
Inauguration : 2014
700 à 3 820 places assises
3 salles de commission
Quimper
CHAPEAU ROUGE
Inauguration : 2017
390 places
5 salles de commission
PARC DES EXPOSITIONS DE QUIMPER-CORNOUAILLE
Inauguration : 2016
6 500 m² couverts
2 halls (dont Le Pavillon)
LE PAVILLON
939 places assises
Lorient
PALAIS DES CONGRÈS
Inauguration : 1968
Rénovation : 2015
800 places
7 salles de commission
PARC DES EXPOSITIONS DU PAYS DE LORIENT
Inauguration : 1988
11 800 m²
4 halls
HALL 2
5 000 places assises
Vannes
PALAIS DES ARTS ET DES
CONGRÈS
Inauguration : 1971
850 et 314 places
7 salles de commission
PARC DES EXPOSITIONS CHORUS
Inauguration : 1992
5 500 m² couverts
2 halls
HALL A
4 000 places assises
Sources : Institutions - Agences
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201714
DESTINATION(S) BRETAGNE
la séduction font leur entrée dans ces
lieux quand autrefois seules comptaient
la configuration générale, la taille et
la fonctionnalité des sites. Cela se fait
cependant à des coûts d’investissement
de plus en plus astronomiques14
 ». Pour
les salons, des métropoles se dotent
également d’équipements de standard
européen (Toulouse, Strasbourg…).
Misant sur l’arrivée de la LGV mi-
2017 et en s’appuyant sur le tissu
économique et scientifique, les villes
bretonnes ambitionnent aussi de
développer l’accueil des congrès.
Cette politique se traduit par des
investissements, que ce soit par la
rénovation ou par la création de centres
de congrès dans les centres-villes
(Chapeau Rouge à Quimper, Couvent
des Jacobins à Rennes). Le parc hôtelier
en profite pour se moderniser et se
renforcer, particulièrement autour des
gares réaménagées. La gouvernance est
parfois réinterrogée  : plusieurs villes ont
créé des bureaux de congrès, comme
Saint-Brieuc, Rennes ou Quimper,
l’objectif étant de professionnaliser
l’accueil avec un interlocuteur unique et
de renforcer la commercialisation.
Et force est de constater que ces
évolutions en termes d’accueil, de
services, d’équipements et de capacités
hôtelières, sont indispensables pour
répondre au niveau d’exigences des
organisateurs de congrès.
Un tourisme urbain
aux contours pluriels
Il est difficile de définir un profil moyen
de fréquentation touristique des villes
bretonnes, tant les clientèles qui y
séjournent sont diverses et leur poids
varient selon les atouts et spécificités de
chacune des villes. Ainsi, on y retrouve
des clientèles séjournant pour des raisons
professionnelles (congrès, colloques,
séminaires, simples déplacements de
travail…) ou par la seule volonté de
découvrir la ville et ses attraits urbains,
voire simplement vivre un moment fort
(festival, évènement culturel ou sportif...).
La ville peut également représenter une
porte d’entrée ou un point de passage au
sein d’une destination plus large. C’est
en tout cas ce qui ressort des études du
Comité régional du tourisme de Bretagne
qui tendent à démontrer que les espaces
urbains ne constituent pas des espaces
de séjours privilégiés, mais sont souvent
associés au littoral.
Les données Flux Vision d’Orange15
se révèlent un outil expérimental très
intéressant pour illustrer les spécificités
des villes bretonnes. Les Agences de
développement touristique Finistère
Tourisme et Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine,
ont décidé, dans le cadre du dispositif Flux
Vision, d’observer la fréquentation des
principales villes. Ainsi, le graphique des
nuitées journalières françaises présente
la fréquentation des villes de Rennes,
Saint-Malo, Brest et Quimper.
Sans surprise, Saint-Malo se démarque
par un profil de « tourisme balnéaire »,
caractérisé par des pics de fréquentation
très significatifs lors des week-ends de
bord de saison et une affluence estivale
typique des espaces littoraux. Quimper
suit les mêmes tendances. Rennes se
distingue par son activité de « tourisme
d’affaires » qui se traduit par une
fréquentation plus forte durant les mois
hors saison estivale.
Enfin, Brest combine une activité
d’affaires et un tourisme d’agrément,
sans toutefois connaître les niveaux de
fréquentation de la capitale régionale ou
des bassins touristiques littoraux comme
la Cornouaille ou Saint-Malo-Baie du
Mont-Saint-Michel.
EN 2017
LA BRETAGNE
À 1H30
DE PARIS
Nuitées journalières françaises par villes bretonnes - Base 100 (mini saison)
0
100
200
300
400
500
600
1avr.
8avr.
15avr.
22avr.
29avr.
6mai
13mai
20mai
27mai
3juin
10juin
17juin
24juin
1juil.
8juil.
15juil.
22juil.
29juil.
5août
12août
19août
26août
2sept.
9sept.
16sept.
23sept.
30sept.
Rennes
Saint-Malo
Brest
Quimper
Source : Flux Vision Orange - Finistère Tourisme - ADT Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine - 2015
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
15
Illustration des
singularités
de nos villes
Brest et les Capucins :
le projet urbain d’exception
Dotée d’une identité forte liée à la présence
historique de la Marine Nationale et à son
ouverture maritime et internationale, Brest a
toujoursétéuneterred’accueildevoyageurs.
Après la Seconde Guerre mondiale, la
ville a été reconstruite et continue à vivre
de profondes transformations urbaines
(Marina du Château en  2009, tramway
et piétonisation du centre-ville en  2012,
aménagement en cours du Plateau des
Capucins…). Le nouveau quartier des
Capucins va accueillir, sur 16  hectares,
plus de 560  logements, 30 000  m² de
bureaux et commerces, une médiathèque…
Reliéeaucœurdelavilleparletoutnouveau
téléphérique urbain, cette presqu’île urbaine
offre une vision nouvelle sur la métropole,
Penfeld, le Château et la Rade de Brest.Les
vastes ateliers, anciennement occupés par
les ouvriers de la Navale, se transforment
progressivement en un pôle de création
culturelle et artistique, de diffusion de la
culture numérique. Un patrimoine maritime
et une histoire industrielle et sociale mis
en valeur, propres à fasciner les touristes
en quête de lieux innovants et chargés
d’histoire.
Lorient La Base :
la reconversion d’un site
En tête des sites les plus attractifs du pays
de Lorient devant la citadelle de Port-Louis
et l’Île de Groix (enquête AudéLor  2014),
haut lieu de l’histoire de la Seconde Guerre
mondiale, le site de la Base des sous-
marins à Lorient est un élément majeur
du patrimoine de l’humanité. Depuis  1997,
le site fait l’objet d’une reconversion en
pôle économique, touristique et nautique
qui lui a valu le prix EDEN en  2011. Ce
prix vient récompenser le travail de
reconversion et la qualité touristique du site.
En 2008, la Cité de la Voile Eric Tabarly y
a été créée et s’y est depuis développée.
Il s’agit d’un espace pédagogique et
muséographique de référence dédié à la
course au large. Cet équipement constitue
l’élément phare du volet touristique de
la reconversion globale de la Base des
sous-marins. L’offre inclut également la
visite du Musée du sous-marin et du sous-
marin Flore. Progressivement, l’usage de
l’esplanade se diversifie et s’ouvre de plus
en plus aux habitants (création récente
d’une aire de jeux complète et innovante
en bois et cordages financée par Lorient
Agglomération). Restaurants et commerces
aux concepts novateurs ou liés aux
spécificités maritimes s’y sont installés. D’ici
à fin 2017, la dimension culturelle du site
prendra de l’ampleur avec la construction
d’un équipement pouvant accueillir les
studios de répétition de MAPL (Musiques
Au Pays de Lorient) et la scène du Manège
(concerts et spectacles).. Enfin, l’arrivée de
la LGV plaçant Lorient à moins de 3h de
Paris va permettre une nouvelle mise en
perspective du site
Quimper : une image de la richesse
du patrimoine breton
La riche histoire de Quimper, ville d’art
et d’histoire, en fait un concentré de
patrimoine historique et culturel breton. Le
festival de Cornouaille, créé en 1923, attire
chaque année plus de 100 000 visiteurs
et est un vecteur du patrimoine immatériel
de la ville et de la Bretagne. Ce patrimoine
se retrouve entre autres dans la faïencerie
Henriot Quimper labellisée « Entreprise
du patrimoine vivant » et permet ainsi à
Quimper de figurer parmi les villes dont
le nom est lié à un art, à une passion. La
capitale de la Cornouaille s’est aussi
illustrée dans le domaine de la littérature
avec Max Jacob, poète et écrivain, ami
des peintres modernes. Avec l’influence
et la proximité de l’école de Pont-Aven, la
peinture fait partie des traditions de la ville.
En témoignent la riche collection et les
expositions de prestiges (Paul Gauguin,
Pablo Picasso, William Turner, Claude
Monet…) accueillies au Musée des beaux-
arts. L’art textile, grande tradition à Quimper,
est toujours bien présent avec des créateurs
de haute renommée comme Pascal Jaouen
(fondateur de l’école de broderie d’art),
Armor Lux reconnue pour l’originalité de
collections puisant leur inspiration dans
les couleurs de la mer et les valeurs de
la Bretagne ou encore SirDjos, un jeune
styliste et couturier quimpérois…
Quimper est aussi connue et reconnue pour
la qualité de son patrimoine architectural.
La cathédrale Saint-Corentin, le Palais des
Évêques, les maisons à pans de bois des
xvie
et xviie
siècles, l’Odet et ses passerelles,
le quartier de Locmaria sont autant de
lieux et monuments historiques offerts
à ses habitants et aux visiteurs.
Rennes et le centre des congrès
Couvent des Jacobins : un grand
équipement dans un centre
historique en mutation
(accueil des premiers congressistes en 2018)
Le futur centre des congrès de Rennes
Métropole s’installe dans un ancien couvent
du xive
siècle. Combinant architecture et
modernité des espaces, il répond aux
standards internationaux pour des congrès,
conventions, salons (amphithéâtres de
1 000 et 400  places). L’équipement se
différenciedelacentainedecentresprésents
en France par son implantation dans un lieu
patrimonial classé monument historique,
avec un accès direct à la gare par les lignes
a et bientôt b du métro. Il s’intégrera dans le
club européen des « Centres des Congrès
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201716
DESTINATION(S) BRETAGNE
à caractère historique ». En aménageant
un centre des congrès au cœur de la ville-
centre, la métropole souhaite renforcer
son positionnement international par un
équipement high-tech, un parc hôtelier
étoffé et un centre historique valorisé. Il
s’agit aussi de proposer à l’écosystème
d’enseignement supérieur et de recherche
un outil à la mesure de son potentiel. Au-
delà de l’équipement, ce projet s’inscrit dans
une action d’envergure de requalification du
centre ancien (un périmètre de 60 hectares
regroupant plus de 1 600  immeubles).
À  1h25 de Paris en  2017, le centre des
congrès sera enfin un outil économique
puissant pour accompagner l’arrivée de la
ligne Bretagne Grande Vitesse.
Saint-Brieuc :
le bord de mer à 2h15 de Paris
Saint-Brieuc, cité des trois vallées, est
indissociable de son environnement littoral
(cinquième baie du monde pour l’amplitude
de ses marées et plus grande réserve
naturelle de Bretagne). L’agglomération
briochine fonde son développement
touristique sur la complémentarité entre
la ville et son patrimoine (Louis Guilloux,
Harel de la Noë…), la mer (le nautisme, la
coquille saint-Jacques) et la nature (réserve
naturelle, randonnée, maison nature). La
ville de Saint-Brieuc a, par ailleurs, participé
en  2015 à la 13e
édition du concours
européen d’architecture « Europan » avec
comme thème support de sa candidature
« De la gare à la mer ». L’objectif de cette
démarche est d’orienter les aménagements
urbains futurs de la ville dans le cadre de
la mise en œuvre d’une stratégie urbaine
intitulée « Cap au Large ». L’arrivée de la
LGV en juillet 2017, qui devrait faire passer
le trafic de 1,2 à 2 millions de voyageurs
par an, est l’occasion pour l’agglomération
briochine de développer son tourisme
urbain en se rapprochant à « 2h15 de
Paris ». Anticipant l’effet BGV, Saint-Brieuc
a engagé un réaménagement complet du
quartier de la gare avec la création d’un pôle
d’échange multimodal (TGV, TER, Ligne
TEO…) et d’un pôle de services incluant un
nouvel hôtel quatre étoiles de 90 chambres
qui ouvrira en  2017, complémentaire au
centre de congrès et au parc d’exposition.
Saint-Malo : une destination
d’exception en Bretagne
Saint-Malo est une ville touristique
singulière tant ses atouts sont multiples et
exceptionnels. C’est un « ovni » dans le
paysage du tourisme urbain en Bretagne.
En 2015, elle se situe dans le « top 10 » des
destinationsfrançaiseslesmieuxnotéespar
la « communauté TripAdvisor ». À 2h15 de
Paris en 2017, la destination est idéale pour
le court séjour. Les composantes urbaine
et patrimoniale, dont la promenade intra-
muros et la vie commerciale dominicale, ne
sont pas les seuls registres sur lesquels
Saint-Malo peut s’appuyer. Les dimensions
maritime, balnéaire et au-delà imaginaire de
la cité corsaire, dotent la ville de ressources
rares. Autour de ces fondamentaux se
sont construits des équipements pour le
tourisme d’agrément (aquarium, casino,
thermes marins…) ou les rencontres
professionnelles avec un Palais du Grand
Large rénové en  2018. Des évènements
de notoriétés nationale et internationale y
sont organisés. La baie de Saint-Malo peut
même s’enorgueillir d’être le théâtre des
plus grandes marées d’Europe devenues
un motif de destination. Nouvelle corde à
son arc, un musée de l’histoire maritime de
Saint-Malo naîtra en 2022 sur les quais du
bassin Duguay-Trouin avec une dimension
nationale clairement affirmée. Enfin, les
liaisons « transmanche » à partir de sa
gare maritime (371 000 passagers en
2015) en font un point d’arrivée et de départ
incontournable en Bretagne.
Vannes : la nature,
vecteur de découverte de la ville
Bordée au sud par le Golfe du Morbihan,
la ville de Vannes au riche patrimoine
médiéval se démarque par un maillage
de parcs et jardins remarquables (dix
hectares au total). La ville de Vannes
dispose de toute une palette d’espaces
verts urbains qui participent à l’amélioration
du cadre de vie des habitants tout en
contribuant à l’attractivité globale de la ville.
C’est d’ailleurs en plein cœur de la ville,
dans les jardins des remparts, qu’est
organisé chaque année le salon végétal
« Côté jardin » qui accueille sur deux
jours près de 30 000 visiteurs. Au-delà de
cet évènement, la ville a lancé en 2015 la
première édition des Jardins Éphémères :
circuits et « ballade végétale » au cœur de
la ville qui permet de découvrir différents
types de jardins, mis en scène et racontés
(contemporains, classiques, modernes
ou décalés). En 2016, 21 jardins ont ainsi
été présentés sur 21 sites dans le centre
historique de Vannes. Ainsi, en plus de
l’aspect « vitrine » pour les professionnels
et paysagistes, cette initiative offre de
réelles opportunités pour la déambulation
urbaine au sein d’un cœur historique
particulièrement riche. Cela positionne la
nature comme un des éléments phares de
la stratégie de découverte des villes.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
17
Parmi les profils de clientèles fréquentant
la Bretagne, les city breakers ne sont pas
encore identifiés et se diluent dans les
touristes « balade-repos », villégiateurs
« balnéaire », estivants « mer-plage » et
vacanciers « découverte ».
Pourtant, le tourisme urbain semble un
maillon clé à développer en Bretagne
pour quatre raisons principales : une sous-
représentation des courts séjours, un
besoin de rajeunissement de la clientèle, un
rééquilibrage de la fréquentation touristique
sur le territoire et enfin le nécessaire
développement d’une activité hors saison16
.
En parallèle, pour certaines destinations,
l’arrivée de la LGV, les TGV low-cost, les
« (bus) cars Macron » et le développement
des lignes aériennes à bas coût, multiplient
les chances pour des villes de l’ouest de
devenir des destinations de city break.C’est
le cas pour les clientèles provenant d’Île-de-
France pour un court séjour organisé de
manière spontanée ou planifiée.
Les enjeux traités ici ont trait au tourisme
d’agrément. Les enjeux liés aux rencontres
professionnelles diffèrent et sont très liés à
la présence d’équipements structurants et
d’une offre hôtelière adaptée. Par ailleurs, la
notoriété de la destination se construit en
symbiose entre les deux types de tourisme.
Un modèle de
« tourisme urbain »
à inventer en Bretagne
qui associe ville, mer
et nature
La notoriété de la Bretagne est associée
à la qualité et à la diversité de ses
paysages littoraux, atouts premiers et
emblématiques, ainsi qu’à son bocage,
ses landes et ses paysages ruraux.
Ces deux grandes entités paysagères,
l’Armor (pays de la mer) et l’Argoat (pays
des bois), souvent opposées d’ailleurs,
dominent l’imaginaire et les légendes
de la région. En arrière-plan, les villes
sont perçues comme à taille humaine,
avec un maillage urbain ancien et dense,
composé de villes petites et moyennes et
d’un chapelet de hameaux et villages. On
compte près de 60  villes et communes
aux labels touristiques variés17
et plus
de 4 000 châteaux, châteaux-forts,
manoirs, gentilhommières et demeures
de plaisance d’une « densité unique en
Europe ».
En Bretagne, le « fait urbain » ne
s’impose pas naturellement en matière de
tourisme. L’attractivité des pôles urbains,
de taille « moyenne », réside certes sur
leur richesse en termes d’activités, de
patrimoine, de culture et de rencontres
mais ces atouts pris individuellement ne
sont pas suffisants pour nourrir un court
séjour. Leur attractivité réside aussi dans
leur capacité à tisser des liens avec un
environnement proche à la fois maritime
et naturel. C’est la condition sine qua non
de l’attrait de la destination.
Une grande cohérence se dessine par
conséquent entre les villes, la destination
plus large et la région. Les villes peuvent
s’appuyer d’une part sur la forte notoriété
de la Bretagne et d’autre part sur les
ressources touristiques à proximité
(25 kilomètres, 30 minutes, voire plus
pour la destination rennaise) afin de
proposer une expérience hybride que
l’on pourrait qualifier de « Breizh city
break ». Ce concept de « court séjour »
adapté au maillage urbain de la région se
démarque ainsi de la découverte d’une
grande destination urbaine française ou
européenne. Ainsi, les villes bretonnes
ne se positionnent pas sur le même plan
que les grandes métropoles mais elles
proposent une autre expérience à leurs
visiteurs.
Définir un concept de destination urbaine
spécifique à la Bretagne : le « Breizh City
Break »
DESTINATION(S) BRETAGNE
Un défi doit être néanmoins relevé  : la
mobilité de proximité. En complément
d’un réseau de transports publics gérant
les flux les plus importants, de nouveaux
services de mobilités doivent être
développés si l’on veut échapper à un
schéma binaire  : le manque de lisibilité
des transports collectifs conduisant
les touristes à privilégier uniquement
l’automobile. Le touriste urbain n’aspire
pas à s’enfermer dans une mobilité
« octroyée ou rigide ». Il souhaite
davantage « inventer sa mobilité » en
recourant à un éventail de choix proposant
de nouveaux services et en connectant
des offres éparses. Les plateformes
numériques sont à cet égard un puissant
vecteur de transformation des habitudes
et des comportements. Tout un champ
d’innovations et d’expérimentations
s’ouvre aux collectivités18
, y compris en
termes d’aménagement d’espaces, de
pôles d’échanges…
Au cœur des grandes
politiques de tourisme
urbain, la régénération
urbaine et la culture
Les villes ont besoin d’offrir de nouvelles
expériences touristiques. La régénération
urbaine et la culture sont très souvent au
cœur des grandes politiques de tourisme
urbain. Pour des villes longtemps
restées à l’écart des fréquentations
touristiques nationales et internationales,
la métamorphose urbaine peut être un
puissant vecteur de changement et aider
à construire un nouvel imaginaire, tourner
la page d’un riche passé industriel, se
réinventer par la mise en valeur du
patrimoine. Le renouvellement urbain
prend souvent appui sur l’existence de
friches industrielles et portuaires ou
d’espaces « déqualifiés » en cœur de
ville et s’articule, pour des villes comme
Gênes, Bilbao, Barcelone ou, plus près
de nous, Marseille, sur trois axes de
développement : la culture, le tourisme
et le patrimoine. Bordeaux est aussi une
illustration riche d’enseignements. La
renaissance des quais de la Garonne
s’est construite à partir d’un héritage
et d’un mouvement associant l’arrivée
du tramway, le ravalement des façades
XVIIIe
et une opération d’aménagement
sollicitant l’art du paysage.
Pour ces villes, ces espaces délaissés
ont été rendus à la population grâce
à la construction de logements, de
commerces et à l’apparition de
jardins, de lieux de promenades,
d’équipements de rayonnement (Cité du
vin à Bordeaux, Les Machines de l’Île à
Nantes…) et d’attractions, qui en font
de nouveaux lieux de vie, d’évènements
et d’expressions. C’est la cohérence et
l’envergure du projet qui procurent une
expérience unique et qui construisent la
fameuse « iconographie » touristique  :
le plaisir, l’insouciance, la flânerie,
l’oubli, la déambulation… Et ce n’est
pas toujours l’apanage des très grandes
agglomérations. Brest et le Plateau des
Capucinssontdanscettefiliationetdemain,
dans une moindre mesure, Rennes
et le Couvent des Jacobins, Lorient
La Base (voir focus). Ailleurs, Arles et
la reconquête par la fondation privée
LUMA d’une friche industrielle SNCF de
dix hectares, à côté du cœur historique
de la cité, est aussi un bel exemple
(exceptionnel cela dit)19
. On peut
également citer la ville de Saint-Nazaire,
en mutation, avec l’aménagement de
son front de mer, ou bien la ville de la
Roche-sur-Yon qui a transformé sa place
centrale en lieu d’accueil d’un « bestiaire
mécanique » tout droit issu de la
compagnie des « Machines de Nantes ».
Un point commun à toutes ces réussites :
la centralité des projets de régénération
qui assure un élargissement naturel de la
découvertedelacité.ÀSaint-Malo,leprojet
de Musée d’histoire maritime sur les quais
du bassin Duguay-Trouin, à proximité du
quartier intra-muros, est le plus à même
d’assurer les meilleures « connections »
dans le cadre d’un parcours touristique
continu. Ce qui implique, a contrario, de
traiter les discontinuités géographiques
entre centre urbain et pôle d’équipements
touristiques, soit des parcours plus
complexes à construire.
Des villes plurielles
qui doivent proposer
un récit singulier, un
parcours touristique
original ou une
expérience atypique
Ainsi, les villes de Bretagne, si diverses
dans leur taille, patrimoine, histoire,
géographie, identité mais aussi dans leurs
politiques publiques (culture, tourisme…)
peuvent décliner un tourisme alternatif
(after hours, nocturne, hors saison…),
participatif, créatif, gastronomique, voire
un slow tourisme qui invite à s’écarter
un tant soit peu d’une course onéreuse
aux « standards » des villes les plus
médiatisées (objets architecturaux…).
Des priorités claires peuvent être
préférables à une politique touristique
généraliste peu influente sur la carte
mentale du tourisme urbain français et
européen. D’ailleurs, un article du journal
allemand Die Zeit ne disait-il pas à propos
de la Bretagne qu’il faut y aller, car cette
terre reste « sauvage, impétueuse et
encore largement épargnée par le
tourisme de masse »20
L’enjeu est donc
moins celui des flux touristiques que celui
de la création de valeur (économique,
humaine, culturelle).
Les villes bretonnes ont un rôle éminent
à jouer mais, au préalable, elles doivent
engager une profonde réflexion sur la
construction de leur parcours urbain.
C’est lui qui construit le récit d’une
destination et il n’est pas toujours bien
identifié. Le parcours peut se décliner
dans un large éventail de propositions
structurées autour d’œuvres in situ
(temporaires ou pérennes), expositions,
spectacles vivants, étapes gourmandes
et découvertes culinaires, jardins et
plantations, shopping, constructions
de points de vue sur la ville, lieux
emblématiques et endroits secrets... Cette
offre polymorphe, à partir des ressources
existantes, requiert une réflexion
d’ensemble intégrant l’aménagement et
l’urbanisme, les institutions culturelles, les
offres de mobilités, les parcs et jardins…
non pas dans le temps d’un évènement
mais dans une stratégie et un temps long
de l’action et du projet urbain. L’attractivité
de ces parcours peut être décuplée le
temps d’un festival, d’un évènement
culturel ou sportif, ou de manière plus
pérenne par l’implantation d’équipements
privés type fondation culturelle qui n’est
plus l’exclusivité de grandes métropoles
(exemple : Fonds Hélène et Edouard
Leclerc à Landerneau, à 25 kilomètres de
Brest).
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
19
Le numérique : clé
de l’attractivité, de la
découverte et de la
réputation des villes
Le tourisme est l’un des secteurs où
la révolution numérique via l’ordinateur,
la tablette, le smartphone joue un rôle
capital dans la construction de l’image
et de l’attractivité. La majorité des
touristes y prépare ses vacances et une
part croissante y achète son séjour. Le
numérique agit ainsi sur toute la chaîne
du séjour : de l’information au choix
de la destination, de l’hébergement au
parcours sur place et jusqu’aux retours
d’expériences (réseaux sociaux, blogs,
forums). Précisément, sur la question des
mobilités offertes aux visiteurs, il devient
un outil incontournable de solutions
alternatives aux transports en commun et
à la voiture en solo.
Cette révolution bouscule les acteurs du
tourisme et demande aux collectivités
de redéfinir en profondeur leur stratégie
et leur communication en intégrant
une dimension digitale à leur offre ; les
missions d’accueil et d’information des
offices de tourisme évoluent : l’information
numérique prend le pas sur l’accueil
physique et téléphonique. Relever ce défi
demande de nouvelles compétences et
des moyens, en particulier pour construire
des politiques éditoriales créatives
et sans cesse renouvelées (web),
mobiliser et animer une communauté
d’ambassadeurs constitués d’habitants et
d’acteurs économiques (réseaux sociaux :
Facebook, Twitter, Tumblr, Instagram…) et
séduire les prescripteurs les plus influents
de destinations touristiques (blogueurs…).
Les villes/agglomérations les plus
attractives adoptent désormais une
stratégie dynamique sur le web et sur
les réseaux  sociaux en donnant la
parole aux ambassadeurs plutôt qu’aux
experts, en restituant des expériences
plutôt qu’une offre touristique qualifiée
« de masse », en investissant sur des
outils intuitifs et ergonomiques plutôt
que sur des guichets et des sites
web sans flux d’information. Les plus
grandes agglomérations développent des
« marques territoriales » alliant promotion
touristique et développement économique
avec un réseau d’ambassadeurs,
mélange de stars, de chefs d’entreprises
et… d’inconnus. Only Lyon est la plus
connue en France. La marque Bretagne
est également bien identifiée.
Le défi citoyen :
faire des habitants et
des acteurs de la ville
des ambassadeurs
de la destination
Rencontrer les habitants et découvrir
leurs modes de vie, vivre des expériences
« authentiques » sont des tendances de
fond comme en attestent l’échange gratuit
d’hospitalité tel que le couchsurfing ou
le phénomène des greeters21
. Même
sans aller jusqu’à offrir gratuitement leur
hospitalité, les citoyens ont une place
particulière dans l’attractivité touristique
d’un territoire. Faire de l’habitant un acteur
et un animateur de son territoire est un
enjeu pour les destinations touristiques et
peut même se révéler un atout distinctif
pour la Bretagne en harmonie d’ailleurs
avec ses valeurs (ouverture, cohésion,
sens du collectif).
