Reporters sans frontières




                         LE TOUR DU MONDE
                            DE LA LIBERTÉ
        ...
LE TOUR DU MONDE DE
                                   LA LIBERTÉ DE
                              LA PRESSE EN 2003
     ...
CONVICTIONS
                                                                      DE TOUJOURS
                            ...
Présents à l’inauguration de la Maison des      Sophie Marceau, marraine de “Photos de stars”, aux côtés de Smaïn,    Cath...
Convictions de toujours




                                                                          Quoi encore ? La deu...
AFRIQUE
    LA PRESSE INDÉPENDANTE
    EN DANGER
    L’année 2003 n’a pas été particulièrement bénéfique à la liberté de l...
Afrique




                                                                         pour avoir “incité au génocide” de 19...
Côte d’Ivoire


                                 LES RESPONSABLES
                                 DE LA MORT
            ...
Côte d’Ivoire


UN PROCÈS EXEMPLAIRE
SOUS HAUTE TENSION
Le procès du sergent de police ivoirien Théodore Séri Dago, poursu...
Côte d’Ivoire




                                                     “Je suis innocent”, s’écrie Séri Dago (à gauche) à ...
Zimbabwe


                           LES SIX ANS DE LUTTE
                           DU DAILY NEWS
                      ...
Zimbabwe




     John Gambanga (à gauche) a reçu à Paris le Prix Reporters sans frontières - Fondation de France 2003 déc...
Erythrée


                  TROIS ANS
                  SANS INFORMATION
                  INDÉPENDANTE
Rien ne bouge en ...
AMÉRIQUES
     LA PRESSE VICTIME
     DE L’INSTABILITÉ POLITIQUE
     Le continent américain reste une terre de contraste ...
Amériques




liste en 1997. Au Brésil, l’assassin d’un journaliste a bénéficié          recensés, le plus souvent lors de...
Cuba


                            LE JOURNALISTE
                            BERNARDO ARÉVALO
                           ...
Cuba

     En 1996, il fonde l’agence de presse
     indépendante Linea sur (Ligne sud).
     Il consigne toutes les viola...
Colombie


                                   LE PAYS LE PLUS
                                   MEURTRIER
               ...
Haïti


                                   LES MÉDIAS
                                   DANS LA TOURMENTE
               ...
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Libertà d\'informazione
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Libertà d\'informazione

1 945 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 945
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Libertà d\'informazione

