CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www....
CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www....
CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www....
CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www....
CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www....
CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www....
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Une toile baroque monumentale de Philippe Casanova à Notre-Dame du Laus

834 vues

Publié le

Le 1er mai 2013, Monseigneur Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et d'Embrun, a présidé la fête de Notre-Dame du Laus. La messe solennelle, qu’il concélébrait avec Mgr Louis Sankalé, évêque de Nice, a été suivie par la bénédiction d’un tableau monumental représentant la cérémonie de reconnaissance officielle des apparitions du 4 mai 2008.
Annonçant pour le sanctuaire le début de la haute saison, la fête de Notre-Dame du Laus a aussi marqué le lancement d’un compte-à- rebours de 365 jours : dans un an, le 1er mai 2014, s’ouvrira en effet une année jubilaire pour célébrer le 350e anniversaire des premières apparitions vécues par Benoîte Rencurel.
Cette année, la fête de Notre-Dame du Laus avait pour thème le 5e anniversaire de la reconnaissance officielle des apparitions: le 4 mai 2008, en présence de nombreux cardinaux et évêques, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri reconnaissait le caractère surnaturel des phénomènes vécus par Benoîte Rencurel de 1664 à 1718.
Pour signifier l’importance de cet événement dans l’histoire du sanctuaire haut-alpin, l’évêque de Gap et d'Embrun a choisi de lui offrir une œuvre d’art commémorative : une peinture monumentale. Il a eu l’idée originale de la faire réaliser en s’inspirant de la composition et des dimensions (3 mètres sur 2,5 mètres) d’un autre tableau situé dans la basilique, qui représente la cérémonie du couronnement de la Vierge de Notre-Dame du Laus en 1855.
C’est à Philippe Casanova, artiste Français résidant à Rome, passionné par le baroque italien, qu’a été confiée la création de cette toile. Après une visite à Notre-Dame du Laus durant l’été 2012 pour s’imprégner des lieux, l’artiste a consacrée la quasi-totalité des six derniers mois à la réalisation de l’œuvre dans son atelier romain. Les dernières retouches ont été effectuées in situ, dans la basilique, la veille de la bénédiction.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
834
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Une toile baroque monumentale de Philippe Casanova à Notre-Dame du Laus

