Programme 14 juillet 2015 defile

2 071 vues

Publié le

Programme du défilé du 14 juillet 2015 lors de la fête nationale française sur les Champs Elysées à Paris

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 071
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
76
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Programme 14 juillet 2015 defile

  1. 1. 14 juillet 2015 L’Ordre de la Libération
  2. 2. 1 Le jour de notre fête nationale, le pays se retrouve autour de ses forces armées, qui sur notre territoire et partout dans le monde, défendent les valeurs de la République et protègent les français. Ce 14 Juillet, nous commémorons le 70e anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale. La France est sortie la tête haute de ce long conflit. En créant l’Ordre de la Libération, le général de Gaulle a voulu récompenser ceux qui avaient pris une part déterminante à cette action patriotique. Aujourd’hui les Compagnons de la Libération sont les derniers survivants mais aussi les villes et les unités militaires qui furent les acteurs de cette résistance héroïque. L’emblème de l’Ordre ouvrira la cérémonie en se déployant pendant le tableau initial. Il la clôturera en étant à nouveau présenté au public. Le 14 Juillet la France invite traditionnellement certains amis ou alliés à participer au défilé. Cette année, les troupes mexicaines seront présentes aux côtés de leurs frères d’armes français et se présenteront face au Président des États-Unis du Mexique, M. Peña Nieto que notre pays accueille en visite d’État. Notre fête nationale mettra aussi en avant les soldats qui se sont illustrés au cours de ces 12 derniers mois en opérations extérieures, notamment en République centrafricaine, au Mali et en Irak. Elle soulignera le rôle de l’opération Sentinelle qui mobilise depuis déjà six mois des milliers de policiers, de militaires et de gendarmes pour protéger les sites les plus sensibles. J’ai également tenu à associer les personnels qui se sont engagés avec une exemplaire détermination dans la lutte contre le virus Ebola. L’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense a 100 ans. Depuis sa création, il conserve les images de nos interventions militaires. Nos armées furent d’ailleurs pionnières dans la couverture des actions de guerre à des fins historiques et mémorielles. Elles nous permettent de disposer d’images précieuses qui sont autant de trésors visuels et sonores. Les manifestations qui ont suivi les attentats qui nous ont frappés au mois de janvier 2015 ont montré l’engagement des français à défendre les principes qui fondent notre société. Cet engagement, il est aussi celui des jeunes du service civique. Ils participeront donc eux aussi aux animations de cette commémoration. Ainsi le 14 Juillet, la Nation sera rassemblée autour de tous ceux qui la servent. Vive la République ! Vive la France ! François Hollande MESSAGE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
  3. 3. 2 MESSAGE DU MINISTRE DE LA DÉFENSE Chaque année pour le 14 Juillet, la France honore ses soldats. Cette année, les Français sont plus que jamais unis autour de ces femmes et de ces hommes qui leur inspirent reconnaissance et fierté. Fierté pour chacune des actions conduites par nos soldats tout au long de l’année, au plus loin de nos frontières ou au plus près de nos foyers. Souvent, leur discrétion les écarte de nos regards ; mais en ce jour de fête, où la Nation contemple ceux qui veillent au quotidien sur sa tranquillité, nous leur témoignons toute notre reconnaissance. Fierté, aussi, pour la mobilisation exceptionnelle de nos forces armées sur le territoire national, décidée par le Président de la République au lendemain des attentats qui, du 7 au 9 janvier, ont visé la France en son cœur. Cet engagement sans précédent a montré une fois de plus l’immense professionnalisme, la réactivité et le dévouement, mais aussi le courage et le sang-froid des hommes et des femmes qui servent notre pays à travers sa Défense. Désormais, ils sont 7000 déployés en permanence dans le cadre de l’opération Sentinelle, pour veiller sur les sites les plus sensibles et, de la sorte, sur la sécurité de nos familles et la quiétude de notre cadre de vie. Fierté, pour tous nos militaires qui combattent sur les fronts des opérations extérieures. Au Sahel comme au Levant, en Centrafrique comme dans le golfe de Guinée, ils luttent, avec un courage qui impose le respect, avec une détermination qui force l’admiration, ici contre la menace du terrorisme djihadiste, là pour rétablir la paix et la sécurité des personnes, au sein d’immenses régions qui en ont été privées. Sur tous ces théâtres, nos armées font la preuve de leur grande valeur, au service de la France et de tous nos concitoyens. C’est pourquoi, en ce jour, nous leur exprimons toute notre reconnaissance. La fête nationale est un moment de fierté collective. C’est un moment de recueillement aussi. À l’instant où leurs camarades défilent, nous gardons en mémoire nos soldats tombés cette année. Ils sont morts pour la France. Nous pensons à leurs familles, qui ont besoin de la chaleur d’un pays rassemblé autour d’elles. Mais nous pensons aussi à nos soldats blessés, à tous ceux qui ont enduré, dans leur chair et dans leur âme, les combats qu’ils ont livrés pour la France. Le 14 Juillet est ainsi l’occasion d’un hommage, inscrit dans tous les cœurs, aux hommes et aux femmes qui veillent sur notre sécurité commune et garantissent, parfois au péril de leur vie, le respect de notre souveraineté. Plus que jamais, leur mission continue. Face à des menaces qui sont à la fois directes et durables, les Français comptent plus que jamais sur leurs armées. En retour, ces dernières savent pouvoir compter sur la Nation. C’est tout le sens de l’actualisation de la loi de programmation militaire, qui porte en particulier une augmentation signalée de notre dépense de défense, à la hauteur des défis que nos armées doivent aujourd’hui relever. Bravo à nos soldats. Les derniers mois les ont particulièrement mobilisés, mais ils ont toujours répondu présent. Ils méritent la confiance que les Français placent en eux, et qu’ils leur expriment avec force à l’occasion de ce 14 Juillet. Jean-Yves Le Drian
  4. 4. 3 DÉROULEMENT DU DÉFILÉ Présenté par le général d’armée Pierre deVilliers, Chef d’état-major des armées (CEMA), le défilé est commandé par le général d’armée Hervé Charpentier, Gouverneur militaire de Paris (GMP), officier général de la zone de défense et de sécurité en Île-de-France. Précédé par la parade des formations et communes «Compagnons de la Libération» et par le défilé des avions, le défilé à pied est ouvert par un détachement interarmées mexicain, suivi par les écoles militaires, les écoles du ministère de l’Intérieur, ainsi que des unités des trois armées, du service de santé des armées, de la gendarmerie, de la police et des sapeurs-pompiers volontaires et professionnels. Le défilé des troupes à pied est traditionnellement clôturé par la Légion étrangère qui défile sur un pas plus lent que les autres unités de l’armée française (88 pas/minute contre 115). Le défilé des troupes à pied est suivi du défilé des hélicoptères, des troupes motorisées, puis de celui des troupes montées. 9 h 20 Fin de la mise en place des troupes à pied et motorisées sur le site Étoile/Champs-Élysées. 9 h 30 Inspection des troupes par les officiers généraux commandant les défilés à pied et motorisé. 9 h 45 Fin de la mise en place des détachements d’honneur de la garde républicaine, place de l’Étoile et place de la Concorde. 10 h 10 Arrivée du Président de la République, avenue de Friedland. Accueil par le CEMA, accompagné du GMP. Revue des troupes. 10 h 25 Honneurs rendus au Président de la République place de la Concorde par le 1er Régiment d’infanterie (1er RI) de la garde républicaine. Accueil par le Premier ministre, M. Manuel Valls, le ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian, le secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire, M. Jean-MarcTodeschini, et le chef d’état-major particulier du Président de la République, le général d’armée Benoît Puga. 10 h 30 Animation d’ouverture. 10 h 45 Défilé des avions commandé par le général de division aérienne Jean-Christophe Zimmermann, commandant en second la défense aérienne et les opérations aériennes. 10 h 55 Défilé des troupes à pied commandé par le général de brigade Henry Bazin, général adjoint engagements auprès du GMP. 11 h 30 Défilé des hélicoptères commandé par le général de division aérienne Jean-Christophe Zimmermann. 11 h 35 Défilé des troupes motorisées commandé par le général de division Philippe Pontiès, commandant l’état-major de force n° 3 de Marseille. 11 h 45 Défilé des troupes montées. 11 h 50 Animation de clôture. 11 h 55 Départ du Président de la République.
  5. 5. 4 LE DÉFILÉ 2015 EN CHIFFRES DÉFILÉ DES AVIONS 55 appareils : 46 de l’armée de l’air dont 1 belge et 2 espagnols, 6 de la marine nationale, 3 de la sécurité civile. DÉFILÉ À PIED 3 501 hommes, 3 aigles et 3 buses. DÉFILÉ DES HÉLICOPTÈRES 31 appareils : 16 de l’aviation légère de l’armée de terre, 7 de l’armée de l’air, 4 de la marine nationale, 3 de la gendarmerie nationale et 1 de la sécurité civile. DÉFILÉ DES TROUPES MOTORISÉES 208 véhicules dont 62 motos. DÉFILÉ DES TROUPES MONTÉES 237 chevaux.
  6. 6. 5 RAPPEL HISTORIQUE DU DÉFILÉ MILITAIRE DU 14 JUILLET Le 14 juillet 1790, les Fédérés partis de la place de la Bastille traversent Paris, précédés et suivis de la garde nationale, en direction du Champ-de-Mars où se déroule, dans un esprit d’union républicaine, la fête de la Fédération universelle de France qui commémore le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Jusqu’au Directoire, l’aspect militaire du défilé ne constitue pas l’essentiel de la commémoration. En 1797-1798 cependant, l’armée joue un rôle prédominant. Elle ne se contente pas de défiler, mais offre aux Parisiens une simulation de combat. À partir du Consulat (1799-1804), la célébration du 14 Juillet perd son caractère populaire et voit le défilé militaire s’imposer. La date symbolique du 14 Juillet se voit même supplantée par des anniversaires liés à la vie de Bonaparte, voire plus tard à la monarchie restaurée. La IIIe République remet le 14 Juillet à l’honneur. C’est avec le décret du 6 juillet 1880 que fêtes nationale et militaire coïncident sans être jamais plus dissociées. De 1880 à 1914, la fête du 14 Juillet s’est déroulée à Longchamp. Interrompue pendant la première guerre mondiale, la célébration reprend en 1919 sur les Champs-Élysées. Le 14 juillet 1939, dernier anniversaire avant la seconde guerre mondiale, marque aussi le 150e anniversaire de la Révolution. Les fêtes se déroulent du 12 au 16 juillet, rendant un triple hommage au drapeau, à l’armée et à l’empire. Un défilé de 300000 hommes a lieu de l’Arc de Triomphe à la Concorde. Le défilé du 14 juillet 1945 marque la Victoire. Depuis cette date, les défilés du 14 Juillet sont l’occasion pour les armées de se présenter devant les Français et de mettre tout particulièrement à l’honneur les unités ayant participé aux opérations extérieures. De 1974 à 1979, le lieu de célébration du défilé varie : • 14 juillet 1974 : Bastille-République • 14 juillet 1975 : Cours de Vincennes • 14 juillet 1976 : Champs-Élysées • 14 juillet 1977 : École militaire • 14 juillet 1978 : Champs-Élysées • 14 juillet 1979 : République-Bastille Depuis 1980, les Champs-Élysées sont redevenus le cadre du défilé.
