ECOLE POLYTECNIQUE D’ARCHITECTURE ETECOLE POLYTECNIQUE D’ARCHITECTURE ETD’URBANISMED’URBANISMERéaliser par:Réaliser par:BE...
PLAN DE TRAVAILPLAN DE TRAVAIL1. INTRODUCTION.1. INTRODUCTION.2. L’ARCHITECTURE TRADITIONNELLE.2. L’ARCHITECTURE TRADITION...
11. TECHNIQUE DE CONSTRECTION.11. TECHNIQUE DE CONSTRECTION.__Les murs.Les murs._Les Ossatures._Les Ossatures._couverture....
INTRODUCTIONINTRODUCTIONNous entendons par (architecture traditionnelle) lesconstructions produites par un groupe culturel...
L’architecture traditionnelle nous entendonscelle qui est réalisée par l’utilisateur lui-mêmequi est donc en même temps co...
Manque de toute présentation esthétique(mêmesi ce qui en résulte est beau la beauté n’est pasrecherchée en elle-même ce qu...
Respect des voisines surtout la préoccupationdans l’architecture traditionnelle algérienned’éviter le vis-à-vis (il n’y p...
L’AURS, Massif montagneux delAlgérie, situé à lest de lAtlassaharien dans le départementde Batna entre les monts deTébessa...
Avec une notice pareille on apprend pas grandchose. pour une personne non averti, il croiraque lAurès est habité par trois...
L’Aurès est une région trop pauvre pour admettre la vieabsolument sédentaires. Les Aurasiens qu’un observateursuperficiel ...
FORME DU TISSU DESFORME DU TISSU DESAURÈSAURÈSLa maison constituant le village des Aurès ou Dechra est presque toujoursacc...
LA HIÉRARCHISATION VERTICALELA HIÉRARCHISATION VERTICALELa spécificité de l’habitat dans chaque Dechra est liée a sonmicro...
1) Habitat dispersé : Mechta qui est un habitat« aéré » se trouvant dans les hautes plainesconstantinoises.2) Habitat grou...
La maison a l’Aurès est une maison a terrasse maisprésente certaine particularité tant dans sa construction quedans son in...
Usage/activitéUsage/activitéassociéeassociéeHabitation saisonnière liée à lélevageHabitation saisonnière liée à lélevagetr...
Surface du logementSurface du logementEnviron 80/120 m² (sans la cour), selonEnviron 80/120 m² (sans la cour), selonqu’il ...
THABORTH (la porte):Double accès à la maison, un accès pour les animaux par une petiteporte basse, avec un seuil inférieur...
AMNAR (le seuil)Thaborth (la porte)
THAARICHTH (Skiffa) :C’est un espace de transition dans la vallée d’ OuedAbdi, espace médiateur entre deux espaces nonamén...
La cour et ghorfat n’ilma:Le Noyau de la maison (la cour et ghorfat n’ilma), la courn’est pas un lieu de regroupement, on ...
 R+1 AVEC SOU SOULETHAARIHTH
Sous-sol
R-D-C
étage
TECHNIQUE DE CONSTRECTIONTECHNIQUE DE CONSTRECTIONLes MursLe mur est constitué d’une double rangée degrosses pierres, disp...
Le mortier de hourdageest composé de terreparticulièrement adhérente,additionnée parfois de paille hachéepour lui donner p...
Les OssaturesLe plancher est soutenu par deuxpiliers (Harselt), troncs degenévrier, pin d’Alep, cèdre ouabricotier écorcés...
CouvertureLa terre sèche est répandue en surfacesur une épaisse couche de mortier deterre longuement battue, après avoirét...
Revêtements de finitionLes murs extérieurs demeurentnus. Le mortier de hourdage utiliséavec parcimonie vers l’extérieurdon...
Ouvertures etsaillies en façadeOuvertures petitesde formes variables,rectangulaires 30 x50 cm, carrées outriangulaires 15 ...
les murs de moellons dans ces régionss’adaptent de façon remarquable auxconditions climatiques. Ils constituent unrégulate...