L’habitant est alors perçu comme
incontournable dans la réussite d’une
politique touristique. C’est à la fois
un visiteur et un acteur économique.
Convaincu,ilpeutdevenirunambassadeur
de sa ville, un prescripteur et… un hôte
qui peut recevoir de la famille ou des amis.
Ainsi, l’idée initiale du « Voyage à Nantes »
était de faire (re)découvrir Nantes aux
Nantais, en révélant des lieux d’intérêt et
en proposant des animations au cours de
la période estivale, habituellement très
calme. Réussir ce pari d’« embarquer »
les habitants autour d’une ambition
partagée de développement touristique
demande patience et pédagogie. Il s’agit
de changer les regards sur la ville et
favoriser l’appropriation des espaces
urbains. Mais c’est aussi l’opportunité
de faire naître un sentiment de fierté,
condition indispensable pour faire de
l’habitant un ambassadeur !
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201720
DESTINATION(S) BRETAGNE
Brest lorient quimper
rennes saint-brieuc saint-malo
vannes
FOcus par ville : Les points forts des villes
et les perspectives de progression
POPULATION 2013
DE LA VILLE CENTRE
139 386 habitants
POPULATION 2013
DE L’UNITÉ URBAINE
199 324 habitants
nombre d’hôtels
en 2017
42
INSEE, dans l’unité urbaine
nombre de chambres
d’hôtels en 2017
1 858 (dont 303 en 4*)
INSEE, dans l’unité urbaine
emplois touristiques
2 777 en moyenne annuelle
dans Brest Métropole
INSEE, 2011
Forces
•• Une ville en bordure de falaise, entaillée
de vallons : site singulier, avec vues im-
prenables sur la rade
•• Une forte identité maritime : Brest et sa
rade, ports de plaisance, fêtes interna-
tionales, Brest : port des records...
•• De grands équipements  : Le Quartz,
Océanopolis, L’Aréna, le Musée national
de la Marine…
•• Une programmation culturelle riche : la
scène nationale du Quartz, la Carène,
les fêtes et festivals (Astropolis, Film
court européen, fêtes maritimes…),
le centre national des Arts de la rue
« Le Fourneau »…
Opportunités
•• Une ville en permanente évolution ur-
baine et économique avec l’exemple ré-
cent de l’aménagement des Capucins en
cœur de ville
•• Une armature verte urbaine de qualité
pour créer et valoriser des parcours (rives
de Penfeld, Cours Dajot, Conservatoire
botanique national…)
•• Une dynamique impulsée dans la ville
autour du label ville d’Art et d’Histoire
•• La rade de Brest, grande baie protégée
d’une superficie de 180 km², offrant de
magnifiques points de vue et de multi-
ples usages
•• Une porte d’entrée pour d’autres sites de
grand intérêt (presqu’île de Crozon, Pays
des Abers, Landerneau, Ouessant…)
•• Une activité de tourisme d’affaires à dé-
velopper en lien avec un écosystème
porteur
Faiblesses
•• Le caractère péninsulaire
•• Des Brestois sévères envers leur ville
•• Des connexions à affirmer dans l’inter-
face ville-port
•• Une culture du tourisme peu présente
•• Une prise de conscience encore récente
des qualités patrimoniales, culturelles…
Menaces
•• Un cloisonnement des acteurs interve-
nant dans le champ du tourisme
•• Déni de reconnaissance du patrimoine
par les habitants
voir détail de la méthode page 37
BREST
Camaret
Pleyben
Ouessant
Menez-Hom
Landevennec
Saint-
Thégonnec
Abbaye de Daoulas
Kerlouan - Meneham
Porspoder
Aber Ildut
La récré
des 3 curés
Pointe
Saint-Mathieu
Roscoff et
l'île de Batz
Presqu'île de Plougastel
Le cap de la Chèvre - Crozon
Carantec et
la baie
de Morlaix
Fonds Hélène
& Édouard Leclerc
Aber Wrac'h-Aber
Benoît-Saint Pabu
Phares de l'Ile
Vierge...et d'ailleurs
Type de site touristique
Zone accessible à moins
de 30 minutes (route)
Zone tampon de 25 kilomètres
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Équipements de loisirs / Musées
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Sites touristiques à proximité de Brest
Sites hors ville de Brest
10 Km ¯
BREST
Les lignes de forces de la destination
Shop-
ping
Équipements
et festivals
Tourisme
d'affaires
Gastronomie
Hôtellerie
Patri-
moine
Accessibilité
externe
Littoral
et nature
10
8
6
4
2
Les atouts touristiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201722
Infrastructure •• Bretagne à Grande Vitesse (2017)
Aménagement
et politique urbaine
•• Aménagement du Plateau des Capucins
•• Création d’une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP)
•• Gestion des mobilités à l’échelle du pays de Brest (dont le transrade entre
Brest et la presqu’île de Crozon)
•• Label ville d’Art et d’Histoire : la ville est officiellement candidate depuis 2014,
le dossier sera présenté au Ministère de la Culture en 2017
Équipement structurant •• Pôle des excellences maritimes aux Capucins
•• Musée national des Phares
•• Projet de modernisation du Quartz
Animation urbaine •• Dans le cadre de la candidature au label ville d’Art et d’Histoire, diverses
animations (balades organisées en ville, cours publics organisés
en partenariat avec l’UBO...)
Synergie avec les autres
territoires (hors EPCI)
•• Construction de la destination touristique Brest Terres Océanes (site internet,
actions de promotion)
Compétence touristique •• Brest Métropole : 8 communes
•• GIP Brest Terres Océanes pour la promotion touristique
Stratégie de développement
touristique (SDT)
•• Stratégie métropolitaine de développement économique (Brest métropole)
•• Stratégie touristique à l’échelle de la destination Brest Terres Océanes
Outil opérationnel •• Office de tourisme de Brest métropole
•• Brest Terres Océanes : GIP à l’échelle de la destination
•• Brest Aim : société d’économie mixte qui gère les grands équipements
appartenant à Brest Métropole (Le Quartz, Océanopolis, Marinas du Château
et du Moulin Blanc, Parc des Expositions de Penfeld...)
•• Brest Évènements Nautiques : association qui a organise et coordonne
l’accueil de grandes manifestations nautiques et maritimes
(dont le rassemblement international qui se déroule tous les 4 ans)
Gestion / exploitation intégrées
des équipements
•• Brest Aim (Brest Expo, Brest Arena, Quartz, Océanopolis, Marina Château...)
Les projets
Politique touristique et outils
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
23
Forces
•• Des équipements structurants :
- Cité de la Voile Eric Tabarly (2008)
- Lorient La Base - Pôle course au
large…
•• Un évènement majeur  : le Festival
Interceltique
•• L’offre urbaine et sa reconnaissance
(ville d’Art et d’Histoire, prix EDEN,
Patrimoine du XXe
siècle)
•• Un palais des congrès situé en centre-
ville qui accueille des évènements grand
public mais aussi public d’affaires
•• Une importante frange littorale (140 km
de littoral), une ile «pépite» du territoire.
•• Territoire entre mer / rade / vallées
•• Forte satisfaction des touristes (enquête
AudéLor 2014)
Opportunités
•• L’évolution de l’offre urbaine en termes
de contenu : Aménagement du Quartier
du Péristyle - Travaux nouvelle gare et
pôle d’échange, Lorient La Base, Parc
Jules Ferry
•• La dimension portuaire et l’activité
croisière
•• Adoption de la charte des missions d’un
« Port center » du réseau mondial des
villes portuaires (AIVP) (2016)
•• Réflexion sur le pôle métropolitain
Quimper/Vannes
Faiblesses
•• Une notoriété à conforter, notamment
par l’arrivée de la LGV
•• Une culture du tourisme relativement
récente
•• Des connexions à renforcer entre les
territoires et les sites touristiques
Menaces
•• Fragilité de l’aéroport
•• Concurrence touristique avec d’autres
destinations
•• Infrastructure de congrès vieillissante
POPULATION 2013
DE LA VILLE CENTRE
57 961 habitants
POPULATION 2013
DE L’UNITÉ URBAINE
114 755 habitants
nombre d’hôtels
en 2017
26
INSEE, dans l’unité urbaine
nombre de chambres
d’hôtels en 2017
808 (dont 116 en 4*)
INSEE, dans l’unité urbaine
emplois touristiques
2 836 en moyenne annuelle
dans Lorient Agglomération
INSEE, 2011
voir détail de la méthode page 37
Shop-
ping
Équipements
et festivals
Tourisme
d'affaires
Gastronomie
Hôtellerie
Patri-
moine
Accessibilité
externe
Littoral
et nature
10
8
6
4
2
LORIENT
Groix
Doëlan
Carnac
Pontivy
Quimperlé
Le Faouët
Pont-Aven Poul Fetan
Concarneau
Riec-sur-Bélon
Cairn de Gavrinis
Zoo de
Pont-Scorff
Pointe de
Trévignon
Archipel des Glénan
Les Roches du diable
Port-Louis : citadelle
Presqu'île de
Quiberon
Haras National
d'Hennebont
Saint-Goustan -
Port d'Auray
Pointe de
Mousterlin -
Fouesnant
La ria d'Etel et
l'ile de Saint-Cado
Saint-Gildas et
les chapelles du Blavet
L'île aux Moines et
le Golfe du Morbihan
Type de site touristique
Zone accessible à moins
de 30 minutes (route)
Zone tampon de 25 kilomètres
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Équipements de loisirs / Musées
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Sites hors ville de Lorient
Sites touristiques à proximité de Lorient
10 Km ¯
LORIENT
Les lignes de forces de la destination
Les atouts touristiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201724
Infrastructure •• Ligne à Grande Vitesse (2017)
•• Nouvelle gare et Pôle d’échange multi-modal
•• Triskell 2017 (2014-2017)
Aménagement
et politique urbaine
•• Lorient Odyssée (2017-2030) et quartier gare
•• Projets urbains (Parc Jules Ferry, quartier du Péristyle).
Équipement structurant •• Nouveau projet du Haras National : nouveau parcours de visite et structure
de spectacle couvert.
•• Casino à Larmor-Plage
•• Réaménagements à Guidel-Plages
•• Construction d’une nouvelle salle de spectacles et de studios de répétition
pour les musiques actuelles d’aujourd’hui
Animation urbaine •• Circuit gastronomique, balades de rade en canaux, balades urbaines…
(dans le cadre du schéma).
•• Développement et valorisation de la randonnée : création d’application
numérique, qualification des sentiers, mise en tourisme…
•• Accueil des bateaux de croisière (optimisation de la destination auprès des
tours opérateurs)
Synergie avec les autres
territoires (hors EPCI)
•• Partenariat avec Quimperlé Communauté pour un travail sur la randonnée
Compétence touristique •• Lorient Agglomération : 25 communes
Stratégie de développement
touristique (SDT)
•• Schéma de développement touristique, adopté en conseil communautaire
en 2013. L’objectif : doter le territoire d’un projet ambitieux et cohérent
associant tous les acteurs du secteur dans une même dynamique
Outil opérationnel •• Lorient Bretagne Sud Tourisme
•• 3° Ouest : filière affaires de Lorient Bretagne Sud Tourisme
•• SELLOR : SEM - gestion des ports de plaisance, équipements nautiques,
musées et hébergements situés sur Lorient Agglomération
•• SEGEPEX : SEM - gestion du palais des congrès et le parc des expositions
•• Lorient Grand Large : accueil d’évènements nautiques dont la Volvo Ocean
Race en France, et développement du pôle course au large
Gestion / exploitation intégrées
des équipements
Cf plus haut
Les projets
Politique touristique et outils
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
25
Forces
•• Une ville d’Art et d’Histoire avec un pa-
trimoine architectural et culturel riche :
cathédrale Saint-Corentin, Palais des
Évêques, les maisons à pans de bois…
•• Une vie culturelle riche et diversi-
fiée  : la scène nationale du Théâtre
de Cornouaille, le Cornouaille (festival
dédié à la culture bretonne), le festival
Circonova, le Musée des beaux-arts…
•• De grands équipements récents  : le
parc des expositions rénové en 2013, le
centre des congrès du Chapeau Rouge
inauguré en  avril  2017, le Théâtre de
Cornouaille
•• La renommée de la Destination
Cornouaille regroupant des sites emblé-
matiques (Glénan, Pointe-du-Raz...)
Opportunités
•• Le projet Bretagne à Grande Vitesse qui
doit mettre l’Île-de-France à 3 h 30 de
Quimper
•• La proximité du littoral et de grands
sites renommés (Baie de Douarnenez,
Pointe du Raz…)
•• Des liaisons au littoral à améliorer par le
biais de modes de transport doux
•• Une porte d’entrée unique pour l’utili-
sation de grands équipements récents
avec la création de la SEM Quimper
Évènements
Faiblesses
•• L’éloignement (géographique et en dis-
tance/temps) des grandes métropoles
et des « grands émetteurs » de touristes
d’affaires
•• Une offre hôtelière relativement res-
treinte et à améliorer (montée en gamme
et en capacité)
•• L’appartenance à la Cornouaille à
améliorer
•• Un nombre restreint de restaurants et
d’hôtels étoilés.
Menaces
•• Un aéroport « fragile» avec des liaisons
(notamment vers Paris) peu efficaces et
chères
POPULATION 2013
DE LA VILLE CENTRE
63 532 habitants
POPULATION 2013
DE L’UNITÉ URBAINE
79 683 habitants
nombre d’hôtels
en 2017
21
INSEE, dans l’unité urbaine
nombre de chambres
d’hôtels en 2017
966 (dont 138 en 4*)
INSEE, dans l’unité urbaine
emplois touristiques
1 349 en moyenne annuelle
dans Quimper Communauté
INSEE, 2011
voir détail de la méthode page 37
Shop-
ping
Équipements
et festivals
Tourisme
d'affaires
Gastronomie
Hôtellerie
Patri-
moine
Accessibilité
externe
Littoral
et nature
10
8
6
4
2
QUIMPER
Sein
Doëlan
Pleyben
Huelgoat
Locronan
Quimperlé
Cap Sizun
Pont-Aven
Menez-Hom
Douarnenez
Concarneau
Pont l'Abbé
Landevennec
Riec-sur-Bélon
Phare
d'Eckmühl
La pointe
du Raz
Pointe de Trévignon
Archipel des Glénan
Pointe de
la Torche
Ile Tudy et
Sainte-Marine
Le cap de la
Chèvre - Crozon
Pointe de
Mousterlin -
Fouesnant
10 Km ¯
Type de site touristique
Zone accessible à moins
de 30 minutes (route)
Zone tampon de 25 kilomètres
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Équipements de loisirs / Musées
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Sites touristiques à proximité de Quimper
Sites hors ville de Quimper
QUIMPER
Les lignes de forces de la destination
Les atouts touristiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201726
Infrastructure •• Ligne à Grande Vitesse (2017)
•• Réaménagement du pôle d’échange multi-modal (2019-2022)
Aménagement
et politique urbaine
•• Réaménagement du quartier de la gare (projet 765 Avenue)
•• Aménagement du quartier historique de Locmaria
Équipement structurant •• Centre des congrès du Chapeau Rouge (2017)
•• Déménagement de l’OT en centre-ville (2017)
•• Rénovation des halles
•• Rénovation du théâtre Max Jacob
Animation urbaine •• Visites guidées (label ville d’Art et d’Histoire)
•• Poursuite des évènementiels d’arts de rue (Festival Circonova, La Rue est
vers l’art, Échappées de Noël, les enfants sont des princes…)
Synergie avec les autres
territoires (hors EPCI)
•• Destination Quimper Cornouaille
Compétence touristique •• Quimper Bretagne Occidentale : 14 communes
Stratégie de développement
touristique (SDT)
•• Document de présentation de la politique touristique de Quimper
Communauté (2011)
•• Pour information, stratégie intégrée de développement touristique de la
Destination Quimper Cornouaille (2017)
Outil opérationnel •• Office de Tourisme de Quimper Cornouaille
Gestion / exploitation intégrées
des équipements
•• SEM Quimper Évènements (gestion du Parc des Expositions inauguré
en 2015 et du centre des congrès, ouverture en 2017)
Les projets
Politique touristique et outils
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
27
Forces
•• L’accueil des premières rencontres pro-
fessionnelles au centre des congrès
Couvent des Jacobins en 2018 et mon-
tée en gamme de l’hôtellerie
•• Un foisonnement culturel tout au long de
l’année et institutions culturelles (art vi-
vant…) de rayonnement
•• Une ville d’Art et d’Histoire, parc urbain
d’exception (Thabor) et 2e
marché de
France (Marché des Lices)
•• Un centre-ville  1er
pôle commercial de
l’ouest, large plateau piétonnier et vie
nocturne
•• Une image positive de la destination ré-
sidentielle et économique
Opportunités
•• Bretagne à Grande Vitesse : à 1h25 de
Paris en 2017 (-39 minutes)
•• Requalification du centre ancien de
grande ampleur
•• Projets urbains structurants : Euro
Rennes, Cité internationale, ligne b du
métro, Portes Mordelaises…
•• Potentiel de valorisation de l’eau et de
la nature en ville : quai de Vilaine, canal,
Vilaine aval, prairies St-Martin…
•• Captation de flux touristiques sur le par-
cours Paris-Rennes-Mont-Saint-Michel
ou Nantes-Rennes-Saint-Malo
Faiblesses
•• Une destination encore peu positionnée
sur le court séjour
•• Une fréquentation hôtelière tournée vers
une clientèle affaires (67 % en 2015) et
française (88 %)
•• Un offre culturelle et patrimoniale de
qualité mais limitée en taille critique,
en rayonnement ou en termes de
différentiation
•• L’absence de musée de plus de 100 000
entrées et des lieux d’expositions per-
manentes fréquentés à +70 % par des
habitants du département
Menaces
•• La faiblesse d’un positionnement dis-
tinctif et singulier vis-à-vis des autres
destinations urbaines (grand label, pro-
jet urbain distinctif, évènement de grand
rayonnement…)
•• L’absence de grande institution muséo-
graphique et/ou grand équipement qui
pourrait être générateur de flux touris-
tiques (Bordeaux et la Cité du Vin…)
•• Un manque de synergies entre les in-
vestissements culturels et les effets tou-
ristiques d’une part, et entre les diffé-
rents grands équipements recevant des
rencontres professionnelles d’autre part.
POPULATION 2013
DE LA VILLE CENTRE
217 309 habitants
POPULATION 2013
DE L’UNITÉ URBAINE
322 247 habitants
nombre d’hôtels
en 2017
74
INSEE, dans l’unité urbaine
nombre de chambres
d’hôtels en 2017
3 708 (dont 907 en 4*et +)
INSEE, dans l’unité urbaine
emplois touristiques
6 282 en moyenne annuelle
dans Rennes Métropole
INSEE, 2011
voir détail de la méthode page 37
Shop-
ping
Équipements
et festivals
Tourisme
d'affaires
Gastronomie
Hôtellerie
Patri-
moine
Accessibilité
externe
Littoral
et nature
10
8
6
4
2
RENNES
Vitré
Dinan
Fougères
Combourg
Bécherel
Brocéliande
Vallée du Boël
Essé / La Roche aux fées
Type de site touristique
Zone accessible à moins
de 30 minutes (route)
Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Zone tampon de 25 kilomètres
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Équipements de loisirs / Musées
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sites hors ville de Rennes
Sites touristiques à proximité de Rennes
10 Km ¯
RENNES
Les lignes de forces de la destination
Les atouts touristiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201728
Infrastructure •• Bretagne Grande Vitesse : à 1h25 de Paris (2017)
•• Ligne b du Métro (2019)
•• EuroRennes (2018- 2025)
Aménagement
et politique urbaine
•• Poursuite de la requalification du centre ancien
•• Cœur de ville : portes mordelaises, prairies Saint-Martin, élargissement du
centre-ville à l’îlot de l’Octroi
•• Métropole : Site stratégique de valorisation de la vallée de la Vilaine
Équipement structurant •• Centre des congrès Couvent des Jacobins (2018)
•• Grande salle privée à vocation sportive de 4 000 / 4 500 places - Cesson
Sévigné (2018)
•• Étude de faisabilité sur un grand équipement multifonctions type Aréna pour
l’accueil de rencontres professionnels et autres évènements
Animation urbaine •• Halles Centrales de Rennes : réflexion d’une destination et animation
gourmande de centre-ville
Synergie avec les autres
territoires (hors EPCI)
•• Construction d’un parcours touristique Nantes-Rennes-Saint-Malo – Le Mont-
Saint-Michel
Compétence touristique •• Rennes Métropole : 43 communes
•• Métropole depuis le 1er janvier 2015
Stratégie de développement
touristique (SDT)
•• Stratégie Touristique de Rennes Métropole - 2013-2020 Une stratégie au
service de l’emploi et du rayonnement
Outil opérationnel •• SPL Destination Rennes :
•• Office de Tourisme Métropolitain
•• Bureau des congrès
•• Gestionnaire et exploitant du Couvent des Jacobins
•• À venir : promotion économique
Gestion / exploitation intégrées
des équipements
•• Citedia (SAEM) :
-- Salles de spectacles confiées en gestion dont trois dans le Cœur de
métropole
-- Liberté
-- Liberté L’étage
-- MusikHall
Les projets
Politique touristique et outils
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
29
Forces
•• Un lien entre la mer (port du Légué, baie
de Saint-Brieuc), les vallées et la ville
•• Un centre des congrès récent et en
développement
•• Une offre hôtelière qui progresse (nou-
vel hôtel de 90 chambres en 2017)
•• Une gastronomie renommée « Coquille
Saint-Jacques… », restaurants étoilés,
Rock’n Toques
•• Des évènements culturels d’envergure
(Art Rock, Photoreporter, Coupe Florio)
•• La Passerelle - scène nationale
Opportunités
•• L’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse
en 2017 (2h15 de Paris)
•• L’aménagement du quartier gare et ré-
flexion stratégique sur le lien entre la
ville et la mer (concours Europan)
•• La création d’une agglomération de
156 362 habitants en 2017
•• Le développement de l’éolien offshore
d’ici 2020
Faiblesses
•• L’attractivité commerciale de la ville
centre en recul
•• l’équipement muséographique (Musée
d’Art et d’Histoire) de faible dimension-
nement (moins de 30 000 visiteurs)
•• Un manque de notoriété touristique de
Saint-Brieuc
•• Des liens entre la ville et la mer (port,
plages…) encore insuffisamment
développés
•• Un aéroport peu développé
Menaces
•• La proximité de Rennes (moins de
45   minutes) qui s’accentue avec la
Ligne à Grande Vitesse - risque d’aspi-
ration (commerces…)
POPULATION 2013
DE LA VILLE CENTRE
45 331 habitants
POPULATION 2013
DE L’UNITÉ URBAINE
94 793 habitants
nombre d’hôtels
en 2017
27
INSEE, dans l’unité urbaine
nombre de chambres
d’hôtels en 2017
1 004 (dont 65 en 4*)
INSEE, dans l’unité urbaine
emplois touristiques
1 249 en moyenne annuelle
dans St-Brieuc Agglo.
INSEE, 2011
voir détail de la méthode page 37
Shop-
ping
Équipements
et festivals
Tourisme
d'affaires
Gastronomie
Hôtellerie
Patri-
moine
Accessibilité
externe
Littoral
et nature
10
8
6
4
2
SAINT-
BRIEUC
Erquy
Bréhat
Quintin
Tréguier
Moncontour
Ploumanac'h
Plougrescant
Les Sept-Iles
Pléneuf-
Val-André
Sillon de Talbert
Falaises de Plouha
Zooparc
de Tregomeur
Saint-Cast
et Saint-Jacut
Haras National
de Lamballe
Cap Fréhel -
Fort la Latte
Paimpol et la pointe de l'Arcouest
La Roche Jagu
et la vallée du Trieux
10 Km ¯
Type de site touristique
Zone accessible à moins
de 30 minutes (route)
Zone tampon de 25 kilomètres
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Équipements de loisirs / Musées
Sites hors ville
de Saint-Brieuc
Sites touristiques à proximité
de Saint-Brieuc
SAINT-BRIEUC
Les lignes de forces de la destination
Les atouts touristiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201730
Infrastructure •• Restructuration du quartier gare (arrivée ligne Ligne à Grande Vitesse )
et pôle d’échange multi-modal
•• Ligne TEO (bus en site propre) pour 2020
•• Parc éolien offshore d’ici 2020 (Baie de Saint-Brieuc)
Aménagement
et politique urbaine
•• Projet de réaménagement des Rosaires consistant à transformer le site en
véritable station balnéaire du XXIe
siècle.
•• Le Grand Légué : projet de valorisation économique, touristique et
urbanistique du port comprenant la requalification du quai Armez en pôle
nautique d’ici fin 2017.
•• Le Grand Brézillet : projet urbanistique et économique autour du centre des
congrès et parc des expositions (halls d’exposition, stationnement, axes
routiers et de transport, restauration…)
Équipement structurant
Animation urbaine •• Label ville d’Art et d’Histoire - candidature de la ville de Saint-Brieuc
Synergie avec les autres
territoires (hors EPCI)
•• Fusion effective en 2017 avec deux autres EPCI
(Communauté d’Agglomération de 32 communes et 156 236 habitants
•• Réflexion sur une fusion des communes de Saint-Brieuc et Plérin à l’horizon
2020
Compétence touristique •• Saint-Brieuc Armor Agglomération : 32 communes
•• Compétences redéfinies avec la fusion
Stratégie de développement
touristique (SDT)
•• Stratégie de Développement touristique (2013-2020)
•• Travail sur la destination Saint-Brieuc - Paimpol - Les Caps
Outil opérationnel •• Office de Tourisme communautaire de la Baie de Saint-Brieuc
•• Saint-Brieuc Expo Congrès
Gestion / exploitation intégrées
des équipements
Les projets
Politique touristique et outils
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017
DESTINATION(S) BRETAGNE
31
Forces
•• Une forte notoriété de Saint-Malo
•• Une diversité des ressources touris-
tiques : bord de mer, rives de la Rance,
Baie du Mont-Saint-Michel et espaces
ruraux
•• Une image communiquée = image
perçue
•• Un patrimoine riche et ville intramuros
animée
•• Le rayonnement des grands évène-
ments (Route du Rhum…)
•• Une offre hôtelière complète (niveaux de
gamme, capacité)
•• Des locomotives régionales : Thermes,
Aquarium, Casino…
•• Des évènements naturels (grandes
marées)
•• Des projets structurants en cours et à
venir (rénovation / extension Aquarium,
Cité du cinéma,…)
•• Une accessibilité : à 3h de Paris, gare
maritime, aéroport (Dinard)
Opportunités
•• L’arrivée de la nouvelle Ligne à Grande
Vitesse en 2017 qui va positionner Saint-
Malo comme la première ville littorale de
l’ouest depuis Paris (2h15)
•• Un comportement des consommateurs
qui recherchent de plus en plus de des-
tinations « vertes »
•• La création de la Destination Saint-
Malo-Baie du Mont-Saint-Michel qui
rattache Saint-Malo à un site mondiale-
ment connu
Faiblesses
•• Une concentration des flux touris-
tiques et commerciaux sur le littoral
(Saint-Malo/Cancale) au détriment de
l’arrière-pays
•• Une faible mise en valeur du patrimoine
naturel et bâti (forts, marées…)
•• Une fréquentation modeste des équipe-
ments muséographiques
•• un manque d’équipements générateurs
de flux hors saison et d’équipements loi-
sirs pour la cible « familles/couples »
•• Une forte présence de résidences se-
condaires (peu moteur dans l’animation
d’un territoire)
•• Des dessertes en TC et parkings (sou-
haitable en ajoutant la création d’aires
pour camping-cars)
Menaces
•• L’obsolescence, voire le risque de
baisse d’activité de certains équipe-
ments face à de nouveaux entrants
(palais du Grand Large avec ouverture
du centre des congrès de Rennes), le
Casino…
•• L’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse
qui peut avoir des effets pervers
(ex : hausse des prix du foncier des
centres-villes, développement des rési-
dences secondaires au détriment des
résidents…)
•• La superposition d’acteurs touristiques
avec chacun des objectifs propres
•• La baisse de la fréquentation touristique
bretonne comme ces dix dernières an-
nées (malgré la reprise en 2012)
POPULATION 2013
DE LA VILLE CENTRE
44 919 habitants
POPULATION 2013
DE L’UNITÉ URBAINE
44 919 habitants
nombre d’hôtels
en 2017
77
INSEE, dans l’unité urbaine
nombre de chambres
d’hôtels en 2017
2 445 (dont 626 en 4*et +)
INSEE, dans l’unité urbaine
emplois touristiques
3 075 en moyenne
annuelle dans St-Malo
Agglomération
INSEE, 2011
voir détail de la méthode page 37
Shop-
ping
Équipements
et festivals
Tourisme
d'affaires
Gastronomie
Hôtellerie
Patri-
moine
Accessibilité
externe
Littoral
et nature
10
8
6
4
2
SAINT-
MALO
Erquy
Dinan
Cancale
Combourg
Bécherel
Pléneuf-Val-André
La pointe du Grouin
Saint-Suliac
et la Rance
Saint-Cast
et Saint-Jacut Baie du
Mont-Saint-Michel
Haras National
de Lamballe
Cap Fréhel - Fort la Latte
Dol-de-Bretagne
et le Mont-Dol
Dinard, Saint-Briac
et Saint-Lunaire
10 Km ¯
Type de site touristique
Zone accessible à moins
de 30 minutes (route)
Zone tampon de 25 kilomètres
Îles et presqu'îles
Sites insolites
Nature
Patrimoine
Sites emblématiques
Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN,
GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD
Équipements de loisirs / Musées
Sites hors ville de Saint-Malo
Sites touristiques à proximité de Saint-Malo
SAINT-MALO
Les lignes de forces de la destination
Les atouts touristiques
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201732
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.
Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.