  7. 7. ROND-POINT DES CHAMPS-ÉLYSÉES PLACE CLEMENCEAU ÉCLATEMENT AV.FOCH AV. V.HUGO AV. KLÉBER AV. D'IÉNA AV.MARCEAU AV. DE LA GRANDE ARMÉE AV. CARNOT AV. MAC MAHON AV. DE WAGRAM AV. HOCHE AV.FRIEDLAND AV. GEORGE V R. GALILÉE R. BASSANO V SANTÉ REA VÉTÉRINAIRE MATÉRIEL INCENDIEPSI V DISPOSITIF DES TROUPES MOTORISÉES DISPOSITIF DES TROUPES À PIED V PC MOUVEMENT PSI PSI PC CONCORDE PSI FORMATIONS À L’HONNEUR DÉFILÉ 6 SCHÉMA DU DISPOSITIF DU SITE
  8. 8. 7 DISPOSITIONS PRÉVUES POUR LA PRESSE Accréditations des journalistes Les journalistes souhaitant se faire accréditer pour les tribunes réservées à la presse sont invités à se renseigner auprès du comité de liaison de la presse. Tel. : 06 27 31 13 35 Courriel : contact@lecomitedeliaisondelapresse.fr Ils peuvent également s’adresser au centre de presse du ministère de la Défense - Délégation à l’information et à la communication de la Défense (DICOD) Tél. : 01 44 42 54 02 Courriel : presse@dicod.defense.gouv.fr Les cartes d’accès pour les véhicules techniques doivent également être demandées au comité de liaison de la presse. Les véhicules privés ne sont pas admis. Aide à la presse Des officiers de presse du ministère de la Défense se tiendront dans les tribunes «presse», à la disposition des journalistes. Contact DICoD Centre de presse de la DICoD Capitaine Marc Dejean Tél. : 01 44 42 53 20 ou 06 08 47 24 10 Fax : 01 44 42 41 22 Courriel : presse@dicod.defense.gouv.fr Tous les renseignements sont disponibles sur le site du ministère de la Défense : http://www.defense.gouv. fr/salle-de-presse Préreportages, informations sur les coulisses du défilé Un site Internet dédié, «14 juillet 2015, les coulisses du défilé », est mis en ligne par le service de communication du Gouverneur militaire de Paris (GMP). Une cellule presse est activée au cabinet du GMP à partir du 3 juillet 2015 jusqu’au 15 juillet inclus. Elle a pour mission d’assurer la coordination des actions de communication durant la phase de répétitions àVersailles-Satory (Yvelines), à Brétigny-sur-Orge (Essonne) et sur les Champs-Élysées. Contact GMP Service de communication du GMP. Hôtel national des Invalides 129 rue de Grenelle 75007 Paris Chef du centre presse principal Invalides Capitaine Adeline Motsch Tél. : 06 32 13 05 31 Centre presse principal Invalides : Tél. : 01 44 42 50 82, 01 44 42 52 04, 01 44 42 52 15 Courriel : 14juillet.gmp@terre-net.defense.gouv.fr
  9. 9. 8 PARTICIPATION DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Le ministère de la Culture et de la Communication participe traditionnellement à l’organisation de la cérémonie du 14 Juillet. Sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle, le service des bâtiments du Roi (ou de l’Empereur) était chargé de l’organisation des fêtes royales (ou impériales). De manière plus naturelle ce service, réorganisé par la République sous le nom de service des palais nationaux, a assuré l’organisation des cérémonies nationales. Puis, par décret de 1945, «l’ordonnance des cérémonies publiques» a été confiée à ce qui est maintenant la direction générale des patrimoines. Aujourd’hui, l’opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture, établissement public du ministère de la Culture et de la Communication, est chargé, sous la responsabilité de la sous-direction des monuments historiques et espaces protégés, de la mise en place des tribunes sur les Champs-Élysées et la place de la Concorde, ainsi que de la gestion des invitations. MAÎTRISE D’OUVRAGE DÉLEGUÉE Oppic - Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture 30, rue du Château des rentiers CS61336 75647 Paris cedex 13 Tél. : 01 44 97 78 00 FINANCEMENT Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des patrimoines Sous-direction des monuments historiques et des espaces protégés 182, rue Saint-Honoré 75001 Paris Tél. : 01 40 15 80 00 ORGANISATION TECHNIQUE DU CHANTIER Maîtrise d’œuvre Groupement : - ART FI TECH représenté par Fabrice Imbrosciano 18, rue de la Bourgogne 92190 Meudon - TRAN-concept (OPC) représenté Thierry Tran 2, rue Georges Méliès - Bât. 2B ZAC La Croix Bonnet 78390 Bois D’Arcy Contrôleur technique Bureau Veritas – Agence Paris 21/23, rue des Ardennes 75936 Paris cedex 19 Coordonnateur SPS Corbice - Agence Île-de-France 92240 Malakoff ENTREPRISES Tribunes - Habillage - Mobilier Groupement : - GL évents Services Route de Grigny – BP 40 69530 Brignais - Jaulin 10, rue Lindbergh 91380 Chilly-Mazarin Charpentes métalliques Normandie Structures ZI Porte Rouge 27150 Etrepagny Électricité - Balisage E.T.D.E. 20, route de la Longueraie 91270 Vigneux-sur-Seine Contrôle d’accès - Gardiennage V.I.P. sécurité 94, avenue Victor Hugo 92100 Boulogne-Billancourt Conception tribune présidentielle Marie-Christine Dorner 34, rue Saint-Dominique 75007 Paris
  10. 10. OUVERTURE DU DÉFILÉ 9 SOMMAIRE DE L’OUVERTURE DU DÉFILÉ Revue des troupes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Déroulement des honneurs rendus au Président de la République . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 Animation d’ouverture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
  11. 11. TROMPETTE-MAJOR 1 TIMBALIERS 2 FANFARE 35 CDT DE RÉGIMENT ÉTENDARD 3 CDT ESCADRON CHEFS DE PELOTON 2 ESCADRON 1 AVANT-GARDE 48 VLRA PRÉSIDENTIEL OFFICIER DE PORTIÈRE CDT ESCADRON CHEFS DE PELOTON 2 ESCADRON 2 ARRIÈRE-GARDE 48 VLRADEREMPLACEMENT FRONTDESTROUPES CEMA ADC PR GMP ADC FANION FLANCS-GARDES 6+6 OUVERTURE DU DÉFILÉ 10 REVUE DES TROUPES La revue des troupes est passée par le Président de la République, le CEMA et le GMP, dans deux Véhicules légers de reconnaissance et d’appui (VLRA). Dans le premier VLRA prennent place le Président de la République, le CEMA et l’aide de camp du Président de la République. Le GMP, son aide de camp et son porte-fanion se placent dans le second VLRA. Les deuxVLRA s’insèrent au sein de la grande escorte à cheval de la garde républicaine qui débute immédiatement son mouvement.
  12. 12. CHEVAUX DE MARLY Place de la Concorde TRIBUNE MPTDM M AIR M TRS Musique de la garde républicaine 2e RI 1er RI HONNEURS,PLACEDELACONCORDE ESCORTE À CHEVAL G A R D E 12 4 6 8 SENS DE LA REVUE D B A C E 3 8 1 5 6 12 4 1 PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE 2 PREMIER MINISTRE 3 MINISTRE DE LA DÉFENSE 4 SECRÉTAIRE D’ÉTAT AUX ANCIENS COMBATTANTS ET À LA MÉMOIRE 5 CHEF D'ÉTAT-MAJOR DES ARMÉES 6 CHEF DE L’ÉTAT-MAJOR PARTICULIER 7 GOUVERNEUR MILITAIRE DE PARIS 8 COMMANDANT DESTROUPES 6 5 2 3 4 7 3 5 7 7 A ACCUEIL: •PREMIERMINISTRE •MINISTREDELADÉFENSE •SECRÉTAIRED’ÉTATAUXANCIENSCOMBATTANTS ETÀLAMÉMOIRE •CHEFD'ÉTAT-MAJORPARTICULIER B HONNEURAUPRÉSIDENT-HYMNENATIONAL C REVUEDESTROUPES D SALUTDUCOMMANDANTDESTROUPES E DÉPLACEMENTVERSLATRIBUNEPRÉSIDENTIELLE OUVERTURE DU DÉFILÉ 11 DÉROULEMENT DES HONNEURS RENDUS AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République, descend du premier VLRA, suivi par le CEMA. Il est accueilli par le Premier ministre, le ministre de la Défense, le secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire et le chef d’état-major particulier de la Présidence de la République. Le GMP descend du second VLRA et rejoint le Président de la République. La fanfare du régiment de cavalerie de la garde républicaine arrête de jouer. Le Président de la République se dirige vers le drapeau du 1er RI de la garde républicaine. La musique joue Aux Champs pendant le déplacement puis La Marseillaise lorsque les autorités ont rejoint leurs emplacements. Le drapeau s’incline à l’horizontale. Le Président de la République passe le détachement d’honneur en revue. La musique joue la Marche de la garde consulaire à Marengo. En fin de revue, le Président de la République se retourne pour recevoir le salut du colonel commandant le 1er RI de la garde républicaine. Le Président de la République gagne la tribune officielle.
  13. 13. OUVERTURE DU DÉFILÉ 12 ANIMATION D’OUVERTURE Cette année, l’animation d’ouverture qui précède le défilé met à l’honneur l’Ordre de la Libération. Face à la tribune présidentielle, défilent en V, les 13 drapeaux et les deux fanions des 15 unités décorées de l’Ordre de la Libération : la 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE), le régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie (représenté par le 3e régiment d’infanterie de marine), le régiment de marche du Tchad, le 2e régiment d’infanterie de marine, les 1er et 3e régiments d’artillerie de marine, le 1er régiment de spahis, le 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine, le 501e régiment de chars de combat, le sous-marin nucléaire d’attaque Rubis, la frégate légère furtive Aconit, l’école des fusiliers marins, l’escadron de chasse 02.005 « Île-de-France », l’escadron de chasse 03.030 « Lorraine » et le régiment de chasse 02.030 «Normandie-Niemen». À la pointe du V, cinq jeunes volontaires portent les coussins brodés au nom des villes Compagnons de la Libération : Grenoble, l’Île de Sein, Nantes, Paris et Vassieux-en-Vercors. Chacun de ces jeunes est originaire d’une de ces cinq villes. Au centre du V, défilent en croix de Lorraine, le chœur de l’armée française dont l’uniforme blanc constitue le corps de la croix, et la musique des équipages de la flotte deToulon dont l’uniforme bleu marine compose les traverses. Les défilants sont placés sous l’autorité du colonel Nicolas Heuze, chef de corps de la 13e DBLE.