Systèmes d’approvisionnementen eau potableLapprovisionnement en eau se faitsoit par des puits situés près deloued, et une ...
CONCLUSION:Les villages de la région sont longtemps restésinaccessibles par la route.Aujourdhui, beaucoup ont été reliés p...
Habitat traditionnel chaoui
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Habitat traditionnel chaoui

12 564 vues

Publié le

1 commentaire
12 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 564
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
206
Actions
Partages
0
Téléchargements
765
Commentaires
1
J’aime
12
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Habitat traditionnel chaoui

  1. 1. ECOLE POLYTECNIQUE D’ARCHITECTURE ETECOLE POLYTECNIQUE D’ARCHITECTURE ETD’URBANISMED’URBANISMERéaliser par:Réaliser par:BENFATTOUM DJAMELBENFATTOUM DJAMELREMAOUN BEN YOUCEFREMAOUN BEN YOUCEFGROUPE 03GROUPE 03MODULE SOCIOLOGIE ENG:MemeMODULE SOCIOLOGIE ENG:MemeHADJIHADJI
  2. 2. PLAN DE TRAVAILPLAN DE TRAVAIL1. INTRODUCTION.1. INTRODUCTION.2. L’ARCHITECTURE TRADITIONNELLE.2. L’ARCHITECTURE TRADITIONNELLE.3. LES CARACTÉRISTIQUES DE CETTE3. LES CARACTÉRISTIQUES DE CETTEARCHITECTURE.ARCHITECTURE.4. PRÉSENTATION.4. PRÉSENTATION.SITUATION GEOGRAPHIEHISTORIQUE5. FORME DU TISSU DES AURÈS.5. FORME DU TISSU DES AURÈS.6. LA HIÉRARCHISATION VERTICALE.6. LA HIÉRARCHISATION VERTICALE.7. LES DIFFÉRENTS TYPES D’HABITATS .7. LES DIFFÉRENTS TYPES D’HABITATS .8. LA MAISON DES AURES.8. LA MAISON DES AURES.9. QUELQUES CARACTÉRISTIQUES.9. QUELQUES CARACTÉRISTIQUES.1O. LES SEUILS, LES LIMITES ET LES ESPACES1O. LES SEUILS, LES LIMITES ET LES ESPACESINTERMÉDIAIRES.INTERMÉDIAIRES.
  3. 3. 11. TECHNIQUE DE CONSTRECTION.11. TECHNIQUE DE CONSTRECTION.__Les murs.Les murs._Les Ossatures._Les Ossatures._couverture._couverture._revêtement de finition._revêtement de finition._ouvertures et saillies en façade._ouvertures et saillies en façade._ systèmes traditionnels de conditionnement de l’air._ systèmes traditionnels de conditionnement de l’air._systèmes d’approvisionnement en eau potable._systèmes d’approvisionnement en eau potable._ Systèmes d’évacuation des eaux usées._ Systèmes d’évacuation des eaux usées.12.12. CONCLUSION.CONCLUSION.
  4. 4. INTRODUCTIONINTRODUCTIONNous entendons par (architecture traditionnelle) lesconstructions produites par un groupe culturel, pourlui-même, et qui serve de cadre a sa vie quotidienne.La forme et le plan des habitations sont déterminespar des facteurs tel que: le climat, site, matériaux,besoins de défense, ressources et activitéséconomiques, et ils oublient le rôle joue par desfacteurs socio-culturels tel que: structure familiale,type de relations sociales , place de la femme ,importance de l’intimité,personnes âgées,divisionsexuelle, croyances , symboles .