Contenu connexe

Tendances

Cap com2011 ambassadeurs-casier
Cap com2011 ambassadeurs-casierCap com2011 ambassadeurs-casier
Cap com2011 ambassadeurs-casierCap'Com
 
Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017
Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017 Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017
Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017 Hyères Tourisme
 
Fiche SCoT 5 - Tourisme
Fiche SCoT 5 - TourismeFiche SCoT 5 - Tourisme
Fiche SCoT 5 - TourismeSCoT-LHPCE
 
Loi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSIN
Loi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSINLoi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSIN
Loi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSINMONA
 
État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...
État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...
État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...AudéLor
 
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...AudéLor
 
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...AudéLor
 
Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...
Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...
Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...AudéLor
 
Présentation structuration touristique ADT-CDT Deux-Sèvres
Présentation structuration touristique ADT-CDT Deux-SèvresPrésentation structuration touristique ADT-CDT Deux-Sèvres
Présentation structuration touristique ADT-CDT Deux-SèvresMONA
 
Nouveau terrain de soccer à pont rouge
Nouveau terrain de soccer à pont rougeNouveau terrain de soccer à pont rouge
Nouveau terrain de soccer à pont rougeImagineo
 
Opéras : démarche prospective pour penser demain
Opéras : démarche prospective pour penser demainOpéras : démarche prospective pour penser demain
Opéras : démarche prospective pour penser demainLa French Team
 
La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...
La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...
La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...MONA
 
L'Opéra national de Lyon : une institution en marche
L'Opéra national de Lyon : une institution en marcheL'Opéra national de Lyon : une institution en marche
L'Opéra national de Lyon : une institution en marcheLa French Team
 
Expo monet-cathedrale
Expo monet-cathedraleExpo monet-cathedrale
Expo monet-cathedraleRouen
 
Discours d'ouverture - UE2009
Discours d'ouverture - UE2009Discours d'ouverture - UE2009
Discours d'ouverture - UE2009UETR2011Bergerac
 
Supplément: le Tour de France est à Verviers
Supplément: le Tour de France est à VerviersSupplément: le Tour de France est à Verviers
Supplément: le Tour de France est à VerviersSudpresse
 

Tendances (20)

Cap com2011 ambassadeurs-casier
Cap com2011 ambassadeurs-casierCap com2011 ambassadeurs-casier
Cap com2011 ambassadeurs-casier
 
Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017
Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017 Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017
Forum d'automne des acteurs du tourisme / 2017
 
Fiche SCoT 5 - Tourisme
Fiche SCoT 5 - TourismeFiche SCoT 5 - Tourisme
Fiche SCoT 5 - Tourisme
 
Loi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSIN
Loi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSINLoi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSIN
Loi NOTRe : où en est-on ? Rencontre réseau 05042016 MOPA FROTSI PC CRT LIMOUSIN
 
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
 
État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...
État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...
État des lieux du tourisme dans le Pays de Lorient, AudéLor, Communication n°...
 
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2014. Communicati...
 
Fiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
Fiche SCoT LHPCE n°5 - TourismeFiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
Fiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
 
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...
Le développement touristique dans le Pays de Lorient. Bilan 2015 - AudéLor, C...
 