  14. 14. OUVERTURE DU DÉFILÉ 13 L’ORDRE DE LA LIBÉRATION Le défilé du 14 Juillet 2015 met à l’honneur l’Ordre de la Libération, alors que cette année marque les dernières commémorations du 70e anniversaire de la Libération de la France et de la victoire sur le nazisme. Crée par le général de Gaulle le 16 novembre 1940 à Brazzaville, l’Ordre de la Libération est destiné à récompenser les personnes ou les collectivités, militaires ou civiles, qui se sont distinguées dans l’œuvre de la libération de la France et de son Empire. Il est le deuxième ordre national français après la Légion d’honneur et ne comporte qu’un seul et unique grade. Décoration récompensant des mérites exceptionnels, la Croix de la Libération, insigne de l’Ordre, cristallise toute la symbolique de cette décoration originale : un écu de bronze portant un glaive surchargé d’une croix de Lorraine noire avec au revers la devise «Patriam servando victoriam tulit» («En servant la Patrie, il a remporté la Victoire») ; un ruban de décoration alliant le noir du deuil de la France opprimée par les envahisseurs au vert de l’espérance de la Patrie. 1 036 personnes, 5 communes (Grenoble, l’Île de Sein, Nantes, Paris, Vassieux-en-Vercors) et 18 unités combattantes (bataillon de marche n°2, 13e demi-brigade de Légion étrangère, bataillon d’infanterie de marine du Pacifique, régiment de marche duTchad, 2e régiment d’infanterie coloniale, 1er régiment d’artillerie coloniale, 1/3e régiment d’artillerie coloniale, 1er régiment de marche de spahis marocains, 501e régiment de chars de combat, escadrille française de chasse n°1, régiment de chasse Normandie-Niemen, 2e régiment de chasseurs parachutistes de l’armée de l’air, groupe de bombardement Lorraine, groupe de chasse Île -de- France, groupe de chasse Alsace, sous-marin Rubis, corvette Aconit, 1er régiment de fusiliers marins) se sont vu attribuer cette décoration entre le 29 janvier 1941 et le 23 janvier 1946, date à laquelle l’Ordre est forclos. Il n’est rouvert par le général d e Gaulle qu’en deux occasions exceptionnelles, en 1958 pourWinston Churchill et en 1960 pour le Roi Georges VI, à titre posthume, portant ainsi à 1038 le nombre de Compagnons. Fin 2012, la Chancellerie de l’Ordre de la Libération a transféré ses attributs aux cinq communes Compagnons de la Libération, lors d’une cérémonie présidée par le Premier Ministre aux Invalides. Cette passation de pouvoirs du Conseil de l’Ordre à un Conseil national des communes permettra de perpétuer à jamais ce symbole de la Résistance
  15. 15. OUVERTURE DU DÉFILÉ 14 LE SERVICE CIVIQUE Créé par la loi du 10 mars 2010 et soutenu par un large consensus politique, intégré dans le code du Service national, le Service civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans sans condition de diplôme. Le Service civique peut être effectué auprès d’associations, de collectivités territoriales ou d’établissements publics, hôpitaux, préfectures etc, sur une période de 6 à 12 mois, en France ou à l’étranger, dans 9 grands domaines reconnus d’utilité publique pour la Nation: culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d’urgence, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport. Dans les Antilles, par exemple, les volontaires se sont illustrés en participant à la lutte contre le chikungunya. Depuis sa création il y a 5 ans, près de 90000 jeunes de tous horizons d’un point de vue social, scolaire, culturel ou géographique, se sont engagés pour participer à un projet collectif, se rendre utiles et découvrir de nouveaux territoires, sociaux, géographiques ou professionnels. Ils en sont sortis enrichis et transformés, sous de multiples aspects : leur rapport à autrui, leur confiance en eux-mêmes et en leur capacité à agir sur le monde qui les entoure, leur connaissance de leur environnement, leur projet d’avenir. Le Président de la République a annoncé lors de sa conférence de presse du 5 février, puis le 9 mars 2015 à l’occasion des 5 ans du Service civique, sa volonté de rendre le Service civique «universel», c’est-à-dire accessible à tous les jeunes qui souhaitent s’engager. Dès 2015 l’Agence du Service civique pourra accueillir 70 000 jeunes, pour atteindre 150000 volontaires dès que possible, ce qui représente une augmentation très forte pour répondre à la demande d’engagement de ces jeunes. L’Agence du Service civique bénéficie d’une mobilisation forte pour développer de nouvelles missions avec les 5000 organismes déjà agréés et l’ensemble des ministères et des collectivités territoriales pour faire une place à ces jeunes et leur offrir des terrains d’engagement de qualité. Pour la troisième année consécutive, les engagés en Service civique participent au défilé du 14 Juillet. En 2015, le défilé met à l’honneur ces jeunes volontaires : 26 d’entre eux participent à l’animation de clôture.
  16. 16. OUVERTURE • 12 Alphajet en formation Croix de Lorraine (Patrouille acrobatique de France) FORCES AÉRIENNES DE LA FRANCE LIBRE • 1 C-135FR (Groupe de ravitaillement en vol [GRV] 02.091 «Bretagne», Base aérienne [BA] 125 Istres) • 4 Rafale C (Régiment de chasse [RC] «Normandie-Niemen» 02.030, BA 118 Mont-de-Marsan) • 4 Mirage 2000C/B (EC 02.005 «Île-de-France», BA 115 Orange) FORCES AÉRIENNES STRATÉGIQUES • 1 C-135FR (GRV 02.091 «Bretagne», BA 125 Istres) • 3 Rafale B (EC 01.091 «Gascogne», BA 113 Saint-Dizier) • 3 Mirage 2000N (EC 02.004 «La Fayette», BA 125 Istres) PROJECTION DE PUISSANCE • 4 Mirage 2000D (3e escadre de chasse, BA 133 Nancy-Ochey) POLICE DU CIEL • 1 E-3FAwacs (escadron de détection et de contrôle aéroportés 00.036 «Berry»,BA 702 Avord) • 3 Mirage 2000 RDY (EC 01.002 «Cigognes», BA 116 Luxeuil) FORMATION ET ENTRAÎNEMENT • 2 Alphajet français (École de transition opérationnelle [ETO] 02.008, BA 120 Cazaux) • 1 Alphajet belge (ETO 02.008, BA 120 Cazaux) DÉFILÉ AVIONS 15 DÉFILÉ DES AVIONS
  17. 17. INTERVENTION À PARTIR DE LA MER • 2 Rafale Marine (flottille 12F, Base aéronautique navale [BAN] Landivisiau) • 2 Super-Étendard modernisés (flottille 17F, BAN Landivisiau) PATROUILLE ET SURVEILLANCE MARITIME • 1 Atlantique 2 • 1 Falcon 50 PROJECTION DE FORCES • 1 A400 M Atlas (Escadron de transport [ET] 01.061 «Touraine», BA 123 Orléans-Bricy) • 1 C130 Hercules (ET 02.061 «Franche Comté», BA 123 Orléans-Bricy) • 1 C130 espagnol • 1 C160 Transall (ET 01.064 «Béarn», BA 105 Évreux) • 1 CN235 Casa (ET 01.062 «Vercors», BA 110 Creil) • 1 CN295 espagnol SÉCURITÉ CIVILE ET LUTTE INCENDIE • 1 Beech King Air • 2 Canadair CL415 (Marignane) TRANSPORT STRATÉGIQUE • 1 A340 (ET 03.060 «Estérel», BA 110 Creil) DÉFILÉ AVIONS 16 DÉFILÉ DES AVIONS
  18. 18. TROUPES À L’HONNEUR 17 SOMMAIRE DES TROUPES À L’HONNEUR Les forces armées mexicaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Opérations Intérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Forces de réaction aux attentats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Opération Sentinelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
  19. 19. TROUPES À L’HONNEUR 18 LES FORCES ARMÉES MEXICAINES Les forces armées mexicaines sont pour la première fois à l’honneur lors d’un défilé du 14 Juillet, au travers de la participation d’un détachement interarmées. Cette présence s’inscrit dans le cadre de la visite d’État en France de M. Enrique Peña Nieto, Président des États-Unis du Mexique. Partenaires stratégiques, le Mexique et la France entretiennent des liens militaires étroits, comme en témoigne la présence au sein de l’ambassade de France au Mexique d’une mission militaire depuis 1961. Celle-ci favorise entre les deux pays une interopérabilité des forces, principalement grâce aux échanges, escales et exercices communs menés avec les forces françaises en Guyane, aux Antilles et dans le Pacifique. Composition/articulation : Lelieutenant-colonelVictorHugoSerranoEstrada, commandant en second du corps des cadets de l’Heroico colegio militar (école des officiers de l’armée de terre) commande le détachement et ouvre le défilé. Il est suivi de 4 porte-étendards représentant chaque composante du détachement. Ils sont suivis du drapeau mexicain et de sa garde de couleurs précedant 6 fauconniers. 6 porte-étendards, un officier et 27 militaires de l’Heroico colegio militar, l’école des officiers de l’armée de terre défilent pour représenter l’armée de terre mexicaine. 6 porte-étendards, un officier et 27 marins de l’Heroica escuela naval militar, l’école des officiers de la marine de guerre suivent. Le même schéma est repris pour représenter le Colegio del aire, l’école des officiers de la marine de guerre. 1 porte-étendard, 1 officier et 27 gendarmes ferment le détachement. Dans la grande tradition de la fauconnerie mexicaine, les 6 fauconniers portent 3 aigles royaux et 3 buses.
  20. 20. TROUPES À L’HONNEUR 19 OPÉRATIONS INTÉRIEURES Le début de l’année 2015 a vu la concrétisation brutale, soudaine et simultanée des menaces identifiées par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013. Celles-ci ont rendu nécessaire une mobilisation de nos forces à un degré très élevé, engageant les soldats français massivement et de manière inédite sur le territoire national, alors que ceux-ci l’étaient déjà dans de nombreuses opérations extérieures. À la demande du Président de la République, le ministre de la Défense a décidé le 12 janvier, à la suite de l’attentat perpétré contre le journal Charlie Hebdo, de mettre en place une opération intérieure de grande envergure baptisée Sentinelle, afin de renforcer le dispositif interministérielVigipirate. Un déploiement de plus de 10000 soldats est réalisé en trois jours, mettant en exergue le rôle des armées au titre de la sécurité intérieure, en complément des forces de sécurité. Par ailleurs, les forces armées sont également engagées dans des missions intérieures permanentes de protection du territoire national : la posture permanente de sûreté pour la défense de notre espace aérien et de nos approches maritimes, les missions de lutte contre les trafics illicites et les missions de service public pour porter secours et assistance à la population française, lors de catastrophe naturelle par exemple. Le défilé met à l’honneur des militaires des trois armées ayant participé à l’opération Sentinelle, mais également, pour la première fois, des forces de réaction aux attentats, la brigade de recherche et d’intervention, le groupement d’intervention de la gendarmerie nationale et le RAID.
  21. 21. TROUPES À L’HONNEUR 20 Lieu d’implantation : Paris pour la BRI (Brigade de recherche et d’intervention) et le RAID (Recherche, assistance, intervention etdissuasion));Versailles-Satory(Yvelines)pour le GIGN(Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale). Effectif total de l’unité : 50 pour la BRI ; 400 pour le GIGN ; 430 pour le RAID. Date de création : 1967 pour la BRI ; 1973 pour le GIGN 1985 pour le RAID . Subordination organique : force d’intervention de la police nationale pour la BRI ; direction générale de la gendarmerie nationale pour le GIGN ; direction générale de la police nationale pour le RAID. Devise : « S’engager pour la vie » pour le GIGN ; « Servir sans faillir » pour le RAID. Mission : à la suite des attentats qui ont frappé la France au mois de janvier 2015, trois unités d’élite ont été mobilisées pour neutraliser les terroristes qui mettaient en danger la sécurité de nos concitoyens. Chacune d'elles participe au quotidien à la préservation de la sécurité des Français dans des domaines proches mais avec des savoirs-faire spécifiques. La BRI est le seul service qui allie missions de police judiciaire et missions d’intervention en situation de crise. Elle mène de front lutte contre le grand banditisme et missions d’assistance d’autres services de police dans le cadre d’interpellations, d’enlèvements ou encore de demande de rançons. Unitéemblématiquedelagendarmerieenmatièred’intervention et de gestion des situations d’exception, le GIGN lutte contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité organisée. Depuis sa création en 1985, le RAID participe sur l’ensemble du territoire à la lutte contre toutes les formes de terrorisme et de criminalité organisée. À ce titre, il est plus particulièrement chargé de résoudre des crises complexes portant gravement atteinte à l’ordre public (terrorisme, prise d’otages…), mais également d’assister les services de protection des hautes personnalités pour certaines missions. Autorité défilant en tête : (de la gauche vers la droite) le commandant de la BRI ; le colonel commandant le GIGN ; le directeur du RAID. Effectif défilant : 21 (7 BRI ; 7 GIGN ; 7 RAID). Composition et articulation : les 3 chefs de détachement suivis des drapeaux et de leur garde. FORCES DE RÉACTION AUX ATTENTATS Le GIGN est créé à la suite à la prise d’otages de septembre 1972 lors des Jeux olympiques de Munich. Est d’abord créé un commandodestinéàluttercontrelapiraterieaérienne,constitué desportifsentrainésetmobilisablessurl’ensembleduterritoire national.Depuissacréation,leGIGNapermisdelibérerlorsde sesopérations,plusde600otageset700ressortissantsfrançais etétrangersmenacés.Le17juindernier,ledrapeauduGIGNa reçulafourragèreetlamédailledelasécuritéintérieure. Héritièredelasectionderechercheetd’intervention,laBRIprend sonnomen1967.Plusconnuesouslenomd’«antigang»,elle est l’une des brigades centrales de la direction de la police judiciaire parisienne. Pionnière, elle s’est forgée, au fil des affaires, des compétences et un savoir-faire qui inspirent la créationduRaiden1985,sousl’égidedecertainsdesesanciens membres. Aujourd’hui encore, elle mène de front lutte contre le grandbanditismeetinterventionsensituationdecrise.La BRI afêtéson50e anniversairele23juin. À la différence du RAID, les policiers des BRI travaillent principalementenciviletn’interviennentquerarementcagoulés etenuniforme.