  5. 5. L’architecture traditionnelle nous entendonscelle qui est réalisée par l’utilisateur lui-mêmequi est donc en même temps concepteur etconsommateur de l’espace.La construction est en général une œuvrecollective (touiza) le système d’entraide liantles membres de la société intervient.L’architecture traditionnelle:
  6. 6. Manque de toute présentation esthétique(mêmesi ce qui en résulte est beau la beauté n’est pasrecherchée en elle-même ce qu’on recherchec’est :une forme qui soit le cadre pour ledéroulement d’un certain mode de vie.Intégration au site : les formes ne violent pasle site et l’environnement mais s’y adaptent lesformes et les couleurs et les matériaux ne jurentpas avec tout ce qui les entourent .Les caractéristiques de cettearchitecture
  7. 7. Respect des voisines surtout la préoccupationdans l’architecture traditionnelle algérienned’éviter le vis-à-vis (il n’y pas de porte qui sefont face et tous les espaces sont étudiés defaçon a sauvegarder la privation).Possibilité d’opérer des extensions ens’adaptant et en suivant l’évolution de la famille(lors du mariage d’un fils quand une piècedestinée a abriter le nouveau ménage vients’ajouter aux autres ).
  8. 8. L’AURS, Massif montagneux delAlgérie, situé à lest de lAtlassaharien dans le départementde Batna entre les monts deTébessa à lest, les monts duHodna au nord-ouest, les montsdu Zibans au sud-ouest. Ilculmine au djebel Chelia à2328 m. LAurès est peuplé deBerbères, de Zénètes et deChaouia.Villes principaux : Arris, Batna,Khenchela, Tazoult, Biskra, ElKantara, Timgad, Kaîs".AURESPRÉSENTATIONSITUATION GEOGRAPHIQUE:
  9. 9. Avec une notice pareille on apprend pas grandchose. pour une personne non averti, il croiraque lAurès est habité par trois populationsdifférentes :les Berbères, les Zénètes et les Chaouia.Alors que ces trois appellations désignent etrecouvrent la même population. Cest-à-dire queles Chaouias actuels font partie de la grandeconfédération des Zénètes qui, eux-mêmes, fontpartie de la grande nation Amazigh. Car lesZénètes on en trouve de la Tunisie au Maroc, etles Imazighen de lÉgypte aux Îles Canaries... HISTORIQUE
  10. 10. L’Aurès est une région trop pauvre pour admettre la vieabsolument sédentaires. Les Aurasiens qu’un observateursuperficiel croirait absolument fixés au sol, sont en réalité desdemi nomades constituent la majorité dans les montagnes del’Aurès ou il y a une nécessité pour l’existence des troupeaux etdes moutons ou des chèvres.Durant la période du nomadisme les Chaouia s’installent dansune autre maison sous gourbi, sous la tente ou dans un afri.l’afri est une caverne naturelle creusée en plein roc et souventa des grandes hauteurs, il est parfois presque inaccessibles,les indigènes le ferment soit a l’aide des broussailles soit parun mur de pierre qui en obstrue plus ou moins l’entréeEnsuite les Chaouia commencent a construire des maisons enargile, bois, la pierre et la terre sèche et le Toub.
  11. 11. FORME DU TISSU DESFORME DU TISSU DESAURÈSAURÈSLa maison constituant le village des Aurès ou Dechra est presque toujoursaccrochée aux flancs ou au faîte d’une hauteur isolée ou difficile à aborder.Les maisons accrochées à la pente forment une succession de gradins, laterrasse de l’une servant de seuil à l’autre jusqu’au sommet que couronne legrenier commun. Les maisons constituent donc, elles aussi, des gradins quidévalent le long du versant, jouant avec un équilibre idéal entre déblai etremblai.À l’ouverture méridionale des vallées, les villages sont parfois construits aupied des montagnes. Ils sont plus ordonnés et les rues sont mieux tracées.