Rapport activités 2013
Rapport activités 2013Rapport activités 2013
Rapport activités 2013
 
Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...
Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...
Enquête auprès des touristes dans le pays de Lorient, été 2014 - Principaux r...
 
Présentation structuration touristique ADT-CDT Deux-Sèvres
Présentation structuration touristique ADT-CDT Deux-SèvresPrésentation structuration touristique ADT-CDT Deux-Sèvres
Présentation structuration touristique ADT-CDT Deux-Sèvres
 
Plaquette de présentation de l'AURH
Plaquette de présentation de l'AURHPlaquette de présentation de l'AURH
Plaquette de présentation de l'AURH
 
Nouveau terrain de soccer à pont rouge
Nouveau terrain de soccer à pont rougeNouveau terrain de soccer à pont rouge
Nouveau terrain de soccer à pont rouge
 
Opéras : démarche prospective pour penser demain
Opéras : démarche prospective pour penser demainOpéras : démarche prospective pour penser demain
Opéras : démarche prospective pour penser demain
 
La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...
La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...
La loi notre : où en est-on ? - Rencontre réseau Tulle 12092016 Mopa CRT Limo...
 
L'Opéra national de Lyon : une institution en marche
L'Opéra national de Lyon : une institution en marcheL'Opéra national de Lyon : une institution en marche
L'Opéra national de Lyon : une institution en marche
 
Expo monet-cathedrale
Expo monet-cathedraleExpo monet-cathedrale
Expo monet-cathedrale
 
Discours d'ouverture - UE2009
Discours d'ouverture - UE2009Discours d'ouverture - UE2009
Discours d'ouverture - UE2009
 
Supplément: le Tour de France est à Verviers
Supplément: le Tour de France est à VerviersSupplément: le Tour de France est à Verviers
Supplément: le Tour de France est à Verviers
 

Similaire à Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.

S'appuyer sur les services publics locaux
S'appuyer sur les services publics locauxS'appuyer sur les services publics locaux
S'appuyer sur les services publics locauxCap'Com
 
Editeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakEditeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakStéphane Juguet
 
Editeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakEditeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakStéphane Juguet
 
Editeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakEditeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakStéphane Juguet
 
Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040
Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040
Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040thierry jolaine
 
Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...
Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...
Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...Salima Sayed
 
Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017
Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017
Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017rennesmetropole
 
Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...
Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...
Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...R-Evolutions Touristiques de Brive
 
Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018
 Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018 Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018
Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018Vincent Charlier
 
Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018
Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018
Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018Stéphane Rouziou
 
CDT Béarn-Pays basque AG 2009 Oloron
CDT Béarn-Pays basque AG 2009 OloronCDT Béarn-Pays basque AG 2009 Oloron
CDT Béarn-Pays basque AG 2009 OloronEmilie64
 
L'attractivité de Tourcoing
L'attractivité de TourcoingL'attractivité de Tourcoing
L'attractivité de TourcoingAurélie Constant
 
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...Novabuild
 
L'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexesL'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexesAurélie Constant
 
Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010UETR2011Bergerac
 
Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010UETR2011Bergerac
 
B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?
B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?
B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?Cap'Com
 

Similaire à Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017. (20)

S'appuyer sur les services publics locaux
S'appuyer sur les services publics locauxS'appuyer sur les services publics locaux
S'appuyer sur les services publics locaux
 
Rencontre du tourisme 2015
Rencontre  du tourisme 2015 Rencontre  du tourisme 2015
Rencontre du tourisme 2015
 
Editeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakEditeur urbain - City break
Editeur urbain - City break
 
Editeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakEditeur urbain - City break
Editeur urbain - City break
 
Editeur urbain - City break
Editeur urbain - City breakEditeur urbain - City break
Editeur urbain - City break
 
Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040
Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040
Etude territoires-rencontre-2 mars 2016 La Bretagne en 2040
 
Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...
Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...
Le tourisme institutionnel sur internet .comment seduire les touristes intern...
 
Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017
Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017
Les Rennais - Hors série Rennes 2030 - septembre 2017
 
Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...
Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...
Atelier 1 Enjeux de l'intercommunalité pour les destinations touristiques - e...
 
Développement de l'économie touristique, intervention du 29 janvier 2015
Développement de l'économie touristique, intervention du 29 janvier 2015Développement de l'économie touristique, intervention du 29 janvier 2015
Développement de l'économie touristique, intervention du 29 janvier 2015
 
Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018
 Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018 Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018
Chiffres-clés du tourisme dans l'Oise édition 2018
 
Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018
Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018
Chiffres Clés Oise Tourisme_Edition 2018
 
CDT Béarn-Pays basque AG 2009 Oloron
CDT Béarn-Pays basque AG 2009 OloronCDT Béarn-Pays basque AG 2009 Oloron
CDT Béarn-Pays basque AG 2009 Oloron
 
L'attractivité de Tourcoing
L'attractivité de TourcoingL'attractivité de Tourcoing
L'attractivité de Tourcoing
 
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
 
L'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexesL'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexes
 
Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux, un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
 
Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
Trévoux : un croisement d’expériences, un échange de clientèles - UE2010
 
Conférence Plénière 2009 : Destination en tension
Conférence Plénière 2009 : Destination en tensionConférence Plénière 2009 : Destination en tension
Conférence Plénière 2009 : Destination en tension
 
B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?
B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?
B1. Offices de tourisme : quel modèle pour accueillir touristes et habitants ?
 

Plus de AudéLor

audelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdf
audelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdfaudelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdf
audelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdfAudéLor
 
Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...
Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...
Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...AudéLor
 
Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !
Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !
Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !AudéLor
 
Le Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient Agglomération
Le Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient AgglomérationLe Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient Agglomération
Le Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient AgglomérationAudéLor
 
lorient-oceans-village-innovation.pdf
lorient-oceans-village-innovation.pdflorient-oceans-village-innovation.pdf
lorient-oceans-village-innovation.pdfAudéLor
 
Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...
Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...
Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...AudéLor
 
Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...
Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...
Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...AudéLor
 
Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...
Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...
Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...AudéLor
 
Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...
Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...
Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...AudéLor
 
Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...
Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...
Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...AudéLor
 
Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021
Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021
Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021AudéLor
 
Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...
Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...
Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...AudéLor
 
Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...
Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...
Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...AudéLor
 
Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021
Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021
Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021AudéLor
 
Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...
Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...
Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...AudéLor
 
Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...
Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...
Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...AudéLor
 
Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...
Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...
Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...AudéLor
 
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...AudéLor
 
Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...
Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...
Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...AudéLor
 
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...AudéLor
 

Plus de AudéLor (20)

audelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdf
audelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdfaudelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdf
audelor-bienvenue-lorient-bretagne-sud-2023.pdf
 
Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...
Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...
Bienvenue dans la 3ème agglomération de Bretagne - votre projet est notre pri...
 
Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !
Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !
Agglomération de Lorient : cap sur votre épanouissement !
 
Le Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient Agglomération
Le Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient AgglomérationLe Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient Agglomération
Le Parc Technologique de Soye - Pôle d'innovation de Lorient Agglomération
 
lorient-oceans-village-innovation.pdf
lorient-oceans-village-innovation.pdflorient-oceans-village-innovation.pdf
lorient-oceans-village-innovation.pdf
 
Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...
Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...
Lorient Agglomération, 3ème agglomération de Bretagne. Un territoire maritime...
 
Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...
Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...
Le pays de Lorient-Quimperlé vu de l'extérieur. Communication AudéLor n°172, ...
 
Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...
Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...
Période COVID : le marché de l'immobilier ancien sur le pays de Lorient-Quimp...
 
Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...
Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...
Période COVID : la construction de logements neufs sur le pays de Lorient-Qui...
 
Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...
Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...
Destination Lorient-Quimperlé. Bilan touristique 2020. Communication AudéLor ...
 
Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021
Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021
Observatoire de l'économie maritime en Bretagne n°2. Juillet 2021
 
Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...
Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...
Les résidences services séniors sur Lorient Agglomération. Communication Audé...
 
Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...
Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...
Le marché des bureaux sur le Pays de Lorient en 2020. Communication AudéLor n...
 
Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021
Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021
Barographe du Pays de Lorient-Quimperlé n°33. AudéLor, juillet 2021
 
Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...
Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...
Les niveaux de loyers dans le parc social au 1er janvier 2020 sur Lorient Agg...
 
Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...
Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...
Le parc social de Lorient Agglomération au 1er janvier 2020. Communication Au...
 
Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...
Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...
Le point sur la démographie du pays de Lorient-Quimperlé. Communication 157, ...
 
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
 
Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...
Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...
Les sites d'activités technopolitains de Lorient Agglomération. Communication...
 
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
La vacance commerciale dans les centralités sur Lorient Agglomération : bilan...
 

Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique. ADEUPA, AudéLor, AUDIAR, Côtes d'Armor Développement,Quimper Cornouaille développement, juin 2017.