  22. 22. TROUPES À L’HONNEUR 21 OPÉRATION SENTINELLE À la suite des attentats qui ont frappé la France en janvier 2015, l’opération Sentinelle a été mise en place, sur décision du Président de la République, pour faire face à la menace terroriste sur le territoire national, en renforçant la posture de protection nationale. Elle est opérationnelle depuis le 12 janvier et vient renforcer le plan Vigipirate, élevé au niveau «alerte attentat», en appui des forces de police et de gendarmerie. La menace d’attaque terroriste contre notre pays demeurant élevée, le chef de l’État a décidé le 29 avril de maintenir 7 000 militaires sur le territoire, principalement pour la surveillance et la protection de sites particulièrement menacés (écoles, lieux de culte, médias, entres autres). 3 000 militaires supplémentaires peuvent être déployés dans les 24 heures en cas de crise majeure. En tête de détachement défilent les officiers qui ont piloté la mise en œuvre de l’opération Sentinelle : Composition et articulation : - le colonelThierry Marotte, chef du poste de commandement terre de l’opération Sentinelle en Île-de-France. - le colonel Pierre-Benoît Clément, chef de la division opérations de l’État-major zone de défense (EMZD) de Paris. - le lieutenant-colonel Jean-Yves Mattei, chef du Groupement de soutien de la base de Défense (GSBdD) de Versailles. - le colonel Vincent Bajon, chef de corps du 41e Régiment de transmissions (41e RT). - le lieutenant-colonel François-Régis Legrier, officier conduite de la division opérations de l’EMZD de Paris. - 2 blocs de 28 militaires du 41e RT encadrant 2 colonnes composées chacune de 7 marins et de 7 militaires de l’armée de l’air. Le dernier rang constitué de 10 militaires provenant de plusieurs GSBdD.
  23. 23. LESTROUPES À PIED 22 SOMMAIRE DES TROUPES À PIED École polytechnique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 École des officiers de la gendarmerie nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 École spéciale militaire de Saint-Cyr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 École militaire interarmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 École navale et groupe des écoles du Poulmic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Écoles des officiers de l’armée de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 École des commissaires des armées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Écoles du service de santé des armées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 École nationale supérieure des ingénieurs de l’infrastructure militaire . . . . . . . . . . . . 31 École de la gendarmerie nationale - Chaumont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 École nationale des sous-officiers d’active . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 École de maistrance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 École des sous-officiers de l’armée de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 1er et 2e régiments d’infanterie de la garde républicaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 État-major de la 1re brigade mécanisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Détachement Barkhane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 27e bataillon de chasseurs alpins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 17e régiment de génie parachutiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 28e groupe géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Service de maintenance industrielle terrestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Porte-avions Charles-de-Gaulle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Terrible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Atlantique 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Base aérienne 702 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Base aérienne 120 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Détachement EBOLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Drapeau de la direction générale de la police nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 École nationale supérieure de la police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Écoles nationales de police de Rouen-Oissel et Saint-Malo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Sapeurs pompiers territoriaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Brigade des sapeurs pompiers de Paris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Pionniers de la Légion étrangère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Musique de la Légion étrangère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 3e régiment étranger d'infanterie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
  24. 24. LESTROUPES À PIED 23 ÉCOLE POLYTECHNIQUE Lieu d’implantation: Palaiseau (Essonne). Effectif total de l’unité: 513. Date de création: 1794. Devise: «Pour la Patrie, les sciences et la gloire». Subordination organique: sous la tutelle directe du ministre de la Défense. Mission : largement internationalisée (30 % de ses étudiants et 20% de son corps enseignant), l’École polytechnique (X) associe recherche, enseignement et innovation au meilleur niveau scientifique et technologique. Sa formation promeut une culture d’excellence à forte dominante scientifique, ouverte sur une grande tradition humaniste. L’école forme des femmes et des hommes responsables, capables de mener des activités complexes et innovantes. Avec ses 22 laboratoires, dont 21 unités mixtes de recherche avec le CNRS, le centre de recherche de l’École polytechnique travaille aux frontières de la connaissance sur les grands enjeux interdisciplinaires scientifiques, technologiques et sociétaux. Aujourd’hui, l’École polytechnique vise à accroître sa visibilité à l'étranger pour attirer de nouveaux talents dans le cadre de l’université Paris-Saclay, mais également à inculquer aux élèves de Polytechnique une forte culture tournée vers l’innovation avec comme corollaire la création d’entreprise Durée de la formation: 4 ans en France et à l’étranger, dont 18 mois de stage. Effectif défilant: 200. Autorité défilant en tête: colonel Jean-Marie Gontier, chef de corps et directeur de la formation humaine et militaire de l’École polytechnique. Composition/articulation: le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 6 cadres et 96 élèves (promotion 2013) ; 7 cadres et 84 élèves (promotion 2014). Issusdespromotions1917à1940,trente-troispolytechniciens ayant combattu dans la Résistance ou les Forces Françaises LibresontétéCompagnonsdelaLibération. D’uneduréedesixmois,lestagedeformationhumaineestun passage obligatoire pour tous les élèves de 1re année. Mis en place en 1996, à la fin du service militaire, il a pour objectif de favoriser l’ouverture d’esprit et la connaissance des réalités sociales des élèves qui seront demain amenés à exercer des responsabilitésd’ingénieursetdecadres. Dans le cadre de la rénovation du cursus dont l’allongement de la durée du stage, deux promotions sont représentées à l’occasiondudéfilédu14Juillet.
  25. 25. LESTROUPES À PIED 24 ÉCOLE DES OFFICIERS DE LA GENDARMERIE NATIONALE Lieu d’implantation: Melun (Seine-et-Marne). Effectif total de l’unité: 1048. Date de création: 1901. Devise: «Pour la Patrie, l’honneur et le droit». Subordination organique : Commandement des écoles de la gendarmerie nationale (CEGN), Rochefort (Charente-Maritime). Mission: l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) assure la formation initiale et continue des officiers aux fonctions de commandement et de cadre de haut niveau. Le 1er septembre 2008, le centre d’enseignement supérieur de la gendarmerie nationale a été intégré à l’EOGN, et le centre de recherche de la gendarmerie nationale a été créé à Melun dans l’enceinte de l’école. Ces changements structurels renforcent la cohérence des enseignements dispensés aux cadres de la gendarmerie nationale en affirmant la spécificité des formations dévolues aux officiers (aux niveaux militaire, académique et professionnel) et la place singulière qu’occupe cette force au sein de l’édifice de sécurité intérieure et de défense. Durée des formations : 2 ans pour les officiers de recrutement direct et les anciens sous-officiers ; 1 an pour les officiers recrutés sur concours interne et les officiers issus des grandes écoles militaires. Effectif défilant: 84. Autorité défilant en tête : colonel Thierry Quintard, directeur de l’enseignement de l’EOGN. Composition/articulation: le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 5 cadres et 72 élèves. L’EOGN propose depuis 2014 à ses officiers un enseignement MBA spécialisé en management de la sécurité. Il s’agit du premierdiplômedecetypeproposéparuneécolemilitaire. Il est dispensé en partenariat avec l’Université de Paris II Panthéon-Assasaveclaparticipationd’HECParis. Danslecadredelacoopérationinternationale,l’EOGNaformé depuis 1946, plus de 2600 officiers étrangers provenant de 55 paysdifférents.
  26. 26. LESTROUPES À PIED 25 ÉCOLE SPÉCIALE MILITAIRE DE SAINT-CYR Lieu d’implantation : camp de Coëtquidan, Guer (Morbihan). Effectif total de l’unité: 166. Date de création: 1802. Devise: «Ils s’instruisent pour vaincre». Subordination organique: Direction des ressources humaines de l’armée de terre (DRHAT), Tours (Indre- et-Loire). Mission: le projet pédagogique de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM) est de former les jeunes officiers à devenir des décideurs et des meneurs d’hommes maîtrisant l’art du commandement et sachant fédérer les énergies. L’école forme des chefs militaires, à la fois serviteurs de l’État et hommes ou femmes d’action aptes à commander en toutes circonstances. Les élèves officiers y développent leur personnalité, leur culture générale, leur sens des valeurs, leur aptitude au commandement et leurs compétences professionnelles. Il s’agit d’une formation pluridisciplinaire et militaire dont l’esprit est marqué par la référence permanente à la spécificité du métier de soldat, l’ouverture à la société civile et la prise en compte de la dimension internationale exigée par les engagements opérationnels. À l’issue de leurs études, les élèves se voient délivrer un diplôme master 2, et le titre d’ingénieur pour les élèves ayant suivi la formation scientifique. Dans le cadre d’un programme d’échange entre les armées de terre française et allemande, l’ESM envoie chaque année 5 élèves officiers en Allemagne. Après l’obtention d’un master européen par l’université de la Bundeswehr, ils retournent en France pour y suivre la formation en école d’application, en fonction de l’arme qu’ils auront choisie. Durée des formations : 3 ans ou 1 an selon le recrutement. Effectif défilant: 129. Autorité défilant en tête: colonel Rodolphe Hardy, commandant le 1er bataillon de l’ESM. Composition/articulation: le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 7 cadres et 60 élèves ; 7 cadres et 48 élèves. La promotion LieutenantsThomazo porte son nom en hommage aux frères jumeaux Jean et Yves Thomazo, issus tous deux de St-Cyr. Jean Thomazo s’est illustré lors de la guerre d’Indochine où il mourut en tentant de libérer ses hommes des troupes ennemies. Son frère Yves est,quantàlui,envoyéenAlgérieaprèsl’insurrectionde1954.Ilymeurt dansunassaut,alorsqu’ilvenaitausecoursd’uncamarade.
  27. 27. LESTROUPES À PIED 26 ÉCOLE MILITAIRE INTERARMES Lieu d’implantation: camp de Coëtquidan, Guer. Effectif total de l’unité: 93. Date de création: 1961. Devise: «Le travail pour loi, l’honneur comme guide». Subordination organique: DRHAT. Mission : l’École militaire interarmes (EMIA) assure la formation initiale des officiers issus du corps des sous-officiers et des engagés volontaires de l’armée de terre. Elle forme des officiers destinés à encadrer les unités opérationnelles de l’armée de terre, puis à assumer des responsabilités croissantes d’encadrement, voire de conception et de direction au sein de la défense et des états-majors multinationaux. L’EMIA délivre une formation pluridisciplinaire et militaire dont l’esprit est marqué par la référence permanente à la spécificité du métier de soldat, l’ouverture à la société civile et la prise en compte de la dimension internationale exigée par les engagements militaires. Durée de la formation: 2 ans. Effectif défilant: 84. Autorité défilant en tête : lieutenant-colonel Philippe Payré, commandant la 1re brigade de l’EMIA. Composition/articulation: le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 7 cadres et 70 élèves. IllustrantladiversitédesoriginesquicomposentlapromotionGénéral Delayen, cette dernière s’est inscrite dans une démarche engagée par la sociétédesmembresdelaLégiond’honneurvisantàfaireconnaitre laFrance,sesinstitutionsetsesvaleursauxcandidatsàlanaturalisation delarégiondeVannes. 3 femmes sont sur les rangs, dont une stagiaire étrangère venant du Togo. Au total, ce sont 7 élèves étrangers, tous issus d’Afrique subsahariennequisontintégrésàlapromotionGénéralDelayen.