  1. 1. CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www.sanctuaire-notredamedulaus.comJeudi 2 mai 2013COMMUNIQUÉ DE PRESSELe mercredi 1ermai, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêquede Gap et dEmbrun, a présidé la fête de Notre-Dame du Laus. Lamesse solennelle, qu’il concélébrait avec Mgr Louis Sankalé, évêquede Nice, a été suivie par la bénédiction d’un tableau monumentalreprésentant la cérémonie de reconnaissance officielle desapparitions du 4 mai 2008.Annonçant pour le sanctuaire le début de la haute saison, la fêtede Notre-Dame du Laus a aussi marqué le lancement d’un compte-à-rebours de 365 jours : dans un an, le 1ermai 2014, s’ouvrira en effetune année jubilaire pour célébrer le 350eanniversaire des premièresapparitions vécues par Benoîte Rencurel.Cette année, la fête de Notre-Dame du Laus avait pour thème le 5eanniversaire de lareconnaissance officielle des apparitions : le 4 mai 2008, en présence de nombreuxcardinaux et évêques, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri reconnaissait le caractère surnatureldes phénomènes vécus par Benoîte Rencurel de 1664 à 1718.Pour signifier l’importance de cet événement dans l’histoire du sanctuaire haut-alpin,l’évêque de Gap et dEmbrun a choisi de lui offrir une œuvre d’art commémorative : unepeinture monumentale. Il a eu l’idée originale de la faire réaliser en s’inspirant de lacomposition et des dimensions (3 mètres sur 2,5 mètres) d’un autre tableau situé dans labasilique, qui représente la cérémonie du couronnement de la Vierge de Notre-Dame duLaus en 1855.Une toile baroque monumentalepour un haut-lieu spirituelLe dévoilement du tableaudurant la cérémonie de bénédictiondans la basilique
  2. 2. CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www.sanctuaire-notredamedulaus.comJeudi 2 mai 2013COMMUNIQUÉ DE PRESSEC’est à Philippe Casanova, artiste Français résidant à Rome, passionné par le baroqueitalien, qu’a été confiée la création de cette toile. Après une visite à Notre-Dame du Lausdurant l’été 2012 pour s’imprégner des lieux, l’artiste a consacrée la quasi-totalité des sixderniers mois à la réalisation de l’œuvre dans son atelier romain. Les dernières retouchesont été effectuées in situ, dans la basilique, la veille de la bénédiction.Intitulée « Séparer la lumière des ténèbres » par son auteur, l’œuvre a été placée àl’issue de la bénédiction dans la chapelle latérale gauche de la basilique, en face du tableaudu couronnement.Elle a été offerte au sanctuaire par Mme Maryvonne Pinault.En annexes de ce communiqué :1/ Photo du tableau2/ Présentation du tableau par l’artiste lors de la cérémonie de bénédiction3/ Commentaire par MmeAlicia Adamczak, docteur en histoire de l’artLes photos sont libres de droit. S’adresser au contact presse.Philippe Casanova effectuant lesdernières retouches sur la toile, insitu, la veille de la bénédictionM. Philippe Casanova interviewésur RCF Alpes-Provence
  3. 3. CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www.sanctuaire-notredamedulaus.comJeudi 2 mai 2013COMMUNIQUÉ DE PRESSE■ 1/ PHOTO DU TABLEAULa reconnaissance officielle en mai 2008 à Notre-Dame du Lausdes apparitions à Benoîte Rencurel entre 1664 et 1718
  4. 4. CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www.sanctuaire-notredamedulaus.comJeudi 2 mai 2013COMMUNIQUÉ DE PRESSE■ 2/ MOT PRONONCÉ PAR PHILIPPE CASANOVALORS DE LA CÉRÉMONIE DE BÉNÉDICTIONLe titre du tableau est emprunté àla Genèse (1, 4) : « Séparer lalumière des ténèbres ».Sa composition fait écho autableau du couronnement par lagamme des couleurs et par laprésence imposante en son centredu podium. Celui-ci est traitécomme le dais d’une procession,avec en son sein la statue de laVierge de Bon-Rencontre et,légèrement proéminente, unebannière reprenant l’image deBenoîte.Il n’y a pas d’unité de temps. Deuxséquences sont juxtaposées : le moment où l’évêque lit le décret de reconnaissance des apparitions,qui est le point central, l’épicentre du tableau ; et, d’autre part, au premier plan, s’avançant vers lespectateur, se frayant un chemin au milieu de la foule ondulante, les cardinaux, évêques et prêtresinvitent la multitude à embrasser la dévotion à Notre-Dame du Laus.Il n’y a pas vraiment non plus d’unité de lieu. Autour de ces deux scènes, j’ai recomposé divers sitesliés à l’histoire du sanctuaire: le Col de l’ange, la