  12. 12. LA HIÉRARCHISATION VERTICALELA HIÉRARCHISATION VERTICALELa spécificité de l’habitat dans chaque Dechra est liée a sonmicroclimat, on peut distinguer par exemple dans la vallée del’oued Abdi trois zones d’implantation :La haute vallée: avec des villages situés à 1000m, enpierre sèche et en bois,l’espace des animaux se confond aveccelui de l’homme, climat rude implique un tissu très dense.Moyenne vallée: position transite entre le nord et le sud,aussi bien au niveau climatique qu’au niveau du bâtis. Lamaison est construite sur 2 niveaux en brique de terre,soubassement en pierre.Basse vallée: plus de 200m d’altitude à proximité del’oued. L’utilisation de la brique en terre sèche. Micro climatplus doux et moins pluvieux.Remarque: Tadart est composée verticalement de troisespaces : espace homme (le plus important), espace animauxet les réserves.
  13. 13. 1) Habitat dispersé : Mechta qui est un habitat« aéré » se trouvant dans les hautes plainesconstantinoises.2) Habitat groupé : Déchera qui est plus structurée etplus dense, situé sur des crêtes ou au fond de la vallée.3) Habitat qui ressemble à la typologieSaharienne : se situe du côté sud; c’est ungroupement d’une fraction autour d’une cour,qui est lelieu de rencontre et l’espace commun doté d’un pointd’eau.Les agglomérations se rattachent au palmiers et cet habitatse caractérise par des agressions climatiques.LES DIFFÉRENTS TYPESLES DIFFÉRENTS TYPESD’HABITATS D’HABITATS 
  14. 14. La maison a l’Aurès est une maison a terrasse maisprésente certaine particularité tant dans sa construction quedans son installation.Toutes se ressemblent toutes appartiennent au typerectangulaire a terrasse ,les maisons sont de dimensionsvariables (longueur 4a 15 mètres et la largeur : 3 a 10mètres et la plupart n’ont qu’un rez de chaussée et lahauteur entre 2,30 a 3 mètres les autres assez nombreusescependant ne possèdent qu’un étage ( hauteur entre 5 a 6mètres )Certaines sont bien construites on les rencontre surtoutdans le vallée de l’oued Abdi dont le nombre d’habitante ontplus de bien être et sont sédentaires.LA MAISON DES AURESLA MAISON DES AURES
  15. 15. Usage/activitéUsage/activitéassociéeassociéeHabitation saisonnière liée à lélevageHabitation saisonnière liée à lélevagetranshumant sur les terres de parcours.transhumant sur les terres de parcours.À lorigine, elles pouvaient êtreÀ lorigine, elles pouvaient êtrepermanentes pour les populationspermanentes pour les populationssédentaires pratiquant lagriculture.sédentaires pratiquant lagriculture.DatationDatationCette typologie est sans doute la plusCette typologie est sans doute la plusancienne dAlgérie ; loccupation de laancienne dAlgérie ; loccupation de larégion étant celle des « paléo montagnardsrégion étant celle des « paléo montagnards ».».AltitudeAltitude On peut situer ces plateaux à environOn peut situer ces plateaux à environ1300 m. Cependant, l’Aurès possède un1300 m. Cependant, l’Aurès possède unsommet dépassant 2300 m.sommet dépassant 2300 m.OrientationOrientation C’est soit lest soit louest puisque lesC’est soit lest soit louest puisque lesoueds coulent du nord vers le sud.oueds coulent du nord vers le sud.Surface au solSurface au sol Environ 80/120 m² au sol (avec la cour).Environ 80/120 m² au sol (avec la cour).QUELQUESQUELQUESCARACTÉRISTIQUESCARACTÉRISTIQUES
  16. 16. Surface du logementSurface du logementEnviron 80/120 m² (sans la cour), selonEnviron 80/120 m² (sans la cour), selonqu’il y ait un étage ou non.qu’il y ait un étage ou non.Nombre d’étagesNombre d’étagesRDC + 1 + terrasse en continuité avecRDC + 1 + terrasse en continuité avecleleniveau du terrain , ou RDC + terrasse,niveau du terrain , ou RDC + terrasse,cecequi est le cas le plus fréquent.qui est le cas le plus fréquent.Nombre de logementsNombre de logementsUn logementUn logementNombre de famillesNombre de familles 1 à 3 familles avec liens familiaux1 à 3 familles avec liens familiauxNombre moyen de membres parNombre moyen de membres parfamillefamille1 à 8 membres par familles1 à 8 membres par familles