  28. 28. LESTROUPES À PIED 27 ÉCOLE NAVALE ET GROUPE DES ÉCOLES DU POULMIC Lieu d’implantation: Lanvéoc-Poulmic (Finistère). Effectif total de l’unité: 1420. Date de création: 1830. Devise: «Honneur, patrie, valeur, discipline». Subordination organique : direction du personnel militaire de la marine, Paris. Mission : l’École navale et le groupe des écoles du Poulmic sont devenus, au fil des regroupements de formation, le centre de formation initiale de tous les officiers de la marine nationale et le centre de formation professionnelle des officiers de marine, des officiers mariniers et équipages des métiers dits «du marin». Forte d’un catalogue de 27 formations allant du stage pratique d’une semaine à une formation d’ingénieur en 3 ans, l’école forme également à la navigation et à la conduite d’embarcation le personnel des autres administrations à vocation maritime (forces spéciales, gendarmerie maritime, douane, affaires maritimes, hydrographes). Durée des formations: 1 semaine à 3 ans. Effectif défilant: 85. Autorité défilant en tête : capitaine de frégate Pierre Favé, responsable de l’encadrement des écoles. Composition/articulation: le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 6 cadres et 72 élèves. 87 marins ont été décorés de l’Ordre national de la libération par le Général de Gaulle. Parmi ceux-ci, certains sont issus de l’École navale, dont Étienne Schlumberger, Georges Thierry d’Argenlieu, Honoré d’Estienne d’Orves, Jean-Marie Querville, Jacques Trolley de Prévaux, PhilippeKieffer,Emmanueld’AstierdelaVigerie,EmileMuselier. Le15février2015,aétécélébrélecinquantenairedudiscoursinaugural du Général de Gaulle relatif à l’implantation de l’école sur le site de Lanvéoc-Poulmic. Depuis cette visite, les chefs de l’État viennent régulièrement sur le site de l’école ou sur la base navale de Brest afin derencontrerlesfutursdirigeantsdelamarine.
  29. 29. LESTROUPES À PIED 28 ÉCOLES DES OFFICIERS DE L’ARMÉE DE L’AIR Lieu d’implantation : Salon-de-Provence (Bouches-du- Rhône). Effectif total de l’unité: environ 530 élèves officiers et officiers élèves suivent la formation initiale. Dates de création: 1925 pour l’École militaire de l’air (EMA); 1935 pour l’École de l’air (EA). Devise: «Faire face». Subordination organique : Direction des ressources humaines de l’armée de l’air (DRHAA), Tours. Mission: les Écoles des officiers de l’armée de l’air (EOAA) constituent un grand pôle de formation regroupant l’EMA, l’EA et le Cours spécial de formation des officiers (CSEA). Elles assurent la formation initiale des officiers de l’air (pilotes et navigateurs), des officiers systèmes aéronautiques (maintenance aéronautique, systèmes d’information et de communication) et des officiers des bases (contrôleurs aériens, renseignement, infrastructure défense sol-air). L’EA recrute les jeunes élèves officiers issus des classes préparatoires et sanctionne leur formation initiale par un diplôme d’ingénieur. Elle s’est récemment ouverte aux cursus littéraires pour des élèves issus de Sciences-Politiques Aix-en- Provence ou titulaires d’un master. Durée des formations: 3 ans pour les élèves de l’EA ; 2 ans pour ceux de l’EMA ; de 4 semaines à 4 mois pour le CSEA. Effectif défilant: 104. Autorité défilant en tête : colonel Guillaume Thomas, commandant le groupement d’instruction. Composition/articulation: le chef de détachement ; les deux drapeaux de l’EA et de l’EMA et leur garde ; 7 cadres et 84 élèves (51 de l’EA ; 33 de l’EMA). La promotion EMA 2014 sera la dernière à défiler. En effet, la rentrée 2015 accueillera une promotion unique formée des élèves issus du concours externe et du concours interne. Tous les élèves intégreront l’Écoledel’air. Le CSEA propose une formation de quatre semaines à quatre mois au profitdesélèvesdedifférentspaysd’Afrique(BurkinaFaso,Cameroun, Gabon,Madagascar,NigeretSénégal).
  30. 30. 29 ÉCOLE DES COMMISSAIRES DES ARMÉES Lieu d’implantation : Salon-de-Provence (Bouches-du- Rhône) Effectif total de l’unité: environ 60 élèves commissaires suivent la formation initiale de deux ans, et plus de 800 stagiaires suivent la formation continue. Date de création: 2013. Devise: aucune devise officielle pour le moment, mais un premier mot d’ordre «Former pour transformer». Subordination organique: service du commissariat des armées, Paris. Mission : l’École des commissaires des armées (ECA) est l’héritière des écoles de formation initiale des commissaires et des officiers d’administration des armées et services (armée de terre, marine nationale, armée de l’air, service de santé des armées et de la direction générale de l’armement). L’école a accueilli le 19 août 2013 sa première promotion interarmées. L’ECA forme et encadre un effectif réparti entre formation initiale (élèves officiers commissaires – formation de deux ans) et formation continue (officiers de différents grades ou personnel de catégorie A exerçant dans les fonctions de l’administration générale et du soutien commun – formations de 2 à 10 jours). Sortis d’école, les élèves rejoignent les unités opérationnelles et servicespouryentamerleurcarrièredecommissairedesarmées. Durée de la formation: 2 ans. Effectif défilant: 29. Autorité défilant en tête: commissaire en chef de 2e classe Olivier Fenot, directeur des études de l’ECA. Composition/articulation : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 2 cadres et 20 élèves. LapromotionProvencedéfileentantquedeuxièmepromotion interarméesdel’ECA.ElleareçulenomdeProvenceenmémoire dessoldatsfrançaisetalliésquiontdébarquéle15août1944, soixante-dixanspresquejourpourjouravantl’entréedesélèves delapromotionProvencedanslacarrièremilitaire. L’ECA a initié un partenariat avec l’Institut Esprit Service, thinktank dépendant du patronat français. Chaque élève de la promotion 2014 est ainsi parrainé par une entreprise civile qui se trouve en retour associée aux événements de la vie de l’école,auxséminaires,conférences,soutenances,etcérémonies majeures.Ilseffectuentensuiteunstaged’unmoisauseinde leurentreprisemarraine. La promotion Provence a choisi de devenir un partenaire de l’Ordre de Malte d’Aix-en-Provence. À ce titre, ils prêtent main-forte chaque dimanche à l’équipe des bénévoles d’Aix- en-Provencepourservirunpetit-déjeunerauxsans-abris. LESTROUPES À PIED
  31. 31. Le service de santé des armées est l’organisme le plus féminisé du ministèredelaDéfense.Ilcomptedanssesrangs55%defemmes. LESTROUPES À PIED 30 ÉCOLES DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES Lieux d’implantation : Lyon-Bron (Rhône) pour l’École de santé des armées (ESA) ; Paris pour l’École du Val-de-Grâce (EVDG) ; Toulon (Var) pour l’École du personnel paramédical des armées (EPPA). Effectifs : 749 pour l’ESA ; 160 pour l’EVDG ; 399 pour l’EPPA. Dates de création : 2011 pour l’ESA ; 2005 pour l’EVDG ; 1990 pour l’EPPA. Devises : « Mari transve mare, pro patria et humanitate, hominibus semper prodesse» («Sur mer et au-delà des mers, pour la patrie et l’humanité, toujours au service des hommes» [devise de l’ESA]) ; «Usque ad summum» («Jusqu’au plus haut» [devise de l’EPPA]). Subordination organique : direction centrale du service de santé des armées, Vincennes (Val-de-Marne). Mission : l’ESA assure les six premières années de la formation initiale militaire et générale des médecins et les cinq années de celle des pharmaciens. Les futurs médecins militaires serviront au sein des Centres médicaux des armées (CMA) pour assurer le soutien médical des armées d’une part, et dans les hôpitaux d’instruction des armées d’autre part. L’EVDG fédère l’ensemble de l’enseignement et de la formation du personnel du service de santé des armées, des praticiens et des militaires infirmiers techniciens des hôpitaux des armées ou des civils. Elle assure le suivi universitaire du 3e cycle des étudesmédicalesetorganiseunenseignementcomplémentaire adapté aux missions au profit des différentes armées pour les médecins, les pharmaciens, les vétérinaires et les officiers d’administration. L’EPPA prépare les futurs infirmiers à l’obtention de leur brevet d’État et les forme à l’exercice de leurs compétences au sein des CMA et des chefferies santé spécialisées, ainsi qu’en opérations extérieures. Durée des formations : 9 à 12 ans selon la spécialité pour les élèves officiers médecins ; 6 ans pour les élèves officiers pharmaciens et chirurgiens-dentistes ; 3 ans et 3 mois pour les élèves infirmiers. Effectif défilant : 86. Autorité défilant en tête : médecin en chef Sylvie Minaberry, chef du département de la formation initiale de l’EVDG. Composition et articulation : le chef de détachement ; 2 cadres ; les drapeaux de l’EVDG et de l’ESA et leur garde ; 3 cadres et 40 élèves de l’ESA et internes de l’EDVG ; le chef de détachement de l’EPPA ; le drapeau de l’EPPA et sa garde ; un cadre et 20 élèves.
  32. 32. Le défilé du 14 Juillet est une première pour l'ENSIM qui présente,4ansaprèssacréation,ses4premièrespromotions d’élèvesIngénieursmilitairesd’infrastructure(IMI). L’insigne des IMI représente un front bastionné, conception emblématique du maréchal de Vauban, fondateur du corps desingénieursduRoi. Ce corps a en effet près de 500 ans d’histoire. Il a été créé en 1690 pour devenir dans un premier temps le corps royal du génie. Il a ensuite évolué au fil de l’histoire sous différentes appellations, pour renaître sous la forme actuelle d’un corps interarméesunique,lesIMI. LESTROUPES À PIED 31 ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES INGÉNIEURS DE L’INFRASTRUCTURE MILITAIRE Lieu d’implantation: Angers (Maine-et-Loire). Effectif total de l’unité: 51. Date de création: 2010. Subordination organique: direction centrale du service d’infrastructure de la défense, Versailles (Yvelines). Mission : l’école forme les futurs officiers du service d’infrastructure de la défense, en charge de l’adaptation et du soutien du patrimoine immobilier du ministère. À l’issue de leur formation, ils exerceront des fonctions relatives à l’inspection, au contrôle, à l’expertise et à la coordination. À la suite de leur réussite au concours des Arts et Métiers, les élèves sont formés sur le plan militaire au travers d’une année passée en unités: connaissance globale de leur futur environnement professionnel, aguerrissement physique et formation au commandement sont les principaux objectifs poursuivis. L’instruction scientifique des futurs officiers est basée sur des cours à dominante bâtiment/travaux publics, infrastructure militaire, génie civil, énergétique et industriel. Durée des formations: 4 années, 1 année de formation militaire initiale en école militaire puis en unités des forces, et 3 années de formation académique d’ingénieur à l’École nationale supérieure des arts et métiers. Effectif défilant: 46. Autorité défilant en tête: ingénieur en chef de 2e classe Luc Ortuno, directeur des études. Composition/articulation : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 3 cadres et 36 élèves.