  1. 1. Reporters sans frontières LE TOUR DU MONDE DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EN 2003 5 € — 8 CHF — 8 $ CAN avec le soutien de
  2. 2. LE TOUR DU MONDE DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EN 2003 Convictions de toujours 3 par Pierre Veilletet LE TOUR DU MONDE DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EN 2003 AFRIQUE 6 La presse indépendante en danger • Côte d’Ivoire : Les responsables de la mort de Jean Hélène 8 Un procès exemplaire sous tension 9 • Zimbabwe : Les six ans de lutte du Daily News 11 • Erythrée : Trois ans sans information indépendante 13 AMÉRIQUES 14 La presse victime de l'instabilité politique • Cuba : Le journaliste Arevalo Padron enfin libre ? 17 • Colombie : Le pays le plus meurtrier du continent 19 • Haïti : Les médias dans la tourmente 20 ASIE ET PACIFIQUE 22 Plus de violences contre des journalistes plus audacieux • Birmanie : Au pays de la censure implacable 24 L’autocensure est la règle 25 • Pakistan : Lettre ouverte à Khawar 26 • Chine : Du silence à la propagande. Dans les griffes des poulets 28 MAGHREB ET MOYEN-ORIENT 30 Le Moyen-Orient, lanterne rouge de la liberté de la presse • Irak : Deux meurtres pour un mensonge 32 Un air de liberté 34 • Iran : Tuée pour quelques photos 35 • Maroc : La taule des mille cauchemars 36 Gianluca Regnicoli, Fabrica EUROPE ET EX-URSS 38 Ex-URSS : le retour des méthodes soviétiques ? • Italie : Conflit d’intérêts dans les médias, l’anomalie italienne 40 • Russie : La glasnost, une idée dépassée ? 41 • Tchétchénie : Une brèche dans le blocus de l’information 42 Ali Astamirov réduit au silence • Ukraine : Les médias sous contrôle 43 LES PRÉDATEURS DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE 44
  3. 3. CONVICTIONS DE TOUJOURS Pierre Veilletet Président de Reporters sans frontières - France h ! cette parodie de procès à La Havane ! “couverts”, leur impunité fera naître d’autres vocations et notre A primaire”... Si Dieu et Staline se trouvent quelque part ensemble, qu’en disent-ils ? A vrai dire per- sonne, peut-être pas même eux, ne pensait revoir ici-bas aussi grotesque et sinistre mascarade, depuis ces films de la guerre froide qu’on disait alors, bien entendu, d’un “anticommunisme travail serait incomplet s’il n’était mis au service des familles de victimes... LA FUNÈBRE LITANIE PERDURE Et puis Jean Hélène, abattu comme un chien sur un parking d’Abidjan. Et puis... et puis... on pourrait ainsi énumérer ad nauseam ces drames de l’année écoulée où des journalistes de Dût-on être taxé d’anticastrisme secondaire, on se doit de cons- toutes nationalités ont perdu leur liberté, voire leur vie, parce tater que, en 2003, les vieilles méthodes ont repris du service qu’ils étaient journalistes. sous les tropiques : des peines de six à vingt-huit ans de prison ! Non pour avoir exercé le droit universel à la libre parole puisque, Chaque fois, nous aimerions pouvoir vous annoncer que la funèbre de toute façon, celui-ci n’existe guère à Cuba, mais pour avoir litanie tend, enfin, à décroître. Ce ne sera pas le cas pour 2003, été soupçonné de vouloir l’exercer un jour... année noire s’il en fut : plus de 120 journalistes sont toujours emprisonnés et 42 ont été tués, principalement en Asie et au 2003 : On a, hélas, d’autres images en mémoire. Souvenez-vous, Moyen-Orient (guerre d’Irak) contre 25 en 2002. Par ailleurs, ce toutes les télévisions du monde l’ont montré à satiété : le tank que nous appelons nos “indicateurs” affichent tous des hausses américain s’immobilise sur un pont de Bagdad et, soudain, ouvre sensibles : 766 journalistes interpellés, au moins 1 460 agressés le feu sur l’hôtel Palestine où les mêmes télévisions, de façon ou menacés, 501 médias censurés, à quoi il faudrait ajouter également prolixe, nous avaient un nombre significatif de symp- signalé la présence d’un grand tômes, plus difficiles à comp- nombre de reporters. Apparem- Notre travail serait tabiliser mais sur lesquels nous ment, le tireur et l’officier qui a incomplet s’il n’était mis au service reviendrons car ils traduisent, en autorisé le tir étaient les seuls à ne profondeur, une évolution pré- pas savoir. Jusqu’à quel degré des familles de victimes occupante dans les techniques de d’ignorance peut-on remonter rétorsion. dans un état-major ? Une minu- tieuse enquête de Jean-Paul Mari, mandaté par Reporters sans L’Afrique ? Le meurtre de Jean Hélène n’est malheureusement frontières, s’attache à démonter le mécanisme et à le faire sans pas isolé. Couvrir un conflit s’y révèle de plus en plus périlleux, préjugé. A ce rapport, s’ajoute la plainte conjointe, déposée en or ces conflits persistent dans de nombreux Etats. Ailleurs, par Espagne, de la veuve du cameraman José Couso et de Reporters exemple au Cameroun de Paul Biya, dans le Gabon d’Omar sans frontières. Ces recours inédits en matière de “bavure guer- Bongo, la Guinée de Lansana Conté, la Guinée équatoriale rière”, pour reprendre l’euphémisme évasif servi à l’opinion, d’Obiang Nguema, le Rwanda de Paul Kagame, le Togo de manifestent la détermination de notre organisation, désormais Gnassingbé Eyadéma et le Zimbabwe de Robert Mugabe, les renforcée par une équipe de juristes, de ne pas se cantonner à ses journalistes doivent endurer les foudres de régimes vieillis et fonctions d’alarmes et de dénonciations publiques. Il nous d’autant plus jaloux de leur autorité, quand ce n’est pas le res- importe également d’exiger réparation du crime commis chaque sentiment de dirigeants agrippés au pouvoir. Tous renâclent fois qu’il peut être démontré. Parce que si les assassins se sentent devant les tentatives de libéralisation, surtout lorsque celles-ci REPORTERS SANS FRONTIÈRES 3
  4. 4. Présents à l’inauguration de la Maison des Sophie Marceau, marraine de “Photos de stars”, aux côtés de Smaïn, Catherine Deneuve à la soirée journalistes : Bertrand Delanoë, maire de Laurent Baffie, Thierry Ardisson “Cuba si, Castro no” au théâtre Paris, Danièle Ohayon, à l’origine du projet, parisien du Rond-Point Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, et Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France Colombie, ce dernier pays restant le moins sûr de la région. Notre priorité demeure le soutien Quatre journalistes y ont trouvé la mort. En Amérique du Nord, le secret des sources est trop souvent remis en cause. apporté aux journalistes emprisonnés et aux médias en difficulté NOTRE MOBILISATION FAIT RENAÎTRE DES ESPOIRS ...Bon, incontestablement une sale année, et d’autant plus qu’on concernent l’audiovisuel. En vérité, la presse indépendante se l’examine en détail. Cependant, à vous en particulier qui nous raréfie sur l’ensemble du continent africain que les journalistes accompagnez, et qui peut-être nous soutenez depuis longtemps continuent régulièrement de fuir, la mort dans l’âme. en achetant les albums de photographie grâce auxquels nos actions peuvent être financées, nous devons plus que ce sinistre En Asie, à l’intention des professionnels de la presse qui ne recensement et les regrets qu’il inspire car il pourrait laisser renoncent pas, les dictatures disposent du plus vaste pénitencier croire que nous cédons au découragement. Croyez bien que ce de la planète : au moins 200 journalistes y ont été bouclés et n’est pas le cas et redisons plutôt cette conviction de toujours : souvent torturés au cours de l’année passée. Ainsi au Népal et en c’est l’aspect positif du bilan qui doit dicter notre conduite. Birmanie, où de rarissimes intrus décrivent l’univers carcéral comme un “véritable enfer”. Faut-il rappeler que la Corée du A ce titre, notre priorité demeure le soutien apporté aux journa- Nord ignore pour sa part la notion même de pluralisme et que la listes emprisonnés et aux médias en difficulté. Ce soutien, rendu Chine, si tendance ces derniers temps, décourage tout ce qui ne possible par le produit de la vente des albums, des calendriers et relève pas de la propagande. Presque partout prévaut ce qu’on quelques autres opérations, votre soutien donc, nous a permis de pourrait qualifier de “harcèlement judiciaire” et dont on retrouve distribuer 130 bourses, aides directes aux familles de journalistes les méthodes éprouvées en Turquie - malgré un relatif assouplis- emprisonnés, prises en charge des frais médicaux, judiciaires, sement destiné à présenter un meilleur profil à l’Union Euro- etc. Cela a été fait, entre autres, pour les victimes de Cuba, de péenne -, et dans les anciennes républiques du bloc soviétique Birmanie, du Liberia, de Côte d’Ivoire, de Chine, d’Haïti, du comme l’impitoyable Azerbaïdjan (plus de 100 agressions) Viêt-nam. Comment céder au découragement dès lors que cette l’Ouzbékistan, le Turkménistan, contrées de censure absolue. mobilisation, ce travail, parfois invisible mais toujours opiniâtre, font renaître des espoirs et a fortiori lorsqu’ils débouchent sur La guerre en Irak n’a certes pas facilité