  • 1. Une région renommée, Des destinations singulières, Des villes plurielles Juin 2017 les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique DESTINATION(S) BRETAGNE : B R E S T  B R E T A G N E
  • 2. Directeurs de la publication : Benjamin Grebot, Kim Lafleur, Philippe Leblanche, Laurent Queffurus, Henri-Noël Ruiz Auteurs : Christine Boissonnot, Guillaume Cherel, Vincent Corre, Nadine Le Hir, Jérôme Malle Cartographie : Guillaume Cherel, Johan Poquet Mise en page : Guillaume Cherel, Coralie Coué
  • 3. LE TOURISME URBAIN, UN MAILLON CLÉ DE L’ATTRACTIVITÉ DE LA BRETAGNE ET DE SES DESTINATIONS.................................................. 4 LES VILLES EN BRETAGNE - POIDS TOURISTIQUE, SINGULARITÉS ET DYNAMIQUES....................................................................................... 6 Les villes, moteur de croissance de l’activité touristique dans une Bretagne dominée par le tourisme littoral................................................................................................................... 6 Un patrimoine riche mais non différenciant.............................................................................. 9 La complémentarité ville /arrière-pays : un atout majeur de nos villes.................................... 11 Une notoriété à conforter................................................................................................... 12 La mer, un puissant facteur d’attractivité............................................................................. 13 Festivals : une programmation riche et des évènements à forte notoriété................................ 14 Rencontres professionnelles : des politiques ambitieuses sur un marché très concurrentiel... 14 Un tourisme urbain aux contours pluriels............................................................................ 15 Illustration des singularités de nos villes............................................................................ 16 DÉFINIR UN CONCEPT DE DESTINATION URBAINE SPÉCIFIQUE À LA BRETAGNE : LE « BREIZH CITY BREAK ».............................................18 Un modèle de « tourisme urbain » à inventer en Bretagne qui mixe ville, mer et nature............ 18 Au cœur des grandes politiques de tourisme urbain, la régénération urbaine et la culture..... 19 Des villes plurielles qui doivent proposer un récit singulier, un parcours touristique original ou une expérience atypique................................................................................................... 19 Le numérique : clé de l’attractivité, de la découverte et de la réputation des villes................ 20 Le défi citoyen : faire des habitants et des acteurs de la ville des ambassadeurs de la destination.......................................................................................................................... 20 FOCUS PAR VILLE................................................................................... 21 BREST............................................................................................................................... 22 LORIENT............................................................................................................................ 24 QUIMPER.......................................................................................................................... 26 RENNES............................................................................................................................ 28 SAINT-BRIEUC.................................................................................................................. 30 SAINT-MALO..................................................................................................................... 32 VANNES............................................................................................................................. 34 SOURCES, CRÉDITS IMAGES ET MÉTHODE....................................... 36 LES VILLES DE L’ÉTUDE ET LEURS UNITÉS URBAINES.................... 38 SOMMAIRE
  • 4. Les villes d’Europe sont des destinations touristiques en croissance et le lieu privilégié par les visiteurs avant la mer et la montagne. Simple marché de niches dans les années 80, les city break sont aujourd’hui l’un des produits touristiques les plus dynamiques portés particulièrement par l’essor des TGV et lignes aériennes low-cost. En France, et notamment en Bretagne, la majorité des séjours en ville est motivée par la visite à des parents et amis. Mais cette motivation familiale et amicale n’est pas unique : les atouts culturels, festifs et de shopping prennent une dimension croissante. Le tourisme culturel est ainsi en plein essor et il concerne de nombreux primo-visiteurs. Le contenu des courts séjours en ville se répartit « entre déambulations de découverte, avec (mais parfois sans) visites de musées et monuments et participations à des spectacles ; le shopping tient une grande place, ainsi que les arrêts dans les bars et restaurants. Tout se passe comme si le touriste urbain partait de façon informelle à la rencontre du patrimoine, des habitants, des offres commerciales, et s’organisait sa propre déambulation selon ses envies1  ». Ces aménités sont aussi des atouts sur lesquels reposent des destinations d’affaires. Certes, en comparaison des métropoles européennes, les villes bretonnes n’ont pas la même « force de frappe » mais elles disposent néanmoins d’atouts intéressants et distinctifs à faire valoir : une région Bretagne connue et reconnue, des destinations touristiques de proximité mixant ville, littoral et nature… et à partir de juillet 2017, l’arrivée de Bretagne Grande Vitesse qui va considérablement raccourcir les temps de transport entre la Bretagne et l’Île-de-France, un des premiers marchés émetteurs français pour le tourisme. Cette nouveauté va faire de la Bretagne une alternative intéressante au littoral normand pour les courts séjours. Le défi pour les villes bretonnes est d’imaginer un récit singulier et d’offrir une expérience particulière aux visiteurs. Pour proposer des parcours touristiques sur un court séjour, elles pourront s’appuyer sur les aménités naturelles et maritimes, le patrimoine architectural, les équipements, l’offre commerciale… Malgré des atouts maritimes et naturels évidents, l’offre urbaine doit être « musclée » et aller au-delà du patrimoine et d’une addition d’équipements touristiques. Le tourisme urbain est ainsi un enjeu régional. Pour maintenir son attractivité touristique, rajeunir et diversifier sa clientèle, la Bretagne doit disposer de villes ayant la capacité de renouveler une offre touristique d’agrément mais aussi de capter le marché des rencontres professionnelles. À cet égard, les agglomérations et leurs intercommunalités disposent d’une réelle opportunité avec la redéfinition des compétences « développement touristique » entre villes et intercommunalités, qui induit la mise en place de politiques cohérentes à l’échelle de leur destination. Le tourisme urbain, un maillon clé de l’attractivité de la Bretagne et de ses destinations Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 20174 Le tourisme urbain concerne toute personne visitant une ville en dehors de son environnement habituel à des fins de loisirs, d’affaires ou autres motifs. Le visiteur recherche une dynamique de destination urbaine avec ses multiples ressorts : le patrimoine, la culture, la vie sportive, l’architecture, les commerces, les évènementiels… Mais, à partir de quelle taille de ville peut-on parler de tourisme urbain ? Véritable sujet de débat dans les travaux de recherche,cette question n’est pas tranchée.Le choix réalisé dans la présente étude est de retenir les 7 villes bretonnes de plus de 45 000 habitants La plupart des indicateurs sont présentés à l’échelle de l’unité urbaine (commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu, sans coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) ou de l’intercommunalité
  • 5. 1h 2h 3h 4h 5h 6h Brest Rennes Nantes Bordeaux Limoges Caen Rouen Lille Nancy Metz Luxembourg Bruxelles Londres Francfort Munich Zürich Barcelone Turin Strasbourg Lyon Genève Nice Marseille Montpellier Toulouse Valence Toulon Saint- Nazaire La Rochelle Saint-Malo Saint-Brieuc Lorient Quimper Cherbourg Le Havre Amiens Le Mans Angers Tours Orléans Dunkerque Charleville- Mézières Reims Mulhouse Besançon Dijon Avignon Saint- Etienne Clermont- Ferrand Perpignan Gap Foix Tarbes Pau Biarritz Les Sables d’Olonne 2017 2009 PARIS PARIS 1h 2h 3h 4h 5h 6h Brest Rennes Nantes Bordeaux Limoges Caen Rouen Lille Nancy Metz Luxembourg Bruxelles Londres Munich Zürich Barcelone Turin Lyon Nice Marseille Montpellier Toulouse Valence Toulon Saint- Nazaire La Rochelle Saint-Malo Saint-Brieuc Lorient Quimper Cherbourg Le Havre Amiens Le Mans Angers Tours Orléans Dunkerque Charleville- Mézières Reims Mulhouse Besançon Dijon Avignon Saint- Etienne Clermont- Ferrand Perpignan Gap Foix Tarbes Pau Biarritz Les Sables d’Olonne Strasbourg Genève Francfort Temps de parcours en TGV depuis Paris en 2017 Zone accessible en moins d'une heure Zone accessible en plus de 6 heures Zone tampon d'une heure Villes françaises Ville bretonnes Villes européennes Réseau des agences d’urbanisme et de développement de Bretagne Sources : SNCF, RFF, Audiar - 09.2010 Réalisation : Audiar, Quimper Cornouaille Développement L'impact de l'arrivée de la Ligne à Grande Vitesse en Bretagne Les temps d'accès en train depuis Paris en 2017 et 2009
  • 6. Les villes, moteur de croissance de l’activité touristique dans une Bretagne dominée par le tourisme littoral Avec 96 millions2 de nuitées en 2016, la Bretagne est actuellement la quatrième région touristique française. Elle est surtout la première destination nationale de tourisme balnéaire et est marquée par une forte saisonnalité (54% des nuitées en été). Sa façade maritime (2 700 kms de côtes, 42% du littoral français) concentre 69% des nuitées. La clientèle touristique « traditionnelle » qui visite la Bretagne est constituée, pour l’essentiel, de familles qui fréquentent préférentiellement le littoral, au cours de séjours d’une semaine lors des vacances scolaires (printemps, été) et qui privilégient les hébergements non marchands, le camping ou les locations. Le tourisme de courts séjours (deux à quatre jours) s’est développé depuis le début des années  2000. Il concerne d’abord des couples qui résident à moins de trois  heures de la Bretagne et qui souhaitent passer un week-end en bord de saison pour des activités de découverte (nature, patrimoine, culture, gastronomie), de promenade et de randonnée. 11,5 % des séjours touristiques dans les villes d’Art et d’Histoire La Bretagne, « région moins urbanisée que la moyenne française3  », n’est pas identifiée naturellement comme une destination de tourisme urbain. Pour autant, l’étude Morgoat Tourisme4 a montré que les neuf villes d’Art et d’Histoire (Concarneau, Dinan, Dinard, Fougères, Lorient, Quimper, Rennes, Vannes et Vitré) représentent à elles seules 11,5 % des séjours touristiques en région. Cette clientèle est majoritairement constituée de couples qui découvrent la Bretagne pour la première fois (villes « portes d’entrées ») à l’occasion d’un court séjour (week-end, ponts), plutôt au printemps ou en automne, avec une forte proportion de clientèles étrangères (Anglais, Belges, Nord-Américains, Espagnols, Italiens). Ces primo-visiteurs séjournent principalement en hébergements marchands (près d’un tiers en hôtel) et profitent de leur présence pour découvrir plus largement la région. Les villes bretonnes n’attirent pas les touristes seulement pour la diversité et la richesse de leur patrimoine architectural. Elles tirent également profit de la qualité de leurs pôles de services et équipements, des accueils et activités qui y sont développées tout au long de l’année et, pour la majeure partie d’entre elles, de leur situation littorale. Près de 50 % des capacités hôtelières régionales Les sept principales unités urbaines bretonnes représentent 28 % de la population régionale mais concentrent 42 % des lits hôteliers, mode d’hébergement privilégié des touristes « urbains », notamment des touristes d’affaires. Certaines villes bretonnes se distinguent par un parc d’hébergement relativement mixte en lien avec la proximité du littoral : les campings représentent 65 % des lits touristiques pour Lorient, 32 % pour Quimper, 24 % pour Saint-Malo. La plupart des villes ont ainsi une auberge de jeunesse, des résidences de tourisme et des campings. Du point de vue du nombre total d’hébergements, Rennes est au premier plan, suivie de Saint-Malo et Lorient. Le taux d’occupation moyen des hôtels dans les sept espaces urbains5 était de 57 % en 2015, supérieur de trois points aux autres territoires bretons. Cette différence Source : INSEE Source : INSEE Bretagne, Réseau MORGOAT - Module hôtellerie 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 Taux d’occupation mensuel dans l’hôtellerie en 2016 Bretagne, hors espaces urbains Espaces urbains mois Capacités d’hébergement touristique en 2016 (en lits touristiques par unités urbaines) Unités urbaines Hôtels Campings Villages vacances Résid. tourisme Auberge de jeunesse TOTAL Brest 3 992 1 056 445 136 5 629 Lorient 1 792 4 572 580 100 7 044 Quimper 2 040 1 113 214 72 3 439 Rennes 8 074 474 2 828 99 11 475 St-Brieuc 2 154 552 120 2 826 St-Malo 5 466 2 355 198 1 399 285 9 703 Vannes 2 312 972 944 4 228 TOTAL 25 830 11 094 198 6 410 812 44 344 BRETAGNE 61 622 281 766 13 204 27 796 2 626 387 014 % BZH 42 % 4 % 1 % 23 % 31 % 11 % Les villes en Bretagne - poids touristique, singularités et dynamiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 20176 DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 7. s’explique par une forte activité touristique d’agrément en bord de saison et par un poids important du tourisme d’affaires hors- saison. L’activité des hôtels urbains est plus lissée sur l’année comparativement à celle des hôtels de stations littorales, bien plus saisonnière. Le volume de nuitées progresse fortement dans les villes La fréquentation dans les hôtels urbains a nettement progressé entre 2010 et 2015 (pour les sept unités urbaines de l’étude  :  + 13 % en nombre de nuitées, plus un point pour le taux d’occupation). Les territoires de Rennes et Saint-Malo dépassent chacun le million de nuitées en 2015 et représentent plus de la moitié des nuitées hôtelières des espaces urbains étudiés. La part de la clientèle étrangère atteint en moyenne près de 16 %. Saint- Malo se caractérise par une proportion nettement plus forte (26 %) qui s’explique par la présence de la gare maritime et des liaisons avec la Grande-Bretagne et les îles anglo-normandes. 51 % de clientèle d’affaires, mais des différences selon les villes Les hôtels des unités urbaines étudiées sont de taille bien plus importante qu’en moyenne régionale (40 chambres contre 28). Il s’agit pour l’essentiel de grands hôtels de chaîne, souvent localisés en périphérie des villes et qui accueillent principalement des clientèles d’affaires (une nuitée sur deux). Là encore, la cité malouine se distingue puisqu’elle héberge très majoritairement une clientèle d’agrément. Pour autant, en volume (200 000 nuitées d’affaires chaque année), elle s’affirme comme la troisième destination d’affaires en Bretagne. Location entre particuliers et économie collaborative : une évaluation difficile L’offre en location, plus difficile à mesurer, est riche dans les espaces urbains. En  2016, la part de marché des hébergements proposés par des particuliers, via des plateformes internet, atteindrait 16 % des nuitées touristiques en France selon l’Insee. Que ce soit des locations et chambres labellisées ou des pratiques issues de l’économie collaborative et de partage, les locations de chambres ou de logements, le plus souvent par des particuliers, sont devenues une solution simple d’usage. La confiance s’appuie sur les avis, les profils et la description des personnes et des biens sur les plateformes de réservation. AirBnB, emblématique de ce mouvement, référence des logements majoritairement danslesvilles,maisaussiprogressivement dans les zones de vacances (stations balnéaires, campagne, montagne…). Ce phénomène, limitant l’intermédiation, s’accélère en s’appuyant sur les outils numériques. Selon l’observatoire AirBnB, le nombre d’offres à Rennes est de 651 et de 623 à Brest (octobre 2016). Source : INSEE Bretagne, Réseau MORGOAT - Module hôtellerie 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % St-Brieuc Agglomération Baie d'Armor St-Malo Agglomération Golfe du Morbihan- Vannes Agglomération Lorient Agglomération Quimper Communauté Rennes Métropole Brest Métropole Nuitées hôtelières en 2016 Part affaires Part Agrément DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 8. Le nombre de logements AirBnB semble très lié à la taille de la ville, à son attractivité (Bordeaux : 5 237 offres, Nantes : 1 785), ainsi qu’à son rayonnement touristique (Saint-Malo 3 000, La Rochelle : 1 796, Tours : 638, Colmar : 528). D’autres sites comme Couchsurfing proposent un service d’hébergement temporaire et gratuit, de personne à personne. Ce type de services est une pratique souvent urbaine, de même que les greeters qui, bénévolement, accueillent les touristes et organisent des balades. L’importance des villes dans l’emploi touristique régional Les sept agglomérations concentrent 19 700 emplois touristiques, soit 42,5 % du total régional6 . 13,6 % de ces emplois sont situés dans Rennes Métropole et 6,6 % à Saint-Malo. Suivent les agglomérations de Lorient (6,1 %), Brest (6,0 %), Vannes (4,6 %), Quimper (2,9 %) et Saint-Brieuc (2,7 %). La diversité des fonctions remplies par les villes (fonctions administratives, santé…) ne permet pas à l’activité « tourisme » de se démarquer : elle représente, selon les villes, entre 3 et 13 % de l’emploi. Cependant, cette part se situe à un assez bon niveau par rapport à d’autres secteurs économiques (en moyenne, le secteur de la construction représente 6 % de l’emploi des agglomérations). Une croissance de l’emploi concentrée à Rennes, Brest et Saint-Malo NB : Les commentaires qui suivent concernent uniquement les emplois « 100 % touristiques » tels que définis par l’INSEE (secteurs de l’hébergement et des Offices de tourisme). La croissance de l’emploi salarié 100  % touristique a été de 2 % dans les agglomérations, entre 2008 et 2014, à comparer à l’évolution constatée hors de ces agglomérations (-4,4 %) et à celle de l’emploi salarié total (-1,4 %). Pour autant, les différents pôles urbains ne sont pas animés 426 399 1 045 1 184 667 209 271 BREST RENNES VANNES QUIMPERQUIMPER LORIENT SAINT-MALOSAINT-BRIEUC LORIENT VANNES SAINT-MALO RENNES BREST Une évolution inégale dans les villes des emplois « 100 % touristiques » Sources : Acoss - Réalisation : Quimper Cornouaille Développement Taux d'évolution annuel entre 2008 et 2014 Nombre d’emplois 100 % touristique en 2014 500 de -0,45 % à 0 % de -0,47 % à -0,46 % de 0,01 % à 0,87 % Emplois dans les EPCI 2016 de Brest, Lorient, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes ¯20 Km Nombre d’emplois touristiques INSEE en 2011 Source : INSEE n°24-juillet 2015 « Le tourisme emploie 57600 personnes en Bretagne » - EPCI 2013 St-BrieucAgglo.Baied'Armor QuimperCommunauté GolfeduMorbihan-VannesAgglo. BrestMétropole LorientAgglomération St-MaloAgglomération RennesMétropole 100020003000400050006000 0 DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 9. par les mêmes tendances. Positive à Brest (+1,2 %), Rennes (+4,2 %) et à Saint-Malo (+5,3 %), l’évolution de l’emploi salarié « 100 % touristique » s’est avérée négative pour les autres agglomérations (de -1 et -2,8 %). Un patrimoine riche mais non différenciant Les villes de Bretagne disposent d’un socle porteur de valeur ajoutée en termes de patrimoine, d’équipements et d’évènements. En 2014, la France comptait 181 villes et Pays d’art et d’histoire, dont dix en Bretagne. Parmi les agglomérations étudiées, quatre sont d’ores et déjà reconnues pour la qualité de leur patrimoine architectural, historique et culturel et ont obtenu le label « Ville ou Pays d’art et d’histoire »   : Lorient, Quimper, Rennes7 et Vannes. D’ici 2017- 2018, Brest et Saint-Brieuc ont pour objectif d’obtenir également ce label, Saint-Malo œuvrant à sa reconduction. Ce label ne permet cependant pas de singulariser les villes bretonnes des autres destinations urbaines françaises. Par ailleurs, aucune ville ne bénéficie d’une inscription au patrimoine mondial matériel de l’Unesco8 , marqueur d’excep- tion qui joue un rôle d’accélérateur de la fréquentation touristique. Des sites peuvent cependant influer sur l’attractivité de Saint-Malo et, dans une moindre mesure, de Brest. ll s’agit du Mont-Saint-Michel, situé à 47 kilomètres de la cité malouine, et de la Tour Vauban de Camaret-sur-Mer sur la presqu’île de Crozon, un des douze sites appartenant au réseau des sites majeurs Vauban inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2008. Par ailleurs, toutes les villes disposent de monuments historiques classés ou inscrits, ainsi que d’édifices labellisés au titre du patrimoine du xxe siècle. 0 20 40 60 80 100 120 140 Monuments historiques classés et inscrits Monuments historiques inscrits Monuments historiques classés Patrimoine du XXe siècle9 Nombre de monuments historiques et édifices classés ou inscrits patrimoine du XXe siècle Source : DRAC Bretagne - Conservation régionale des monuments historiques 19.11.2016 - Base Mérimée - Ministère de la Culture Brest Lorient Quimper Rennes St-Brieuc St-Malo Vannes BREST RENNES VANNES QUIMPER LORIENT SAINT- MALO SAINT- BRIEUC 326 661, Grand Aquarium 27 768, Musée d'histoire et d'ethnographie 20 823, Fort national 11 685, Musée du Long Cours - Cap Hornier 10 042, Mémorial 1939-1945 201 733, Espace des sciences (3) 73 413, Musée des beaux-arts 58 178, Comusée du pays de Rennes 52 608, Musée de Bretagne 26 693, Parlement de Bretagne 22 491, FRAC Bretagne 20 576, La Criée - Centre d'art cont. Aquarium océanographique et tropical*, 98 822 Jardin aux Papillons*, 39 112 La Cohue - Musée des beaux-arts (1), 19 745 27 473, Musée d’art et d’histoire Musée des beaux-arts, 41 312 Musée départemental Breton, 71 306 Centre d'art le Quartier, 65 798 444 199, Océanopolis 71 113, Musée national de la Marine 24 752, Conservatoire botanique national 23 452, Musée des beaux-arts 18 662, Centre Art Passerelle 15 406, Musée de la Tour Tanguy 12 744, Musée de la Fraise (Plougastel-Daoulas) 70 222, Musée de la Compagnie des Indes 71 306, Cité de la Voile (2) 65 798, Sous-marin Flore Fréquentation des musées, centres d’art, centres scientifiques et parcs à thème en 2015 > 10 000 entrées dans les 7 principales villes bretonnes Équipement scientifique et de loisirs Musée, centre d'art et mémorial * Données 2014 (1) La Cohue : le passage central et les entrées payantes totalisent en 2015 une fréquentation de 139 070 (2) Cité de la Voile : le site a fermé du 15/10/2014 au 24/04/2015 (3) Nombre de visites Sources : Insitutions 2015, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD 20 Km ¯ Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 9