  33. 33. LESTROUPES À PIED 32 ÉCOLE DE GENDARMERIE DE CHAUMONT Lieu d’implantation : Chaumont (Haute-Marne). Effectif total de l’unité : 857. Dates de création : 1945. Devise : «Première oblige». Subordination organique : CEGN, Rochefort. Mission : l’École de gendarmerie (EG) de Chaumont a pour mission d’assurer la formation initiale des élèves gendarmes adjoints volontaires (agents de police judiciaire adjoints, soutien technique ou administratif), mais surtout des élèves gendarmes destinés à occuper un emploi de sous-officier. La formation se décline sous deux aspects : l’acquisition d’un «savoir être» (enseignement de l’éthique militaire et de l’esprit de service public) et l’acquisition du «savoir» et du «savoir-faire» (enseignement des techniques professionnelles). La formation des élèves gendarmes comprend 3 phases : le gendarme militaire des forces armées, le gendarme soldat de la loi et le gendarme acteur de la sécurité du territoire. Durée de la formation : 1 an. Autorité défilant en tête : colonel Eric Le Callonec, commandant l’EG de Chaumont. Effectif défilant : 84. Composition et articulation : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 5 cadres et 72 élèves. Le 21 août 2015, la 465e promotion de l’EG de Chaumont prendra le nom de Gendarme Pedotti, membre d’un mouvementlocaldelaRésistance,abattule31août1944par les Allemands après avoir transmis à la 3e armée américaine stationnée à Commercy les plans de défense allemande de la RégiondeToul-Nancy. L’EG de Chaumont est le plus ancien des centres de formation de la gendarmerie nationale. Elle a formé près de 50 000 gendarmesàcejour,dontprèsde400sonttombésauchamp d’honneurouenopérationdepolice.Ledrapeaudel’écoleaété décorédelaMédaillemilitaireparlePrésidentdelaRépublique en 2002. C’est l’unique emblème de la gendarmerie à porter cettehautedistinction.
  34. 34. LESTROUPES À PIED 33 ÉCOLE NATIONALE DES SOUS-OFFICIERS D’ACTIVE Lieu d’implantation : Saint-Maixent-l’École (Deux-Sèvres). Effectif total de l’unité : 462. Date de création : 1963. Devise : «S’élever par l’effort». Subordination organique : DRHAT. Mission : maison mère des sous-officiers de l’armée de terre, l’École nationale des sous-officiers d’active (ENSOA) assure la formation générale initiale d’environ 2400 jeunes sous- officiers d’active et de réserve ainsi que le perfectionnement de 1400 sous-officiers d’active par an. La formation dispensée recouvre les deux volets indissociables que sont les instructions militaire et académique qui permettront aux futurs cadres d’exercer pleinement leurs responsabilités. L’ENSOA intègre également un centre de formation pour des stages Otan, dispensant notamment des cours d’anglais opérationnel destinés aux cadres qui iront servir dans les états- majors de l’Alliance. Duréedesformations: 8 mois pour les élèves issus du monde civil ; 4 mois pour les élèves issus du recrutement interne. Effectif défilant : 98. Autoritédéfilantentête: lieutenant-colonel Henri Goudillon, commandant des formations d’élèves. Composition et articulation : le chef de détachement; le drapeau et sa garde ; 7 cadres ; 84 sous-officiers et élèves. Lesélèvessous-officiersdéfilantontétéincorporésle2mars2015.Avant leurincorporation,5%d’entreeuxavaientdéjàeffectuéunepériodede réservedanslecadredeVigipirate. Les élèves sous-officiers défilant appartiennent à la 303e promotion de l’ENSOA, promotion Sergent-Fourrier Charles-Claude Mathieu, sous-officierfourrierd’exceptionquis’estnotammentillustréen1915, pendant la bataille de la Marne, puis à la frontière franco-belge, où il tombe glorieusement au combat en juin de la même année, en entraînant ses hommes avec une énergie admirable sous un feu des plusviolents.
  35. 35. LESTROUPES À PIED 34 ÉCOLE DE MAISTRANCE Lieu d’implantation : Brest (Finistère). Effectif total de l’unité : 800. Date de création : 1923. Devise : «Honneur, patrie, valeur, discipline». Subordination organique : centre d’instruction naval, Brest. Mission : l’École de maistrance forme les officiers mariniers de recrutement direct (niveau bac à bac +3) de la marine nationale afin de les préparer à assumer des fonctions de cadre de premier niveau. À l’issue de l’École de maistrance, les élèves rejoindront une école de spécialité pour acquérir une formation technique dans l’un des métiers qu’ils auront choisiavantd’embarquersurlesbâtimentsdesurfaceoud’autres unités de la marine nationale telles que l’aéronautique navale, les forces sous-marines ou la force des fusiliers commandos. Durée de la formation : 16 semaines. Effectif défilant : 85. Autorité défilant en tête : capitaine de vaisseau Emmanuel Geffroy, directeur de l’École de maistrance. Composition et articulation : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 6 cadres et 72 élèves. Le 2 mars 2015, la promotion défilante a pris le nom de Claude Pellé, maîtreélectricien-torpilleur,portédisparuenmerle18mars1915,alors qu’il défendait le détroit des Dardanelles contre les bastions turcs, lors delapremièreguerremondiale.
  36. 36. LESTROUPES À PIED 35 ÉCOLE DE FORMATION DES SOUS-OFFICIERS DE L’ARMÉE DE L’AIR Lieu d’implantation : Rochefort. Effectif total de l’unité : 600. Date de création : 1933. Devise : «S’armer pour le futur». Subordination organique : DRHAA. Mission : l’École de formation des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA) a pour mission la formation militaire de l’ensemble des sous-officiers de l’armée de l’air avant leur orientation vers les écoles de spécialisation. Dans le cadre de la mutualisation interarmées, elle assure l’enseignement des spécialités aéronautiques au profit des trois armées et de la gendarmerie nationale. Grâce à des aéronefs dédiés à l’instruction, les élèves peuvent bénéficier d’un apprentissage des gestes professionnels dans une structure très proche de celle d’un escadron opérationnel. L’école forme également aux métiers des systèmes d’information et de communication, à la logistique et à l’infrastructure opérationnelle. Durée des formations : 4 mois de formation militaire initiale et de 14 à 41 semaines de formation professionnelle selon la spécialité. Effectif défilant : 109. Autorité défilant en tête : lieutenant-colonel Patrick Castan, directeur des formations. Composition et articulation : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 6 cadres ; 12 cadres ; 84 élèves sous- officiers et élèves officiers mariniers. La capacité d’innovation de l’EFSOAA a permis de mettre en place des formations dans des domaines technologiques de pointetelsquela cyber-défenseoulecontrôlenondestructif. L’EFSOAA est la seule unité de l’armée de l’air à disposer du matériel nécessaire au contrôle non destructif. Ces contrôles ont pour but de mettre en évidence des discontinuités dans le matériau (porosité, fissure, crique), des défauts de forme, d’aspectoudecouleur,desdéfautsdesouduresoudecollages, ou encore des défauts de traitement thermique, le tout, sans dégrader ou modifier l’état physique des pièces contrôlées.Un nouveau concept de formation est à l’expérimentation depuis fin 2014, la formation contextualisée. Il s’agit d’envoyer des élèves en instruction pendant une semaine sur une base aérienne. Ce projet présente le double objectif de motiver et sensibiliser les élèves à leurs futures responsabilités et de renforcer le lien formateur-employeur pour permettre aux instructeursdemettreàjourleursconnaissancesdespratiques récentesduterrain.
  37. 37. LESTROUPES À PIED 36 1ER ET 2E RÉGIMENTS D’INFANTERIE DE LA GARDE RÉPUBLICAINE Lieux d’implantation : Nanterre (Hauts-de-Seine) pour le 1er Régiment d’infanterie (1er RI), et Paris pour le 2e RI (réparti sur 6 casernes). Effectifs : 818 pour le 1er RI ; 1 068 pour le 2e RI. Date de création : 1978. Subordination organique : commandement de la garde républicaine, Paris. Mission : les deux régiments d’infanterie de la garde républicaine sont chargés de la protection quotidienne des hauts lieux gouvernementaux au premier rang desquels figurent l’Élysée, Matignon, le Sénat et l’Assemblée nationale. Ils assurent également des services d’honneur au profit des plus hautes autorités de l’État. En cas de menace particulière ou de visite d’État, les pelotons d’intervention spécialement entraînés et les tireurs d’élite de la garde républicaine, qualifiés par le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, viennent renforcer le dispositif permanent de sécurité. Ils interviennent également au profit de la gendarmerie mobile dans des missions de maintien de l’ordreoulorsd’opérationsjudiciairesmenéesparlagendarmerie nationale. Effectif défilant : 110. Autorités défilant en tête : colonel Philippe Delapierre, chef de corps du 1er RI et colonel Georges Monchotte, chef de corps du 2e RI. Composition et articulation : les 2 chefs de détachement ; les 2 drapeaux et leur garde ; 8 cadres et 88 gardes. Les fantassins, hommes ou femmes, doivent mesurer au minimum 1,70m au 2e RI. Dans un souci d’uniformité, ils doivent mesurer entre 1,75met1,85mau2e RI. L’escadron motocycliste qui assure les grandes escortes ainsi que la musiquedelagarderépublicaine,appartiennentau1er RI. Le2e RI comportedeuxéquipescynophilesspécialiséesdanslarecherche d’explosifs.
  38. 38. LESTROUPES À PIED 37 ÉTAT-MAJOR DE LA 1RE BRIGADE MÉCANISÉE Lieu d’implantation : Châlons-en-Champagne (Marne). Effectif total de l’unité : 61. Date de création : 1999. Devise : «Nomine et virtute prima» («Première par le nom comme par le courage»). Subordination organique : Commandement des forces terrestres (CFT), Lille. Mission : forte de 3 570 hommes, la 1re Brigade mécanisée (1re BM) a pour vocation l’engagement opérationnel dans un contexte interarmes, national ou international, soit en tant que brigade constituée, soit en fournissant de plus petites unités. Composée de cinq régiments et de deux compagnies spécialisées dans le renseignement, la 1re BM est chargée de conduire les actions de combat, de relations avec le milieu et de coordonner les actions de ses appuis dans sa zone d’engagement. Effectif défilant : 167. Autorité défilant en tête : général de brigade Éric Bellot des Minières, commandant la 1re BM. Composition/articulation : le chef de détachement ; le fanion du général ; 25 cadres de l’état-major de la 1re BM ; les drapeaux du 1er régiment d’artillerie de marine, du 1er régiment de tirailleurs, du 1er régiment d’infanterie, du 1er régiment de spahis et du 3e régiment du génie et leur garde ; 21 cadres et militaires du rang de chacun de ces 5 régiments. La1re BMestl’héritièredela1re brigadefrançaiselibre,quis’estillustrée à Bir-Hakeim en 1942, transformée en 1re Division blindée (1re DB) le 1er  mai1943.La1re DBparticipeaudébarquementenProvenceen1944 etlibèreToulonetMarseille. La1re BMestintervenueen2014danslecadredel’opérationSangaris enRépubliquecentrafricaine.