la liberté non plus que la une victoire. Et nous aimons à considérer comme telle la libéra- sécurité des médias au Moyen-Orient où, selon une habitude tion du journaliste marocain Ali Lmrabet, condamné à trois ans maintenant bien ancrée, l’Iran se distingue par sa brutalité. L’as- de prison pour caricature de lèse-majesté pour irrévérence gra- sassinat de la photographe Zahra Kazemi, le 10 juillet dans sa phique envers le roi ! Notre Prix Reporters sans frontières - geôle de Evine (Téhéran), en est la plus insupportable preuve. Fondation de France 2003 a finalement été libéré en janvier Au Soudan et dans les pays du Maghreb, d’encourageants signes 2004, après sept mois de détention. d’émancipation sont contrebattus par les vieux réflexes absolu- tistes : contrôle à tous les échelons et méfiance de chaque instant. Ces interventions n’existent que par le socle sur lequel elles s’appuient, c’est-à-dire la recherche et nos (formidables) cher- Quant au continent américain, il reste inégalement partagé. cheurs qui inventorient les atteintes à la liberté de la presse, les Globalement respectée dans la majorité des Etats, la liberté de la décryptent et approfondissent en permanence leur enquête, presse est quotidiennement persécutée à Cuba, en Haïti ou en laquelle trouve assez souvent un prolongement indispensable 4 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  5. 5. Convictions de toujours Quoi encore ? La deuxième édition de “Photos de stars” parrai- née par Sophie Marceau : c’était en juin. En décembre, nous A la répression frontale et sanguinaire, inaugurions à Paris la première et la seule “Maison des journalis- tes” ouverte aux confrères exilés. Reporters sans frontières a les ennemis de la presse substituent volontiers grandement contribué à rendre effectif ce beau projet de Danièle le harcèlement insidieux d’apparence légale, Ohayon et de Philippe Spinau. la pression économique, la protection Au moment de clore ce bilan, forcément lacunaire, il nous paraît important d’en souligner une constante et de pointer une sensi- de la vie privée, afin d’abuser l’opinion ble évolution. Constante ? La liberté de la presse est d’autant plus menacée qu’il y a surabondance de pouvoir politique (potentats en tout genre) ou qu’il y a vacance excessive de ce pouvoir de sorte que le droit le cède alors à la violence. Evolu- dans une mission sur le terrain. Cette discrète mais parfois tion ? Les ennemis de la presse ne semblent pas moins nombreux périlleuse investigation, ce patient maillage (dont vous obtenez la ni moins résolus ; mais nous avons l’impression que, en dehors relation sur notre site : www.rsf.org) inscrivent nos entreprises de quelques cas pathologiques bien connus de nos services, dans la durée (ainsi nous ne lâchons pas prise sur des affaires déjà certains malfaisants deviennent plus malins. A la répression fron- anciennes : Zongo au Burkina, Gongadze en Ukraine, Huang Qi en tale et sanguinaire, ils substituent volontiers le harcèlement Chine, etc.) afin de faire pièce au plus terrible de tous les dangers : insidieux d’apparence légale, la pression économique, la protec- l’oubli. Et nous y parvenons puisque les consultations de notre tion de la vie privée, les contournements de toutes sortes, y com- site ont été multipliées par dix en moins de deux ans ! pris les gages de bonne volonté, afin d’abuser l’opinion. Bref, ils continuent à chasser le journaliste, mais en y mettant les formes. CERTAINS MALFAISANTS DEVIENNENT PLUS MALINS Enfin, il nous semble que l’intolérance ambiante facilite malheu- Plus visibles que ces missions lointaines, nos diverses opérations reusement les crispations de toutes sortes. Campagnes publici- de communication répondent en fait au même objectif : il s’agit taires, spectacles, livres, films, interdits ou menacés, faux directs encore d’empêcher que ne s’installe une chape de silence, de lut- à la télévision, autocensures, recours compulsifs aux poursuites ter contre la résignation ou l’indifférence progressives. Rendues judiciaires au moindre mot de travers, indignations de com- possibles par différents partenariats (avec l’agence Saatchi & mande, prudences oratoires et tartufferies rhétoriques : la libre Saatchi ou le centre de recherche du groupe Benetton, Fabrica), expression ne serait-elle pas en train de perdre du terrain ? ces campagnes d’affichage, de publicité, de vidéos, que vous avez peut-être encore dans l’œil, sont destinées à alerter l’opinion, Ceci mérite évidemment réflexion de notre part et suppose quelquefois sur un mode volontairement accrocheur, autour de d’imaginer des réponses appropriées. C’est dire que nous ne thèmes qui nous tiennent à cœur : “Journalistes tués”... “Année sommes pas au bout de nos peines et qu’il n’existe rien de plus de l’Algérie”... Libye (à laquelle nous devons par ricochet notre mobilisateur. ubuesque suspension de la Commission des droits de Pierre Veilletet l’homme)... “Cuba si, Castro, no”. Cette dernière opération, Président de Reporters sans frontières - France toujours en cours, s’est accompagnée d’une mémorable soirée au théâtre parisien du Rond-Point, le 29 septembre. REPORTERS SANS FRONTIÈRES 5
  6. 6. AFRIQUE LA PRESSE INDÉPENDANTE EN DANGER L’année 2003 n’a pas été particulièrement bénéfique à la liberté de la presse en Afrique. Deux journalistes ont été tués en Côte d’Ivoire, un troisième a probablement été exécuté en République démocratique du Congo. Les arrestations se sont multipliées et la presse indépendante est en voie de disparition dans plusieurs pays. es guerres et conflits qui perdurent dans certains Ces médias d’Etat sont étroitement surveillés. Leurs journa- L Etats africains sont pour beaucoup dans cette dégradation de la situation. En Côte d’Ivoire, au Liberia et à l’est de la République démocra- tique du Congo, les dangers se sont amplifiés pour les professionnels de la presse. Les armées régulières, les nombreux mouvements rebelles ou les milices à l’œuvre dans ces pays, qui accordent une importance accrue au listes sont soumis à de fortes pressions, de la part de leurs responsables ou de représentants du gouvernement. Chaque année, plusieurs d’entre eux sont licenciés abusivement pour ne pas s’être conformés à la ligne éditoriale définie par le ministère en charge de l’information. Ainsi, au Swaziland, les employés de la radio-télévision nationale n’ont pas le droit de donner la parole à l’opposition ou de critiquer le roi, sous peine d’être contrôle de l’information, se sont montrés particulièrement immédiatement renvoyés. Au Zimbabwe, la presse publique est menaçants envers les reporters de la presse locale ou interna- aux ordres du puissant ministre de l’Information, Jonathan tionale. Couvrir un conflit en Afrique s’avère de plus en plus Moyo, et n’hésite pas à attaquer avec virulence les médias privés. dangereux. Dans de nombreux pays, les radios et télévisions d’Etat se Les journalistes ont, par ailleurs, fait les frais de la répres- montrent particulièrement dociles et favorables aux dirigeants sion systématique de régimes vieillissants et de dirigeants qui en place en période de campagne électorale. s’accrochent au pouvoir. Dans le Cameroun de Paul Biya, le Gabon d’Omar Bongo, la Guinée de Lansana Conté, la Gui- LE PLURALISME DE L’INFORMATION MENACÉ née équatoriale d’Obiang Nguema, le Rwanda de Paul Kagame, le Togo de Gnassingbé Eyadéma et le Zimbabwe de La presse indépendante se raréfie sur le continent africain. Entre Robert Mugabe, la presse est victime de l’immobilisme poli- autres exemples inquiétants : la fermeture du Daily News au Zim- tique et de l’autoritarisme. Ces chefs d’Etat, toujours plus babwe, la suspension de plusieurs médias au Gabon, le maintien intolérants envers la presse indépendante ou d’opposition, de l’interdiction de la presse privée en Erythrée, le harcèlement mettent tout en œuvre pour garder la mainmise sur l’informa- intense du seul journal d’opposition à Djibouti ou la censure tion. Qu’ils utilisent la manière forte, comme au Zimbabwe, momentanément imposée aux radios du Burundi et du Tchad. ou des procédés plus insidieux, A la censure directe et brutale, comme au Gabon ou au Rwanda. sont venues s’ajouter des métho- Alors qu’ils ont déjà souffert, des plus sournoises pour faire depuis le début des années 90, de Couvrir un conflit en Afrique taire les voix discordantes. Des l’obstination des journaux indé- s’avère de plus en plus dangereux journaux d’opposition ont été pendants à prôner l’alternance rachetés par le pouvoir, d’autres démocratique, tous freinent des ont été créés par ces mêmes diri- quatre fers, aujourd’hui, devant la libéralisation du secteur geants pour faire croire à une diversité de la presse, des boycotts audiovisuel. L’Etat conserve un monopole sur la radio et la publicitaires des médias les plus critiques ont été initiés par les télévision dans une dizaine de pays d’Afrique subsaharienne. gouvernements de plusieurs pays. 6 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  7. 