chapelle du Précieux-Sang, le groupe sculpté dePindreau et, comme fond de la toile, la chaîne de Chabrières.Le rayon principal illumine le dais et tend à dissoudre les figures qu’il irradie, les rendant plusabstraites.La lumière traverse d’abord Benoîte, qui la communique à l’évêque célébrant, avant que celle-ci nese répande par vagues successives dans l’assemblée, et dans la nature alentour.Ce rayonnement symbolise les apparitions, le Ciel qui s’invite, le Ciel en fête, qui vient consoler lescréatures, et, leur ouvrant cette lucarne sur l’infini, remettre nos existences en perspective.Le mouvement de la procession, son élan, vient nous rappeler que la conversion est un chemin etnous invite à mettre nos pas dans ceux de Benoîte.Philippe Casanova30 avril 2013, Sanctuaire Notre-Dame du Laus
  5. 5. CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www.sanctuaire-notredamedulaus.comJeudi 2 mai 2013COMMUNIQUÉ DE PRESSE« Sa composition fait écho au tableau du couronnement »« Les cardinaux, évêques et prêtresinvitent la multitude à embrasser ladévotion à Notre-Dame du Laus »« J’ai recomposé divers sites liés àl’histoire du sanctuaire :le Col de l’ange,la Chapelle du Précieux-Sang… » « La lumière traverse d’abord Benoîte, qui lacommunique à l’évêque célébrant, avant quecelle-ci ne se répande par vagues successivesdans l’assemblée, et dans la nature alentour »
  6. 6. CONTACT PRESSETanguy LAFFORGUE - 04 92 50 94 01 – 06 86 27 39 91– communication@notre-dame-du-laus.comSite internet : www.sanctuaire-notredamedulaus.comJeudi 2 mai 2013COMMUNIQUÉ DE PRESSE■ 3/ COMMENTAIRE DE L’ŒUVREPar Alicia Adamczak, docteur en histoire de l’art de l’université de Paris-Sorbonne, chargéed’enseignement à l’École du Louvre et à l’Institut catholique de Paris.La reconnaissance officielle des apparitions de la Vierge Marie à Benoîte Rencurel à Notre-Dame du LausHuile sur toile - 316 x 251 cmTraditionnellement attiré par les intérieurs d’églises et de palais baroques,Philippe Casanova s’illustre ici dans la peinture d’histoire immortalisant unévénement majeur pour le diocèse de Gap et d’Embrun et pour le sanctuaire marialde Notre-Dame du Laus : la messe solennelle du 4 mai 2008 qui célébra lareconnaissance officielle des apparitions de la Vierge Marie à Benoîte Rencurel entre1664 et 1718. Destiné à l’une des chapelles latérales de la basilique, cet imposanttableau (plus de 3 mètres de large sur 2 mètres et demi de haut) a été réalisé enpendant d’une peinture anonyme commémorant le couronnement de la statue de laVierge de Bon-Rencontre qui eut lieu le 23 mai 1855. La scène peinte par PhilippeCasanova prend place dans un paysage naturel, au pied du promontoire de Pindreauque l’on reconnaît dans la partie droite de l’œuvre et auquel répond la chapelle duPrécieux-Sang. Depuis le haut dais blanc où est présentée l’image de la jeune bergère,une longue procession emmenée par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, coiffé de samitre et tenant sa crosse, s’avance vers un parterre de plusieurs milliers de fidèlesdans un mouvement sinueux souligné par l’animation de la foule.Natif de Paris, mais Romain d’adoption, le peintre Casanova se plait à nouslivrer dans ses œuvres sa vision personnelle des hauts lieux sacrés de la Villeéternelle, à travers une palette chromatique vive, toujours équilibrée par un puissantjeu de lumière et soulignée par une touche nerveuse et enlevée. Dans la compositionqu’il nous offre ici, l’artiste reste fidèle à sa manière, reconnaissable dans les visagesschématisés, voire abstraits des fidèles anonymes, dans les plis deschasubles suggérant le mouvement ou encore dans les éléments végétaux traités parde larges touches. Parallèlement à cette technique animée, Philippe Casanova a surendre compte de la solennité de l’instant par l’introspection des prélats, maissurtout par la lumière naturelle à caractère divin qui frappe le cortège pour illuminerles cardinaux et les évêques. Notre regard ainsi guidé circule sur la toile, depuis lafigure de la vénérable Benoite jusqu’à la silhouette de l’évêque de Gap et d’Embrunbénissant la foule. Dominée par des tons blancs et or rappelant les couleurs duVatican, la toile accorde une large place à la nature, laquelle évoque la montagneSainte-Victoire de Cézanne et joue le rôle d’écrin de verdure au sein duquel sont fêtésles miracles.

×