  • 10. Peu de musées de plus de 100 000 entrées, mais des espaces culturels qui évoluent En dehors d’expositions temporaires exceptionnelles, aucun musée breton n’enregistre plus de 100 000 entrées par an, Rennes étant la seule métropole régionale française dans cette situation. Lieux de culture et d’éducation, les musées sont amenés à proposer des stratégies de développement et d’attractivité. L’organisation d’évènements culturels est à cet égard un levier déterminant à l’instar du Musée des beaux-arts de Quimper et de l’exposition « De Turner à Monet10  » qui a généré 122 000 entrées sur cinq mois seulement en  2011. Progressivement, le paysage culturel évolue. Le développement de fondations privées, telles que le Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture à Landerneau (25  kilomètres de Brest), confirme le fait qu’un lieu touristique majeur (140 000 visiteurs pour l’exposition Giacometti en  2015, 160 000  visiteurs pour Chagall en  2016) peut également revendiquer un rôle de mission d’intérêt général à caractère culturel. Tout l’enjeu en matière touristique consiste à créer une synergie avec les centres urbains situés à proximité. Le shopping touristique : une composante inégale et discrète Le shopping constitue une motivation importante pour les clientèles touristiques urbaines tant d’affaires que d’agrément, y compris les croisiéristes, même si leurs motivations premières se révèlent plutôt être la culture et le patrimoine. L’offre commerciale à vocation touris- tique recouvre une grande diversité d’enseignes : commerces de luxe, grands magasins de centre-ville, marchés, boutiques de souvenirs, concepts stores... dont certaines agglomérations de Bretagne s’avèrent mieux dotées que d’autres. Rennes peut ainsi s’appuyer sur son centre-ville, premier pôle commercial de Bretagne par son chiffre d’affaires et la diversité de son offre, sans compter le marché des Lices parmi les plus réputés de France. Saint-Malo se distingue avec un centre intra-muros propice au « fun shopping » (semaine et week-end) avec des enseignes à l’aménagement particulièrement soigné, de la décoration intérieure et du marketing. À Brest, le centre-ville conserve une part de marché bien supérieure à la plupart des villes bretonnes. Enfin, malgré des taux de vacance de locaux commerciaux en progression ces dernières années dans les villes moyennes en France, les centralités commerciales des autres villes restent très denses (de 6,5 commerces pour 1  000 habitants à Saint-Brieuc à 8,7 pour Vannes, 7,2 pour Lorient et 8,4 pour Quimper) avec des particularités concernant Vannes et Quimper dont le cœur marchand à l’opportunité d’être animé en période dominicale grâce au classement en « zone touristique ». 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Quimper Musée des beaux-arts 2015 Rennes Espace des sciences 2015 Brest Océanopolis 2014 Département Bretagne France International Attractivité des premiers équipements culturels et touristiques des villes Sources : Institutions (selon données disponibles) DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 11. La complémentarité ville/arrière-pays : un atout majeur de nos villes 47 % des sites remarquables bretons à moins de 30 minutes des villes Le pouvoir d’attraction des villes bretonnes est indissociable et souvent corrélé aux ressources touristiques et patrimoniales situées dans leur proche environnement. 47 % des « sites remarquables » bretons et près de la moitié des 107 sites naturels, patrimoniaux, emblématiques, insolites, îles et presqu’îles recensés par le Comité régional du tourisme sont situés à 25 kilomètres ou moins de 30 minutes des villes qui constituent le champ d’étude. Les villes de plus petite taille (hormis Saint-Brieuc) comptent davantage de sites touristiques emblématiques dans ce rayon de 30 minutes (huit sites autour de Vannes, Lorient et Quimper). Ils sont, à l’inverse, plus rares autour de Rennes. Cette offre de proximité, multiple et souvent riche de nature et de patrimoine, est un atout pour des agglomérations qui, à elles seules, ne disposent pas des ressources suffisantes pour s’inscrire sur la carte nationale et internationale des destinations urbaines pour des week-ends ou des courts séjours. Hormis Rennes, chaque ville, dans son rayon de 30 minutes ou de 25 kilomètres, peut compter au minimum sur deux types de sites touristiques parmi les six catégories répertoriées, les plus fréquents étant les sites liés au patrimoine (13 sites sur 50) ou à la nature (11 sites). Saint-Malo fait figure d’exception et profite d’une renommée internationale qui en fait une destination touristique à part entière. Pour les autres cités bretonnes, les offres maritime, patrimoniale et urbaine doivent être conjuguées à l’échelle de la destination. Ainsi, le positionnement des villes étudiées, en tant que destination urbaine à part entière, semble moins évident (prédominance du tourisme littoral, taille moyenne des villes). Pour attirer des Diversité des sites touristiques situés à 30 minutes de la ville centre Source : CRT Bretagne 2016 Équipements de loisirs/Musées Sites insolites Îles & presqu'îles Sites emblématiques Nature Patrimoine Nombre de sites touristiques situés à 30 minutes de la ville centre Source : CRT Bretagne 2016 0 2 4 6 8 10 12 Rennes St-Brieuc Brest St-Malo Vannes Lorient Quimper BREST RENNES VANNES QUIMPER LORIENT SAINT- MALO SAINT- BRIEUC Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Zone tampon de 25 kilomètres Sites touristiques en Bretagne Îles et presqu'îles Sites insolites Équipements de loisirs / Musées Nature Patrimoine Sites emblématiques Sources : CRT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Sites hors ville de Brest, Lorient, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes 20 Km ¯ Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 11
  • 12. clientèles nouvelles (city breakers…), à fort pouvoir d’achat et originaires par exemple d’Ile-de-France, les villes bretonnes doivent soit densifier considérablement leur offre touristique, en adéquation avec leur capacité financière, soit travailler en bonne intelligence avec le littoral et les sites « nature » et emblématiques proches. Cela implique de rendre plus lisible les liaisons entre les centres urbains et les différents sites touristiques de proximité. Par exemple, pour répondre à des city breakers qui arriveront en juillet 2017 avec la future LGV, le territoire doit pouvoir offrir des modes de déplacement et intégrer les mobilités durables, tout en mettant l’accent sur l’information (offre, pratiques intermodales possibles…). Une notoriété à conforter Les villes représentent une porte d’entrée de la Bretagne comme en atteste leur niveau de notoriété (Cf. carte ci- dessous). Sur le web, le constat est le même. Selon Tripadvisor11 , les villes sont les destinations les plus prisées de Bretagne  : Rennes, Saint-Malo, Brest, Vannes, Quimper et Lorient occupent les premières places ; Saint-Brieuc est en 11ème position, devancée par Dinard, Carnac et Concarneau. Les espaces urbains devancent ainsi la plupart des stations balnéaires et sites touristiques emblématiques (Pointe-du-Raz…). https://www.tripadvisor.fr/Tourism- g187094-Brittany-Vacations.html Pour autant, seule Saint-Malo bénéficie d’une réelle popularité, la ville faisant partie du « top 10 » des destinations françaises les plus prisées. Le numérique est devenu le principal vecteur de promotion des destinations, via divers outils (sites internet, réseaux sociaux..), une politique éditoriale construite et l’implication des citoyens (avis, blogs, vidéos…). Car les acteurs institutionnels ne sont plus les seuls à construire la notoriété des destinations. Les blogueurs, par exemple, sont actifs pour informer, commenter et faire rayonner la réputation des destinations sur internet. Depuis 2015, le blog #MaCornouaille.bzh regroupe des récits d’expériences touristiques de la Destination Quimper Cornouaille.Ce blog est un lieu de partage des bons plans des Cornouaillais et donc des Quimpérois. Il se positionne comme une façon moins institutionnelle de mettre en scène, en récit, les offres touristiques du territoire. QUIMPERQUIMPER BRESTBREST MORLAIXMORLAIX CONCARNEAUCONCARNEAU QUIMPERLÉQUIMPERLÉ GUINGAMPGUINGAMP DINARDDINARD DINANDINAN BELLE-ILE-EN-MERBELLE-ÎLE-EN-MER QUIBERONQUIBERON LA TRINITÉ-SUR-MERLA TRINITÉ-SUR-MER CARNACCARNAC RENNESRENNES VANNESVANNES LORIENTLORIENT SAINT- MALO SAINT- MALO SAINT- BRIEUC SAINT- BRIEUC Niveau de notoriété supérieur à 80 % Notoriété des villes de Bretagne Sources : TOLUNA/Pôle observatoire CRT Bretagne, Enquête réalisée en 10/2011 - Réalisation : Quimper Cornouaille Développement ¯20 Km Enquête relative à la connaissance des Français sur la Bretagne et ses destinations, réalisée auprès de 3 000 internautes en 2011. Les internautes étaient amenés à se prononcer sur les lieux connus, ne serait-ce que de nom. Sur la carte, sont représentées les villes connues par 80 % à 100 % des enquêtés. Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201712 DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 13. La mer, un puissant facteur d’attractivité Le caractère maritime de la Bretagne a naturellement influencé les thématiques à l’origine des « grands équipements » ludiques et touristiques, les évènements, les parcours urbains… Océanopolis à  Brest, consacré aux océans, est l’un des plus importants centres français de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI). Avec le Grand Aquarium de Saint-Malo, le parc à thème brestois est l’un des dix aquariums les plus fréquentés au niveau national. À cela s’ajoutent l’Aquarium de Vannes et la Cité de la voile Éric Tabarly à Lorient dédiée à la voile et la course au large. Citons encore les Musées de la Marine à Brest et de la Compagnie des Indes à Port-Louis (agglomération de Lorient), les autres musées maritimes, localisés à Saint-Malo, bénéficiant d’une fréquentation plus confidentielle. Mais, la ville de Saint-Malo ambitionne de créer un musée d’histoire maritime à l’horizon 2022, représentant un investissement de 30 millions d’euros. L’océan est le théâtre de grands évènements sportifs : Volvo Ocean Race à Lorient avec une édition 2012 ayant rassemblé près de 250 000 visiteurs et généré 22,6 millions d’€ de retombées économiques ; Brest, port des records, avec le départ et l’arrivée de courses comme le Trophée Jules Verne ou le Tour du Monde à la Voile.... À Saint- Malo, l’édition 2014 de la Route du Rhum a eu un véritable impact touristique. 472 000 excursions à la journée à Saint- Malo ont été comptabilisées pendant les dix jours de l’évènement, en provenance principalement de l’ouest, de même que 227 000  nuitées touristiques en Ille-et- Vilaine, dont 70 % dans un rayon de 20 kilomètres12 . Les fêtes et rassemblements, tels que la Semaine du Golfe à Vannes ou les Fêtes maritimes de Brest, le Festival interceltique de Lorient, le festival de Cornouaille à Quimper font aussi partie de l’ADN des villes. De même, les ports de plaisance et fluviaux constituent un facteur de développement économique et touristique. Après la Provence-Alpes- Côtes-d’Azur, la Bretagne est la région qui compte le plus grand nombre d’emplacements : 43 800 places en 2015 dans les 114 ports littoraux bretons, soit 23 % des emplacements nationaux. Les septprincipalesagglomérationsbretonnes concentrent un tiers des emplacements (ports de plaisance en situation de cœur d’agglomération ou d’estuaire). Un grand nombre d’équipements et de services sont directement liés à ces activités portuaires avec des retombées économiques multiples13 . Le tourisme fluvial, quant à lui, se structure autour de trois grands parcours de plus de 675 kilomètres de voies navigables. Il constitue une valeur touristique d’appoint pour Saint-Malo, Rennes et Lorient. Enfin, la mer est également au cœur des balades urbaines, avec des points de vue et des paysages, un accès facilité aux plages ainsi qu’à certaines iles, qui séduisent les touristes. Le spectacle des grandes marées à Saint-Malo, avec les vagues qui viennent s’échouer sur la digue du sillon, illustre la puissance de cette attractivité. NC BREST RENNES VANNES QUIMPER LORIENT SAINT- MALO SAINT- BRIEUC 712 000, Brest 2016 47 000, Festival Européen du Film Court 20 000, Astropolis Fêtes d’Arvor, 175 000 Fêtes Historiques, 130 000 Semaine du Golfe du Morbihan, NC Festival Interceltique, 750 000 Volvo Ocean Race 2015, 155 000 Festival de Cornouaille, 200 000 150 000, Les Tombées de la Nuit 60 000, Trans Musicales 55 000, Les Arts du Feu 53 000, Les Ateliers de Rennes 2014 35 000, Mythos 35 000, Travelling 1 à 2 000 000, La Route du Rhum 2014 60 000, Étonnants voyageurs 32 000, Quai des Bulles 25 000, Folklore du Monde 24 900, La Route du Rock Art Rock, 75 000 Coupe Florio, 60 000 Les Nocturnes, 15 000 Principaux festivals et manifestations en bretagne (7 principales villes) Non exhaustif - offre urbaine dans les sept principales villes bretonnes Évènements 2015 - Chiffres non-communiqués Évènements 2015 Évènements tous les 2 ou 4 ans 200 000 100 000 20 000 Sources : festivals et de la presse régionale, synthèse CRT Bretagne, Agences d’urbanisme de Bretagne, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Fréquentation 20 Km ¯ Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 13
  • 14. Festivals : une programmation riche et des évènements à forte notoriété Davantage encore que les équipements, c’est bien l’organisation de grands évènements qui distingue la Bretagne de la plupart des autres régions françaises. La mer n’est pas l’unique facteur d’attractivité touristique et culturelle. Chaque année, l’identité bretonne et celtique est très largement mise en valeur à travers trois festivals urbains parmi les plus fréquentés de France : le Festival interceltique à Lorient et de Cornouaille à Quimper, les Fêtes historiques à Vannes. Les musiques actuelles sont également bien présentes dans nos villes avec une notoriété nationale, voire internationale pour certaines manifestations : les Trans Musicales à Rennes, La Route du Rock à Saint-Malo, Art Rock à Saint-Brieuc, Astropolis à Brest, les Indisciplinées à Lorient, le festival de Jazz à Vannes. Le cinéma, les arts de la rue, le livre, l’art contemporain complètent ce foisonnement d’évènements. Rennes se démarque par un agenda culturel rythmé par les festivals. Si contrairement aux principales villes bretonnes, la capitale régionale peut difficilement jouer la carte maritime, sa taille,sonstatutetsespolitiquesculturelles génèrent une offre d’évènements tout au long de l’année dont quelques festivals de renommée internationale à l’instar des Trans Musicales (musiques actuelles), de Mettre en Scène (théâtre et danse), mais également d’une pléthore de manifestations plus intimistes. L’écueil de ce rythme dense est d’être davantage un atout pour les résidents de la métropole que pour les touristes. Rencontres professionnelles : des politiques ambitieuses sur un marché très concurrentiel Pour trouver leur place sur un marché international où la concurrence est vive, les villes françaises se dotent d’équipements d’accueil de rencontres professionnelles. L’offre en direction des entreprises ne cesse en effet de se développer et de se diversifier : des équipements toujours plus technologiques, confortables et polyvalents (MICE - meetings, incentives, conferences et exhibitions -, spectacles, expositions, salons…), des bâtiments « totem »signésparfoispardesarchitectes de renom et construits sur des sites et dans un environnement exceptionnels… Autrement dit, la qualité, le « charme et Centre des congrès Équipement dédié Centre des congrès Équipement mixte Congrès Culture Parc expo Grande salle multifonctions Accueil de rencontres professionelles Rennes COUVENT DES JACOBINS Ouverture : 2018 1 200 et 400 places 25 salles de commission LE TRIANGLE Inauguration : 1985 619 places PARC DES EXPOSITIONS DE RENNES Inauguration : 1963 Rénovation : 1972 54 000 m² couverts 11 halls (Musikhall 4 000 places assises) « ARÉNA » Étude de préfiguration : 2017 (jauges, fonctionnalités, attentes du marché) St-Malo LE GRAND LARGE Inauguration : 1984 Rénovation : 2018 1 030 places + 2 rotondes de 350 et 400 places 8 salles de commission LE QUAI DE SAINT-MALO Rénovation : 2014 2 400 m² couverts 3 halls St-Brieuc PALAIS DES CONGRÈS ET DES EXPOSITIONS DE LA BAIE DE SAINT-BRIEUC 1 200 et 390 places 11 salles de commission 17 891 m² couvert 6 halls Auditorium 1 200 et 390 places Brest LE QUARTZ Inauguration : 1988 Rénovation : d’ici 2020 3 500 m² couverts 1 500 et 320 places BREST EXPO Restructuration : 1992 16 748 m² couverts 2 halls BREST ARENA Inauguration : 2014 700 à 3 820 places assises 3 salles de commission Quimper CHAPEAU ROUGE Inauguration : 2017 390 places 5 salles de commission PARC DES EXPOSITIONS DE QUIMPER-CORNOUAILLE Inauguration : 2016 6 500 m² couverts 2 halls (dont Le Pavillon) LE PAVILLON 939 places assises Lorient PALAIS DES CONGRÈS Inauguration : 1968 Rénovation : 2015 800 places 7 salles de commission PARC DES EXPOSITIONS DU PAYS DE LORIENT Inauguration : 1988 11 800 m² 4 halls HALL 2 5 000 places assises Vannes PALAIS DES ARTS ET DES CONGRÈS Inauguration : 1971 850 et 314 places 7 salles de commission PARC DES EXPOSITIONS CHORUS Inauguration : 1992 5 500 m² couverts 2 halls HALL A 4 000 places assises Sources : Institutions - Agences Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201714 DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 15. la séduction font leur entrée dans ces lieux quand autrefois seules comptaient la configuration générale, la taille et la fonctionnalité des sites. Cela se fait cependant à des coûts d’investissement de plus en plus astronomiques14  ». Pour les salons, des métropoles se dotent également d’équipements de standard européen (Toulouse, Strasbourg…). Misant sur l’arrivée de la LGV mi- 2017 et en s’appuyant sur le tissu économique et scientifique, les villes bretonnes ambitionnent aussi de développer l’accueil des congrès. Cette politique se traduit par des investissements, que ce soit par la rénovation ou par la création de centres de congrès dans les centres-villes (Chapeau Rouge à Quimper, Couvent des Jacobins à Rennes). Le parc hôtelier en profite pour se moderniser et se renforcer, particulièrement autour des gares réaménagées. La gouvernance est parfois réinterrogée  : plusieurs villes ont créé des bureaux de congrès, comme Saint-Brieuc, Rennes ou Quimper, l’objectif étant de professionnaliser l’accueil avec un interlocuteur unique et de renforcer la commercialisation. Et force est de constater que ces évolutions en termes d’accueil, de services, d’équipements et de capacités hôtelières, sont indispensables pour répondre au niveau d’exigences des organisateurs de congrès. Un tourisme urbain aux contours pluriels Il est difficile de définir un profil moyen de fréquentation touristique des villes bretonnes, tant les clientèles qui y séjournent sont diverses et leur poids varient selon les atouts et spécificités de chacune des villes. Ainsi, on y retrouve des clientèles séjournant pour des raisons professionnelles (congrès, colloques, séminaires, simples déplacements de travail…) ou par la seule volonté de découvrir la ville et ses attraits urbains, voire simplement vivre un moment fort (festival, évènement culturel ou sportif...). La ville peut également représenter une porte d’entrée ou un point de passage au sein d’une destination plus large. C’est en tout cas ce qui ressort des études du Comité régional du tourisme de Bretagne qui tendent à démontrer que les espaces urbains ne constituent pas des espaces de séjours privilégiés, mais sont souvent associés au littoral. Les données Flux Vision d’Orange15 se révèlent un outil expérimental très intéressant pour illustrer les spécificités des villes bretonnes. Les Agences de développement touristique Finistère Tourisme et Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine, ont décidé, dans le cadre du dispositif Flux Vision, d’observer la fréquentation des principales villes. Ainsi, le graphique des nuitées journalières françaises présente la fréquentation des villes de Rennes, Saint-Malo, Brest et Quimper. Sans surprise, Saint-Malo se démarque par un profil de « tourisme balnéaire », caractérisé par des pics de fréquentation très significatifs lors des week-ends de bord de saison et une affluence estivale typique des espaces littoraux. Quimper suit les mêmes tendances. Rennes se distingue par son activité de « tourisme d’affaires » qui se traduit par une fréquentation plus forte durant les mois hors saison estivale. Enfin, Brest combine une activité d’affaires et un tourisme d’agrément, sans toutefois connaître les niveaux de fréquentation de la capitale régionale ou des bassins touristiques littoraux comme la Cornouaille ou Saint-Malo-Baie du Mont-Saint-Michel. EN 2017 LA BRETAGNE À 1H30 DE PARIS Nuitées journalières françaises par villes bretonnes - Base 100 (mini saison) 0 100 200 300 400 500 600 1avr. 8avr. 15avr. 22avr. 29avr. 6mai 13mai 20mai 27mai 3juin 10juin 17juin 24juin 1juil. 8juil. 15juil. 22juil. 29juil. 5août 12août 19août 26août 2sept. 9sept. 16sept. 23sept. 30sept. Rennes Saint-Malo Brest Quimper Source : Flux Vision Orange - Finistère Tourisme - ADT Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine - 2015 Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 15