7. Afrique pour avoir “incité au génocide” de 1994. Ce jugement du Tribu- De nombreux chefs d’Etat freinent nal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a consacré l’a- boutissement de plusieurs années d’instruction et de procédure des quatre fers devant la libéralisation pour établir la responsabilité de certains médias dans la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes. Il est souhaitable du secteur audiovisuel que ce verdict résonne comme un avertissement pour ceux qui continuent de sévir sur le continent. En Côte d’Ivoire, par Par ailleurs, l’exode des journalistes africains se poursuit. exemple, plusieurs journaux jettent régulièrement de l’huile sur Ils sont chaque année de plus en plus nombreux à fuir devant les le feu, attisant les haines envers les étrangers et dressant les menaces et les représailles qui rendent leur travail impossible. communautés les unes contre les autres. Malgré plusieurs Ainsi, le Cameroun ou la République démocratique du Congo se rappels à l’ordre des Nations unies et de l’Union européenne, la vident, peu à peu, de leurs reporters, entraînant souvent la fer- situation ne s’était pas améliorée au 1er janvier 2004. meture de journaux ou de radios. Parallèlement, la situation de la liberté de la presse s’est dur- cie dans des pays traditionnellement cités en exemple pour leur modernité et leur respect de l’Etat de droit. Au Niger et au L’exode des journalistes Sénégal, la liberté d’expression a subi de sérieux revers en 2003. africains se poursuit L’expulsion de la correspondante de RFI à Dakar, la fermeture d’une dizaine de radios privées, puis l’emprisonnement à Nia- mey de l’un des journalistes les plus connus du pays sont des Une seule bonne nouvelle néanmoins : la lutte contre l’im- indices forts de ce durcissement de la répression envers la presse. punité a porté ses fruits, pour la première fois, en Afrique. Fin Dans une moindre mesure, au Mali, l’arrestation de trois jour- janvier 2003, six personnes ont été condamnées à de lourdes pei- nalistes, pour la première fois depuis de longues années, est nes de prison, à l’issue d’un procès exemplaire, pour l’assassinat venue rappeler que la liberté de la presse n’est jamais un acquis. du journaliste Carlos Cardoso, au Mozambique. Ce cas mérite d’être souligné. Il doit servir d’exemple à suivre pour les autres CONDAMNATION DES MÉDIAS DE LA HAINE Etats africains et montrer aux assassins de journalistes qui sont toujours en liberté en Angola, au Burkina Faso, en Côte Les médias de la haine ont également été au cœur de l’actualité d’Ivoire, au Nigeria ou ailleurs, que eux aussi devront, un jour, en 2003. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre répondre de leurs actes. mondiale et les procès de Nuremberg, des journalistes ont été condamnés pour avoir incité au meurtre et à la violence. Trois Jean-François Julliard anciens responsables de médias rwandais ont ainsi été condam- Responsable de l’information de Reporters sans frontières nés à des peines de trente-cinq ans de prison ou à la perpétuité Pour plus d’informations, pays par pays : www.rsf.org REPORTERS SANS FRONTIÈRES 7
  8. 8. Côte d’Ivoire LES RESPONSABLES DE LA MORT DE JEAN HÉLÈNE Le 21 octobre 2003, Jean Hélène, 48 ans, correspondant de Radio France Internationale (RFI) en Côte d’Ivoire depuis plusieurs mois, est abattu près de la Direction générale de la police nationale. Il projetait d’interviewer des opposants qui venaient d’être libérés après quelques jours de détention. Un policier, le sergent Séri Dago, a depuis été reconnu coupable de ce meurtre. Mais il n’en est pas le seul responsable. Jean Hélène avait été la cible des attaques de la presse progouvernementale La mort de Jean Hélène ne peut être populaire ivoirien (FPI, le parti au pou- appréhendée comme un cas isolé. “Je pense avoir une voir) l’avait qualifié de “négrier des temps Elle s’inscrit dans l’instauration, depuis modernes” et de “rapace corrompu l’année 2000, d’un climat hostile à la solution pour tous les problèmes accomplissant sa sale besogne de destruc- presse internationale. Depuis quatre ans, de la Côte d’Ivoire, sauf pour tion de l’Afrique”. Autant de dangereuses les journalistes étrangers basés en accusations auxquelles les autorités n’ont Côte d’Ivoire vivent et travaillent dans celui de la presse”, affirme jamais réagi malgré les appels répétés de l’insécurité. Ainsi, avant Jean Hélène, Reporters sans frontières, de l’Union deux autres correspondants de RFI, Laurent Gbagbo européenne ou encore des Nations unies. se sentant menacés, avaient décidé de Pire, fin 2002, lors d’une allocution quitter le pays. la presse d’opposition a régulièrement reprise par la radio d’Etat, un député FPI surenchéri dans la violence des propos, avait incité les jeunes à aller demander LES JOURNALISTES ÉTRANGERS, donnant du grain à moudre aux médias des comptes à RFI et à l’Agence France- CES “ENNEMIS DU PAYS” progouvernementaux. Presse (AFP), ces médias qui “salissent la En quelques mois, après le début du Côte d’Ivoire”. Certains médias ivoiriens ont une réelle conflit en septembre 2002, la guerre Interrogé par Reporters sans frontiè- responsabilité dans la montée de cette des médias est repartie de plus belle et les res, en avril 2003, sur les mesures qu’il hostilité. La presse notamment s’est journalistes étrangers sont devenus, aux comptait prendre pour endiguer ce pro- abondamment répandue en attaques yeux d’une grande partie de la population blème, le président Laurent Gbagbo avait verbales, injures, accusations sans fonde- abidjanaise, les “ennemis du pays”. De là répondu : “Je pense avoir une solution ment et appels à la violence, avec pour à en faire des cibles potentielles à élimi- pour tous les problèmes de la Côte principales cibles RFI et les journalistes ner, il n’y avait qu’un pas que le sergent d’Ivoire, sauf pour celui de la presse.” français. Des journaux proches du Séri Dago a franchi en octobre 2003. Il est pourtant urgent que le chef de pouvoir comme Le National, Notre Voie l’Etat s’y confronte. Commencer par ou L’Œil du Peuple ont titré à de très LES AUTORITÉS rappeler à l’ordre “sa” presse serait un nombreuses reprises sur ces “autres N’ONT JAMAIS RÉAGI bon début. Il resterait alors aux autres adversaires de la Côte d’Ivoire”, ces responsables politiques du pays à suivre “médias complices des rebelles”ou Jean Hélène lui-même avait été person- son exemple. Pour éviter qu’un tel drame encore ces “journalistes impliqués dans la nellement visé par ces attaques. En octo- ne se reproduise. tentative de coup d’Etat”. De son côté, bre 2002, Notre Voie, le journal du Front Pour en savoir plus : www.rsf.org 8 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  9. 9. Côte d’Ivoire UN PROCÈS EXEMPLAIRE SOUS HAUTE TENSION Le procès du sergent de police ivoirien Théodore Séri Dago, poursuivi pour le meurtre en octobre 2003 du journaliste de Radio France Internationale (RFI) Jean Hélène, s’est tenu au palais de justice d’Abidjan où un comité de soutien à l’accusé n’a cessé d’entretenir une ambiance surchauffée pendant trois jours. Christophe Koffi, journaliste pour l’Agence France-Presse (AFP) à Abidjan et collaborateur de Reporters sans frontières, était présent. L’accusé est conduit cagoulé au tribunal. En ce matin du mardi 20 janvier 2004, le sa création, le tribunal militaire n’a été Ses supporters arborent des T-shirts clamant palais de justice situé au “Plateau”, quar- aussi sollicité”, déclare-t-il avant d’insis- son innocence tier des affaires de la capitale économique ter sur “la forte croissance de la délin- ivoirienne, connaît une animation parti- quance et de la criminalité militaire culière. Deux véhicules blindés prennent depuis le début de la crise ivoirienne”. Le position devant le bâtiment, tandis que les bâtonnier de l’ordre des avocats ivoiriens, unités anti-émeutes de la police et de la Jean Louis Métan, met l’accent sur le gendarmerie se déploient dans l’enceinte “rôle constructif et destructif des du tribunal. médias”, avant de critiquer une déclara- A 8 heures, les envoyés spéciaux des tion du secrétaire général de Reporters grands journaux français et quelques sans frontières, Robert Ménard, qui correspondants de la presse internatio- aurait affirmé qu’il fallait “faire pression nale encore en poste à Abidjan effectuent sur Gbagbo”. un déplacement groupé vers le palais. Ils sont accueillis à leur arrivée par un poli- cier qui promet une organisation parfaite. Les photographes sont “Vos places sont réservées, nous allons vous installer”, rassure-t-il. A quelques sortis manu militari de la mètres, un petit groupe de supporters de Séri Dago arbore des T-shirts blancs sur salle sous les acclamations du lesquels on peut lire : “Séri est innocent. comité de soutien à l’accusé Libérez Dago Séri !” Ils défient du regard les journalistes français. Vers 11 heures, le sergent Séri Dago, sou- LE SERGENT SÉRI DAGO riant, fait son entrée dans la salle, après PLAIDE NON COUPABLE qu’on lui a retiré la cagoule blanche qui cachait son visage. Les photographes se Dès le début de l’audience, le président bousculent et le président demande rapi- du tribunal, Ahmed Lanzéni Coulibaly, dement leur évacuation. Ils sont sortis donne la parole au procureur militaire, manu militari sous les acclamations du Ange Kessi. “Jamais depuis 1974, date de comité de soutien à l’accusé. REPORTERS SANS FRONTIÈRES 9