  39. 39. Le1er RCP s'étaitdéjàillustrédanslecadredel'opérationServal en menant une opération d’envergure au Mali en mars 2013, dans l’Adrar des Ifoghas, massif montagneux du Nord-Est et anciensanctuairedesdjihadistes. Le3e RPIMaaparticipéàl’opérationBarkhaneauTchadetau Niger.IlformaitlegroupementtactiquedésertEstBrunodela bandesahélo-saharienne.Ilacontribuéàlamontéeenpuissance delabaseavancéetemporairedeMadamaauNordduNiger. L’ECPAD, agence d’images de la défense, est un centre de production audiovisuelle de premier plan, bénéficiant aujourd’hui du savoir-faire de 265 professionnels, militaires etcivils,quiconcourentàtémoignerdel’actiondesforcesarmées etdesservicesdelaDéfense. LESTROUPES À PIED 38 DÉTACHEMENT BARKHANE Lieu d’implantation : Pamiers (Ariège) pour le 1er Régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) ; Carcassonne (Aude) pour le3e Régimentdeparachutistesd’infanteriedemarine(3e RPIMa). Effectifs : 1149 pour le 1er RCP ; 1 000 pour le 3e RPIMa. Devise : «Prends garde aux rapaces qui fondent du ciel» pour le 1er RCP ; «Être et durer» pour le 3e RPIMa. Subordination organique : 11e Brigade parachutiste (11e BP), Toulouse. Mission : l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014 par les armées françaises, en partenariat avec les principaux pays de la Bande sahélo-saharienne (BSS), en réponse aux défis sécuritaires et aux menaces terroristes pesant sur la région. Ce détachement met à l’honneur le 1er RCP et le 3e RPIMa, deux unités d’infanterie légère spécialisées dans le posé d’assaut et l’aérolargage, intervenues dans le cadre de cette opération. Le 1er RCP et le 3e RPIMa y ont assuré la sécurité en menant des combats contre-insurrectionnels contre les groupes terroristes. Huit militaires de l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) accompagnent le détachement.Véritables soldats de l’image, ils sont déployés en permanence sur tous les théâtres d’opération auprès de leurs camarades. Effectif défilant : 184. Autorités défilant en tête : colonel Bruno Helluy, chef de corps du 1er RCP ; lieutenant-colonel Jean-Côme Joumé, chef de corps du 3e RPIMa. Composition/articulation : les chefs de détachement ; les drapeaux du 1er RCP et du 3e RPIMa et leur garde ; 20 parachutistes du 1er RCP et 20 parachutistes du 3e RPIMa, accompagnéschacunde4militairesdel’ECPAD; lecommandant de la 2e compagnie de combat et son fanion ; 110 cadres et militaires du rang du 3e RPIMa.
  40. 40. À la différence des autres unités de l’armée de terre, les bataillonsdechasseursn’ontpasdedrapeaumaisunsimple fanion. Il n’existe qu’un seul drapeau, gardé à tour de rôle par chacundesbataillons.CetemblèmedesChasseursestremisà chaque anniversaire des combats de Sidi-Brahim au nouveau bataillonquienreçoitlagarde. Ilestleseulbataillondechasseursàdétenirencoreunefanfare quiseproduitenHaute-SavoiemaisaussipartoutenFranceet même à l’étranger. Cette fanfare, unique en son genre, réalise depuis janvier un spectacle musical original «Sur la trace des AlpinsdelaGrandeguerre»,lequelareçulelabeldelamission duCentenaire. LESTROUPES À PIED 39 27E BATAILLON DE CHASSEURS ALPINS Lieu d’implantation : Cran-Gevrier (Haute-Savoie). Effectif total de l’unité : 1 050. Date de création : 1871. Devise : «Vivre libre ou mourir». Subordination organique : 27e Brigade d’infanterie de montagne (27e BIM), Varces. Mission : le 27e Bataillon de chasseurs alpins (27e BCA) est une unité d’infanterie spécialisée dans le combat en montagne. Cette spécificité permet à ses soldats d’acquérir rusticité, résistance, autonomie et adaptation aux conditions extrêmes. Composante de l’une des deux brigades d’engagement d’urgence de l’armée de terre, il possède des équipements récents et de haute technicité qui lui permettent de s’adapter à ses différentes missions. Il utilise notamment le véhicule haute mobilité, véhicule particulièrement adapté au combat en zone montagneuse hivernale. Effectif défilant : 136. Autorité défilant en tête : colonel Paul Sanzey, chef de corps. Coordination/articulation : le chef du détachement ; le drapeau des chasseurs et sa garde ; le fanion du bataillon et sa garde ; 6 cadres et 120 cadres et chasseurs.
  41. 41. LESTROUPES À PIED 40 17E RÉGIMENT DU GÉNIE PARACHUTISTE Lieu d’implantation : Montauban (Tarn-et-Garonne). Effectif total de l’unité : 850. Date de création : 1978. Devise : «Sapeur suis, para demeure». Subordination organique : 11e BP. Mission : le 17e Régiment du génie parachutiste (17e RGP) remplit les missions d’appui génie au profit de la 11e BP. Sa capacité à mettre en œuvre tous les savoir-faire d’unrégiment du génie dans le cadre d’une opération aéroportée, permet au 17e RGP de conduire les missions d’appui, telles que la saisie d’installations aéroportuaires, la destruction d’objectifs, les opérations de déminage et de franchissement d’assaut, en larguant soldats et engins sur des zones inaccessibles par voie routière. Sa section d’équipement de zone de poser lui offre également la possibilité de rétablir ou de créer une piste de pose d’assaut. Cette spécificité unique permet aux armées de disposer d’une plateforme aéroportuaire partout dans le monde. Effectif défilant : 133. Autorité défilant en tête : colonel Thierry Tricand de la Goutte, chef de corps. Coordination/articulation : le chef du détachement ; le drapeau et sa garde ; 6 cadres ; 120 cadres et militaires du rang. Le drapeau du régiment a été le premier à recevoir la fourragère aux couleursdurubandelaCroixdelaValeurmilitairepoursonengagement auLibanetenAfghanistan. Lorsdel’opérationServalauMali,lessapeursdu17e RGPontparachuté leurs bulldozers et rétabli les pistes des aéroports de Tombouctou et Tessalit permettant ainsi la conduite et le soutien d’opérations dans les zones les plus éloignées. Plus récemment, ils ont été en projetés en Républiquecentrafricainedanslecadredel’opérationSangaris.
  42. 42. LESTROUPES À PIED 41 28E GROUPE GÉOGRAPHIQUE Lieu d’implantation : Haguenau (Bas-Rhin). Effectif total de l’unité : 330. Date de création : 1946. Devise : «Quand même». Subordination organique: brigade de renseignement, Haguenau (Bas-Rhin). Mission : héritier du service géographique de l’armée qui, avant 1940, avait la responsabilité entière de l’établissement des cartes, le 28e Groupe géographique (28e GG) recueille des informations topographiques et analyse le terrain pour fournir un appui géographique au positionnement et au mouvement des forces engagées. En opération extérieure, la grande précision de ses relevés géographiques, des mesures d’angles, de distances, et le recueil des coordonnées GPS permettent au 28e GG d’établir les cartes qui sont essentielles aux états-majors dans la réalisation de leurs plans d’opération. Effectif défilant : 50. Autorité défilant en tête : colonel Yannick Carré, chef de corps. Composition et articulation : le chef du détachement, le drapeau et sa garde, 3 cadres ; 40 cadres et militaires du rang. Le28e GGestencoursd’acquisitiondevéhiculesd’appuitopographiques et de modules cartographiques embarqués qui vont améliorer, sur les plans tactique et technique, la capacité de la chaine géographique projetableàappuyerlesforcesauplusprèsdesopérations. Le 28e GG est présent en permanence sur la totalité des théâtres d’opération(Barkhane,Sangaris,Harpie…)etauseindesétats-majors deforcesdesouverainetéoudeprésence.
  43. 43. LESTROUPES À PIED 42 SERVICE DE MAINTENANCE INDUSTRIELLE TERRESTRE Lieux d’implantation : Versailles Satory pour la direction du SMITer ; Lyon (Rhône) pour le 7e Régiment du matériel (7e RMAT) ; Draguignan (Var) pour la 5e Base de soutien du matériel (5e BSMAT) ; Muret (Haute-Garonne) pour le 3e Régiment du matériel (3e RMAT). Date de création : 2010. Subordination organique : état-major de l’armée de terre. Mission : le Service de maintenance industrielle terrestre (SMITer) est composé de 6 régiments du matériel (RMAT) et de 3 bases de soutien du matériel (BSMAT). Subordonné au chef d’état-major de l’armée de terre, le SMITer a pour mission le maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres de l’armée de terre. Mettant ses capacités de maintenance, de logistique, de préparation opérationnelle et de projection à la disposition des forces terrestres, le SMITer constitue un outil réactif, offrant une grande liberté d’action pour la préparation, la montée en puissance et le maintien en condition opérationnelle des unités en opération. Effectif défilant : 147. Autorité défilant en tête : général de division Patrick Hocquard, directeur du SMITer. Coordination et articulation : le chef de détachement ; le porte-fanion du général ; les chefs de détachement du 7e RMAT, de la 5e BSMAT et du 3e RMAT ; leur drapeau et leur garde ; 8 cadres ; 106 cadres et militaires du rang. Le SMITer a coordonné le déploiement des régiments du matériel lors du déclenchement des opérations Barkhane et Sangaris ou au titre de l’opérationSentinellesurlethéâtrenationalen2015. Créé dans le cadre du projet «Maintenance 2010, le SMITer est monté enpuissancerapidement.IlestcertifiéISO9001pourtoutessesactivités etsurtoussessitesdepuisjuin2013.
  44. 44. LESTROUPES À PIED 43 PORTE-AVIONS CHARLES-DE-GAULLE Lieu d’implantation : Toulon (Var) pour le Porte-avions (PA) Charles-de-Gaulle ; concernant le Groupe aérien embarqué (GAé), Landivisiau (Finistère) pour les flottilles 17F et 11F, Lann- Bihoué (Morbihan) pour la flottille 4F et Hyères (Var) pour la flottille 35F. Effectif total de l’unité : 1200 marins pour le Charles-de- Gaulle et 800 pour le GAé. Date de création : 2001 pour le PA Charles-de-Gaulle, 1920 pour le Groupe aérien embarqué. Devise : «Être inerte, c’est être battu». Subordination organique : force d’action navale, Toulon, pour le PA Charles-de-Gaulle ; force de l’aéronautique navale (ALAVIA),Toulon pour le GAé. Mission : outil unique de dissuasion, de projection de puissance et de maîtrise des espaces aéromaritimes, le PA Charles-de-Gaulle est l’élément central du groupe aéronaval composé d’un état-major, du GAé, d’une frégate de défense aérienne, d’une frégate anti sous-marine, d’un ravitailleur et d’un sous-marin d’attaque. Par sa capacité de projection aérienne et la souplesse d’emploi que lui confèrent sa propulsion nucléaire, sescapacitésdestockageetsesateliersaéronautiques,legroupe aéronaval peut agir de manière autonome ou appuyer une force déployée à terre, dans un cadre national ou multinational. Effectif défilant : 86. Autorité défilant en tête : capitaine de vaisseau Pierre Vandier, commandant le PA Charles-de-Gaulle. Composition/articulation : le chef du détachement ; le fanion et sa garde ; le commandant et le commandant adjoint du GAé ; les quatre commandants des flotilles du GAé et leur fanion ; 72 cadres et matelots du PA et des flotilles. L’équipage du PA Charles-de-Gaulle porte la fourragère de l’Ordre national de la Libération, en mémoire du général de Gaulle,créateurdel’Ordre. Le PA Charles-de-Gaulle est le plus grand bâtiment de la marine nationale avec ses 261,50 m de long, 65 mètres de large,75mdehauteuretsacapacitéàdéplacer42 500tonnes etparcourir 1000kilomètresparjour. En2015,danslecadredel’opérationChammal,ilaétédéployé pendantplusde4moisdansleGolfepersique.
  45. 45. LESTROUPES À PIED 44 SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D’ENGIN LE TERRIBLE Lieu d’implantation : base opérationnelle de l’Île Longue, Brest (Finistère). Effectif total de l’unité : 222. Date de création : 2008. Subordination organique : force océanique stratégique, Brest (Finistère). Mission : dotés de 16 missiles portant chacun plusieurs têtes nucléaires, le Sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible est l’un des 4 SNLE participant à la permanence à la mer de la mission de dissuasion nucléaire. La dissuasion constitue l’ultime garantie contre toute atteinte visant les intérêts vitaux de la France, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme. Le Terrible est le premier SNLE à être équipé des missiles intercontinentaux à têtes nucléaires M51. Comme les autres SNLE, Le Terrible doit être prêt à lancer, sans délai, sur ordre du Président de la République, une frappe nucléaire. Effectif défilant : 54. Autorité défilant en tête : capitaine de vaisseau Cédric Chetaille, commandant Le Terrible, équipage rouge. Composition/articulation : le chef de détachement ; le fanion et sa garde ; 2 cadres ; 48 cadres et sous-mariniers. (à gauche du détachement de l'Atlantique 2). Le SNLE LeTerrible est le douzième bâtiment de la marine nationale à portercenom. Le premier Terrible, lancé à Brest en 1671, était un vaisseau de 1300 tonneaux,450hommeset68canons.LepremierSNLEàporter ce nom est lancé en 1969, admis au service actif le 1er janvier 1973 et désarméle1er juillet1996.