  • 16. Illustration des singularités de nos villes Brest et les Capucins : le projet urbain d’exception Dotée d’une identité forte liée à la présence historique de la Marine Nationale et à son ouverture maritime et internationale, Brest a toujoursétéuneterred’accueildevoyageurs. Après la Seconde Guerre mondiale, la ville a été reconstruite et continue à vivre de profondes transformations urbaines (Marina du Château en  2009, tramway et piétonisation du centre-ville en  2012, aménagement en cours du Plateau des Capucins…). Le nouveau quartier des Capucins va accueillir, sur 16  hectares, plus de 560  logements, 30 000  m² de bureaux et commerces, une médiathèque… Reliéeaucœurdelavilleparletoutnouveau téléphérique urbain, cette presqu’île urbaine offre une vision nouvelle sur la métropole, Penfeld, le Château et la Rade de Brest.Les vastes ateliers, anciennement occupés par les ouvriers de la Navale, se transforment progressivement en un pôle de création culturelle et artistique, de diffusion de la culture numérique. Un patrimoine maritime et une histoire industrielle et sociale mis en valeur, propres à fasciner les touristes en quête de lieux innovants et chargés d’histoire. Lorient La Base : la reconversion d’un site En tête des sites les plus attractifs du pays de Lorient devant la citadelle de Port-Louis et l’Île de Groix (enquête AudéLor  2014), haut lieu de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, le site de la Base des sous- marins à Lorient est un élément majeur du patrimoine de l’humanité. Depuis  1997, le site fait l’objet d’une reconversion en pôle économique, touristique et nautique qui lui a valu le prix EDEN en  2011. Ce prix vient récompenser le travail de reconversion et la qualité touristique du site. En 2008, la Cité de la Voile Eric Tabarly y a été créée et s’y est depuis développée. Il s’agit d’un espace pédagogique et muséographique de référence dédié à la course au large. Cet équipement constitue l’élément phare du volet touristique de la reconversion globale de la Base des sous-marins. L’offre inclut également la visite du Musée du sous-marin et du sous- marin Flore. Progressivement, l’usage de l’esplanade se diversifie et s’ouvre de plus en plus aux habitants (création récente d’une aire de jeux complète et innovante en bois et cordages financée par Lorient Agglomération). Restaurants et commerces aux concepts novateurs ou liés aux spécificités maritimes s’y sont installés. D’ici à fin 2017, la dimension culturelle du site prendra de l’ampleur avec la construction d’un équipement pouvant accueillir les studios de répétition de MAPL (Musiques Au Pays de Lorient) et la scène du Manège (concerts et spectacles).. Enfin, l’arrivée de la LGV plaçant Lorient à moins de 3h de Paris va permettre une nouvelle mise en perspective du site Quimper : une image de la richesse du patrimoine breton La riche histoire de Quimper, ville d’art et d’histoire, en fait un concentré de patrimoine historique et culturel breton. Le festival de Cornouaille, créé en 1923, attire chaque année plus de 100 000 visiteurs et est un vecteur du patrimoine immatériel de la ville et de la Bretagne. Ce patrimoine se retrouve entre autres dans la faïencerie Henriot Quimper labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » et permet ainsi à Quimper de figurer parmi les villes dont le nom est lié à un art, à une passion. La capitale de la Cornouaille s’est aussi illustrée dans le domaine de la littérature avec Max Jacob, poète et écrivain, ami des peintres modernes. Avec l’influence et la proximité de l’école de Pont-Aven, la peinture fait partie des traditions de la ville. En témoignent la riche collection et les expositions de prestiges (Paul Gauguin, Pablo Picasso, William Turner, Claude Monet…) accueillies au Musée des beaux- arts. L’art textile, grande tradition à Quimper, est toujours bien présent avec des créateurs de haute renommée comme Pascal Jaouen (fondateur de l’école de broderie d’art), Armor Lux reconnue pour l’originalité de collections puisant leur inspiration dans les couleurs de la mer et les valeurs de la Bretagne ou encore SirDjos, un jeune styliste et couturier quimpérois… Quimper est aussi connue et reconnue pour la qualité de son patrimoine architectural. La cathédrale Saint-Corentin, le Palais des Évêques, les maisons à pans de bois des xvie et xviie siècles, l’Odet et ses passerelles, le quartier de Locmaria sont autant de lieux et monuments historiques offerts à ses habitants et aux visiteurs. Rennes et le centre des congrès Couvent des Jacobins : un grand équipement dans un centre historique en mutation (accueil des premiers congressistes en 2018) Le futur centre des congrès de Rennes Métropole s’installe dans un ancien couvent du xive siècle. Combinant architecture et modernité des espaces, il répond aux standards internationaux pour des congrès, conventions, salons (amphithéâtres de 1 000 et 400  places). L’équipement se différenciedelacentainedecentresprésents en France par son implantation dans un lieu patrimonial classé monument historique, avec un accès direct à la gare par les lignes a et bientôt b du métro. Il s’intégrera dans le club européen des « Centres des Congrès Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201716 DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 17. à caractère historique ». En aménageant un centre des congrès au cœur de la ville- centre, la métropole souhaite renforcer son positionnement international par un équipement high-tech, un parc hôtelier étoffé et un centre historique valorisé. Il s’agit aussi de proposer à l’écosystème d’enseignement supérieur et de recherche un outil à la mesure de son potentiel. Au- delà de l’équipement, ce projet s’inscrit dans une action d’envergure de requalification du centre ancien (un périmètre de 60 hectares regroupant plus de 1 600  immeubles). À  1h25 de Paris en  2017, le centre des congrès sera enfin un outil économique puissant pour accompagner l’arrivée de la ligne Bretagne Grande Vitesse. Saint-Brieuc : le bord de mer à 2h15 de Paris Saint-Brieuc, cité des trois vallées, est indissociable de son environnement littoral (cinquième baie du monde pour l’amplitude de ses marées et plus grande réserve naturelle de Bretagne). L’agglomération briochine fonde son développement touristique sur la complémentarité entre la ville et son patrimoine (Louis Guilloux, Harel de la Noë…), la mer (le nautisme, la coquille saint-Jacques) et la nature (réserve naturelle, randonnée, maison nature). La ville de Saint-Brieuc a, par ailleurs, participé en  2015 à la 13e édition du concours européen d’architecture « Europan » avec comme thème support de sa candidature « De la gare à la mer ». L’objectif de cette démarche est d’orienter les aménagements urbains futurs de la ville dans le cadre de la mise en œuvre d’une stratégie urbaine intitulée « Cap au Large ». L’arrivée de la LGV en juillet 2017, qui devrait faire passer le trafic de 1,2 à 2 millions de voyageurs par an, est l’occasion pour l’agglomération briochine de développer son tourisme urbain en se rapprochant à « 2h15 de Paris ». Anticipant l’effet BGV, Saint-Brieuc a engagé un réaménagement complet du quartier de la gare avec la création d’un pôle d’échange multimodal (TGV, TER, Ligne TEO…) et d’un pôle de services incluant un nouvel hôtel quatre étoiles de 90 chambres qui ouvrira en  2017, complémentaire au centre de congrès et au parc d’exposition. Saint-Malo : une destination d’exception en Bretagne Saint-Malo est une ville touristique singulière tant ses atouts sont multiples et exceptionnels. C’est un « ovni » dans le paysage du tourisme urbain en Bretagne. En 2015, elle se situe dans le « top 10 » des destinationsfrançaiseslesmieuxnotéespar la « communauté TripAdvisor ». À 2h15 de Paris en 2017, la destination est idéale pour le court séjour. Les composantes urbaine et patrimoniale, dont la promenade intra- muros et la vie commerciale dominicale, ne sont pas les seuls registres sur lesquels Saint-Malo peut s’appuyer. Les dimensions maritime, balnéaire et au-delà imaginaire de la cité corsaire, dotent la ville de ressources rares. Autour de ces fondamentaux se sont construits des équipements pour le tourisme d’agrément (aquarium, casino, thermes marins…) ou les rencontres professionnelles avec un Palais du Grand Large rénové en  2018. Des évènements de notoriétés nationale et internationale y sont organisés. La baie de Saint-Malo peut même s’enorgueillir d’être le théâtre des plus grandes marées d’Europe devenues un motif de destination. Nouvelle corde à son arc, un musée de l’histoire maritime de Saint-Malo naîtra en 2022 sur les quais du bassin Duguay-Trouin avec une dimension nationale clairement affirmée. Enfin, les liaisons « transmanche » à partir de sa gare maritime (371 000 passagers en 2015) en font un point d’arrivée et de départ incontournable en Bretagne. Vannes : la nature, vecteur de découverte de la ville Bordée au sud par le Golfe du Morbihan, la ville de Vannes au riche patrimoine médiéval se démarque par un maillage de parcs et jardins remarquables (dix hectares au total). La ville de Vannes dispose de toute une palette d’espaces verts urbains qui participent à l’amélioration du cadre de vie des habitants tout en contribuant à l’attractivité globale de la ville. C’est d’ailleurs en plein cœur de la ville, dans les jardins des remparts, qu’est organisé chaque année le salon végétal « Côté jardin » qui accueille sur deux jours près de 30 000 visiteurs. Au-delà de cet évènement, la ville a lancé en 2015 la première édition des Jardins Éphémères : circuits et « ballade végétale » au cœur de la ville qui permet de découvrir différents types de jardins, mis en scène et racontés (contemporains, classiques, modernes ou décalés). En 2016, 21 jardins ont ainsi été présentés sur 21 sites dans le centre historique de Vannes. Ainsi, en plus de l’aspect « vitrine » pour les professionnels et paysagistes, cette initiative offre de réelles opportunités pour la déambulation urbaine au sein d’un cœur historique particulièrement riche. Cela positionne la nature comme un des éléments phares de la stratégie de découverte des villes. Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 17
  • 18. Parmi les profils de clientèles fréquentant la Bretagne, les city breakers ne sont pas encore identifiés et se diluent dans les touristes « balade-repos », villégiateurs « balnéaire », estivants « mer-plage » et vacanciers « découverte ». Pourtant, le tourisme urbain semble un maillon clé à développer en Bretagne pour quatre raisons principales : une sous- représentation des courts séjours, un besoin de rajeunissement de la clientèle, un rééquilibrage de la fréquentation touristique sur le territoire et enfin le nécessaire développement d’une activité hors saison16 . En parallèle, pour certaines destinations, l’arrivée de la LGV, les TGV low-cost, les « (bus) cars Macron » et le développement des lignes aériennes à bas coût, multiplient les chances pour des villes de l’ouest de devenir des destinations de city break.C’est le cas pour les clientèles provenant d’Île-de- France pour un court séjour organisé de manière spontanée ou planifiée. Les enjeux traités ici ont trait au tourisme d’agrément. Les enjeux liés aux rencontres professionnelles diffèrent et sont très liés à la présence d’équipements structurants et d’une offre hôtelière adaptée. Par ailleurs, la notoriété de la destination se construit en symbiose entre les deux types de tourisme. Un modèle de « tourisme urbain » à inventer en Bretagne qui associe ville, mer et nature La notoriété de la Bretagne est associée à la qualité et à la diversité de ses paysages littoraux, atouts premiers et emblématiques, ainsi qu’à son bocage, ses landes et ses paysages ruraux. Ces deux grandes entités paysagères, l’Armor (pays de la mer) et l’Argoat (pays des bois), souvent opposées d’ailleurs, dominent l’imaginaire et les légendes de la région. En arrière-plan, les villes sont perçues comme à taille humaine, avec un maillage urbain ancien et dense, composé de villes petites et moyennes et d’un chapelet de hameaux et villages. On compte près de 60  villes et communes aux labels touristiques variés17 et plus de 4 000 châteaux, châteaux-forts, manoirs, gentilhommières et demeures de plaisance d’une « densité unique en Europe ». En Bretagne, le « fait urbain » ne s’impose pas naturellement en matière de tourisme. L’attractivité des pôles urbains, de taille « moyenne », réside certes sur leur richesse en termes d’activités, de patrimoine, de culture et de rencontres mais ces atouts pris individuellement ne sont pas suffisants pour nourrir un court séjour. Leur attractivité réside aussi dans leur capacité à tisser des liens avec un environnement proche à la fois maritime et naturel. C’est la condition sine qua non de l’attrait de la destination. Une grande cohérence se dessine par conséquent entre les villes, la destination plus large et la région. Les villes peuvent s’appuyer d’une part sur la forte notoriété de la Bretagne et d’autre part sur les ressources touristiques à proximité (25 kilomètres, 30 minutes, voire plus pour la destination rennaise) afin de proposer une expérience hybride que l’on pourrait qualifier de « Breizh city break ». Ce concept de « court séjour » adapté au maillage urbain de la région se démarque ainsi de la découverte d’une grande destination urbaine française ou européenne. Ainsi, les villes bretonnes ne se positionnent pas sur le même plan que les grandes métropoles mais elles proposent une autre expérience à leurs visiteurs. Définir un concept de destination urbaine spécifique à la Bretagne : le « Breizh City Break » DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 19. Un défi doit être néanmoins relevé  : la mobilité de proximité. En complément d’un réseau de transports publics gérant les flux les plus importants, de nouveaux services de mobilités doivent être développés si l’on veut échapper à un schéma binaire  : le manque de lisibilité des transports collectifs conduisant les touristes à privilégier uniquement l’automobile. Le touriste urbain n’aspire pas à s’enfermer dans une mobilité « octroyée ou rigide ». Il souhaite davantage « inventer sa mobilité » en recourant à un éventail de choix proposant de nouveaux services et en connectant des offres éparses. Les plateformes numériques sont à cet égard un puissant vecteur de transformation des habitudes et des comportements. Tout un champ d’innovations et d’expérimentations s’ouvre aux collectivités18 , y compris en termes d’aménagement d’espaces, de pôles d’échanges… Au cœur des grandes politiques de tourisme urbain, la régénération urbaine et la culture Les villes ont besoin d’offrir de nouvelles expériences touristiques. La régénération urbaine et la culture sont très souvent au cœur des grandes politiques de tourisme urbain. Pour des villes longtemps restées à l’écart des fréquentations touristiques nationales et internationales, la métamorphose urbaine peut être un puissant vecteur de changement et aider à construire un nouvel imaginaire, tourner la page d’un riche passé industriel, se réinventer par la mise en valeur du patrimoine. Le renouvellement urbain prend souvent appui sur l’existence de friches industrielles et portuaires ou d’espaces « déqualifiés » en cœur de ville et s’articule, pour des villes comme Gênes, Bilbao, Barcelone ou, plus près de nous, Marseille, sur trois axes de développement : la culture, le tourisme et le patrimoine. Bordeaux est aussi une illustration riche d’enseignements. La renaissance des quais de la Garonne s’est construite à partir d’un héritage et d’un mouvement associant l’arrivée du tramway, le ravalement des façades XVIIIe et une opération d’aménagement sollicitant l’art du paysage. Pour ces villes, ces espaces délaissés ont été rendus à la population grâce à la construction de logements, de commerces et à l’apparition de jardins, de lieux de promenades, d’équipements de rayonnement (Cité du vin à Bordeaux, Les Machines de l’Île à Nantes…) et d’attractions, qui en font de nouveaux lieux de vie, d’évènements et d’expressions. C’est la cohérence et l’envergure du projet qui procurent une expérience unique et qui construisent la fameuse « iconographie » touristique  : le plaisir, l’insouciance, la flânerie, l’oubli, la déambulation… Et ce n’est pas toujours l’apanage des très grandes agglomérations. Brest et le Plateau des Capucinssontdanscettefiliationetdemain, dans une moindre mesure, Rennes et le Couvent des Jacobins, Lorient La Base (voir focus). Ailleurs, Arles et la reconquête par la fondation privée LUMA d’une friche industrielle SNCF de dix hectares, à côté du cœur historique de la cité, est aussi un bel exemple (exceptionnel cela dit)19 . On peut également citer la ville de Saint-Nazaire, en mutation, avec l’aménagement de son front de mer, ou bien la ville de la Roche-sur-Yon qui a transformé sa place centrale en lieu d’accueil d’un « bestiaire mécanique » tout droit issu de la compagnie des « Machines de Nantes ». Un point commun à toutes ces réussites : la centralité des projets de régénération qui assure un élargissement naturel de la découvertedelacité.ÀSaint-Malo,leprojet de Musée d’histoire maritime sur les quais du bassin Duguay-Trouin, à proximité du quartier intra-muros, est le plus à même d’assurer les meilleures « connections » dans le cadre d’un parcours touristique continu. Ce qui implique, a contrario, de traiter les discontinuités géographiques entre centre urbain et pôle d’équipements touristiques, soit des parcours plus complexes à construire. Des villes plurielles qui doivent proposer un récit singulier, un parcours touristique original ou une expérience atypique Ainsi, les villes de Bretagne, si diverses dans leur taille, patrimoine, histoire, géographie, identité mais aussi dans leurs politiques publiques (culture, tourisme…) peuvent décliner un tourisme alternatif (after hours, nocturne, hors saison…), participatif, créatif, gastronomique, voire un slow tourisme qui invite à s’écarter un tant soit peu d’une course onéreuse aux « standards » des villes les plus médiatisées (objets architecturaux…). Des priorités claires peuvent être préférables à une politique touristique généraliste peu influente sur la carte mentale du tourisme urbain français et européen. D’ailleurs, un article du journal allemand Die Zeit ne disait-il pas à propos de la Bretagne qu’il faut y aller, car cette terre reste « sauvage, impétueuse et encore largement épargnée par le tourisme de masse »20 L’enjeu est donc moins celui des flux touristiques que celui de la création de valeur (économique, humaine, culturelle). Les villes bretonnes ont un rôle éminent à jouer mais, au préalable, elles doivent engager une profonde réflexion sur la construction de leur parcours urbain. C’est lui qui construit le récit d’une destination et il n’est pas toujours bien identifié. Le parcours peut se décliner dans un large éventail de propositions structurées autour d’œuvres in situ (temporaires ou pérennes), expositions, spectacles vivants, étapes gourmandes et découvertes culinaires, jardins et plantations, shopping, constructions de points de vue sur la ville, lieux emblématiques et endroits secrets... Cette offre polymorphe, à partir des ressources existantes, requiert une réflexion d’ensemble intégrant l’aménagement et l’urbanisme, les institutions culturelles, les offres de mobilités, les parcs et jardins… non pas dans le temps d’un évènement mais dans une stratégie et un temps long de l’action et du projet urbain. L’attractivité de ces parcours peut être décuplée le temps d’un festival, d’un évènement culturel ou sportif, ou de manière plus pérenne par l’implantation d’équipements privés type fondation culturelle qui n’est plus l’exclusivité de grandes métropoles (exemple : Fonds Hélène et Edouard Leclerc à Landerneau, à 25 kilomètres de Brest). Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 19
  • 20. Le numérique : clé de l’attractivité, de la découverte et de la réputation des villes Le tourisme est l’un des secteurs où la révolution numérique via l’ordinateur, la tablette, le smartphone joue un rôle capital dans la construction de l’image et de l’attractivité. La majorité des touristes y prépare ses vacances et une part croissante y achète son séjour. Le numérique agit ainsi sur toute la chaîne du séjour : de l’information au choix de la destination, de l’hébergement au parcours sur place et jusqu’aux retours d’expériences (réseaux sociaux, blogs, forums). Précisément, sur la question des mobilités offertes aux visiteurs, il devient un outil incontournable de solutions alternatives aux transports en commun et à la voiture en solo. Cette révolution bouscule les acteurs du tourisme et demande aux collectivités de redéfinir en profondeur leur stratégie et leur communication en intégrant une dimension digitale à leur offre ; les missions d’accueil et d’information des offices de tourisme évoluent : l’information numérique prend le pas sur l’accueil physique et téléphonique. Relever ce défi demande de nouvelles compétences et des moyens, en particulier pour construire des politiques éditoriales créatives et sans cesse renouvelées (web), mobiliser et animer une communauté d’ambassadeurs constitués d’habitants et d’acteurs économiques (réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Tumblr, Instagram…) et séduire les prescripteurs les plus influents de destinations touristiques (blogueurs…). Les villes/agglomérations les plus attractives adoptent désormais une stratégie dynamique sur le web et sur les réseaux  sociaux en donnant la parole aux ambassadeurs plutôt qu’aux experts, en restituant des expériences plutôt qu’une offre touristique qualifiée « de masse », en investissant sur des outils intuitifs et ergonomiques plutôt que sur des guichets et des sites web sans flux d’information. Les plus grandes agglomérations développent des « marques territoriales » alliant promotion touristique et développement économique avec un réseau d’ambassadeurs, mélange de stars, de chefs d’entreprises et… d’inconnus. Only Lyon est la plus connue en France. La marque Bretagne est également bien identifiée. Le défi citoyen : faire des habitants et des acteurs de la ville des ambassadeurs de la destination Rencontrer les habitants et découvrir leurs modes de vie, vivre des expériences « authentiques » sont des tendances de fond comme en attestent l’échange gratuit d’hospitalité tel que le couchsurfing ou le phénomène des greeters21 . Même sans aller jusqu’à offrir gratuitement leur hospitalité, les citoyens ont une place particulière dans l’attractivité touristique d’un territoire. Faire de l’habitant un acteur et un animateur de son territoire est un enjeu pour les destinations touristiques et peut même se révéler un atout distinctif pour la Bretagne en harmonie d’ailleurs avec ses valeurs (ouverture, cohésion, sens du collectif). L’habitant est alors perçu comme incontournable dans la réussite d’une politique touristique. C’est à la fois un visiteur et un acteur économique. Convaincu,ilpeutdevenirunambassadeur de sa ville, un prescripteur et… un hôte qui peut recevoir de la famille ou des amis. Ainsi, l’idée initiale du « Voyage à Nantes » était de faire (re)découvrir Nantes aux Nantais, en révélant des lieux d’intérêt et en proposant des animations au cours de la période estivale, habituellement très calme. Réussir ce pari d’« embarquer » les habitants autour d’une ambition partagée de développement touristique demande patience et pédagogie. Il s’agit de changer les regards sur la ville et favoriser l’appropriation des espaces urbains. Mais c’est aussi l’opportunité de faire naître un sentiment de fierté, condition indispensable pour faire de l’habitant un ambassadeur ! Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201720 DESTINATION(S) BRETAGNE
  • 21. Brest lorient quimper rennes saint-brieuc saint-malo vannes FOcus par ville : Les points forts des villes et les perspectives de progression
  • 22. POPULATION 2013 DE LA VILLE CENTRE 139 386 habitants POPULATION 2013 DE L’UNITÉ URBAINE 199 324 habitants nombre d’hôtels en 2017 42 INSEE, dans l’unité urbaine nombre de chambres d’hôtels en 2017 1 858 (dont 303 en 4*) INSEE, dans l’unité urbaine emplois touristiques 2 777 en moyenne annuelle dans Brest Métropole INSEE, 2011 Forces •• Une ville en bordure de falaise, entaillée de vallons : site singulier, avec vues im- prenables sur la rade •• Une forte identité maritime : Brest et sa rade, ports de plaisance, fêtes interna- tionales, Brest : port des records... •• De grands équipements  : Le Quartz, Océanopolis, L’Aréna, le Musée national de la Marine… •• Une programmation culturelle riche : la scène nationale du Quartz, la Carène, les fêtes et festivals (Astropolis, Film court européen, fêtes maritimes…), le centre national des Arts de la rue « Le Fourneau »… Opportunités •• Une ville en permanente évolution ur- baine et économique avec l’exemple ré- cent de l’aménagement des Capucins en cœur de ville •• Une armature verte urbaine de qualité pour créer et valoriser des parcours (rives de Penfeld, Cours Dajot, Conservatoire botanique national…) •• Une dynamique impulsée dans la ville autour du label ville d’Art et d’Histoire •• La rade de Brest, grande baie protégée d’une superficie de 180 km², offrant de magnifiques points de vue et de multi- ples usages •• Une porte d’entrée pour d’autres sites de grand intérêt (presqu’île de Crozon, Pays des Abers, Landerneau, Ouessant…) •• Une activité de tourisme d’affaires à dé- velopper en lien avec un écosystème porteur Faiblesses •• Le caractère péninsulaire •• Des Brestois sévères envers leur ville •• Des connexions à affirmer dans l’inter- face ville-port •• Une culture du tourisme peu présente •• Une prise de conscience encore récente des qualités patrimoniales, culturelles… Menaces •• Un cloisonnement des acteurs interve- nant dans le champ du tourisme •• Déni de reconnaissance du patrimoine par les habitants voir détail de la méthode page 37 BREST Camaret Pleyben Ouessant Menez-Hom Landevennec Saint- Thégonnec Abbaye de Daoulas Kerlouan - Meneham Porspoder Aber Ildut La récré des 3 curés Pointe Saint-Mathieu Roscoff et l'île de Batz Presqu'île de Plougastel Le cap de la Chèvre - Crozon Carantec et la baie de Morlaix Fonds Hélène & Édouard Leclerc Aber Wrac'h-Aber Benoît-Saint Pabu Phares de l'Ile Vierge...et d'ailleurs Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Zone tampon de 25 kilomètres Îles et presqu'îles Sites insolites Équipements de loisirs / Musées Nature Patrimoine Sites emblématiques Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Sites touristiques à proximité de Brest Sites hors ville de Brest 10 Km ¯ BREST Les lignes de forces de la destination Shop- ping Équipements et festivals Tourisme d'affaires Gastronomie Hôtellerie Patri- moine Accessibilité externe Littoral et nature 10 8 6 4 2 Les atouts touristiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201722