  10. 10. Côte d’Ivoire “Je suis innocent”, s’écrie Séri Dago (à gauche) à la lecture du verdict Quelques instants plus tard, le frère et la 143,5 millions de francs CFA (environ sœur de Jean Hélène, Thierry et Cathe- 220 000 euros) de dommages et intérêts. Le sergent Séri Dago rine Baldensperger, le visage grave, s’ins- Les avocats de RFI et de Reporters sans tallent dans la salle en compagnie de frontières demandent un franc CFA de est condamné à dix-sept ans l’avocat de la famille. Ils déclinent leur dommages et intérêts pour préjudice de prison et radié du corps identité et se constituent partie civile. moral. Dans l’après-midi, le procureur Les avocats de la défense tentent alors de militaire requiert quinze ans d’emprison- de la police contester le fait que RFI et l’organisation nement pour le sergent Théodore Séri Reporters sans frontières se soient consti- Dago. tuées parties civiles. Après une courte Le verdict tombe à 18 heures, au délibération, le tribunal rejette leur troisième jour du procès. Séri Dago est argumentaire. condamné à dix-sept ans de prison et Dans l’après-midi, le tribunal donne radié du corps de la police. “Je suis inno- lecture de l’ordonnance de renvoi du juge cent, je suis innocent”, crie le prévenu d’instruction en charge du dossier. Un avant de s’effondrer sur sa chaise. Le document accablant pour le prévenu dont verdict a été prononcé en l’absence des la conclusion indique que le sergent parties civiles et de la famille de Jean “a volontairement donné la mort à Chris- Hélène, dissuadées de se rendre au palais tian Philippe Baldensperger, dit Jean de justice par les autorités consulaires Hélène”. Séri Dago plaide non coupable. françaises, pour “raisons de sécurité ”. Les interrogatoires savamment menés par Des membres du comité de soutien au le juge le confondent tout comme les sergent Séri Dago, repoussés hors du dépositions d’une dizaine de témoins, tribunal par les forces de l’ordre, lancent parmi lesquels l’ex-directeur général de la au groupe de journalistes étrangers qui police nationale, Adolphe Baby. quitte la salle : “On va vous tuer, tous les blancs ! Il y aura encore d’autres Jean CÔTE D’IVOIRE • BILAN 2003 “IL Y AURA ENCORE Hélène !” D’AUTRES JEAN HÉLÈNE !” 2 journalistes tués Christophe Koffi 1 journaliste incarcéré Le deuxième jour du procès débute par 2 journalistes interpellés les plaidoiries de la partie civile. Me Jean- au moins 16 journalistes agressés Marc Delas réclame, au nom de la famille, au moins 6 journalistes menacés 10 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  11. 11. Zimbabwe LES SIX ANS DE LUTTE DU DAILY NEWS The Daily News est l’unique quotidien privé du Zimbabwe. Lancé en 1999, il était lu par plus de 500 000 personnes avant sa fermeture en septembre 2003 par le gouvernement de Robert Mugabe. Après un véritable marathon judiciaire, il a été autorisé à reparaître le 21 janvier 2004. Au lendemain de sa réouverture, John Gambanga, directeur adjoint de la rédaction du quotidien, est revenu sur l’acharnement des autorités à faire taire la seule voix indépendante du pays. Au Zimbabwe, le monde des médias connaît un tournant décisif quand, début 2000, le président Robert Mugabe, au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1980, nomme Jonathan Moyo minis- tre de l’Information. Ancien professeur de sciences politiques, Jonathan Moyo a publié, quelques années auparavant, des articles très critiques envers le président Mugabe, condamnant son autoritarisme et sa mauvaise gestion de l’économie nationale. Aujourd’hui, après avoir retourné sa veste, il soutient de toutes ses MENACES ET ACCUSATIONS vent, plusieurs journalistes du Daily News forces le chef de l’Etat. INFONDÉES sont arrêtés. D’autres sont maltraités, C’est ce même Monsieur Moyo qui, menacés ou harcelés pour une raison ou en tant que ministre de l’Information, En janvier 2003, la direction de l’ANZ, pour une autre. A chaque fois, les autori- rédige la très répressive loi sur l’accès à jugeant ce texte anticonstitutionnel, tés invoquent l’AIPPA ou un autre texte l’information et la protection de la vie refuse de s’enregistrer auprès de la Com- tout aussi répressif, la loi sur l’ordre privée (AIPPA). Dès sa promulgation, ce mission. Fort contrarié, le gouvernement public et la sécurité (POSA), qui n’est texte rend la vie des journalistes impossi- déclare que le groupe de presse n’est pas qu’une version amendée de l’ancienne loi ble, notamment ceux du secteur privé au-dessus des lois. Dans les mois qui sui- coloniale appliquée pendant les années comme les employés de l’Associated Ian Smith. Newspapers of Zimbabwe (ANZ), le Certains des actionnaires de l’ANZ groupe de presse auquel appartiennent le Le Daily News est accusé vivant à Londres, le gouvernement se fait quotidien The Daily News et l’hebdoma- fort d’affirmer que ce groupe de presse daire The Daily News on Sunday. Cette loi par les autorités d’être utilisé est dirigé par des “ennemis du pays” basés oblige en effet les médias à demander une à l’étranger. Quant à son actionnaire licence d’exploitation à une Commission par les Etats-Unis principal, Strive Masiyiwa, c’est un officielle composée de sept membres ou le Royaume-Uni pour homme d’affaires zimbabwéen qui réside nommés par le gouvernement, et tous les en Afrique du Sud. En raison de ses arti- journalistes à solliciter une accréditation déstabiliser le Zimbabwe cles dénonçant la corruption et la mau- individuelle. vaise gestion du pays, le Daily News est REPORTERS SANS FRONTIÈRES 11
  12. 12. Zimbabwe John Gambanga (à gauche) a reçu à Paris le Prix Reporters sans frontières - Fondation de France 2003 décerné au Daily News dans la catégorie “Médias” d’explosif employé. Puis l’un des fonda- En janvier 2001, teurs du journal, Geoff Nyarota, est vic- time d’une tentative d’assassinat par un une bombe puissante détruit individu se disant envoyé par le gouver- nement. Ce que les services secrets s’em- l’imprimerie du groupe pressent de démentir. de presse auquel appartient Le dernier coup est porté en septem- bre 2003 quand le gouvernement le Daily News ordonne la fermeture du Daily News, accusé, faute de licence, de fonctionner dans l’illégalité. Des policiers sont alors accusé par les autorités d’être utilisé par déployés dans les bureaux du quotidien et les Etats-Unis ou le Royaume-Uni pour à l’imprimerie du groupe. L’ANZ dépose déstabiliser le Zimbabwe et imposer aussitôt un recours en justice. Une nou- Morgan Tsvangirai, leader du Mouve- velle bataille s’engage ; elle va se jouer ment pour le changement démocratique dans les prétoires. (opposition), à la tête du pays. Dès lors, la A deux reprises, cinq des directeurs, plupart des officiels refusent d’accorder dont le directeur exécutif, Sam Sipepa des interviews au quotidien. De son côté, Nkomo, sont arrêtés et doivent compa- la police intime l’ordre à ses hommes de raître devant un juge. En 2003, le Daily ne faire aucun commentaire aux journa- News obtient gain de cause à cinq reprises listes du Daily News. après avoir demandé à la justice sa réou- verture. A chaque fois, le gouvernement BATAILLE DANS LES PRÉTOIRES défie le pouvoir judiciaire en empêchant le quotidien de reprendre sa parution. Dans le même temps, les attaques contre Finalement, le 21 janvier 2004, la le journal s’intensifient. En 2000, des Haute Cour ordonne à la police de quit- anciens combattants fidèles à Robert ter les locaux de l’ANZ. Et les forces de Mugabe scandent des chants patriotiques l’ordre obtempèrent. Aussitôt est publié devant les locaux de la rédaction. un numéro spécial de huit pages en espé- Quelques jours plus tard, des pierres sont rant que les malheurs du journal sont ZIMBABWE • BILAN 2003 jetées par des inconnus sur sa façade. terminés. Au moins pour un moment. En janvier 2001, une bombe puissante 3 journalistes incarcérés détruit l’imprimerie du groupe. Selon de John Gambanga 27 journalistes interpellés nombreux observateurs, les forces de 6 journalistes agressés l’ordre sont les seules à disposer du type Pour en savoir plus : www.rsf.org 12 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  13. 13. Erythrée TROIS ANS SANS INFORMATION INDÉPENDANTE Rien ne bouge en Erythrée, qui reste la plus grande prison du continent africain pour les journalistes, et l’un des derniers pays au monde sans presse privée. Les pressions de la communauté interna- Au moins quatorze journalistes crou- tionale sont tout simplement inefficaces. pissent quelque part, en prison. En effet, En août 2003, Ni les organisations de défense des droits leurs familles n’ont que très peu d’infor- de l’homme, ni les gouvernements occi- mations sur leur sort et, la plupart du le ministre de l’Information dentaux ne sont parvenus à faire revenir temps, ne savent même pas où sont a prétendu que le chef de l’Etat erythréen, Issaias Afeworki, détenus leurs proches. sur ses positions. Les dernières déclarations des autori- les journalistes emprisonnés C’est une situation unique au monde : tés sont particulièrement inquiétantes. étaient en réalité des le 18 septembre 2001, le gouvernement a En août 2003, le ministre de l’Informa- fait fermer tous les journaux privés et tion a prétendu que les journalistes “traîtres” et des “espions emprisonner les principaux journalistes. emprisonnés étaient en réalité des “traî- Depuis, les Erythréens n’ont pour seules tres” et des “espions à la solde de pays à la solde de pays ennemis” sources d’information que la presse offi- ennemis”. Si un juge retient ces chefs cielle et les quelques radios étrangères d’inculpation, ils seront passibles de la captées dans le pays. peine capitale. REPORTERS SANS FRONTIÈRES 13