  46. 46. Engagée en Lybie dans le cadre de l’opération Harmattan en 2011, puis au Mali en 2013 pour l’opération Serval, la flottille 21Fs’estvueattribuerpourchacunedeces2opérationslaCroix delaValeurmilitaireavecpalme. La gazelle représentée sur l’insigne de la flottille 21F est un héritage de l’escadrille 2B qui opérait en Afrique durant la seconde guerre mondiale et rappelle les origines sahariennes delaflottille. Un Atlantique 2 est intégré au dispositif français opérant en Irak,depuislestoutespremièresheuresdel’opérationChammal enseptembredernier. LESTROUPES À PIED 45 ATLANTIQUE 2 Lieu d’implantation : base aéronautique navale de Lann- Bihoué, Lorient (Morbihan). Effectif total de l’unité : 240. Date d’entrée en service : 1991. Subordination organique : ALAVIA. Mission : stationné sur la base aéronautique navale de Lann- Bihoué, près de Lorient, l’avion de patrouille maritime de l’aéronautique navale basé à terre Atlantique 2 (ATL2) des flottilles21Fet 23F a pour missionpremière la sûreté et lesoutien de la force océanique stratégique et contribue à l’action de l’État en mer (recherche, localisation, sauvetage, lutte contre les trafics et la piraterie, protection de la force navale et de nos approches maritimes, engagement de bâtiments de surface ou de sous-marins). Largement sollicité par l’état-major des armées dans le cadre des opérations extérieures, son long rayon d’action et ses capacités de recueil de renseignement image et électromagnétique sont également un atout majeur dans le soutien aérien au profit des forces terrestres déployées. Effectif défilant : 54. Autorité défilant en tête : capitaine de frégate Olivier Roussille, commandant la flottille 23F. Composition et articulation : le chef du détachement ; le fanion et sa garde ; 2 cadres ; 48 cadres et matelots des flottilles 21F et 23F (à droite du détachement du SNLE).
  47. 47. LESTROUPES À PIED 46 BASE AÉRIENNE 702 Lieu d’implantation : Avord, (Cher). Effectif total de l’unité : 2 600. Date de création : 1912. Subordination : commandement des forces aériennes stratégiques, Villacoublay (Yvelines). Mission : plateforme aéronautique historique, la Base aérienne 702 (BA702) Capitaine Georges Madon participe directement à la mission de dissuasion nucléaire. Sa capacité à entreposer, maintenir et mettre en œuvre les missiles nucléaires air-sol moyenne portée améliorée (ASMPA) équipant les Rafale et les Mirage 2000N, qu’elle accueille régulièrement en alerte, en fait l’une des plus importantes bases militaires de la composante aéroportée de la dissuasion.Y stationnent 2 escadres concourant à la fonction projection et protection. La 1re escadre met en œuvre des avions radars AWACS spécialisés dans la détection aéroportée. La seconde escadre déploie des systèmes de défense sol-air équipés de missiles Crotale et Mamba. La base est également un centre de formation pour les pilotes de transport dont de nombreux étrangers, originaires de pays européens. Effectif défilant : 87. Autorité défilant en tête : colonel Fabien Kuzniak, commandant la BA 702 et la base de défense de Bourges-Avord. Composition et articulation des blocs : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; les 2 commandants d’escadre ; les 2 drapeaux d’escadre et leur garde ; 6 cadres et 60 cadres et militaires du rang (bloc formant une aile delta). L’escadrondedéfensesol-airdelaBA702protègeledéfilé. Le 25 mars 2015, une journée ordinaire : la flotte AWACS (système de détection et de commandement aéroporté) a décollé pour des engagements divers. Un avion a été sollicité pour une mission au-dessus du territoire irakien, au sein du dispositif de l’opération Chammal. Un autre avion a rejoint l’Europe de l’Est dans le cadre des mesures de réassurance au profitdesalliésdel’OTAN. En1916,lecentreaéronautiqued’Avordestlaplusimportante école de pilotage du monde : 3 000 brevets sont délivrés. Les As de la Grande Guerre y sont formés, à l’image de Guynemer oudeMadon.
  48. 48. LESTROUPES À PIED 47 BASE AÉRIENNE 120 Lieu d’implantation : Cazaux (Gironde). Effectif total de l’unité : 1350. Date de création : 1914. Subordination : commandement des forces aériennes (CFA), Bordeaux (Gironde). Mission : plateforme aéronautique importante, la BA120 Commandant Marzac accueille de nombreuses unités spécialisées de l’armée de l’air. Ainsi, l’école de transition opérationnelle forme les pilotes de chasse au tir et au combat aérien. L’escadron d’hélicoptères 1/67 «Pyrénées», équipé d’hélicoptères SA 330 Puma et EC725 Caracal, est spécialisé dans la Recherche et le sauvetage au combat (RESCO). La base aérienne est également très engagée dans la modernisation de ses capacités avec le centre d’expertise de l’armement embarqué, chargé d’entretenir l’expertise opérationnelle dans l’emploi de l’armement air-air et air-sol et de réaliser des expérimentations dans le domaine du tir aérien, et le centre d’expertise SN-NRBC, organisme référent pour l’armée de l’air dans les domaines de la sécurité nucléaire et de la menace Nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique (NRBC). Effectif défilant : 73. Autorité défilant en tête : colonel Laurent Thiebaut, commandant la BA 120 et la base de Défense de Cazaux. Composition et articulation des blocs : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde ; 6 cadres ; 66 cadres et militaires du rang (bloc formant une aile delta). L’escadrond’entraînementCôted’or arejointlabaseaériennedeCazaux en2014. Il y a un an, la base aérienne de Cazaux a été choisie pour accueillir le meetingdes80ansdel’arméedel’air. Le 5 février 2014, l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/67 Pyrénées de la base aérienne 120 de Cazaux. a sauvé les douze membres d’équipage ducargoLuno,échouéaulargedescôtesbasques.
  49. 49. LESTROUPES À PIED 48 DÉTACHEMENT EBOLA Lieu d’implantation : Conakry (Guinée) pour le Centre de traitement des soignants (CTS) ; Brignoles (Var) pour l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC) n°7 ; La Valbonne (Ain) pour le Régiment médical (RMED) ; Paris et les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) pour la Brigade des sapeurs pompiers de Paris (BSPP). Date de création : 2015 pour le CTS ; 1964 pour l’UIISC n°7 ; 2011 pour le RMED ; 1811 pour la BSPP. Devise : «Vous étiez là pour eux, nous sommes là pour vous» pour le CTS ; «Servir pour sauver» pour l’UIISC n°7 ; «Servire pro salvare» («Servir pour sauver ») pour le RMED ; « Sauver ou périr» pour la BSPP. Subordination organique : service de santé des armées pour le CTS ; formations militaires de la sécurité civile pour l’UIISC n°7 ; 1re brigade logistique pour le RMED ; préfet de police de Paris pour la BSPP. Mission : depuis juillet 2014, l’action intergouvernementale pour la lutte contre le virus Ebola est coordonnée par uneTask Force interministérielle. Le dispositif militaire français s’y intègre en mettant en place un centre de soins en Guinée au profit de la population et un autre à destination du personnel soignant. Ce détachement met à l’honneur le CTS, structure destinée aux soignants guinéens et étrangers contaminés par le virus Ebola.Tout patient y reçoit un traitement adapté à son affection. Depuis le 20 mars 2015, le RMED est déployé en renfort du CTS, illustrant ainsi ses savoir-faire et son expérience. L’UIISC n°7 est intervenue en Guinée en novembre 2014 pour créer des centres de formation et y former le personnel soignant. La BSPP, division santé, accompagnée de la composante NRBC du groupement des appuis et secours, intervient si besoin, dans la mise en place d’un protocole de prise en charge et de transport en caisson étanche de patient atteint du virus Ebola. Effectif défilant : 87. Autorité défilant en tête : lieutenant-colonel Philippe Brugère, chef de corps de l’UIISC n°7. Composition/articulation : le chef de détachement ; le drapeau de l’UIISC n°7 et sa garde ; 80 cadres et militaires du rang (40 sapeurs-sauveteurs de l’UIISC n°7 ; 16 infirmiers, aides-soignants et techniciens du CTS ; 16 médecins militaires du RMED ; 16 sapeurs-pompiers de la brigade des sapeurs- pompiers de Paris). Entroismois,entrejanvieretavril2015,leCTSaprisencharge 43soignants,dont22contaminésparlevirusEbola. 130militairessontengagésdanscettemissiondont70duSSA etduRMED,desspécialistesdel’interventionfaceauxdangers Nucléaires,radiologiques,biologiquesetchimiques(NRBC)et unedizainederenfortsissusdel’établissementdepréparation etderéponseauxurgencessanitaires.
  50. 50. LESTROUPES À PIED 49 DRAPEAU DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE Lieu d’implantation : Paris. Effectif total de l’unité : 1530. Date de création : 1976. Devise : «Protéger et servir». Subordination organique : service de la protection de la Direction générale de la police nationale (DGPN), Paris. Mission : remplaçant depuis 2013 le service de sécurité du ministère de l’Intérieur, la Sous-direction de la sûreté (SDS) assure la protection et la surveillance des sites du ministère de l’Intérieur, la mise en œuvre des audits de sureté des bâtiments de la DGPN et des préfectures, mais également la mise en place des services d’honneur au ministère de l’Intérieur. Elle est chargée de la garde du drapeau de la police nationale. Effectif défilant : 7. Autorité défilant en tête : capitaine Dorothée Robert, adjoint au chef de l’unité opérationnelle de la sûreté de la SDS. Composition et articulation : le chef de détachement ; le drapeau et sa garde. La SDS est la seule unité du SDLP servant en uniforme, en raison de sa missiondegardedudrapeau. Lorsdudéfilé,lagardedudrapeaudelaDGPNarboreunecoiffedetype «shako»comportantunplumetdontlecolorisdépenddugradeetde la fonction : bleu, blanc, rouge pour le lieutenant de police, bleu pour lesgradésetgardiensdelapaix.
  51. 51. L’ENSP est dirigée par une femme, le commissaire divisionnaire Carine Vialatte, adjointe au conseiller doctrine, défense, planification etrenseignementdelaDGPN. 11réservistesdéfilent(6élèves-commissaireset5lieutenantsdepolice). LESTROUPES À PIED 50 ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE LA POLICE Lieu d’implantation : Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (Rhône) et Cannes-Écluse (Seine-et-Marne). Effectif total de l’unité : 123. Date de création : 1941. Subordination organique : DGPN. Mission : l’École nationale supérieure de la police (ENSP) a pour vocation de concevoir, de dispenser et de promouvoir les formations initiales et continues au profit des commissaires et des officiers de la police nationale. L’école dispose, en outre, d’un centre d’information et de conseil aux élus locaux et aux cadres supérieurs d’entreprises publiques impliquées dans le champ de la sécurité intérieure. Dans le domaine de la coopération internationale, elle délivre une formation de haut niveau à destination de cadres supérieurs de police venus du monde entier et participe activement aux organes européens de formation. Durée des formations : 2 ans pour les élèves commissaires; 18 mois pour les élèves officiers de police. Effectif défilant : 84. Autorité défilant en tête : commissaire divisionnaire Olivier Charles, chef de la division renseignement et sécurité nationale de l’ENSP. Composition et articulation : le chef de détachement; le drapeau et sa garde ; 2 cadres et 32 élèves commissaires; 3 cadres et 40 élèves officiers de police.

×