  • 23. Infrastructure •• Bretagne à Grande Vitesse (2017) Aménagement et politique urbaine •• Aménagement du Plateau des Capucins •• Création d’une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP) •• Gestion des mobilités à l’échelle du pays de Brest (dont le transrade entre Brest et la presqu’île de Crozon) •• Label ville d’Art et d’Histoire : la ville est officiellement candidate depuis 2014, le dossier sera présenté au Ministère de la Culture en 2017 Équipement structurant •• Pôle des excellences maritimes aux Capucins •• Musée national des Phares •• Projet de modernisation du Quartz Animation urbaine •• Dans le cadre de la candidature au label ville d’Art et d’Histoire, diverses animations (balades organisées en ville, cours publics organisés en partenariat avec l’UBO...) Synergie avec les autres territoires (hors EPCI) •• Construction de la destination touristique Brest Terres Océanes (site internet, actions de promotion) Compétence touristique •• Brest Métropole : 8 communes •• GIP Brest Terres Océanes pour la promotion touristique Stratégie de développement touristique (SDT) •• Stratégie métropolitaine de développement économique (Brest métropole) •• Stratégie touristique à l’échelle de la destination Brest Terres Océanes Outil opérationnel •• Office de tourisme de Brest métropole •• Brest Terres Océanes : GIP à l’échelle de la destination •• Brest Aim : société d’économie mixte qui gère les grands équipements appartenant à Brest Métropole (Le Quartz, Océanopolis, Marinas du Château et du Moulin Blanc, Parc des Expositions de Penfeld...) •• Brest Évènements Nautiques : association qui a organise et coordonne l’accueil de grandes manifestations nautiques et maritimes (dont le rassemblement international qui se déroule tous les 4 ans) Gestion / exploitation intégrées des équipements •• Brest Aim (Brest Expo, Brest Arena, Quartz, Océanopolis, Marina Château...) Les projets Politique touristique et outils Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 23
  • 24. Forces •• Des équipements structurants : - Cité de la Voile Eric Tabarly (2008) - Lorient La Base - Pôle course au large… •• Un évènement majeur  : le Festival Interceltique •• L’offre urbaine et sa reconnaissance (ville d’Art et d’Histoire, prix EDEN, Patrimoine du XXe siècle) •• Un palais des congrès situé en centre- ville qui accueille des évènements grand public mais aussi public d’affaires •• Une importante frange littorale (140 km de littoral), une ile «pépite» du territoire. •• Territoire entre mer / rade / vallées •• Forte satisfaction des touristes (enquête AudéLor 2014) Opportunités •• L’évolution de l’offre urbaine en termes de contenu : Aménagement du Quartier du Péristyle - Travaux nouvelle gare et pôle d’échange, Lorient La Base, Parc Jules Ferry •• La dimension portuaire et l’activité croisière •• Adoption de la charte des missions d’un « Port center » du réseau mondial des villes portuaires (AIVP) (2016) •• Réflexion sur le pôle métropolitain Quimper/Vannes Faiblesses •• Une notoriété à conforter, notamment par l’arrivée de la LGV •• Une culture du tourisme relativement récente •• Des connexions à renforcer entre les territoires et les sites touristiques Menaces •• Fragilité de l’aéroport •• Concurrence touristique avec d’autres destinations •• Infrastructure de congrès vieillissante POPULATION 2013 DE LA VILLE CENTRE 57 961 habitants POPULATION 2013 DE L’UNITÉ URBAINE 114 755 habitants nombre d’hôtels en 2017 26 INSEE, dans l’unité urbaine nombre de chambres d’hôtels en 2017 808 (dont 116 en 4*) INSEE, dans l’unité urbaine emplois touristiques 2 836 en moyenne annuelle dans Lorient Agglomération INSEE, 2011 voir détail de la méthode page 37 Shop- ping Équipements et festivals Tourisme d'affaires Gastronomie Hôtellerie Patri- moine Accessibilité externe Littoral et nature 10 8 6 4 2 LORIENT Groix Doëlan Carnac Pontivy Quimperlé Le Faouët Pont-Aven Poul Fetan Concarneau Riec-sur-Bélon Cairn de Gavrinis Zoo de Pont-Scorff Pointe de Trévignon Archipel des Glénan Les Roches du diable Port-Louis : citadelle Presqu'île de Quiberon Haras National d'Hennebont Saint-Goustan - Port d'Auray Pointe de Mousterlin - Fouesnant La ria d'Etel et l'ile de Saint-Cado Saint-Gildas et les chapelles du Blavet L'île aux Moines et le Golfe du Morbihan Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Zone tampon de 25 kilomètres Îles et presqu'îles Sites insolites Équipements de loisirs / Musées Nature Patrimoine Sites emblématiques Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Sites hors ville de Lorient Sites touristiques à proximité de Lorient 10 Km ¯ LORIENT Les lignes de forces de la destination Les atouts touristiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201724
  • 25. Infrastructure •• Ligne à Grande Vitesse (2017) •• Nouvelle gare et Pôle d’échange multi-modal •• Triskell 2017 (2014-2017) Aménagement et politique urbaine •• Lorient Odyssée (2017-2030) et quartier gare •• Projets urbains (Parc Jules Ferry, quartier du Péristyle). Équipement structurant •• Nouveau projet du Haras National : nouveau parcours de visite et structure de spectacle couvert. •• Casino à Larmor-Plage •• Réaménagements à Guidel-Plages •• Construction d’une nouvelle salle de spectacles et de studios de répétition pour les musiques actuelles d’aujourd’hui Animation urbaine •• Circuit gastronomique, balades de rade en canaux, balades urbaines… (dans le cadre du schéma). •• Développement et valorisation de la randonnée : création d’application numérique, qualification des sentiers, mise en tourisme… •• Accueil des bateaux de croisière (optimisation de la destination auprès des tours opérateurs) Synergie avec les autres territoires (hors EPCI) •• Partenariat avec Quimperlé Communauté pour un travail sur la randonnée Compétence touristique •• Lorient Agglomération : 25 communes Stratégie de développement touristique (SDT) •• Schéma de développement touristique, adopté en conseil communautaire en 2013. L’objectif : doter le territoire d’un projet ambitieux et cohérent associant tous les acteurs du secteur dans une même dynamique Outil opérationnel •• Lorient Bretagne Sud Tourisme •• 3° Ouest : filière affaires de Lorient Bretagne Sud Tourisme •• SELLOR : SEM - gestion des ports de plaisance, équipements nautiques, musées et hébergements situés sur Lorient Agglomération •• SEGEPEX : SEM - gestion du palais des congrès et le parc des expositions •• Lorient Grand Large : accueil d’évènements nautiques dont la Volvo Ocean Race en France, et développement du pôle course au large Gestion / exploitation intégrées des équipements Cf plus haut Les projets Politique touristique et outils Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 25
  • 26. Forces •• Une ville d’Art et d’Histoire avec un pa- trimoine architectural et culturel riche : cathédrale Saint-Corentin, Palais des Évêques, les maisons à pans de bois… •• Une vie culturelle riche et diversi- fiée  : la scène nationale du Théâtre de Cornouaille, le Cornouaille (festival dédié à la culture bretonne), le festival Circonova, le Musée des beaux-arts… •• De grands équipements récents  : le parc des expositions rénové en 2013, le centre des congrès du Chapeau Rouge inauguré en  avril  2017, le Théâtre de Cornouaille •• La renommée de la Destination Cornouaille regroupant des sites emblé- matiques (Glénan, Pointe-du-Raz...) Opportunités •• Le projet Bretagne à Grande Vitesse qui doit mettre l’Île-de-France à 3 h 30 de Quimper •• La proximité du littoral et de grands sites renommés (Baie de Douarnenez, Pointe du Raz…) •• Des liaisons au littoral à améliorer par le biais de modes de transport doux •• Une porte d’entrée unique pour l’utili- sation de grands équipements récents avec la création de la SEM Quimper Évènements Faiblesses •• L’éloignement (géographique et en dis- tance/temps) des grandes métropoles et des « grands émetteurs » de touristes d’affaires •• Une offre hôtelière relativement res- treinte et à améliorer (montée en gamme et en capacité) •• L’appartenance à la Cornouaille à améliorer •• Un nombre restreint de restaurants et d’hôtels étoilés. Menaces •• Un aéroport « fragile» avec des liaisons (notamment vers Paris) peu efficaces et chères POPULATION 2013 DE LA VILLE CENTRE 63 532 habitants POPULATION 2013 DE L’UNITÉ URBAINE 79 683 habitants nombre d’hôtels en 2017 21 INSEE, dans l’unité urbaine nombre de chambres d’hôtels en 2017 966 (dont 138 en 4*) INSEE, dans l’unité urbaine emplois touristiques 1 349 en moyenne annuelle dans Quimper Communauté INSEE, 2011 voir détail de la méthode page 37 Shop- ping Équipements et festivals Tourisme d'affaires Gastronomie Hôtellerie Patri- moine Accessibilité externe Littoral et nature 10 8 6 4 2 QUIMPER Sein Doëlan Pleyben Huelgoat Locronan Quimperlé Cap Sizun Pont-Aven Menez-Hom Douarnenez Concarneau Pont l'Abbé Landevennec Riec-sur-Bélon Phare d'Eckmühl La pointe du Raz Pointe de Trévignon Archipel des Glénan Pointe de la Torche Ile Tudy et Sainte-Marine Le cap de la Chèvre - Crozon Pointe de Mousterlin - Fouesnant 10 Km ¯ Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Zone tampon de 25 kilomètres Îles et presqu'îles Sites insolites Équipements de loisirs / Musées Nature Patrimoine Sites emblématiques Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Sites touristiques à proximité de Quimper Sites hors ville de Quimper QUIMPER Les lignes de forces de la destination Les atouts touristiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201726
  • 27. Infrastructure •• Ligne à Grande Vitesse (2017) •• Réaménagement du pôle d’échange multi-modal (2019-2022) Aménagement et politique urbaine •• Réaménagement du quartier de la gare (projet 765 Avenue) •• Aménagement du quartier historique de Locmaria Équipement structurant •• Centre des congrès du Chapeau Rouge (2017) •• Déménagement de l’OT en centre-ville (2017) •• Rénovation des halles •• Rénovation du théâtre Max Jacob Animation urbaine •• Visites guidées (label ville d’Art et d’Histoire) •• Poursuite des évènementiels d’arts de rue (Festival Circonova, La Rue est vers l’art, Échappées de Noël, les enfants sont des princes…) Synergie avec les autres territoires (hors EPCI) •• Destination Quimper Cornouaille Compétence touristique •• Quimper Bretagne Occidentale : 14 communes Stratégie de développement touristique (SDT) •• Document de présentation de la politique touristique de Quimper Communauté (2011) •• Pour information, stratégie intégrée de développement touristique de la Destination Quimper Cornouaille (2017) Outil opérationnel •• Office de Tourisme de Quimper Cornouaille Gestion / exploitation intégrées des équipements •• SEM Quimper Évènements (gestion du Parc des Expositions inauguré en 2015 et du centre des congrès, ouverture en 2017) Les projets Politique touristique et outils Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 27
  • 28. Forces •• L’accueil des premières rencontres pro- fessionnelles au centre des congrès Couvent des Jacobins en 2018 et mon- tée en gamme de l’hôtellerie •• Un foisonnement culturel tout au long de l’année et institutions culturelles (art vi- vant…) de rayonnement •• Une ville d’Art et d’Histoire, parc urbain d’exception (Thabor) et 2e marché de France (Marché des Lices) •• Un centre-ville  1er pôle commercial de l’ouest, large plateau piétonnier et vie nocturne •• Une image positive de la destination ré- sidentielle et économique Opportunités •• Bretagne à Grande Vitesse : à 1h25 de Paris en 2017 (-39 minutes) •• Requalification du centre ancien de grande ampleur •• Projets urbains structurants : Euro Rennes, Cité internationale, ligne b du métro, Portes Mordelaises… •• Potentiel de valorisation de l’eau et de la nature en ville : quai de Vilaine, canal, Vilaine aval, prairies St-Martin… •• Captation de flux touristiques sur le par- cours Paris-Rennes-Mont-Saint-Michel ou Nantes-Rennes-Saint-Malo Faiblesses •• Une destination encore peu positionnée sur le court séjour •• Une fréquentation hôtelière tournée vers une clientèle affaires (67 % en 2015) et française (88 %) •• Un offre culturelle et patrimoniale de qualité mais limitée en taille critique, en rayonnement ou en termes de différentiation •• L’absence de musée de plus de 100 000 entrées et des lieux d’expositions per- manentes fréquentés à +70 % par des habitants du département Menaces •• La faiblesse d’un positionnement dis- tinctif et singulier vis-à-vis des autres destinations urbaines (grand label, pro- jet urbain distinctif, évènement de grand rayonnement…) •• L’absence de grande institution muséo- graphique et/ou grand équipement qui pourrait être générateur de flux touris- tiques (Bordeaux et la Cité du Vin…) •• Un manque de synergies entre les in- vestissements culturels et les effets tou- ristiques d’une part, et entre les diffé- rents grands équipements recevant des rencontres professionnelles d’autre part. POPULATION 2013 DE LA VILLE CENTRE 217 309 habitants POPULATION 2013 DE L’UNITÉ URBAINE 322 247 habitants nombre d’hôtels en 2017 74 INSEE, dans l’unité urbaine nombre de chambres d’hôtels en 2017 3 708 (dont 907 en 4*et +) INSEE, dans l’unité urbaine emplois touristiques 6 282 en moyenne annuelle dans Rennes Métropole INSEE, 2011 voir détail de la méthode page 37 Shop- ping Équipements et festivals Tourisme d'affaires Gastronomie Hôtellerie Patri- moine Accessibilité externe Littoral et nature 10 8 6 4 2 RENNES Vitré Dinan Fougères Combourg Bécherel Brocéliande Vallée du Boël Essé / La Roche aux fées Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Zone tampon de 25 kilomètres Îles et presqu'îles Sites insolites Équipements de loisirs / Musées Nature Patrimoine Sites emblématiques Sites hors ville de Rennes Sites touristiques à proximité de Rennes 10 Km ¯ RENNES Les lignes de forces de la destination Les atouts touristiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201728
  • 29. Infrastructure •• Bretagne Grande Vitesse : à 1h25 de Paris (2017) •• Ligne b du Métro (2019) •• EuroRennes (2018- 2025) Aménagement et politique urbaine •• Poursuite de la requalification du centre ancien •• Cœur de ville : portes mordelaises, prairies Saint-Martin, élargissement du centre-ville à l’îlot de l’Octroi •• Métropole : Site stratégique de valorisation de la vallée de la Vilaine Équipement structurant •• Centre des congrès Couvent des Jacobins (2018) •• Grande salle privée à vocation sportive de 4 000 / 4 500 places - Cesson Sévigné (2018) •• Étude de faisabilité sur un grand équipement multifonctions type Aréna pour l’accueil de rencontres professionnels et autres évènements Animation urbaine •• Halles Centrales de Rennes : réflexion d’une destination et animation gourmande de centre-ville Synergie avec les autres territoires (hors EPCI) •• Construction d’un parcours touristique Nantes-Rennes-Saint-Malo – Le Mont- Saint-Michel Compétence touristique •• Rennes Métropole : 43 communes •• Métropole depuis le 1er janvier 2015 Stratégie de développement touristique (SDT) •• Stratégie Touristique de Rennes Métropole - 2013-2020 Une stratégie au service de l’emploi et du rayonnement Outil opérationnel •• SPL Destination Rennes : •• Office de Tourisme Métropolitain •• Bureau des congrès •• Gestionnaire et exploitant du Couvent des Jacobins •• À venir : promotion économique Gestion / exploitation intégrées des équipements •• Citedia (SAEM) : -- Salles de spectacles confiées en gestion dont trois dans le Cœur de métropole -- Liberté -- Liberté L’étage -- MusikHall Les projets Politique touristique et outils Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 29
  • 30. Forces •• Un lien entre la mer (port du Légué, baie de Saint-Brieuc), les vallées et la ville •• Un centre des congrès récent et en développement •• Une offre hôtelière qui progresse (nou- vel hôtel de 90 chambres en 2017) •• Une gastronomie renommée « Coquille Saint-Jacques… », restaurants étoilés, Rock’n Toques •• Des évènements culturels d’envergure (Art Rock, Photoreporter, Coupe Florio) •• La Passerelle - scène nationale Opportunités •• L’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse en 2017 (2h15 de Paris) •• L’aménagement du quartier gare et ré- flexion stratégique sur le lien entre la ville et la mer (concours Europan) •• La création d’une agglomération de 156 362 habitants en 2017 •• Le développement de l’éolien offshore d’ici 2020 Faiblesses •• L’attractivité commerciale de la ville centre en recul •• l’équipement muséographique (Musée d’Art et d’Histoire) de faible dimension- nement (moins de 30 000 visiteurs) •• Un manque de notoriété touristique de Saint-Brieuc •• Des liens entre la ville et la mer (port, plages…) encore insuffisamment développés •• Un aéroport peu développé Menaces •• La proximité de Rennes (moins de 45   minutes) qui s’accentue avec la Ligne à Grande Vitesse - risque d’aspi- ration (commerces…) POPULATION 2013 DE LA VILLE CENTRE 45 331 habitants POPULATION 2013 DE L’UNITÉ URBAINE 94 793 habitants nombre d’hôtels en 2017 27 INSEE, dans l’unité urbaine nombre de chambres d’hôtels en 2017 1 004 (dont 65 en 4*) INSEE, dans l’unité urbaine emplois touristiques 1 249 en moyenne annuelle dans St-Brieuc Agglo. INSEE, 2011 voir détail de la méthode page 37 Shop- ping Équipements et festivals Tourisme d'affaires Gastronomie Hôtellerie Patri- moine Accessibilité externe Littoral et nature 10 8 6 4 2 SAINT- BRIEUC Erquy Bréhat Quintin Tréguier Moncontour Ploumanac'h Plougrescant Les Sept-Iles Pléneuf- Val-André Sillon de Talbert Falaises de Plouha Zooparc de Tregomeur Saint-Cast et Saint-Jacut Haras National de Lamballe Cap Fréhel - Fort la Latte Paimpol et la pointe de l'Arcouest La Roche Jagu et la vallée du Trieux 10 Km ¯ Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Zone tampon de 25 kilomètres Îles et presqu'îles Sites insolites Nature Patrimoine Sites emblématiques Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Équipements de loisirs / Musées Sites hors ville de Saint-Brieuc Sites touristiques à proximité de Saint-Brieuc SAINT-BRIEUC Les lignes de forces de la destination Les atouts touristiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201730
  • 31. Infrastructure •• Restructuration du quartier gare (arrivée ligne Ligne à Grande Vitesse ) et pôle d’échange multi-modal •• Ligne TEO (bus en site propre) pour 2020 •• Parc éolien offshore d’ici 2020 (Baie de Saint-Brieuc) Aménagement et politique urbaine •• Projet de réaménagement des Rosaires consistant à transformer le site en véritable station balnéaire du XXIe siècle. •• Le Grand Légué : projet de valorisation économique, touristique et urbanistique du port comprenant la requalification du quai Armez en pôle nautique d’ici fin 2017. •• Le Grand Brézillet : projet urbanistique et économique autour du centre des congrès et parc des expositions (halls d’exposition, stationnement, axes routiers et de transport, restauration…) Équipement structurant Animation urbaine •• Label ville d’Art et d’Histoire - candidature de la ville de Saint-Brieuc Synergie avec les autres territoires (hors EPCI) •• Fusion effective en 2017 avec deux autres EPCI (Communauté d’Agglomération de 32 communes et 156 236 habitants •• Réflexion sur une fusion des communes de Saint-Brieuc et Plérin à l’horizon 2020 Compétence touristique •• Saint-Brieuc Armor Agglomération : 32 communes •• Compétences redéfinies avec la fusion Stratégie de développement touristique (SDT) •• Stratégie de Développement touristique (2013-2020) •• Travail sur la destination Saint-Brieuc - Paimpol - Les Caps Outil opérationnel •• Office de Tourisme communautaire de la Baie de Saint-Brieuc •• Saint-Brieuc Expo Congrès Gestion / exploitation intégrées des équipements Les projets Politique touristique et outils Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 2017 DESTINATION(S) BRETAGNE 31
  • 32. Forces •• Une forte notoriété de Saint-Malo •• Une diversité des ressources touris- tiques : bord de mer, rives de la Rance, Baie du Mont-Saint-Michel et espaces ruraux •• Une image communiquée = image perçue •• Un patrimoine riche et ville intramuros animée •• Le rayonnement des grands évène- ments (Route du Rhum…) •• Une offre hôtelière complète (niveaux de gamme, capacité) •• Des locomotives régionales : Thermes, Aquarium, Casino… •• Des évènements naturels (grandes marées) •• Des projets structurants en cours et à venir (rénovation / extension Aquarium, Cité du cinéma,…) •• Une accessibilité : à 3h de Paris, gare maritime, aéroport (Dinard) Opportunités •• L’arrivée de la nouvelle Ligne à Grande Vitesse en 2017 qui va positionner Saint- Malo comme la première ville littorale de l’ouest depuis Paris (2h15) •• Un comportement des consommateurs qui recherchent de plus en plus de des- tinations « vertes » •• La création de la Destination Saint- Malo-Baie du Mont-Saint-Michel qui rattache Saint-Malo à un site mondiale- ment connu Faiblesses •• Une concentration des flux touris- tiques et commerciaux sur le littoral (Saint-Malo/Cancale) au détriment de l’arrière-pays •• Une faible mise en valeur du patrimoine naturel et bâti (forts, marées…) •• Une fréquentation modeste des équipe- ments muséographiques •• un manque d’équipements générateurs de flux hors saison et d’équipements loi- sirs pour la cible « familles/couples » •• Une forte présence de résidences se- condaires (peu moteur dans l’animation d’un territoire) •• Des dessertes en TC et parkings (sou- haitable en ajoutant la création d’aires pour camping-cars) Menaces •• L’obsolescence, voire le risque de baisse d’activité de certains équipe- ments face à de nouveaux entrants (palais du Grand Large avec ouverture du centre des congrès de Rennes), le Casino… •• L’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse qui peut avoir des effets pervers (ex : hausse des prix du foncier des centres-villes, développement des rési- dences secondaires au détriment des résidents…) •• La superposition d’acteurs touristiques avec chacun des objectifs propres •• La baisse de la fréquentation touristique bretonne comme ces dix dernières an- nées (malgré la reprise en 2012) POPULATION 2013 DE LA VILLE CENTRE 44 919 habitants POPULATION 2013 DE L’UNITÉ URBAINE 44 919 habitants nombre d’hôtels en 2017 77 INSEE, dans l’unité urbaine nombre de chambres d’hôtels en 2017 2 445 (dont 626 en 4*et +) INSEE, dans l’unité urbaine emplois touristiques 3 075 en moyenne annuelle dans St-Malo Agglomération INSEE, 2011 voir détail de la méthode page 37 Shop- ping Équipements et festivals Tourisme d'affaires Gastronomie Hôtellerie Patri- moine Accessibilité externe Littoral et nature 10 8 6 4 2 SAINT- MALO Erquy Dinan Cancale Combourg Bécherel Pléneuf-Val-André La pointe du Grouin Saint-Suliac et la Rance Saint-Cast et Saint-Jacut Baie du Mont-Saint-Michel Haras National de Lamballe Cap Fréhel - Fort la Latte Dol-de-Bretagne et le Mont-Dol Dinard, Saint-Briac et Saint-Lunaire 10 Km ¯ Type de site touristique Zone accessible à moins de 30 minutes (route) Zone tampon de 25 kilomètres Îles et presqu'îles Sites insolites Nature Patrimoine Sites emblématiques Sources : CDT 2016, ROUTE500 IGN, GEOFLA IGN - Réalisation : Audiar, QCD Équipements de loisirs / Musées Sites hors ville de Saint-Malo Sites touristiques à proximité de Saint-Malo SAINT-MALO Les lignes de forces de la destination Les atouts touristiques Destination(s) Bretagne : les villes, moteurs d’une nouvelle attractivité touristique | juin 201732