  14. 14. AMÉRIQUES LA PRESSE VICTIME DE L’INSTABILITÉ POLITIQUE Le continent américain reste une terre de contraste pour la liberté de la presse. Généralement respectée, elle est quotidiennement bafouée à Cuba, en Colombie ou en Haïti. Dans plusieurs pays, la presse a dû faire face, en 2003, à une recrudescence des violences, souvent liée à des situations de crise politique, parfois virulente, comme en Bolivie. Sur l’ensemble du continent, des réformes législatives sont encore nécessaires pour garantir une totale liberté de la presse. Cuba, le président Fidel Castro a tenté de droite ou guérillas communistes, qui contrôlent ou se disputent A venir à bout de la dissidence en lançant un vaste coup de filet dans ses rangs. 75 dissi- dents ont été arrêtés pour “actes contre l’E- tat”. Parmi eux, 27 journalistes indépendants dont le plus éminent d’entre eux, Raúl Rivero. Leur crime ? Publier des articles à l’étranger et avoir rencontré des diplomates américains. Leurs armes ? Des machi- des régions entières. Là, soumises à leurs pressions constantes et à celles de l’armée, les rédactions n’osent plus informer. Mena- ces, agressions, enlèvements, assassinats restent le quotidien des journalistes. Par ailleurs, après l’adoption d’un statut antiterro- riste qui remet en cause le secret des sources, le gouvernement d’Alvaro Uribe Vélez apparaît de plus en plus comme une menace potentielle pour la presse. nes à écrire et des stylos saisis à leurs domiciles. Au terme de Aux Etats-Unis, l’attitude de l’administration du président procès expéditifs au cours desquels leur droit à la défense a été Bush à l’égard de la liberté de la presse diffère selon que son bafoué, ils ont été condamnés à des peines allant de 14 à 27 ans action s’inscrit sur le territoire américain ou à l’extérieur des de prison. Leurs collègues restés “libres” sont depuis menacés frontières. Dans le premier cas, la situation reste globalement de les rejoindre en détention. Si cette vague d’arrestations a satisfaisante. En revanche, l’armée américaine a été responsable déclenché la réprobation internationale, elle a consolidé le de la mort de cinq journalistes en Irak et le travail des journalis- monopole de l’Etat sur l’information. tes qui se rendent à la prison de Guantanamo (Cuba), où sont En Haïti aussi, la situation de la liberté de la presse reste détenus les suspects de terrorisme, est toujours étroitement extrêmement préoccupante. Le président Jean-Bertrand Aris- contrôlé. tide a choisi la stratégie de l’impunité pour faire régner la ter- reur parmi ses contradicteurs, au premier rang desquels les jour- L’IMPUNITÉ TOUJOURS À L’ŒUVRE nalistes. Ainsi, les assassins de deux journalistes tués en 2000 et 2001 n’ont toujours pas été punis. En 2003, une quarantaine de Au moins trois autres professionnels de la presse ont été tués journalistes ont été menacés ou agressés par des “chimères”, des dans l’exercice de leurs fonctions au Brésil (2) et au Guate- délinquants recrutés dans les bidonvilles par le pouvoir pour mala (1). Si, en Colombie, l’impunité explique largement, année exécuter ses basses œuvres. En fin d’année, la multiplication après année, la répétition des assassinats, au Brésil, au Costa des manifestations réclamant le Rica, au Mexique, des enquêtes départ du président Aristide s’est sérieuses ont débouché sur des accompagnée d’une augmenta- arrestations de suspects, voire sur tion des attaques contre la presse. Aux Etats-Unis, des procès. Au Chili et au Pérou, Avec cinq journalistes tués en certaines enquêtes sur des cas Colombie en 2003, ce pays reste l’attitude de l’administration du anciens ont été relancées. Ces le plus dangereux de la région président Bush à l’égard de la liberté progrès notables restent cepen- pour la profession. Quatre jour- dant fragiles. En Argentine, les nalistes ont été tués après avoir de la presse diffère selon que son action assassins du photographe José dénoncé des affaires de corrup- s’inscrit sur le territoire américain Luis Cabezas ont bénéficié d’une tion ou de fraudes impliquant des réduction de peine importante, élus locaux, voire les collusions de ou à l’extérieur des frontières certes légale mais incompréhen- ces derniers avec les groupes sible au regard du traumatisme armés, paramilitaires d’extrême suscité par l’exécution du journa- 14 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  15. 15. Amériques liste en 1997. Au Brésil, l’assassin d’un journaliste a bénéficié recensés, le plus souvent lors de la fin de la grande grève contre d’une surprenante libération, trois mois seulement après sa le président Hugo Chávez, en janvier et février. Si la plupart condamnation à 18 ans de prison. étaient imputables aux partisans du Président qui dénonçaient le Dans plusieurs pays latino-américains, la presse a fait les parti pris antichaviste des grands médias, quelques attaques frais de l’instabilité politique. En Bolivie, et dans une moindre visaient des médias progouvernementaux. Les nombreuses mesure au Pérou, elle a été victime du climat de contestation. menaces brandies par le gouvernement contre la presse au len- Lors de la répression des émeutes qui ont conduit au départ du demain de la grève de l’opposition n’ont pas été mises à exécu- président bolivien Sanchez de Lozada, plusieurs médias et journa- tion et la situation de la liberté de la presse a retrouvé une stabi- listes ont été attaqués ou menacés, principalement par les forces lité précaire en fin d’année. de l’ordre. Au Guatemala, la campagne pour l’élection présiden- tielle s’est accompagnée d’une multiplication des agressions LE SECRET DES SOURCES MENACÉ contre les journalistes - dont l’un a perdu la vie -, liées essentielle- ment à la candidature controversée de l’ancien dictateur José Les législations de plusieurs pays reflètent encore un processus Efraín Ríos Montt. En Equateur, plutôt que de répondre sur les de démocratisation inachevé. Au Panama, au Chili, en Equa- accusations de financement de sa campagne par un narcotrafi- teur, des lois protègent encore “l’honneur” des fonctionnaires quant, le président Lucio Gutiérrez a préféré menacé de poursui- et des élus malgré une déclaration adoptée par la Commission vre le quotidien El Comercio, à l’origine des révélations. interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) qui réclame leur suppression. Au Costa Rica, la presse dénonce l’effet inhibiteur du code pénal qui sanctionne notamment la simple reproduc- En Amérique du Sud, tion de propos offensants. En République dominicaine, trois journalistes ont été arrêtés après avoir critiqué le président la presse locale est soumise Mejía. Candidat à sa propre succession en 2004, ce dernier sem- à de fortes pressions ble, par ailleurs, avoir fait main basse sur le plus grand groupe de presse privée à la faveur de la mise en faillite de son propriétaire. En Amérique du Sud comme en Amérique du Nord, le sec- On constate une nouvelle fois une différence entre la presse ret des sources est par ailleurs toujours menacé. Au Paraguay ou nationale, qui bénéficie d’un fort pouvoir et ne subit plus d’im- au Chili, des journalistes ont été convoqués pour livrer leurs portantes pressions, et la presse locale ou régionale, encore aux sources. Aux Etats-Unis, les juges menacent d’incarcération prises avec des élus locaux, des fonctionnaires ou des policiers pour “outrage à la cour” ceux qui refusent de révéler l’identité qui acceptent mal la critique. Au Mexique, en Argentine ou au de leurs informateurs. Enfin, au Canada, la police continue de Pérou, la majorité des attaques visaient des médias locaux. Au considérer les journalistes comme des “auxiliaires de justice” et Brésil, l’un des deux journalistes tués travaillait pour une radio sollicite des mandats de perquisition pour saisir, dans les rédac- d’une ville du nord-est du pays. Malheureusement, la presse tions, les images qu’elle considère profitables à ses enquêtes. nationale ne se montre pas toujours solidaire de ses confrères de la presse régionale et ces atteintes à la liberté de la presse passent Régis Bourgeat parfois inaperçues. Responsable Amériques de Reporters sans frontières La situation au Venezuela reste particulière. Plus de 80 cas d’agressions ou de menaces contre des journalistes ont été Pour plus d’informations, pays par pays : www.rsf.org REPORTERS SANS FRONTIÈRES 15