  17. 17. THABORTH (la porte):Double accès à la maison, un accès pour les animaux par une petiteporte basse, avec un seuil inférieur. L’accès de l’homme se fait parune petite porte faite en bois de cèdre finement travaillé. La portesoit elle est petite(1 a 1,2 m)de haut sur environ 75 cm de large) cequi nous oblige a se courbé, soit elle est grande 2m-2.10m. La petiteporte donne sur un seul espace polyvalent , le point de départ del’évolution de la maison chaoui. la porte d’entrée est de préférenceplacée sur le cote de la maison sont orientation vers l’est,les vieuxChaouia disent qu’il faut éviter le vent d’ouest car tout ce qui vientde l’ouest porte malheur.AMNAR (le seuil):Toujours surélever allant de simple marche de 20cm à un escalier enpas d’âne. Cette différence de niveau pour la protection des eauxpluviales, et l’entrée n’est possible que par un remblai des pas d’âneou des escaliers.LES SEUILS, LES LIMITES ET LESESPACES INTERMÉDIAIRES:
  18. 18. AMNAR (le seuil)Thaborth (la porte)
  19. 19. THAARICHTH (Skiffa) :C’est un espace de transition dans la vallée d’ OuedAbdi, espace médiateur entre deux espaces nonaménagés, l’extérieur et la cour (Skiffacouverte,aménagé) qui crée l’intimité.Le rôle de THAARICTH en la comparent aux chicanes deMédinas ou de la cité de Mzab est plus médiateur, ontrouve rarement des chicanes en S. sauf dans lesmaisons sur la périphérie on implique d’abord l’intimitéde groupe après l’intimité familiale.
  20. 20. La cour et ghorfat n’ilma:Le Noyau de la maison (la cour et ghorfat n’ilma), la courn’est pas un lieu de regroupement, on se retrouve soit dans Squifa oudans ghorfat n’ilma. Lorsque la cour est importante, elle a plusieursfonctions, elle peut être affectée à plusieurs usages, exemple les femmesqui installent leur canon font la cuisine pendant l’été, si la maison necomporte pas de bergerie, entreposent le fumier et entassent le bois, onélève alors des murets pour isoler les différentes fonctions. Les maisonsà grandes cours se remarque par l’absence de bergerie, terrasseaccessible, THAARICHTH.Ghorfat n’ilma :Est par excellence l’espace de l’homme, il organise l’ensemble de lamaison, lieu principal de vie sociale, économique et isolé .Limitéverticalement par les réserves et la polyvalence définit par la projectionau sol de toutes les activités quotidiennes et à chaque aménagementcorespend une fonction de toutes les pratiques journalières de réunion,de cuisson, de tissage…sauf celles du sommeil.Le cœur de ghorfat n’ilma est le coin de feu, qui rassemble la familleautour du foyer et les différentes fonctions des femmes (écuisser, tisser)avec leur matériels.On a aussi les outres d’eau (Garba). Le centre de la pièce joue un rôle decentre familial qui se réunit et recopie dans cet espace.
  21. 21.  R+1 AVEC SOU SOULETHAARIHTH
  22. 22. Sous-sol
  23. 23. R-D-C
  24. 24. étage
  25. 25. TECHNIQUE DE CONSTRECTIONTECHNIQUE DE CONSTRECTIONLes MursLe mur est constitué d’une double rangée degrosses pierres, disposées de champ,entre lesquelles est intercalée de la menuepierraille. Ce mur est divisé en plusieursassises, distantes entre elles d’environ unmètre, par des lits de branchages , lesbranches de petites dimensions (5 x 50 cm)sont posées transversalement àintervalles réguliers. Celles de grandesdimensions (15 x 250 cm) ceinturent le mur.Elles sont posées longitudinalement au-dessus des premières.