  16. 16. Cuba LE JOURNALISTE BERNARDO ARÉVALO PADRÓN ENFIN LIBRE ? L’hebdomadaire Pèlerin Magazine, qui avait accepté de parrainer Bernardo Arévalo Padrón après sa condamnation à six ans de prison en novembre 1997, avait souhaité le rencontrer chez lui quelques jours après sa libération, le 3 novembre 2003. Une simple ramette de 500 feuilles de papier blanc. Devant ce cadeau inespéré que nous lui offrons en arrivant chez lui, le regard de Bernardo Arévalo Padrón, géant au vaste sourire, s’éclaire. Du fond de sa maisonnette d’Aguada de Pasajeros, ville de 31 000 habitants, il va enfin pouvoir s’atteler à son travail de journaliste indépendant. Depuis quelques semaines, cette force de la nature, âgé de 37 ans, dont six passés dans les geôles cubaines, a retro- uvé l’air libre et sa femme Libertad. Arrêté le 18 novembre 1997, emprisonné pour avoir traité Fidel Cas- tro, le chef de l’Etat cubain, de “men- teur”, sur les ondes d’une radio, Bernardo Philippe Brault n’a pas changé. “Il est même plus fort”, lance sa blonde épouse. “Filleul” de l’hebdomadaire Pèle- Bernardo et son épouse Libertad, deux semaines après sa libération, dans leur maison d’Aguada de Pasajeros rin, via Reporters sans frontières, il a reçu régulièrement les marques de sou- tien des lecteurs, lettres ou colis. “Ces semble avoir renoué avec une forme et un initiative porteuse d’espoir, Bernardo manifestations furent d’une grande aide”, moral d’acier. Deux semaines après sa redéfinit sa priorité : continuer à défen- assure aujourd’hui Bernardo. Car le trai- libération, seuls son crâne rasé et sa voix, dre avec acharnement les droits des tement infligé aux prisonniers cubains enrouée en permanence, trahissent les six opprimés. bafoue en permanence les droits essen- années de cachot. Ses maux de dos chro- Il y a quinze ans, le destin du jeune tiels de la personne humaine. niques, ravivés lors de son passage en homme, élevé au lait de la révolution Incarcéré dans plusieurs centres camp de travail forcé, ne se réveillent que cubaine, semblait prendre une tout de détention, Bernardo a vécu, durant la par crises. autre direction. Engagé comme policier plus longue partie de sa peine, avec 28 Bernardo a retrouvé sa petite mai- à la sécurité d’Etat, il avait pour mission détenus de droit commun dans une cel- son d’Aguada, où il vit avec ses beaux- de surveiller les militants des droits de lule prévue pour 20 personnes. Une parents, sa nièce de 12 ans et sa femme. l’homme pour les dénoncer au régime. cohabitation d’autant plus insupportable Devenue son épouse cinq ans avant l’ar- Mais en 1988, son frère meurt, à 17 ans, que ses “camarades”, dans l’espoir d’une restation, Libertad, 43 ans, catholique d’un problème de cœur, faute de soins. remise de peine, lui volaient ses lettres engagée, a attendu son mari, frêle mais Le policier prend alors conscience du pour les remettre à la police. Sans comp- solide… mensonge sur lequel est construite la ter la nourriture détestable, les punaises à Le matin de sa libération, le pre- “révolution”. Et, sur la tombe de son foison, l’humidité omniprésente, la vio- mier coup de fil fut pour elle : “Nous frère, le jeune Cubain jure de “lutter lence des gardes… nous sommes donné rendez-vous à contre le communisme jusqu’à (sa) Bernardo porte encore sur la tête, l’église pour prier. C’était une promesse mort”. le nez et la lèvre, les traces de coups que nous nous étions faite.” Quatre jours Il se branche alors régulièrement de matraque reçus le 11 avril 1998. Ce plus tard, Bernardo partait pour la capi- sur Radio Marti, qui émet à Cuba depuis jour-là, il avait osé crier : “A bas Fidel !” tale, La Havane, à 140 km. “Il fallait Miami (Etats-Unis), où vivent plus d’un En retrouvant ses biens les plus absolument que je rende visite à la million de ses compatriotes émigrés. Moins chers (“le soleil, ma famille et l’oxy- famille, aux amis, et que je signe le projet de deux ans plus tard, il quitte la police et gène”), notre ami, taillé comme un roc, Varela1.” En donnant ainsi sa voix à cette devient employé des chemins de fer. REPORTERS SANS FRONTIÈRES 17
  17. 17. Cuba En 1996, il fonde l’agence de presse indépendante Linea sur (Ligne sud). Il consigne toutes les violations des droits de l’homme et les signale à une agence de presse de Miami. En prison, Bernardo continue d’ê- tre vigilant. Dans le Nouveau Testament qu’il s’est procuré en soudoyant un gar- dien, il note les tracas de la vie quoti- dienne. Au fil des pages, ses annotations se mêlent aux textes des Evangiles. Extrait : “Vendredi 27 novembre 1998. Ce matin, le détenu de droit commun Alexis Gonzalez Ibanez a jeté son mor- ceau de viande par terre. Les gardiens ont alors appelé la garnison et l’ont emmené dans leur bureau. Ils lui ont fait nettoyer le sol jusqu’à l’exténuer. Le lendemain, il s’est mis en grève de la faim.” A sa sortie de prison, Bernardo a Philippe Brault souhaité retrouver son poste d’employé des chemins de fer. Les autorités ont refusé. Il reprend donc sa “mission” de Une famille enfin réunie. Libertad, Bernardo et ses beaux-parents dans le jardin de leur maison journaliste indépendant. D’où sa joie de récupérer le papier venu de France, outil de travail presque introuvable à CUBA • BILAN 2003 LE “PARRAINAGE” DES MÉDIAS Cuba. S’il pose de temps à autre son index sur ses lèvres pour rappeler à son 30 journalistes incarcérés Depuis 1989, Reporters sans frontières interlocuteur que les murs cubains ont 5 journalistes interpellés propose à des rédactions françaises et des oreilles, Bernardo, surveillé par la 5 journalistes agressés étrangères de parrainer des journalistes police, semble avancer bille en tête. emprisonnés pour avoir exercé leur Prudent ? “ Je n’en suis pas sûre ”, métier. Les parrains sont ainsi invités à confie Libertad en levant les yeux au ciel. soutenir un confrère afin que son cas ne L’épouse, qui vient de retrouver son mari soit pas oublié et que la médiatisation de deux semaines avant leur anniversaire de sa situation le protège de ses geôliers. mariage (11 ans), tremble à chaque En lui adressant du courrier en prison, en instant : “J’ai peur qu’il retourne en se rapprochant de sa famille, en protes- prison !” Seule solution : l’exil. En 1997, tant auprès des autorités concernées, avant l’arrestation de Bernardo, le couple en leur demandant régulièrement sa libé- avait déposé une demande d’exil en Espa- ration, en mobilisant les lecteurs, audi- gne. Les événements ont interrompu l’af- teurs, téléspectateurs et internautes sur faire. son cas, les rédactions qui parrainent Aujourd’hui, ils demandent aux soutiennent ces hommes et femmes Etats-Unis de les accueillir. Ils souhai- dont le seul crime est d’avoir voulu nous tent partir tous les deux, accompagnés de informer. Elles sont 200 dans le monde la maman de Bernardo, âgée et malade. aujourd’hui. De là-bas, le Cubain, enfin libre, pourra Bernardo Arévalo Padron était sou- continuer à apporter sa pierre au tenu par : A Nous Paris !, Amiens Métro- seul projet qui le motive aujourd’hui : pole, Associacion de la prensa de “La liberté pour le peuple tout entier.” Madrid, Canoa-Periodico Digital : mica- noa.com, El dorado/Isto E, El Mundo, Sophie Autignac El Pais, El Punt, Grupo Correo (El Cor- Pour en savoir plus : www.rsf.org reo, El Diaro Vasco), Imagenes ameri- canas, L’Hebdo, La Dernière Heure, 1 Le Projet Varela a été lancé par Oswaldo Paya Sar- La Presse, La Tribune de Genève, diñas, président du Mouvement chrétien de libération, Le Courrier Picard, La Gazette de Dijon, Philippe Brault un parti (illégal) d’opposition. Cette pétition réclamait à l’Assemblée nationale l’organisation d’un référen- Le Figaro Etudiant, Mon Quotidien/ dum sur l’amnistie des prisonniers politiques et la L’Actu, Notre Temps, Paris Match, mise en place d’une société pluraliste. En respectant Pèlerin Magazine, Quo, Radio suisse une procédure d’initiative populaire prévue par la La déposition de Libertad, l’épouse de Bernardo, Romande, RFO/AITV, RTL. Constitution cubaine, elle a recueilli plus de vingt en faveur du prisonnier et les photos prises mille signatures. à sa sortie de prison 18 REPORTERS SANS FRONTIÈRES
  18. 18. Colombie LE PAYS LE PLUS MEURTRIER DU CONTINENT Les morts de cinq journalistes figurent en tête de la longue liste des attaques que subissent les rédactions et les reporters. Tous sont aux prises avec les guérillas et les groupes paramilitaires qui se disputent le contrôle de régions entières d’où l’information est quasiment absente. Mais les agents de l’Etat ne sont pas en reste. l’assassinat, en 1999, du célèbre journa- contrôlent ou se disputent les groupes liste et humoriste Jaime Garzón s’est armés, la population n’a plus aucun accès conclue par le procès de deux truands à une information libre et fiable. Dans dont tout porte à croire qu’ils n’étaient certaines régions, les professionnels de la que de simples boucs émissaires. Au presse doivent également composer avec moins dix journalistes ont par ailleurs été l’armée, également soucieuse de contrô- interpellés, menacés, agressés ou empê- ler l’information. La situation sur le ter- chés de faire leur travail par des forces de rain est souvent si compliquée que les l’ordre toujours plus intolérantes à l’é- journalistes sont dans l’incapacité de pou- gard de la presse, surtout lorsque celle-ci voir désigner leurs agresseurs. Rosa Des paramilitaires en patrouille couvre le conflit en cours. Omaira, journaliste dans le département Cinq journalistes tués, près d’une soixan- du Choco (Ouest) a dû quitter sa ville taine enlevés, menacés ou agressés, plus pour Bogotá en raison de menaces impu- d’une vingtaine obligés de quitter leur Les journalistes préfèrent tées aux FARC. Mais dans la capitale, ce région, voire leur pays … le bilan des garder le silence sur sont les AUC, dont elle dénonçait égale- atteintes à la liberté de la presse en 2003 ment les exactions, qui l’ont menacée, l’o- est particulièrement lourd. Et encore, ces les menaces qu’ils reçoivent, bligeant à changer de domicile à plusieurs chiffres ne sont pas exhaustifs, tant les reprises. Les liens entre certains élus et les journalistes préfèrent garder le silence sur de peur de se retrouver plus groupes armés rendent l’environnement les menaces qu’ils reçoivent, de peur de se exposés encore encore plus complexe et plus dangereux retrouver plus exposés encore. pour la profession. En Arauca, un département pétroli- LES FORCES DE L’ORDRE Par ailleurs, après l’adoption d’un fère situé à la frontière avec le Venezuela, TOUJOURS PLUS INTOLÉRANTES “statut antiterroriste” qui remet en cause la situation est devenue tout simplement le secret des sources, le gouvernement invivable. Après la mort d’Efrain Alberto Plus que les années précédentes, les élus d’Alvaro Uribe Vélez apparaît de plus en Varela en 2002, un deuxième journaliste a ou les forces de l’ordre ont été mis en plus comme une menace potentielle pour été tué en 2003, sept autres enlevés, trois cause dans les attaques contre la presse. la presse. interpellés, deux agressés, et un arrêté Quatre des cinq journalistes tués avaient et accusé de “rébellion”. Début avril, dénoncé la corruption et les fraudes d’élus CERTAINES RÉGIONS SE VIDENT l’Arauca s’est même vidé de ses journalistes locaux, ou des violences commises par les DE LEURS JOURNALISTES après l’apparition de leurs noms sur des forces de l’ordre. La mort de Luis “listes noires” émanant des groupes Eduardo Alfonso, qui devait bénéficier du Parallèlement, les atteintes à la liberté de armés. Sur les seize cités, treize ont décidé programme gouvernemental de protec- la presse imputables aux trois groupes de quitter la région puis sont revenus et tion des journalistes, pose la question des armés les plus importants se sont pour- ne se déplacent plus désormais qu’en efforts des autorités pour assurer la sécu- suivies. Qu’il s’agisse des Autodéfenses groupes et accompagnés de gardes du rité de ces derniers. unies de Colombie (AUC, paramilitai- corps. Une situation inédite. Une situation extrême qui s’explique res), dont le principal leader reste Carlos par la totale impunité dont bénéficient les Castaño, des guérillas des Forces armées assassins de journalistes. A ceux qui récla- révolutionnaires de Colombie (FARC, COLOMBIE • BILAN 2003 ment justice, l’Etat fait valoir le manque marxistes), dirigées par Manuel Maru- de moyens et l’ampleur de la tâche dans landa, et de l’Armée de libération natio- 4 journalistes tués un pays où les morts violentes se comp- nale (ELN, guévariste), avec à sa tête 2 journalistes incarcérés tent par dizaines de milliers chaque année. Nicolas Rodríguez Bautista, tous n’ont 3 journalistes interpellés Cependant, on peut s’interroger sur la cessé de s’en prendre aux journalistes 11 journalistes enlevés réelle motivation des autorités à combat- qu’ils soupçonnent de faire le jeu du 8 journalistes agressés tre l’impunité lorsque l’enquête sur camp adverse. Dans les régions que 31 journalistes menacés REPORTERS SANS FRONTIÈRES 19
  19. 19. Haïti LES MÉDIAS DANS LA TOURMENTE Depuis l'assassinat de son mari, le journaliste Jean Dominique, en avril 2000, Michèle Montas, ancienne directrice de Radio Haïti Inter, est engagée dans la lutte contre l'impunité. Contrainte de fermer la station puis de quitter Haïti après un attentat dont elle a été victime à Noël 2002, elle dénonce les violences dont a été victime, en 2003, la presse haïtienne, avant que les troubles qui ont secoué le pays ne débouchent sur la démission, le 29 février 2004, du président Jean-Bertrand Aristide. au-Prince, considérée proche du pouvoir, étaient saccagés par des opposants armés au président Aristide. Le 17 décembre, une équipe de Radio Solidarité était atta- quée par des manifestants antigouverne- mentaux. Mais ces cas étaient rares alors que les agressions de chimères pro-Aris- tide contre journalistes et médias se mul- tipliaient, dans un climat de violence ver- bale sans précédent des deux côtés. Les déclarations de certains parlementaires ou membres du gouvernement étaient interprétées comme une légitimation des exac- La spirale de violence a frappé des médias des deux bords tions contre les journalistes Agressions, mitraillage de domiciles ou LES JOURNALISTES Les déclarations contre la presse de mem- de stations de radio, harcèlement, mena- VICTIMES DE L’INTOLÉRANCE bres influents du gouvernement et du ces ouvertes ou anonymes, les pressions parti au pouvoir ont été symptomatiques étaient multiples. La plupart des journa- Les menaces visaient à forcer la presse à d’une nouvelle tendance. Alors que la listes blessés en 2003 couvraient des l’autocensure ou au silence. Le 3 mai, liberté de la presse ne faisait l’objet manifestations. Mais d’autres attaques Liliane Pierre-Paul, responsable de Radio d’aucune censure officielle ou restriction avaient des cibles spécifiques. Ainsi, les Kiskéya, recevait un paquet contenant une légale, le 21 septembre, lors d'une émis- journalistes Nancy Roc et Goudou Jean cartouche de calibre 12 mm accompagnée sion diffusée sur plusieurs radios et télévi- Numa de Radio Métropole ont vu des “chi- d'une lettre de menaces de mort. La lettre sions de Port-au-Prince, le ministre de la mères”, comme l’on appelait les groupes était signée d’organisations populaires Justice, Calixte Delatour, et le secrétaire de mercenaires armés progouvernemen- proches du parti Lavalas au pouvoir et d'Etat à la Communication, Mario Dupuy, taux, tirer sur leur résidence ou tenter d’y dont l’une “Domi nan Bwa” est à l’origine menaçaient d’appliquer aux médias la loi mettre le feu. A la suite de menaces de du meurtre du journaliste Brignol Lindor sur les télécommunications adoptée le mort, crédibles et répétées, contre les en 2001. Ces groupes armés, en guerre 12 octobre 1977 par le dictateur Jean- journalistes de Radio Haïti Inter et deux contre les manifestants antigouverne- Claude Duvalier, et rendue caduque par mois après l’attentat de décembre 2002 mentaux, agressaient les journalistes la Constitution de 1987 qui condamne la qui me visait et qui a coûté la vie à mon accusés d’être des têtes de pont de l’oppo- censure, protège les sources des journalis- garde du corps, Maxime Seide, nous sition au président Jean-Bertrand Aris- tes et l'entreprise privée. Le 28 septem- avions dû éteindre nos émetteurs, le tide. La spirale de violence qui s’était bre, le député Lavalas Nahoum Marcellus 22 février, pour protéger des vies. accrue en fin d’année 2003 a frappé des accusait plusieurs stations de radio de Le 28 octobre encore, des individus médias d’options politiques divergentes à recevoir des fonds venant de l’étranger armés de mitraillettes ouvraient le feu sur travers leurs journalistes qui payaient les pour mener une campagne contre le gou- les locaux de la station privée Radio Caraï- frais de l’intolérance et de l’impunité. Le vernement et appelait les partisans du bes, à Port-au-Prince. 11 novembre, les locaux de la radio privée gouvernement à leur régler leur compte. Pyramide, à Saint-Marc au nord de Port- Les déclarations de ces parlementaires ou 20 REPORTERS SANS FRONTIÈRES

×