  26. 26. Le mortier de hourdageest composé de terreparticulièrement adhérente,additionnée parfois de paille hachéepour lui donner plus de cohésion etde solidité.Le mortier de terre argileuse estparticulièrement adhérent. On yajoute parfois une petite quantité depaille hachée en vue d’obtenir plusde cohésion. L’adjonction de cendrede bois ou la sève de certainesplantes permet de le stabiliser.
  27. 27. Les OssaturesLe plancher est soutenu par deuxpiliers (Harselt), troncs degenévrier, pin d’Alep, cèdre ouabricotier écorcés et plantés dansle sol à une distance variant de1,50 à 2,50 m. À leur extrémitésupérieure, est encastrée unesemelle de bois d’au moins 1 m delongueur, taillée en biseau. Deuxtravées de branches de genévrier,de cèdre ou de pin d’Alep servantde solive reposent d’une part surles murs latéraux, de l’autre sur lasemelle.
  28. 28. CouvertureLa terre sèche est répandue en surfacesur une épaisse couche de mortier deterre longuement battue, après avoirété mélangée à de la bouse de vache,de la cendre de bois et la sève decertaines plantes. On procède ensuiteau damage systématique de la couchede terre sèche jusqu’à ce qu’elledevienne parfaitement compacte. Letoit est ainsi imperméable à l’eau.La couche de terre sèche parfaitementdamée évite l’apparition d’interstices ensurface et assure, en l’occurrence,l’étanchéité du plancher. Un entouragede lourdes pierres plates maintient letoit pendant la tempête.
  29. 29. Revêtements de finitionLes murs extérieurs demeurentnus. Le mortier de hourdage utiliséavec parcimonie vers l’extérieurdonne l’apparence d’un mur élevéuniquement en pierre sèche.À l’intérieur, le mortier est pluslargement employé sur le mur. Ilforme avec l’enduit composé deterre glaise, de bouse de vache etde paille finement hachée, laprotection du mur. Celle-ci estrenforcée en surface parl’application d’un enduit dedressage en terre blanche(temlilith).
  30. 30. Ouvertures etsaillies en façadeOuvertures petitesde formes variables,rectangulaires 30 x50 cm, carrées outriangulaires 15 x 20à 20 x 30 cm,isolées ou en série.
  31. 31. les murs de moellons dans ces régionss’adaptent de façon remarquable auxconditions climatiques. Ils constituent unrégulateur idéal des fluctuations detempérature. De même, l’isolation phoniqueest assurée. Un foyer est allumé sur unKanoun dans la pièce principale en hiver et ilest déplacé dans la cour en été.Systèmes traditionnels deSystèmes traditionnels deconditionnement de l’airconditionnement de l’air
  32. 32. Systèmes d’approvisionnementen eau potableLapprovisionnement en eau se faitsoit par des puits situés près deloued, et une Seguia, réseaudirrigation, pour les jardins, soit pardes sources ou un cours deauà proximité du noyau de population.Systèmes d’évacuation des eauxuséesSystème dévacuation des eauxusées par collecteurs individuelsvers loued.
  33. 33. CONCLUSION:Les villages de la région sont longtemps restésinaccessibles par la route.Aujourdhui, beaucoup ont été reliés par une routemécanique et ont été reliés au réseau électrique et,pour les quelques villages qui ont été préservés, leshabitants souhaitent jouir des bienfaits du confort quel’accès routier leur apporterait, tout en faisantdisparaître leur aspect spécifique.Seule une politique dintégration de ces villagestémoin de lhistoire la plus reculée dans un parcourstouristique de cette région riche de sitesarchéologiques intacts et isolés (Timgad, Djémila,Tidis) pourra conserver ce témoignage.

×